Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/09/2013

Florian Philippot sur BFM TV

 

Bravo Florian Philippot! 

20:14 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

L'UE accueille favorablement l'initiative russe sur la Syrie

      

ЕС Евросоюз флаг Европейский союз
 

Par La Voix de la Russie | L'Union européenne accueille favorablement l'initiative de la Fédération de Russie sur le transfert des armes chimiques en Syrie sous le contrôle international.

 

« Nous étudions cette proposition avec l’intérêt », a déclaré Michael Mann, le porte-parole du chef de la diplomatie de l’UE, Catherine Ashton.

Selon Mann, l'UE appelle toutes les parties intéressées à adopter une attitude responsable à l'initiative de Moscou, et pour sa part, l'UE est prête à « aider de toute manière possible » au règlement pacifique en Syrie.
 http://french.ruvr.ru/news/2013_09_10/LUE-accueille-favor...

19:53 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Les USA n’attendront pas le moment où Assad transfère des armes chimiques (Kerry)

43h_50989871.jpg

     

 

Par La Voix de la Russie | Le secrétaire d'Etat américain, John Kerry, a déclaré que les Etats-Unis ne vont pas attendre le moment où le président syrien Bachar al-Assad va transférer des armes chimiques à des observateurs internationaux.

          

Selon Kerry, la possibilité de transférer des armes chimiques serait une solution ultime du problème, mais cela peut traîner en longueur.

Kerry estime qu’une solution diplomatique par le Conseil de sécurité de l'ONU serait idéale, mais ses décisions sont bloquées par la Russie.

Dans le même temps, le chef du Pentagone, Chuck Hagel, estime que le transfert des armes chimiques permettrait de résoudre tous les problèmes. 
http://french.ruvr.ru/news/2013_09_10/Les-USA-n-attendron...

19:45 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Marseille : pour Stéphane Ravier, "le Front national est partout chez lui"

mars11.jpg

 

 
Marseille / Publié le mardi 10 septembre 2013 à 05H46
 

Le leader marseillais prépare l'université d'été du parti le moral au beau fixe

 
Tête de liste aux municipales, Stéphane Ravier accueillera à Marseille ce week-end l'université d'été du FN.

Photo Cyril Sollier

Le meilleur score du FN aux municipales à Marseille date de 1995 (22 %). Qu'indiquent les 25 % dont vous crédite un sondage Ifop paru dimanche ?

Stéphane Ravier : Dix-huit ans de gaudinisme se sont écoulés et le bilan est mauvais. Le maire a bénéficié de Chirac et Sarkozy à l'Élysée et n'a pas obtenu les résultats attendus. Il est devenu directeur de l'Office de tourisme. Pendant ce temps, nous nous sommes organisés autour de Marine Le Pen. Nous avons crédibilisé notre discours.

N'est-ce pas la conjoncture de crise qui vous pousse ?

S.R. : Le mal est profond et s'est enraciné dans le temps. Gaudin a eu 18 ans pour faire baisser une pauvreté qui touche 30 % des Marseillais et pour en finir avec le clientélisme. Or, c'est un petit groupe d'apparatchiks qui fait la politique en relation avec Force ouvrière. La situation est sclérosée par des intérêts personnels contre lesquels il n'y a pas eu de volonté d'en finir.

Que feriez-vous ?

S.R. : J'expliquerais aux syndicats que chacun doit rester à sa place. Mais je commencerais par le devoir d'exemplarité. Comment demander aux délinquants à capuche de se tenir à carreau quand les délinquants à cocarde condamnés dans les quartiers Nord ou trois fois mis en examen viennent donner des leçons de morale un samedi matin en préfecture ? Là encore, l'UMP a été passive, préférant se mettre à genoux devant les 100 millions du Conseil général. Avant de nettoyer les cités, nettoyons les hémicycles.

Les projections de l'UMP sur le conseil municipal en 2014 vous prêtent au moins dix élus. Quelles sont vos ambitions ?

S.R. : Gagner. Si Jean-Claude Gaudin ou l'un de ses adjoints socialistes (sic) garde la mairie, il faudra que l'on puisse compter sur un groupe charnière, capable d'influer sur les décisions. Si cela avait été le cas plus tôt, on aurait secoué le cocotier.

Mais vous avez 21 élus à la Région et vous êtes peu audibles...

S.R. : La gauche a la majorité absolue et ne nous écoute pas. Sur la sécurité, c'est pareil. Mais UMP et PS ne peuvent revenir en arrière ou ils seraient obligés de dire qu'on a raison.

Quelles solutions prône le FN au-delà des critiques ?

S.R. : En 2008, je demandais déjà le triplement des effectifs de police municipale ainsi qu'une formation pour les armer. Cette ville n'en peut plus. Je ne parle pas des règlements de comptes qui n'intéressent personne. Un maire a un pouvoir de police et peut prendre des arrêtés. Un maire peut aller camper devant le ministère de l'Intérieur pour obtenir de vrais moyens de l'État.

La question de la sécurité ne se règle que par la police ?

S.R. : Certains veulent dépénaliser le cannabis. Soyons sérieux. Coupons les autoroutes de la drogue. Remettons à l'endroit certaines valeurs à l'école et conditionnons allocations et subventions au respect de ces valeurs. La base, c'est la famille. Stoppons l'immigration qui amène des mères seules, des familles déstructurées et déstructurant notre société.

C'est le message qui sera délivré à l'université d'été et dans les 13e-14e où vous concourez ?

S.R. : L'université d'été viendra montrer que le FN est partout chez lui et qu'il a pour ambition de conquérir les grandes villes. Dans les 13e-14e, je ne suis pas sûr que la chair à voter socialiste des cités se mobilise autant qu'avant. Les législatives partielles montrent que l'électorat populaire PS nous rejoint parce qu'il en a marre de se faire balader. Je tends la main à tous, en leur promettant de la sueur, pas de sang ni de larmes. Moi, je n'ai pas de chèques à distribuer.

 

 

François Tonneau

 

La Provence

19:25 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Orange : l'imam, proxénète présumé, accusait le policier de corruption

20130910_1_6_1_1_0_obj4668447_1.jpg

 

 
Avignon Orange / Publié le mardi 10 septembre 2013 à 17H29
 

Les juges l'ont relaxé hier des faits de dénonciation calomnieuse

 
Le directeur d'une mosquée d'Orange (à droite) et son fils entourent leur avocat Me Lemaire. Mis en examen pour proxénétisme, ils ont été relaxés hier dans le premier volet du jugement qui portait sur une dénonciation calomnieuse.

Photo Jérôme Rey

Abdeslam Bahiad, directeur de la mosquée "Lumière de Dieu" à Orange, est toujours soupçonné d'avoir été à la tête d'un réseau de prostitution dans la cité vauclusienne. Avec ses trois fils, cet homme âgé aujourd'hui de 58 ans, aurait prostitué plusieurs jeunes marocaines dans la villa de 400m² et la dizaine d'appartements que possède la famille. Les filles, âgées entre 14 et 25 ans, auraient été selon nos sources quasiment réduites à l'état d'esclavage, frappées, violées et pas ou peu payées. "Les gamines étaient recrutées au Maroc, où on leur faisait miroiter un vrai travail en France contre 7000 à 9000 " explique-t-on. Les quatre hommes n'ont pas encore été jugés pour ces faits de proxénétisme pour lesquels ils ont été incarcérés pendant plusieurs mois après leur arrestation en 2009.

Le policier "blessé dans son honneur"

Mais hier avait lieu le premier volet de ce feuilleton judiciaire. Abdeslam Bahia comparaissait avec son fils Abdelgafour, 29 ans, devant le tribunal correctionnel d'Avignon pour avoir accusé à tort deux enquêteurs de corruption. Abdelgafour avait raconté qu'un policier de la PJ d'Avignon lui avait proposé d'installer une machine à sous dans son bar orangeois et qu'il le couvrirait contre 2000 € par mois. Il accusait par ailleurs le fonctionnaire d'avoir fait disparaître le smart phone et l'ordinateur contenant un enregistrement prouvant ses allégations.

Le directeur de la mosquée affirmait lui qu'un policier en fonction à Orange se faisait régulièrement inviter dans les restaurants de la ville, dont le sien, en échange de sa bienveillance. Mais les investigations de l'IGPS (la police des polices) avaient abouti à un non-lieu. "J'ai été blessé dans mon honneur par ses accusations qu'ils réitèrent aujourd'hui. Ils sont capables de tout", confit au tribunal le policier orangeois.

Effectivement, il a partagé des repas avec le directeur de la mosquée, mais "c'était pour recueillir des informations dans le cadre de son travail", plaide son avocate, Me Roland. Quant à l'enquêteur avignonnais, il rappelle qu'il n'était "même pas présent lors de la perquisition au cours de laquelle j'aurais volé le téléphone et l'ordinateur." Et son conseil, Me Gardien, d'expliquer combien "il est dur pour un policier d'être mis en cause" pour ce type de fait. Le procureur Villardo requiert 4 mois de prison ferme et 1500 € d'amende pour dénonciation calomnieuse.

En défense, le bâtonnier Lemaire insiste sur le fait que "si leur culpabilité était évidente dans l'affaire de proxénétisme, ils seraient déjà condamnés." Dans un argumentaire délivré avec force, il parviendra à convaincre le tribunal que ses clients avaient des raisons de croire que les policiers étaient corrompus. L'imam et son fils ont été relaxés.

 

 

Romain Fauvet

 

La Provence

18:56 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Le fils de Marisol Touraine incarcéré pour extorsion de fonds et séquestration

 

3101297_ecc7ad20be28201ca6b46fcffaecf28c8f55e63b.jpg

Le fils de la ministre Marisol Touraine a été récemment incarcéré après une condamnation à une peine de prison ferme pour « extorsion de fonds » et « séquestration ». Selon nos informations, Gabriel Reveyrand de Menthon, 22 ans, fils de l’actuelle ministre des Affaires sociales et de la , a été écroué au tout début de mois de septembre à la prison de la Santé à .

 

 

 

Une incarcération qui intervient après une condamnation, au mois de mars dernier, à trois ans de prison ferme par les de la 10e chambre correctionnelle du tribunal de Paris. Aucun appel n’avait été déposé.

Toujours selon nos informations, l’affaire qui amène le fils de l’ex-présidente du conseil général d’Indre-et-Loire derrière les barreaux remonte au 2 mai 2011. Ce jour-là, vers 11h30, deux inconnus, le visage encagoulé et munis d’une arme de poing factice, font irruption dans l’appartement d’une femme de 59 ans, domiciliée dans le XIIIe arrondissement. Les deux hommes menacent la victime avant de vouloir la bâillonner.

« Ils voulaient aussi m’attacher les mains, relate Geneviève*. Ils m’ont demandé ma carte bancaire. Je leur ai donné avec le code mais je me suis trompée, sous le coup de l’émotion. L’un d’entre eux est parti à la Poste pour faire un retrait au distributeur. Pendant ce temps-là, son complice me pointait le canon de son arme sur la tempe… Quand il a fini par revenir, il n’était pas très content parce que ça n’avait pas marché. Je leur ai alors dit que j’avais un peu d’argent chez moi, puis ils sont partis. »

Gabriel Reveyrand de Menthon, alors âgé de 19 ans, et son complice font main basse sur 990 €. Geneviève dépose plainte. Saisis de l’affaire, les enquêteurs du 3e district de police judiciaire (DPJ) ne tardent pas à remonter la piste du fils de l’actuelle ministre de la Santé. « Ils ont extrait une photo de la vidéosurveillance de la banque dans laquelle un des deux auteurs de cette agression a tenté de faire un retrait. Ce cliché a été montré au gardien de l’immeuble de la victime, confie une source proche du dossier. Ce dernier a reconnu le fils de Marisol Touraine qui possède un appartement dans un immeuble voisin de celui de la victime. »

Interpellé le 12 octobre 2011, le fils de Marisol Touraine passe rapidement aux aveux. « Il a expliqué, au cours de son procès, qu’il avait fait ça parce qu’il devait rembourser une dette, poursuit la victime. J’ai été très choquée par toute cette histoire, même s’ils n’ont pas exercé de violences physiques à mon encontre. Je connaissais ce garçon de vue depuis de nombreuses années. Marisol Touraine m’a adressé une petite lettre dans laquelle elle m’a présenté ses excuses. » Outre une peine de prison ferme — son complice a également écopé de trente mois de détention —, Gabriel Reveyrand de Menthon a aussi été condamné à verser à sa victime 3000 € au titre de son préjudice moral et 990 € pour son préjudice matériel. « Ma cliente attend aujourd’hui d’être indemnisée », rappelle Me Emmanuel Raskin, l’avocat de Geneviève.

Sollicitée hier, Marisol Touraine, via son cabinet, a indiqué n’avoir « aucun commentaire » à faire sur cette affaire. L’avocate de son fils, Me Sophie Coupry, n’a pas donné suite à nos appels.

* Le prénom a été modifié.

Le Parisien  10/09/13

18:39 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Massacre en direct à Maaloula en Syrie

 

Situé à 55 km au nord de Damas, le village de Maaloula, cœur du christianisme des origines où l’on parle encore l’araméen, la langue du Christ, est sous occupation depuis ce matin.

Après une première tentative d’invasion le 4 septembre stoppée par l’armée et les comités populaires, des centaines d’hommes armés syriens et étrangers sont revenus, forçant l’armée gouvernementale à se retirer. Venus de la région libanaise d’Arsal et de la ville de Yabroud au Nord-Est, les envahisseurs se livrent actuellement à des actes de barbarie envers les chrétiens du village. Nous avons contacté une habitante de Maaloula proche du monastère de Sainte-Tècle. Elle témoigne en direct ce dimanche 8 septembre à 21h30 (propos recueillis par Bahar Kimyongür) :

« En ce moment, Maaloula est sous occupation. Les hommes armés (moussallahines) ont d’abord tenté une percée le 4 septembre.

Par cette attaque, ils semblaient vouloir faire une démonstration de force, nous terroriser afin que nous quittions nos terres.

Ils ont tué 20 civils et en ont enlevé 15 autres.

Pour le moment, nous disposons de la liste de 4 civils exécutés et de 7 disparus :

- Ilyas Damoune : enlevé
- Jihade Saalab : décapité au couteau
- Mihail Antonio Saalab : décapité
- Sarkis Habib Al Soukhn : exécuté par balles
- Antoine Lauzarios Saalab : décapité et le corps mutilé
- Moussa Chmays : enlevé
- Chadi Saalab : enlevé
- Georges Dawoud Hilani et son épouse (enlevés)
- Jamilé Mahfouz et sa fille (enlevées)

Toutes les victimes sont des civils.

Actuellement, les terroristes sont partout dans les anciennes églises et les monastères.

Ils ont incendié les monastères de Mar Sarkis et Mar Bakhos, Saint-Serge et Bacchus.

Ils ont tout fouillé, tout saccagé avec moult blasphèmes.

De nombreux habitants chrétiens ont fui la ville vers Damas.

Tout a commencé le 4 septembre vers 3h30 ou 4h du matin lorsqu’une voiture a foncé sur un barrage de l’armée. La voiture venait de Yabroud et descendait de Deir Mar Sarkis et Bakhos, le monastère de Saint-Serge et Bacchus. Le kamikaze a d’abord tiré sur les soldats avant d’actionner ses explosifs.

L’attaque a coûté la vie à une vingtaine de miliciens des comités populaires qui défendaient le village.

Les deux uniques survivants de l’attaque ont été décapités.

Puis les terroristes ont investi les premières maisons du village.

Ils sont d’abord entrés chez Abou Aala al Haddad, un chrétien revenu de Zahlé au Liban pour passer quelques jours de vacances dans son village natal.

Ses agresseurs lui ont sommé de se convertir à l’Islam.

Ils ont cassé les croix et les icônes. Puis, ils ont tout saccagé dans la maison.

Avant de l’abattre, ils lui ont dit : “Nous menons la guerre sainte contre les Croisés.”

Les terroristes sont ensuite entrés dans la maison voisine habitée par Jamilé Oum Mahfouz, une veuve, et par sa fille. Elle a un fils qui est porté disparu depuis plusieurs mois.

La maman avertit sa fille : “Fais-toi passer pour une musulmane pour qu’ils ne t’enlèvent pas.”

Quand ils sont entrés, les terroristes ont hurlé : “Jina Aleykoun ya Kouffar” (“Nous voilà les impies”, sous entendu, “vous êtes cernés”).

Ils traitèrent la mère et sa fille d’adorateurs de la croix. Ils prirent la croix qui trônaient dans la maison et l’ont brisée. La mère et sa fille ont ensuite été emmenées vers l’inconnu.

Les terroristes se sont ensuite arrêtés devant la statue de Saint-Georges qui trône devant le monastère qui porte son nom.

Ils ont vociféré dans des hauts-parleurs : “Que veux-tu que l’on casse d’abord Saint-Georges. Ta tête ou ton cheval ?”

Puis ils se sont déchaînés sur la statue.

Les terroristes n’ont touché à aucune maison musulmane de Maaloula.

Or, dans les quartiers chrétiens du village se trouvaient un grand nombre de déplacés sunnites de Ain Tarma (Ghouta).

Ces derniers ont accueilli les terroristes en héros, en criant des youyous et en les aspergeant de riz.

Les terroristes sont ensuite arrivés sur la place du village. Ils ont commencé à blasphémer sur tous les objets sacrés, sur les icônes, les croix, les statues.

Les enfants étaient tellement terrorisés qu’ils en ont perdu la voix. Certains d’entre eux sont encore hospitalisés à Damas.

Parmi les terroristes, il semblait y avoir des Libyens et des Tchétchènes.

Lorsqu’une vingtaine d’obus lancés par les rebelles s’abattit sur le village, les habitants prirent peur.

Même les hommes se sont cachés. Prises de panique, les sœurs du monastère de Sainte-Tècle ont fermé les portes. Elles se sont ainsi retrouvées isolées du reste du village, ce qui a rendu impossible l’accès du monastère aux jeunes qui voulaient se mettre à l’abri.

Les takfiris ont évacué les musulmans sunnites du village pour les emmener à Yabroud et ainsi les épargner d’éventuelles violences.

En revanche, ils ont gardé les chrétiens pour s’en servir comme boucliers humains en cas de confrontation avec l’armée.

Les terroristes se sont ensuite rendus à la mairie.

Entre-temps, près de 300 chrétiens se sont réunis avec l’intention de marcher jusqu’au palais présidentiel à Damas afin de demander des armes à Bachar.

Leurs familles ont essayé de les calmer, leur disant : “Vous êtes précieux pour nous.”

Les jeunes ont répondu : “Nous devons protéger notre village de ces agresseurs.”

Ils ont fini par se procurer des armes auprès des soldats gouvernementaux et en peu de temps, sont ainsi parvenus à chasser les terroristes d’une bonne partie de Maaloula.

Mais ce matin, les terroristes étaient de retour.

Près d’un millier d’entre eux sont arrivés du côté Yabroud par le chemin du monastère de Saint-Serge et Bacchus, se joignant aux terroristes qui étaient retranchés dans l’hôtel As Safir.

Face à leur surnombre, l’armée a dû se retirer aux abords du village.

Ils ont décapité 4 jeunes. Deux ont été tués par balles.

Ils ont décapité Antoine Saalab, l’assistant du père Toufik Eid, supérieur du monastère Saint-Serge et Bacchus.

Ce sont des habitants du village complices des terroristes qui l’ont dénoncé. Les terroristes ont également tué le père et le cousin paternel d’Antoine.

Tous les chrétiens sont à bout des nerfs. Ils ont été enfermé dans leurs maisons.

... a trois oncles maternels qui ont plusieurs enfants. Nous n’avons aucun moyen de communiquer avec eux.

Actuellement, les terroristes occupent les églises et les monastères. Ils assiègent le monastère de Sainte-Tècle.

La mère supérieure Pélagie implore les autorités syriennes de les aider.

Nous sommes désespérés.

Que va-t-il advenir de nous ?

Maudite soit la démocratie que l’Amérique et la France veulent nous apporter. »

 

E&R

00:30 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

1991: l'ONU révoque la résolution assimilant le sionisme à une forme de racisme

http://www.egaliteetreconciliation.fr/1991-l-ONU-revoque-...

+ VIDEO

 

00:17 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Laïcité

 

Metz : une rue interdite à la circulation pendant 4 jours pour les fêtes juives

La page des Transports en commun de la région messine nous apprend que de 18h à 21h pendant 4 jours, toute une rue à Metz sera fermée à la circulation pour cause de fêtes juives.

En raison des « Fêtes juives » la rue du Rabbin Elie Bloch sera interdite à toute circulation le mercredi 4, jeudi 5, vendredi 13 et le samedi 14 septembre de 18h à 21h.

En conséquence, pendant la durée des festivités, l’itinéraire des lignes concernées sera modifié.

La fermeture à la circulation de cette rue provoque des perturbations de transport pour les différents métros, bus qui passent par cette zone, occasionnant des retards pour les passagers.

 

E&R

00:10 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

09/09/2013

Charte de la Laïcité: une pitoyable diversion. Par Bruno Gollnisch

 

lycéennes voiléesIl vient d’être annoncé  qu’une  nouvelle coupe sombre, très conséquente de vingt à trente heures selon la classe concernée,  allait être opérée  dans les heures dévolues à  l’apprentissage de l’histoire de France en classe de Troisième et de Terminale. Cet effacement programmé de pages entières de notre roman national, s’inscrit dans l’offensive plus générale, constante  et méthodique, visant  à couper les jeunes  générations de leurs racines, de  notre plus longue mémoire. Une perte des repères historiques en complément duquel s’effectue un brouillage des repères anthropologiques au moment ou la théorie du genre s’immisce à l’école. Cette théorie élaborée par la gauchiste américaine Judith Butler qui prône l’indifférenciation des «modèles» familiaux et des « comportements sexuels »,  a  inspiré la récente loi sur le mariage et l’adoption pour les coupes homosexuels. Elle   est relayée   sous la pression du lobby LGBT et  appuyée par Najat Vallaud-Belkacem,  le ministre du droit des femmes et porte-parole  du gouvernement.

 Sur son site Internet, Radio-Notre-Dame  relève que « Quoi qu’en dise Vincent Peillon », «les programmes scolaires ont bien été modifiés. Et ici et là commencent à fleurir des livres sur le sujet, destiné au public le plus jeune. « Papa porte une robe », « Tango a deux papas », « Familles arc-en-ciel. Un extrait : « Que veut dire se décider ? Tu te décides pour ton goûter, tu te décides entre fille et garçon ». Tous ces livres sont disponibles sur Internet… »

 Tel  n’était pas le sujet de la présence ce lundi matin de  Vincent Peillon au  lycée pluriel de  la Ferte-sous-Jouarre (Seine-et-Marne) située une zone urbaine défavorisée. Après la Charte de la Laïcité  édictée par Dominique de Villepin en 2007  pour les   services publics, M.  Peillon présentait la sienne. Elle  sera affichée dans tous les établissements scolaires publics  et rappelle en 15 articles « dans un langage adapté aux enfants », les « principes de la Constitution », de la Déclaration des droits de l’homme et de la loi de 1905 sur la séparation de l’Eglise et de l’Etat.

 La Charte  précise notamment que  « les personnels ont un strict devoir de neutralité », que le port de signes religieux ostentatoires est interdit ( interdiction déjà  stipulée par  la loi de 2004),  qu’ « aucun élève ne peut invoquer une conviction religieuse ou politique pour contester à un enseignant le droit de traiter une question au programme ».

 Sont clairement visés ici les incidents  à répétition   qui ont lieu  dans de nombreux établissements scolaires babelisés,  intervenant lors des cours abordant la reproduction, l’ histoire  des religions ou les persécutions anti-juives lors de la Seconde Guerre Mondiale…  

 Président du Conseil français du Culte musulman (CFCM) ,  Dalil Boubakeur a  appelé à respecter la Charte mais a perçu  dans celle-ci « un regard oblique sur l’islam, notamment le passage sur l’interdiction du port de signes ou de vêtements ».

« On voit très bien à qui il (le texte de la charte, NDLR) s’adresse, je crains – comme c’était le cas pour la loi de 2004 de voir les musulmans de France stigmatisés dans leur ensemble et que cette interdiction ne soit perçue comme trop brutale ».

 Valérie Marty de la fédération de parents d’élèves Peep déplore pour sa part, sans les nommer explicitement, que certains types de  pressions sur l’école opérées par des familles islamistes n’aient pas été évoquées par cette charte  puisque des sujets comme ceux   « du sapin de Noël ou de la cantine »  ne sont pas mentionnés. Mme Marty,  sans citer le cas  du hallal,  souligne   que  parfois, « il y a un scandale parce qu’il y a du poisson à la cantine le vendredi »!

 Il est vrai, et nous  l’avions déjà évoqué sur ce blog que pour Vincent  Peillon, la  laïcité ce n’est pas la neutralité religieuse mais l’instauration d’une nouvelle religion. Le futur ministre de l’Education  l’a écrit noir sur blanc dans son livre  Une religion pour la République: la Foi laïque de Ferdinand Buisson :   « A l’école de dépouiller l’enfant de toutes ses attaches pré-républicaines et de l’élever jusqu’à devenir le citoyen, sujet autonome. C’est ainsi seulement que la laïcité deviendra la religion de toutes les religions, de toutes les confessions, la religion universelle ».

 Ce matin,  pour présenter sa charte, le ministre de l’Education  était entouré par le président de l’Assemblée nationale,  Claude Bartolone,  de l’ancien garde des Sceaux Robert Badinter, mais aussi du footballeur Lilian Thuram membre du Haut conseil pour l’intégration (HCI) et du collectif  Devoirs de mémoires. Ce choix de M. Thuram pour  l’accompagner est lui aussi symbolique, indépendamment du  fait  que le livre que ce dernier a fait paraitre sous son nom en 2010,  Mes étoiles noires, de Lucy à Barack Obama ,   « devrait figurer en bonne place dans les établissements scolaires »  selon   la journaliste de  L’Humanité  Mina Kaci…

 En effet,  en novembre 2007 à l’occasion du match de foot France-Maroc au stade de France où notre hymne national avait été copieusement sifflé par un public majoritairement maghrébin, Lilian Thuram, alors capitaine de l’équipe de France, avait déclaré que « les sifflets, ( ne le choquaient) pas plus que ça, il faut se poser la question Pourquoi?  Ce sont des raisons d’ordre historique, il y a un mal-être dans la société. Et c’était peut-être le moment, inconsciemment, de faire passer un message. »

 « Message » dont  M. Thuram avait précisé les contours  en août 2006 en invitant  dans ce même stade pour la confrontation entre la France et l’Italie, 70 immigrés expulsés d’un  squat à  Cachan  dans le Val-de-Marne . Immigrés qui à l’instar de  l’ équipe de France, symbolise cette « république métissée que nous aimons, » confiait alors  les amis de ce dernier, le Réseau Education sans frontières (RESF)…

Bref  les postures républicano-laïcardes s’accommodent parfaitement d’un  immigrationnisme échevelé.    Cette Charte de la laïcité est un leurre, une pitoyable diversion affirme  Bruno Gollnisch qui modéré en tout est  modérément  laïc. Il sait aussi que le concept de  laïcité est resté  dans l’esprit de beaucoup d’idéologues  ce qu’il fut historiquement,  à savoir  surtout une arme de guerre contre le christianisme,  religion autochtone de l’immense majorité des Français.

N’en déplaisent à MM.  Peillon,  Thuram et aux docteurs Folamour  de l’UMPS, l’école ne souffre pas tant  d’un problème de religion que  d’un problème d’immigration. Quand la France comptait un million de musulmans sur son sol, l’islam n’était pas un problème. C’est la poursuite d’une  politique de substitution de population qui empêche toute assimilation au modèle dominant du pays d’accueil et qui  génère fatalement les revendications communautaristes.

23:45 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Des rebelles syriens ont l'intention d’effectuer une attaque chimique contre Israël pour piéger Assad

     

химическое ядерное оружие выставка боеголовка
 

Par La Voix de la Russie | Les militants combattant les forces du gouvernement syrien sont prêts à effectuer une attaque contre Israël en utilisant des armes chimiques depuis le territoire contrôlé par les autorités syriennes afin de créer une provocation à grande échelle, a rapporté Russia Today en référence à ses sources.

 Ce lundi, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a proposé Damas de mettre ses armes chimiques sous le contrôle international. Le ministre syrien des Affaires étrangères, Walid Mouallem, a indiqué que Damas accueille favorablement la proposition russe.
http://french.ruvr.ru/news/2013_09_09/Des-rebelles-syrien...

23:19 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Marseille: "La Bonne Mère" filmée pour la première fois par un drone

http://vimeo.com/dronecast/bonnemere4k

 

A regarder en mode plein écran !

22:47 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Syrie: les tribunaux islamiques

20:36 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

La France est-elle encore une démocratie ?

 

 

francois-hollande-boulevard-voltaire

On allait voir ce qu’on allait voir. À la veille du G20 réuni à Saint-Pétersbourg, les bulletins de désinformation émis par les professionnels de la météorologie politique concordaient. Ébranlé par la détermination occidentale, isolé, affaibli, le responsable de la non-puissance invitante opérait une spectaculaire volte-face. Vladimir Poutine lâchait son protégé syrien et se disait prêt à participer à la « punition » de Bachar el-Assad si on lui fournissait les « preuves » que n’allaient pas tarder à apporter les experts de l’ONU. De leur côté, le président français et son partenaire américain allaient travailler au corps leurs alliés égarés et rassembler, comme au bon vieux temps des calomnies et de la guerre contre l’Irak, une grande coalition contre le maître de Damas. Bref, les bobards volaient en escadrilles…

On a vu ce qu’on a vu. Non seulement Poutine n’a pas cédé un pouce de terrain, mais il a confirmé son soutien diplomatique et matériel au gouvernement syrien, réaffirmé sa conviction que c’était la rébellion qui avait recouru aux gaz, et maintenu son opposition à ce qu’il qualifie d’agression. La Russie, décidément isolée, n’a guère été approuvée que par quelques pays insignifiants, tels que la Chine, l’Inde, le Brésil et l’Afrique du Sud, présents à la conférence, auxquels on peut notamment ajouter, parmi les absents du sommet, l’Iran, l’Algérie, l’Égypte… De leur côté, il est vrai, Barack Obama et son collaborateur français regroupaient onze signatures sur un texte qui, tout en condamnant formellement la Syrie, exclut toute participation à l’opération prévue et annoncée avec tambours et trompettes par Paris et d’une voix moins assurée par Washington.

François Hollande, pour sa part, sort de cet épisode encore plus Gros-Jean comme devant. Contraint d’attendre le toujours hypothétique feu vert du Congrès américain, le président français déclare également s’en remettre d’avance aux conclusions d’un rapport dont on sait déjà que, confirmât-il la réalité de l’emploi des gaz, il n’en désignera pas pour autant le ou les coupables. Avec l’obstination habituelle aux velléitaires qui reviennent d’autant moins aisément sur une décision qu’il leur est moins habituel d’en prendre, le chef de nos armées tient de plus en plus ferme sur les sables mouvants où il s’est enlisé et semble même prêt à accepter le rôle de sacrifié que dans la grande tradition des guerres coloniales il était de coutume de réserver aux supplétifs. Notre aviation héritera-t-elle du périlleux honneur de braver dans le ciel syrien les défenses du régime tandis que les Américains se borneraient à expédier sur les cibles repérées des missiles de croisière et éviteraient au maximum d’y risquer des vies humaines ? Tirez les premiers, messieurs les Français !

De quelle légitimité, sans mandat de l’ONU, sans participation de l’Union européenne, sans vote du Parlement, le président de tous les Français qui veulent ou acceptent la guerre peut-il se prévaloir ? 68 % de ses sujets (19 points de plus qu’il y a quinze jours) rejettent désormais sa politique et refusent précisément notre participation à une intervention militaire. Le roi veut la guerre, son peuple veut la paix. Lequel des deux l’emportera ? La France, oui ou non, est-elle une démocratie ?

Cette évolution et ce basculement de l’opinion tiennent moins à la crainte d’un échec, voire d’une défaite, qu’à la prise de conscience d’une réalité complexe que ne peut plus masquer le matraquage éhonté d’une propagande à sens unique. Le régime syrien serait-il l’auteur du massacre de la Ghouta, l’opposition syrienne, jour après jour, se montre capable et coupable du pire, et son drapeau n’est plus, s’il le fut, celui de la révolution et de la liberté, mais celui de la terreur et du chaos. Plus encore qu’une erreur, c’est une folie de soutenir ceux dont une vidéo, qu’a pu voir ces derniers jours le monde entier, dévoile le vrai visage de cruauté inhumaine, ceux qui viennent encore d’assassiner un chirurgien de Médecins sans frontières, condamné à mort pour avoir voulu sauver des vies humaines, ceux qui semblent bien détenir les deux journalistes français disparus il y a trois mois en Syrie. Qu’elle l’ait voulu ou non, la coalition nationale syrienne a désormais pour alliés et pour soutiens non seulement, sur le terrain, les combattants du Front Al-Nosra, de l’État islamique du Levant et autres milices qui mettent la Syrie à feu et à sang, mais à travers le monde tous les extrémistes qui avec Al-Qaïda et les Frères musulmans nous ont déclaré la guerre. Les amis de nos ennemis peuvent-ils être nos amis ?

Dominique Jamet dans Boulevard Voltaire

 

ALTERMEDIA FRANCE

20:23 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

L'Organisation sioniste mondiale octroie des terres aux colons dans la vallée du Jourdain 09/09/2013

  

L'Organisation sioniste mondiale octroie des terres aux colons dans la vallée du Jourdain




    Un document interne de l’Administration civile israélienne confirme un rapport du journal Haaretz selon lequel l’Organisation sioniste mondiale a alloué à des colons dans la vallée du Jourdain plus de 5.000 donums (1.235 hectares) de terres privées palestiniennes situées à l’est de la barrière frontalière, plus précisément entre cette barrière et la Jordanie, révèle le journal israélien.

Cette région entre la barrière et la frontière actuelle, la rivière du Jourdain, est une zone militaire fermée qui atteint à certains endroits 2 km de largeur. Aujourd'hui, les Palestiniens ne peuvent accéder à leurs terres dans cette zone militaire. Par contre, il est permis aux colons juifs de les cultiver.

L'Administration civile a lancé une enquête après un article du Haaretz accusant, en janvier dernier, l’Organisation sioniste mondiale d'avoir alloué aux colons dans la vallée du Jourdain plus de 5.000 donums de terres privées palestiniennes.

Les documents de l'Administration civile qui sont parvenus à Haaretz précisent qu’à la suite de la guerre des Six jours en 1967 et après l’installation de la barrière, les Palestiniens ont continué à cultiver leurs terres situées à proximité. Mais après plusieurs incidents impliquant l’infiltration de Palestiniens en territoire israélien, toute la région a été déclarée zone militaire. Plusieurs Palestiniens qui possédaient des lopins de terre ont demandé de pouvoir continuer à cultiver leurs terres, mais ces requêtes ont toutes été rejetées.

En 1979, l’Organisation sioniste mondiale a soumis une demande pour la culture de ces terres "en raison du manque d’espaces cultivables dans la vallée du Jourdain, qui affecte l’expansion des communautés et l’établissement de nouvelles".

Durant le premier gouvernement dirigé par Menachem Begin, le Conseil ministériel des affaires sécuritaires a permis la culture de ces terres, rappelle le Haaretz. A la lumière de cette décision, l’armée israélienne a déminé la région. Plia Albeck, qui a dirigé le Département civil du procureur général durant 24 ans, a émis des rapports favorables au dossier.

A la lumière de ces rapports, l’Organisation sioniste mondiale a été autorisée à allouer quelque 75.000 donums

De hauts responsables militaires avaient approuvé ces mesures à condition que les fermiers aient au préalable servi dans l’armée et qu’ils aient l’autorisation de porter des armes.

Il est à noter que malgré le traité de paix signé avec la Jordanie en 1994, ces mesures n’ont pas été revues et restent en application.

L’Administration civile a ainsi signé trois accords avec l’Administration sioniste mondiale, lui allouant quelque 29.000 donums (7.250 hectares) de terres cultivables. Une enquête menée par l’Administration civile montre qu’un total de 8.565 donums (2.116 hectares) sont cultivées au-delà de la barrière frontalière, dont 4.765 dunoms (1.177 hectares) appartenant à des Palestiniens.

Des discussions ont récemment été menées à ce sujet au niveau de l’Administration civile. Il s’agit d’une question complexe, parce que ces terres appartiennent à des Palestiniens et que les colons qui les cultivent possèdent des "permis légaux". Le coordinateur des activités du gouvernement dans les Territoires, le général Eitan Dangot, a indiqué que les Palestiniens qui réclamaient des compensations pour leurs terres devaient être compensés par l’Administration civile.    

http://www.lorientlejour.com/article/832150/lorganisation-sioniste-mondiale-octroie-des-terres-aux-colons-dans-la-vallee-du-jourdain.html http://www.lorientlejour.com/article/832150/lorganisation-sioniste-mondiale-octroie-des-terres-aux-colons-dans-la-vallee-du-jourdain.html

 

ALTERINFO.NET

 

   

20:04 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Trafic d'organes entre la Chine et Israël - Double énucléation d'un enfant chinois

5800068-8646900.jpg

La mère se tient près de son enfant désormais aveugle

 

http://www.alterinfo.net/Le-commerce-de-la-vie-et-ses-der...

 

19:53 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (14)

Damas approuve l'initiative de la Russie sur le transfert des armes chimiques sous le contrôle international - 09/09/2013

  

5832839-8697009.jpg

    
    Damas approuve l'initiative de la Russie au sujet de la possibilité de mettre des armes chimiques syriennes sous le contrôle international, a déclaré le ministre syrien des Affaires étrangères Walid Mouallem ce lundi.

« Lors des pourparlers avec le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, il a lancé une initiative à propos des armes chimiques. La République arabe syrienne salue l'initiative russe, en tenant compte de la préoccupation des dirigeants syriens sur la vie de nos citoyens et la sécurité de notre pays. Nous croyons également en la sagesse des dirigeants russes, qui essayent d'empêcher l'agression américaine contre notre peuple », a déclaré Mouallem.  
 
ALTERINFO.NET  


 

 

19:39 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

HUMOUR

1002682.jpg Humour.jpg

19:07 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Marine Le Pen invitée de France 3 Nord-Pas-de-Calais - 08/09/13

18:58 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Marine Le Pen en direct de la braderie d'Hénin-Beaumont - 08/09/13

18:47 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)