Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/07/2014

Le CRIF, pardon, les évêques d’Île-de-France communiquent…

 

1

« Des synagogues ont été attaquées, des magasins appartenant à des personnes juives ont été saccagés, des slogans antisémites ont été proférés, chez nous, dans la région parisienne.

Nous, évêques d’Ile-de-France, sommes choqués, comme l’immense majorité des Français. De tels actes ne peuvent en aucun cas être justifiés par la situation internationale. Nous demandons au gouvernement de tout faire pour maintenir l’ordre républicain.

Nous appelons les catholiques, mais aussi tous nos concitoyens, au respect mutuel, au dialogue, à la rencontre.

Face aux violences répandues dans le monde, au mépris de la sécurité à laquelle chacun a droit, et aux injustices dont tant de personnes sont victimes, notre pays se doit d’être un exemple et de montrer qu’une coexistence entre les hommes est réalisable, quelles que soient leur culture, leur religion, leur origine,

Nous croyons qu’il est toujours possible de dépasser les peurs et les enfermements idéologiques.

Nous invitons les croyants à prier pour la paix.

Cardinal André Vingt-Trois, archevêque de Paris

Monseigneur Eric Aumonier, évêque de Versailles
Monseigneur Michel Aupetit, évêque de Nanterre
Monseigneur Pascal Delannoy, évêque de Saint-Denis
Monseigneur Michel Dubost, évêque d’Evry
Monseigneur Stanislas Lalanne, évêque de Pontoise
Monseigneur Jean-Yves Nahmias, évêque de Meaux
Monseigneur Luc Ravel, évêque aux Armées françaises
Monseigneur Michel Santier, évêque de Créteil »

On attend toujours un communiqué aussi solennel pour la défense des chrétiens d’Irak…

Nouvelles de France

19:05 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

"Israël mérite le Prix Nobel de la Paix pour sa retenue inimaginable"

Ron-Dermer-ambassadeur-d-Isra-l-aux-tats-Unis.jpg

Ron Dermer, ambassadeur d'Israël aux États-Unis © Reuters

Le Vif

Source: Belga
mardi 22 juillet 2014 à 19h05

Les soldats israéliens devraient recevoir le Prix Nobel de la Paix pour la "retenue inimaginable" dont ils font preuve dans leur lutte contre le Hamas, a affirmé mardi l'ambassadeur d'Israël aux États-Unis, appuyant le droit de son pays à se défendre.

 

L'ambassadeur Ron Dermer a fait ces déclarations lundi soir lors d'un événement organisé par le groupe des Chrétiens unis pour Israël, selon le texte de son allocution posté sur sa page Facebook.

Comparant les roquettes tirées par le Hamas sur Israël aux bombardements allemands sur Londres durant la Seconde guerre mondiale, M. Dermer s'en est pris à ceux "qui accusent effrontément Israël de génocide et qui nous mettent sur le banc des accusés pour crimes de guerre".

"La vérité est que les forces de défense israéliennes devraient recevoir le Prix Nobel de la Paix car elles se battent avec une retenue inimaginable", a-t-il affirmé.

S'adressant à des journalistes mardi matin, Ron Dermer est toutefois allé moins loin, admettant qu'Israël n'était "pas parfait, nous commettons aussi des erreurs".

"Un missile peut exploser au mauvais endroit, nous pouvons faire des erreurs dans le domaine du renseignement, mais nous ne prenons jamais sciemment des civils pour cible. Israël ne prend jamais de civils palestiniens pour cible. Quand un civil est tué, l'opération est un échec et une tragédie", a-t-il dit.

Avant d'ajouter: "Je pense qu'Israël devrait gagner l'admiration de la communauté internationale pour la retenue dont il a fait preuve au regard des menaces qui pèsent sur lui. Vous devez vous poser une question simple: que feraient les États-Unis ? Que feraient la Grande-Bretagne, le Canada ou la France ? Demandez-vous comment un autre pays faisant face à de telles menaces réagirait", a repris l'ambassadeur.

Selon M. Dermer, de nombreux civils palestiniens sont utilisés comme boucliers humains par les militants du Hamas, qui placent leurs batteries de roquettes dans des endroits stratégiques comme des hôpitaux ou des écoles. Il a appelé les Nations unies à condamner le Hamas pour ces "crimes de guerre".

19:01 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Le chat endormi

1938457_pic_970x641.jpg

01:56 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (9)

Le MH17 abattu peut-être par erreur par les gens mal entraînés

http://www.24heures.ch/monde/L-avion-peutetre-abattu-par-...

01:48 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Gaza: la lettre d'un médecin norvégien

ob_b9188f_g.jpg

« Mon respect pour les blessés est infini, leur détermination contenue en pleine souffrance, dans l'agonie et le choc... », écrit le docteur Mads Gilbert.

21 juillet 2014

 

 


Chers amis

La nuit dernière a été extrême. L'invasion « terrestre » de Gaza a amené des dizaines de véhicules surchargés de toutes sortes de Palestiniens blessés, mutilés, déchiquetés, sanglants, tremblants, agonisant - de tous âges, tous des civils, tous innocents. 

Les héros dans les ambulances et dans tous les hôpitaux de Gaza travaillent en équipes de 12 à 24 heures, gris de fatigue et de charges de travail inhumaines (sans aucune rémunération depuis 4 mois à Shifa). Ils soignent, trient, essaient de démêler l'incompréhensible chaos de corps, de tailles, de membres - des humains marchant, ne marchant plus, respirant, ne respirant plus, saignant. DES ÊTRES HUMAINS ! 

Maintenant, traités une fois de plus comme des bêtes par « l'armée la plus morale du monde » (sic !) 

Mon respect pour les blessés est infini, leur détermination contenue en pleine souffrance, dans l'agonie et le choc. Mon admiration pour le staff de volontaires est infinie ; être proche du « soumoud » palestinien me donne la force, même si par moments j'ai seulement envie de crier, de serrer quelqu'un contre moi, de pleurer, de sentir la peau et la chevelure de l'enfant chaud, couvert de sang, de nous protéger en nous tenant dans les bras indéfiniment - mais nous ne pouvons pas nous le permettre, et eux non plus ne peuvent pas. 

Des visages de cendre - Oh NON ! Pas encore un chargement de dizaines de mutilés saignants ! 

Nous avons déjà des lacs de sang sur le sol des Urgences, des piles de pansements saturés de sang à dégager - oh - les nettoyeurs, partout, déblaient rapidement le sang et les serviettes, les cheveux, les vêtements, les canules - vestiges de mort - ils les enlèvent tous pour en préparer de nouveaux, pour recommencer le tout. 

Plus de 100 cas sont arrivés à Shifa ces dernières 24 heures. Assez pour un grand hôpital bien entraîné avec tout ce qu'il faut, mais ici - il n'y a presque rien : pas d'électricité, d'eau, de matériel jetable, de médicaments, de tables d'opérationmodulables, d'instruments, de moniteurs - ils sont tous rouillés comme s'ils sortaient de musées des cliniques de jadis. Mais ils ne se plaignent pas, ces héros. Ils continuent avec ce qu'ils ont, comme des guerriers, de front, extrêmement déterminés. 

Et comme je vous écris ces mots, seul, sur un lit, mes larmes coulent, les larmes chaudes mais inutiles de la douleur et de la colère, de la rage et de la peur. Cela n'est pas vraiment en train de se passer ! 

Et alors, juste maintenant, l'orchestre de la machine de guerre israélienne redémarre sa répugnante symphonie, juste maintenant : des salves d'artillerie depuis les navires de guerre juste au bas des plages, les rugissants F-16, les drones écœurants (en arabe : zennanis : les bourdons), et les Apache en pagaille. 

Tous produits et payés par les Etats-Unis. 

M. Obama, avez-vous un cœur ? 

Je vous invite, passez donc une nuit, juste une, avec nous à Shifa. Déguisé en nettoyeur peut-être. 

J'en suis convaincu à 100 % : cela changerait l'Histoire. 

Personne ayant un cœur ET du pouvoir ne peut sortir d'une nuit à Shifa sans être déterminé à mettre fin au massacre du peuple palestinien. 

Mais les sans-cœurs et sans-pitié ont fait leurs calculs et planifié d'autres massacres « dahyia » contre Gaza. 

Les fleuves de sang continueront à couler la nuit qui vient. Je peux entendre comment ils ont accordé leurs instruments de mort. 

Je vous en prie. Faites ce que vous pouvez. Ceci tout CECI ne peut pas continuer. 

* Mads Frederick Gilbert MD PhD est Professeur et Chef de clinique 
Clinique de médecine d'Urgence Hôpital Universitaire de Norvège du Nord (UNN)

 

http://www.silviacattori.net/spip.php?article5796

Wikistrike

01:25 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Emeutes de Sarcelles : quatre jeunes condamnés à de la prison ferme

4018201_11-1-275728402.jpg

                                              

                                                        

Frédéric Naizot | Publié le 22.07.2014, 21h34                                                      22h14                                    

 

 

                   

                                

                   
Le tribunal de Pontoise a condamné mardi à de la prison ferme quatre hommes qui étaient en comparution immédiate pour leur implication dans les violences qui ont éclaté dimanche à Sarcelles (Val d'Oise) lors d'un rassemblement propalestinien interdit.
 
Âgés de 20 à 28 ans, avec peu ou pas de casier judiciaire, trois d'entre eux ont été condamnés à des peines allant de trois à six mois de prison ferme pour des «violences sur personnes dépositaires de l'autorité publique» et ont été immédiatement incarcérés. <btn_noimpr> Pour «port d'arme prohibé», le quatrième a écopé d'une peine de trois mois d'emprisonnement, sans mandat de dépôt.

Kemal et Kayal, deux frères de Garges, âgés de 25 et 28 ans, ont été condamnés à six mois de prison, dont trois ferme. Ils étaient poursuivis pour avoir lancé une bouteille sur le commissaire de Garges. Tous deux ont été maintenus en détention. 

Alan, 20 ans, de Garges, était poursuivi pour avoir jeté des canettes de bière et des bouteilles sur les policiers. Il a été condamné à dix mois de prison dont six ferme et incarcéré. Il devra en outre payer 300 € d'amendes aux deux policiers qui s'étaient portés partie civile.

Hadjaj, 28 ans, un père de famille de Pierrefitte (Seine-Saint-Denis), dont la famille vit à Sarcelles, a, pour sa part été condamné à trois mois de prison. Il ne dormira toutefois pas en prison et sa peine sera aménagée. Son travail «stable» lui a valu cette faveur. 

Yacoup, 18 ans, de Sarcelles, avait profité de la confusion pour voler quatre paquets de cigarettes au bar tabac Le Régence. Qualifié à la barre «d'élève modèle» - il s'apprête à entrer en classe -, il a été condamné à 400 € d'amende. 

Trois mineurs présents sur les lieux des émeutes doivent être présentés au tribunal des enfants à Pontoise et à .


Des peines de prison avec sursis après les événements de Barbès

Trois prévenus sans casier judiciaire ont été condamnés mardi à des peines de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Paris pour leur participation aux émeutes survenues en marge d'une manifestation propalestinienne interdite samedi dans le quartier de Barbès.
Le tribunal n'a pas suivi les réquisitions du parquet, qui avait demandé, pour les trois, une peine de prison ferme.

Deux étudiants de 19 et 20 ans ont été reconnus coupables de violences sur personnes dépositaires de l'autorité publique, en l'occurrence des jets de projectiles sur des policiers.Ils ont été condamnés respectivement à des peines de 4 et 3 mois d'emprisonnement avec sursis simple. Le troisième prévenu, un sportif professionnel de 27 ans, était également poursuivi pour violences, mais le tribunal a considéré que les faits n'étaient pas suffisamment caractérisés et l'a relaxé de ce chef.  En revanche, ce pompier volontaire à la barbe taillée de près a été condamné à cinq mois avec sursis pour outrage et rébellion. Selon des témoignages de policiers, il avait résisté physiquement à son interpellation et proféré des insultes. Aucun de ces prévenus ne présentait d'antécédents judiciaires. Ils ont tous nié à l'audience, bien que des policiers les aient reconnus formellement comme étant les auteurs de caillassage. Le tribunal a demandé le renvoi du procès d'un quatrième prévenu, également poursuivi pour violences lors des mêmes événements, le temps de procéder à une expertise psychiatrique.
Trois autres prévenus devaient comparaître plus tard dans la soirée, toujours pour leur rôle lors des émeutes, lors de cette même longue audience de comparution immédiate.

Lundi, trois peines de prison avec sursis et une relaxe ont été prononcées par le même tribunal à l'encontre de prévenus interpellés en marge de la manifestation de Barbès.

Le Parisien

00:22 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

22/07/2014

Gaza: plus de 580 morts, 100 000 Palestiniens déplacés, et le génocide continue

  • Publié le : mardi 22 juillet 2014
  • Source : rtbf.be

  • arton26816-e63ce.jpg

     
     

Plus de 100 000 Palestiniens ont été déplacés depuis le début de l’offensive israélienne contre la bande de Gaza le 8 juillet, a annoncé lundi l’ONU. Le secrétaire d’État américain John Kerry a promis dans la nuit de lundi à mardi 47 millions de dollars d’aide humanitaire aux civils de la bande de Gaza. Le gouvernement israélien reste cependant sur la même ligne. Sept Palestiniens ont été tués à Gaza dans de nouveaux raids aériens israéliens ce mardi matin. Amnesty international parle de "possibles crimes de guerre".

Le bilan mortel continue de grimper, avec au moins 55 Palestiniens tués lundi dont 16 enfants, environ 70 corps retrouvés sous les décombres et sept soldats israéliens tombés au front.

"Le nombre de personnes cherchant refuge auprès de l’Agence de l’ONU pour l’aide aux réfugiés palestiniens (UNRWA) a passé la barre des 100 000 personnes", a indiqué l’ONU dans un communiqué. "C’est un tournant pour l’UNRWA, puisque le nombre de personnes cherchant refuge auprès de notre organisation est deux fois supérieur à celui du dernier conflit en 2009", a ajouté le porte-parole de l’UNRWA Christopher Gunness, en annonçant l’ouverture de 69 abris supplémentaires dans l’enclave palestinienne.

Plus de 570 Palestiniens ont été tués et plus de 3350 blessés en 14 jours d’offensive israélienne sur la bande de Gaza, la plus meurtrière depuis l’opération "Plomb Durci" en 2009, ont indiqué lundi les services de secours palestiniens. L’agence de l’ONU en charge des réfugiés palestiniens a appelé "les deux parties en conflit à respecter le droit international, le personnel humanitaire et l’inviolabilité des biens et des propriétés des Nations Unies".

"Possibles crimes de guerre"

Dans la soirée de lundi, un bombardement sur une tour de Gaza qui s’est partiellement effondrée, a tué 11 personnes dont 5 enfants. Parmi les victimes de lundi figurent également une famille de neuf personnes, dont 7 enfants, tous tués dans une frappe près de Rafah, et une autre famille de huit personnes dont 4 enfants tués dans la ville de Gaza, selon le porte-parole des services de secours, Achraf al-Qodra. Quatre personnes sont mortes dans une frappe qui a touché l’hôpital des Martyrs d’Al-Aqsa à Deir el-Balah, dans le centre de l’enclave palestinienne, qui a également fait 70 blessés. Six personnes ont par ailleurs été tuées dans la soirée par des tirs d’artillerie à Rafah (sud) et Deir el-Balah.

Amnesty International avait estimé que la poursuite des bombardements sur des habitations civiles et un hôpital "s’ajoutaient à de possibles crimes de guerre qui doivent urgemment faire l’objet d’une enquête internationale indépendante".

Un Palestinien tué par un Israélien en Cisjordanie

Un Israélien a tué par balle un Palestinien qui lançait des pierres sur son véhicule au nord de Jérusalem en Cisjordanie, a annoncé lundi soir à l’AFP une source de la sécurité palestinienne. L’incident s’est produit entre Ar-Ram et le point de contrôle de Hizma. Le corps du Palestinien, Mahmud Shawamreh, un jeune homme de 21 ans, a été transporté en Israël. La police et l’armée israélienne se sont refusées à tout commentaire dans l’immédiat. La tension est forte en Cisjordanie depuis l’enlèvement et le meurtre en juin de trois adolescents israéliens, attribués par Israël au mouvement islamiste Hamas, suivis de l’assassinat d’un jeune Palestinien brûlé vif à Jérusalem.

John Kerry et Ban Ki Moon pour un cessez le feu

Le secrétaire d’État américain John Kerry est arrivé lundi soir au Caire pour œuvrer en faveur d’un cessez-le-feu dans l’enclave palestinienne densément peuplée et sous blocus où plus de 570 Palestiniens, dont des dizaines d’enfants, ont été tués en deux semaines. Il a promis dans la nuit de lundi à mardi 47 millions de dollars d’aide humanitaire à destination des Gazaouis.

John Kerry a aussitôt rencontré Ban Ki-moon, le secrétaire générale des Nations Unies également venu plaider pour une trêve au Caire, voisin d’Israël et de la bande de Gaza et traditionnel médiateur dans les conflits entre l’État hébreu et le Hamas palestinien.

Le dirigeant américain a promis 47 millions de dollars d’aide humanitaire aux civils de la bande de Gaza, premières victimes du conflit dans l’enclave densément peuplée et sous blocus où plus de 570 Palestiniens, dont des dizaines d’enfants, ont été tués en deux semaines, des milliers blessés et quelque 100 000 déplacés.

Après deux semaines d’une offensive aérienne, et désormais terrestre, de l’armée israélienne, John Kerry doit également rencontrer des dirigeants égyptiens, dont le président Abdel Fattah al-Sissi mardi. Il doit rester au Caire au moins jusqu’à mercredi matin et pourrait se rendre ailleurs au Moyen-Orient, ont précisé des responsables qui accompagnaient le secrétaire d’État américain. "L’objectif est d’obtenir un cessez-le-feu le plus rapidement possible. Cela ne signifie pas que ce sera rapide, et surtout pas que ce sera facile", a indiqué l’un d’eux sous le couvert de l’anonymat.

John Kerry a à plusieurs reprises fait porter la responsabilité du déclenchement du conflit au Hamas et à ses tirs de roquettes sur le sol israélien mais, avec le président Barack Obama, il a récemment multiplié les alarmes sur le bilan des victimes civiles qui ne cesse d’enfler.

Diplomatiquement compliqué

Les responsables américains ont estimé que pour ce conflit, le cinquième entre le Hamas et Israël en moins d’une décennie, la tâche serait plus compliquée en raison de changements régionaux. Lors du dernier affrontement, en 2012, l’Égypte était dirigé par l’islamiste Mohamed Morsi, grand allié du Hamas, qui avait pesé de tout son poids pour faire accepter la trêve au mouvement palestinien. C’est aujourd’hui l’ex-chef de l’armée Sissi, qui a destitué Mohamed Morsi il y a un an, qui dirige le plus peuplé des pays arabes et, sous son autorité, le Hamas a été interdit en Égypte.

Ainsi, lorsque Le Caire a proposé un cessez-le-feu, Israël a aussitôt accepté mais le Hamas a refusé l’offre en l’état, furieux de ne pas avoir été consulté en amont et conditionnant son accord à une trêve à une levée du blocus israélien imposé depuis 2006 contre la bande de Gaza, l’ouverture de la frontière avec l’Égypte et la libération de dizaines de détenus.

Le chef de la Ligue arabe Nabil al-Arabi a pressé dans la nuit de lundi à mardi le Hamas d’accepter cette proposition. "Tout doit se faire de façon simultanée : la fin de l’agression (israélienne) et la fin du siège" de Gaza, avait indiqué plus tôt à l’AFP un haut responsable du Hamas sous le couvert de l’anonymat. Le ministre égyptien des Affaires étrangères Sameh Choukri a redit lundi soir que l’Égypte n’entendait pas modifier son initiative.

Washington mène également des contacts avec le Qatar, rival régional de l’Égypte qui reproche au petit émirat gazier son soutien aux islamistes, notamment au Hamas.

Le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a, lui, plaidé mardi pour un cessez-le-feu entre Israël et le Hamas, en affirmant que "rien ne peut justifier la poursuite des massacres". "En Israël et à Gaza,la situation est très très dure", a-t-il déclaré à son arrivée à une réunion des ministres européens des Affaires étrangères à Bruxelles.

Le président palestinien Mahmoud Abbas et le chef du Hamas Khaled Mechaal avaient conjointement appelé à la fin de l’agression israélienne contre la bande de Gaza et la levée du blocus, lors d’une rencontre lundi à Doha.

Avant de rencontrer John Kerry, Ban Ki Moon avait appelé "toutes les parties à faire cesser les violences sans conditions et à revenir au dialogue". Avant l’Egypte, Ban Ki Moon s’est rendu au Qatar puis au Koweït qui assure les présidences tournantes de la Ligue arabe et du Conseil de coopération du Golfe. Peine perdue.

Population civile de Gaza au premier rang des victimes, un soldat israélien aurait disparu

Malgré le bilan dramatique, le gouvernement de Benjamin Netanyahu restait déterminé à poursuivre ses opérations militaires aériennes et terrestres à Gaza contrôlée par les islamistes du Hamas pour faire cesser les tirs de roquettes dont une centaine ont encore touché son territoire.

Tout au long de la journée de lundi, l’enclave palestinienne a été soumise à des dizaines de raids aériens qui ont touché notamment un immeuble résidentiel faisant 11 morts dont cinq enfants, et des bombardements de chars qui ont visé une nouvelle fois un hôpital tuant quatre personnes, selon des sources palestiniennes.

Côté israélien, 25 soldats ont péri depuis le début de l’assaut terrestre, le bilan le plus lourd pour l’armée depuis sa guerre de 2006 contre le Hezbollah libanais. Deux civils sont morts dans la chute de roquettes. Lundi, sept soldats israéliens ont été tués au cours de combats avec le Hamas palestinien, portant à 25 le nombre de militaires tués depuis le début de l’offensive terrestre contre la bande de Gaza jeudi, selon l’armée.

L’armée israélienne a indiqué ne pas avoir réussi à identifier le corps d’un des soldat tué dimanche, les médias locaux affirmant que tout ou partie de son corps avait pu être pris par les combattants du Hamas. L’ambassadeur israélien à l’ONU Ron Prosor a démenti dimanche soir l’enlèvement d’un soldat israélien, affirmant que "ces rumeurs sont fausses".

Les Brigades al-Qassam, branche militaire du Hamas, avaient quant à elles affirmé que cette attaque avait été conduite en représailles au "massacre de Chajaya", une banlieue à l’est de la ville de Gaza, où plus de 70 Palestiniens ont été tués dans des très violents bombardements israéliens dimanche.

La branche armée du Hamas avait déjà revendiqué samedi une infiltration via un tunnel en Israël, près de la partie centrale de la bande de Gaza, qui avait tué deux soldats israéliens. Une atmosphère de deuil régnait lundi en Israël où avait lieu les funérailles de certains des 13 soldats morts entre samedi et dimanche, la plus lourde perte depuis huit ans pour l’armée israélienne.

"Pas le moment" de parler trêve

Néanmoins, le ministre israélien chargé des Services de renseignement Youval Steinitz a estimé que les "combats risquent de durer", alors que son collègue aux Communications Gilad Erdan jugeait que ce n’était "pas le moment de parler d’un cessez-le-feu". Pour Israël, l’objectif est de briser la capacité du Hamas à atteindre Israël avec ses roquettes et combattants, en tentant cette fois-ci de détruire les tunnels construits par le mouvement à cette fin.

Vivement critiqué en raison du grand nombre de civils morts dans les bombardements, Israël n’a eu cesse de dire que les groupes armés palestiniens se positionnaient autour et dans des bâtiments civils comme des hôpitaux.

Qualifiant en revanche de "massacre" l’opération israélienne, la Turquie a déclaré trois jours de deuil en hommage aux victimes palestiniennes. À Nazareth, la plus grande ville arabe israélienne, trois milliers personnes ont manifesté en dénonçant "le génocide à Gaza" et des heurts ont éclaté avec la police qui a arrêté 16 manifestants.

Les journaux israéliens continuaient en revanche de soutenir le gouvernement. "Il s’agit de combats pour tuer ou être tué", écrit le Yedioth Ahronoth.

Mardi matin, au 15e jour des opérations israéliennes, 7 Palestiniens ont été tués à Gaza dans de nouveaux raids aériens israéliens, selon les services de secours locaux. Ils ont péri dans des bombardements sur le sud et le centre de la bande de Gaza, notamment cinq membres d’une même famille, dont quatre femmes, dans le camp de Deir al-Balah. Deux autres Gazaouis ont trouvé la mort à Khan Younès et dans le camp de Nousseirat.

Ce conflit est le 5e entre les deux camps depuis le retrait unilatéral de l’armée israélienne de Gaza en 2005. Depuis le début le 8 juillet de l’offensive "Bordure protectrice" déclenchée par des raids aériens puis étendue le 17 juillet à une opération terrestre, 572 Palestiniens ont été tués et plus de 3 350 blessés, en grande majorité des civils, selon les secours palestiniens.

E&R

22:05 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Plusieurs compagnies aériennes suspendent leurs vols vers Tel Aviv

2014-07-22T174611Z_1007200001_LYNXMPEA6L0U6_RTROPTP_3_OFRWR-USA-ISRAEL-AVIATION.jpg

PARIS (Reuters) - Plusieurs compagnies aériennes ont annoncé mardi la suspension de leurs vols à destination de Tel Aviv pour des raisons de sécurité liées aux affrontements entre l'armée israélienne et le Hamas palestinien.

La Federal Aviation Administration (FAA), l'agence fédérale américaine de l'aviation civile, a ordonné la suspension pour vingt-quatre heures de tous les vols opérés par des compagnies américaines vers l'aéroport international Ben Gourion.

En Europe, l'Agence européenne de sécurité aérienne (AESA) a recommandé à l'ensemble des compagnies européennes d'éviter Tel Aviv pour le moment.

Une roquette tirée par les combattants du Hamas, visé par l'offensive militaire d'Israël dans la bande de Gaza, a atterri mardi dans une commune limitrophe de l'aéroport Ben Gourion, blessant légèrement deux personnes selon les autorités.

Aux Etats-Unis, les compagnies Delta Air Lines, US Airways, filiale du groupe American Airlines, et United Airlines avaient annoncé avoir interrompu leurs vols vers Israël avant la confirmation de l'ordre de la FAA.

La compagnie Air Canada a elle aussi annulé sa liaison vers Tel Aviv prévue dans la journée.

En Europe, Air France a décidé de suspendre ses vols jusqu'à nouvel ordre.

"Pour des raisons de sécurité, liées à l'évolution de la situation locale, Air France a décidé de suspendre ses vols vers Tel Aviv", a déclaré à Reuters un porte-parole de la compagnie française. "Elle est à effet immédiat et jusqu'à nouvel ordre."

Le vol KLM Amsterdam-Tel Aviv prévu ce mardi a également été annulé, la sécurité des passagers ne pouvant être assurée, a expliqué le transporteur néerlandais. "Nous examinerons la situation jour après jour", a ajouté une porte-parole de KLM.

La Lufthansa a opté elle pour une suspension de 36 heures qui concerne aussi ses filiales Germanwings, Austrian Airlines et Swiss.

D'autres compagnies, comme le transporteur norvégien Norwegian Air, la compagnie Scandinavian Airlines, ont réagi de la même manière.

En revanche, British Airways, qui assure deux liaisons quotidiennes vers Tel Aviv, a indiqué que son programme de vol était inchangé.

Dans un communiqué, le ministre israélien des Transports, Yisraël Katz, a affirmé que l'aéroport Ben Gourion était sûr. "Il n'existe aucune inquiétude liée à la sécurité des appareils et des passagers", a-t-il ajouté, appelant les compagnies aériennes à ne pas "récompenser le terrorisme" en suspendant leurs liaisons vers Tel Aviv.

(Karen Jacobs à Atlanta, Thomas Escritt à Amsterdam, Sophie Louet et Pascale Denis à Paris, Ludwig Burger à Francfort et Steven Scheer à Tel Aviv, Véronique Tison et Henri-Pierre André pour le service français)

Yahoo Actu 22 07 14

21:31 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Pourquoi la construction européenne génére-t-elle des sceptiques ?

http://gollnisch.com/2014/07/22/construction-europeenne-g...

VIDEO

Blog de Bruno Gollnish

21:08 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Une jeune femme de 18 ans violée par un Tchadien au jardin public de Saint-Omer

 

20h18

Une jeune fille de 18 ans a été violée la nuit de samedi à dimanche, au jardin public de Saint-Omer. Le présumé coupable des faits, un Tchadien de 17 ans, a été interpellé.

Un jeune ressortissant tchadien de 17 ans a été interpellé ce week-end par la police. Il est soupçonné d’avoir violé une jeune fille de 18 ans, demeurant à Saint-Omer.
D’après les premiers éléments de l’enquête, l’un et l’autre s’étaient déjà croisés. Sans plus. Dans la soirée de samedi, très tard donc, ils sont semble-t-il ensemble quand le jeune homme propose à la jeune fille d’aller faire un tour au jardin public. Avec pour objectif, dit-il, d’aller fumer une cigarette. La jeune fille aurait accepté sans se méfier plus que cela.
« C’est alors que le présumé agresseur aurait attiré la victime derrière un bosquet, rapporte Philippe Sabatier, vice-procureur au parquet de Boulogne-sur-Mer, à qui l’enquête a été confiée. Il se serait jeté sur elle et l’aurait violée. ». Des examens gynécologiques qui ont confirmé ses affirmations.

« Il errait dans la ville de Saint-Omer », selon le parquet. Avant de se retrouver dans cette situation, il avait été hébergé à la Maison du jeune migrant à Saint-Omer, gérée par l’association France terre d’asile.

Source

Budget de France Terre d’asile

L’association France terre d’asile a un budget de 50 millions d’euros qui provient presque entièrement des subventions publiques (70% du ministère de l’Intérieur).
Répondant à un article du Monde pointant du doigt les associations recevant le plus de subventions, France terre d’asile précise qu’elle ne reçoit pas de subventions, mais « des dotations en contrepartie de prestations réalisées dans le cadre de la mise en œuvre de politiques publiques ».
Elle emploie 540 salariés.

Wikipédia

FDESOUCHE

20:58 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Pour éviter l'Ukraine, un avion de Malaysia Airlines survole la Syrie

http://www.leparisien.fr/international/pour-eviter-l-ukra...

20:41 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Prison: l'obligation de servir des repas halal annulée en appel

3969679_11-1-220998413.jpg

http://www.leparisien.fr/societe/prison-l-obligation-de-s...

20:07 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

MH17 : les débris de l'avion parlent sur les circonstances de sa chute

4019641_44x0065-new.jpg

 Publié le 22.07.2014, 14h39 | Mise à jour : 17h34

 

 

 

                                

Les débris de l'avion comportent pour certains de multiples petits impacts. Les experts américains tentent d'élucider les circonstances de la chute de l'appareil.  | LP/YANN FOREIX

                
 

 

 

Preuves capitales, les débris du MH17 pourront en dire long sur la chute de l'appareil, dans l'est de l'Ukraine. Depuis plusieurs jours, les experts l'affirment avec certitude : lorsqu'il a chuté de 10 000 mètres dans l'est de l'Ukraine, le 777 de la Malaysia airlines a été la cible d'un missile sol-air de long portée, de type «buk». <btn_noimpr>
Ce mardi, des spécialistes américains tentent de donner davantage de détails sur la manière dont ce dernier a touché l' qui transportait 298 passagers. Ils attestent la thèse évoquée depuis plusieurs jours, selon laquelle un missile SA 11 aurait frappé l'appareil. De fabrication russe, autopropulsé et guidé, le projectile nécessite un lourd dispositif au sol.  

L'avion touché par de «nombreux petits impacts»

Le New York Times cite un expert des questions de défense,  Reed Foster, qui a travaillé à partir de clichés de débris du vol MH17. Ces bouts de carcasse de l'appareil ont été pris en photos par des journalistes à quelques kilomètres du site principal du crash, en Ukraine. Sur les images, on aperçoit des bouts de ferraille criblés de petits impacts. Pour le spécialiste Reed Foster, cité par le NYT, «au vu du contour des impacts et des boursouflures sur la peinture, ce sont des petits éclats qui ont touché l'avion de l'extérieur». Il détaille : les petits impacts pourraient prouver qu'il n'y a pas eu «scission» de l'appareil, mais que l'avion a été touché par de multiples petits éclats d'obus. 


Un débris du vol MH17, dans un champ à l'est de l'Ukraine, près de la frontière russe. 

Les SA 11, qui peuvent toucher leur objectifs à plus de 22 000 mètres et contiennent jusqu'à 20 kilos d'explosifs, peuvent en effet intercepter la cible dans un premier temps. Une fois l'objectif en ligne de mire, le missile peut alors exploser dans les airs à plusieurs mètres de la cible sur laquelle il envoie alors une pluie d'éclats d'obus, à une distance de 30 à 90 mètres. Les multiples projectiles envoyés auraient alors pu endommager les parties de l'appareil, à l'image des ailes et du moteur puis entraîner sa chute. Un hypothèse confirmée par plusieurs experts cités dans le Financial Times. Les experts précisent toutefois que la thèse ne peut pas encore être validée, l'expertise ayant été effectuée seulement sur quelques débris de l'appareil. 

A la tristesse des proches des 298 victimes s'ajoutent désormais la colère. Tous veulent connaître les circonstances du drame qui ont coûté la vie aux touristes ou experts à bord du vol MH17.     

L'identification des corps pourra parfois prendre «plusieurs mois»
«Dès qu'une victime sera identifiée, la famille sera informée en priorité, et personne d'autre. Parfois cela peut aller très vite, parfois cela peut prendre des semaines ou même des mois», indique Mark Rutte, Premier ministre Néerlandais. Les dépouilles devraient être transportées mercredi prochain par avion. Pour l'heure, la majorité des victimes sont arrivées à Kharkiv, en territoire loyaliste, les rebelles ayant finalement autorisé leur évacuation dans un train réfrigéré.

LeParisien.fr

19:30 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Ukraine : le site du crash est altéré "à une échelle industrielle"

Le Vif

Source: Belga
mardi 22 juillet 2014 à 11h13

Le site du crash de l'avion de Malaysia Airlines dans l'est de l'Ukraine a été altéré "à une échelle industrielle", a déclaré mardi le Premier ministre australien, évoquant "une tentative de maquiller les preuves".

© Belga Image

"Il reste un très très long chemin à parcourir", a déclaré devant la presse Tony Abbott, à propos du rapatriement des corps des 28 Australiens tués dans le crash et des efforts pour déférer devant la justice les responsables du tir du missile qui a vraisemblablement abattu l'appareil.
"Ce que nous avons là, ce sont des indices altérés à une échelle industrielle. Cela doit cesser", a-t-il dit. "Après le crime vient la tentative de maquiller les preuves".

Menacés de décomposition dans la chaleur de l'été ukrainien, les corps des victimes du crash du vol MH17 ont quitté la zone de la catastrophe et sont arrivés mardi à Kharkiv, ville ukrainienne sous contrôle loyaliste.
Dans la nuit de lundi à mardi, les rebelles prorusses ont remis à une délégation malaisienne les deux boîtes noires de l'avion de ligne.

Ils ont en même temps annoncé un cessez-le-feu dans un rayon de 10 km autour du site du crash du vol Amsterdam-Kuala Lumpur de Malaysia Airlines pour faciliter l'enquête sur sa chute, due, selon les Etats-Unis, à un missile tiré de la zone contrôlée par les rebelles.

Les lieux de la catastrophe "ont été piétinés depuis le tout début et nous n'avons pas vu seulement toute sorte d'individus traîner et ramasser des débris, nous avons vu aussi des équipements lourds venir sur les lieux", a déclaré le chef du gouvernement, qui avait qualifié ce week-end le site du crash de "totalement chaotique".

19:09 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

La rose soleil

photo 1.JPG rose soleil.JPG

Photo EB - 21 juillet 2014

03:22 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Accident de l'appareil présidentiel polonais à Smolensk (10 avril 2010)

http://fr.wikipedia.org/wiki/Accident_de_l'avion_pr%C3%A9...

03:19 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (13)

Gaza : la majorité des victimes sont des femmes et des enfants

Le Vif

Source: Belga
lundi 21 juillet 2014 à 11h41

La majorité des victimes sont des femmes et des enfants à Gaza, a affirmé lundi à Genève Médecins sans frontières (MSF). L'ONG demande à Israël de cesser de bombarder les civils et de respecter le personnel médical et les structures de santé.

Dans-un-h-pital-de-Gaza-le-20-juillet-2014-.jpg

Dans un hôpital de Gaza, le 20 juillet 2014. © Belga Image

"Alors que le discours officiel soutient que l'offensive terrestre a pour but de détruire les tunnels, l'on voit sur le terrain que les bombardements sont indiscriminés et que ceux qui en meurent sont des civils", a affirmé Nicolas Palarus, coordinateur du projet de MSF à Gaza, cité dans un communiqué.

A l'hôpital Al-Shifa où travaille MSF, la plupart des blessés qui arrivent en salle d'urgence sont des femmes et des enfants, selon l'ONG. "En salle de réanimation des urgences, la moitié des cas sont morts dans les minutes qui ont suivi leur arrivée à l'hôpital, l'autre moitié avait besoin de chirurgie d'urgence", a précisé Audrey Landmann, coordinatrice des activités médicales de MSF à Gaza.

"Au moins la moitié d'entre eux sont des enfants", a-t-elle ajouté. Dimanche matin, une voiture MSF a échappé de peu à une frappe aérienne tombée à 300 mètres du véhicule clairement identifié. Les autorités israéliennes avaient pourtant garanti à MSF un mouvement sécurisé depuis Erez jusqu'à Gaza ville pour transporter sa nouvelle équipe chirurgicale, a indiqué l'organisation.

A l'hôpital Shifa, l'équipe MSF a vu deux ambulanciers morts et deux autres blessés alors qu'ils tentaient de ramener des blessés depuis le quartier pilonné de Shuja'iyeh.

"Les bombardements et les frappes aériennes sont non seulement intenses mais aussi imprévisibles, ce qui rend particulièrement
difficile pour MSF comme pour tous les autres médicaux de se déplacer pour apporter les soins. Les travailleurs médicaux et les structures médicales doivent être respectées, aucun tir ne devrait se produire contre ou à proximité des ambulances et des hôpitaux", a déclaré Nicolas Palarus.

01:52 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Louis Aliot intervient sur les persécutions des chrétiens dans le monde au Parlement européen

01:33 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

Manifestation pro-palestinienne interdite: prison avec sursis pour des émeutiers

http://www.leparisien.fr/faits-divers/manifestation-pro-p...

01:20 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Condamnée à 500 euros d'amende pour avoir nourri des chats errants

21_07-Un-chat-errant-photo-d-illustration-_-930620_scalewidth_630.jpg

Le règlement sanitaire de la préfecture de Saône-et-Loire interdit les gestes répétés et continus concernant l’assistance à animal en difficulté.

Elle ne pensait pas que sa générosité la conduirait devant la justice. Une retraitée originaire de Mâcon a été condamnée à 500 euros d'amende pour avoir nourri des chats errants, rapporte Le Journal de Saône et Loire.

>>> LIRE AUSSI - Expulsé de chez lui pour avoir nourri des pigeons

Un déménagement qui dérange. Propriétaire de quatre chats, elle avait pris l'habitude de nourrir quotidiennement ceux du quartier. Mais après son déménagement, les félins ont continué à venir devant l'ancienne propriété de la retraitée, pour réclamer leur repas quotidien. Une situation qui a suscité la colère d'une des voisines. Cette dernière a alors engagé des poursuites, arguant que la retraitée avait abandonné les animaux, désormais "sa" propriété.

Des raisons d'hygiène et de santé publique. Une enquête a été ouverte et les policiers ont rapidement retrouvé la trace de la retraitée. Sur la base de l'article 120 du règlement sanitaire de la préfecture de Saône-et-Loire, cette dernière a été condamnée à 500 euros d'amende. Selon ce texte de loi, les gestes répétés et continus concernant l’assistance à animal en difficulté sont interdits, notamment pour des raisons d'hygiène et de santé publique, détaille le quotidien régional.

Europe1 - 21 07 14

00:45 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)