Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/08/2012

Chasse aux sorcières aux Jeux Olympiques : encore une victime

4 août 2012

Nadja Drygalla

Voici un événement qui permet de comprendre la pression qui existe en Allemagne à l’encontre des opposants politiques :

Nadja Drygalla, une athlète de la partie orientale de l’Allemagne, a dû quitter les Jeux olympiques.
La raison de ce départ est que son »petit ami » est un responsable local du parti nationaliste NPD.
Dans le passé, Nadja Drygalla a été contrainte de quitter son emploi au sein de la police pour la même raison. (source)

Comme pour la compétitrice grecque, Voula Papachristou, elle aussi virée pour des motifs absurdes, les responsables olympiques osent invoquer des « valeurs », alors que leur raout mondial est une apologie du dopage, de l’argent-roi, de la publicité, du mercenariat…

Pierre de Coubertin

Il faudra bientôt aux mondialistes effacer toutes les références à Pierre de Coubertin, qui a créé les Jeux olympiques modernes il y a un siècle, car ce dernier professait des opinions aujourd’hui interdites.
S’affirmant « colonialiste fanatique », il expliquait que « les races sont de valeur différente et à la race blanche, d’essence supérieure, toutes les autres doivent faire allégeance ».
A propos des femmes et des jeux olympiques, il constatait que « les olympiades femelles sont inintéressantes, inesthétiques et incorrectes. Aux Jeux olympiques, leur rôle devrait être surtout, comme aux anciens tournois, de couronner les vainqueurs. »

Sans parler de l’appréciation élogieuse qu’il fit des JO de Berlin en 1936, organisés par le IIIe Reich.

Contre-info.com

 

20:28 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

Hugo Chavez: "Ce monde est à l'envers"


Hugo Chavez :"Ce monde est à l'envers, ton... par librepenseur007

4 août 2012

Le truculent président vénézuélien, lors d’une récente conférence de presse, répond très efficacement et dans son style très personnel, à une journaliste qui l’interroge sur les drones dont s’équipe le pays. Il évoque ensuite la situation internationale et la tentative de coup d’Etat que mène la CIA en Syrie.

 

Contre-info.com

20:19 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (14)

Teddy Riner, champion olympique de judo , en compagnie du paria Dieudonné !

4 août 2012

Le Guadeloupéen Teddy Riner, quintuple champion du monde de judo et maintenant médaillé d’or aux JO, catégorie poids lourds, ci-dessous en compagnie du paria Dieudonné en 2011.

Contre-info.com

20:00 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Journal de Syrie 1er août 2012

19:44 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Ramadan: un autre animateur renvoyé

Après l’affaire de Gennevilliers, un autre cas d’animateur suspendu pour cause de jeûne (…). Belkacem, après avoir prévenu sa direction qu’il comptait jeûner, s’est fait renvoyé pendant sa période d’essai.

Belkacem a été contraint au même choix lorsqu’il débute sa colonie de vacances à Cherves-Richemont dans le sud-ouest de la France : «C’est moi qui ai prévenu ma direction que j’allais faire le ramadan. Je voulais savoir comment ça allait se passer et anticiper avec elle » explique Belkacem.

Embauché par l’association « Echanges et découvertes », tout avait bien commencé pour le jeune animateur, jusqu’à cette confidence. La colonie qui débutait le 9 juillet et s’est achevée le 27 juillet dernier, devait partager le calendrier avec quelques journées de ramadan : « Le soir même j’ai été convoqué par ma directrice et le coordinateur qui m’ont clairement fait comprendre que le ramadan n’était pas compatible avec l’animation en centre de vacances. Ils m’ont demandé s’il n’était pas possible que je rattrape mes journées de ramadan plus tard, ce que j’ai refusé au départ. On a essayé de trouver un compromis. Ils étaient persuadés que jeûner met en danger les enfants. Je leur ai expliqué que jamais je ne risquerai de mettre en péril leur sécurité. Je me suis engagé, dès le premier jour, à arrêter le ramadan si je ne me sentais pas bien, quitte à le rattraper plus tard». La promesse ne rassure pas le coordinateur: «Il m’explique que si je fais un jour de ramadan j’aurai déjà mis en péril les enfants ».

Le lendemain matin, Belkacem est réveillé par une collègue et convoqué de nouveau par la directrice et le coordinateur. On lui dit qu’il ne peut plus rester : « On m’a demandé de ramasser mes affaires et on m’explique que c’est le dernier jour de ma période d’essai et que je ne suis pas gardé. Le coordinateur m’accompagne à la gare me paye un billet et me dit au revoir. Je n’ai même pas eu le temps de dire au revoir à mes collègues, de leur expliquer ce qu’il se passait, mais ce qui m’attriste le plus, c’est surtout que je n’ai même pas pu dire au revoir aux enfants ».

Suite et source : Bondy Blog

Défrancisation

19:11 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

JO: la chaîne NBC accusée de racisme

Une transition qui fait grincer les dents de la communauté afro-américaine. Après le titre de championne olympique remportée hier par la jeune Gabby Douglas, 16 ans, dans l'épreuve de gymnastique, le présentateur sportif de la chaîne nationale américaine NBC, Bob Costas, a voulu lui rendre hommage en soulignant l'importance de cet exploit. Gabby Douglas est en effet la première Noire américaine à remporter le concours général de cette discipline.

"Il y a de nombreuses filles afro-américaines qui se disent ce soir: j'aimerais pouvoir faire ça aussi", dit-il avant de lancer une page de publicité. C'est alors que le spot diffusé montre un singe pratiquant l'épreuve des anneaux, discipline de gymnastique. "Toute sa vie a été conduite dans ce but. Après avoir travaillé dur, juste pour répondre à l'appel de la victoire", narre une voix off qui fait alors la promotion de la prochaine série Animal Practice de NBC. La chaîne n'a pas réagi pour le moment.

Défrancisation

18:54 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Quand l'Autriche répond à la Turquie !

(2010)

01:21 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

Envoi des commentaires

Pour envoyer un commentaire, il suffit de cliquer UNE SEULE FOIS sur Envoyer: vous pouvez être sûr que votre message est bien parti et arrivera sur ma messagerie !

Il ne sert absolument à rien de cliquer plusieurs fois sur Envoyer.

Je reçois des commentaires en double, en triple, parfois même en cinq ou six exemplaires! 

Merci de votre attention!

Bien cordialement,

 

Gaëlle MANN

 

 

 

 

 

 

 

01:06 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)

Les photos muettes : où situez-vous ce lac et quel est son nom ?

sans-titre.png AE.png

00:50 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Indignation et protestation contre la possible arrivée à Malonne de l'ex-femme de Dutroux

L'éventuelle arrivée au couvent des Clarisses de Michelle Martin, a engendré une levée de boucliers de la part des habitants de Malonne en Belgique, ce vendredi matin.

 

Ils étaient quelques centaines à avoir fait le déplacement pour manifester leur indignation après la libération de l’ex-femme du meurtrier pédophile Marc Dutroux.

Des gens portaient des ballons blancs, en hommage aux enfants victimes du couple, ou noirs, pour protester contre la décision de libération anticipée prise mardi par le Tribunal d'application des peines de Mons. "Cette libération, ça nous touche beaucoup. Il faut se mettre à la place des parents et penser au calvaire que les fillettes ont subi", explique Albert Ponassi, un sexagénaire proche de la famille d'une des victimes.

Des sifflets devant le monastères des Clarisses

Le cortège s'est approché du monastère des soeurs clarisses qui doit accueillir l'ex-épouse de Dutroux. Arrivé à proximité du couvent, situé sur les hauteurs du village, des sifflets et des cris ont fusé : "Honteux, honteux! En prison, en prison!" "Honte à qui? A la justice!". Puis c'est le traditionnel lâcher des ballons, sous les applaudissements.

Quelques manifestants se sont attardés plus d'une heure en contrebas du monastère, dont le portail est barré d'un grand "Non" tagué cette semaine par des inconnus.

BFM TV

00:00 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

03/08/2012

Sarkozy achète un palais au Maroc pour 5 millions d'euros

 

L’ancien président de la « ripoublique » ne connait pas la crise. D’après une information révélée par le quotidien « Akhbar Al Yaoum », reprise par le site « Bladi.net », l’ancien couple présidentiel vient de mettre la main sur un superbe palais, « Antarès », dans le triangle d’or de Marrakech, pour la bagatelle de cinq millions d’euros. Ce n’est pas la première fois que cette rumeur circule. Au début de l’année, elle nous avait été rapportée par le magazine « Le Point ». Cette fois cependant, elle semble se confirmer, assurent les médias marocains. Il s’agit d’une luxueuse résidence située dans la Palmeraie Amelkis à Marrakech, non loin du palais « Rhoul ».

Contre-info.com

23:07 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (9)

" Gustave Le Bon est un esprit universel, loin des caricatures" - Entretien avec Catherine Rouvier

sans-titre.png Gustave Le Bon.png

Catherine Rouvier - docteur d’État en droit public et en science politique, maître de conférences à l’Université de Paris XI- a consacré il y a quelques années une thèse d’histoire des idées politiques à Gustave Le Bon (photo), qui a eu les honneurs d’une publication rapide aux Presses universitaires de France (1986) sous le titre Gustave Le Bon ou la mesure de l’irrationnel en politique, livre assorti d’une préface d’Edgar Faure et, last but not least, d’un prix de l’Académie française… Un jeune éditeur, Grégoire Boucher (éd. Terramare), a souhaité que cette œuvre soit disponible à nouveau tout en étant mise à la portée d’un large public.

 

Minute : Pourquoi faut-il se plonger dans Gustave Lebon aujourd’hui ?

Catherine Rouvier : Parce que durant la période décisive pour les idées politiques comme pour les avancées scientifiques contemporaines où il a vécu (1841-1931), il a fait des découvertes étonnantes. Pour ce qui est des sciences « exactes », ses recherches ont attiré l’attention du physicien Edouard Branly, avec qui il a travaillé sur les ondes hertziennes, puis d’Albert Einstein, dont on possède une lettre louant Le Bon d’être arrivé aux mêmes résultats que lui sur la radioactivité. Mais ses découvertes tout aussi éminentes en sciences sociales ne lui ont étrangement pas attiré les mêmes louanges académiques. De son vivant, si ses « déjeuners du mercredi » attirent les grands hommes de son temps, de Poincaré à Bergson, Emile Durkheim, premier titulaire du cours de sociologie à la Sorbonne, l’ignore. C’est pour le rendre au public que j’ai remis sur le métier mon ouvrage à l’occasion des dernières élections.

Vous parlez d’incompréhensions dont Gustave Le Bon aurait fait les frais. Pouvez-vous nous donner un exemple ?

Son ouvrage capital, celui qui demeure le plus souvent cité, s’intitule Psychologie des foules. Il est paru pour la première fois en 1895, a été lu par Lénine, Staline, Mussolini (dont on conserve une lettre à Lebon), mais aussi par Hitler ou encore De Gaulle. Mais à propos de ce livre, on fait couramment un contre-sens en confondant les foules et les masses. Gustave Lebon n’a pas pensé les masses. Si l’on cherche quelqu’un qui s’est intéressé aux masses, il y a le psychanalyste Wilhelm Reich… Gustave Le Bon, ce qui l’intéresse, c’est la foule, non pas un groupe statique comme la masse, mais un groupe en mouvement.

Qu’est-ce qui provoque ce mouvement ?

Notons d’abord qu’il s’agit d’un phénomène temporaire. Deux choses peuvent être à l’origine de ce «mouvement de foule » : un événement ou un choc émotif. Pour comprendre la puissance de ce mouvement, il faut admettre d’abord que la foule est naturellement en attente. Parce qu’elle est expectative ou expectante, elle est éminemment suggestible. Donc elle peut obéir au premier mot d’ordre et cela dans l’instant. Et elle va agir comme un seul individu. Il y a ce que Gustave Le Bon appelle « l’unité mentale de la foule ».

Il faut que la foule se trouve réunie dans une manifestation monstre pour que cette attente se manifeste ?

« Gustave Le Bon est un esprit universel, loin des caricatures » – Entretien avec Catherine Rouvier Non, ce n’est pas nécessaire. C’est l’une des grandes découvertes de Le Bon. Il a anticipé sur un phénomène contemporain que l’on appelle « le public ». On peut donc appliquer les considérations de Le Bon à un électorat par exemple, qui est aussi un public. Le succès des discours politiques vient souvent de la réactivation mémorielle d’un passé de gloire ou d’humiliation, et cela fonctionne parfaitement, même à distance. Les neurosciences sont venues récemment confirmer les intuitions de Le Bon. L’« alerte neuronale », en cas d’émotion forte, provoque une réaction à la fois très rapide et potentiellement irrationnelle car court-circuitant le néocortex, et l’empathie permet la propagation rapide de cette réaction à l’ensemble de la foule.

Ne peut-on pas reprocher à Le Bon cette dimension très médicale de son œuvre sociologique ?

Le Bon est d’abord médecin : il a écrit sur le choléra, sur la mort apparente ou sur l’hygiène du soldat. Il est aussi physicien. Mais c’est un esprit universel. Dès son premier ouvrage de sciences sociales L’homme et les sociétés, il se montre un vrai sociologue et le premier psychosociologue de notre temps. Il est également géographe, lithographe, photographe. Son livre La civilisation des arabes, dont il a lui-même exécuté les dessins, est une merveille. Pour que le panorama soit complet, il s’est aussi intéressé à l’équitation. Edgar Faure, cavalier émérite, avait particulièrement apprécié cet aspect de son œuvre. Il a même touché à la métaphysique, avec un livre très attachant publié en 1914 et intitulé La vie des vérités. La question de la vie après la mort le passionnait, il a d’ailleurs aussi rédigé un ouvrage sur le phénomène de la mort apparente et des inhumations prématurées.

Pourquoi Gustave Le Bon a-t-il réputation d’être réactionnaire ?

On ne lui a pas pardonné Psychologie du socialisme. Il propose, dès les premières pages de son ouvrage, sa vision de ce que donnerait le triomphe du socialisme : « L’Etat fabriquerait tout sans concurrence permise. Les plus faibles traces d’initiatives, de liberté individuelle, de concurrence seraient supprimées. Le pays ne serait plus qu’une sorte d’immense couvent soumis à une sévère discipline, maintenu par une armée de fonctionnaires ». Pour lui, d’ailleurs, le socialisme est plus une religion qu’un simple étatisme. Sans la dimension de la croyance, il ne s’installerait pas aussi facilement…

Le Bon, tout rationaliste qu’il soit, accorde une grande importance au fait religieux…

Il apprécie le fait religieux dans la mesure où ce fait est capable de fonder une civilisation. Il s’intéresse à ce titre au christianisme mais aussi au bouddhisme et à l’islam et se montre, de ce fait, l’adversaire résolu d’un colonialisme reposant sur l’assimilation. Mais pour lui, le religieux n’est jamais loin du politique. C’est à propos du socialisme qu’il écrit : « Dès qu’une croyance est fixée dans les âmes, son absurdité n’apparaît plus, la raison ne l’atteint plus, le temps seul peut l’user ».

Propos recueillis par Joël Prieur

– Catherine Rouvier – Gustave Le Bon, Clés et enjeux de la Psychologie des foules – éd. Terramare, 19,90 euros.
Article de l’hebdomadaire “Minute” du 1er aout 2012 reproduit avec son aimable autorisation. En kiosque ou sur Internet.

Crédit photo en Une : auteur inconnu, domaine public (plus de 70 ans).

 

[cc] Novopress.info, 2012, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d'origine

22:48 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Syrie: l'AG de l'ONU adopte une résolution: Moscou vote contre

sans-titre.png ONU AG.png

L'Assemblée générale de l'Onu a adopté vendredi une résolution condamnant le bombardement des rebelles par l'armée syrienne; qualifiant ce document d'"inéquitable", la Russie a voté contre.

La résolution a été soutenue par 133 pays, 12 ayant voté contre et 31 pays s'étant abstenus.

La résolution, initialement proposée par l'Arabie saoudite, a été considérablement modifiée lors de son examen, des appels de la Ligue arabe aux sanctions contre la Syrie et à la démission du président Bachar el-Assad ayant été retirés du texte. Toutefois, le texte condamne surtout les autorités syriennes et non pas l'opposition qui veut renverser le gouvernement.

La résolution de l'Assemblée générale, à la différence de celles du Conseil de sécurité de l'Onu, porte exclusivement le caractère de recommandation et de déclaration.

 

RIA Novosti - 03/08/12

 

 
 

20:37 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Le dessin du jour

sans-titre.png  Syrie médailles de plomb.png

Médailles de plomb en Syrie

20:15 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Un bijoutier attaqué à Asnières

 

Un bijoutier d’Asnières (Hauts-de-Seine) a été attaqué vendredi après-midi, avenue de la Redoute. La police a été alertée par l’entreprise de télésurveillance du magasin et s’est rendue sur place vers 16 heures.

 

 Le bijoutier gisait dans sa boutique, mâchoire fracturée et visage tuméfié.

 

Les circonstances de l’attaque sont encore floues et le préjudice inconnu. La police judiciaire des Hauts-de-Seine est chargée de l’enquête.

 

LeParisien.fr

20:04 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

L'Occident et l'apologie du terrorisme, par Thierry Meyssan

 http://www.voltairenet.org/L-Occident-et-l-apologie-du

 

Un article très important, à lire!

 

Réseau Voltaire | Damas (Syrie) | 1er août 2012

19:51 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

JO - La "judokate" saoudienne éliminée au premier tour

sans-titre.png saoudienne voilée.png

 

Un petit tour et puis s'en va. La Portoricaine Melissa Mojica, 13e mondiale, a éliminé la Saoudienne Wojdan Shaherkani au premier tour du tournoi olympique de judo, dans la catégorie des plus de 78 kilos, par ippon.
 
 
Après une minute vingt-deux secondes de combat durant laquelle la Saoudienne n’a placé aucune attaque et semblait ne maîtriser aucun des fondamentaux du judo… Elle a combattu la couverte d'une sorte de bonnet de bain.

Pour mémoire, la internationale de judo estimait avant le début des JO que l'athlète, âgée de 16 ans, devait combattre sans son hijab (le voile) pour des raisons de sécurité. Le Comité olympique saoudien avait alors indiqué qu’il retirerait sa judokate de la compétition si elle ne pouvait porter ce signe distinctif religieux. Après d'âpres discussions entre la Fédération internationale de judo (IJF) et le Comité olympique saoudien, le 31 juillet, le Comité international olympique (CIO) autorisait finalement la judokate Wojdan Shaherkani à monter sur le tatami.

Les règlements de l'IJF sont clairs. Les combattants doivent se présenter tête nue, pour des raisons de sécurité. Au terme de l'accord finalement conclu mardi dernier, la judokate avait été autorisée à se présenter la «tête couverte de quelque chose». Capuche, filet, chapeau... Ce fut finalement un bonnet de bain.

LeParisien.fr

 

NdB: Il s'agissait vraisemblablement d'une "provocation" islamique!

19:15 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Florian Philippot invité de la matinale de I>TELE

http://www.nationspresse.info/?p=181374

 

03/08/12

18:11 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

BHL déçu par Hollande le presse d'agir !

Au 2011, Bernard-Henri Lévy avait joué avec succès les aiguillons auprès de dans le conflit libyen, contribuant à l’intervention des Occidentaux qui s’était soldée par la chute de Kadhafi. Pour le philosophe, le nouveau français doit tenir ses « promesses » sur le dossier syrien.

 


Les rebelles syriens ne cessent d’appeler la communauté internationale au secours. Que peut faire la France face aux veto russe et chinois?
BERNARD-HENRI LÉVY.
Passer outre. C’est ce que Nicolas Sarkozy avait envisagé de faire pour la Libye. Je le revois, le 10 mars 2011 à l’Elysée, face aux Libyens lui demandant ce qui se passerait si Russes et Chinois opposaient leur veto à la résolution française. Il y a eu un long silence. Il a dit : « On fera comme au Kosovo. Avec les Britannqus, la Ligue arabe et certains Etats africains, on passera outre. »



Ça voudrait dire quoi, aujourd’hui?
Ça voudrait dire acter l’échec lamentable des Nations unies. Et forger une alliance ad hoc avec la Ligue arabe et cette fois les Turcs. Les plans d’attaque sont prêts. Il ne faut plus grand-chose, chacun le sait, pour donner le coup de grâce au régime. Il manque juste un pilote dans l’avion. Et, même si les avions sont turcs, le pilote peut et doit être français.

François Hollande est critiqué pour sa passivité. Trouvez-vous qu’il a fait pour l’instant ce qu’il fallait?
Ce dont je suis sûr, c’est qu’il n’a pas fait ce qu’il avait promis le 29 mai sur France 2. Il parlait ce soir-là de « chasser » Bachar al-Assad. Et il n’excluait pour cela aucun moyen, même militaire. Nous sommes loin du compte.

Vous êtes déçu?
Bien sûr, je suis déçu par Hollande. J’ai voté pour lui. J’ai trouvé courageuses et justes les décisions prises en matière économique et face à la crise de l’Europe. Mais là, devant ce qui restera peut-être comme la grande épreuve historique, politique, morale, du quinquennat, cet attentisme, ce flot de bonnes paroles sans effet, ce n’est plus possible.

Et Fabius?
La France a pris hier (NDLR : mercredi) la présidence du Conseil de sécurité. On va voir ce que Fabius en fera. L’histoire n’est jamais complètement écrite, vous savez. Et il n’est pas rare qu’une parole, une simple parole, si elle est inspirée et forte, crée un électrochoc mondial et touche la conscience universelle. Y compris, pourquoi pas, la conscience chinoise ou russe. Attendons. Espérons.

Faut-il livrer des armes aux insurgés?
C’est toujours la même histoire. Ou bien on les aide ou bien on les laisse s’aider eux-mêmes. Personnellement, je préférerais que la communauté internationale prenne ses responsabilités. Et assume, comme en Libye, celle de protéger. Mais si elle persiste dans l’atermoiement, alors, oui, il faudra livrer plus d’armes.

Il y a aussi des exécutions côté rebelles, des règlements de comptes, les chrétiens se sentent menacés…
Plus on attend, et plus il y aura d’exactions. C’est une autre raison qui rend si urgente l’intervention. Quant aux chrétiens, bien sûr que leur situation est terrible. L’intervention, quand elle aura lieu, devra être assortie d’un avertissement clair aux Syriens libres : « Ne touchez pas aux chrétiens. »

Assad peut-il tenir? N’est-il pas moins isolé que ne l’était Kadhafi?
C’est un autre mythe, propagé par ceux qui ne veulent rien faire. Assad est plus isolé que ne l’était Kadhafi dans le monde arabe. Plus isolé en Afrique. Et quant à ce fameux soutien russe et chinois qui arrange finalement tant de gens, Kadhafi en a bénéficié tout autant… et bien après le début de l’intervention! La différence, c’est que la coalition en Libye n’a pas cédé au chantage.



Le Parisien - 03/08/12

18:01 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

Depuis un mois, un voyagiste refuse d’emmener ses clients en Hongrie, dénonçant la dérive antidémocratique du pays

sans-titre.png Dominqie Friedman.png

Dominique Friedman

sans-titre.png Magyar Garda à Budapest.png

Budapest, 31 juillet 2012 - Les membres de la très controversée Garde de Fer hongroise (Magyar Garda)

 

MICHEL VALENTIN | Publié le 01.08.2012, 07h00

« Je n’amène pas mes clients là où, moi, je n’irais pas. » Fort de ce raisonnement, Dominique Friedman, patron du voyagiste Sept & Demi, a décidé depuis un mois de boycotter la Hongrie. Une destination que ne dessert donc plus ce petit voyagiste spécialisé dans les groupes, les incentives (séjours mêlant travail et détente), ou les voyages mémoriels en Europe centrale et de l’Est.
 


Une initiative mûrement réfléchie, revendique ce membre de la Licra (Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme), dont la famille est originaire de ces contrées orientales, et qui dirige un tour-opérateur plus important, Nortours, expert de la Scandinavie. « Depuis que je fais ce métier, j’essaie le plus possible d’avoir une ligne éthique. La Hongrie est un pays qui me tient à cœur, et qui représente d’ailleurs 10% de mon chiffre d’affaires. Mais, là, ce n’est plus possible. Ils sont là-bas en train de réhabiliter des symboles des années 1930 et de la guerre, des personnages qui ont été les alliés de Hitler et de Mussolini, qui ont collaboré à l’assassinat des juifs. »

« C’est un peu comme si en on faisait aujourd’hui des statues à la gloire de Pétain et de Laval, s’étrangle Dominique Friedman. Je vois aussi sur place une très forte résurgence de l’antisémitisme, et la haine des Roms qui prend de l’ampleur. Je ne peux pas rester insensible à ce qui se passe en Hongrie. Le tourisme responsable, c’est aussi ça. » Sept & Demi s’interroge d’ailleurs sur le maintien d’autres destinations, comme la Russie : « J’y travaille de moins en moins, et je me pose des questions », assure le voyagiste. Il n’est manifestement pas le seul. Selon un sondage informel réalisé par le site spécialisé Tourmag.com auprès de plus de 500 professionnels et publié lundi, 46,67% des personnes interrogées ont répondu par l’affirmative à la question « Arrêteriez-vous de vendre une destination pour raison politique? ». 34,51% des sondés refusent, et 12,94% bottent en touche en disant « Peut-être ». « Un large consensus, donc, en faveur d’un boycott éventuel », analyse Tourmag, qui se pose tout de même la question : « Le feraient-ils vraiment? On n’en sait rien, mais cette prise de position est, en soi, plutôt courageuse. » Reste que Sept & Demi n’est qu’un tout petit voyagiste (« Quelques centaines de dossiers par an », reconnaît Dominique Friedman), et qu’aucun des mastodontes du secteur ne semble le suivre dans sa prise de position. « Elle est dangereuse assure même René-Marc Chikli, du Ceto, le Centre d’études des tour-opérateurs, qui regroupe tous les plus gros professionnels du secteur (mais ni Sept & Demi ni Nortours). Si on part sur cette philosophie, on peut rayer la moitié du monde de nos catalogues! La politique n’a pas à entrer en ligne de compte. Ce qui compte avant tout, c’est la sécurité de nos clients. Nous évaluons en permanence la situation sur place dans les pays avec lesquels nous travaillons. Lorsqu’ils courent le moindre risque, nous supprimons immédiatement une destination, mais pas pour des motifs ! »

Le Parisien

03:16 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (15)