Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Blog - Page 988

  • Belgique - Meurtre de Charlotte Renard à Jumet: Mohamed El Mjaidri, son concubin, placé sous mandat d'arrêt pour meurtre

     

    Belga

    Mohamed El Mjaidri a été placé sous mandat d’arrêt mardi, pour le meurtre de sa compagne Charlotte Renard, tuée de plusieurs coups de couteau dans leur appartement de Jumet. Le suspect aurait agi parce que sa compagne voulait le quitter.

     

    
La victime Charlotte et son concubin qui a été interpellé ce lundi.

    F.VH. et DR

    La victime Charlotte et son concubin qui a été interpellé ce lundi.

    Lundi matin, le corps sans vie de Charlotte Renard (22 ans) était retrouvé dans son appartement de la rue Vandervelde à Jumet. Frappée de plusieurs coups de couteau, la victime a été découverte par sa mère, venue lui rendre visite. Ses deux filles d’un an et demi et de deux ans et demi se trouvaient toujours dans l’appartement, l’une à côté du corps de sa maman, l’autre dans sa chaise haute. Les deux enfants souffraient de déshydratation à l’arrivée des secours.

    Soupçonné du meurtre, Mohamed E. (44 ans) a été intercepté lundi après-midi. Il a avoué les faits et dit avoir agi parce que sa compagne s’apprêtait à le quitter. Connu de la justice pour des vols avec violence et des problèmes de stupéfiants, l’intéressé a été placé sous mandat d’arrêt ce mardi. Selon le voisinage, le couple était coutumier des scènes de ménage. Mohamed E. s’était déjà montré violent à plusieurs reprises.

    La Gazette.be - 05/03/13

     
     
     
     

     

  • Les soldats maliens en grève 11/03/2013

     

    мали военные мали солдаты армия лагерь исламистов авиаудар мали военная операция
     
    Photo : EPA

    Plusieurs dizaines de soldats de l'Armée du Mali ont temporairement abandonné leurs positions, en demandant des primes pour leur participation aux opérations militaires. La campagne de désobéissance a été accompagnée de tirs en l'air réalisés par les soldats mécontents.

    Une telle « grève » des militaires a eu lieu les 7-8 mars dans la région de la ville de Diabali. A l'heure actuelle, la situation dans Diabali s'est normalisée, et plusieurs instigateurs de la rébellion ont été punis.
    À son tour, l'un des participants de la « grève » a déclaré aux journalistes que les exigences des soldats étaient satisfaites et c'est pourquoi ils étaient revenus à leurs postes.

     
    french.ruvr.ru
     
    ALTER INFO.NET
  • Honneur à Bastien Thiry

  • 11 mars 1963 : l’exécution de Jean-Marie Bastien Thiry

     

    11 mars 1963 : l’exécution de Jean-Marie Bastien ThiryIl y a exactement cinquante ans, le lieutenant-colonel Jean-Marie Bastien-Thiry rendait son ultime souffle face à un peloton d’exécution. Il avait été condamné à mort le 4 mars précédent par le tribunal militaire de justice pour son implication dans l’attentat du Petit-Clamart commis le 22 août 1962. Bastien-Thiry dirigea le commando qui cribla de balles la DS présidentielle sans faire de blessés. Il avait alors utilisé un journal qu’il avait agité afin d’indiquer à ses hommes le moment où il leur fallait tirer. Durant le procès, il tint tête à ses juges, revendiquant son acte en raison de ce qu’il estimait être une trahison du président de Gaulle envers les français d’Algérie et les harkis ainsi que pour la défense de l’Algérie française. Il sera arrêté en septembre 1962 après son retour d’une mission en Angleterre. Il fut défendu par les avocats Dupuy, Le Coroller, Isorni et Tixier-Vignancourt. Ceux-ci tentèrent de sauver sa tête en se basant sur une expertise médicale démontrant qu’il n’avait pas toute sa raison au moment de l’attentat, mais Bastien-Thiry refusa ce recours et préféra affronter son destin. Ce qu’il fera dignement et courageusement. Il entra ainsi dans l’histoire comme étant le dernier condamné à mort fusillé de l’histoire de France. De Gaulle aurait dit à son sujet : « Celui-là, ils pourront en faire un martyr ». Le général aurait refusé sa grâce essentiellement parce qu’il mit en danger la vie de sa femme Yvonne et parce qu’il n’avait pas pris de risque personnel dans l’opération. Les deux tireurs, Alain de La Tocnaye et Jacques Prévost, également condamnés à mort, furent graciés par le chef de l’État.

    Aîné d’une famille de sept enfants, fils de parents catholiques et d’esprit militaire, il se basa notamment sur la lecture de Saint-Augustin pour justifier sa participation à l’attentat du point de vue de sa foi catholique. De son mariage avec Geneviève Lamirand, il aura trois filles.

    Nouvelles de France

  • Le CRIF écrit-il les discours de François Hollande sur la Palestine ?

     

    Par Alain Gresh, le 27 novembre 2012

    Finalement, le gouvernement français votera en faveur de la reconnaissance de l’État palestinien. À reculons, après avoir longtemps hésité, en demandant mille et une garanties à l’Autorité palestinienne. Il est loin le temps où la France défendait une position originale, appelait à l’autodétermination des Palestiniens et au dialogue avec l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), passant outre aux injonctions des États-Unis et d’Israël.

    L’information de l’hebdomadaire L’Express ne semble pas avoir suscité de fortes réactions. Dans un article du 8 novembre de Marcelo Wesfreid, « Paul Bernard, la plume de l’ombre de François Hollande », on apprend en quoi consiste le travail de Paul Bernard :

    « De l’ouverture de la conférence sociale à l’anniversaire de la Libération de Paris, de la commémoration du Vél’ d’Hiv à celle de la tuerie de Toulouse, du discours sur l’école à celui sur la mutualité française, il est celui qui rédige les premières trames, amendées ensuite par son supérieur hiérarchique, le conseiller politique Aquilino Morelle, puis remodelées par le président lui-même. Paul Bernard planche aussi sur les interviews télévisées et les Légions d’honneur, quand il ne s’occupe pas d’une préface de livre. »

    Qui est donc cet homme de l’ombre ?

    « Les plumes ne ressemblent jamais aux technocrates qui peuplent les cabinets. Et Paul Bernard n’a pas le parcours type d’une plume. En sortant de Normale-Sup, un DEA sur la littérature de l’époque napoléonienne en poche, il entre chez Publicis comme chargé de mission auprès du magnat de la publicité Maurice Lévy. Il participe pour le compte de l’homme d’affaires à la rédaction du rapport commandé en 2006 par le ministre des finances Thierry Breton, sur l’“économie de l’immatériel”, cosigné avec Jean-Pierre Jouyet.

    Parallèlement, il rejoint le Mouvement juif libéral de France (MJLF), un courant du judaïsme progressiste qui s’est notamment illustré en menant campagne pour l’accès des femmes aux fonctions du culte. Le touche-à-tout a récemment intégré le comité directeur du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF). »

    Rappelons que parmi les objectifs du CRIF figure celui de soutenir l’Etat d’Israël. Et que, depuis des années, cette organisation a toujours soutenu toutes les aventures militaires israéliennes, de la guerre contre le Liban en 2006 à celle contre Gaza en 2012.

    Lire la suite de l’article sur blog.mondediplo.net

    E&R

  • Hollande et Fabius limogent plusieurs diplomates français opposés à la guerre au Mali

     

    Selon TTU (Très Très Urgent, lettre d’information hebdomadaire consacrée aux questions stratégiques et de défense), les divergences de vues sur la gestion de la crise malienne et l’intervention de l’armée française dans ce pays ne sont pas du tout tolérées par François Hollande. Plusieurs hauts fonctionnaires du ministère des Affaires étrangères qui ont osé critiquer cette politique ont perdu leur poste.

    Il ne s’agit pas seulement de punir ceux qui sont sortis de l’unanimisme, mais surtout, selon TTU, de mettre à l’écart des éléments « hostiles » susceptibles de parasiter la conduite actuelle du dossier malien. Parmi les victimes de cette purge : d’abord la directrice de la DAOI (Direction Afrique-Océan indien), Elizabeth Barbier, puis Laurent Bigot, sous-directeur dans la même structure.

    Aucune explication ni affectation ne sont données aux limogés qui sont sommés par leur hiérarchie de quitter leurs postes « sous 48h ». Laurent Bigot n’était pas d’accord, et l’a dit, avec « la décision française de s’appuyer sur un gouvernement intérimaire contesté et une armée suspectée d’exactions contre les populations civiles, et, dans le même temps, de favoriser le MNLA, en utilisant ses hommes pour mener à bien la bataille des Ifoghas ».

    Fin janvier déjà, l’ambassadeur Jean-Félix Paganon a connu le même sort : remercié sans affectation. Il avait été nommé en juin dernier par Laurent Fabius comme son représentant spécial pour le Sahel. TTU fait savoir que c’est un « ancien » de Bamako qui l’a remplacé dans la coordination interministérielle Mali-Sahel (MMS) au sein de la DAOI.

    Ancien gendarme saint-cyrien, Gilles Huberson avait rejoint en septembre l’ambassade de France à Bamako pour opérer comme officier de liaison entre le Quai d’Orsay et la Défense. Selon des sources diplomatiques, rapportées par TTU, il a fait partie, aux côtés de la DGSE, des discussions initiées à Kidal avec les responsables locaux et les chefs des grandes tribus targuies, dont le très influent chef ifoghas, Intalla ag Attaher.

    TTU s’attend à de nouvelles purges dans les rangs, cette fois, des ambassadeurs en poste dans la région. Par ailleurs, toujours selon TTU, Michel Réveyrand de Menthon, ambassadeur de France au Tchad et ancien ambassadeur au Mali, pourrait remplacer Dov Zerah à la tête de lʼAgence française de développement.

    E&R

  • Mohamed Merah compte ses fans sur Twitter où le racisme anti-blanc explose

    sans-titre.png Mereh twweet.png

    11/03/2013 – 10h00
    PARIS (NOVOpress) — Mercredi 6 mars 2013, France 3 diffusait un reportage sur Mohamed Merah, la “chance pour la France” qui a mal tourné. À la suite de cette émission, nombreux furent les internautes qui réagirent sur Twitter, s’indignant de la monstruosité du personnage, et appelant à la vigilance sur le danger que représente l’islamisme.

    Il n’en fallait guère plus pour déclencher un véritable lynchage en ligne de la part des islamo-racailles qui considèrent Mohamed Merah comme un des leurs, et sanctionnent toute critique par des insultes racistes en série à l’égard des Blancs, agrémentées de menaces de mort : « j’espère que tu bruleras vif », « (…) j’ai envie de te buter pour les propos que tu tiens sale merde », « sale blanc nique ta mère plus loin », « Vous etes que des blancs vous valez rien » etc…

     

    L’un des internautes pris à partie s’appelle Hervil Legros, militant UMP dans la région d’Arras. Il a décidé de ne pas en rester là puisqu’il porte plainte pour menaces de mort et propos racistes à son encontre.

    Il en est de même envers certains militants de l’UNI (syndicat étudiant de droite proche de l’UMP), où le phénomène s’est reproduit pour les mêmes raisons, mais de la part de ce qui semble être des militants du Front de Gauche cette fois, tels des émissaires de la bonne parole : « Le jour où des mecs te feront la peau ce ne sera que la récolte méritée de la haine que tu sèmes à longueur de tweet… ».

    Rappelons qu’à une question posée par le député Divers Droite Jacques Bompard sur le racisme anti-Blanc, Christiane Taubira, ministre de la Justice, avait tout bonnement botté en touche.

    D’après un récent sondage TNS Sofres datant de septembre 2012, 56% des personnes interrogées pensent qu’un “racisme anti-Blanc” se développe dans les quartiers de nos villes, 82% chez les sympathisants de l’UMP et 90% chez ceux du FN. Ce chiffre descend à 34% chez les sympathisants socialistes, pour lesquels la politique de l’autruche ne semble toutefois pas avoir les résultats escomptés.

    Reste à savoir si les plaintes déposées vont aboutir, ou bien classées sans suite. Quoi qu’il en soit, ces réactions auront eu le mérite de mettre un nouveau coup de projecteur sur deux phénomènes : le premier est cette immigration catastrophique dont les conséquences ne sont pas encore arrivées à maturité, mais dont les prémices ne manquent pas de nous alerter sur l’état de guerre civile larvée à laquelle la France s’expose chaque jour davantage. Le second n’est que la conséquence du premier, à savoir une haine croissante des nouveaux arrivants envers la population autochtone, les Blancs.

    [cc] Novopress.info, 2013. Les dépêches de Novopress sont libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d'origine. La licence creative commons ne s'applique pas aux articles repris depuis d'autres sites [http://fr.novopress.info/]

  • Le Japon pleure ses morts dans les décombres

    DIAPORAMA http://www.leparisien.fr/diaporama/en-images-le-japon-pleure-ses-morts-dans-les-decombres-11-03-2013-2632795.php?pic=9#infoBulles1

  • Rectificatif: Raphaella mythomane et fausse mère porteuse

    Samedi dernier, le 9 mars 2013, nous avons publié le témoignage d’une jeune habitante de Calais de 24 ans qui affirmait avoir été mère porteuse en 2011 pour aider un couple de Français ne pouvant plus avoir d’enfant. Après de plus amples vérifications auprès de ses proches, et notamment sa mère que nous avons jointe par téléphone ce lundi après-midi, il s’avère que cette jeune femme, Raphaella, a inventé cette histoire de toutes pièces, dissimulant une situation parentale en réalité très compliquée.

     
     

    Ses deux garçons et une petite fille, née en 2011, auraient en effet été confiés aux services de protection de l’enfance.

     

    «Ma fille est une mythomane qui croit à ses mensonges», nous a dit par téléphone la mère de Raphaella, qui explique avoir, pour cette raison, «coupé les ponts avec [sa] fille depuis avril 2011». «Ma fille ment tellement qu’elle cause énormément de dégâts autour d’elle, sans le vouloir», ajoute sa mère. Et de conclure : «Ma fille déménage tellement souvent que les services sociaux n’arrivent pas à la suivre».

    Usant des possibilités d’Internet pour construire son scenario, Raphaella avait posté une annonce proposant ses pseudo services de mère porteuse, notamment sur le site aufeminin.com. La gestation pour autrui (GPA) étant une pratique illégale en , des annonces de ce type fleurissent sur . Ayant visiblement écumé tous les sites consacrés à la stérilité et à la GPA, Raphaella avait bâti un faux témoignage comportant de très nombreux détails, ce qui a abusé notre vigilance, ainsi que celle d’autres médias lui ayant également donné la parole.

    Notre souci étant d’informer avec exactitude nos lecteurs, nous tenons ici à apporter ces rectifications qui rétablissent la vérité.

     

    LeParisien.fr - 11/03/13

  • Les révélations du passé nazi de l'Orchestre philharmonique de Vienne

    sans-titre.png vienne.png

    Le prestigieux Orchestre a dû admettre dimanche soir avoir été dirigé de 1954 à 1968 par un ancien nazi, membre de la SS, la troupe d'élite du dictateur Adolf Hitler, et collaborateur de la Gestapo.

    Le prestigieux Orchestre philharmonique de Vienne, sous le feu de critiques quant à ses réticences jusqu'à présent à faire la lumière sur son passé nazi, a dû lever certains de ses secrets. L'orchestre a admi dimanche soir avoir été dirigé de 1954 à 1968 par un ancien nazi, membre de la SS, la troupe d'élite du dictateur Adolf Hitler, et collaborateur de la Gestapo.

    C'est la révélation la plus spectaculaire de l'enquête menée par des historiens à l'initiative de l'Orchestre philharmonique sur "les pages brunes" de son histoire, de 1938 à 1945. Ces historiens avaient pour mission d'étudier "la politisation de l'orchestre sous le nazisme", "les biographies des musiciens exclus, persécutés et, éventuellement, assassinés pour des raisons racistes et politiques", ainsi que "les archives disponibles sur la nazification et la dénazification".

    Helmut Wobisch, trompettiste et membre du parti nazi

    Oliver Rathkolb, professeur à l'Université de Vienne, a coordonné l'étude, assisté de Fritz Trümpi, auteur en 2011 du livre "Orchestres politisés : les Orchestres philharmoniques de Vienne et de Berlin sous le national-socialisme", et de Bernadette Mayrhofer, qui a étudié les cas d'exclusion et de déportation de musiciens juifs. Ainsi, ces historiens ont révélé qu'un trompettiste de l'orchestre, Helmut Wobisch, membre dès 1933 du Parti nazi NSDAP, alors clandestin, de la SS dès 1938 et collaborateur de la Gestapo, avait été exclu de l'orchestre en 1945, mais réintégré en 1951 avant d'accéder à la présidence de la prestigieuse phalange, dont les musiciens choisissent eux-mêmes leur "patron".

    Et c'est Helmut Wobisch qui remet en 1966 une copie de la plus haute distinction de l'Orchestre philharmonique, l'Anneau d'honneur, au dirigeant nazi Baldur von Schirach, chef des Jeunesses hitlériennes puis Gauleiter (gouverneur) de Vienne (1941-1945), condamné à 20 ans de prison par le Tribunal de Nuremberg, gracié en 1966. Ce dernier l'avait reçu en 1942 mais il lui avait été confisqué après son arrestation en 1945 par les troupes américaines.

    Selon les recherches de Bernadette Mayrhofer et du porte-parole des musiciens de l'orchestre, le violoniste Clemens Hellsberg, six musiciens juifs de l'Orchestre philharmonique avaient été assassinés et dix déportés vers les camps d'extermination nazis. De ceux qui ont réussi à s'exiler, notamment en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis, aucun n'est revenu. La proportion de membres du NSDAP au sein de l'orchestre - 60 musiciens sur un total de 123 - était aussi très supérieure à la moyenne au sein de la population (environ 10%). A l'occasion du 75e anniversaire de l'annexion (Anschluss) de l'Autriche par l'Allemagne nazie, le 12 mars, les conclusions de cette enquête historique pourront être lues sur le site internet de l'Orchestre philharmonique de Vienne.

    TF1 - 11/03/13

     

  • Véronique Genest chahutée sur France2

    C'était l'annonce peopolitique de la semaine : Véronique Genest se lance en politique et se présente aux élections législatives. La commissaire "Julie Lescaut" de TF1 va se présenter au suffrage des électeurs de la 8e circonscription des Français de l'étranger, qui réunit notamment l'Italie, la Grèce, la Turquie et Israël. Elle est la suppléante du candidat sans étiquette Jonathan-Simon Sellem.

    Invitée jeudi sur le plateau de l'émission On n'est pas couché, Véronique Genest souhaitait profiter de cette tribune pour parler de son engagement politique. Mais le lendemain du tournage, vendredi, elle fustige les chroniqueurs. "Je suis tombée dans un traquenard", déclare-t-elle sur le site de TV magazine. Elle reproche à Aymeric Caron et Natacha Polony de s'être comportés en "tribunal" et de l'avoir mise en difficulté sur ses prises de position, notamment en faveur de l'extrême droite israélienne et contre l'islam.

    "Islamophobe"

    Au cours de l'émission, diffusée samedi soir, Natacha Polony cite des écrits de Jonathan-Simon Sellem, qui incarne, dit-elle, "la droite qui refuse le dialogue avec les Palestiniens" : "La Palestine est une fiction et il n'y a aucun fondement historique à la revendication des Palestiniens sur cette terre." Une phrase tirée d'un article de Jonathan-Simon Sellem sur son propre site, JSSnews.com. "Mais ça, c'est une position israélienne normale", se défend l'interprète de Julie Lescaut devant des journalistes médusés.

    Quand Aymeric Caron l'interroge sur le mot "islamophobe" dont la comédienne s'était elle-même qualifiée en septembre 2012, Véronique Genest est bien en peine de se justifier. "J'en avais marre de me faire traiter d'islamophobe, donc je me suis dit si ce mot-là est pris dans le sens de phobie, alors, effectivement, peut-être que je suis comme beaucoup de Français islamophobe."

    Suicide cathodique

    Après la diffusion de l'émission, les téléspectateurs ont largement commenté la prestation de la comédienne sur Internet, tout comme les éditorialistes. Thierry de Cabarrus, chroniqueur du Plus du Nouvel Observateur, déplore "une pathétique Véronique Genest". Pierre Haski, cofondateur de Rue89, estime que la comédienne s'est suicidée cathodiquement, incapable d'argumenter, de citer ses sources ou de défendre ses points de vue.

    Le Point - 10/03/13

    Click here to find out more!

  • Nicolas Sarkozy , le retour « par devoir, parce qu’il s’agit de la France. » ?

    sans-titre.png sarkozy.png

     

    10/03/2013 – 15h00
    PARIS (NOVOpress via Bulletin de réinformation) –
    Depuis sa défaite, l’ex président n’a pas particulièrement changé ses habitudes : Nicolas Sarkozy blague, papote et invite même la famille du joueur de foot David Beckam chez lui, en toute simplicité. Industriels, grands patrons, hommes de lettres et politiques : c’est une succession de personnalités, plus ou moins discrètes, qui viennent demander conseil à l’ancien président. Ce dernier garde au final un emploi du temps de ministre, et quand il ne reçoit pas, c’est qu’il est en conférence aux quatre coins du monde, que ce soit au Qatar ou bien à New York devant Goldman Sachs.

     

    Vers un retour en politique de Nicolas Sarkozy ?

    L’ancien président de la république réfute catégoriquement tout retour… pour le moment, motivant son refus par les blessures et les incompréhensions ayant émaillé son mandat. Mais, si un jour il devait le faire, ce serait « par devoir. Uniquement parce qu’il s’agit de la France. » Une France qui pour lui « va au-devant d’événements graves.[…] on va se prendre une crise financière d’une violence rare. Et enfin, cela finira avec des troubles politiques. ».

    Et quid des petits règlements de compte de Nicolas Sarkozy

    Alors que Jacques Chirac s’était plus ou moins interdit de critiquer son successeur, Nicolas Sarkozy lui, n’y va pas de main morte : diplomatie étrangère, lutte contre le chômage ou crise sociale, l’ancien président tacle François Hollande. Mais s’il faut retenir une phrase, ce sera celle sur le « mariage pour tous » : “Quand on pense que le sujet du moment, c’est la traçabilité du bifteck ! Tout le monde veut savoir s’il y a du cheval dans ce qu’on mange. Mais la traçabilité des enfants, qu’est ce qu’on en fait ? […] Avec leur “mariage pour tous”, […] bientôt, ils vont se mettre à quatre pour avoir un enfant.” Face à cet élan de lucidité, peut être aurons nous alors la chance de croiser Nicolas Sarkozy, sur les Champs Elysées le 24 mars (1), ailleurs qu’au Fouquet’s ?

    (1) Date de la prochaine “Manif pour tous” contre le mariage homo

    Crédit photo : World Economic Forum, via Flickr (cc).

    [cc] Novopress.info, 2013. Les dépêches de Novopress sont libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d'origine. La licence creative commons ne s'applique pas aux articles repris depuis d'autres sites [http://fr.novopress.info/]

  • Des musulmans détruisent un cimetière chrétien en Libye

    Cimetière militaire où sont enterrés des soldats anglais de la IIème Guerre Mondiale.

    La civilisation, c'est avant tout le respect des morts, de tous les morts. Il faut avoir une âme de chacal pour venir troubler leur repos.

  • L'UE, la nouvelle Union soviétique

    Vladimir Boukovsky, ancien dissident soviétique, fait la comparaison entre l’UE et l’URSS.  

    Contre-info.com - 09/03/13

    NdB: J'avais déjà posté cette vidéo il y a quelque temps, mais j'estime nécessaire de la donner de nouveau à écouter attentivement.

  • Shimon Pérès plaide pour la paix devant les imams de France

    sans-titre.png pérès.png

    A la veille des commémorations des actes meurtriers de Mohamed Merah, le président israélien, Shimon Pérès, en visite dans l'Hexagone, a salué le courage des responsables musulmans de France.

    Le président israélien, Shimon Pérès, a livré, dimanche 10 mars, un plaidoyer pour la paix entre les peuples et les religions devant des imams français, à la veille des commémorations en France des tueries perpétrées par Mohamed Merah, en mars 2012, à Toulouse et Montauban.

    "Toulouse c'était certainement un tournant, parce que celui qui a voulu tuer a montré le visage le plus hideux du crime", a souligné le président israélien, 89 ans, devant une vingtaine d'imams et de responsables d'associations de musulmans, essentiellement de la région parisienne, lors d'une rencontre dans un grand hôtel parisien.

    Mohamed Merah avait, entre le 11 et le 19 mars 2012, abattu froidement trois militaires musulmans, puis un professeur et trois enfants devant une école juive à Toulouse, en filmant ses actes, avant d'être tué le 22 mars par un commando des forces de l'ordre.

    Communauté juive de France : la plus forte d'Europe occidentale

    Recevant le groupe de responsables musulmans, Shimon Pérès a souligné le "courage" de l'imam Hassen Chalghoumi de la mosquée de Drancy (Seine-Saint-Denis), qui s'est fait le porte-parole du groupe dimanche. Ce dernier a insisté sur le fait que Mohamed Merah a "assassiné des musulmans avant de tuer des juifs", ajoutant : "Notre combat de tous les jours est dirigé contre l'intégrisme et la violence".

    La rencontre entre le président israélien et la communauté musulmane de France était la seule du genre durant sa tournée en Europe qui l'a conduit à Bruxelles et Paris et qui doit s'achever devant le Parlement européen, mardi à Strasbourg. La France compte non seulement la plus forte communauté juive de l'Europe occidentale (entre 500 000 et 700 000 personnes), mais également la plus importante communauté musulmane avec plus de 5 millions de membres.

    Nobel de la Paix en 1994

    "Pour les imams en France, la vie humaine est plus sacrée que La Mecque" et "c'est ce qu'on enseigne en France", a ajouté Hassen Chalghoumi, connu pour son combat contre l'intégrisme, en se défendant contre les accusations d'avoir "importé le terrorisme en France". "Nous, on n'a pas importé le conflit, il faut au contraire exporter la paix et l'amitié" a-t-il dit.

    A l'issue de la rencontre dimanche, Pérès a noté devant la presse avoir été "très impressionné par le courage" de ces responsables musulmans de France qui sont venus en Israël et qui osent dénoncer les crimes autant contre leur propre communauté que contre la communauté juive.

    Dans la foulée, le président israélien, prix Nobel de la Paix en 1994, a appelé face à ces violences "à construire un message positif de courage et ne pas avoir peur" de s'engager pour le défendre. "Parce que les terroristes, et je vais vous révéler un secret, ne sont jamais aussi forts que nous le pensons et jamais aussi importants qu'ils le disent", a-t-il précisé dans un sourire.

    " Œuvrer pour une vie commune entre chrétiens et musulmans, juifs"

    Sur la situation dans son pays, il a reconnu qu'il restait à résoudre un grand conflit, tout en espérant que la nomination prochaine d'un nouveau gouvernement sera l'occasion de reprendre les pourparlers avec les Palestiniens alors que tout le monde dit que la solution ce sont "deux Etats pour deux peuples".

    "Nous allons œuvrer pour une vie commune entre chrétiens et musulmans, juifs, Palestiniens et Israéliens", a-t-il promis, ajoutant qu'il y a "des gens qui disent que cela prendra beaucoup de temps". Et de rappeler que l'Europe s'est faite "en six ans" après la fin de la guerre en 1945. "Ce qui s'est passé en Europe peut se passer aussi au Proche-Orient, et bien plus vite qu'on ne le pense".

    TF1 News - 10/03/13

  • Isère: un policier à la retraite, excédé par le bruit, tire sur des ados

    Fin février, un garçon de 12 ans avait été gravement blessé à l'oeil à Chasse-sur-Rhône alors qu'il jouait avec des copains. Un retraité de 70 ans est suspecté d'avoir tiré.

     

    Un policier à la retraite est suspecté d'être l'auteur d'un coup de feu qui a blessé gravement à l'œil un garçon de 12 ans le 27 février dernier à Chasse-sur-Rhône, dans l'Isère. C'est ce qu'a indiqué samedi le parquet de Vienne, confirmant une information du Dauphiné Libéré.

    Excédé par les jeux bruyants d'un groupe de jeunes  âgés de 12 et 13 ans à proximité de son domicile, l'ancien fonctionnaire de police, âgé de soixante-dix ans, se serait saisi d'une arme et aurait fait feu. Deux adolescents ont été blessés, atteints par des éclats de plomb, dont l'un d'eux plus gravement. Touché à l'œil, il doit être opéré dans les prochains jours et risque de rester invalide. "S'il devait souffrir d'invalidité, les conséquences pourraient être graves. Cette affaire pourrait être qualifiée de crime", a précisé Matthieu Bourrette, le procureur de la République de Vienne.

    Chez le retraité, désigné par l'un des mineurs comme l'auteur du coup de feu, les enquêteurs ont retrouvé plusieurs armes qui sont actuellement en cours d'expertise. Placé jeudi en garde à vue, le retraité a reconnu être l'auteur du coup de feu, mais il a affirmé "ne pas avoir pointé son arme vers le groupe et avoir uniquement tiré en l'air", indique le parquet de Vienne. Sans antécédents judiciaires, l'homme a été relâché pour permettre à l'enquête de se poursuivre. Il devrait être entendu de nouveau dans les prochains jours, "une fois le résultat de l'opération du jeune homme connu", a précisé le magistrat.

    TF1 News - 09/03/13