Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/05/2017

10 millions de migrants musulmans en route vers l’Europe selon le gouvernement allemand

 
Posted by La Rédaction on 13th mai 2017
| 75 views

5a6f32a87a6046f69051a78b3104e28f_18.jpg Migrants.jpg

 

 

BREIZATAO – ETREBROADEL (13/05/2017) Des analystes estiment que l’exemption de visa offre à Erdoğan la possibilité d’exporter son « problème kurde » en Allemagne. Selon le ministre bavarois des Finances, Markus Söder, des millions de Kurdes n’attendent que l’exemption de visa pour échapper aux persécutions du régime d’Erdoğan : « Nous risquons d’importer un conflit interne turc », a-t-il averti . « En fin de compte, moins de migrants arriveront par bateau, mais d’autres arriveront en avion ».

L’Union européenne est ainsi prise dans une situation sans issue. D’une manière ou d’une autre, la Turquie parait déterminée à inonder l’Europe de migrants : soit avec l’autorisation de l’Europe au moyen d’un système d’exemption de visa, soit sans son autorisation, si elle refuse l’exemption de visa.

Les responsables grecs ont récemment révélé qu’ils avaient élaboré des plans d’urgence pour faire face à une nouvelle crise migratoire. La Turquie accueille quelque trois millions de migrants en provenance de Syrie et d’Irak, dont beaucoup attendent probablement l’opportunité de fuir vers l’Europe.

L’Italie se prépare également au pire. Près d’un million de personnes, principalement originaires du Bangladesh, de l’Égypte, du Mali, du Niger, du Nigéria, du Soudan et de la Syrie sont en Libye en attente d’un moyen de traverser la Méditerranée, indique l’OIM.

Le directeur du bureau des Nations Unies à Genève, Michael Møller, a déclaré que l’Europe devait se préparer à l’arrivée de millions d’autres migrants en provenance d’Afrique, d’Asie et du Moyen-Orient. Dans une interview au journal The Times, Møller, un Danois a déclaré :

« Nous avons assisté à l’une des plus grandes migrations humaines de l’histoire. Et elle risque de s’accélérer. Les jeunes ont tous des téléphones portables, ils peuvent voir ce qui se passe dans d’autres parties du monde, et cela agit comme un aimant ».

Le ministre allemand du Développement Gerd Müller a fait écho à l’avertissement de Møller :

« Des mouvements migratoires plus vastes sont à venir : la population africaine doublera dans les prochaines décennies. Un pays comme l’Egypte passera à 100 millions d’habitants, et le Nigeria à 400 millions. À notre époque numérique avec Internet et les téléphones mobiles, tout le monde est informé de notre prospérité et de notre mode de vie. »

Müller a ajouté que 10% seulement des migrants qui ont pris la route sont arrivés en Europe : « Huit à dix autres millions sont en chemin ».

(Source : Gatestone Institute)

03:44 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Dans le Loiret, l’incompréhension des maires ruraux face au succès du FN

 

18h06

Marine Le Pen est arrivée en tête du deuxième tour de la présidentielle dans plusieurs petits villages du Loiret. Leurs maires s’interrogent sur les ressorts de ce vote.

 

« Quand je dis aux électeurs frontistes qu’il n’y a pas d’immigré dans le village, ils me répondent : “Oui, mais on n’en veut pas” »
Christophe Bethoul, maire (PS) de Saint-Germain-des-Prés

 

Christophe Bethoul ne s’y habitue toujours pas. Saint-Germain-des-Prés, la commune dont il est le maire, a voté en majorité pour Marine Le Pen, dimanche 7 mai, au second tour de la présidentielle. « Pourtant, on n’a pas d’immigration, on ne connaît pas de problème de sécurité, le chômage ici est dans la moyenne nationale », s’étonne encore l’élu. Et pourtant. Dans ce village d’un peu moins de 2 000 habitants, près de Montargis (Loiret), la candidate du Front national a recueilli 51,4 % des suffrages. Et même 61,9 % dans le bourg voisin de Saint-Firmin-des-Bois, perdu au milieu des champs de colza.

Pour Christophe Bethoul, le vote FN s’explique par « le sentiment d’abandon » de ses administrés. « Et peut-être, aussi, par trop de télévision, ajoute-t-il, qui leur matraque la tête avec l’insécurité et l’immigration. » « Quand je dis aux électeurs frontistes qu’il n’y a pas d’immigré dans le village, ils me répondent : “Oui, mais on n’en veut pas.” Ils préfèrent avoir comme voisin un Français bien chiant plutôt qu’un étranger bien intégré, se désole le jeune édile socialiste. Ils ont une peur terrible de ce qu’ils ne ­connaissent pas. »

« Les repères vacillent »

Saint-Germain, Saint-Firmin, mais aussi Pressigny-les-Pins, Fontenay-sur-Loing, Courtenay ou encore Mérinville… Dans le Gâtinais, la liste est longue des communes où Marine Le Pen a fini en tête du scrutin dimanche. Des terres rurales, dans cette France périphérique, grande perdante de la mondialisation. Une France des routes départementales étroites et des villages sans commerce ni médecin, une France des volets clos et des rideaux baissés, où flottent ici et là quelques drapeaux tricolores aux fenêtres.

[…]

Dans quelques semaines, la mairie doit ouvrir une épicerie. De quoi, peut-être, rassurer ces retraités qui ont quitté la banlieue parisienne pour une vie plus paisible à Bazoches mais ont pu se laisser tenter par le vote FN pour ne « pas retrouver les “problèmes” d’insécurité qu’ils ont connus en région parisienne ». « Ce sont des détails, mais parfois, il suffit d’un rien pour changer un vote », veut croire Thierry Dupuis.
Le Monde

03:26 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Polonium - La France périphérique va-t-elle exploser?

02:56 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Paris; les identitaires perturbent la vente des cadenas d'amour dont le bénéfice devait aller aux migrants

6945864_7a7e2a54-37f4-11e7-805a-432b3e068321-1_1000x625.jpg

http://www.leparisien.fr/paris-75004/paris-les-identitair...

 

00:18 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

13/05/2017

Le FN et Nicolas Dupont-Aignan rompent leur alliance

 

17h07

Nouveau coup dur pour le FN. Ce samedi avait lieu un conseil national élargi aux candidats aux législatives de Debout la France pour se mettre d’accord sur un éventuel accord en vue des législatives. Selon un membre présent lors de cette réunion, Nicolas Dupont-Aignan devrait annoncer lundi au micro de Jean-Jacques Bourdin qu’il ne pactisera pas avec Marine Le Pen pour cette élection. Debout la France présentera donc des candidats dans les 577 circonscriptions.

 

Lors de cette réunion où les esprits se sont parfois échauffés, plusieurs cadres se sont montrés favorables à un accord qui prévoyait que chaque parti retire mutuellement des candidats dans plusieurs circonscriptions pour favoriser les candidats de l’autre. Mais après la déception de la présidentielle, les conditions de l’accord proposé par le FN auraient été revues à la baisse, explique un cadre de Debout la France. « Au début, on parlait en interne de 120 candidats, puis finalement 50. Et maintenant, le FN n’arrive plus à trouver les circo », explique un cadre de Debout la France. « Au FN, on considère que les accords ou ébauches d’accords passés il y a quelques jours ne correspondent plus à la réalité. Ils ne proposent plus autant de circonscriptions gagnables que Nicolas Dupont-Aignan le voulait », confirme Dominique Jamet, ancien vice-président du parti qui a démissionné après le soutien à Marine Le Pen.
Autre pomme de discorde : le FN aurait exigé que les candidats de Debout la France se présentent avec une double étiquette FN et DLF. Le vice-président du FN Louis Aliot avait déjà évoqué cette possibilité. Nicolas Dupont-Aignan s’est montré fermement opposé à cette condition. Déçu par la décision du président du parti, son chef de cabinet Thomas Ménagé, favorable au rapprochement avec le FN l’a traité de « pauvre minable », rapporte un membre du conseil national.

(…) Le Point

21:43 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

« La Rébellion cachée », un film qui rend hommage aux martyrs vendéens

The-Hidden-Rebellion-600x243.jpg

 

  

13/05/2017 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) :
c’est la projection ces jours ci à Paris du film « La Rébellion cachée ».

Daniel Rabourdin, le réalisateur rend ainsi hommage aux martyrs vendéens victimes du 1er génocide commis au nom de la sacro sainte république. Déjà diffusé aux USA, ce film a été réalisé par des Français sans aucune aide publique uniquement grâce à un fonds participatif.

Mêlant passion, scènes de guerre, et réalisme des reconstitutions de la vie quotidienne, le réalisateur utilise un genre osé entre la fiction et le documentaire.

Diffusée à la télévision américaine, l’histoire de cette rébellion cachée a déjà séduit outre atlantique 100 000 téléspectateurs. Le réalisateur semble plutôt dubitatif sur une diffusion à la télévision française, mais compte bien lorsque la version française sera achevée faire le siège des cinémas français.

20:58 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (9)

Soyez rassurés: Emmanuel rencontre Angela dès lundi!

18268492_1256243127756192_6544289790040811734_n.jpg

01:05 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Les jeunes avec Macron!

http://www.delitdimages.org/les-jeunes-avec-macron/

00:56 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

12/05/2017

Laïque dans le 9-3, un chemin de croix ?

93-banlieue-islamisme-660x400.jpg musulmanes.jpg

 

L’OPA des islamistes sur les banlieues populaires

Auteur

Paulina Dalmayer

Paulina Dalmayer
est journaliste et travaille dans l'édition.

Publié le 12 mai 2017 / Politique

Mots-clés : , , , ,

Rares sont les élus qui osent s'opposer à l'OPA des islamistes sur les banlieues populaires. Confrontés à des salafistes extrêmement agressifs et à une gauche souvent complice, quelques courageux militants tiennent bon. Reportage.
 

Stains, Seine-Saint-Denis, mai 2009. Crédit photo : LahcËne ABIB / SIGNATURES

Nous avançons au pas le long du chemin de Savigny à l’heure où la foule se déverse de la mosquée Othman après la grande prière du vendredi. Les hommes en qamis, chaussettes blanches et claquettes de piscine, les femmes en hijab ou en niqab, zigzaguent en travers de la route. Certains y verraient la représentation incarnée du « Grand Remplacement ». D’autres remarqueraient que nous sommes les seuls Blancs dans un périmètre assez large de la ville de Sevran.

Au volant de sa voiture, J., qui souhaite garder l’anonymat pour des raisons de sécurité, s’égare dans le labyrinthe des allées de la cité avoisinante. En face de nous, une Audi flambant neuve pile devant un groupe d’adolescents à peine pubères. Le chauffeur, un jeune homme noir, leur tend un sachet de marchandise illicite, faisant abstraction de notre présence.

« Ici, on les appelle “les Afghans” »

Après la tenue, l’été dernier à Reims, d’« un camp d’été décolonial », interdit aux « non-racisés », c’est-à-dire aux Blancs, et à quelques jours de la conférence dédiée aux violences policières dans le cadre de l’atelier Paroles non blanches à l’université Paris 8, les damnés de la Terre ont réussi à imposer dans l’espace public un vocabulaire racialiste, basé sur l’idée de la culpabilité des Blancs envers les peuples colonisés et les immigrés. Il importe donc de préciser que nous sommes du côté des oppresseurs. En sortant de chez lui, quelques rues plus loin, J. s’est déjà fait traiter de « colon », et il n’est pas certain que son explication « mon père était paveur » y changera quoi que ce soit à l’avenir. Pourtant les « colons », coincés dans les banlieues rongées par le communautarisme et l’islam politique, ne sont pas les seuls à en souffrir.

>> A lire aussi: Où sont les femmes? Pas dans les cafés de Sevran en Seine-Saint-Denis

Militant de la Brigade des mères et ancien syndicaliste, J. écoute quotidiennement les plaintes de ses voisins musulmans issus de l’immigration, qui n’en peuvent plus des agissements de ceux qu’on appelle ici « les Afghans », ou bien « frérots salafs ». Passant devant la statue de François Mauriac, érigée fièrement à proximité d’une école coranique, « La maison des savoirs », nous ne pouvons réprimer un accès de rire convulsif. J. voudrait encore me montrer la parcelle destinée à accueillir une mosquée de 5 000 places. « Si les politiques ne font rien, il faut au moins qu’ils déclarent certaines villes religieuses et, surtout, qu’ils les entourent de murs. Le phénomène touche toute la France, pas que la Seine-Saint-Denis ! » s’insurge-t-il. Certes, Roubaix, Toulouse, Lunel, Marseille, Lyon ont chacune leur Molenbeek.

CAUSEUR.fr

(NdB: Pourquoi laïque et pas laïc?)

22:09 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Interview de Stéphane Ravier : “L’opposition c’est nous !”

 

 

Le sénateur-maire des XIIIe et XIVe arrondissements de Marseille est candidat aux législatives. Il se présente sur la 3e circonscription qui recoupe le territoire de sa mairie de secteur, les quartiers nord. Déjà candidat en 2012, il avait échoué de peu au second tour face à la socialiste Sylvie Andrieux qui n’a pu aller au bout de son mandat car condamnée définitivement pour détournement de fonds publics et déclarée inéligible…

— Pourquoi Mélenchon a-t-il choisi de se présenter à Marseille ?

— Il a besoin d’un nouveau souffle électoral. Loin de lui l’envie de répondre aux attentes des Marseillais, il répond à sa propre ambition. Cela correspond assez bien à ses convictions d’immigrationniste, lui-même est une sorte d’immigré politique. Marseille dit-on, est une ville d’accueil, elle va accueillir un réfugié de plus, j’espère qu’il a ses papiers. Il a déjà essayé d’obtenir son statut de réfugié politique à Hénin-Beaumont qui lui a été sèchement refusé par les électeurs. Il n’a pas regardé quelles étaient les attentes des habitants du centre-ville en matière d’immigration massive ou d’insécurité, il a regardé les chiffres électoraux. Pas ceux du chômage. Il essaye de relancer sa carrière politique, lui qui se voyait au second tour de l’élection présidentielle. C’est un calcul électoral. Ce n’est pas par amour de Marseille ni des Marseillais. Il vient ici poser ses valises, peut-être n’aura-t-il pas le temps de toutes les ouvrir qu’il faudra déjà qu’il les referme pour aller sous d’autres cieux.

— Comment se présentent les élections législatives à Marseille pour le Front national ?

— Tous les candidats sont investis. Je suis moi-même candidat dans la 3e circonscription de Marseille, celle où je me suis présenté il y a cinq ans face à Sylvie Andrieux. On sait comment elle a procédé pour sauver son siège et on sait comment ça s’est terminé. Depuis, elle porte un bracelet, pas au poignet mais à la cheville. Les candidats et les militants sont sur le terrain pour obtenir à Marseille et dans tout le département des Bouches-du-Rhône le maximum d’élus patriotes Front national. Marine Le Pen a réalisé le score de 10,6 millions de voix dans un contexte où les médias officiels du système, c’est-à-dire quasiment tous sauf Présent, ont été à l’unisson pour porter leur candidat au sommet de la pyramide, si j’ose dire. Le symbole se voyait bien sur les images, le soir de l’élection. Une élection qui n’est pas un plébiscite loin de là, avec ses abstentions records et ses votes nuls. Les Français sont assez dubitatifs et méfiants sur le candidat des banques. Il en sera de même et de façon plus affirmée encore aux élections législatives. Il n’est pas du tout acquis et les sondages le démontrent, qu’Emmanuel Macron remporte le troisième tour ni qu’il obtienne le blanc-seing qu’il espère. Ce refus passe par l’élection des députés Front national et la présence à l’Assemblée d’un groupe important qui puisse s’opposer à la politique antisociale, européiste et mondialiste que le nouveau président commence à dévoiler.

— Qu’en est-il de l’alliance avec Nicolas Dupont-Aignan à Marseille ? Est-ce qu’il y a des circonscriptions où vous ne présenterez pas de candidats ?

— Non, pas à Marseille. Marine a réalisé 37 % des voix à Marseille au second tour. C’est un très bon résultat dans une ville aussi cosmopolite pour employer un terme politiquement correct, une ville où la mobilisation de cet électorat fraîchement national a été importante. A Marseille, les candidats seront estampillés Front national. Dans le reste des Bouches-du-Rhône hors Marseille, il y aura une circonscription réservée à Debout la France. Il est très important que les électeurs aient conscience que l’élection législative est toute aussi importante si ce n’est plus, que l’élection présidentielle. Jusqu’à présent nous avons toujours subi une déperdition de voix aux législatives parce que les électeurs considéraient que la présidentielle était passée et que le président allait pouvoir présider. Justement, ce président-là, il ne faut pas le laisser faire. Les députés ont un droit et un devoir d’agir. J’appelle à la mobilisation des électeurs à Marseille et partout en France, de ces 10,6 millions de Français, pour qu’ils confirment leur choix à travers les élections législatives et qu’ils envoient à l’Assemblée une force d’opposition massive. Il faut 12,5 % des inscrits pour être au second tour. Il faut que les candidats du Front national arrivent en tête dès le premier tour dans le plus grand nombre de circonscriptions, pour qu’il y ait une dynamique. Après, ce sera à nos adversaires de se déterminer, aux Républicains de confirmer leur choix comme ils l’ont fait aux présidentielles en appelant à voter pour le candidat de Macron ou au parti de Macron d’appeler à voter pour le candidat des Républicains. De toute façon ce sont les mêmes. Comme ils l’ont prouvé dès 20 h 03 le soir du premier tour avec l’appel de Fillon et le reste du troupeau qui a suivi. Y compris à Marseille, où Jean-Claude Gaudin qui reste le leader de ceux que certains nomment encore la droite, a appelé à voter Macron comme la plupart de ses lieutenants. Lui, il a attendu 20 h 15 !

— Est-ce que vous ne pensez pas que le retrait de Marion Maréchal-Le Pen risque de faire perdre des électeurs et de l’ancrage sur une terre qui était fertile pour le Front national ?

— Je suis comme tout le monde au Front national et en particulier ceux qui ont eu la chance de travailler avec Marion. Je l’ai découverte à l’occasion des élections régionales, elle m’avait demandé de mener la liste dans les Bouches-du-Rhône ce qui m’a conduit à l’accompagner sur le terrain. J’ai été bluffé par ce petit bout de femme – le terme n’est pas péjoratif – déterminée, intelligente, courageuse, passionnée. Et passionnée en particulier – et c’est là où, en soi, son choix ne m’étonne pas – par l’entreprise. Lorsque nous étions sur le terrain du monde du travail, que ce soit chez un agriculteur, dans une entreprise high-tech des quartiers nord de Marseille qui lui expliquaient leur développement ou leurs difficultés, je la sentais vraiment attirée, très intéressée par cet univers-là. Tout juste si elle ne leur disait pas : « Embauchez-moi, j’ai envie de bosser avec vous. » On sentait à ce moment-là qu’elle sortait du corps de la candidate. Elle me l’avait dit : si elle n’avait pas été convaincue par son grand-père d’entrer en politique en 2012, elle aurait entamé une carrière dans le privé. Si vous ajoutez à cela qu’elle est maman – j’entendais le scepticisme affiché par certains de vos confrères à ce sujet ! – qu’ils accordent au moins à Marion cette sincérité et cette liberté de mère qui a le désir de s’occuper de son enfant. En plus, elle est en cohérence avec les valeurs qu’elle défend, en particulier celles de la famille.

— Mais sur le terrain, est-ce que son absence peut démobiliser des électeurs ?

— Par sa sincérité et sa jeunesse, son attachement à la France, elle a su convaincre les esprits et les cœurs. Son départ est pour nous un déchirement, nous la regrettons tous. Mais il faut bien que la vie continue. Je demande aux militants qui la connaissent et qui ont de l’estime pour elle de comprendre que Marion avait envie de faire autre chose de sa vie. Certains ont qualifié cela de « désertion ». Marion est une femme de 28 ans, elle a le droit – on n’est pas encore en République islamique – de faire ce qu’elle veut. Et de revenir. Elle nous a dit qu’elle soutiendrait les candidats du Vaucluse et qu’elle restait patriote et Front national. Elle apportera à la France sa volonté de créer une entreprise ou de participer au développement d’une entreprise et puis elle reviendra. Pendant ce temps, la vie politique du Front national continue, il y a d’autres cadres et il y en aura d’autres, nouveaux et ils porteront eux aussi les couleurs, les valeurs et les convictions du Front national sur l’immigration, l’identité, la lutte contre le communautarisme. C’est auprès de ces nouveaux cadres qu’il faudra travailler, la vie commence toujours demain.

Propos recueillis par Caroline Parmentier

Article paru dans Présent daté du 13 mai 2017

21:35 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Nicolas Bay face à Bourdin

20:28 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Allemagne : Le parti nationaliste AdF fait son entrée au parlement régional du Schleswig-Hölstein

1034598646.jpg AfD.jpg

Allemagne : Le parti nationaliste AdF fait son entrée au parlement régional du Schleswig-Hölstein
Posted by La Rédaction on 8th mai 2017
| 15 views
 

 

BREIZATAO – ETREBROADEL (08/05/2017) Le parti nationaliste allemand « Alternative pour l’Allemagne » a fait son entrée au parlement régional du Schleswig-Hölstein.

Sputnik News (source) :

Selon ces données, la CDU a remporté entre 33% et 34% des votes, suivi par le Parti social-démocrate d’Allemagne (SPD) avec 27% des voix. Viennent ensuite Les Verts avec 12,5%, ainsi que le Parti libéral-démocrate (FDP — 10,5%) et l’Alternative pour l’Allemagne (AfD — 5,5%). Quelque 2,3 millions d’électeurs étaient appelés aux urnes dimanche dans ce land, le plus septentrional du pays. Le scrutin organisé dans le Schleswig-Holstein est l’avant-dernier rendez-vous électoral prévu avant les législatives du 24 septembre. D’ici là auront lieu, le 14 mai, des élections régionales en Rhénanie-du-Nord-Westphalie.

Fondé en avril 2013, l’AfD est maintenant présent dans 11 parlements régionaux allemands sur 16.

20:14 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

JOURNAL TVL DU 12 MAI 2017 - L'Eurovision, grand'messe du lobby LGBT

19:59 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

VIDEO - Témoignage: Daech oblige trois enfants à exécuter un condamné avec une machette

http://www.francetvinfo.fr/monde/proche-orient/offensive-...

Le témoignage glaçant de trois petits Kurdes

19:29 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Arthur RIMBAUD

Le bateau ivre

Comme je descendais des Fleuves impassibles,
Je ne me sentis plus guidé par les haleurs :
Des Peaux-Rouges criards les avaient pris pour cibles,
Les ayant cloués nus aux poteaux de couleurs.

J'étais insoucieux de tous les équipages,
Porteur de blés flamands ou de cotons anglais.
Quand avec mes haleurs ont fini ces tapages,
Les Fleuves m'ont laissé descendre où je voulais.

Dans les clapotements furieux des marées,
Moi, l'autre hiver, plus sourd que les cerveaux d'enfants,
Je courus ! Et les Péninsules démarrées
N'ont pas subi tohu-bohus plus triomphants.

La tempête a béni mes éveils maritimes.
Plus léger qu'un bouchon j'ai dansé sur les flots
Qu'on appelle rouleurs éternels de victimes,
Dix nuits, sans regretter l'oeil niais des falots !

Plus douce qu'aux enfants la chair des pommes sûres,
L'eau verte pénétra ma coque de sapin
Et des taches de vins bleus et des vomissures
Me lava, dispersant gouvernail et grappin.

Et dès lors, je me suis baigné dans le Poème
De la Mer, infusé d'astres, et lactescent,
Dévorant les azurs verts ; où, flottaison blême
Et ravie, un noyé pensif parfois descend ;

Où, teignant tout à coup les bleuités, délires
Et rhythmes lents sous les rutilements du jour,
Plus fortes que l'alcool, plus vastes que nos lyres,
Fermentent les rousseurs amères de l'amour !

Je sais les cieux crevant en éclairs, et les trombes
Et les ressacs et les courants : je sais le soir,
L'Aube exaltée ainsi qu'un peuple de colombes,
Et j'ai vu quelquefois ce que l'homme a cru voir !

J'ai vu le soleil bas, taché d'horreurs mystiques,
Illuminant de longs figements violets,
Pareils à des acteurs de drames très antiques
Les flots roulant au loin leurs frissons de volets !

J'ai rêvé la nuit verte aux neiges éblouies,
Baiser montant aux yeux des mers avec lenteurs,
La circulation des sèves inouïes,
Et l'éveil jaune et bleu des phosphores chanteurs !

J'ai suivi, des mois pleins, pareille aux vacheries
Hystériques, la houle à l'assaut des récifs,
Sans songer que les pieds lumineux des Maries
Pussent forcer le mufle aux Océans poussifs !

J'ai heurté, savez-vous, d'incroyables Florides
Mêlant aux fleurs des yeux de panthères à peaux
D'hommes ! Des arcs-en-ciel tendus comme des brides
Sous l'horizon des mers, à de glauques troupeaux !

J'ai vu fermenter les marais énormes, nasses
Où pourrit dans les joncs tout un Léviathan !
Des écroulements d'eaux au milieu des bonaces,
Et les lointains vers les gouffres cataractant !

Glaciers, soleils d'argent, flots nacreux, cieux de braises !
Échouages hideux au fond des golfes bruns
Où les serpents géants dévorés des punaises
Choient, des arbres tordus, avec de noirs parfums !

J'aurais voulu montrer aux enfants ces dorades
Du flot bleu, ces poissons d'or, ces poissons chantants.
- Des écumes de fleurs ont bercé mes dérades
Et d'ineffables vents m'ont ailé par instants.

Parfois, martyr lassé des pôles et des zones,
La mer dont le sanglot faisait mon roulis doux
Montait vers moi ses fleurs d'ombre aux ventouses jaunes
Et je restais, ainsi qu'une femme à genoux...

Presque île, ballottant sur mes bords les querelles
Et les fientes d'oiseaux clabaudeurs aux yeux blonds.
Et je voguais, lorsqu'à travers mes liens frêles
Des noyés descendaient dormir, à reculons !

Or moi, bateau perdu sous les cheveux des anses,
Jeté par l'ouragan dans l'éther sans oiseau,
Moi dont les Monitors et les voiliers des Hanses
N'auraient pas repêché la carcasse ivre d'eau ;

Libre, fumant, monté de brumes violettes,
Moi qui trouais le ciel rougeoyant comme un mur
Qui porte, confiture exquise aux bons poètes,
Des lichens de soleil et des morves d'azur ;

Qui courais, taché de lunules électriques,
Planche folle, escorté des hippocampes noirs,
Quand les juillets faisaient crouler à coups de triques
Les cieux ultramarins aux ardents entonnoirs ;

Moi qui tremblais, sentant geindre à cinquante lieues
Le rut des Béhémots et les Maelstroms épais,
Fileur éternel des immobilités bleues,
Je regrette l'Europe aux anciens parapets !

J'ai vu des archipels sidéraux ! et des îles
Dont les cieux délirants sont ouverts au vogueur :
- Est-ce en ces nuits sans fonds que tu dors et t'exiles,
Million d'oiseaux d'or, ô future Vigueur ?

Mais, vrai, j'ai trop pleuré ! Les Aubes sont navrantes.
Toute lune est atroce et tout soleil amer :
L'âcre amour m'a gonflé de torpeurs enivrantes.
Ô que ma quille éclate ! Ô que j'aille à la mer !

Si je désire une eau d'Europe, c'est la flache
Noire et froide où vers le crépuscule embaumé
Un enfant accroupi plein de tristesse, lâche
Un bateau frêle comme un papillon de mai.

Je ne puis plus, baigné de vos langueurs, ô lames,
Enlever leur sillage aux porteurs de cotons,
Ni traverser l'orgueil des drapeaux et des flammes,
Ni nager sous les yeux horribles des pontons.

04:08 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Marion Maréchal-Le Pen se retire de la vie politique (MàJ: « Je me vois mal ne plus jamais refaire de politique »)

447411IMG0755.jpg

 

J-1

Après qu’elle a annoncé son retrait de la vie politique, Marion Maréchal-Le Pen explique à Valeurs actuelles les raisons de son choix.

« Quand je regarde derrière moi, je suis obligée de constater que ces dernières années, j’ai beaucoup manqué à ma fille, et elle m’a aussi beaucoup manqué. Je pense que nous avons des devoirs premiers auxquels il faut répondre. Si on n’assume pas ses devoirs à l’égard de la petite nation, on ne risque pas de le faire correctement à l’égard de la grande nation. Petite famille et grande famille sont complémentaires, j’en suis intimement convaincue. J’ai donc tout simplement envie d’être présente pour ma fille pendant ses années les plus fragiles. »

« A l’heure actuelle, je me vois mal ne plus jamais refaire de politique. J’ai des convictions sincères, des inquiétudes sincères pour mon pays, des ambitions sincères pour lui. Il est compliqué pour moi d’imaginer m ne plus jamais me mettre au service du bien commun. »

« Je suis convaincue que si je ne pars pas maintenant, je ne partirai jamais. Il est éminemment difficile de quitter ce monde politique. Plus on attend, plus grande est la difficulté. Je suis terrifiée à l’idée de finir comme un Christian Estrosi , des ultra-cumulards, professionnels cyniques de la politique qui ne font plus que cela depuis des décennies et qui seraient prêt à n’importe quelle trahison pour préserver leur rente. C’est un modèle complètement révolu. Les Français ont besoin, pour respecter les politiques, qu’ils prouvent aussi leur liberté, leur désintéressement. Il est important que des élus démontrent qu’ils sont capables de renoncer à leur statut. »

(…)

Valeurs Actuelles

03:16 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

L'immigration selon Macron 11/05/17

02:30 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Florian Philippot: " Si le FN abandonne la question de l'euro, je quitte le parti"

02:23 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

VIDEO - Bernard-Henri Lévy entarté à Belgrade


Bernard-Henri Lévy entarté à Belgrade par GQFrance

01:27 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

L'indécence couleur Macron

http://www.delitdimages.org/lindecence-couleur-macron/#co...

01:05 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)