Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Blog - Page 453

  • Un tweet de Marine Le Pen

    Capture.PNG paysazns.PNG

  • HUMOUR ?

    Capture.PNG E&R dessin.PNG

     

    Capture.PNG le prix à payer.PNG

    E&R

  • "Les personnalités préférées des Français"

    9vkv6OK.jpg

    http://www.fdesouche.com/636271-goldman-omar-sy-et-simone-veil-personnalites-preferees-des-francais

    LOL

  • VIDEO - SNCF: un cadre payé à ne rien faire depuis 12 ans

    Inadmissible, de l’aveu même de l’intéressé pourtant bien loti. Un cadre supérieur de la SNCF continue d’être payé depuis douze ans… alors qu’il n’occupe aucun poste. Une situation enviable certes, surtout que l’ingénieur touche un salaire de plus de 5.400 euros par mois. Mais qui ne convient pas à Charles Simon. Lui regrette avoir été placardisé… sans bureau ni mission.

  • Belgique : coups de poignard dans un magasin, le suspect, en séjour illégal, libéré

    9h39

    L’homme de 33 ans suspecté d’avoir poignardé deux personnes vendredi soir dans un magasin Colruyt à Jette a été libéré par le juge d’instruction, rapporte samedi le parquet de Bruxelles.

    L’individu est néanmoins inculpé de coups et blessures, séjour illégal et port illégal d’armes.

    D’après les premiers éléments de l’enquête, il a été provoqué par les victimes et il pourrait s’agir de légitime défense.

    Les faits se sont déroulés vendredi soir, juste avant la fermeture du Colruyt. Vers 20h45, la police a été appelée pour une bagarre entre plusieurs personnes. A leur arrivée sur place, les agents ont découvert deux personnes blessées allongées par terre. Elles ont été emmenées à l’hôpital dans un état grave. L’une d’entre elles se trouve toujours en danger de mort, selon le parquet.

    Le suspect, qui était caché dans les toilettes du magasin, s’est rendu dès que les policiers l’ont trouvé, précise le parquet. Il a montré l’endroit où il avait caché le couteau avec lequel il aurait poignardé les victimes.

    Pendant son audition par les services de police, il a déclaré avoir été insulté et provoqué par les deux blessés. Samedi après-midi, il a été entendu par le juge d’instruction, qui a décidé de le libérer. Il n’a pas de casier judiciaire.

    Les deux victimes n’ont pas encore pu être entendues. L’enquête se poursuit.

  • L’immigration vue de Grèce

    grece-les-migrants-affluent-aussi-sur-les-iles-touristiques-youtube-thumbnail.jpg

                                                        

              
    Les médias français minimisent fortement le désastre. Les chiffres de l'invasion sont toujours revus à la baisse avant diffusion. La gauche européenne encourage fortement ce raz-de-marée, appelle à davantage de "générosité" de notre part.

    947
    SHARES
     
     
          

    Lundi 10 août, j’étais à Kos dans le Dodécanèse (Grèce). Je tenais à constater par moi-même l’ampleur du problème. Située à 5 km à peine des côtes turques, cette charmante île grecque est un avant-poste de l’Europe. Avec un petit moteur, la traversée s’effectue en à peine 15-20 minutes et n’offre aucune difficulté.

    Les « migrants » chers à tous nos « bien-pensants » embarquent sur des canots pneumatiques qu’ils percent peu avant d’atteindre les plages de Kos afin d’être « rescapés ». Ce petit manège, trop bien rodé, se reproduit 50, 60, 70 fois par jour !

    D’après les chiffres officiels de l’État grec, on en serait aux alentours de 180.000 arrivées depuis janvier. En réalité, on doit être bien au-delà. Que fait la Turquie ? Elle les encourage fortement à effectuer la traversée vers l’Europe pour s’en débarrasser ! Les Grecs leur facilitent aussi le passage, sachant fort bien que ces Irakiens, Syriens, Afghans, Pakistanais, Bengalis et autres n’ont aucune intention de se fixer sur place mais visent bien l’ouest de l’Europe, la « terre promise ».

    Ces nouveaux envahisseurs, à peine débarqués, refusent d’attendre. Ils exigent tout, tout de suite : « On ne veut pas rester en Grèce, on veut aller en Europe ! » (sic), hurlent-ils.

    Le prix de la traversée de Kos vers Athènes est de 55 euros. Qui leur paye le billet ? Comment sont-ils autorisés à continuer leur voyage sans encombre vers le cœur de l’Europe ? Les services de l’immigration ont dépêché en toute hâte davantage de fonctionnaires sur place afin d’accélérer les démarches. En gros, pour les laisser se précipiter plus vite ici, grâce au « miracle de Schengen » !

    Mardi 11 août au matin, sur le port du Pirée, ils étaient des milliers débarquant avec moi des ferries en provenance non seulement de Kos, mais aussi de toutes les îles proches de la Turquie : Samos, Chios, Mytilène et bien d’autres. Toutes se situent à moins de 10 km des rivages turcs. Si ce sont 10.000 illégaux (car on en est là) qui arrivent par jour, faites le calcul: ce sont en fait plus de 300.000 par mois qui submergent la Grèce rien que par la mer, sans parler des frontières terrestres en Thrace !

    Ces immigrés illégaux, des jeunes hommes de 20 à 30 ans pour la plupart, se concentrent ensuite à Athènes pour se diriger en masse vers la France, l’Allemagne, la Belgique et la Hollande.

    Les médias français minimisent fortement le désastre. Les chiffres de l’invasion sont toujours revus à la baisse avant diffusion. La gauche européenne encourage fortement ce raz-de-marée, appelle à davantage de « générosité » de notre part. Quel est le but poursuivi ? Combien de millions veulent-ils encore accueillir à nos frais ? Pendant ce temps, qui s’intéresse au devenir de notre population sans emploi, mal logée, nos millions de pauvres et de démunis ? Ceux-là, personne ne veut les voir ni s’en occuper ! C’est un crime contre nos peuples qui se commet sous nos yeux, avec la complicité active de politiques servant tout, sauf les intérêts de leurs administrés !

     
    BOULEVARD VOLTAIRE
     
  • Orgie: la fascinante logistique des Romains

    2275781.jpg romaines fresque.jpg

     

    16/08/15 à 12:04 - Mise à jour à 12:04

    "Street food", mondialisation des modes de consommation et contrôle des prix par le pouvoir politique: une exposition démontre dans la capitale italienne que les Romains avaient tout inventé, même dans le domaine de la nourriture.

     

    Une fresque romaine © Reuters

    En parallèle de l'Exposition universelle de Milan (nord), consacrée jusqu'au 31 octobre aux thèmes de l'agriculture et de l'alimentation, le musée de l'Ara Pacis à Rome organise une exposition très pédagogique et didactique, intitulée "Nourrir l'Empire, de Rome à Pompéi". Elle part d'un postulat simple: comment les Romains parvenaient-ils à nourrir un Empire d'une cinquantaine de millions d'habitants, et surtout une capitale d'un million de personnes, qui fut la plus grande métropole de l'Histoire jusqu'à ce qu'elle soit détrônée par Londres lors de la révolution industrielle ? "La logistique déployée par les Romains pour se nourrir est fascinante", souligne la commissaire de l'exposition, Orietta Rossini. Ainsi, une fois l'Egypte conquise, celle-ci devient province impériale, avec l'idée pour les Romains d'en faire le grenier à blé de leur empire. Dès lors, le blé constitue la denrée de base de l'alimentation romaine et des trésors d'organisation sont déployés pour l'acheminer à Rome, à moindre coût et surtout, toute l'année. Des navires, contenant chacun entre 120 et 500 tonnes de grain, sont affrétés par des armateurs privés, pour une durée maximale de transport d'un mois entre Alexandrie et Ostie. Ces transports s'effectuent sous le contrôle de fonctionnaires d'Etat très puissants, dirigés par le préfet de l'annone, "un ancêtre du partenariat public-privé moderne en somme", souligne Mme Rossini, historienne.

    Ce qui fait de l'empereur "le seul dispensateur du pain quotidien, l'unique responsable de l'approvisionnement", une fonction qui en perdra certains tandis que d'autres, les "populistes", sauront en tirer profit, ajoute-t-elle.

    'Diète méditerranéenne'

    Auguste met ainsi en place la distribution gratuite de 35 kg de blé par mois à 20.000 citoyens, soit les hommes libres et âgés de plus de 17 ans. Les provinces africaines prendront ensuite le relais de l'Egypte, car il ne fallait que trois jours et trois nuits pour effectuer le voyage de Carthage à Ostie, le port de Rome. Au blé, s'ajoutent ensuite le vin, vendu à des prix "planchers", puis l'huile et la viande, dont la distribution est mise en place sous Aurélien (270-275 ap. JC). Les Romains consomment beaucoup de fruits et de légumes, un peu de viande et de poisson... Et voilà comment se constitue la "diète méditerranéenne" tant vantée depuis. "Tibère adorait le concombre et Auguste les asperges", précise Mme Rossini, en montrant un échantillon des aliments carbonisés trouvés lors des fouilles d'Herculanum, détruite durant l'éruption du Vésuve en 79 après JC, en même temps que Pompéi. Fèves, petits pois, pois chiches, lentilles, fruits secs, oignons, amandes, dattes, pignons de pin, figues... Les Romains avaient un régime très varié et relativement uniformisé préfigurant une "mondialisation des modes de consommation", il était composé d'aliments dont la "production était délocalisée dans tout l'Empire", explique Mme Rossini. Les Romains buvaient ainsi des vins de Gaule et de Chypre ou, pour les plus riches, de Campanie. Leur huile provenait d'Andalousie, leur miel de Grèce, tandis que le garum, un condiment à base de poissons séchés dont les Romains étaient friands, arrivait du Portugal. La journée commence par le jentaculum, un petit-déjeuner avec pain, fromage et oeuf, suivi du prandium (déjeuner), pris sur le pouce dans les popinae (tavernes) et les thermopolia, ancêtres des enseignes de fast-food. Après les thermes, c'est l'heure de la cena (dîner), que les plus riches transforment en de longs et copieux banquets, chantés par le poète Martial dans ses Epigrammes.

    L'alimentation est si capitale que Dioclétien (284-305) promulgue finalement un édit sur le contrôle des prix alimentaires, pour empêcher qu'ils flambent. A l'époque, alors qu'un boulanger gagnait 50 deniers par jour, il fallait débourser 60 deniers pour deux poulets, 4 pour 25 figues, 30 pour un demi-litre de vin de Falerne et 12 pour 300 grammes de viande de porc.

  • Tweets de Florian Philippot

    Capture.PNG FP BHL.PNG

  • « La race blanche est en danger », répète Kristiina Ojuland, ex-ministre estonienne des Affaires étrangères, à propos de l’immigration massive

     

     

    kristiina-ojuland

    C’est au début du mois de mai dernier que l’eurodéputé Kristiina Ojuland, ex-ministre estonienne des Affaires étrangères, avait affirmer sur son blog que « La race blanche est en danger ».

    Kristiina Ojuland estimait que l’immigration massive actuelle représente une « menace raciale » .

    L’eurodéputé estonien faisait référence à l’injonction de la Commission européenne faite aux Etats-membres de l’Union Européenne d’accueillir les flots de réfugiés africains qui arrivent en masse via la Méditerranée.

    Quelques mois ont passé mais la polémique persiste et Kristiina Ojuland continue d’être interrogée sur ce qu’elle a écrit. « Je suis estampillée raciste parce que je parle honnêtement de ce que je crains« , a-t-elle répondu ces jours-ci aux journalistes qui revenaient sur le sujet.

    Bien consciente que de tels propos peuvent mettre sa carrière politique en péril, elle n’en a cure, et explique posément qu’elle n’a nul besoin d’apparaître tous les jours à la télévision ou dans la presse. Ce qui la pousse à continuer la politique dans ces conditions ?  « J’aime l’Estonie et j’ai l’intention de protéger l’Estonie« , répond-elle.

     

    MEDIAS-PRESS-INFO

  • La viande de Chalon

     

    On a beaucoup parlé du rejet, par le tribunal administratif, du référé islamique contre le maire de Chalon-sur-Saône qui a décidé de supprimer les menus sans porc dans les cantines. Un jugement qui ne concernait que « l’urgence » et non le fond.

    Le maire de Chalon, Gilles Platret, se félicitant de ce jugement (qui néanmoins ne donne aucune indication sur ce que sera le jugement sur le fond), a ajouté sur i-télé :

    « A Chalon, 40% des enfants ne mangent plus de viande parce que ce n’est pas halal. »

    Si cela est vrai, il n’y a pas d’affaire de menu avec ou sans porc : tous les musulmans qui refusent le porc ne mangent de toute façon pas d’autre viande non plus. Autrement dit l’action des militants de l’islam n’est qu’une première étape. S’ils obtiennent gain de cause ils exigeront de la viande halal, car c’est une insupportable discrimination que les enfants musulmans ne puissent pas manger de viande.

    Et aussi, si cela est vrai, cela veut dire qu’il y a donc 40% d’enfants musulmans dans les écoles de Chalon-sur-Saône.

    Sinon, tout va bien, il n’y a pas d’invasion.

    Blog d'Yves Daoudal

  • Les cloches des églises ont retenti en hommage aux Chrétiens d'Orient

    http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2015/08/15/01016-20150815ARTFIG00084-les-cloches-des-eglises-ont-retenti-en-hommage-aux-chretiens-d-orient.php

    + VIDEOS

  • Ferveur des Marseillais pour la Vierge Marie

    Samedi 15/08/2015 à 21H19 Marseille                              
     
     Aujourd’hui samedi 15 août, une grande procession populaire a eu lieu dans le quartier du Panier à Marseille. A cette occasion, plus de 5000 personnes ont répondu présent.

    La Provence

    IMG_1626.JPG Procession 1.JPG

    La statue de la Vierge sort de la cathédrale La Major

    IMG_1645.JPG Processon 2  rue.JPG

    Dans une rue du Panier

    IMG_1661.JPG Procession 15 août.JPG

    La procession passe devant l'église Saint-Laurent, de style romano-provençal, édifiée à la fin du XIIème siècle

    (Photos EB - 15 août 2015)

  • 15 août : Assomption (et fête nationale française)

    14 août 2015 par admin4 - Contre-info.com

    [via Thibaut de Chassey]

    L’Assomption désigne l’élévation aux Cieux de la Sainte Vierge, corps et âme.

    Celle-ci – qui selon la doctrine catholique tient dans l’humanité une place si particulière – quitta ce monde d’une façon extraordinaire : son corps étant préservé de la corruption que connaissent les cadavres, tout comme son âme avait été préservée de toute corruption du péché.

    C’est la principale fête mariale.

    En France, s’ajoute au 15 août le caractère de fête nationale, depuis Louis XIII.

    Voyez ci-dessous, en comparant les origines des deux fêtes, comme on est loin du 14 juillet qui commémore la naissance mythologique de la République dans la haine et dans un bain de sang bien réels….

    En 1637, après vingt-deux ans de mariage, le roi n’avait toujours pas d’héritier et la France était dans une guerre difficile.

    Le souverain prépara un vœu qui consacrerait la France à Notre-Dame de l’Assomption, plaçant la nation sous la protection de la Sainte Vierge ; on disait qu’il y pensait depuis longtemps.

    En novembre 1637, un texte fut enfin soumis au Parlement.
    Puis soudain, la bonne nouvelle tomba : la Reine était enceinte !

    Le vœu fut finalement signé par le Roi le 10 février 1638, comme un remerciement, et instaura les processions du 15 août en hommage à Notre-Dame de l’Assomption.

    Le 5 septembre 1638, naquit le dauphin de France, futur Louis XIV.
    Du fait de sa naissance vue comme quasi-miraculeuse, il reçut le nom significatif de Louis-Dieudonné (« donné par Dieu »).

    Ce vœu fut publié sous la forme d’un édit dont voici le texte intégral :

    Lire la suite

  • Hiroshima, Nagasaki : les Etats-Unis devraient-ils être jugés pour crime contre l'humanité ?

    XVMf6dab13c-3f83-11e5-a0ad-5d5b9174081e.jpg Hiroshima.jpg

    Nagasaki après le bombardement - 9 août 1945

     

     

     

    FIGAROVOX/TRIBUNE - Soixante-dix ans après les bombardements d'Hiroshima et de Nagasaki qui ont fait 300 000 morts, Frédéric Saint Clair tire les leçons de cet épisode tragique.

     
     
    Advertisement
     
     

    Frédéric Saint Clair est mathématicien et économiste de formation. Il a été chargé de mission auprès du Premier ministre Dominique de Villepin pour la communication politique (2005-2007). Il est aujourd'hui consultant en stratégie et communication politiques.


    Lundi 6 août 1945 au petit matin, le bombardier Enola Gay s'envolait vers le Japon avec, à son bord, Little Boy, une bombe thermonucléaire de 4,5 tonnes. Larguée au-dessus d'Hiroshima, elle provoqua la mort quasi immédiate de 70 000 personnes. Les estimations du nombre total de victimes (suite aux radiations notamment) varient entre 140 000 et 250 000. Jeudi 9 août, une seconde bombe était larguée au-dessus de Nagasaki. Nouveau bilan: 40 000 morts sur le moment, et plus de 80 000 au total. Le lendemain, le gouvernement japonais faisait parvenir au général Douglas MacArthur une capitulation sans conditions qui mettait un terme à la Seconde guerre mondiale. Ce conflit long de cinq années se terminait par la projection violente des nations dans une guerre froide où la menace d'un conflit nucléaire devenait omniprésente. Soixante-dix ans après, quelles leçons tirer de cet épisode humainement douloureux?

    Les questions s'accumulent, notamment concernant la qualification potentielle de cet acte en crime de guerre, sachant qu'Hiroshima comme Nagasaki n'étaient pas des forteresses militaires mais des villes industrielles composées majoritairement de civils.

    Les questions s'accumulent, notamment concernant la qualification potentielle de cet acte en crime de guerre, sachant qu'Hiroshima comme Nagasaki n'étaient pas des forteresses militaires mais des villes industrielles composées majoritairement de civils. Ou bien: Le refus entêté des généraux japonais de rendre les armes, malgré la capitulation allemande au mois de mai précédent, et le coût estimé, très élevé, en vies de soldats américains pour maîtriser l'archipel nippon, étaient-ils suffisants pour envisager l'option nucléaire? Mais l'objet d'un anniversaire n'est pas uniquement l'occasion de revenir sur les termes d'une époque. Il peut également nous aider à remettre en perspective une actualité complexe.

    La guerre est un moyen qui vise une fin, et cette fin, comme en 1945, se doit d'être la paix. L'anéantissement de l'ennemi par l'usage de la force est-il le meilleur moyen d'arriver à la fin que nous nous sommes fixée? Les journées des 6,9 et 10 août 1945 militent en faveur de cette thèse que les militaristes américains ont gardée en mémoire, et qu'ils réactualisent au fil des décennies. Les contre-exemples ont été nombreux cependant. Le désastre de la Baie des cochons en 1961. Le retentissant fiasco du Vietnam, de 1955 à 1975. L'interminable guerre afghane déclenchée à la suite des événements du 11 septembre 2001. L'échec de la guerre d'Irak menée à partir de 2003 malgré la «victoire» des USA et la chute du dictateur, si l'on en juge par le chaos qui règne depuis dans cette zone. Liste non exhaustive...

    Il ne s'agit pas ici de faire le procès des Etats-Unis, procès trop souvent répété par les tenants d'un anti-américanisme naïf, mais de poser un regard critique sur deux aspects présents, de façon récurrente, dans l'approche stratégique américaine:

    La France a opéré un virage atlantiste contre-productif depuis qu'elle est entrée dans sa période post-chiraquienne. Cela pose un problème majeur, car les Américains n'ont, semble-t-il, pas lu Clausewitz, lequel lie, d'une certaine manière, le stratégique et le politique. Ces derniers font donc preuve d'une sorte de manichéisme dans leur conception de la guerre, visant constamment à séparer la stratégie militaire des diverses formes du politique.

    1. La nature morale de la guerre. Qu'il s'agisse du combat du bien contre le mal, justifiant tous les procédés pour que le bien triomphe, comme en août 1945, ou de l'exportation du modèle démocratique et libéral reconnu comme largement supérieur aux régimes dictatoriaux, comme nous le constatons actuellement, le manque de réalisme dans l'approche américaine est patent, et les moyens employés ne permettent pratiquement jamais d'atteindre les fins attendues.

    2. La nature strictement militaire de la guerre. La France a opéré un virage atlantiste contre-productif depuis qu'elle est entrée dans sa période post-chiraquienne. Cela pose un problème majeur, car les Américains n'ont, semble-t-il, pas lu Clausewitz, lequel lie, d'une certaine manière, le stratégique et le politique. Ces derniers font donc preuve d'une sorte de manichéisme dans leur conception de la guerre, visant constamment à séparer la stratégie militaire des diverses formes du politique. Gagner la guerre consiste pour eux, peu ou prou, à écraser l'ennemi. Le moins que l'on puisse dire, c'est que l'horizon est étroit. Par ailleurs, la conservation obsessionnelle de leur statut d'hyperpuissance prévient toute bonne intelligence de la multipolarité du monde contemporain, et de la diversité des moyens et des fins relatives à l'équilibre des puissances. La France, en emboîtant le pas à son allié historique, tombe dans les mêmes pièges que lui, tout en payant beaucoup plus cher (de par son statut de puissance moyenne) les conséquences de ses choix.

    L'anniversaire du bombardement d'Hiroshima et de Nagasaki pourrait donc être l'occasion de réfléchir à notre histoire militaire et diplomatique, et par conséquent aux moyens de renouveler les formes de la guerre. Puisqu'il est manifestement impossible d'empêcher la guerre, il faut la mener à bien. Et si possible, la gagner. Et la gagner peut être assez éloigné de ce que nous envisageons aujourd'hui en terme de victoire ; cela consiste peut-être avant toutes choses à parvenir à injecter du politique dans la stratégie, à soumettre une bonne fois pour toute le stratégique au politique, de manière à repenser à la fois les fins, les objectifs fixés, mais également l'étendue des moyens, c'est à dire, empruntant ces mots à l'éditorial qu'Albert Camus publia dans la revue Combat le 08 août 1945 à «choisir entre l'enfer et la raison

    •  
    •                                                                                
      •                                    

       

     

  • Bonne Fête de l'Assomption !

    LAssomption_de_la_Vierge_Le_Brun.jpg

    L'Assomption de la Vierge  par Charles Le Brun  (Paris 1619- 1690)

  • Chattes et chatons

    animals-with-miniature-versions-of-themselves-1.jpg chat et son petit.jpg

    animals-with-miniature-versions-of-themselves-44.jpg chats caddie.jpg

  • GR - Suisse : les cours de natation pour musulmanes divisent

     

    14h46

    Le Conseil central islamique suisse fait de la publicité pour des cours de natation réservés aux musulmanes. Experts et politiciens craignent pour leur intégration.

    Une femme voilée se tient au bord d’une piscine et s’apprête à sauter dans l’eau. C’est avec cette image que le Conseil central islamique suisse (CCIS) fait actuellement de la pub sur son site pour la «première école de natation islamique de Suisse». Depuis début août, l’Ecole Zamzam propose des cours à Oensingen (SO) et Aarau (AG), exclusivement réservés aux femmes et aux enfants musulmans.

    «Le but est d’apprendre à nager aux femmes et aux enfants musulmans de manière rapide et ludique», écrit le CCIS sur son site internet. Contrairement à d’autres écoles de natation, celle-ci a édicté des règles d’habillement bien précises: les femmes sont tenues de porter un maillot de bain intégral avec des leggings qui vont jusqu’en dessous des genoux. (…)

    Source

     

    NdB:  C'est un manquement évident aux règles d'hygiène élémentaire

  • GR - Grèce: l'Europe doit accuillir les "migrants" d'une façon décente et civilisée

    http://www.fdesouche.com/636023-grece-leurope-doit-accueillir-les-migrants-dune-facon-decente-et-civilisee

    + 2 VIDEOS à voir absolument