Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Blog - Page 604

  • Polémique autour de la crèche de Noël : Oui au principe de laïcité, non au principe d’absurdité

     Partager sur Facebook Tweeter

     

    05/12/2014 – FRANCE (NOVOpress)
    Le tribunal de Nantes a interdit la crèche de Noël du Conseil général de Vendée. Pour Bruno Retailleau, le symbole de la crèche dépasse le symbole religieux et fait partie d’un patrimoine commun qui nous rassemble.

    Dans une tribune publiée sur FigaroVox, le Président du Conseil Général de Vendée explique les raisons de sa colère :

    Manifestement il y a deux poids deux mesures à la justice de notre pays. Quelques mois après qu’Anne Hidalgo a revendiqué l’organisation, par la mairie de Paris, du repas officiel d’ouverture du Ramadan, un tribunal interdit la seule évocation de la période de Noël dans une autre collectivité.

    (…)

    Le symbole de la crèche dépasse le symbole religieux. Elle fait partie d’un patrimoine commun qui nous rassemble, bien au-delà des convictions des uns et des autres. Les racines chrétiennes de la France ne sont pas un postulat de la foi. Elles sont un constat de la réalité.


  • Marseille: Stéphane Ravier a installé une crèche provençale dans la hall de sa mairie (13-14e arr.)

    IMG_0512.JPG

    L'Enfant-Jésus sera placé le soir de Noël

    (Photo EB)

  • Demain, vais-je devoir enlever les « Joyeux Noël » qui éclairent la vieille ville ?

    Entretien avec Robert Ménard

    Le 4 décembre 2014

    Robert Ménard, on lit, un peu partout dans la presse, que vous auriez été sommé par le préfet de l’Hérault de retirer la crèche installée par vos soins à la mairie de Béziers. Est-ce vrai ?

    Pas du tout ! Le préfet, Pierre de Bousquet, nous a simplement, dans un courrier, « invités à reconsidérer notre projet dans son principe, ou au moins dans ses modalités ». Ce que nous avons fait : nous avons intégré la crèche dans le programme des activités culturelles et festives de fin d’année. Il l’avait du reste suggéré lors d’une conversation téléphonique que nous avions eue. Ce n’était donc pas une mise en demeure, ni même une mise en garde.

    On vient d’apprendre par ailleurs que le tribunal administratif de Nantes a exigé du conseil général de Vendée qu’il démonte la crèche traditionnellement exposée durant la période de Noël à l’accueil. Cette décision vous inquiète-t-elle ?

    Bien sûr, cette décision est inquiétante. Mais elle est surtout grotesque. Demain, à Béziers, je vais devoir enlever les « Joyeux Noël » qui éclairent les ruelles de la vieille ville ? Et pourquoi pas les sapins et les boules ? Les ayatollahs de la laïcité se trompent d’époque. Ce n’est pas l’Église ni la religion (en tout cas, pas celle-là) qui menacent l’État.

    La crèche restera donc là où elle est jusqu’à la fin de l’année ?

    Oui, je l’espère. Mais il peut y avoir évidemment une procédure en référé. Le préfet peut me mettre en demeure de l’enlever. Et là, je serai face à un dilemme : en tant que maire, je dois respecter la loi – d’autant plus que je rappelle régulièrement à mes administrés qu’ils doivent eux-mêmes respecter la loi ! – mais en même temps, et c’était inattendu, vous n’imaginez pas le nombre de gens qui ont afflué à la mairie, non pas seulement pour voir la crèche mais, disaient-ils, pour la défendre, pour qu’on ne l’enlève pas…

    J’ajoute qu’à l’inauguration de la crèche, il y avait des musulmans, heureux d’être là car, disaient-ils, ce spectacle leur rappelait l’univers de leur enfance. Mais peut-être n’est-ce pas ces musulmans-là qu’on a envie d’entendre ?

    J’ai par ailleurs reçu un mot du responsable de la communauté juive de Béziers qui regrettait de ne pas être là pour l’inauguration de la crèche et qui nous a félicités de l’avoir mise en place. Un autre membre de cette communauté, conseiller municipal appartenant à l’opposition, m’a demandé d’installer pour Hanouka un chandelier à neuf branches dans l’hôtel de ville. Je lui ai dit que nous le ferions, considérant que nous avons un héritage judéo-chrétien.

    Entretien réalisé par Gabrielle Cluzel

    BOULEVARD VOLTAIRE

  • 80% des engagés "français" de l'Etat Islamique ne sont pas des convertis (Intérieur)

    02/12/2014

    C'est ce que nous apprend le recensement du ministère de l'Intérieur sur la base de 1132 profils étudiés, rapporté par Le Figaro du 1er décembre: Seuls 20% des djihadistes sont des convertis (souvent issus de familles françaises de souche), convertis car assimilés à leur environnement musulman d'origine étrangère.

    Le lien entre immigration musulmane massive et les plus de 2000 islamistes (source DGSI) qui ont franchi le pas du départ pour la Syrie ou l'Irak est donc évident.

    OBSERVATOIRE DE L'ISLAMISAION

     

  • Israël a accueilli deux fois plus de juifs de France en 2014

    http://www.leparisien.fr/societe/israel-a-accueilli-deux-fois-plus-de-juifs-de-france-en-2014-04-12-2014-4347589.php

    + 2 VIDEOS

  • Déchéance de la nationalité pour les djihadistes: texte rejeté à l'Assemblée

    http://www.fdesouche.com/542687-decheance-nationalite-les-djihadistes-texte-rejete-lassemblee

    + VIDEO Marion Maréchal-Le Pen

  • Violentes attaques islamistes en Tchétchénie

    Dix-neuf personnes ont été tuées dans des combats entre rebelles tchétchènes et forces de l’ordre dans le centre de Grozny.

    Selon les autorités russes qui ont annoncé la fin de “l’opération anti-terroriste”, dix membres des forces de sécurité ont perdu la vie et 28 autres ont été blessés. Neuf insurgés tchétchènes ont aussi été tués au cours des combats selon le président Ramzan Kadyrov.

    D’après le Comité national anti-terrorisme, cette attaque a été lancée à partir d’un rond-point par un groupe de rebelles dans le centre de Grozny, qui a ensuite poursuivi les combats contre les forces de l’ordre dans une école et dans un immeuble en flammes abritant des médias locaux.

    Les assaillants se sont réclamés du principal mouvement islamiste de l’Emirat du Caucase et de son nouveau dirigeant le cheikh Ali Abou Mouhammad. [...]

    Source

    Les événements meurtriers qui se sont déroulés dans la nuit jeudi 4 décembre à Grozny, cible d’une attaque de combattants islamistes, n’ont pas empêché le président tchétchène Ramdan Kadyrov d’assister à midi, le même jour, au discours prononcé par Vladimir Poutine devant le Conseil de la Fédération russe, à Moscou. Au détour d’une phrase, le chef du Kremlin, qui évoquait alors la responsabilité des Occidentaux dans la crise en Ukraine, a de lui-même évoqué les affrontements alors encore en cours à 1 500 km de distance : « Nous nous rappelons très bien ceux qui soutenaient chez nous le séparatisme, et même la terreur directe, et nommaient  “rebelles »  ceux qui avaient du sang jusqu’au coude en les recevant au plus haut niveau. Aujourd’hui ces rebelles se sont montrés en Tchétchénie.

    A l’aube, malgré les multiples messages de Ramzan Kadyrov promettant sur son compte Instagram que « tout serait terminé dans vingt minutes », des tirs de mitrailleuses et à l’arme lourde se poursuivaient dans les rues de Grozny, où des blindés ont pris position après que des affrontements ont éclaté dans la nuit entre les forces de sécurité et un groupe de combattants. Dans une vidéo diffusée par un site caucasien, un homme armé, filmé de nuit sur place, a revendiqué l’attaque au nom de « l’Emirat du Caucase » et de son dirigeant cité sous le nom d’Ali Abou Mohamed. « Nous, Moudjahidine du Caucase, nous sommes rentrés partout dans la ville (…) annonçait-il. Et nous nous battrons jusqu’à la mort ».

    Le combattant a invoqué la « défense des femmes musulmanes » pour justifier l’assaut, semblant ainsi faire référence à une polémique récente sur le port du hijab dans cette petite république musulmane membre de la fédération de Russie. En septembre, le dirigeant tchétchène proche du Kremlin, avait démenti cette interdiction tout en affirmant qu’il ne serait pas possible de cacher son visage. « C’est comme ça qu’ont commencé les attaques suicides », affirmait-il le 17 septembre sur son compte Instagram. Début octobre, cinq policiers étaient morts alors qu’ils tentaient d’empêcher un jeune kamikaze de se faire exploser à l’entrée d’une salle de concert de Grozny. [...]

    Source

    FDS

  • Taubira tweet à claques !

    Commentant sans vergogne la décision de la justice américaine de ne pas poursuivre le policier de Ferguson, en état de légitime défense semble-t-il (Présent du 27 novembre), Christiane Taubira a envoyé sur Twitter, en anglais, un message demandant : « S’agit-il de les tuer (les jeunes Noirs) avant qu’ils ne grandissent ? »

    Taubira tweet à claques

    Rappelons que Christiane Taubira n’est pas Lulu Castagnette, présidente d’une obscure association droitdelhommiste, mais le garde des Sceaux du gouvernement français. Et, de ce fait même, tenue à une certaine réserve diplomatique. Sa démarche arrogante lui a d’ailleurs valu d’être recadrée par le porte-parole du gouvernement.

    C’est sur Twitter, également, que Stephane Le Foll a taclé Taubira la Folle : « Il faut se garder de faire des commentaires sur ce qui est en train de se passer aux Etats-Unis. » Et d’ajouter : « Surtout avec ces outils qui sont dans l’immédiateté, il vaut mieux prendre son temps et réfléchir. »

    D’autant que l’on aurait plutôt aimé entendre Taubira, ex (?) indépendantiste guyanaise et ministre de la Justice, sur des actes racistes qui se sont déroulés en Guyane et que nous avons relatés (Présent du 27 novembre). A savoir le lynchage de deux paras français. Délibérément écrasés par un 4×4 conduit par un « autochtone » et sous les encouragements d’un public d’ « autochtones ».

    Un « fait divers » suffisamment inquiétant (un mort, un blessé grave) pour que le ministre de la Justice, via Twitter ou, mieux, par un communiqué officiel, dénonce et fustige une telle sauvagerie (le 4×4 est revenu rouler à deux reprises sur les corps des deux soldats gisant).

    Le tweet de Taubira et son questionnement (« S’agit-il de les tuer avant qu’ils ne grandissent ? ») est tombé au moment où la classe politico-médiatique commémorait, à grand renfort de buccins, la loi Giscard-Chirac-Veil. Une loi infanticide qui, elle, ne se pose pas la question de savoir s’il s’agit de tuer les enfants avant qu’ils ne grandissent : on les tue avant même qu’ils soient nés. Dans le ventre de leur mère.

    Le Parisien, qui a participé à pleines pages à la célébration avortueuse, titrait en une quelques jours plus tard : « Drames familiaux. Trente-cinq enfants sacrifiés en un an ». Ce même jour, Présent titrait en une : « Avortement : 600 tués par jour ». Six cents tués par jour et quelque 230 000 depuis que l’IVG – comme ils disent – supprime des enfants avant qu’ils ne grandissent. Et sans distinction de race.

    Nos médias multiplient les articles et les reportages sur les « incidents raciaux » (qui se déroulent tous en pays yankee, signalons-le au passage…) aux Etats-Unis, dans le même temps qu’ils exaltent le vote de l’Assemblée nationale qui vient de réaffirmer le droit fondamental (sic) à l’avortement.

    Christiane Taubira faisant la leçon aux Etats-Unis. La gauche et la droite (à quelques exceptions près) applaudissant au massacre des innocents. Si c’est mal – et c’est mal – de tuer des ados, comment qualifier l’holocauste de tout petits êtres qui ne grandiront jamais puisqu’on les tue « dans l’œuf »

    ALAIN SANDERS dans Présent

    ALTERMEDIA

  • Interdiction du feu de cheminée : la bêtise écologiste n’a plus de limite !

    Jeudi, 4 Décembre 2014
     
     
    Eric Martin
    Intérieur
    Le crépitement du feu, ce son si unique entendu par nos ancêtres depuis des siècles, la chaleur du foyer qui permet de réunir la famille pour lire un conte ou faire la prière du soir au lieu de regarder la télévision… Et bien, il sera interdit à partir du 1er janvier 2015 à Paris et dans 435 communes d’Île-de-France choisies arbitrairement (dans les Yvelines, Rocquencourt n’a plus le droit au feu de cheminée, ses voisines Bailly et Noisy-le-Roi si, allez savoir pourquoi !).


    Erreur


    Les lecteurs du Parisien sont atterrés… et nous aussi.

    QueChoisir.org montre que cette mesure liberticide ne servira à rien, si ce n’est à vacciner les Franciliens contre l’écologisme :

    Selon les études d’Airparif, les causes principales d’émissions de particules de moins de 10 microns de diamètre dans l’aire urbaine parisienne sont la circulation automobile (44 % des particules) et les apports extérieurs (39 %). Un fort vent de nord-est rabat sur les Franciliens des pollutions belges ou allemandes, et réciproquement en cas de vent de sud-ouest. D’autres mesures faites sur les particules de moins de 2,5 microns (voir graphique ci-dessous) par Airparif sont tout à fait cohérentes avec ces chiffres.

    Reste 17 % de sources diverses, dont 4 % de combustion de bois. Dix fois moins que la circulation routière ! Airparif parle bien des « feux de bois », ce qui englobe aussi les feux agricoles et les feux de jardin, pas si rares dans les Yvelines, l’Essonne ou la Seine-et-Marne. D’ailleurs, les rejets connaissent des pics pendant les vagues de froid, ce qui incrimine le chauffage, mais ils sont loin de disparaître aux beaux jours, ce qui montre bien que les cheminées ne sont pas seules coupables.

    Certes, des études ont montré une corrélation entre les concentrations fortes de résidus de feux de bois et les épisodes d’asthme en milieu urbain. Mais quand de telles concentrations sont atteintes, c’est en général que le vent est nul, ce qui laisse stagner tous les polluants, pas seulement ceux du bois qui se consume.

    Pollution de l’air, pollution d’origine locale, bois brûlé, feux de cheminée… L’interdiction des foyers ouverts va jouer sur une fraction de fraction de fraction des particules présentes dans l’air ! Les résultats seront fatalement modestes

    source

    VOXNR

  • La charge de Poutine contre l'Occident

    Dans un discours virulent, le président russe a fustigé les «ennemis» de Moscou, entérinant la fracture grandissante avec l'Union européenne et les États-Unis.

     
     

    Jusque dans les dernières heures et la nuit précédant l'événement, le président russe a corrigé des pans entiers de son discours, prérédigé par ses conseillers, modifiant lui-même des paragraphes. Et c'est un Vladimir Poutine mordant, parfois fiévreux, qui s'est finalement adressé jeudi à la nation, depuis la salle des fêtes du Kremlin, dans un exercice annuel destiné à rappeler à ses compatriotes, jusqu'au fin fond des campagnes, la solennité et la puissance du pouvoir russe. Pour les assurer surtout que l'Occident, cet ennemi diffus du Kremlin, doté de «valeurs» étrangères, ne fera jamais plier la Russie. C'est cette entité vague, plus encore que le régime de Kiev, dirigé par des «sponsors américains», qui constitue désormais aux yeux de Vladimir Poutine la principale menace pour les intérêts russes. Officiellement, Moscou n'a pas l'intention de «rompre» avec l'Union européenne et les États-Unis. Mais il était acquis, après une heure de discours, que les partenaires d'autrefois sont engagés dans une crise profonde et durable.

     

    La Crimée est sacrée

    Certes, les autorités ukrainiennes ont agi avec «cynisme», elles ont «fusillé, tué des gens» ; les responsables du «coup d'État» de Kiev ont fait «brûler vifs» leurs opposants, comme à Odessa. Néanmoins, le président russe a relégué les autorités de Kiev à un rôle subalterne, préférant s'attaquer à leurs «parrains» occidentaux. «Même sans la Crimée et l'Ukraine, les États-Unis et leurs alliés auraient inventé autre chose pour freiner les opportunités de la Russie. Et cette manière de faire ne date pas d'hier», a accusé Vladimir Poutine. «Aujourd'hui, ils essayent de toutes leurs forces de nous persuader qu'il existe une politique équilibrée à laquelle nous devons obéir sans réfléchir et de manière aveugle. Mais ce ne sera pas le cas», a-t-il ajouté. La Russie possède une «armée moderne, redoutable, prête au combat» interdisant à ses ennemis d'espérer acquérir la «suprématie militaire», a ajouté le chef du Kremlin, filant les métaphores historiques: tout comme elle a repoussé les nazis, elle a empêché l'Occident de «nous entraîner dans un scénario yougoslave de démantèlement». «Hitler s'apprêtait à anéantir la Russie et à nous repousser jusqu'à l'Oural. Tout le monde doit se souvenir comment ce genre de choses se termine», a-t-il menacé.

    Négociations laborieuses

    Ce faisant, Vladimir Poutine n'a eu aucun mot pour les négociations laborieuses en vue de parvenir à une trêve dans le Donbass, semblant même se désintéresser du confit ukrainien. «La tragédie qui a lieu là-bas conforte totalement la justesse de notre position», a simplement déclaré le président russe, ajoutant que Moscou avait financièrement aidé son voisin, à hauteur de 33 milliards de dollars. «En appelant les parties au dialogue, nous avons fait en Ukraine ce que nous avions à faire», a précisé au Figaro le vice-président de la Douma, Sergueï Neverov. Ces déclarations n'empêchent pas le Parlement de préparer une réunion à huis clos destinée à discuter l'octroi d'un statut officiel aux soldats russes ayant combattu dans le Donbass et à indemniser leurs familles. Par ailleurs, un général russe a participé aux négociations d'une trêve, annoncée jeudi soir. En comparaison, le chef du Kremlin s'est largement étendu sur «l'union historique» de la Crimée avec la Russie, qu'il a assimilée à un événement «sacré», comparant même certains lieux de la presqu'île à des lieux sacrés de Jérusalem. Directement face à lui, assis aux côtés des principaux dirigeants du gouvernement, le patriarche Kirill buvait ses paroles.

    Les partis qualifiés d'opposition à la Douma ont également salué les propos présidentiels. «Nous allons construire un État fort, indépendant et souverain», s'est félicité le chef du parti Russie juste, Sergueï Mironov. Au même moment, à Bâle, le secrétaire d'État américain, John Kerry, appelait la Russie à ne pas «s'isoler par ses propres actions».


    Une amnistie pour les Russes qui rapatrient leurs capitaux

    Le ton anti-occidental du discours présidentiel a également trouvé sa traduction sur le plan économique. Affaiblie par les sanctions, flirtant avec la récession, la Russie est «ouverte aux investissements étrangers», a assuré Vladimir Poutine, mais seulement en vue de projets industriels «mixtes». Il a surtout ajouté: «Notre développement dépend d'abord de nous-mêmes.»Ainsi, une amnistie totale va être offerte aux hommes d'affaires russes qui acceptent de rapatrier leurs fortunes cachées dans des paradis fiscaux. «On ne leur demandera pas d'où vient cet argent ni comment il a été gagné», a promis le chef du Kremlin. Selon les dernières prévisions, la fuite des capitaux devrait atteindre 125 milliards de dollars en 2014 et 100 milliards en 2015.

    «Nous devons nous défaire d'une dépendance critique aux technologies et productions industrielles étrangères», a précisé par ailleurs le chef du Kremlin en citant notamment l'énergie, les transports, et l'industrie agroalimentaire. Enfin, ce dernier a promis des «mesures sévères» à l'encontre des «spéculateurs» accusés de faire plonger le rouble. Dans la foulée des déclarations présidentielles, la monnaie nationale s'est momentanément reprise, avant de poursuivre une nouvelle fois sa dégringolade, s'échangeant à plus de 66 roubles pour un euro.

    LE FIGARO

  • Deux nouveaux navires commandés aux chantiers de Saint-Nazaire

    2014-12-04T223257Z_1007180001_LYNXNPEAB310Y_RTROPTP_3_OFRTP-FRANCE-SAINT-NAZAIRE-COMMANDES.jpg

    NANTES (Reuters) - Les chantiers navals STX de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) ont annoncé jeudi soir avoir signé une "lettre d’intention de commande" de deux nouveaux navires de croisière qui lui assure "une profondeur de carnet de commandes jusqu’en 2020".

    Ces "navires de grand standing" ont été commandés par Celebrity Cruises, la "marque premium" de l’armateur Royal Caribbean Cruises Ltd (RCCL), dont une autre filiale lui avait déjà commandé en décembre 2012 et en mai 2014 les Oasis III et IV, les deux plus grands paquebots au monde.

    Les Edge 1 et 2, dont la construction débutera à l’été 2016, devraient représenter "environ 11 millions d’heures de travail" pour STX et ses sous-traitants sur les trois prochaines années, précisent les ex-chantiers de l’Atlantique dans un communiqué.

    Longs de 300 mètres et larges de 38, ils seront équipés de 1.450 cabines et pourront accueillir 2.900 passagers, est-il précisé.

    Numéro deux mondial de la croisière basé à Miami (Floride), RCCL est un "client historique" des chantiers de Saint-Nazaire, dont la première commande remonte à 1985.

    Douze navires leur ont ainsi été confiés entre 1987 et 2002, sans compter les deux Oasis en construction et les deux Edge à venir.

    "La charge des bureaux d’étude est à présent complète pour les années 2015 et 2016", se réjouit STX. "La charge des ateliers de coque métallique est quant à elle complète jusqu’à début 2019, avec une probabilité de sous-charge le printemps prochain en voie d’être absorbée pour partie".

    Cette commande survient alors que des doutes planent sur le sort de deux porte-hélicoptères Mistral construits par les chantiers navals pour le compte de DCNS, dont la livraison à la Russie a été reportée "jusqu’à nouvel ordre" par l’Elysée.

    STX avait également dû renoncer à la commande d’un "ferry écologique" pour Brittany Ferries, son client n’ayant pas pu boucler son plan de financement.

    (Guillaume Frouin)

    YAHOO!ACTU

  • Hollande débloque... 1 milliard d’euros pour la Côte d’Ivoire

    hT8KshA.jpg

     

    20h29

    La première tranche de ce C2D pour la période 2012-2015 s’est élevée à 630 millions d’euros. Le président français a souhaité à l’occasion du déblocage de la deuxième tranche, ce jeudi à Paris, que la prochaine présidentielle prévue en Côte d’Ivoire prévue octobre prochain se déroule « dans la transparence et le pluralisme ».

     

    « Nous nous sommes mis d’accord sur le montant d’une deuxième tranche de plus d’un milliard d’euros, qui portera sur des secteurs prioritaires pour la Côte d’Ivoire et pour la France: éducation, santé, développement urbain et infrastructures de transports, tout en poursuivant une coopération en matière de justice », a affirmé le président de la République à l’issue d’un entretien avec son homologue ivoirien Alassane Ouattara qu’il a reçu à l’Élysée.
    « Ça ne dépend pas que du président Ouattara »

    Le Point

    FDS

  • Palestine : comment Aymeric Chauprade a fait rentrer dans le rang Marion Maréchal-Le Pen

     

    C’est bien contre sa volonté que la députée va finalement s’abstenir sur le vote pour la reconnaissance de l’État palestinien, mardi.

    Une fois pour, une fois contre. La dernière des Le Pen à s’être fait une place en politique a-t-elle vraiment une opinion sur la question de la reconnaissance de la Palestine en tant quÉtat ? Ses changements de position sur le sujet pourraient en faire douter. « Je pense que je voterai pour », avait indiqué sur BFM TV le 18 novembre Marion Maréchal Le Pen. « Cette reconnaissance donnera des droits mais aussi des devoirs et des moyens à cet Etat notamment pour lutter contre le terrorisme », avait-elle alors précisé.

    Pourtant, quelques jours plus tard, on apprenait que la députée du Vaucluse allait finalement s’abstenir. Officiellement, selon France Inter, la jeune élue se serait tout simplement rangée à la décision du Bureau exécutif du parti.

    Dans l’entourage de la jeune députée, on affirme pourtant que Marion Maréchal Le Pen était bien décidée à voter pour cette résolution. Ce ne serait que face à l’insistance d’autres figures du parti qu’elle aurait changé son fusil d’épaule, et notamment celle du député européen Aymeric Chauprade.

    Lire la suite de l’article sur tempsreel.nouvelobs.com

     

    E&R

  • Face aux pressions, Robert Ménard maintient sa crèche dans la mairie de Béziers

    17h12

    Les associations laïques l’invitent à retirer ce qu’elle considèrent comme un «emblème religieux». Le maire de Béziers dénonce un «deux-poids deux mesures».

     

    s7mYlu4.jpg

     

    La crèche de la discorde. Après celle du Conseil général de Vendée, interdite par le tribunal administratif de Nantes, c’est la crèche de la mairie de Béziers qui fait scandale. Robert Ménard, le maire fraichement élu en mars dernier, avait en effet décidé d’installer ce symbole du Noël chrétien dans le hall de l’hôtel de ville. Une décision qui n’a pas plu aux élus communistes et aux associations de défense de la laïcité qui ont saisi la préfecture. L’association de La Libre pensée, la même qui avait attaqué le Conseil général de Vendée, prévient sur son blog : «si le Préfet de l’Hérault ne fait pas respecter la laïcité républicaine, la Libre Pensée le fera déférer devant la juridiction administrative. Et gageons que les mêmes causes produiront les mêmes effets.» Le préfet de l’Hérault, Pierre de Bousquet a envoyé un courrier au maire de la ville, l’invitant à «reconsidérer son projet, dans son principe ou au moins dans ses modalités».

    (…) Le Figaro

    FDS

  • Créteil (94) : vol et viol sur fond d'antisémitisme - Ladji, Yacine et Omar incarcérés

    Le « caractère antisémite » de l’agression dont a été victime un jeune couple, lundi à son domicile de Créteil (Val-de-Marne), « semble avéré », a déclaré mercredi le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve.

    Deux hommes ont été interpellés lundi en fin d’après-midi, après cette agression violente survenue dans le quartier du Port. Il était aux alentours de midi lundi lorsque la jeune femme de 19 ans et son compagnon de 21 ans ont ouvert à trois hommes armés la porte de l’appartement des parents de l’un deux, où ils se trouvaient.

    Cagoulés, armés d’un pistolet et d’un fusil à canon scié, le trio a d’abord obligé le couple à donner ses cartes bancaires et codes. Tandis que l’un des malfaiteurs partait retirer de l’argent, les deux autres séparaient le couple, attachant le jeune homme. C’est alors que la jeune femme a été violée par l’un des agresseurs. Le trio a pris la fuite un peu plus d’une heure après son arrivée.

    Quelques heures après l’agression, vers 16 heures, la Brigade anticriminelle de Créteil a retrouvé à Bonneuil-sur-Marne (Val-de-Marne) les trois auteurs présumés, en possession de bijoux appartenant aux victimes. Deux d’entre eux ont été interpellés et placés en garde à vue. Le troisième agresseur, qui a réussi à prendre la fuite, est activement recherché.

    Selon une des victimes, les agresseurs auraient mis en avant la supposée confession israélite du garçon pour justifier ce braquage. Un « ciblage » confirmé mercredi par des sources proches de l’enquête, confiée au service départemental de la police judiciaire.

    Les agresseurs « partaient de l’idée qu’être juif signifiait que l’on avait de l’argent », ont indiqué ces sources. Ils ont donc « effectué des repérages avant d’agresser le couple ».

    Dans un communiqué, le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve dit son indignation et rappelle «sa détermination et celle du gouvernement à lutter sans relâche contre toute forme de racisme et d’antisémitisme».

    Mardi soir, le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) avait déjà dénoncé une « agression antisémite sauvage ».

    leparisien.fr

     


     

     

     

    Un couple a été victime d’une agression très violente lundi à Créteil, révèle Le Parisien. Les deux jeunes se trouvaient au domicile des parents du jeune homme quand trois hommes armés d’un pistolet et d’un fusil au canon scié font irruption dans l’appartement. Deux suspects ont été interpellés, tandis que le dernier est toujours recherché (…)

    D’après BFMTV, qui cite une proche de la famille, les trois hommes cherchaient le petit frère du jeune homme qui vit également chez ses parents. Il aurait été pris à partie par des «jeunes de sa cité» qui pensaient qu’il était responsable d’une boutique de vêtements, et qu’il devait donc avoir du cash chez lui, alors qu’il est simple vendeur.

    La famille a porté plainte pour cambriolage à main armée et agression à caractère antisémite. En effet, le plus jeune frère explique à BFM TV: «A plusieurs reprises, ils ont lancé des insultes de ce genre, en disant « Ils sont où les vieux juifs? » pour parler de mes parents, ou « Dis-nous où tu caches l’argent, vous, les juifs, vous avez toujours de l’argent».

    20 Minutes

    FDS

  • Magnifique!

    Regardez en mode plein écran

     Flashmob Prodiges France 2

    (merci à Dirk)

  • Habemus Bisounours !

    pape-francois-565x250.jpg

        
    Le 3 décembre 2014
    Le pape symbolise merveilleusement cette soumission maquillée d'ouverture à l'Autre.
    1.1k
    SHARES
     
     
             

    Cela devrait quand même dérouiller les esprits naïfs : tous les gauchistes, les Bisounours, les Domenach, et même Libé défendent désormais le pape François. Ne manque plus que Charlie Hebdo ! Normal, le pape symbolise merveilleusement cette soumission maquillée d’ouverture à l’Autre. Tends la joue gauche, mon enfant. Et reçois un coup de sabre sur celle de droite !

    L’historien Niall Ferguson, dans son brillant « Civilisations », s’interroge sur le pourquoi de l’écrasante domination occidentale sur le monde depuis cinq siècles. Il constate que cette domination pourrait bien être en train de s’achever, car nous savons de moins en moins nous-mêmes ce qui nous définit et refusons à tout prix ce qui a fait notre supériorité. Ferguson prend l’exemple des écoles du Vieux Continent où l’on relativise toutes les civilisations, où l’on apprend surtout la culture de l’Autre. Le pape François, le « dernier » selon certaines prophéties, est l’archétype de ce Nous naguère glorieux agenouillé devant l’immense A capital. Le A capital et tranchant de l’Autre.

    Illustrant la thèse de Ferguson, le récent discours de François devant les eurodéputés a pu glacer nombre de ses partisans. Régulièrement applaudi par ceux-là mêmes qui renient les racines chrétiennes de notre histoire, le souverain pontife a une fois de plus appelé à l’ouverture, à l’accueil…

    Dans une de ses chroniques, Éric Zemmour a dressé un constat amer de cette sortie pontificale :

    Le pape François parle des racines de l’Europe mais ne précise jamais qu’elles sont chrétiennes. Il exhalte la spiritualité mais prononce à peine le nom de Dieu et pas celui du Christ. Il dit droit de l’homme, solidarité, exploitation, diversité, écologie, mondialisation, immigration, mais il ne dit pas avortement, euthanasie, mariage homosexuel. […] Le pape François est en train de transformer l’Église en une simple ONG, entre Greenpeace et Terre d’asile.

    En revanche, la députée verte Eva Joly a a-do-ré : selon elle, le chef de l’Église a prononcé « un très beau discours qui rappelle les valeurs de dignité et de tolérance qui fondent l’Europe ». Elle a apprécié ce « coup de main aux forces progressistes qui militent pour l’accueil des migrants ». Au moins, elle voit clair. Pendant que la Morano confie avoir « prié », plus cynique, Jean-Marie Cavada a vu en François « un excellent directeur de la stratégie et de la communication pour l’Europe », tandis que l’Italienne de fraîche date Kashetu Kyenge a dit tout « l’espoir » qu’elle plaçait en François à propos des flux migratoires futurs…

    Il fallait visiblement en faire plus. Alors à Istamboul, à la Mosquée bleue, François a posé ses chaussures pour prier et a offert un cadeau au grand mufti, lequel lui aurait « expliqué une sourate avec douceur ». Les images ont été abondamment diffusées par les médias français. La gauche sabre le champagne : Habemus Bisounours !

    Joris Karl

    BOULEVARD VOLTAIRE