Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Blog - Page 298

  • De Verdun à Cannes : le triomphe du dérangeant

     

    vomir.jpg rue de la gerbe.jpg

     

    Comme si le but de la vie sociale, du culte du passé, de la saveur du présent, de l’art était de « déranger ».


    Magistrat honoraire et président de l'Institut de la parole

     
     

    Ainsi, depuis quelques jours, parce que le rappeur Black M avait été invité à chanter le 29 mai à Verdun pour, croyait-on, "la commémoration du centenaire et en souvenir des centaines de milliers de morts pour la France", une controverse qui n’avait pas été suscitée que par l’extrême droite, avait pris de l’ampleur […].

    Le maire de Verdun, le socialiste Samuel Hazard, confirmait que sa future présence résultait d’un "choix collégial et unanime" validé par la Mission du Centenaire, l’Etat, le département et la région lors d’un comité interministériel.

    En raison des "risques forts de troubles à l’ordre public" et de cette effervescence "de haine et de racisme" imputée principalement par le maire à l’extrême droite, la venue de Black M était annulée et on apprenait que son concert était prévu dans la soirée pour 4000 jeunes et qu’il n’avait pas de lien avec "l’hommage mémoriel".

    Faut-il […] continuer à s’étonner que, pour une telle journée et en suite d’une aussi solennelle et grave cérémonie, un accord unanime ait pu accepter un tel concert et avec ce rappeur ? Convient-il de se féliciter parce que l’impudeur et l’indécence n’étaient pas allées jusqu’à une inacceptable confusion ou cependant déplorer que personne n’ait songé, dans ce processus du haut jusqu’en bas, de l’Etat à la mairie, à signaler l’aberration de ce tour de chant dont le rappeur précisait qu’il n’était fait que pour "donner du plaisir" ? Par quelle aberration pensait-on pouvoir distinguer, le 29 mai, aussi artificiellement, la conscience, le respect et la mémoire du divertissement et de la vulgarité ? […]

    Je ne peux pas m’empêcher de relever dans cette dérive officielle "le triomphe stupide du dérangeant", l’envie frénétique de s’échapper d’une belle et classique normalité, de provoquer, de surprendre et d’avoir une conception de la jeunesse, si médiocre qu’on l’aurait souhaitée prise par le rap plus que par l’Histoire.

    Le rapprochement que j’opère avec le Festival de Cannes n’est pas artificiel parce que "le triomphe stupide du dérangeant" y est en quelque sorte chez lui et qu’on a parfois l’impression, quand on voit après les films qui ont été sélectionnés, que, pour sa bonne santé et sa qualité, le cinéma devrait échapper au cinéma et cet art ne plus être confié aux seuls professionnels mais au moins faire une large place aux amateurs.

    Quand J’entends le cinéaste Alain Guiraudie déclarer avec un air de fierté que son film, le premier en compétition – Rester vertical – est dérangeant et que même certains critiques, qui généralement s’accommodent de tout, le trouvent trash, je m’inquiète. "On y filme en direct un accouchement, les sexes féminins et masculins sont filmés de très près et il y a une sodomie avec un mourant sur fond de musique planante " […]

    Comme si le but de la vie sociale, du culte du passé, de la saveur du présent, de l’art était de "déranger".

    Déranger est devenu l’alibi des "créateurs" qui n’ont que cette unique corde à leur arc […]. Le dérangement, comme tant d’autres procédés qui pourraient être valablement utilisés, sans en abuser, comme moyens de l’expression, s’est dégradé en une fin. […]

    Le triomphe stupide du dérangeant. Que tous ceux qui en profitent ne s’en plaignent pas et l’exploitent, soit. […] Mais que cette déliquescence du goût soit accompagnée, théorisée, magnifiée par des regards, des écoutes et des esprits qui devraient au contraire la dénoncer, c’est la tragédie d’aujourd’hui.

    Dans une telle critique, rien de réactionnaire ni de poussif. Seulement un désir de faire revenir au coeur la plénitude et la chaleur de l’humain, la force éblouissante de l’universel et de son partage avec tous.

    Rien qui dérange, tout qui exalte.

    Extrait de : Le triomphe stupide du dérangeant….

    BV

  • Point trop n'en faut

    Par Le veilleur de nuit de Délit d’images

    Après l’annulation du concert de Black M, faisant à nouveau preuve d’une amnésie de très mauvaise foi, la presse subventionnée se déchaîne, à l’instar du Monde, contre cette « fachosphère qui a fait annuler le concert ». Dans un parfait amalgame, lui aussi atteint d’une grave crise d’amnésie, oubliant les nombreuses insultes proférées par ce chanteur et le groupe Sexion d’assaut à l’encontre de la France, des Français… ramenant, par des mensonges éhontés, cette polémique à la couleur de derme de Black M et ses origines africaines… Notre salarié, le secrétaire d’Etat aux Anciens combattants, Jean-Marc Todeschini, que nul ne connaissait jusqu’alors, en profite pour se faire enfin un peu de pub, auprès des 12% d’électeurs restant au PS : « C’est un premier pas vers le totalitarisme, vers le fascisme », a-t-il osé claironner sur iTélé.

    « Je veux dire ma colère de voir qu’un déferlement de haine, d’injures et de menaces forcer un élu à annuler le concert d’un artiste dans un pays où la liberté d’expression et de création sont des valeurs et des droits fondamentaux », a-t-il ajouté dans un communiqué. « Ce déferlement de haine, d’injures et de menaces est indigne d’une démocratie et du respect que méritent les élus d’une ville dont la guerre a fait une martyre ».

    A aucun moment, l’un des responsables de cette programmation scandaleuse, par exemple Joseph Zimet, époux de Rama Yade et directeur de la mission du Centenaire de la Grande Guerre, n’a évoqué une erreur, une décision malencontreuse,… prouvant ainsi qu’il s’agissait bien d’un choix délibéré avec ses corollaires: haine de la France, acculturation, etc.

    Bien au contraire, la gauche bien-pensante continue à insulter ceux qui osent ne point penser comme eux!

    Il est « amusant » de constater combien alors que la décision fut semble-t-il collégiale, ils se renvoyaient tous la baballe. Courageux mais pas téméraires comme nous le verrons plus loin…

    Au même moment, Black M faisait part « de son incompréhension et de son inquiétude », dans une « lettre ouverte » publiée sur Facebook. Soudainement, il  rappelle que son grand-père a combattu durant la Deuxième Guerre mondiale parmi les tirailleurs sénégalais et déplore les « propos haineux » dont il a été victime ces derniers jours, se souvenant brutalement s’appeler Alpha Diallo, aimer ce pays de kouffar, de youpins et les pédés qui y vivent. Se poser en martyr quand l’on sait ce que fut l’enfer de Verdun…

     

    Commentant, dans l’Est Républicain, la décision (pour lui cruelle) d’annuler le concert Black M, Samuel Hazard, maire PS de Verdun, a osé ajouter : »je maintiens que Black M n’a pas entretenu de propos homophobes*. Mais ces explications ne sont pas entendues ».

    Malencontreusement, ces violents propos homophobes nous les avons entendus et ils ne peuvent être niés puisqu’enregistrés dans la chanson Désolé soit: « Je crois qu’il est grand temps que les pédés périssent, coupe leur le pénis, laisse les morts, retrouvés sur le périphérique ».

    Comme cela ne suffisait pas, lors d’une interview le leader du groupe avait exprimé très clairement leur homophobie car c’est « une déviance qui n’est pas tolérable ».

    Entre 2010 et 2013, nombre de médias, qui crient aujourd’hui au scandale quant à cette annulation, leur étaient alors tombés sur le dos, non ceux que la gochosphère qualifie de fachosphère mais des bien-pensants sponsorisés par vos deniers tels Les Inrocks ou le nouvel Obs, etc.

    Selon Charts in France: « Publiée en juin de cette année-là mais relayée au mois de septembre, l’interview du groupe de rap dans le magazine International Hip Hop avait créé une énorme polémique. « Pendant un temps, on a beaucoup attaqué les homosexuels parce qu’on est homophobe à 100% et qu’on l’assume. Mais on nous a fait beaucoup de réflexions et on s’est dit qu’il était mieux de ne plus trop en parler parce que ça pouvait nous porter préjudice » déclarait Lefa à l’époque, qualifiant l’homosexualité de « déviance qui n’est pas tolérable ». Devant l’ampleur de l’incident, plusieurs radios ont décidé de boycotter Sexion D’Assaut et plusieurs de ses concerts ont dû être annulés. Une période qui a visiblement été très difficile pour eux. « Je l’ai très mal vécu, je voulais disparaître, tout arrêter, le groupe aussi. Je me disais « On est mort » » a confié Maître Gims, assurant plus tard ne pas vouloir être un modèle. »

    Selon Le monde: « Les tubes, Désolé, Casquette à l’envers, ont squatté les ondes, et deux « générations » (les 10-13 ans et les 13-20 ans) ont appris ces hymnes par coeur (« J’ai préféré partir et m’isoler/Maman comment te dire que j’suis désolé « ) à la vitesse du SMS. Sur Facebook, la page Sexion d’Assaut a dépassé 1,2 million de connexions. « La plus forte communauté de France, avant Christophe Maë », dit leur producteur Dawala.
    Mais voilà que ces enfants de la diffusion par la Toile sont aujourd’hui rattrapés par celle-ci. En janvier, alors que le groupe est encore méconnu, l’un de ses membres, Lefa, grandi dans la rue des Abbesses, déclare au magazine français International Hip-hop : « Pendant un temps, on a beaucoup attaqué les homosexuels parce qu’on est homophobe à 100 % et qu’on l’assume. » Il ajoute qu’à ses yeux l’homosexualité est une « déviance qui n’est pas tolérable ». Publié en juin, l’entretien reste circonscrit à un cercle d’amateurs. Il en va autrement quand il est divulgué, à mi-septembre, via Twitter et des blogueurs. »

    Selon Yagg: »C’est la maison de disques, Sony, éditrice du dernier album de la Sexion d’Assaut, qui livre un début de réponses sur Tetu.com. Les propos seraient véridiques, mais n’auraient été tenus que par un seul membre du groupe, Lefa. C’est peut-être la version qui sera défendue par l’ensemble du groupe un peu plus tard. En effet, sur sa page Facebook, on peut lire: « Nous ne sommes pas homophobes, nous nous exprimerons à ce sujet ». En attendant la conférence de presse et la localisation du « prophète chez des gays », on peut toujours relire les paroles de la chanson Cessez le feu: « Lointaine est l’époque où les homos se maquaient en scred/ Maintenant se galochent en ville avec des sappes arc-en-ciel/ Mais vas-y bouge, vas-y bouge/ Toutes ces pratiques ne sont pas saines ». Ou le titre On t’a humilié, du 3è Prototype, dont les membres font maintenant partie de la Sexion d’Assaut: « Je crois qu’il est grand temps que les pédés périssent, coupe leur le pénis, laisse les morts, retrouvés sur le périphérique ». La Sexion d’Assaut va devoir trouver un peu mieux que « Désolé » pour faire passer de telles pilules. »

    (En vous baladant sur le net, vous trouverez des dizaines d’articles très précis développant le sujet.)

    Nous prenant encore et toujours pour des crétins ignares avachis, les politicards ont essayé de nous imposer leur idéologie mortifère via un chanteur de rap, de l’ère du vide, de la haine et du fric étalé, que peu connaissaient mais désormais plus que célèbre. Leur stratégie indigne et insultante a lamentablement capoté, ces lâches ont eu peur et ont fui, non parce que poursuivis par le déferlement d’une quelconque haine mais parce que une très grande majorité de patriotes français outrés ont fait savoir, haut et fort, que l’on ne pouvait célébrer Verdun et ses centaines de milliers de morts par un divertissement musical où on allait s’amuser, comme le précisait si sympathiquement Black M, ce jeune Français qui connait bien l’histoire de son pays lequel, évoquant l’hommage dû aux Poilus, a dit:  « C’est la scène et c’est quelque chose que j’aime énormément […] Je les invite à venir me voir, qu’ils aiment ou pas ma musique, on va s’amuser« .

    Serait-ce enfin le début de la fin de cette dictature de la pensée unique malsaine, périlleuse et mensongère?

    De plus, nous avons économisé 150 000 euros. A quels réfugiés-déracinés-expatriés va-t-on les offrir?

    Fini les veaux?

  • Morale et valeurs au service exclusif de l’idéologie

    Egalité2.jpg

     


    Le billet de François d’Usclat

        Nous connaissons les principes républicains hérités de la Révolution : Liberté, Egalité, Fraternité, laïcité, République une et indivisible. Mais sont venues s’y ajouter depuis de présumées valeurs comme la « citoyenneté » et le « vivre ensemble ». Les inventeurs de ces formules passe-partout s’imaginent que les invoquer suffiront, par le seul effet de la tympanisation, à gommer les effets d’une gestion désastreuse du pays.

        Traduisons tout d’abord. Citoyenneté signifie adopter un consensus républicain comme on embrasse un catéchisme sans exclusion. Il faut en toutes circonstances avoir un comportement citoyen… Ainsi, exemple parmi tant d’autres, une entreprise citoyenne est celle qui procédera à l’embauche par « discrimination positive ». Et, a contrario, à un journal qui pense de manière non consensuelle l’État n’allouera pas de subventions. Bref, on distribue les bons et les mauvais points. Français, encore un effort si vous voulez être (de bons) républicains !

        Quant au vivre ensemble, l’expression commence à être usée jusqu’à la corde depuis qu’il s’avère de façon très évidente que le territoire offre plutôt le décor d’un exister-ensemble que ses acteurs n’ont qu’à subir en se taisant. Ces exaltations universalistes ont connues leur apogée lors l’élection d’un maire musulman pour Londres. Anne Hidalgo en a été tout émoustillée…
     

     

     

        En attendant, encore faudrait-il savoir ce qui est entendu et considéré comme « valeurs ». Il est absurde d’en faire la louange quand nous voyons qu’elles portent atteinte aux principes de liberté et de laïcité. Comme si cette tambouille n’était pas assez épaisse et indigeste, on y rajoute de pleines brassées de morale. Difficile de ne pas être frappé par ce phénomène : la société civile est plus que jamais placée sous étroite surveillance. Les censeurs voient des déviants partout, et nombreuses sont désormais les figures politiques et médiatiques qui passent leur temps à s’excuser et à rendre des comptes ; le moindre dérapage devient bavure, les réseaux sociaux sont encombrés de roquets et d’inquisiteurs.

        Le règne du politiquement correct n’est que le reflet de cette « normalisation » de l’espace public. La moindre atteinte ou présumée atteinte à la dignité de chacun (plus souvent, en fait, la susceptibilité ou l’irritabilité) est mise en accusation par les moralistes auto-institués. Situation qui convient bien à nos déclarés adeptes de la tolérance encore et toujours convaincus que les sociétés s’ouvrent en se pacifiant… Cette grosse machine, les supplétifs du système l’alimentent avec d’autant plus de hargne que, à l’encontre de leurs attentes, elle laisse entendre des trépidations quelque peu alarmantes qui annoncent la panne.

        Mais que l’on se rassure, dans cette campagne de moralisation générale (en auront fait les frais dernièrement un footballeur complice de chantage et un élu vert chaud lapin, pourtant tous affidés du système) : pas touche à l’étranger, ce nouveau damné de la terre ! Lui, il faut le comprendre ; ses valeurs et sa morale sont siennes, et nous ne sommes plus au temps du paternalisme colonial mais de la relativisation des cultures. À ce propos, nous avons encore en tête le souvenir amer du traitement médiatique (édulcoré) du harcèlement et du viol de centaines de femmes blanches à Cologne par des immigrés musulmans la nuit de la Saint-Sylvestre. L’angélisme et la duplicité des bonnes âmes prêtes à tout excuser, sauf évidemment à l’autochtone, ont la vie dure…

        Partout on recourt donc à l’artifice et au procédé pour tenter de masquer l’évidence, celle d’un fiasco national et même européen qui a nom ethnocide par submersion. D’ailleurs, et ce n’est pas vraiment une surprise, les peuples commencent à ne plus croire en l’efficacité des transferts de pouvoirs et de la trans-nationalité quand ils voient que c’est pour en arriver là. Que d’aberrations ! On légifère avec rigueur sur le calibre des fruits et des légumes ou la pasteurisation des fromages mais guère sur les flux migratoires (en tout cas : pas de sanctions pour l’Allemagne et sa candide chancelière). Bref, ce n’est pas de ceux qui ont conduit leur pays au fond de l’impasse qu’il faudra attendre la moindre solution. Les élites continueront à louer leurs « valeurs » et à asséner leurs leçons de bonne conduite pour tenter d’endiguer la colère qui monte.

        Mais, dès lors qu’elles n’abusent plus grand-monde, on peut mesurer ce que ces valeurs et cette morale ont d’éphémère.
     
    Ligue du Midi, les Identitaires du Languedoc-Roussillon
  • On ne peut pas être patriote si on ne défend pas la famille

    https://youtu.be/41S-F6_LCQ0

     

    176

    Le 17 mai prochain, le SIEL organise une manifestation pour les 3 ans de la loi Taubira. Rendez-vous est donné Place Saint Augustin à Paris, à 18h.
    Karim Ouchikh, président du SIEL, et Maître Frédéric Pichon, vice-président, expliquent pourquoi le combat reste essentiel.

    BV 15 05 2016

  • Langue arabe à l'école, une enseignante témoigne

    Vidéo 

    Ajoutée le 17 avr. 2016

    Valérie Laupies, directrice d'école à Tarascon, témoigne à propos des ELCO, les « enseignements de langue et de culture d'origine ».

    (merci à Dirk)

  • Aubervilliers (93) Face aux racailles, les Chinois prennent les choes en main

    http://www.fdesouche.com/730219-aubervilliers-93-face-aux-racailles-les-chinois-prennent-les-choses-en-main

    PHOTOS

  • Cap-Sizun. Les 11 communes s’engagent en faveur de l’immigration

    cap_sizun_immigration.jpg

    il y a 3 jours

     

    13/05/2016 – 06h45 Cap-Sizun (Breizh-info.com) – A la question « Êtes tous favorables à l’accueil de réfugiés dans votre commune ? », les onze communes formant la communauté de commune du Cap-Sizun (29) ont répondu « oui ». Les élus d’Audierne, de Beuzec Cap-Sizun, de Cléden Cap-Sizun, de Confort-Mellars, d’Esquibien, de Goulien, de Mahalon, de Plogoff, de Plouhinec, de Pont-Croix et de Primelin engagent ainsi l’ensemble de leurs administrés respectifs dans un processus éventuel d’accueil d’immigrés/réfugiés – une dissociation que même les pouvoirs publics semblent avoir de grosses difficultés à faire.
    C’est un petit collectif « en faveur des réfugiés », composé de quelques militants de gauche du secteur (et de Douarnenez) qui a interpellé les élus en leur adressant un questionnaire.
    Deux maires, Benoît Laurion (Pont Croix, 1601 habitants) et Gilles Sergent ( Beuzec 1000 habitants) proposent même de mettre à disposition des locaux municipaux pour accueillir des familles.

    En Europe, certains pays ont été à la  pointe dans l’accueil de « réfugiés » « migrants », avec parfois des conséquences dramatiques à la clé (les viols de Cologne). C’est aussi le cas de la Suède, qui commence à déchanter car les faits divers impliquant des migrants se multiplient. Ainsi, le 10 mai 2016, le Dailymail rapportait qu’un migrant qui se disait âgé de 15 ans (ce qui s’est révélé faux) a violé une petite fillette de 10 ans au sein même de la maison familiale. La mère de la victime avait en effet accepté d’accueillir chez elle des réfugiés en provenance d’Erythrée. En Autriche la semaine dernière, c’est une jeune femme qui a été tuée à coups de barre de fer par un « migrant » en provenance du Kenya.

    « Ce genre de faits divers n’arrive pas tous les jours, on ne peut pas généraliser » nous confie un élu finistérien. « Mais c’est vrai qu’en prenant la décision d’accueillir des gens avec d’autres moeurs, d’autres coutumes, il y a toujours le risque de mettre en danger sa propre population. C’est un risque à prendre et à assumer. Ou pas  » explique-t-il avant d’évoquer toutefois « des pressions de petites associations ou collectifs qui parviennent à faire pression sur des élus qui pensent bien faire ».

    Le coût de limmigration irrégulière pour la France en 2015 est estimé à 1,38 milliard d’euros. L’équivalent du budget annuel de la région Bretagne

    Ce Vendredi 13 mai, à 18 h 30, le collectif pour l’immigration et les réfugiés organise une soirée à l’espace culturel Louis-Bolloré, projection du film Fraternité (21 minutes) tourné par le collectif de Douarnenez, puis réunion publique sur les réfugiés par le collectif du Cap-Sizun. Entrée libre.

    Crédit photo : DR
    [cc] Breizh-info.com, 2016 dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

  • VIDEO - Crise migratoire : que faire ? Débat entre Jean-Yves Le Gallou et Catherine Wihtol de Wenden

    https://youtu.be/m2iS1CEyO8k

     

    Crise migratoire : que faire ? Débat choc entre Catherine Wihtol de Wenden (politologue, sociologue et militante du droit à l’immigration en France) et Jean-Yves Le Gallou, haut fonctionnaire, ancien député européen, cofondateur du club de l’Horloge et président du think tank Polémia, en direct sur Radio Sputnik le 12 mai 2016.

    Publié le
    NOVOPRESS
  • Obama demande le soutien militaire de l’UE dans une guerre éventuelle contre la Russie

    Partager sur Facebook Tweeter

     

    Obama-Credit-NASA-HQ-PHOTO-flickr-cc-600x384.jpg

    Source : Polemia

    Selon un article du 23 avril publié par Deutsche Wirtschafts Nachrichten (Nouvelles économiques allemandes), le président américain Barack Obama «exige le déploiement actif de la Bundeswehr [forces armées de l’Allemagne, y compris leur Armée, la Marine et la Force aérienne] sur les frontières orientales de l’OTAN» en Pologne et dans les Républiques baltes, rejoignant ainsi là-bas le quadruplement des forces américaines à proximité des frontières de la Russie.

    Ceci est une violation absolue de ce que le dirigeant russe Mikhaïl Gorbatchev avait accepté en mettant fin à l’Union soviétique et au Pacte de Varsovie – organisation miroir de l’OTAN – et c’est aussi l’aboutissement d’un processus qui a commencé peu de temps après que Gorbatchev a accepté les conditions de l’Amérique, qui incluaient que l’OTAN «ne bouge pas d’un pouce vers l’est».

    En outre, le journal DWN rapporte que le 25 avril, le Président des États-Unis a tenu une réunion au sommet à Hanovre en Allemagne, avec les dirigeants de l’Allemagne (Angela Merkel), de l’Italie (Matteo Renzi), de la France (François Hollande) et de la Grande-Bretagne (David Cameron). L’objectif présumé de cette réunion était l’obtention d’un accord pour établir, dans les pays de l’OTAN limitrophes de la Russie, une force militaire de ces cinq pays, une force menaçant la Russie d’une invasion, si ou quand l’OTAN décide par la suite qu’il faut répondre militairement à la menace de la Russie.

     

    L’encerclement de la Russie par l’OTAN, avec des forces qui lui sont hostiles, est prétendument défensif – pas offensif – contre la Russie, et est présenté comme tel par nos médias. Au cours de la crise des missiles cubains en 1962, JF Kennedy n’a pas considéré le plan de Nikita Khrouchtchev d’installer une base de missiles nucléaires à Cuba comme étant défensif de la part de l’URSS – et de même le président russe Vladimir Poutine ne considère pas l’opération américaine, autrement plus vaste, d’encerclement de la Russie comme une opération défensive. Le gouvernement des États-Unis et l’OTAN agissent comme si la Russie les menaçait, plutôt que de considérer qu’ils sont eux-mêmes une menace pour la Russie en l’encerclant – et leurs médias relaient ce mensonge comme s’il s’agissait d’une vérité digne d’être prise au sérieux. En fait, l’OTAN est déjà installée sur la frontière occidentale de la Russie.

    Obama en rajoute donc maintenant aux sanctions économiques contre la Russie, qu’il avait imposées en raison de la prétendue annexion de la Crimée, après que les États-Unis et l’UE ont machiné un coup d’État pour renverser l’allié de la Russie, Viktor Ianoukovitch, qui avait dirigé l’Ukraine jusqu’en février 2014.

    Même si les sondages en Crimée, parrainés par les Occidentaux, à la fois avant et après le coup d’État, avaient montré que plus de 90% des Criméens voulaient rejoindre la Russie, et juste après que ces derniers ont voté massivement pour la rejoindre, Obama a lancé des sanctions contre la Russie. Les armes nucléaires ont été préparées, tant du côté des États-Unis-UE que du côté russe, pour une éventuelle guerre nucléaire.

    Ce n’est pas une simple restauration de la guerre froide – censément basée sur le désaccord idéologique capitalisme-communisme ; il s’agit de mettre en place des forces pour une éventuelle invasion de la Russie, purement et simplement – une conquête brutale – bien qu’aucun média de masse majeur dans l’Ouest ne signale ce fait tel qu’il est.

    La préparation actuelle ne signifie pas nécessairement qu’une guerre nucléaire s’ensuivra. La Russie pourrait accepter, quelles que soient les exigences de l’Occident, et donc perdre sa souveraineté. Par ailleurs, si la Russie s’accroche à son sol et refuse de céder sa souveraineté nationale, l’Occident – le leadership US et les directions dans ses pays alliés – pourrait cesser ses menaces toujours de plus en plus sinistres, et simplement se retirer des frontières de la Russie.

    Fondamentalement, depuis 2013, la direction des États-Unis a décidé de reprendre l’Ukraine et a refusé de reconnaître le droit du peuple de Crimée de rejeter la nouvelle soumission à Kiev et de décider de son propre avenir. Fin février 2014, la direction russe a décidé de protéger la Crimée du type d’invasion qui a eu lieu par la suite dans l’ancienne région du Donbass en Ukraine, où l’opposition au coup d’État d’Obama était encore plus intense.

    L’Occident continue d’affirmer que la Russie a, en quelque sorte, tort dans cette affaire. Cependant, étant donné que même le chef de Stratfor a qualifié ce qu’Obama a fait en Ukraine le «coup d’État le plus flagrant dans l’Histoire», et que le fait que ce soit un coup d’État orchestré par les États-Unis a été largement documenté sur les téléphones portables et autres vidéos, et dans l’enquête académique la plus minutieuse qui a été effectuée sur la question. Même Petro Porochenko, président de l’Ukraine et participant à l’événement, l’a reconnu comme étant un coup d’État. Et depuis, des preuves ont été apportées sur Internet, des préparatifs de l’ambassade des États-Unis, dès le 1er mars 2013, pour le coup d’État de février 2014. Des sondages commandités par le gouvernement des États-Unis ont même montré que les Criméens rejetaient massivement ce coup d’État et voulaient rejoindre la Russie.

    Alors il faut répondre à la question : sur quelle base sont fondées les actions agressives de l’Ouest, menaçant la sécurité nationale de la Russie, autre que les propres ambitions impérialistes envers celle-ci, camouflées par des mensonges sur une Russie et un président Poutine agressifs dont les médias occidentaux ont massivement abreuvé le public ? Et c’est une base très inquiétante, et même préoccupante en ce qui concerne, essentiellement, le type de leadership dictatorial de l’Occident, plutôt que toute autre dictature en dehors de lui.

    L’agression et la menace ici, viennent clairement de l’Occident contre l’Orient.

    En janvier dernier, le président russe Vladimir Poutine a une nouvelle fois interpellé le président américain Barack Obama sur son énorme mensonge selon lequel les armes anti-missiles, que l’Amérique installe en Europe, servent à protéger celle-ci contre les missiles nucléaires iraniens. Maintenant que les États-Unis reconnaissent que l’Iran n’a pas, et n’aura pas de missiles nucléaires, Obama intensifie ces mêmes installations en Europe au lieu d’y mettre fin, à proximité des frontières de la Russie. La seule vraie raison de leur présence, comme Poutine le soutient, est de permettre une attaque nucléaire soudaine de première frappe contre la Russie, pour désactiver ses capacités de rétorsion en quelques minutes.

    La seule réponse rationnelle, pour le public occidental, à ce qu’Obama et ses alliés étrangers fomentent, est de comprendre ce qui se passe réellement, et de prendre des mesures contre leurs propres dirigeants, avant que les enjeux de plus en plus élevés de la confrontation ne deviennent catastrophiques. Dans ce cas, les populations des pays qui composent l’Occident politique doivent se défendre contre leurs propres dirigeants nationaux. C’est une situation fréquemment rencontrée dans les dictatures.

    Pourtant, les principales questions ne sont pas posées dans la presse occidentale, qui les ignore. À moins que ces questions ne soient traitées publiquement – et vite – la réponse pourrait bien être définitive pour des millions de civils en Europe et ailleurs.

    Plus la situation se rapproche d’une guerre nucléaire, plus il sera difficile pour les deux parties de reculer – et c’est particulièrement le cas avec l’agresseur, surtout quand il prétend faussement qu’il est lui-même agressé.

    C’est la raison pour laquelle les mensonges colportés par les dirigeants politiques de l’Ouest doivent être exposés dans l’urgence.


    Eric Zuesse

     

     

  • Marine Le Pen a twitté:

    Capture.PNG Europe.PNG

    Capture.PNG  Martin Sh.PNG

  • Veni Creator Spiritus, hymne de Pentecôte

    La Pentecôte est l’une des plus grandes fêtes chrétiennes.

    Elle commémore le don (promis par le Christ avant Son Ascension) de l’Esprit Saint aux apôtres.
    En grec, pentêkostê signifie « cinquantième », car l’événement est survenu cinquante jours après Pâques.

    En France, avant la Révolution, la semaine qui suivait la Pentecôte était fériée.
    Les autorités républicaines ont maintenant depuis des années en ligne de mire le lundi de Pentecôte, traditionnellement férié.
    Chrétien ou simplement Français non renié, il faut s’efforcer, autant que possible, de ne pas travailler ce lundi, ni d’acheter dans les grandes surfaces (comme les dimanches et autres jours fériés).

    L’hymne de circonstance est bien sûr le Veni Creator (IXème siècle).

     

    Paroles :
    Lire la suite

    Contre-info.com

     

  • VIDEO - Areva : l’ex-patronne Anne Lauvergeon mise en examen

    http://www.francetvinfo.fr/faits-divers/justice-proces/areva-l-ex-patronne-anne-lauvergeon-mise-en-examen_1450583.html


    16
     Download PDF

    L’ex-sherpa de Mitterrand dont on se rappelle la haine du mâle blanc qui l’animait n’a pas seulement été une gestionnaire calamiteuse

    NDF

  • BONNE FËTE DE PENTECÔTE !

    ptcote-lgue.jpg

  • Les Brigandes - France, notre terre

  • Irlande – Un ministre de la jeunesse, lesbienne et « mariée » à une ancienne religieuse

    nouvelle-ministre-enfance-jeunesse-Irlande-féministe-lesbienne-ex-religieuse-e1462989980511.jpg

     

    Download PDF

    Katherine Zappone est originaire des États-Unis où elle a fréquenté plusieurs universités, parmi lesquelles une université catholique. Ann Louise Gilligan est une ancienne religieuse qui, après avoir abandonné sa communauté, a travaillé et étudié en Espagne et à Paris. En tant que religieuse elle avait enseigné la théologie. C’est en l’étudiant plus avant à l’université de Boston qu’elle a rencontré sa « femme » avec laquelle elle s’est « mariée » au Canada. Habitant désormais en Irlande, elles ont milité toutes deux pour la légalisation du « mariage » homosexuel, devenu légal en mai 2015.

     

    Elles se sont d’ailleurs « remariées » en direct à la télévision en octobre dernier, après que le Sénat irlandais eut ratifié le résultat du référendum irlandais sur la question. Zappone a été nommé sénatrice par Enda Kenny en 2011, et elle a depuis été élue au Parlement.

    Zappone et Gilligan ont fondé ensemble l’association « An Cosan » une communauté qui cherche à former les enfants à l’écart du sexisme, du « classisme » et de n’importe quel type d’inégalités sociales.

    Source RéinformationTV

    RIPOSTE CATHOLIQUE

  • Tintin en colère à la une du dernier numéro d’Eléments

    Eléments-flyer-600x383.jpg

     

     

    14/05/2016 – FRANCE (NOVOpress) : C’est un Tintin déterminé, brandissant une arme de poing, qui fait la une du dernier numéro d’Eléments titré : « Je suis la guerre. Oser désigner l’ennemi », référence qui n’échappera pas aux lecteurs de Carl Schmitt ou de Julien Freund et dont voici l’éditorial :

    « Voici des années, des décennies peut-être, qu’on répète que « ça ne peut plus durer », que « ça va craquer », que « nous sommes en 1788 », qu’« on danse sur un volcan ». Et pourtant, tout continue. (…) On se traîne, on grogne, on déprime, mais on vit plus que jamais sous l’horizon de la fatalité. Le désespoir n’engendre que la résignation. (…)

Dans cette époque molle, souple, flexible, précaire, où l’on préfère les formes rondes aux formes droites, on déteste la verticalité. On aime le vocabulaire maternel : le dialogue, la compréhension, la tolérance, l’accueil, l’ouverture, quitte à se montrer féroce avec ceux qui ne communient pas dans l’idéal du magma. Terrorisme du Bien, compassionnel et lacrymal à tous les étages. Le sentimentalisme a tué le sentiment, tout comme la sensiblerie a tué la sensibilité. (…)

    « Les attentats, qui viennent çà et là troubler la torpeur ambiante, sont un révélateur remarquable. Ils ne suscitent pas le désir de prendre les armes, ils n’aiguisent pas les volontés, mais ouvrent les vannes d’un Niagara de pleurs. On allume des bougies, on récite des hymnes à l’amour, on fait des minutes de silence, on organise des « marches blanches » et autres pitreries. On ne chante pas le Dies Irae, mais Give Peace a Chance.

    Eléments 160 Couv « Homo festivus, quand il est pris pour cible, n’a qu’un souci : montrer comme on est injuste avec lui, alors qu’il est si gentil. Dans le monde des bobos, il y a quelques cerveaux et beaucoup de ventres. On demande des colonnes vertébrales.
On est en guerre, paraît-il. Mais pour l’immense majorité de nos concitoyens, la guerre est un gros mot, une réalité du passé. Personne ne veut la guerre. C’est pourquoi on proclame que les méchants ne nous empêcheront pas de rigoler, d’aller en discothèque et de boire un verre sur les terrasses. Ah, mais !
 On est en guerre, mais contre qui ? Il y a apparemment un ennemi, mais on s’applique à ne jamais donner son nom. Pour brouiller les pistes, on préfère montrer du doigt des abstractions. On fait la guerre au « terrorisme », au « fanatisme », à la « radicalisation », à la « haine ». Qu’est-ce que cela veut dire ? Le terrorisme n’est pas un ennemi, c’est seulement un moyen auquel l’ennemi a recours. (…)

    « À « Nuit debout », on multiple les assemblées populaires sans peuple (le peuple doit se lever tôt le matin). On refait le monde dans la stratosphère, ce qui est sympathique, mais en réclamant simultanément la fin de la logique du profit et l’abolition des frontières – comme si le capitalisme, qui lui ne dort jamais, pouvait s’en laisser remontrer en matière de sans-frontiérisme ! Des mots contre les maux. (…) Mais de révolution, il n’est bien sûr plus question. (…) La grève générale de Mai 68 est plus loin que jamais, et ceux qu’on appelle encore des gauchistes ne sont plus aujourd’hui que des libéraux qui veulent seulement que le marché s’ouvre encore plus aux exigences du « désir ». Le peuple, le vrai peuple, voudrait conserver sa sociabilité propre, préserver ses manières de vivre, ses valeurs partagées. »

    Le sommaire de ce n° 160, daté de mai-juin 2016, est à consulter ici. Eléments (pour la civilisation européenne), une revue des idées à lire sans modération.

  • Génération Identitaire déploie une banderole sur la permanence de Christian Estrosi

      

    Hier à 18h30, les activistes de Génération Identitaire ont déployé une immense banderole "Mosquées : Estrosi complice des islamistes" sur la façade de la permanence de Christian Estrosi avenue Jean Médecin. Ce sont deux militants descendant en rappel qui ont amené la bâche juste au-dessus des fenêtres des locaux.

     

    Cette action spectaculaire visait à rappeler aux Niçois que grâce à Christian Estrosi ce sont DEUX grandes mosquées qui vont être installées dans la plaine du Var !

     

    Christian Estrosi a dans un premier temps encouragé la création de la mosquée En-Nour, financée par l'Arabie Saoudite, et sa municipalité en a autorisé les travaux.

     

    Christian Estrosi porte désormais un second projet de grande mosquée, administrée par l'UOIF islamiste et installée sur un terrain municipal de 1000m².

     

    Depuis des années, notamment dans sa collaboration étroite avec l'UOIF et ses imams, Christian Estrosi a prouvé qu'il était prêt à toutes les compromissions. Ces deux mosquées, ou plutôt SES deux mosquées, n'en sont qu'une nouvelle démonstration. Et comme depuis des années aussi, Christian Estrosi a encore trouvé aujourd'hui les identitaires sur son chemin pour le dénoncer et le combattre !

     

    (merci à Dirk)

  • VIDEO - Razzy Hammadi (Porte-Parole du PS) demande la reprogrammation du concert de Black M

    https://youtu.be/_K68DVzVq9o

     

    19h03

    Itélé – 14/05/16

    Audrey Azoulay (Ministre de la Culture) puis Razzy Hammadi (Porte-Parole PS) défendent Black M. Razzy souhaite la reprogrammation du concert à une date ultérieure. Il considère le refus de subvention par la Mission du Centenaire de la 2nde Guerre Mondiale (qui dépend de l’Etat) comme une faute. Il promet de se renseigner sur les raisons de cette décision