Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Blog - Page 253

  • Marion Maréchal-Le Pen s’engage dans la réserve militaire et nous invite tous à faire de même

      

  • Les merdias veulent nous cacher l’identité des terroristes

      

     

    Le peuple n’aura bientôt plus le droit de savoir que les assassins sont des immigrés de confession musulmane que l’oligarchie mondialiste a laissé envahir la France :

    Après les attentats de Nice et de Saint-Etienne-du-Rouvray, de nombreuses voix se sont élevées, parmi les politiques et sur les réseaux sociaux, pour réclamer l’anonymisation des terroristes dans les médias. Ce mercredi, la chaîne d’information en continu BFMTV et le quotidien Le Monde ont décidé de ne plus publier les photos des auteurs d’attentats « pour éviter d’éventuels effets de glorification posthume ». La Croix, ainsi que la radio Europe 1 ont de surcroît annoncé leur intention de ne pas rendre publique l’identité des terroristes.

    Pour l’instant, Le Figaro refuse cette injonction. Pour l’instant…

    NDF

    NdB: Il ne faut pas que le peuple puisse établir un lien avec l'immigration de masse!

  • BFMTV et Le Monde ne vont plus diffuser les photos des auteurs d'attentats

    France

    URL courte
    148049

    Les récents attentats perpétrés en France ont déclenché un débat sur la publication des photos d’auteurs de ces attaques dans les médias. Le Monde et BFMTV ont décidé de ne plus diffuser les photos des terroristes.

    De nombreux journalistes participent aux débats sur la médiatisation de l'image, plus précisément sur la question de savoir si la diffusion des photos des terroristes est capable d'inciter de nouvelles personnes à entreprendre de tels actes.

    Selon BFMTV, après les attentats de Nice et de Saint-Etienne-du-Rouvray, le débat a été relancé dans les médias français, notamment par Jérôme Fenoglio, directeur de la rédaction du Monde. La question s'est posée très sérieusement.

     

    Le Monde a donc pris la décision de renoncer à la publication de photographies des auteurs d'attentats pour éviter un possible phénomène de glorification de ces derniers. BFMTV lui a emboîté le pas.

    Selon Alexis Delahousse, directeur adjoint de la rédaction de BFMTV, la seule exception à ce principe est représentée par les avis de recherche diffusés par les forces de l'ordre et qui sont susceptibles d'aider les enquêteurs.

    SPUTNIK

  • Deux tweets d'Eléonore Bez

    Capture.PNG Eléonore  sacré-oeur.PNG

    Capture.PNG Pasd'amalgam.PNG

  • Bernard Cazeneuve "s'interroge" sur l'opportunité d'un "concordat" avec l'islam

     

    Publié à 07h39, le 27 juillet 2016 , Modifié à 10h28, le 27 juillet 2016

     
    Image Etienne Baldit

    Etienne Baldit

    •  

    Jusqu'ici, l'idée était surtout portée à des degrés divers par certains à droite, à l'instar de Jean-François Copé, Gérald Darmanin ou encore le juppéiste Benoist Apparu. Mais visiblement, Bernard Cazeneuve soupèse la question. Dans cette France régie par la loi de 1905 sur la séparation des Églises et de l'État, faut-il instaurer un concordat avec l'islam, à l'image du régime d'exception qui existe en Alsace-Moselle pour les cultes catholique, luthérien, réformé et israélite ?

    Le ministre de l'Intérieur, qui est aussi celui des Cultes, a en effet abordé le sujet lors du séminaire gouvernemental du 23 juillet, selon Le Canard Enchaîné en kiosque ce 27 juillet. Voici ce qu'a déclaré Bernard Cazeneuve, dans ce propos rapporté par l'hebdomadaire : 



    "Tout en gardant mes principes républicains, je m'interroge sur l'usage vis-à-vis de l'islam d'un concordat tel que celui qui est en vigueur en Alsace-Moselle."

    Cette réflexion serait née, toujours selon Le Canard, des propos de l'imam niçois Abdelkader Sadouni dans une interview au journal italien Il Giornale, publiée cinq jours après l'attentat sur la Promenade des Anglais. Le religieux y était cité en ces termes : "La laïcité française est responsable des attentats". Abdelkader Sadouni a depuis, sur Facebook, démenti avoir prononcé ces mots, dont il a assuré qu'ils étaient "d'une extrême gravité". L'imam a également annoncé vouloir porter plainte

    Lors du séminaire gouvernemental en question, Bernard Cazeneuve avait quoi qu'il en soit fustigé "ce genre de propos intolérables [qui] réclament une réponse", toujours selon le palmipède.

    En toile de fond au contexte de terrorisme islamiste et de radicalisation de certains individus se réclamant de l'islam, c'est donc la question de l'organisation du culte musulman en France qui resurgit. Si l'islam en soi n'est pas visé par les réflexions des tenants de ce nouveau "concordat", ce sont ses dérives - "prêcheurs de haine" et financements étrangers troubles, notamment - qui justifient ce questionnement. L'idée est donc la suivante : mieux encadrer, sous la houlette plus proche de l'État, la formation des imams et le financement des mosquées, tout en réaffirmant les principes de la République parmi lesquels celui de laïcité et donc de liberté de culte. Avec comme objectif que les phénomènes de radicalisation et de dévoiement de cette religion soient endigués

    Contrairement aux autres cultes en France, l'islam n'est pas doté d'une organisation hiérarchique incontestable. La représentativité du Conseil français du culte musulman (créé en 2003 par un ministre de l'Intérieur nommé Nicolas Sarkozy), interlocuteur officiel de l'État, est en effet remise en cause au sein de la communauté musulmane. Soulignant l'effort de Nicolas Sarkozy pour "organiser l'islam de France", Bernard Cazeneuve a, rapporte encore Le Canard Enchaîné, estimé qu'il n'y était pas totalement parvenu. 



    [Edit 8h20]

    Sur RTL ce mardi, François Fillon n'a pas précisément parlé de "concordat", mais il a expliqué :



    Il faut maintenant poser la question de l'intégration de la religion musulmane dans la République et la démocratie françaises. Il y a eu par le passé un bras de fer entre l'État et les religions, notamment la religion catholique, pour que cette religion accepte les règles qui étaient celles de la République et de la démocratie. Ça a été très long, ça a duré presque 200 ans. Eh bien aujourd'hui, il n'y a aucune raison pour que les musulmans n'acceptent pas les règles qui ont été acceptées par les catholiques, les protestants et les juifs. Donc ça veut dire qu'il faut une surveillance administrative des lieux de culte, l'autorisation d'ouverture des lieux de culte, un contrôle de ceux qui prêchent dans les lieux de culte, il faut interdire les financements étrangers du culte musulman - comme ça a été fait dans le passé pour les autres religions - et il faut enfin interdire, dissoudre toutes les associations qui se réclament des salafistes ou des frères musulmans, c'est-à-dire de ceux qui prônent justement la guerre contre nos valeurs.
    Le Lab Europe1 27 07 2016
  • La vidéo des assassins du prêtre de Saint-Etienne-du-Rouvray prêtant allégeance à Daesh

    http://fr.novopress.info/202773/video-assassins-pretre-saint-etienne-rouvray-pretant-allegeance-daesh/

    NdB: Mais qui dans l'église prend cette vidéo?

  • Angela Merkel, divinité maléfique de l’Europe

    Angela-Merkel-600x375.jpg

     

     

    Minute 2781 Merkel27/07/2016 – FRANCE (NOVOpress) : « Angela Merkel, divinité maléfique de l’Europe » : tel est le titre du numéro de cette semaine de l’hebdomadaire Minute, qui consacre son dossier aux liens entre l’afflux de migrants et le développement du terrorisme. Le journal, qui impute à la chancelière allemande l’immense responsabilité d’avoir entraîné l’Europe dans une folle politique migratoire, et à la France celle de l’avoir aveuglément suivie, ne voit le début du salut que dans la chute de l’idole Merkel. Extrait.

    « L’Europe, du moins celle qui ne s’est pas regroupée dans l’alliance de Visegrad, s’en est entièrement remise à Angela Merkel, ou s’y est soumise, ou s’est résignée à accepter ses décisions, tant dans l’ouverture des frontières que dans l’accord passé ensuite avec la Turquie, comme si “Mummi“, le surnom qui lui est donné en Allemagne et qui signifie aussi bien “maman“ que “petite mère“, n’était pas seulement la “Mummi“ des Allemands mais était devenus la “Mummi“ de tous les Européens.

    « Or il s’avère que Mummi, qui, en tant que telle, aurait dû être la protectrice de ses enfants, troquant ta tunique teutonne pour une tenue grecque, a plongé dans la tragédie, et l’Europe avec elle. “La mère kachoube des romans de Günter Grass, dont les jupes amples, déployées au milieu des champs glacés du monde, accueillent et réchauffent ses innombrables enfants“, comme l’écrivait Bruno Le Maire, alors ministre de l’Agriculture, dans Paris Match en septembre 2013 dans un portrait enamouré qui fait sérieusement douter des capacités d’homme d’Etat du candidat à la primaire que l’on présente comme le plus brillant de sa génération, s’est muée en mère livrant ses propres enfants à ceux qui les dévorent.

    « Au moins, en ce début de XXIe siècle, l’Histoire, avec un grand H, est-elle de retour, dans toute sa dimension tragique et sacrificielle, qui demande maintenant à ce que le meurtre – symbolique – de la grande prêtresse soit accompli. C’est le plus difficile tant sont venus se prosterner devant elle tous les grands de ce monde, qui en ont même fait, dans une inversion des valeurs qui prend tout son caractère odieux au fur et à mesure des attentats en Allemagne et en France, une seconde mère Teresa. Le temps est venu de brûler l’idole d’une société qui se meurt, pour que disparaissent avec elles ses serviteurs et ses funestes inspirations. Après quoi pourra naître un nouveau cycle. »

  • Marion Maréchal-Le Pen sur BFM TV et RMC en direct

    Marion Maréchal-Le Pen, député de Vaucluse, était l’invitée d’Apolline de Malherbe sur BFM TV et RMC.

  • Les territoires d’Amérique du Nord ayant été colonisés par la France: toute une épopée qu'on a oubliée

    Nouvellefrance-V2.jpg

    http://www.contre-info.com/cetait-un-26-juillet

    (Cliquez sur le lien pour avoir la carte qui s'agrandit en cliquant dessus)

  • Terrorisme: François Hollande et Manuel Valls n'envisagent pas de nouvelles mesures...

     

     

     

    Après la nouvelle attaque terroriste sur le sol français, à Saint-Étienne-du-Rouvray, le chef de l'État et son premier ministre ont dénoncé l'acte barbare mais semblent à court de propositions concrètes.

    L'horreur, encore une fois. Depuis l'Élysée, où il a pris la parole solennellement à 20 heures, François Hollande a dénoncé un «acte abominable», une «nouvelle épreuve pour la nation». «Les catholiques sont meurtris, mais ce sont tous les Français qui se sentent atteints», a ajouté le président, pour qui tuer un prêtre, c'est «profaner la République». Le chef de l'État, qui a répété que les terroristes cherchaient à diviser, a une nouvelle fois appelé les Français à faire bloc. Il a assuré que le gouvernement ferait preuve d'une «détermination absolue» dans la lutte contre le terrorisme. Mais à l'attention de Nicolas Sarkozy, qui a appelé à dépasser les «arguties juridiques» qui conduisent à une «action incomplète» contre le terrorisme, il a répondu que «restreindre (les) libertés, déroger aux règles constitutionnelles, n'apporterait pas d'efficacité dans la lutte contre le terrorisme» et «affaiblirait à coup sûr la cohésion de la nation». «Notre pays doit éviter les surenchères, les polémiques, les amalgames, a-t-il mis en garde. Notre démocratie est la cible, elle sera notre bouclier.»

    Invité mardi soir du JT de TF1, le premier ministre Manuel Valls a mis en garde de son côté contre le risque de «guerre de religions». Les terroristes veulent «s'attaquer à une religion pour provoquer une guerre de religions», a-t-il dit.

    Arrivé à Saint-Étienne-du-Rouvray quelques heures après l'attaque dans l'église, Hollande s'est rendu dans la cellule de crise, installée dans un supermarché, où il a rencontré les trois femmes rescapées de l'attentat en état de choc, qui lui ont longuement raconté les faits. De retour à Paris, le chef de l'État a convoqué une réunion de crise à l'Élysée avec Manuel Valls et les ministres Bernard Cazeneuve (Intérieur) et Jean-Jacques Urvoas (Justice). Il réunira mercredi matin un nouveau Conseil de défense. Hollande s'est également entretenu avec le pape François pour lui exprimer le «chagrin du peuple français». Il a également reçu dans la soirée Mgr Lebrun, archevêque de Rouen. Hollande recevra également les représentants des différents cultes mercredi. «Les Français doivent savoir qu'ils sont menacés mais que leur force tient à leur cohésion», a-t-il insisté.

    Une nouvelle fois interpellé par l'opposition, qui l'appelle à durcir encore le dispositif sécuritaire, l'exécutif - qui a repris des propositions de la droite lors du vote sur l'état d'urgence - semble à court de propositions concrètes pour mettre en scène la riposte. Le maire PCF de Saint-Étienne-du-Rouvray, Hubert Wulfranc, a lui-même demandé au chef de l'État de tout faire pour que «l'insoutenable ne se reproduise plus». Mais Hollande, qui en appelle au respect de l'État de droit, refuse de céder à une «surenchère sécuritaire». «On est allés au bout de l'arsenal législatif, argue un proche du président. Aller plus loin, ce serait basculer dans l'état d'exception. Or, nous ne le voulons pas.» Le président est convaincu que c'est sur le clivage entre les garants de l'État de droit et les partisans d'un état d'exception que se jouera la présidentielle.

    Pour l'heure, la priorité de l'Élysée - où l'on est conscient des risques d'affrontements entre les «communautés» - est d'éviter que la société française ne se fissure. Il faut «tout faire pour rassembler les Français», insiste un conseiller. «Que cherchent la droite et l'extrême droite?, interroge-t-il. Souhaitons-nous donner raison à Daech et nous diviser, remettre en cause la démocratie, l'État de droit? Renier notre histoire, nos valeurs serait leur donner le drapeau, et donc la victoire.»

    Dans les rangs de la majorité, certains estiment pourtant que la stratégie de l'exécutif ne pourra pas tenir sous la pression des probables attentats à venir. Ils en appellent à une réponse forte sur le plan symbolique et politique. «La seule riposte possible, c'est un gouvernement d'union nationale, s'élève ainsi un élu PS, proche de Valls. Il faut un gouvernement de 12 à 15 ministres focalisés sur deux domaines: la sécurité, la République. Il faut que l'état d'urgence ait vraiment un sens politique. C'est un signal à donner au peuple.» «La question de l'unité nationale va se poser une nouvelle fois car c'est l'essentiel qui est en jeu», croit, lui aussi, le député PS Christophe Caresche.

    Mais au sein de l'exécutif, l'union nationale - qui s'est fracassée sur la déchéance de la nationalité avant de se fracturer à nouveau après l'attentat de Nice - laisse désormais sceptique. «La droite n'en voudra jamais», balaye un conseiller du pouvoir. «Après Nice, il va falloir être sacrément fort pour montrer que c'est une réponse adaptée et sérieuse», ironise un ministre, qui invite à ne pas chercher à «faire plaisir à l'opinion». «Il ne faut surtout pas être dans “un événement, une réponse”», ajoute-t-il.

    Quoi qu'il en soit, ce nouvel attentat alimente encore un peu plus l'inquiétude d'un pouvoir qui n'apparaît pas en mesure de stopper l'escalade terroriste. «Le gouvernement fait des choses, mais les Français ne s'en aperçoivent pas, tente de défendre le patron des sénateurs PS, Didier Guillaume. Il faut donner plus de visibilité à ce que l'on fait. Et s'il n'y a pas un état d'exception, il peut y avoir des mesures exceptionnelles.» N'y allant pas par quatre chemins, un autre élu résume la situation: «C'est la merde.»

    LE FIGARO

    NdB: La France chrétienne est abandonnée aux égorgeurs de l'islam !

    De plus, il n'existe pas de "communauté catholique" et il n'en a jamais existé dans notre pays.

  • Deux tweets qui se complètent

    Capture.PNG Eléonore.PNG

    Capture.PNG Marion identitaire.PNG

  • Allemagne : une femme de 79 ans violée par un réfugié érythréen

    1607270205080112.jpg

     

    22h36

     

    Une femme âgée de 79 ans, habitant Ibbenbüren, a été violée dimanche matin dans le cimetière de la ville.

    Un témoin a entendu des appels à l’aide vers six heures et a appelé la police.

    Lorsque les policiers sont arrivés, ils ont interpellé, selon le communiqué de la police, le suspect. Il s’agit d’un réfugié de 40 ans, originaire d’Érythrée, vivant en Allemagne depuis 2013. [...]

    Traduction Fdesouche

    Die Welt

    Merci à sehnsucht3

  • Ces salauds ont préféré protéger leurs mosquées que nos églises !

     

    Publié le 26 juillet 2016 - par - 31 commentaires

     
     
    Partager


    Les salauds
     !

    Bien sûr que ça devait arriver, un attentat dans une église, c’était dans les tuyaux, l’égorgement de chrétiens, un prêtre et un fidèle, c’était programmé par tout bon lecteur du coran. Nous, on le savait, partout où l’islam s’impose, partout où les tarés d’Allah sont en nombre, les Chrétiens sont, au mieux spoliés, et le plus souvent violentés, violés, mis en esclavage et trucidés !

    Les salauds qui nous gouvernent le savaient que c’était inéluctable, comme nous l’indique le thermomètre de l’islamisation de nombreuses régions de France, et la Seine Maritime est particulièrement gangrenée depuis des années. Une douzaine de mosquées maillent le Grand Rouen ; Saint-Etienne-du- Rouvray, banlieue « populaire » de Rouen, en fait Zone Urbaine Sensible (traduction : zone gagnée par l’immigration musulmane et pourrie par la délinquance) possède une mosquée qui a défrayé la chronique l’an passé car le converti Maxime Hauchard, ignoble égorgeur de Daesh, la fréquentait, ainsi que trois autres adeptes locaux, tous disparus en Syrie.

    Les salauds qui se ruent pour pleurer lamentablement en brandissant pour seule arme la « peur de la division » ne pouvaient ignorer que chaque mosquée est un vivier de murènes lobotomisées par le martèlement coranique. Et les bases islamiques de Seine Maritime dévoilent en deux clics la puissance mortifère de leur endoctrinement. Mosquée d’Elbeuf, mosquée d’Oisel, association « Havre de Savoir » au Havre, pour ne citer que celles-ci, invitent les prédicateurs les plus obscurantistes et destructeurs de nos valeurs. L’excellent site L’islam Mine l’Europe nous offre des documents que ne peut ignorer le misérable trio aux manettes de notre Pays trahi : http://islamineurope.unblog.fr/2013/10/26/les-responsables-de-la-mosquee-de-oissel-nous-expliquent-pourquoi-il-faut-mepriser-les-chretiens-et-la-civilisation-occidentale-sources-de-mensonge/#respond

    http://islamineurope.unblog.fr/2015/01/24/ahmed-miktar-president-de-lassociation-des-imams-de-france-sur-le-site-de-la-mosquee-delbeuf-le-prophete-mohamed-a-dit-si-quelquun-de-ma-communaute-quil-soit-juif-ou-chretien-ne-croit/#respond

    Les salauds, via un « machin » nommé Instance de dialogue avec l’islam de France préfèrent nous ponctionner neuf millions d’euros pour protéger les mosquées ! Gendarmes, caméras de surveillance, chasse aux têtes de cochon et aux messages prétendus islamophobes. Mi-juin Atlantico nous informait :

    « 9 millions d’euros seront investis dans la protection des lieux de culte et une cellule pour lutter contre les messages xénophobes, islamophobes et racistes sur Internet devrait être mise en place.

    La première réunion de l’instance de dialogue avec l’islam de France, ce lundi 15 juin, a ouvert le débat sur plusieurs thématiques comme les pratiques rituelles, la construction et la gestion des lieux de culte ou encore la lutte de l’islamophobie. A l’issue de cette réunion, le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve a annoncé la mise en place de plusieurs mesures destinées à réformer l’islam de France et lutter contre le racisme avec notamment la création dune cellule pour détecter et lutter contre les messages xénophobes, islamophobes et racistes sur Internet. »

    http://www.atlantico.fr/pepites/bernard-cazeneuve-annonce-mesures-destinees-reformer-et-proteger-islam-en-france-2195792.html

    Les salauds ont refusé de fermer les mosquées les plus radicales(2), pour d’obscures raisons de droit ou de droits de l’homme ! Les salauds ont accepté de reconnaître des écoles coraniques qui préparent des milliers d’enfants à devenir de bons soldats de l’islam.

    Nos militaires protègent des centaines de mosquées et la moindre « attaque porcine » mobilise l’intervention martiale de Valls, lui qui veut « consolider» un prétendu islam de France. Et devant nos églises, rien, personne, aucune surveillance, très souvent des portes ouvertes sur des havres de paix, de beauté, d’accueil.

     Les salauds savaient qu’un des deux égorgeurs était fichés S, car candidat au djihad, appréhendé et libéré en mars dernier, garni d’un bracelet électronique!

    Les salauds savaient que nos églises étaient des lieux d’une grande vulnérabilité. Chaque semaine, en France, plusieurs églises ou cimetières chrétiens (voir le site Christianophobie.fr) sont profanées, souillés d’excréments, leurs croix et statues brisées, et là, on ne les entend même pas murmurer, les salauds !

    Ils savaient que, après cela, l’irréversible se produirait. Il y a peu un prêtre, en Italie, avait été égorgé, quasi décapité, par un « déséquilibré du coran ». Ce qui était la marque du califat sanguinaire, la tradition de l’islam de toujours, relégué commodément sous le vocable DAESH, ne pouvait pas, pensaient-ils sans doute, se manifester ainsi, si facilement, sans bombes, sans kalach, sans ceinture d’explosifs, sans camion « fou », juste avec deux surins bien affûtés, à la mode du 7ème siècle mahométan ! C’est si facile, c’est tellement symbolique de la haine millénaire que nous vouent ces adeptes sectaires, ces fous d’Allah qui aiment la mort, nourris, choyés dans le bouillon de culture du « vivre ensemble », ce piège idéologique mensonger et destructeur de notre nation, cette machine à broyer les patriotes qui ont le malheur de vouloir vivre. Les salauds, en stéréo avec les évêques immigrationnistes tel que le dhimmi Descubes(3) ou l’inoxydable chantre du pseudo dialogue islamo-crétin, Mgr Dubost, tout ce qu’ils savent bêler c’est : « Les terroristes veulent nous diviser !»

    Mais, pauvres impotents criminels, félons récidivistes, évêques châtrés par votre pape lèche-babouche, qu’entendez-vous par ce NOUS ? Diviser qui et quoi ? Pensez-vous que la racaille islamique puisse faire partie d’un « NOUS », même munie d’une carte d’identité française ? Pensez-vous que les élus stipendiés qui construisent des bases islamiques dans tout le pays dans l’espoir de se faire élire par des voix musulmanes, puissent faire partie d’un « NOUS » ? Ce « NOUS » soutient une France qui aime sa patrie, et vos actes, vos directives, vos veules soumissions à l’islam conquérant, vos compromissions tarifées avec les pétro-chamelliers prouvent que vous « NOUS » trahissez.

    Salauds, c’est vous qui avez depuis longtemps, contribué à cette division , ce spectre de guerre civile que vous brandissez comme un épouvantail, ne sera pas une guerre civile. Ce sera une guerre entre les amoureux de la Patrie et les traîtres.

    Danielle Moulins

    (1)http://www.ladepeche.fr/article/2015/10/27/2205559-jihad-maxime-hauchard-itineraire-banal-francais-devenu-bourreau-syrie.html

    et http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2014/11/17/01016-20141117ARTFIG00403-maxime-de-la-normandie-a-l-etat-islamique.php

    (2)http://ripostelaique.com/liste-153-deputes-traitres-ont-refuse-fermeture-mosquees-salafistes.html

    (3)http://france3-regions.francetvinfo.fr/haute-normandie/accueil-des-migrants-en-haute-normandie-l-appel-la-solidarite-de-mgr-descubes-archeveque-de-rouen-805335.html

    RIPOSTE LAÏQUE

  • Un tweet de Marion Le Pen

    Capture.PNG Marion.PNG

  • TCHO

    Capture.PNG TCHO.PNG

  • Saint-Étienne-du-Rouvray : l'exécutif pris à partie par le FN et LR

    http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/citations/2016/07/26/25002-20160726ARTFIG00194-saint-etienne-du-rouvray-l-executif-pris-a-partie-par-le-fn-et-lr.php

    XVM1992a79e-5337-11e6-a20c-224ef47bd2b0.jpg

    Démission!

    XVM8a6ba198-5358-11e6-b7bb-2c1e9cbaa47d.jpg

  • Qui était le père Jacques Hamel égorgé dans son église près de Rouen ?

    XVMef0bbac4-5331-11e6-b7bb-2c1e9cbaa47d.jpg prêtre.jpg

    http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2016/07/26/01016-20160726ARTFIG00151-qui-etait-le-pere-jacques-hamel-egorge-dans-son-eglise-pres-de-rouen.php

  • Prêtre égorgé : Adel Kermiche, l'un des assaillants, avait tenté de rejoindre la Syrie

    5996735_ok-adel-k_1000x625.jpg adel kermiche.jpg

     

    >Faits divers|26 juillet 2016, 16h17 | MAJ : 26 juillet 2016, 21h29|163

    Adel K., 19 ans, que l'on voit ici souriant sur cette photo, est l'un des assaillants qui ont égorgé un prêtre dans son église à Saint-Etienne-du-Rouvray, ce mardi 26 juillet 2016.

    (DR.)
    1/2
     
      
     

    L'un des deux auteurs de la prise d'otages ce mardi dans une église de Saint-Etienne-du-Rouvray (Seine-Maritime), près de Rouen, au cours de laquelle un prêtre a été égorgé,  a été formellement identifié.

     

    Cet individu, Adel Kermiche, 19 ans, avait tenté deux fois de rallier la Syrie en 2015, selon les informations du Nouvel Observateur. Une première fois, en mars alors qu'il était mineur, il a entamé un voyage vite interrompu : il a été arrêté à Munich en Allemagne, renvoyé en France puis placé sous contrôle judiciaire au domicile de ses parents à Saint-Etienne-du-Rouvray.

     

    En mai 2015, une fois majeur, il entame un nouveau périple, accompagné d'un ami d'enfance. Ils passent par la Suisse. Adel Kermiche embarque le 12 mai à l'aéroport de Genève-Cointrin avec la carte d'identité de son cousin, sur un vol en direction de la Turquie. Il est arrêté à l'aéroport d'Istanbul et renvoyé en Suisse où il est arrêté le 14 mai. Il fera un séjour à la prison de Champ-Dollon avant d'être extradé vers la France. Selon les journalistes de la Tribune de Genève qui avaient suivi l'affaire à l'époque, quand sa mère lui demande ce qui lui a pris, il répond simplement : «La France, ça m’saoule»… Adel Kermiche a été mis en examen pour association de malfaiteurs en lien avec une entreprise terroriste et placé en détention provisoire 10 mois. Il a été libéré le 22 mars 2016 sous bracelet électronique.

       

    Une fiche S «mise en sommeil»

     

    D'après L'Express, le parquet antiterroriste avait fait appel de cette décision du juge de libérer le jeune homme, appel qui avait été rejeté. Selon Le Point, Adel Kermiche était assigné à résidence chez ses parents, à Saint-Etienne-du-Rouvray. Même sous bracelet électronique, l'assaillant présumé avait droit à des horaires de sortie, de 8h30 à 12h30.

     

    Selon Dominique Rizet de BFMTV, les policiers de la Brigade anticriminalité (BAC) locale, ont identifié visuellement le jeune homme de 19 ans, bien connu de leurs services.

     

    Libération, qui cite des sources policières, indique que le jeune avait été fiché S au moment de son départ en Turquie, mais la fiche aurait été «mise en sommeil» depuis qu'il était aux mains de la justice française.

     

    «Ils se sont enregistrés»

     

    Vers 9h30, les deux terroristes ont pris en otages cinq personnes qui se trouvaient à l'intérieur de l'église, tuant le prêtre et blessant grièvement un fidèle. Selon Sœur Danielle, la religieuse qui est parvenue à prendre la fuite pendant l'attaque, les assaillants ont forcé le prêtre à s'agenouiller avant de l'égorger. «Ils se sont enregistrés en train de faire une sorte de sermon arabe autour de l'autel», a détaillé la religieuse au micro de BFMTV.

     

    Selon une source proche du dossier, ils auraient crié «Allah Akbar» à la sortie de l'édifice, avant d'être abattus par les forces de l'ordre. Les deux hommes avaient des armes blanches comme un couteau, «un vieux pistolet inopérant» et un «dispositif factice» faisant penser à des explosifs.

     

    Le groupe Etat islamique (EI) a affirmé que l'attaque avait été exécutée par deux de ses «soldats», selon l'agence Amaq, un organe de propagande de l'organisation jihadiste.

     

    Aucun explosif découvert

     

    Des opérations pour s'assurer que rien n'a été piégé et qu'aucun dispositif explosif n'avait été placé à l'intérieur ou autour de l'édifice ont été menées en début d'après-midi. Vers 16 heures, soit environ cinq heures après la fin de la prise d'otages, la police nationale a annoncé que l'opération de déminage et de sécurisation de la zone était terminée. Aucun explosif n'a été découvert. «La police technique et scientifique est maintenant au travail», a précisé le porte-parole du ministère de l'Intérieur Pierre-Henry Brandet.

     

    La section antiterroriste du parquet de Paris s'est saisie de l'enquête, confiée à la Direction interrégionale de la police judiciaire (DIPJ) de Rennes, la Sous-direction antiterroriste (SDAT) et la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI).

    LE PARISIEN