Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Blog - Page 28

  • Saint-Denis (93) : 14% des femmes qui accouchent aujourd’hui sont excisées

     

    12h25
     

    Chiffres rendus publics par la Maison des Femmes de Seine-Saint-Denis: dans ce département, 14% des femmes qui accouchent aujourd'hui sont excisées.

     

     

    Lors de la présentation du projet, la Maison des femmes, partenaire de l’opération, rappelait que «14% des femmes qui ont accouché à Saint-Denis sont excisées».

    Libération

  • Quand « Paris Match » raconte le glorieux voyage des Macron en Inde : « Même les chèvres de la capitale s’inclinent sur son passage. »

     

    17h22

     

    Match se serait-il donné pour mission de nous préparer à la reconversion louis-napoléon-bonapartienne d’Emmanuel Macron ? Au terme de son premier périple à travers la France en 1852, l’ex-président de la République devenu l’empereur Napoléon III se vit accueillir dans la capitale par ces mots : « Le conseil municipal de Paris vient avec empressement saluer votre retour ; il vient se féliciter avec vous du triomphe dont chacun de vos pas a été marqué dans ce glorieux voyage ». Aujourd’hui, c’est Paris Match qui se charge du boulot, livrant son récit extatique du glorieux voyage de Macron Ier en Inde.

    Le dossier de huit pages s’ouvre, choc des photos oblige, sur le cliché étalé en double page du couple Macron devant le Taj Mahal, caprice architectural d’un empereur moghol. D’une plume trempée dans le cirage, le texte d’ouverture assène sans craindre la pompe : « Pour les Indiens, Macron mérite plus que jamais le titre d’Emmanuel le majestueux' ». Pour nos confrères aussi, manifestement.  (…)

     
  • MIEGE

    vil001-770x1058.jpg

    versaiiiiiiii001-770x1060 (1).jpg

    souvenir-francais001-770x1060.jpg

  • Guerre juridique en vue autour du nouveau nom du Front national (MàJ)

    Par  le 12/03/2018

    13h28

    12/03/18

    Dans l’entourage de Marine Le Pen, on répète que «le Front national a l’antériorité sur ce nom», quoi qu’assure Igor Kurek. S’il n’y a aucune trace dans les registres de l’INPI d’un éventuel dépôt du nom «Rassemblement national» à l’époque où Jean-Marie Le Pen l’avait utilisé lors de la campagne législative de 1986, le député des Pyrénées Orientales, Louis Aliot, a quant à lui bien déposé à l’Institut le nom «Alliance pour un rassemblement national» le 12 janvier 2012. «Malgré cette antériorité, on n’a voulu prendre aucun risque, assure Philippe Olivier, conseiller spécial de Marine Le Pen. Pour être totalement sûr, nous avons chargé notre avocat de racheter le nom déposé auprès de Frédéric Bigrat.» Dans un communiqué, le Front national affirme avoir «depuis deux mois chargé un de ses avocats d’acquérir les droits de cette marque, ce qui a été fait par acte sous seing privé le 22 février 2018 de telle sorte que les droits de la marque sont aujourd’hui détenus par un des conseils du FN», Me Frédéric-Pierre Vos.

    Interrogée par RTL, Marine Le Pen a d’autre part annoncé vouloir porter plainte pour «utilisation frauduleuse de la flamme, emblème du Front national», contre le Rassemblement national d’Igor Kurek. En 2013, l’homme avait en effet choisi de reprendre la fameuse flamme tricolore, accolée à la croix de Lorraine gaulliste, comme insigne de son mouvement.

    (…) Le Figaro


    11/03/18

     

    Alors il parait que Marine veut changer le en " " " " ? 
</section>
<section class=

  • A Budapest, les représentants du V4 prônent une voie alternative pour l’Europe

    v4_Capture-du2019écran-2018-02-27-à-14.02.36-561x321-c.png

     

     
     
     
     

    12/03/2018 – HONGRIE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) : 
    Réunis le 3 mars dernier, les représentants des parlements de Pologne, de Hongrie, de Tchéquie et de Slovaquie, ont réaffirmé un certain nombre de positions communes : développement de la coopération entre les parlements, respect des particularités nationales, défense des valeurs chrétiennes et de la natalité face à l’immigration.

    Souhaitant garder les meilleures relations possibles avec le Royaume Uni, dans le contexte du Brexit, ils militent en faveur d’un élargissement vers l’Est de l’Union Européenne.

    Se sentant boudés par le tandem franco-allemand, les pays du V4 font valoir leur poids économique croissant dans l’Union européenne : ainsi le commerce extérieur entre l’Allemagne et les pays de Visegrad est-il 45 % fois plus élevé qu’entre l’Allemagne et la France.

    Des réalités que les poids lourds de Bruxelles et les grands médias ont du mal à prendre en compte.

  • La marque Rassemblement National est déjà déposée depuis 2013 à l'INPI

    https://www.delitdimages.org/marque-rassemblement-national-deposee-2013-a-linpi/

    16459220.jpg

    NdB: Remarquer le croix de Lorraine, en blanc, au centre du logo. Lire la lettre jointe.

  • JT TVL 12 MARS 2018

  • "Laissez-les vous appeler racistes" : comment Steve Bannon a conquis le FN

     


    Steve Bannon, le 10 mars à Lille, au côté de Marine Le Pen, lors du congrès du FN.

    16459220.jpg

    Malgré son profil sulfureux, le Front national entend bien continuer à créer des liens avec (le gourou de l'alt-right,) Steve Bannon. Reportage à Lille au congrès du parti.

     

    Philippe Olivier a le sourire. Il parle calmement. Son regard est guilleret. "Le menu de ce soir sera forcément bon !" Le conseiller de l'ombre de Marine Le Pen, et aussi son beau-frère, s'apprête à rejoindre le dîner du gala du XVIe congrès du Front national, à Lille ce samedi 10 mars. Il sera à la table d'honneur de cette soirée où plus 1.000 personnes festoieront joyeusement. Le plat de résistance, on le connaît : c'est Steve Bannon, le "stratège" qui a fait gagner Donald Trump lors de la présidentielle américaine. Il sera lui aussi à cette table d'honneur, en compagnie de Marine Le Pen. 

    "Vous savez, c'est quelqu'un de vraiment ouvert", décrypte Philippe Olivier, ancien mégrétiste repenti. "C'est quelqu'un de vraiment très intéressant, de vraiment très abordable. Il a ce style 'yankee' (américain, NDLR). Il fait ces grands gestes. Regardez quand il bouge sur scène, quand il pointe du doigt". Philippe Olivier soupire, de soulagement ou de plénitude, on ne sait pas. 

    "Quand on était dans la loge ensemble, c'était vraiment agréable. C'est un moment important, sa venue, vous savez. Vraiment important".

    Marie-Caroline Le Pen, son épouse, l'interpelle. Il faut y aller. C'est le moment de déguster à nouveau les paroles, les analyses de Steve Bannon, star surprise d'un congrès FN où tout est joué d'avance. Car rassurez-vous, "Steve Bannon n'est pas sulfureux", assurent en chœur les cadres FN interrogés par "l'Obs". Tous oublient, ou font mine de n'avoir pas vu, les articles flirtant avec l'antisémitisme et le racisme publié sur Breitbart News,  du temps où Steve Bannon dirigeait le site phare de la droite alternative .

    "L'histoire est avec nous"

    La venue de l'ancien conseiller spécial de Donald Trump à Lille est à la fois une surprise, et un sacré coup de chance. Comme "l'Obs" le racontait, c'est Louis Aliot qui a scellé la venue du gourou de l'alt-right américaine au grand raout frontiste lors d'une rencontre à New York, en compagnie de Jérôme Rivière, ancien député UMP qui a rejoint les rangs du FN. Le coup de chance vient du fait que la mini-tournée européenne de Steve Bannon coïncidait par hasard avec le congrès. 

    L'artisan de la victoire de Donald Trump ne pouvait pas rêver d'une meilleure audience. Alors qu'il montait les marches menant à la tribune, la salle et les 1.500 adhérents frontistes, selon les organisateurs, trépignaient avant de donner à celui qui veut "détruire l'establishment" une standing-ovation d'une rare intensité.

    Pendant plus de vingt minutes, vêtu de son éternelle veste kaki et d'une chemise bleue, les lacets de ses chaussures à moitié faits, Steve Bannon a tenté d'expliquer les bases théoriques de son idéologie et d'insuffler un peu d'espoir dans les rangs frontistes. Presque un an plus tôt, Marine Le Pen chutait brutalement face à Emmanuel Macron. Donald Trump, lui, a déjà fêté la première année de son mandat. Peu importe, Steve Bannon a promis la "victoire" au parti d'extrême droite en 2022.

    "L'histoire est de notre côté et va nous mener de victoire en victoire. Vous faites partie d'un mouvement mondial qui est plus grand que la France, plus grand que l'Italie, plus grand que la Hongrie, plus grand que tout ça. L'histoire est avec nous, c'est pour ça qu'ils [l''establishment', NDLR] ont tellement peur de vous".

    "Chaque jour, nous devenons plus forts"

    Il n'en fallait pas plus aux militants frontistes en quête de frisson. Qu'importe si le discours fut un peu décousu, voire compliqué quand Steve Bannon s'est aventuré à expliquer pourquoi il hait les banques centrales et les géants des nouvelles technologies mais qu'il estime que les cryptomonnaies, comme le Bitcoin, "vont sauver notre liberté".

    Forcément, Steve Bannon n'a pas oublié un de ses ennemis intimes : les médias. "Nous avons dû faire face à l'opposition des médias de l''establishment'". Huées. "D'ailleurs, où sont les médias de l'opposition dans la salle ?" Des dizaines de doigts pointent quelques journalistes assis. Nouvelles huées. Sans complexe, sans réserve. Steve Bannon est un showman qui sait chauffer une salle, il n'y a plus de doute. Pour le pire.

    Et puis, il a de nouveau donné des conseils :

    "Vous vous battez pour votre liberté ? Ils vous traitent de xénophobes. Vous vous battez pour votre pays ? On vous appelle 'racistes'. Mais les temps de ces paroles dégueulasses sont finis. Laissez-vous appeler racistes, xénophobes, portez-le comme un badge d'honneur. Parce que chaque jour, nous devenons plus forts et eux s'affaiblissent".

    Tonnerre d'applaudissements. La fin du discours approche. Steve Bannon lève la main. Marine Le Pen monte sur scène pour la poignée de main qu'elle avait rêvé de faire lors de son escapade ratée à la Trump Tower. Dans la foulée Bruno Gollnisch ne se prive pas de monter lui aussi sur scène pour serrer la main de celui qui se surnommait lui-même "Dark Vador". 

    "Cette humiliation sociale, c'est une force motrice"

    Surtout, Steve Bannon assure ne pas être là pour donner des leçons à Marine Le Pen. Il n'est pas venu en "professeur" mais en "observateur" pour apprendre comment le Front national, et les autres formations populistes en Europe, fonctionnent et gagnent. "Notre mouvement national et populiste n'existe que depuis quinze ans aux Etats-Unis. Vous êtes là depuis plus longtemps." Que pourrait lui apprendre Marine Le Pen ? Mystère, pour l'instant.

    "Je trouve que Steve Bannon ressemble beaucoup à Jean-Marie Le Pen", analyse Philippe Olivier. "Il a raconté l'histoire de son père, cet ouvrier qui a travaillé toute sa vie et qui a tout perdu lors de la crise de 2008. Il a vécu cette humiliation sociale que Jean-Marie Le Pen a aussi vécu, l'enfant breton rejeté par les hommes en place. Cette humiliation sociale, c'est une force motrice".

    Même si Steve Bannon a parfois un discours "simple", "alors qu'en France, nous aimons les idées", la convergence des luttes entre le gourou de l'alt-right et le FN est affichée et assumée. "On est pas obligé d'être d'accord sur tout, évidemment, et nous le faisons savoir quand c'est le cas", assure tout de même Nicolas Bay, vice-président du FN en charge des questions européennes. Reste que l'entente paraît parfaite. Un amour populiste que rien ne semble en mesure de gâcher. 

    "Nos idées comme des armes"

    Devant la presse, après son discours, Steve Bannon a eu des mots merveilleux pour... Marion Maréchal-Le Pen. Le fantôme du FN n'est jamais loin. A la question de savoir s'il qualifiait toujours Marion Maréchal-Le Pen "d'étoile montante", comme en 2016 et s'il estimait que Marine Le Pen était "une étoile déclinante", réponse, tout en finesse :

    "Je pense que c'était le meilleur discours après celui du président Trump. C'était électrisant ! C'est l'une des personnes les plus impressionnantes de la planète. La France est très chanceuse".

    L'ancienne éminence grise de Donald Trump, aujourd'hui en exil, a d'ailleurs assuré avoir rencontré Marion Maréchal-Le Pen le mois dernier, au lendemain de son intervention remarquée devant le gratin conservateur américain.

    Cette alliance de fortune entre un FN en quête de renouveau et un gourou débonnaire ira-t-elle plus loin que cette visite surprise au congrès ? "Vous nous prenez pour des débiles", sourit un proche conseiller de Marine Le Pen. "Bien sûr qu'on va tenter de créer plus de liens. On va voir comment les choses se développent. Louis Aliot a déjà fait beaucoup."

    A la question de savoir quels projets il avait en Euro-pe, Steve Bannon, lui, a préféré éluder. Son centre gravité est encore aux Etats-Unis, a-t-il dit. Il veut y lever "une armée de volontaires" voulant "s'engager en politique" mais aussi un "think tank moderne" pour utiliser "nos idées comme des armes". Et pourquoi pas, dès lors, l'exporter en Europe. 

    Paul Laubacher

  • AFFAIRE MAËLYS : LES TERRIBLES RÉVÉ­LA­TIONS DE L'AUTOP­SIE

    Publié le samedi 10 mars 2018 à 17:48  par Marine GIRARD

     

    L'analyse du sque­lette de Maëlys commence à livrer ses premiers secrets. Les méde­cins légistes estiment que la fillette a eu la mâchoire cassée.

     

    Selon les infor­ma­tions de RTL, Maëlys a eu la mâchoire frac­tu­rée. Le corps de la petite fille de huit ans, dispa­rue à la fin de l'été dernier, a été retrouvé mi-février après les aveux de Nordahl Lelan­dais qui a fini par conduire les enquê­teurs sur le lieu où il avait caché le corps depuis cette tragique nuit du 26 au 27 août 2017.

    À LIRE AUSSI >>Enquête Nordahl Lelan­dais avoue avoir « pris en stop » Arthur Noyer le soir de sa dispa­ri­tion

    Pour l'instant, les méde­cins légistes ne peuvent pas encore déter­mi­ner dans quelles circons­tances la mâchoire de la fillette a été brisée. Diffé­rentes hypo­thèses sont toute­fois envi­sa­gées : un coup violent porté au visage ou bien une chute. « Il faut rester très prudent », suggère une source judi­ciaire.

    Les vête­ments de la fillette passés au peigne fin

    Ils estiment égale­ment que cette frac­ture aurait pu être provoquée lorsque Nordahl Lelan­dais a aban­donné en plein nature le corps inerte de l’en­fant, au pied du Mont-Grêle à Atti­gnat-Oncin. Le sque­lette a été retrouvé dans un ravin, à côté de rochers saillants.

    À LIRE AUSSI >>Affaire-Maëlys Après ses aveux et une hospi­ta­li­sa­tion, Nordhal Lelan­dais se tait

    Les experts analysent égale­ment les vête­ments de Maëlys dont sa bras­sière et sa culotte, qui auraient été retrou­vées en boule près du corps, précise RTL. Lais­sés 6 mois en pleine nature, ils ont été dégra­dés par les intem­pé­ries.

    Les enquê­teurs espèrent avoir d'autres éléments avant l'audi­tion de Nordahl Lelan­dais lundi 19 mars devant le juge d'instruc­tion. Jeudi 8 mars, les parents de Maëlys se sont expri­més sur la dispa­ri­tion de leur enfant lors d'une confé­rence de presse, dénonçant « six mois de prise d'otage ».

  • Intervention de Steve Bannon au Congrès du FN à Lille

    http://www.fdesouche.com/967557-steve-bannon-ex-conseiller-strategique-de-trump-prendra-la-par-ole-aucongres-du-fn

  • JT TVL 9 MARS

  • FOLHUMOUR

    8925-p1-chard.jpg

    souvenir-francais001-770x1060.jpg

    vil001-770x1058.jpg

    virtuel001-770x299.jpg

  • Harcèlement sexuel. Un policier de la brigade anti-frotteurs du métro : « les auteurs que j’ai interpellés sont pour une très très grosse majorité d’origine maghrébine »

    966845.jpg

     

    16h42
     

     

    REPORTAGE – Quatre-vingts policiers se mêlent chaque jour aux voyageurs et parcourent les lignes du métro parisien dans le but d’appréhender ces hommes qui profitent de la forte affluence pour agresser sexuellement des passagères.

    (…)

      Sur le quai, on peut déjà détecter les agresseurs potentiels : « Ils se positionnent en retrait, dos au mur, pour mieux repérer leur victime , décrypte Maxime, l’un des policiers. Ils peuvent laisser passer deux ou trois rames, pour soudain rentrer, ressortir, monter dans le wagon suivant… puis faire demi-tour et prendre le métro en sens inverse. Ces hommes vont rester debout, là où il y a le plus de monde, le regard dirigé vers le bas. On passe la journée à observer les gens, leur regard, les mains, le tour de la ceinture, à surveiller les comportements incohérents. Dès qu’on en trouve un bizarre, on va le filocher (le suivre, NDLR) . Avant, ces prédateurs ne se doutaient pas que des policiers pouvaient être sur eux ; aujourd’hui, ils savent. » Leurs profils ? « Tous âges – 12 à 86 ans -, tous milieux socioprofessionnels, toutes nationalités. » Costumes cravates comme joggings, mais « souvent les poches décousues, pour se caresser » . Ils sont concentrés sur le nord du réseau RATP, les lignes 2, 4 et 13. « Elles traversent les secteurs les plus criminogènes de Paris et sont empruntées par pas mal de touristes , commente Fabien, coéquipier de Maxime. Même s’il y a eu des Européens et aussi un Chinois, depuis plus de dix ans que je fais ce métier, les auteurs que j’ai interpellés sont pour une très très grosse majorité d’origine maghrébine. » Quant aux victimes, ce sont des ados comme des retraitées. Et des hommes aussi, de plus en plus.

    (…)

    (Merci à EtoileAzur)

  • JT TVL 8 MARS 2018

  • En Italie, le parti anti-immigration a fait élire le premier sénateur noir de l'histoire 7 mars 2018, 13:27

    5a9fc7da09fac204448b4567.jpg

     

    © Capture d'écran du compte Facebook de Tony Iwobi
    Une des affiches de campagne de Tony Iwobi, premier sénateur noir de l'histoire transalpine.
     

    Tony Iwobi, un Italien d'origine nigériane arrivé dans le pays en 1976, a été élu sénateur dans la province de Bergame au sein de la Ligue. Une première dans l'histoire italienne pour une personne de couleur.

    Le parti populiste anti-immigration la Ligue a offert un joli pied de nez à ses détracteurs. Non content de sa percée historique lors des élections législatives du 4 mars, il a en effet fait élire Toni Iwobi, désormais premier sénateur noir de l'histoire de la péninsule.


     
     

    Eletto il primo senatore di colore della Repubblica Italiana: è nigeriano e della Lega. La sua storia, dalla Nigeria a Palazzo Madama http://bit.ly/2I9ZpY0 

    •  
      77
    •  
     
     

    Cet Italien d'origine nigériane réside à Spirano dans la province de Bergame. Il est arrivé en Italie en 1976 et milite au sein de la Ligue depuis 25 ans. Pour lui, ce parti est une barrière au racisme.

    «La discrimination naît justement quand prolifère l’immigration clandestine»

    Il déclarait ainsi dans une interview le 29 janvier 2018, alors qu'il lançait sa candidature au Sénat : «En ce qui me concerne, Matteo Salvini et la Ligue représentent une barrière importante contre le racisme. La discrimination naît justement quand prolifère l’immigration clandestine, qui est l’antichambre de l’injustice sociale et de l’insécurité».

    Celui qui est en charge du volet «immigration» de la Ligue ne sent pas de communauté de destin avec les migrants fraîchement arrivés et l'explique au journal italien Il Fatto Quotidiano : «Quand je suis arrivé en Italie à l'âge de 22 ans, j'avais un visa d'étude. Avant, personne ne pouvait entrer dans le pays sans un permis régulier. Hé bien, aujourd'hui ce n'est plus comme ça.»

    Pour rappel, le parti de Matteo Salvini a fait campagne sur une ligne hostile à l'immigration massive découlant de la crise des réfugiés que connaît l'Europe. Il a par exemple promis d'expulser 500 000 immigrés clandestins. La Ligue, qui avait fait 4% aux législatives de 2013, a multiplié son score par quatre à celle de mars 2018, avec 18%. Matteo Salvini pourrait être désigné Premier ministre et appelé par le président italien dans les prochaines semaines à proposer un gouvernement de coalition, bien que le chef de La Ligue ait affirmé le 5 mars son refus de s'allier avec le Mouvement 5 étoiles.

    Lire aussi : «Une défaite claire» : Matteo Renzi confirme sa démission de la tête du Parti démocrate italien

  • Éric Zemmour : “Macron ferait bien de regarder dans la boule de cristal italienne”

     

     
     
      

    07/03/2018 – FRANCE (NOVOpress)
    Les élections législatives italiennes du week-end dernier ont consacré deux vainqueurs – la Ligue et le Mouvement 5 étoiles – et un grand vaincu – l’ancien premier ministre, Matteo Renzi.

    Éric Zemmour revient sur le parcours de Renzi et lance un avertissement à Macron :

    Il était jeune et beau. il était fringant et élégant. Il était l’idole des médias et de la Commission européenne. Il était l’incarnation de l’efficacité technocratique, un manager au pays des politiciens madrés et pusillanimes.

    Il était issu de la gauche, et même du centre-gauche, mais il n’hésitait pas à reprendre les recettes libérales venaient de la droite. Il était le meilleur rempart contre le populisme. Toute l’Europe le regardait avec des yeux de Chimène. Emmanuel Macron ? Non. Matteo Renzi. Emmanuel Macron avant Emmanuel Macron. Cinq ans avant précisément.

    Même chose pour l’immigration. Renzi comme Macron, tenait lui aussi un discours équilibré, alliant fermeté et intégration. Mais son discours a été balayé par la réalité.

    Macron devait scruter le destin politique de Renzi, comme il regarderait dans une boule de cristal. Renzi est son double, son clone. Il est son passé, il risque aussi d’être son avenir.