Après trois jours en soins intensifs au CHRU de Montpellier, l'homme de 83 ans grièvement blessé alors qu'il tentait de s'interposer entre un agresseur et son épouse est mort dans la nuit de vendredi à samedi, a-t-on appris de source policière.

Deux jeunes en scooter et deux retraités sur un banc...

Les faits remontent à mercredi 4 juin et se sont déroulés devant une clinique située dans une cité de l'ouest de la ville, où, sortant d'une consultation, l'octogénaire et sa femme, assis sur un banc, attendaient un taxi.

Deux individus, décrits comme jeunes et sans doute mineurs par des témoins, ont déboulé en scooter. Le passager du deux roues aurait littéralement sauté sur la retraitée pour lui voler son sac à main. Mais elle a résisté. A défaut, l'agresseur lui a arraché son collier en or, repoussant sans ménagement le mari qui tentait de protéger sa femme.

Un arrêt cardiaque et des lésions irréversibles...

L'octogénaire est alors tombé ou plutôt a été projeté à terre, sa tête heurtant violemment le sol. La victime a fait un arrêt cardiaque et souffrait en outre d'un traumatisme crânien ainsi que d'un traumatisme cervical grave, a précisé une source judiciaire.

Les secours sont parvenus à le ranimer et à le transporter au CHRU de Montpellier, où il était maintenu en vie par un appareil respiratoire. Du fait d'une fracture de la première vertèbre cervicale, s'il avait survécu, c'eût été avec une tétraplégie permanente.

Ces voleurs en fuite, d'autres mis en prison...

Ce samedi, les policiers de la Sûreté départementale de Montpellier continuaient de rechercher les agresseurs du couple. Vu la tragique issue de l'affaire, une information judiciaire contre X va être ouverte pour "coups et blessures volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner", a indiqué le procureur de la République, Brice Robin.

Signe de la multiplication de ce type d'agressions en France, et notamment dans l'Hérault, le jour même de cette agression, ailleurs à Montpellier, trois jeunes ont été arrêtés pour le vol à l'arraché du collier en or que portait une infirmière. Ces suspects, âgés de 15 à 16 ans, ont été mis en examen hier et écroués.

Un travail de fond pour lutter contre “ce fléau"...

Après ces faits qui s'ajoutent à une longue série, face à "la recrudescence des vols avec violence de bijoux en or", le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, a annoncé jeudi soir la prochaine tenue d'une réunion avec les professionnels du secteur de la bijouterie-joaillerie-orfèvrerie et "les acteurs du rachat d'or". Cette activité, florissante du fait de la flambée des cours, pêche ostensiblement par manque d'encadrement des transactions, les acheteurs n'étant pas tous scrupuleux quant à l'origine des bijoux vendus par des particuliers.

Assurant qu'un "travail de fond" avait été engagé avec les organisations professionnelles concernées, la place Bauveau a promis de "mettre en oeuvre le plus rapidement possible des mesures indispensables pour lutter contre ce nouveau fléau", dont sont le plus souvent victimes des femmes et des personnes âgées.

Pour illustrer l'explosion de cette forme de délinquance, voire de criminalité, on notera qu'entre les mois d'avril et de mai 2012, pour la seule ville de Paris et sa proche banlieue, le nombre de vols signalés est passé de 154 à 400, soit une augmentation de 260%.

Métro- 07/07/12