Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Blog - Page 353

  • VIDEOS - Un bébé lapin paralysé se déplace grâce à un mini skateboard

    http://fr.sputniknews.com/insolite/20160224/1022028429/lapin-wheelz-usa-skateboard.html

    1022028545.jpg laoin.jpg

    Trop drôle et trop gentil! Regardez les deux vidéos!

     

  • Japon : 27 réfugiés acceptés en 2015, 2 déjà inculpés de viol

    viol-refugié-japon.png

    Partager sur Facebook Tweeter

     

    28/02/2016 – MONDE (NOVOpress)
    Gros émoi au Japon où la délinquance violente… et l’immigration sont pratiquement inexistantes, avec cette affaire de viol par des réfugiés.

    Vers 12 h 30, le 27 décembre de l’année dernière, Onder Pinarbasi, 22 ans, et un garçon de 16 ans ont agressé sexuellement une Japonaise d’une trentaine d’années dans les toilettes publiques de la gare d’Akabane. Les suspects ont également volé à la victime 9000 yens en argent liquide. Pinarbasi, qui a été inculpé de viol et de vol qualifié, prétend que c’est le mineur qui a commis les deux crimes. Son complice ne reconnaît que l’accusation de vol qualifié. « J’ai ne l’ai pas forcée, » a-t-il déclaré à la police en niant l’accusation de viol, selon le journal Yomiuri Shimbun du 22 février. L’incident s’est produit après que les suspects demandaient de l’aide à la jeune femme, alors qu’elle rentrait chez elle.
    Les suspects sont arrivés au Japon l’année dernière. Ils ont demandé le statut de réfugié en août et en octobre, d’après le Bureau de l’Immigration du Japon, au motif qu’ils ne pouvaient pas retourner en Turquie en raison de « problèmes familiaux ».
    Pendant que leurs demandes étaient en cours d’examen, les suspects ont reçu un statut de visa accordant « une permission spéciale pour rester au Japon ». Ces individus sont devenus des suspects pour la police après l’examen des images de caméra de surveillance prises dans le secteur de l’agression.

    Souce: Sankei Shimbun.

  • Gard : 7000 à 15 000 personnes défilent contre le gaz de schiste

    5584283_manifgazdeschiste_545x460_autocrop.jpg

    http://www.leparisien.fr/environnement/energies/gard-plusieurs-milliers-de-personnes-reunies-contre-le-gaz-de-schiste-28-02-2016-5584167.php

     

  • VIDEO - Des migrants de Calais trouvent refuge dans d'autres ports

    https://youtu.be/jlyXMPnNPuY

    Alors que la justice a validé le démantèlement de la partie sud de la "jungle" de Calais, les migrants se dirigent vers d'autres ports de la Manche, avec l'objectif de rejoindre le Royaume-Uni. C'est notamment le cas à Ouistreham, dans le Calvados, où ils tentent d'embarquer sur des ferrys. Chaque semaine, ils seraient une centaine à tenter la traversée. Le phénomène inquiète les commerçants de la petite station balnéaire, qui ont peur de voir fuir leur clientèle saisonnière.

    Boulevard Voltaire

  • Orbán en appelle au peuple hongrois face aux quotas de migrants voulus par l’Union européenne

    sans-titre.png Orban.png




    14
     Download PDF

     

    Orbán a pris tout le monde de court le mercredi 24 février 2016 en annonçant la tenue d’un référendum sur les quotas de répartition obligatoires de migrants.

    Le Premier ministre hongrois Viktor Orbán, loin d’être perturbé par les critiques de l’Union européenne et les chantages financiers de Berlin envers les pays qui refusent les quotas de migrants, poursuit son offensive diplomatique. Celle-ci vise à faire changer le cap de l’Union européenne sur la question migratoire, mais pourrait tout aussi bien aboutir à des fractures insurmontables.

    Récemment, Viktor Orbán a annoncé, avec les quatre pays du groupe de Visegrád (Pologne, République Tchèque, Slovaquie, Hongrie), son intention d’aider la Macédoine et la Bulgarie à construire des barrières à leur frontière avec la Grèce en vue de contenir les flux migratoires.

    Alors que les flux vers l’Europe vont en augmentant et que la pression migratoire est de retour en Hongrie depuis quelques semaines (malgré la barrière construite en 2015), Orbán a pris tout le monde de court le mercredi 24 février 2016 en annonçant la tenue d’un référendum sur les quotas de répartition obligatoires de migrants pour les pays de l’Union européenne.

    La formulation de la question ne laisse guère de doute quant à un succès très franc pour le Premier ministre hongrois : « Acceptez-vous que l’Union européenne puisse imposer l’installation de citoyens non hongrois sans le consentement du Parlement ? »

    Dores et déjà, le parti nationaliste Jobbik a annoncé soutenir l’initiative de Viktor Orbán, tout en notant qu’il réclame un tel référendum depuis plusieurs mois. La gauche hongroise, complètement hors jeu depuis des années, pourrait, elle, se diriger vers un appel à l’abstention, estimant qu’il n’est pas nécessaire de s’exprimer sur ce sujet, et ne pouvant pas aggraver son suicide politique en appelant à voter « Oui ».

    Avec la crise polonaise, le référendum néerlandais sur l’accord Union européenne-Ukraine et le référendum sur le Brexit britannique, ce référendum hongrois pourrait contribuer à faire de 2016 une année particulièrement turbulente pour l’Union européenne. Au prix de sa refonte et de sa réorientation, ou bien de son entrée dans une dimension totalitaire et brutale, ou encore de son implosion.

    NDF

  • VIDEO - L’Allemagne a perdu la trace de plus de 130 000 clandestins enregistrés… Parmi eux, combien de djihadistes ?

    https://youtu.be/EhS8Cha3hlA




    1 A part cela, tout est sous contrôle, Madame la Marquise...
  • Suicides d’agriculteurs : des larmes de rage


    Agriculture : la profession de plus en plus touchée par les suicides

    Hollande traité de "fumier" au Salon de l’Agriculture

    Pendant que les Français ont les yeux rivés sur la « souffrance » des migrants, les agriculteurs étranglés par les dettes se suicident, sans faire de bruit. Nous sommes ici dans le Morbihan, et Francis Le Ferrand était éleveur laitier. À la fin, il ne pouvait même plus se payer un salaire. Sa femme et son fils témoignent.

     

    Depuis la disparition de la PAC, la politique agricole commune, les prix ne sont plus garantis, et ils peuvent atteindre des planchers mortels pour les élevages et les éleveurs.

  • Prison : "Presque chaque détenu possède un portable, certains en ont plusieurs"

    Un détenu de Béziers qui s’est filmé en direct de sa cellule, via l’application Periscope de son téléphone, a écopé de six mois de prison supplémentaire. Pourtant, il n’est pas rare de trouver des téléphones portables en prison. Arthur, journaliste et ancien surveillant pénitencier, assure même qu’il y en a autant que de prisonniers.

     

    En 2009, Arthur passe le concours de surveillant pénitentiaire avec pour objectif d’écrire un livre sur la réalité des prisons en se mettant Dans la peau d’un maton (nom du livre issu de son expérience, NDLR). Au cours des mois qu’il passe dans les maisons d’arrêt de Fleury-Mérogis, d’Orléans et au centre de détention de Châteaudun, il constate que les détenus possèdent tous, ou presque, un téléphone portable.

     

    Quelle place ont les téléphones portables au sein des prisons françaises ?

    Officiellement, ils sont interdits, mais en réalité, ils sont omniprésents. Il y a quasiment un portable par détenu. Certains en possèdent même plusieurs tandis que d’autres font office de « mules » : ils gardent les portables des autres cachés dans leur cellule, en échange de protection.

    Lire aussi : Un détenu filme une soirée prison

    Les téléphones servent essentiellement à appeler la famille et les amis. Mais aujourd’hui, avec les smartphones, ils vont aussi beaucoup sur Facebook – ce qui n’était pas le cas à l’époque où j’étais surveillants, car ce type de téléphone n’était pas aussi répandu. Les réseaux sociaux permettent encore plus de maintenir les liens avec l’extérieur. Il n’est pas rare de voir des profils Facebook de détenus qui montrent les conditions de détention.

     

    Comment les portables entrent-ils dans les prisons ?

    La plupart des téléphones entrent par le parloir : ils sont amenés par la famille. Certains modèles sont privilégiés pour leur composition, car ils ne sonnent pas aux portiques de sécurité. Beaucoup entrent aussi grâce à la corruption des surveillants – ce à quoi je n’ai jamais été confronté directement, mais de nombreux témoignages vont dans ce sens. Enfin, comme l’argent ou la drogue, certains téléphones sont projetés au-dessus du mur du centre par des complices et atterrissent dans la cour de promenade.

    Lire la suite de l’article sur lexpress.fr

  • Les César votent Fatima, une femme de ménage algérienne

    http://www.egaliteetreconciliation.fr/Les-Cesar-votent-Fatima-une-femme-de-menage-38025.html

    La gauche caviar culturelle couronne sa culpabilité

  • Hollande hué et insulté au salon de l’agriculture

    hollande_interview_salon_agriculture.jpg

    Partager sur Facebook Tweeter

     

    27/02/2016 – POLITIQUE (NOVOpress)
    Hollande a été copieusement hué lors de sa visite au salon de l’agriculture. Comme quoi le bon sens paysan n’est pas mort… Parmi les « voyou ! », « démission ! », « dégage ! », « connard ! », cette réflexion d’un agriculteur : « Il s’en fout complètement de nous. On n’est pas des migrants », qui résume bien la politique actuelle.

  • Salon de l'Agriculture : Hollande hué, le stand du ministère démonté

    http://www.leparisien.fr/politique/francois-hollande-est-arrive-au-salon-de-l-agriculture-27-02-2016-5581967.php

    Au long des six heures qu'il a passées au Salon de l'Agriculture 2017, François Hollande a pu mesurer aux sifflets et aux quolibets la colère de nombreux agriculteurs. Un homme a même tenté de l'«entarter» à la bouse de vache. Le stand du ministère de l'Agriculture a, lui, été démonté.

    Lire la suite et voir les vidéos

  • Mgr Dubost : « Le but premier du Djihad est de lutter contre Satan »

    http://www.fdesouche.com/704059-mgr-dubost-le-premier-du-djihad-est-de-lutter-contre-satan

  • Vienne (Autriche) : 4 hommes poignardés par 5 Afghans dans un centre commercial

    http://www.fdesouche.com/703781-vienne-autriche-4-hommes-poignardes-par-5-afghans-dans-un-centre-commercial

  • Kiel (All) : 3 adolescentes harcelées par 30 migrants, des policiers blessés

    1602262211270103.jpg magasin Kiel.jpg

     

    17h42

    Trois jeunes filles ont été harcelées jeudi dans un magasin à Kiel par plusieurs hommes solides. La police a arrêté quatre auteurs présumés . Des policiers ont été blessés, mais sont restés aptes au service.

     

    Les jeunes filles âgées de 15, 16 et 17 ans ont été observées à 17h30 par deux hommes d’origine afghane (19 et 26 ans). Ils ont photographié ou filmé les jeunes femmes avec leurs téléphones mobiles dans la zone de restauration du centre commercial. « Jusqu’à 30 personnes d’origine immigrée sont arrivées quelques instants plus tard. Ils ont harcelé, observé et poursuivi les jeunes filles », a déclaré le porte-parole de la police Oliver Pohl. .

     

    (…) Lorsque les fonctionnaires de police ont voulu clarifier la situation, ils ont été massivement insultés, menacés et violentés

    (…) Dès vendredi, les principaux suspects ont été libérés.

    Les réactions de la politique

    Le maire socialiste de Kiel s’est exprimé vendredi sur les incidents: … « Kiel est une ville cosmopolite qui repose sur la tolérance et le respect de ces règles de base est applicables sans distinction »

    (…) KN-online.de

  • Rennes (35) : la police recommande de ne plus sortir seul pour ne pas être agressé par des migrants

    1602261831580088.jpg Rennes nuit.jpg

     

    14h02

    Un étudiant a été pris à partie, dans la nuit de mardi à mercredi, à Rennes. Deux jeunes, qui se disent mineurs, lui ont volé son portefeuille. La police met en garde.

     

    Il est 2 h, dans la nuit de mardi à mercredi. Un étudiant marche place des Lices, à Rennes, quand il est abordé par deux jeunes.

    Aucune violence de leur part, juste une accolade insistante, mais amicale. Du moins, en apparence. Car l’un des jeunes profite de la manoeuvre pour faire les poches de l’étudiant, lui dérobant son portefeuille.

    (…)
    Ne pas circuler seul
    La police met en garde contre une recrudescence de ce type d’agression, pas simplement le week-end, mais aussi en semaine.

    Elle incite les personnes à circuler la nuit, en ville, si possible en groupes, en empruntant des artères éclairées. Les cibles privilégiées sont les personnes seules, vulnérables et en état d’ébriété.

    Ouest France

  • Bilderberg, Trilatérale : le peuple orphelin de ses « élites »

    http://www.autochtonisme.com/2016/02/bilderberg-trilaterale-le-peuple-orphelin-de-ses-elites.html?utm_source=_ob_email&utm_medium=_ob_notification&utm_campaign=_ob_pushmail

  • Lettre du Front - LE RETOUR DES NATIONS D'EUROPE

       
     

    L'utopie d’une Europe politique fondée sur la libre circulation (des capitaux, des biens et des personnes) est en train de s'écrouler sous les yeux des technocrates de Bruxelles, effondrés de voir que leur funeste projet de dissolution des nations se heurte à la résistance des peuples.

    En Grande-Bretagne, les partisans d'un Brexit ont le vent en poupe. Les Britanniques favorables à la sortie de l'Union Européenne estiment à juste titre que leur pays doit récupérer le total contrôle de ses frontières pour stopper une immigration anarchique, réduire les paiements d'aides sociales aux étrangers, désengorger les services publics et, enfin, instaurer la légitime priorité nationale dans l'accès à l'emploi.

    Cette soif de liberté inspire le Premier ministre tchèque, Bohuslav Sobotka, qui projette lui aussi d'organiser un référendum sur la sortie de son pays de l'Union Européenne. Refusant l'accueil d'immigrés clandestins sur son sol, la Hongrie va, quant à elle, organiser un référendum sur le plan européen de "relocalisation" des migrants dans les pays membres de l'UE. Les dirigeants polonais et slovaques exigent de leur côté la fermeture des frontières entre la Grèce, la Bulgarie et la Macédoine, afin de limiter drastiquement l’afflux des prétendus "réfugiés" qui arrivent de Turquie.

    Si ces dirigeants s'attellent ainsi à protéger leur pays de l'immigration incontrôlée, c'est qu'ils ont pu en mesurer les conséquences en Europe occidentale : troubles sociaux et économiques, fractures communautaires, insécurité, et désormais terrorisme islamiste.

    Indubitablement liées par une magnifique civilisation commune, nos nations européennes ont aussi une identité, une histoire, une culture qui leur sont propres et dont il nous appartient de restaurer tout l'éclat. Pour cela, il faut d'abord, et d'urgence, les préserver d'une submersion migratoire qui ne cesse de s'aggraver.

       

     

    Nicolas Bay
    Secrétaire Général du Front National

       
  • Italie : une loi « anti-mosquée » invalidée par la Cour constitutionnelle italienne

    mosquee_lombardie.jpg

    Partager sur Facebook Tweeter

     

    26/02/2016 – EUROPE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)

    En janvier 2015, la Lombardie, dirigée par la Ligue du Nord, faisait voter une loi dont les dispositions rendaient de fait impossible toute construction de nouvelles mosquées. Mercredi dernier, la Cour constitutionnelle italienne a invalidé cette loi, sans faire connaître ses motivations. « Maintenant, la gauche exulte en criant “Allah Akbar” », a twitté Roberto Maroni, président de la région et membre de la Ligue du Nord.

  • Migrants : le flux s'intensifie, l'Europe se disloque

    XVMe379e72a-dbe6-11e5-9568-126eec3bb785.jpg  canot.jpg

     

     

    Des volontaires aident à l'accostage d'un canot de migrants arrivés, jeudi, jusqu'à l'île grecque de Lesbos depuis la Turquie. Crédits photo : Manu Brabo/AP

    L'Allemagne lance un ultimatum à la Turquie, lui laissant dix jours pour réduire le flux de migrants traversant la mer Égée.

     
     
     

    Correspondant à Bruxelles.

    Fin de partie. Berlin laisse dix jours à la Turquie pour prouver sa bonne foi en réduisant «considérablement» l'exode de réfugiés et de migrants traversant la mer Égée, faute de quoi l'Europe ne pourrait plus échapper à la fermeture en série de frontières nationales.

    L'ultimatum, lancé par le ministre allemand de l'Intérieur, Thomas de Maizière, vise autant Ankara qu'Athènes et les autres capitales, celles qui ont jusqu'ici laissé le flux des nouveaux arrivants remonter jusqu'à la République fédérale. Le calendrier, lui, ne doit rien au hasard: dans dix jours précisément, un sommet UE-Turquie tirera le bilan d'un «pacte» qui n'a jusqu'ici suscité que des frustrations, des deux côtés. Après une brève accalmie, les arrivées repartent à la hausse dans les îles grecques, 20.000 par semaine, non loin des records de l'automne.

    Un scénario catastrophe

    Angela Merkel est aussi pressée par une échéance intérieure: moins d'une semaine plus tard, le 13 mars, son parti chrétien-démocrate risque de perdre des plumes au profit de l'extrême droite lors de trois élections régionales cruciales, Bade-Wurtemberg, Rhénanie-Palatinat et Saxe-Anhalt. Elles pourraient donner lieu à un vote sanction, le premier de dix mois d'une crise qui a entamé le capital politique de la chancelière.

    «D'ici au 7 mars, nous voulons constater une baisse considérable du nombre de réfugiés à la frontière turco-grecque, a dit Thomas de Maizière. Si le recul ne se produit pas, il faudra prendre des mesures européennes supplémentaires.» Le ministre n'a pas précisé lesquelles, «nous verrons le moment venu», ajoute-t-il. Mais le message a été décrypté par plusieurs diplomates: c'est le scénario catastrophe, dans lequel Berlin restreint drastiquement les réfugiés admis sur son territoire, après les avoir généreusement invités l'été dernier. Fût-ce de manière coordonnée, les frontières se refermeraient à travers toute l'Europe, comme dans une réaction en chaîne. «Pour Schengen, ce pourrait être le signal de la fin», concède un ambassadeur.

    L'Autriche, dernière étape des réfugiés avant la frontière allemande, vient d'en donner un avant-goût. Par précaution, elle vient d'instaurer un double quota quotidien d'offres d'asile et de transit à travers son territoire, multipliant du même coup les refoulements vers le sud. Vienne, avec neuf capitales des Balkans, veut aussi «réduire massivement» le flux migratoire. La commission Juncker déplore ces «initiatives isolées» dans l'UE. Avec un soutien affiché à Paris et à Berlin.

    La Grèce a peur d'être submergée

    Inexorablement pourtant, la nasse des frontières se resserre sur la Grèce. Point de débarquement pour près d'un million de nouveaux arrivants depuis un an, elle risque de devenir bientôt la destination finale. Elle craint d'être submergée et proteste vigoureusement contre le manque de solidarité européenne dans le partage des réfugiés.

    Comme pour crédibiliser le risque d'un verrouillage généralisé, l'Europe insiste pour que la Grèce commence à renvoyer les déboutés du droit d'asile vers la Turquie, plutôt que de laisser filer tout le monde vers le Nord, ainsi qu'elle l'a fait jusqu'ici. À huis clos, Thomas de Maizière a demandé au ministre grec de l'Immigration, Yannis Mouzalas, de recourir enfin à l'accord gréco-turc de «réadmission» (refoulement vers le pays d'origine). Un responsable français pousse à une opération symbolique: un ferry, chargé de migrants expulsés, qui ferait la traversée en sens inverse, des îles grecques vers la côte anatolienne. Theresa May, ministre britannique, enchaîne: «Aux yeux des réfugiés, il faut enfin casser la certitude que s'embarquer sur la mer Égée, c'est décrocher un ticket pour l'Allemagne.»

    (merci à Dirk)