Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/06/2011

Alexandre: les neuf minutes où il a disparu


Le samedi 4 juin, jour de sa disparition, l'adolescent qui passait le week-end à Pau chez son père, a passé la soirée avec des amis dans le quartier de Saragosse.

 Par SMS, il a avisé son père, qui vit en centre-ville, qu’il serait de retour «à 23 heures maximum».

A 22h51, une caméra située à seulement quelques centaines de mètres du domicile de Philippe Junca capte en effet l’image de l’ado juché sur son vélo. Ce même vélo sera retrouvé le lendemain, attaché à un poteau, non loin du domicile du père, avec un cadenas qui vraisemblablement n'appartenait pas au garçon. Alexandre, lui, n’est jamais rentré.

A 23 heures, les pompiers sont intervenus dans cette même rue, pour une personne en état d’ébriété. Ni eux, ni les compagnons du fêtard, ni même une voisine, qui fermait ses volets, n’ont vu quoi que ce soit. Que s’est-il passé durant ces neuf minutes ?

Source LeParisien.fr - 30/06/11

19:35 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Horreur - Pau: la mort d'Alexandre Junca, 13 ans, est confirmée

Un-collegien-de-13-ans-porte-disparu-depuis-samedi-a-Pau_scalewidth_630.jpg

(Cliquez sur la photo pour l'agrandir)

Une information judiciaire est désormais ouverte pour assassinat et actes de torture.

Alexandre Junca, le collégien de 13 ans porté disparu depuis le 4 juin à Pau, est bien mort. Un fémur, retrouvé dimanche par des promeneurs dans le Gave de Pau, à proximité du centre-ville et autopsié jeudi, a confirmé cette hypothèse, a annoncé jeudi midi à l'avocate de la famille, Me Pierrette Mazza. Le parquet de Pau avait réuni en fin de matinée les parents d’Alexandre pour les informer des avancées de l’enquête.

Une information judiciaire avait été ouverte le 10 juin pour enlèvement et séquestration. Ses motifs ont été modifiés jeudi en assassinat sur mineur de moins de 15 ans, précédé ou accompagné d'actes de torture ou de barbarie, selon les précisions donnés par le procureur de la République de Pau, Jean-Christophe Muller. Qui a précisé : "à l'heure où nous parlons, aucune hypothèse n'est a priori à exclure".

"L'horreur absolue, l’indicible"

"La nouvelle vient d'être annoncée aux parents, c'est une très mauvaise nouvelle à laquelle ils ne voulaient pas croire jusqu'à aujourd'hui, mais malheureusement ils sont face à l'insoutenable vérité", a indiqué Me Mazza, qui a estimé que "c'est l'horreur" pour cette famille. Apprendre que leur fils a été démembré représente "l'horreur absolue, l’indicible", a-t-elle estimé. "Ils doivent vivre avec cette information qui est monstrueuse", a-t-elle ajouté.

L’autopsie a permis de déterminer que la découpe du fémur avait eu lieu post-mortem. Les recherches se poursuivent pour trouver la dépouille de l’adolescent dans son ensemble. Une soixantaine d’enquêteurs sont mobilisés sur cette affaire.

Lors de la conférence de presse du procureur de la République de Pau Christophe Muller. © STEPHANE PLACE/EUROPE 1

Alexandre, disparu sans laisser de traces

Alexandre Junca avait disparu le 4 juin à Pau après avoir participé à une fête avec ses amis palois. Seul son vélo avait été retrouvé. Fils de parents divorcés et inscrit au collège Clermont à Pau, Alexandre était décrit comme un garçon "gentil" et ne présentant aucune particularité psychologique notable.

"La dernière fois que je l'ai vu, le 3 juin, avant qu'il parte passer le week-end chez son père, je n'ai rien remarqué d'anormal dans son comportement. (…) S'il avait fugué, il serait parti avec de l'argent, des affaires. Mais il n'a rien pris !", avait témoigné sa mère, Valérie Lance, au quotidien régional Sud Ouest le 17 juin.

Toute personne susceptible de détenir des informations sur ce dossier peut contacter les enquêteurs au 0800 003 845 (numéro vert).

Source Europe1 - 30/06/11

18:53 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

Sarkozy agrippé: un homme en garde à vue


Sarkozy bousculé : une personne en garde à vue par BFMTV

Le président de la République a été agressé, ce jeudi, alors qu'il serrait des mains à Brax. En déplacement dans cette commune du Lot-et-Garonne, où il rencontrait des maires du département, quelques heures après avoir accueilli Stéphane Taponier et Hervé Ghesquière avec une inhabituelle discrétion, quittait vers 12 heures la mairie pour se rendre dans la salle où il devait s'exprimer.

 Soudain, une personne présente dans la foule, derrière les barrières, l'a violemment agrippé par le col de la veste. L'incident a été filmé en direct par une caméra de «pool», c'est-à-dire un cameraman désigné parmi les journalistes présents et qui transmet ensuite les images à ses confrères.

Plus tard, l'Elysée a fait savoir que le chef de l'Etat ne porterait pas plainte contre l'auteur de cette agression.

L'agresseur aussitôt maîtrisé  

Alors qu'il était agrippé par le col, le président a été déséquilibré, mais il s'est rapidement rétabli. Sur la vidéo, on le voit alors adresser un regard désapprobateur à son agresseur. Immédiatement maîtrisé par quatre agents du service de sécurité de l'Elysée, ce dernier a été placé en garde à vue à Agen.

Selon le maire de Brax Michel Bernines (NC), l'homme était «manifestement violent». «Il allait vraisemblablement lui donner un coup de poing, je pense, et à ce moment-là, il a été retenu par les hommes de la sécurité». Une source proche de l'enquête indique de son côté que l'agresseur voulait interpeller le président de la République sur l'intervention armée de la France en Libye.

«Glandeur de la fonction publique»

L'agresseur présumé s'appelle Hermann Fuster. Agé de 32 ans et inconnu des services de gendarmerie, il est employé au conservatoire municipal d'Agen, où il s'occupe de l'accueil et de manutention.
 Le site de socialisation Copains d'Avant présente la fiche d'un Agenais nommé Hermann Fuster, qui se décrit comme «glandeur de la fonction publique». La photo représente un homme en marcel noir, coiffé d'une casquette et portant des bracelets de cuir, comme l'homme dont on aperçoit brièvement le bras sur la vidéo. Sur sa fiche, il indique aussi avoir lu «De la servitude moderne» de Jean-François Brient, citant la phrase : «Mon optimisme est basé sur la certitude que cette civilisation va s'effondrer. Mon pessimisme sur tout ce qu'elle fait pour nous entraîner dans sa chute».
 
 
Source Le Parisien - 30/06/11


18:32 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Libye: la France a parachuté des armes aux rebelles

Libye: la France a parachuté des armes aux rebelles

La France a procédé ces dernières semaines à des parachutages d'armes pour aider les rebelles libyens dans la région du Djebel Nafusa, au sud de Tripoli, a rapporté mercredi le quotidien français Le
Figaro, en citant des sources françaises haut placées.

Selon le journal, la France aurait livré dans cette région située à quelques dizaines de kilomètres au sud de la capitale des lance-roquettes, des fusils d'assaut, des mitrailleuses et des missiles antichar Milan.

Le Figaro cite une "source française haut placée" affirmant "qu'il n'y avait aucune autre façon de procéder", et explique ces largages d'armes par la volonté de Paris de donner un coup de pouce à la rébellion sur ce front sud.

Il ajoute que l'armée française dispose d'un système très performant et très précis de parachutage et qu'elle a agi sans l'appui de ses alliés.

Le journal dit avoir pu consulter une carte de la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE), les services de renseignement français, montrant que plusieurs localités de la région sont passées récemment aux mains des rebelles. Il s'agit de Nalout, Tiji, al-Jawsh, Shakshuk et Yafran.


Mardi, les rebelles se sont emparés d'un important dépôt de munitions dans une zone désertique à 25 km au sud de Zenten, au sud-ouest de Tripoli, non loin de ces localités.

Le site de plusieurs kilomètres carrés abrite plusieurs dizaines de bâtiments abritant des stocks d'armes.

Selon Le Figaro, les responsables français espèrent que des progrès de la rébellion sur ce front sud pourraient aider à une chute éventuelle de Tripoli.

"Si les rebelles parviennent jusqu'aux abords de Tripoli, la capitale ne manquera pas de se soulever contre Kadhafi", a dit au journal un haut responsable français.
 

http://www.almanar.com.lb/french/adetails.php?eid=21366&cid=18&fromval=1&frid=18&seccatid=61&s1=1 http://www.almanar.com.lb/french/adetails.php?eid=21366&cid=18&fromval=1&frid=18&seccatid=61&s1=1

Source ALTER INFO  - 29/06/11

 

03:09 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

VIDEO - Marseille: la Banque alimentaire refuse la loi des cités

http://www.dailymotion.com/video/xjlvet_la-banque-aliment...

Un camion de lait de la Banque alimentaire a été fouillé par des "jeunes" à l'entrée d'une cité des quartiers Est. L'association humanitaire va porter plainte. 

20/06/11

 

02:15 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

Les animaux ne seront plus saignés sans étourdissement aux Pays-Bas

Les députés néerlandais viennent de voter à une écrasante majorité(1) une loi qui mettra fin à l'abattage des animaux sans étourdissement aux Pays-Bas.

http://www.notre-planete.info/actualites/lireactus.php?id...

C'est le Parti pour les animaux (Partij voor de Dieren) qui est à l'origine de cette avancée. Ainsi les Pays-Bas vont rejoindre la Suisse, la Suède, la Norvège, le Luxembourg et la Nouvelle-Zélande qui ont déjà rendu théoriquement obligatoire l'insensibilisation des animaux avant leur mise à mort.

En France, le gouvernement cherche plutôt à protéger la dérogation à l'étourdissement obligatoire et s'est même opposé à l'étiquetage des viandes dans le débat européen sur ce sujet(2). Pourtant, dans un sondage réalisé en France en 2009 par l'Ifop pour le compte de plusieurs associations de protection animale, 72% des sondés désapprouvaient la dérogation de ne pas étourdir les animaux avant leur abattage.

Si l'abattage des animaux reste une source de grande souffrance pour tous les animaux, l'obligation d'étourdissement, quand elle est bien appliquée dans les abattoirs, permet de limiter le temps de l'agonie finale.

Abattage rituel sans étourdissement : une dérogation qui coûte cher aux animaux

L'abattage des animaux est encadré par des lois imposant l'étourdissement des animaux avant la saignée. L'abattage rituel (halal ou casher) bénéficie d'une dérogation à l'étourdissement : les animaux sont saignés en pleine conscience.(3)

Or d'après la Fédération des Vétérinaires européens, l'égorgement en toute conscience cause généralement plus de souffrance que l'abattage « standard(4) ». D'après l'INRA, l'agonie d'un bovin peut durer jusqu'à 14 minutes après le tranchage de la gorge.(5)

29/06/11

01:43 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Immigration/Essonne: une nuit de file d'attente devant la préfecture d'Evry


Nuits d’attente à la préfecture pour un dossier par BFMTV

29/06/11

01:05 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Qui est-ce? n° 26

26.jpg

00:10 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Israël déconseille à la presse étrangère d'embarquer sur la flottille pour Gaza

JERUSALEM  - Israël a déconseillé dimanche aux journalistes étrangers d'embarquer sur la flottille d'aide qui s'apprête à appareiller d'Europe pour Gaza, sous peine de se voir interdire durant dix ans l'entrée sur le territoire israélien.

Dans un communiqué envoyé par internet à Reuters et à d'autres grands médias internationaux le directeur du bureau de presse du gouvernement, Oren Helman, a déclaré que prendre part à cette initiative reviendra à une "violation intentionnelle" de la loi israélienne.

Selon des activistes palestiniens, une dizaine de bateaux transportant de l'aide pourraient quitter divers ports européens dans les prochains jours pour tenter de briser le blocus de l'étroite bande de terre surpeuplée aux mains du mouvement islamiste Hamas.

Israël a annoncé il y a dix jours qu'il ferait tout le nécessaire pour neutraliser cette flottille, même si elle ne transporte aucune arme. "Aucun navire n'atteindra Gaza", a déclaré un militaire souhaitant garder l'anonymat en déconseillant aux promoteurs de cette action humanitaire de tester la détermination de la marine israélienne.

L'armée israélienne a mis au point de nouvelles tactiques pour éviter de renouveler le drame de mai 2010, lorsque des fusiliers-marins israéliens avaient brutalement abordé une flottille de six bateaux parrainée par une ONG turque, faisant neuf morts parmi les militants turcs pro-palestiniens.

"MENACES ET INTIDIMATIONS"

L'Etat juif, qui a procédé à une manoeuvre de simulation de l'interception de navires tentant de briser le blocus en minimisant d'éventuelles victimes parmi les militants pro-palestiniens. Selon une vidéo diffusée par l'armée, la marine pourrait utiliser des canons à eau.

Israël a annoncé que les marchandises transportées par la future flottille pourraient transiter par son port d'Ashdod ou par le territoire égyptien, aux fins de vérification.

Les responsables israéliens arguent que l'aide transitant par Israël et l'Egypte suffit à éviter une crise humanitaire dans l'étroite bande de terre surpeuplée et que s'ils laissaient passer les bateaux, le territoire serait inondé d'armes et de roquettes.

Selon Helman, ceux qui participeraient à la nouvelle flottille non seulement s'exposeraient à une interdiction de territoire de dix ans, mais aussi à la confiscation de leur matériel et à "des sanctions supplémentaires".

Au moins un journaliste israélien, un reporter du quotidien de gauche Haaretz, compte embarquer dans un bateau canadien de la flottille.

Répliquant à l'avertissement de Helman, l'Association de la presse étrangères en Israël a déclaré que celui-ci "soulevait de sérieuses questions sur l'attachement d'Israël à la liberté de la presse".

"Les journalistes couvrant une nouvelle légitime doivent être autorisés à faire leur travail sans menaces ni intimidations", ajoute-t-elle.

27/06/11

00:04 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

29/06/2011

Un rabbin brièvement détenu pour incitation à la violence et au racisme - La Torah du Roi

JERUSALEM - Un rabbin influent dans les implantations israéliennes a été brièvement détenu lundi pour avoir approuvé un livre justifiant l'assassinat de non-Juifs dans certaines conditions, ont indiqué la police et des colons.

Il y a plusieurs mois, la police avait lancé un mandat d'arrêt contre Dov Lior, grand rabbin de Kiryat Arba et de la communauté juive d'Hébron, qui ne s'était pas présenté à un interrogatoire dans le cadre d'une enquête pour incitation à la violence et au racisme.

Le rabbin Lior a été détenu et interrogé pendant une heure avant d'être relâché, a déclaré le porte-parole de la police israélienne Micky Rosenfeld, précisant qu'il avait été entendu en raison de son soutien à un livre très controversé, La Torah du Roi, dans lequel les auteurs arguent qu'il est légitime, dans certaines circonstances, de tuer des goyim (non-Juifs) et la progéniture des ennemis d'Israël.

Dans une démarche rarissime, les deux Grands rabbins d'Israël, Yona Metzger (ashkénaze) et Schlomo Amar (sépharade), ont publié un communiqué conjoint dénonçant vivement cette arrestation.

"Nous déplorons cette grave offense qui porte atteinte à l'honneur de l'un des plus importants rabbins et dirigeants de l'opinion religieuse", a indiqué ce texte.

La Torah du Roi a été vivement dénoncé par de nombreux rabbins comme contraire aux enseignements du judaïsme.

En août 2010, l'un des co-auteurs de l'ouvrage, le rabbin Yossef Elitzour, avait été arrêté pour incitation à la violence mais sans aucune charge après qu'un tribunal a dénoncé des irrégularités dans la procédure policière.

Dov Lior est considéré comme le chef spirituel des colons les plus radicaux.

"J'ai parlé avec les policiers, je leur ai demandé de le relâcher immédiatement, c'est très grave", a déclaré Malachi Levinger, le maire de Kiryat Arba.

Des activistes d'extrême-droite ont aussitôt organisé des rassemblements devant des commissariats à Kyriat Arba et Jérusalem en signe de protestation.

En soirée, trois jeunes militants proches des colons nationalistes et religieux ont été arrêtés pour avoir perturbé la circulation à Jérusalem, et trois autres parmi un groupe de manifestants qui voulaient investir les locaux de la Cour suprême, a indiqué le porte-parole de la police.

29/06/11

23:39 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Le remaniement ministériel en attendant 2012...

ench-budget-minister-baroin-and-minister-for-higher-education-and-research-pecresse-attend-the-government-questions-session-at-the-national-assembly-in-paris.jpg

Pécresse et Baroin

François Baroin passe à l'Economie, et Valérie Pécresse au Budget. Mais le remaniement ne se résume pas à cela. Les nouveaux ministres en images, les dessous politiques, et une histoire d'amitié qui se termine. LEXPRESS.fr vous fait le récap.

Le remaniement s'est fait dans la douleur. Les tractations, qui avaient démarré depuis plusieurs semaines, ont accéléré dès que le départ de Christine Lagarde pour le FMI a été officiel, ce mardi soir. Et la journée de mercredi a été intense en discussions, comme le relate Le Monde

C'est François Baroin qui succède finalement à Christine Lagarde au ministère de l'Economie. L'ex ministre du Budget voulait le poste depuis longtemps. Il est le gagnant du remaniement, avec Valérie Pécresse qui hérite du ministère du Budget, souvent considéré comme un marche-pied pour aller plus haut. Signe de la confiance que lui accorde Nicolas Sarkozy, elle devient aussi porte-parole du gouvernement.

 Parmi les chantiers qui attendent le nouveau tandem de Bercy, comme le détaille L'Expansion, l'urgence de la crise grecques et le G20 pour Baroin, et la préparation du budget 2012 pour Pécresse.  

Trois centristes font leur entrée dans l'équipe gouvernementale: Jean Léonetti, Marc Laffineur et François Sauvadet. Le but de Nicolas Sarkozy était clair: gêner Jean-Louis Borloo, qui veut se présenter à l'Elysée. L'opération a échoué. Ces trois-là étaient de toutes façons en rupture de la nouvelle Alliance menée par l'ancien ministre de l'Ecologie. Et comme le résume un député centriste à LEXPRESS.fr, "tout ça, c'est l'écume de la politique. Surtout à moins d'un an d'une élection présidentielle. Intégrer un gouvernement pour gérer les affaires courantes, franchement..." Pour en savoir plus sur les dessous très politiques de ce changement de gouvernement, lisez cet article sur les cinq leçons à tirer du remaniement.  

D'autres personnalités font leur entrée dans l'équipe de François Fillon, comme secrétaires d'Etat. David Douillet est chargé des Français de l'étranger et Claude Greff de la Famille. Laurent Wauquiez, lui change simplement d'attribution. Il quitte les Affaires européennes pour prendre l'Enseignement supérieur, devenant au passage ministre de plein exercice.  

Enfin, Thierry Mariani reste aux Transports, mais comme "ministre auprès" et non plus comme secrétaire d'Etat. Des changements profonds, et d'autres plus subtils, c'est ça aussi un remaniement. Pour connaître toutes les modifications dans le détail, c'est par ici. Pour découvrir ce remaniement en images, c'est par là. 

Bruno Le Maire, lui, reste à l'Agriculture. Mais il est des statu quo aux allures de défaite. Mardi encore, il était donné gagnant pour succéder à Christine Lagarde. Mais François Baroin a piqué une grosse colère et a emporté le morceau. Dommage collatéral, la destruction de l'amitié qui liait les deux hommes, comme le relate cet article. "Un bruit courait même ce mercredi à l'Assemblée nationale, peut-on lire. Baroin et Le Maire en seraient presque venus aux mains, avant d'être séparés". 

Source L'EXPRESS - 29/06/11

21:16 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Les journalistes Taponier et Ghesquière ont été libérés - "Pas de rançon" affirme Juppé...

1513772_elysse-otages_640x280.jpg ootages.jpg

Les deux hommes, capturés en Afghanistan il y a tout juste un an et demi lors d'un reportage, seront de retour en France jeudi matin.

Leur calvaire aura duré 547 jours. Les journalistes Hervé Ghesquière et Stéphane Taponier, otages en Afghanistan depuis le 30 décembre 2009, ont été libérés, ont annoncé mercredi les directions de France 3 et France 2. Quant à leurs trois accompagnateurs, l'un d'entre eux - l'interprète Reza Din - a été libéré en même temps, tandis que les deux autres avaient déjà été libérés, a révélé France Télévisions.

Les deux Français sont «dans un état de santé physique et moral étonnamment bon», a déclaré un responsable de l'ambassade de France à Kaboul, où se trouvent les deux hommes. Selon Pierre Babey, un envoyé de France 3 sur place, les deux hommes sont arrivés vers 16 heures, heure française, à l'ambassade, «habillés en militaires». Selon le reporter, qui confirme leur apparente bonne forme, «ils ont tous les deux le visage glabre, la barbe a disparu». «La première chose qu'ils ont demandée c'est que leur fixeur, leur interprète qui ne les a pas quittés depuis un an et demi, puisse être accueilli en France pour les vacances», a ajouté le journaliste. Un avion français, parti de Villacoublay, est parti les chercher et ils doivent arriver jeudi matin à Paris vers 8 heures.

Dès mardi, une source à l'Élysée déclarait que «tous les clignotants étaient au vert pour leur libération» et que «toutes les demandes des preneurs d'otages avaient été satisfaites». Une rançon de plusieurs millions d'euros a-t-elle été versée, comme l'affirme la chaîne d'information BFMTV ? «La France ne paie pas de rançons», a affirmé le ministre des Affaires étrangères, Alain Juppé. Les conditions à cette libération étaient essentiellement politiques, a expliqué au Monde le ministre de la Défense Gérard Longuet : «Ils ont commencé par demander des choses difficiles, comme des libérations de détenus. De fait, cela fait plus d'un semestre que les conditions de libération ont été réunies». Mais «dans le système compliqué des talibans», détaille-t-il, «ceux qui détenaient les otages voulaient les libérer mais ils attendaient le feu vert» d'autres groupes.

Standing ovation à l'Assemblée

C'est le chef de l'État qui a lui-même prévenu les familles. Dans un communiqué, Nicolas Sarkozy s'associe à leur joie. Il remercie par ailleurs le président afghan Hamid Karzaï «pour la gestion de cette crise», ainsi que «tous ceux qui ont participé à la libération des otages».

Annoncée en séance à l'Assemblée nationale par Bernard Accoyer, la nouvelle a provoqué une standing ovation de tous les députés. François Fillon a ensuite fait une déclaration dans l'hémicycle. Évoquant «la souffrance et l'épreuve qui a été la leur», le premier ministre a dit sa «gratitude pour ces hommes et ces femmes qui souvent dans l'ombre ont travaillé à leur libération en prenant beaucoup de risques». Le ministre des Affaires étrangères, Alain Juppé, s'est joint à ces remerciements et a exprimé sa «très grande joie et (son) immense soulagement» (Lire toutes les réactions).

Les deux journalistes avaient été enlevés il y a un an et demi exactement avec leurs trois accompagnateurs afghans alors qu'ils réalisaient un reportage sur la reconstruction d'une route à l'est de Kaboul pour le magazine Pièces à conviction de France 3.

Source Le Figaro - 29/06/11

 

20:11 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (13)

Otages: une rançon a été payée pour leur libération

29/06/11

20:00 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

28/06/2011

PACA: le FN seule opposition crédible à la Région


Région PACA 24/06/2011 - Stéphane RAVIER (FN) VS... par bucch

NPI - 28/05/11

20:34 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Un jeune Tunisien recevra 1500 euros de l'Etat français qui voulait l'expulser à tort

Le tribunal administratif de Paris a condamné l'Etat à verser 1.500 euros à un Tunisien de 25 ans que les autorités françaises voulaient expulser alors qu'il disposait de papiers en règle pour séjourner en France, selon son avocate, confirmant une information du Parisien

  Le tribunal a également annulé l'arrêté de reconduite à la frontière visant le jeune homme, qui était arrivé en février sur l'île italienne de Lampedusa, et ordonné à la préfecture de police de lui accorder un titre de séjour provisoire français, selon l'avocate, Me Samia Maktouf.

A son arrivée en Italie, le Tunisien avait obtenu un titre de séjour "humanitaire", "valable pendant six mois dans l'espace Schengen", avant de se rendre en France, a expliqué Me Maktouf.

Mais là, il avait été placé en garde à vue après un contrôle, et la préfecture de police de Paris, estimant que le document n'était pas suffisant pour lui permettre de demeurer en France, lui avait notifié un arrêté de reconduite à la frontière.

Au final, le tribunal a estimé que "ce n'était pas quelqu'un qui était en situation irrégulière, il était titulaire des documents nécessaires", a souligné Me Maktouf.

De plus, "mon client était parfaitement capable de justifier d'un hébergement et de moyens financiers de vie en France", autre condition exigée par la loi française mais sur laquelle les policiers avaient oublié de l'interroger pendant sa garde à vue, a ajouté l'avocate.

"Je suis satisfaite car ce n'est que justice rendue à ce jeune migrant", a-t-elle déclaré, soulignant qu'il "s'est caché dans la terreur" jusqu'à la décision administrative, pour éviter l'expulsion.
 
 
Source Le Progrès - 28/06/11
 
 
 

20:25 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

A quoi sert le FMI ?

http://fr.wikipedia.org/wiki/Fonds_mon%C3%A9taire_interna...

28/06/11

20:11 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

Lagarde, la nouvelle patronne du FMI

d2eaab7e-a176-11e0-92cb-c0899983a37b.jpg Lagarde.jpg

Risque de défaut en Grèce, conséquences du « printemps arabe » et guerre des taux de changes : la nouvelle patronne du Fonds monétaire international aura fort à faire pour remettre de l'ordre dans une institution qui doit désormais faire de la place aux émergents.

Le Fonds monétaire international (FMI) ne pouvait pas choisir un plus mauvais jour pour nommer son nouveau directeur général. Alors que le Parlement grec s'apprête à accepter ou non le plan de rigueur imposé au pays, la Grèce s'est mise en grève pour 48 heures. «Nous sommes sur le point de voir apparaître quelqu'un qui s'avère très bien soutenu. C'est très important car cette institution est confrontée à de nombreux défis». Le secrétaire au Trésor des États-Unis Timothy Geithner ne croit donc pas si bien dire.

Crise de la dette grecque

Premier dossier urgent, la dette de la Grèce. Malgré un plan de soutien de 110 milliards d'euros qui devrait s'accompagner d'un autre sauvetage du même montant, le pays n'arrive pas à sortir de la crise. Le nouveau directeur général devra prouver aux États membres que le pays peut se redresser de la crise économique et budgétaire où il s'est enfoncé. «Sur la Grèce, il n'y a plus de débat, affirme Marc Fiorentino, président d'Euroland Finance. La restructuration est inévitable. Reste à savoir à quel moment le plan sera mis en place. C'est l'Allemagne qui décidera. Le FMI n'a qu'un rôle de 'suiveur'». Pour l'heure, les marchés financiers semblent croire à un vote positif du Parlement grec voire au plan de secours de l'Europe en cas d'échec.

Pour Marc Fiorentino, la principale tâche du FMI sera de prévenir les difficultés de l'Espagne et de l'Italie par des plans d'austérité. N'est-ce pas ce qui a déjà été fait pour la Grèce ? «Certes, mais l'Espagne est plus crédible que la Grèce. La marge de manœuvre du FMI sera donc plus importante».

Conséquences du «printemps arabe»

L'autre dossier phare qui attend le nouveau directeur est le suivi des révoltes dans le monde arabe. Les États membres du FMI lui ont demandé de prêter une «attention particulière» aux répercussions économiques de ces révolutions. . Parmi ces pays arabes, l'Égypte. Après avoir demandé au début du mois de juin au FMI un prêt de trois à quatre milliards d'euros, le pays a finalement renoncé à cette aide internationale. «Cette décision est politique, assure Marc Fiorentino. Le gouvernement ne peut pas 'vendre' cinq années de rigueur alors que le pays vit en plein rêve après avoir 'gagné' sa révolution. Le FMI doit donc adopter un discours plus tourné vers l'investissement et moins vers la rigueur». Avec la Banque mondiale, le Fonds doit ainsi coordonner l'aide financière internationale pour l'Egypte, la Tunisie et d'autres pays éventuels. Le pays pourrait avoir besoin d'environ 10 à 12 milliards de dollars d'ici à juin 2012.

Résoudre la « guerre des taux de change »

Le FMI doit réviser à l'automne le cadre de sa surveillance des taux de change, qui ne satisfait pas grand monde. Le nouveau directeur général devra trouver des compromis difficiles entre la Chine, qui souhaite mener sa politique de change comme elle l'entend, et ceux qui souhaitent que le Fonds sévisse contre un grand État membre ayant une monnaie nettement sous-évaluée. «Je n'y crois pas, la guerre des changes est permanente. Ce sera d'autant plus difficile que Christine Lagarde doit beaucoup à la Chine».

Tenir ses promesses à la Chine

Si Christine Lagarde a été nommée patronne du Fonds monétaire international, elle le doit en effet en grande partie à la Chine, qui a officialisé lundi son soutien à la future ex-ministre des Finances. Jusque-là, le pays s'était toujours refusé à s'exprimer publiquement sur le sujet. Alors que les pays émergents briguaient le poste, arguant qu'il leur avait été promis lors de la nomination de Dominique Strauss-Kahn en 2007, ils se sont finalement résigné à céder la place à un Européen pour mieux gérer la crise de la dette dans la zone euro. Non sans avoir sans doute négocié une contrepartie. «Christine Lagarde a dû lâcher du lest vis-à-vis des pays émergents et notamment vis-à-vis de la Chine, soutient Marc Fiorentino. Elle n'avait pas le choix». Elle a ainsi promis d'augmenter les droits de vote du pays au FMI de 6,19% à 6,4% et «d'inclure des représentants chinois». La vice-présidence de l'institution pourrait ainsi revenir à Pékin.

Il n'est pas sûr que l'Europe et les États-Unis voient cet accord d'un très bon œil. Les marges de manoeuvre de Christine Lagarde ne risquent-elles pas d'être réduites ? «Elle a une grande culture du consensus et sait coordonner les zones économiques entre elles. Elle a certes un profil européen mais est aussi très ouverte sur le monde anglo-saxon», conclut Marc Fiorentino.

Source Le Figaro  - 28/06/11

20:05 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

Bardot: "La France est devenue une fosse à purin où toute la merde des autres cultures est venue polluer la nôtre"

[...] Monsieur le Président, qu’allez-vous laisser après votre quinquennat ? Nous avons régressé partout, d’abord l’horreur des égorgements à vif devenus par votre faute et vos mensonges la règle dans notre pays, toutes ces bêtes saignées dans la souffrance me rendent malade. Les Français consomment, sans le savoir, ces animaux martyrs et vous leur cachez délibérément la vérité pour les tromper, c’est scandaleux, écœurant !

Les bêtes sont torturées, saignées dans d’intolérables supplices, que ce soit dans les arènes ou les abattoirs et dans quelques mois les cruels sacrifices de l’Aïd-el-Kebir feront couler plus de sang encore sur notre terre… Nous n’avons pas le droit d’accepter cela !

En 1981, Mitterrand choisissait de défendre l’éthique en abolissant la peine capitale, en 2011, l’autre Mitterrand choisit d’anoblir la torture animale… 30 ans de régression qui ont fait de la France une fosse à purin où toute la merde des autres cultures est venue polluer la nôtre !

Monsieur le Président, intervenez enfin, montrez que vous n’êtes pas totalement dénué de courage, relevez ce pays qui se noie dans la honte ! Si l’homme d’Etat a abandonné son poste alors je m’adresse à l’homme et vous demande, au nom des générations futures, de redonner à la France un peu de sa dignité perdue…

Ne décevez plus les Français qui vous ont apporté leur soutien !

Brigitte Bardot, Présidente

http://france.eternelle.over-blog.com/article-bardot-la-f...

Source FRANCE ETERNELLE - 17/06/11

19:33 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

Affaire Bettencourt: les enregistrements du majordome jugés recevables

La cour d'appel de Bordeaux a statué. Les enregistrements réalisés clandestinement  au domicile de Liliane Bettencourt ont été jugés recevables.  Les procureurs pourront donc enquêter tranquillement sur une affaire  que certains pensaient enterrée.

 Ces bandes, réalisées par le majordome entre 2009 et 2010, avaient été confiées à Françoise Meyers, qui les avait par la suite transmises à la justice.

À l’époque, la fille Bettencourt espérait prouver les manipulations exercées par François-Marie Bannier sur sa mère. Le photographe avait alors  reçu des cadeaux d'une valeur de centaines de millions d'euros. Mais  ces enregistrements avaient également engendré l’affaire Woerth et précipité  la démission de l’ancien ministre du travail. L’accalmie des rapports entre la mère et la fille avait par la suite modifié la situation : Françoise Bettencourt avait réclamé l’annulation de la procédure qui découlait des enregistrements. Aucun des protagonistes de l’affaire n’avaient été mis en examen.

Liliane Bettencourt dénonce une violation de la vie privée

Bertrand Favreau, l’un des avocats de Liliane Bettencourt, a affirmé son attention de porter l’affaire devant la cour européenne des droits de l’homme. Il  souhaite mettre en exergue la violation de la vie privée suscitée par l’utilisation de ces documents. L’avocat de Françoise Meyers a quant à lui annoncé qu’il allait se pourvoir en cassation.
Après de nombreux rebondissements, l’affaire Bettencourt pourrait donc  trouver son épilogue grâce à l’utilisation  de ces bandes qui, visiblement, embarassent la mère et la fille.

Source France-Soir - 28/06/11

18:18 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Laurent Joffrin est parti en croisière avec Jean-Marie Le Pen !

28/06/11

18:10 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)