Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/09/2011

Nicolas Sarkozy se pose en vainqueur à Benghazi

Sarkozy à Benghazi par LePostfr

15/09/11

00:22 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

15/09/2011

L'Eglise lui refuse sa dernière messe

 

Les dernières volontés de Jeanne Grégoire n'ont pu être respectées. Le prêtre qui a officié,  membre de la fraternité dissidente de Saint-Pie X, décline toute responsabilité.

Les dernières volontés de Jeanne Grégoire n'ont pu être respectées. Le prêtre qui a officié, membre de la Fraternité sacerdotale de Saint-Pie X, décline toute responsabilité.

 SISSONNE (Aisne). Le curé de la paroisse de Liesse a refusé d'ouvrir les portes de l'église de Sissonne pour accueillir les funérailles d'une octogénaire. La défunte souhaitait une messe en latin. Impossible, selon l'évêché et le père Kerjean. L'office a eu lieu. Sur le trottoir et célébré par un prêtre jugé comme "renégat".

À 3 h 20, le téléphone a sonné. Noël Grégoire s'est arraché au sommeil avec à l'autre bout de la nuit la voix de l'hôpital qui lui annonçait le décès de sa mère et, sans doute, qu'il fallait maintenant organiser la suite. C'était un vendredi, la semaine dernière. Jusque-là, triste mais banal. « On a appelé les uns et les autres. Mon frère du côté de Tarbes, ma sœur ici, l'autre près de Vendôme. J'ai commencé à demander des devis aux pompes funèbres le lendemain. »
Quand il raconte ça, Noël, l'ancien ambulancier est dans la pénombre de sa salle de séjour, à Sissonne. Il y a un pot de sucre en poudre sur la table, un cendrier plein, un paquet de « News » à côté. Sous la fenêtre, quelques papiers de la mère. Jeanne avait 83 ans. Elle avait fait un accident vasculaire en début de semaine.

L'Évêché absent


Jeanne Grégoire avait laissé une feuille, rangée dans le tiroir d'une commode de sa maison. Écriture soignée, en tête majuscule. Un « CECI EST MON TESTAMENT » refermé par une signature discrète, trois ans plus tôt, « le 20 mars 2007 à Sissonne ». Quelques lignes pour demander « des obsèques religieuses selon les rites du missel romain de Saint-Pie V ». Jeanne voulait que son corps soit présent dans l'église, et que « la messe soit suivie de l'absoute et de la sépulture, comme de coutume ».
Ça ne s'est pas passé du tout comme ça. « Mon frère de Tarbes a trouvé un prêtre du prieuré de Prunay. On a demandé à l'abbé Kerjean d'avoir l'église ouverte mais il a refusé. Alors, on a contacté le maire pour savoir si ça ne dérangeait pas que l'office se déroule à l'extérieur. Il nous a donné son accord. »
Ce jour-là, il pleuvait. Une vingtaine de personnes de la famille et une trentaine de la commune ont assisté à la messe célébrée par le prêtre Girod. Le même nom que l'évêque de Soissons mais pas la même orthographe. L'office a été dit en latin et en français, « pour que les gens comprennent. Ça a bien duré une heure et demie ». Noël avait confectionné un panonceau avec une lettre explicative scotchée dessus et à côté, des feuilles en liasse, comme pour une pétition. Rozelyne Rouzé, Monique Lobjeois, la famille Tatin, Micheline Berthe et quelques autres ont écrit que c'était honteux, pas chrétien de laisser dehors une âme qui se voulait dans l'église.
« Quand on nous a appelés, on est tout de suite entré en contact avec le diocèse et l'évêché », commente le prêtre Girod. « J'ai laissé un message le dimanche. Le lundi, j'ai eu quelqu'un, qui ne savait pas quoi répondre… mais jamais on ne nous a rappelés. L'évêché est resté aux abonnés absents. »

En 2007, Benoît XVI a diffusé un texte, le motu proprio. Le latin, ça redevenait possible. Les évêques devaient y veiller et trouver des solutions. Quatre ans et depuis, quoi ?

L'Union - L'Ardennais - 14/09/11

23:19 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)

Le franco-israélien Arno Klarsfeld nommé à la tête de l'Office de l'immigration

 carla_bruni_et_arno_klarsfeld_reference.jpg

Au temps de l'idylle - (Cliquez sur la photo)

Après Catherine Pégard, l'ex-conseillère de Nicolas Sarkozy recasée fin août au château de Versailles, l'avocat Arno Klarsfeld a été nommé, mardi 13 septembre, président de l'Office français de l'immigration et de l'intégration (OFII) par décret présidentiel. Il remplace Dominique Paillé, un proche de Jean-Louis Borloo qui avait pris des positions critiques au sujet de la politique du ministre de l'intérieur, Claude Guéant, dont il dénonçait le "durcissement".

Fils de Serge et Beate Klarsfeld, infatigables chasseurs de nazis, Arno Klarsfeld, 46 ans, s'est fait remarquer en tant qu'avocat lors de ses participations au procès de l'ancien milicien Paul Touvier, en 1994, puis à celui de Maurice Papon, en 1997, où il représentait l'Association des fils et filles de déportés juifs de France.

Ancien compagnon de Carla Bruni, avec laquelle il avait officialisé sa liaison dans les pages de Paris Match, l'avocat médiatique se rapproche de Nicolas Sarkozy en 2005. Ce dernier, alors ministre de l'intérieur, le sollicite pour rédiger des rapports sur l'enseignement de l'histoire, la mémoire et la délinquance.

En juin 2006, M.Klarsfeld est nommé médiateur national dans le conflit des familles étrangères en situation irrégulière menacées d'expulsion alors que leurs enfants étaient scolarisés. Il laissera plutôt un mauvais souvenir aux responsables associatifs qui le côtoient à cette époque.

ECHEC AUX LÉGISLATIVES

Jérôme Martinez, secrétaire général de la Cimade, association de défense des sans-papiers, se souvient: "La première fois qu'on l'a vu débarquer, c'était trois jours après sa nomination comme médiateur dans le dossier de régularisation des familles sans papiers en 2006. Il est arrivé au siège de la Cimade en rollers, suant, une bouteille d'eau sous le coude, mais aucun dossier. Il ne connaissait rien."

Même critique de la part d'Armelle Gardien, militante du Réseau éducation sans frontières (RESF), à l'origine du mouvement de régularisation des familles ayant des enfants scolarisés. Selon elle, "au début de sa nomination comme médiateur, il était très empathique, puis, quand Nicolas Sarkozy a changé de ligne, il est devenu insensible à toutes les sollicitations".

En décembre 2006, M.Klarsfeld est chargé de résoudre la crise provoquée par la mobilisation des SDF avec l'association des Enfants de don Quichotte. Partisan de M.Sarkozy à l'élection présidentielle de 2007, il se voit attribuer par l'UMP, aux élections législatives de juin, une circonscription dans le 12e arrondissement de Paris, où il échoue, face au PS, avec 44,1 5% des suffrages exprimés.

Dans la foulée, il est récupéré à Matignon comme conseiller de François Fillon, pour lequel il écrit quelques notes sur des sujets de société. Il fait deux voyages en Haïti après le séisme de janvier 2010. En octobre de la même année, Arno Klarsfeld est nommé, au tour extérieur, conseiller d'Etat.

15/09/11

22:51 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (9)

Arno Klarsfeld est fier d'être bi-national

untitled.jpg

Le 26 décembre dernier nous signalions que Nicolas Sarkozy avait décidé de confier une “mission” après la polémique née autour de la loi du 23 février sur le rôle positif de la colonisation à un certain Arno Klarsfeld dont la famille s’est fait un nom dans “la chasse aux criminels de guerre nazis”. Lui même ayant joué un rôle dans le procès Papon où il représentait la Fédération française des fils et filles des juifs déportés de France.

Nous indiquions de même que notre bel Arno était un bien étrange Français qui avait fait son service militaire dans … l’armée israélienne !

Depuis, nous avons trouvé sur le site de l’agence de presse sioniste d’extrême droite Guysen Israël News l’entretien qui suit que nous publions non modifié (les gras sont de notre rédaction) :

Brèves réflexions d’Arno Klarsfeld sous l’uniforme de Tsahal (Propos recueillis par téléphone par Ray Archeld pour Guysen Israël News, Jeudi 4 décembre 2003 à 00:20)

GIN : Bonjour, Me Arno Klarsfeld. Notre photographe vous a surpris dans la rue en uniforme de Tsahal. Pourriez-vous faire partager aux lecteurs de GIN vos impressions et motivations ?

AK: En tant que citoyen ayant la double nationalité, française et israélienne, je tenais par cet engagement à accomplir mon devoir, tout simplement.

GIN : Vous servez maintenant dans une unité de Tsahal…

AK : On peut accuser ma famille et moi même, de beaucoup de choses, sauf de ne pas être attachés à la défense de l’être humain, de la liberté et de la démocratie.

Depuis le début de l’Intifada II, nous entendons et voyons dans de nombreux médias des accusations graves concernant Tsahal et Israël
Certes, il y a peut être eu des bavures, regrettables, condamnables. Mais ces bavures doivent être resituées dans le contexte : Israël lutte pour sa survie depuis 55 ans, de plus son armée a une éthique remarquable,  ce qui est unique dans la région !

Aujourd’hui je peux témoigner et affirmer qu’à tous les instants la démocratie, le respect de l’autre et de la vie sont des objectifs essentiels.
Un autre point très remarquable : la haine est un sentiment banni des rangs de Tsahal.

Oui, je suis fier de servir au sein de l’armée d’Israël.

GIN : Maître, nous vous remercions.

Photo : Daniel Cohen © 03/12/2003

ALTER MEDIA INFO - 2 janvier 2006

22:41 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Un sujet tabou: le coût de l'immigration clandestine en France

Près de 4,6 milliards d’euros : c’est ce que coûte à la France, chaque année, l’immigration clandestine.

Jean-Paul Gourévitch, consultant international, spécialiste de l’Afrique et des migrations, complète ses trois monographies précédentes rédigées pour l’association Contribuables Associés par une analyse de ce que coûte à l’État l’immigration irrégulière, un sujet jusqu’ici tabou.

La France compte en métropole environ 550 000 immigrés clandestins (plus 131 500 en Outre-Mer) qui occasionnent à l’État un déficit de près de 4,6 milliards d’euros : 5 666 millions de dépenses, 1 077 millions de recettes provenant essentiellement des impôts, taxes et amendes.

Les postes de dépenses les plus importants sont les soins de santé (662 millions, dont 630 pour l’aide médicale d’État), les coûts des retours et reconduites (788 millions), le travail illégal et l’emploi d’étrangers sans titre (1 745 millions), les coûts liés à l’économie informelle (1 562 millions).

L’immigration irrégulière est proportionnellement plus coûteuse pour l’État que l’immigration légale. 4,6 milliards d’euros, c’est plus de 15% du déficit annuel généré par l’ensemble de la population d’origine étrangère (7,8 millions de personnes) que Gourévitch a estimé, en 2010, à 30,4 milliards. C’est aussi un très mauvais rapport recettes/dépenses puisqu’il s’établit à 19% alors que, pour l’ensemble de l’immigration, il était de 61,7%.

La France est le pays européen le plus attractif pour les migrants irréguliers et le plus généreux à leur égard en matière de santé, d’éducation, de soutien social et de retours volontaires. Une reconduite sur cinq prononcées est réellement effectuée alors que garder les migrants irréguliers coûte 6 fois plus cher que les faire partir. Une  politique européenne commune à l’égard des migrants irréguliers ferait économiser à la France près d’un milliard d’euros par an.  À méditer, en ces temps de crise…

Source Le Cri du contribuable - Juin 2011


20:24 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Lespignan (34): le Maire refuse une salle au Front National malgré son accord écrit

http://www.nationspresse.info/?p=144044

15/09/11

19:58 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

Discours de Bruno Gollnish aux "Journées d'été de Marine Le Pen" à Nice

Passionnant! A écouter attentivement!

19:54 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Intervention de Marine Le Pen au Parlement européen

15/09/11

19:50 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Jacques Vergès: BHL et ses alliés en Libye


Jacques Vergès - BHL et ses alliés en Libye par Super_Resistence

19:35 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Sarkozy et Cameron en Libye - Les combats continuent, Kadhafi introuvable...

Première étape d'une visite éclair qui les conduira également à Benghazi, fief de l'insurrection libyenne, a annoncé la présidence de la République.

LE PATRONAT FRANÇAIS CONVOITE UN MARCHÉ DE 200 MILLIARDS DE DOLLARS EN LIBYE

Près de Zlitan, à l'est de Tripoli. Un pays en ruine...

Reuters

Nicolas Sarkozy et le Premier ministre britannique David Cameron sont arrivés jeudi à Tripoli, première étape d'une visite éclair en Libye qui les conduira également à Benghazi, fief de l'insurrection libyenne, a annoncé la présidence de la République.

Les deux hommes, principaux animateurs de la coalition qui a soutenu militairement les insurgés libyens, sont les premiers chefs d'Etat et de gouvernement occidentaux à se rendre dans ce pays depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi.

Ils ont cependant été devancés mercredi à Tripoli par le secrétaire d'Etat adjoint américain Jeffrey Felman, qui a été reçu par le numéro un du Conseil national de transition (CNT) libyen, Moustapha Abdeljalil.

Ils devaient eux-mêmes rencontrer les dirigeants du CNT dans la capitale libyenne, avant de se rendre à Benghazi, dans l'est du pays, où ils doivent prononcer un discours sur la Place de la Liberté.

Paris et Londres ont maintenu mercredi le black out sur cette visite hautement symbolique, pour des raisons de sécurité, alors que les combats continuent autour des trois derniers bastions des fidèles de Mouammar Kadhafi.

L'ancien dirigeant libyen reste introuvable, alors que de nombreux hauts responsables de son régime ont fui le pays depuis l'entrée des forces du CNT à Tripoli le 23 août.

Nicolas Sarkozy, qui a été le premier dirigeant occidental à reconnaître le CNT, avait dit qu'il irait en Libye "quand toutes les conditions seront réunies".

Au moment où se pose la question de la transition démocratique de la Libye et de la nature de son futur régime, ainsi que de l'influence des islamistes, le discours du président français portera "sur les valeurs", précise une source familière du dossier.

"Le peuple libyen l'attend depuis longtemps pour lui exprimer ses remerciements", a déclaré à Reuters Mansour Saïf al-Nasr, émissaire du CNT en France.

Source La Provence - 15/09/11

19:13 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

BHL: le printemps arabe et la Libye, c'est bon pour Israël

3 septembre 2011

18:51 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)

Sarkozy à Tripoli : "pas d'entente pour le pétrole "

15/09/11

18:43 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Libye - Massacre de Tripoli par l'OTAN - 1300 victimes (août)

15/09/11

18:28 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Le frère et la nièce de Bernadette Chirac agressés dans le métro parisien

Le frère et la nièce de Bernadette Chirac ont été victimes d'une violente agression, mercredi soir, vers 23 heures dans une rame du métro parisien. Ils ont été pris à partie par un groupe de huit jeunes gens, alors que le métro arrivait à la station Champs-Elysées-Clémenceau ,sur la ligne 1.

Les deux parties auraient échangé des «paroles vives» avant que l'invective ne se termine par des coups de poings et de pieds.

Le frère et la nièce de Bernadette Chirac ont été secourus par la police des transports parisiens avant de se voir délivrer 12 jours d'interruption totale de travail (ITT). La belle-soeur de Bernadette Chirac, également présente au moment des faits, n'a pas été blessée. Cinq des huit agresseurs ont été interpellés avant d'être placés en garde à vue.
 
 
Le Parisien - 15/09/11

17:26 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)

Cohn-Bendit exécuté en direct par Jean-Marie Le Pen

14/09/11

 

00:39 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (12)

Le retour de Bruno Gollnisch à Lyon III

14/09/11

00:24 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Talence: le MRAP veut poursuivre en justice le Bloc Identitaire

14/09/2011 – 09h58
BORDEAUX (via
Info Bordeaux) — Décidément, il ne fait pas bon s’opposer à la construction de mosquée dans la région. Les plaintes des ligues de vertus se multiplient. Après la Licra et Sos-Racisme qui portent plainte contre les auteurs d’une vidéo jugée « islamophobe », c’est au tour du Mrap d’entrer dans la course.

Le Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (MRAP), connu pour sa proximité avec la gauche et l’extrême-gauche, a annoncé sur son site internet qu’il allait poursuivre en justice le Bloc identitaire.

« Suite à la diffusion d’un tract ordurier diffusé dans les boîtes à lettre de la ville de Talence et visant les musulmans, le MRAP s’associe à l’indignation du Maire de la ville, du Conseiller Général, et des responsables musulmans stigmatisés.

Ce tract s’inscrivant dans les campagnes ordurières du Bloc identitaire menée sur l’agglomération bordelaise – notamment par de faux appels du muezzin – constitue une incitation à la haine raciale. Il est reproduit et approuvé sur les sites internet de la nébuleuse identitaire.

Le terreau de la haine entretenu en toute impunité par les diverses variantes de la droite extrême ne peut que conduire au pire, l’exemple norvégien en atteste.

Le Maire de la ville a déposé plainte pour incitation à la discrimination et à la haine raciale en raison de l’appartenance à un groupe religieux. Le MRAP entend aussi poursuivre en justice les auteurs de ce tract et le Bloc identitaire Aquitaine qui relaie les mêmes appels à la haine sur internet ».

Reproduit avec l’aimable autorisation de info-bordeaux.fr

[cc] Novopress.info, 2011, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d'origine

00:14 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

14/09/2011

Lieberman met vivement en garde contre la reconnaissance d'un Etat palestinien

Lire l'article: http://fr.euronews.net/2011/09/14/lieberman-met-vivement-...

+ VIDEO

14/09/11

 

23:56 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Rumeurs d'alliance Bloc Identitaire/Front National : Fabrice Robert répond à Minute

alliance-blocfn-reponses-fabrice-500x225.jpg

(Cliquez sur la photo)

14/09/2011 – 19h00
PARIS (NOVOpress) -
Depuis samedi dernier, les rumeurs bruissent d’une alliance entre le Front national et le Bloc Identitaire. On évoque même le ralliement de certains cadres identitaires au FN. Fabrice Robert, dans un entretien accordé à l’hebdomadaire Minute donne son point de vue.

Fabrice Robert a d’abord indiqué, au sujet du retrait de la candidature d’Arnaud Gouillon à la présidentielle : Ce n’est pas un échec, car la logique électoraliste n’est pas au cœur de la démarche politique du Bloc. (…) Sur le plan pratique, nous ne renonçons que pour des raisons financières, mais, en quelques mois, en faisant avec les moyens du bord, nous avons réuni 76 promesses de signatures: c’est autant que le NPA d’Olivier Besancenot. Pour une petite structure comme le BI, c’est franchement une belle victoire !”

Le président du Bloc Identitaire insiste également sur la primauté de l’action dans la rue : “Nous voulons surtout développer notre mouvement au niveau de la base. Nous allons prochainement lancer une nouvelle vague d’actions, sur le modèle de l’apéro saucisson-pinard ou des Assises de l’islamisation…(…) Sans nous, Marine Le Pen ou les députés de la Droite populaire n’auraient jamais abordé ce cas concret d’islamisation. Nous préférons empêcher la création d’une mosquée que faire 2 % à une élection ! Nos actions futures vont encore créer le débat et faire bouger les choses. C’est ça, notre vrai objectif.”

Revenant plus précisément sur l’idée que le retrait du candidat identitaire de la présidentielle aurait été négocié avec le FN, Fabrice Robert affirme : “Je vous garantis qu’il y a eu des éclats de rire, à notre université d’été, lorsque nous avons eu vent de cette rumeur. Il n’y a pas d’accord avec le Front. Nous travaillons sur le terrain depuis huit ans, en toute indépendance. Ce n’est pas pour négocier quelques petites circonscriptions… D’autant, je le répète, que les élections sont un domaine secondaire de notre action. Et quels que soient nos accords ou contacts éventuels – aussi bien avec Jacques Peyrat, à Nice, pour les dernières cantonales, que, dans le futur, avec d’autres partenaires – notre action est soumise à un impératif : nous ne changeons pas d’un iota  l’ADN identitaire. Dans le cadre d’une alliance électorale, le Bloc identitaire est à prendre à 100 % ou à laisser.

[cc] Novopress.info, 2011, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d'origine 

23:49 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Rétrospective des agressions et des meurtres commis à l’encontre des militants du FN entre 1978 et 1995 - Avignon: l'assassinat de Françoise Combier, une affaire oubliée

(source Le racisme anti-français, Henri de Fersan) :

Les assassinats :


Depuis 1978, 15 militants du Front National ont été assassinés. Certaines années noires verront plusieurs morts : trois en 1985, 1988 et 1994, deux en 1986 et 1995. Dans la plupart des cas, les assassins ont été acquittés, quand la police s’est donnée la peine de les rechercher .

  - Le 18 mars 1978, à Caudebec-en-Caux (76), François Duprat, vice-président du Front National, est assassiné. Son épouse Jeannine est grièvement blessée.

 

      - Le 13 mars 1985, en Guadeloupe, le restaurant du responsable frontiste Jean-Claude Muller est la cible d’un attentat à la bombe: trois morts et huit blessés graves.

 

      - Le 5 mars 1986, à Beaucaire, Patrick Dhaine est massacré à coups de bouteille par des “jeunes” pour avoir déclaré «le vote Le Pen». Le 19 mai 1986, sept “jeunes” attaqueront la maison de son beau-frère, M. Dextera, où s’étaient réfugiés Sylvie Dhaine, sa veuve, licenciée à cause de cette affaire, et son enfant de 2 ans. À noter le comportement si chrétiennement charitable de l’évêque local, Monseigneur Cadilhac, qui refusera que la cérémonie d’enterrement ait lieu à l’église.

 

      - Le 9 mars 1986, rue Hoche à Saint-Gilles (30), Pierre Fouchard est assassiné par Saïd Sacem, qui sera laissé en liberté provisoire.

 

      - En mars 1988, à Tours, une personne âgée de 82 ans sera assassinée par les hyènes à la sortie d’un meeting du Front.

 

      - En juin 1988, à Thio (Nouvelle-Calédonie), Albert Sangarté est tué à coups de machette par des terroristes du F.L.N.K.S. lors de l’assaut mené par les Kanaks contre la ferme de Marcel Dubois. Ses assassins seront acquittés.

 

      - Le 31 octobre 1989, Avignon. Françoise Combier, 44 ans, femme d’élu (son mari est conseiller municipal FN), est assassiné par Mohammed Mettellaoui. Elle avait résisté à une tentative de viol. Mohammed Metallaoui qui avait également violé une jeune fille de 20 ans et agressé deux femmes, était défendu par Maitre Gilbert Collard. Ce dernier a demandé «un verdict qui ne soit pas une déferlante de sévérité, mais un instant de justice de France qui n’en fait pas trop, pour un homme qui est le symbole de l’immigration qui fait peur». II sera condamné à 20 ans de prison.

 

      - Le même mois, Steve Taillepied, 25 ans, est volontairement renversé par une voiture à la sortie d’un meeting à Rouen. Il sera tué sur le coup.

 

      - En juin 1994, à Saint-Maur-des-Fossés (94), Aurélien Mathieu, 17 ans, responsable du FNJ, est tué par un revendeur de drogue.

 

      - En mai 1995, à Andrézieux-Bouthéon (42), un colleur d’affiches du Front National est tué par une voiture qui le renverse. Le conducteur prend très exactement neuf mois avec sursis. Cependant, on ne lui a pas décerné la Légion d’honneur.

 

    - Le 9 août 1995, à Toulon, Jean-Claude Poulet-Dachary, adjoint au maire de Toulon (FN), est assassiné dans la cage d’escalier de son domicile d’un coup de barre de fer en pleine tête.
      Lire la suite (agressions) :

http://lyon.novopress.info/2543/lyon-une-bagarre-qui-tombe-a-point-nommer/

    NOVOpress Politique - 13 avril 2007

23:22 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (13)