Les règles régionales réservent le bénéfice d'un logement à des personnes qui ne sont pas propriétaire d'un logement dans leur pays, a expliqué la ministre N-VA, en soulignant que la règle s'appliquait à tout le monde, réfugié ou non.

La présidente de la société flamande de logement social, Vera Van den Borght, a fait remarquer de son côté qu'elle devait s'en tenir à l'application de la loi. "Dès que l'on possède une habitation dans le pays ou à l'étranger, on n'entre pas en ligne de compte pour un logement social. La question se pose évidemment de savoir comment l'on définit ce concept. C'est une situation très compliquée", a-t-elle déclaré.

Dans les rangs de l'opposition, le sp.a a exprimé sa stupéfaction. "C'est hallucinant! Qu'est-ce que ça veut dire avoir son habitation dans une zone de guerre. Homans pense-t-elle que les gens la louent ou la gardent pour partir en vacances?" s'est exclamée la députée Monica De Coninck.