Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Blog - Page 1295

  • Tripoli et Syrte résistent toujours aux rebelles du CNT

    Lire l'article: http://fr.euronews.net/2011/10/14/fusillade-a-tripoli-et-renforts-du-cnt-a-syrte/

    + VIDEO

    14/10/11

  • Personne ne veut de Dieudonné à Périgueux, sauf ses nombreux fans!

    Selon nos confrères de Dordogne Libre, Dieudonné n'est décidément pas le bienvenu à Perigueux. Ni la ville, ni le département ne veulent voir le spectacle de l'humoriste se produire à la salle des communications.

    Le maire de Perigueux est même prêt à prendre "un arrêté" pour interdire le spectacle "en raison des troubles à l'ordre public qu'il serait susceptible d'entraîner".

    Le Conseil général, pour sa part, vont dénoncé le contrat passé avec le producteur, une société de téléphonie basée à Nantes, pour manque d'assurance.

    C'est sans compter sur la détermination du tourneur, Phone Mobile (Loire Atlantique), qui est prêt à aller jusqu'au bout de la procédure. Sans compter, aussi et surtout, sur l'engouement populaire qui entoure l'humoriste au discours controversé.

    La preuve, le standard de la mairie de Périgueux croulait hier sous les appels téléphoniques et les demandes de réservations.

    D'après nos confrères de Sud-Ouest, Dieudonné, dont les affiches du prochain spectacle fleurissent à Périgueux, est annoncé à la salle des communications le 3 avril. Une programmation qui aurait fait écho à un appel lancé auprès de ses fans pour produire son spectacle "rendez-nous Jésus" dans des salles privées.

    Message comportant une mention spéciale "Sans passer par la mairie bien évidemment puisque les maires me font des arrêtés municipaux pour pas que je vienne jouer dans leur ville", vu que le "professionnel de l'humour", comme il se qualifie, est interdit dans de nombreuses communes de l'hexagone.

    Petit malaise puisque la salle de la communication appartient au Département et que personne au service chargé de la réservation n'a eu conscience que c'était le spectacle de Dieudonné qui était programmé. La demande de réservation a été faite au nom de l'EURL Mobile Phone.

    Les personnes en charge de la gestion de la salle ont pensé à une opération marketing. "On s'est senti piégé" déclarait hier Matthieu Druillole, directeur de cabinet du président Cazeau.

    Sur son blog Dieudonné proteste: "De quel droit veulent ils encore m'interdire de venir faire mon métier d'humoriste ??!!! J'ai subi boycott et arrêtés municipaux... J'ai gagné mes procès face à cette DISCRIMINATION !".

    L'humoriste demande un droit de réponse, "pour que l'on cesse de me traiter comme un criminel !".

    Charente Libre - 14/10/11

     

     
  • Marine Le Pen invitée de Claire Chazal sur TF1

    Marine Le Pen, candidate pour la défense de la France et du peuple français à l’élection présidentielle de 2012, est l’invitée du journal de 20h présenté par Claire Chazal.

    Marine Le Pen s’exprime sur la primaire socialiste et notamment la position d’Arnauld Montebourg qui rejoint les thèses du Front National, la candidate souligne néanmoins qu’en apportant son soutien à François Hollande, il perd toute la crédibilité qu’il a pu susciter auprès de ses sympathisants. Marine Le Pen a aussi pu exposer une grande mesure de son programme économique, celle du protectionnisme intelligent, du patriotisme économique, ce mécanisme qui vise à protéger et relancer la croissance, la productivité, l’industrie, l’emploi en France, comme au Brésil, en Chine, aux USA et  dans tant d’autres pays.

    Au sujet de la crise de la zone euro, la Présidente du Front National a démontré à quel point le FESF, Fond de stabilité financier, serait insuffisant pour intervenir sur l’ensemble des dettes des pays concernés. Marine Le Pen en appelle à la lucidité et au bon sens de tous le peuple français pour restaurer la France.

     

    14/10/11

     

  • Me Thibault de Montbrial: "Une décision désastreuse pour Dominique Strauss-Kahn"


    Banon : "une décision désastreuse pour... par Europe1fr

    TÉMOIGNAGE E1 - L'avocat de Diallo rappelle que le parquet a reconnu l'agression sexuelle.

    Le classement sans suite de la plainte de Tristane Banon pour tentative de viol à l'encontre de Dominique Strauss-Kahn n'a pas manqué d'irriter les avocats de la jeune femme. Interrogé par Europe 1, Me Thibault de Montbrial, l'avocat de Nafissatou Diallo qui accuse elle aussi DSK, a également vivement réagi à cette décision de justice. N'hésitant pas à y voir "une décision désastreuse pour DSK".

    Dans la droite ligne de Me David Koubbi, l'avocat de Tristane Banon, Me Thibault de Montbrial a insisté sur le fait que le parquet de Paris avait reconnu l'agression sexuelle. Mais comme les faits se sont produits il y a plus de 3 ans, ils sont donc prescrits.

    Pour autant, l'avocat de Nafissatou Diallo a évoqué "une décision doublement désastreuse pour Dominique Strauss-Kahn". "Aujourd'hui, il n'y a pas que l'avocat de Tristane Banon ou de Nafissatou Diallo qui parle d'agresseur sexuel en parlant de Monsieur Strauss-Kahn. Il y a aussi le procureur de Paris, ce qui n'est pas rien", a-t-il commenté.

    "Une décision désastreuse pour Dominique Strauss-Kahn" :

    Me Thibault de Montbrial a souligné par ailleurs que cette décision de justice constituait un véritable désaveu pour Dominique Strauss-Kahn, qui a souvent évoqué les accusations "imaginaires" de Tristane Banon.

    "Monsieur Strauss-Kahn est pris en flagrant délit de mensonge. J'ai réécouté ce qu'il avait dit sur TF1 il y a quelques semaines. Il a dit, je cite : 'Il n'y a eu aucun acte d'agression' à propos de Tristane Banon. Donc Monsieur Strauss-Kahn a menti", a souligné l'avocat.

    Des répercussions dans l'affaire Diallo ?

    Des mensonges que Me Thibault de Montbrial a jugés beaucoup plus préjudiciables que ceux reprochés à sa cliente. "Je voudrais rapprocher ce mensonge des mensonges périphériques qui ont été reprochés à Nafissatou Diallo sur les conditions d'entrée aux États-Unis, sur les coups de fil qu'elle a pu passer après les faits et qui sont dérisoires par rapport aux mensonges de quelqu'un qui s'est toujours drapé dans sa morale et dans sa vertu", a-t-il fustigé.

    Me Thibault de Montbrial a estimé que "ce mensonge" pourrait défavoriser Dominique Strauss-Kahn dans l'affaire qui l'oppose à Nafissatou Diallo aux États-Unis. "Quand les avocats de Madame Diallo intervieweront Dominique Strauss-Kahn, sous serment, dans le cadre de l'enquête au civil, ils ne manqueront pas de le mettre en face de mensonge", a fait remarquer l'avocat. "Je pense que c'est une décision désastreuse pour Monsieur Strauss-Kahn et qu'elle fera date", a-t-il conclu.

     14/10/11

  • Roissy: pèlerinage à La Mecque

    1653345_mecque_640x280.jpg

    (Cliquez sur la photo)

    Ils auraient dû décoller de l'aéroport de Roissy pour la Mecque jeudi soir à 20 heures puis aujourd'hui à 13 heures. 350 pèlerins musulmans sont toujours dans l’attente. «On a payé 5000 € pour un mois de pèlerinage, explique une voyageuse avec impatience. On est des personnes âgées de la région parisienne mais aussi de toute la France qui voulons partir à la Mecque, le plus vite possible!»
    Jeudi soir, les inspecteurs de l’aviation civile avaient refusé le décollage de l’avion de la Saudi Arabian Airlines, la compagnie nationale saoudienne, pour une raison technique.

    "Ils ont obligé la compagnie à changer une pièce du moteur, rapporte un représentant de Marwa voyages, le voyagiste. Après quoi, ils n’ont toujours pas autorisé le décollage. La compagnie a donc décidé d’envoyer un autre avion". Selon ce dernier, le départ devrait intervenir samedi matin à 8 heures.
    Pris en charge par leur voyagiste, les passagers ont été nourris et logés deux nuits dans des hôtels de Disneyland Paris à Marne-la-Vallée (Seine-et-Marne).

    Le Parisien - 14/10/11 

  • HYPERBOREE Aux sources de l'Europe n°12 vient de paraître

    La-une-hyperborée-n°12.jpg

    (Cliquez sur la couverture pour l'agrandir)

    Adresse du site: http://www.hyperboreemagazine.fr

    « Hyperborée magazine, aux sources de l’Europe ». Notre plus lointain passé, notre plus proche avenir. La revue HYPERBORÉE se donne pour mission de recenser les éléments intangibles et permanents qui, d’un cycle à l’autre, permettent à nos peuples européens de se régénérer et de recommencer leur fabuleuse histoire.

    HYPERBORÉE, revue semestrielle, 112 pages sur le symbolisme, la spiritualité, les origines de l’Europe, les peuples, les religions, les écritures, les langues anciennes, les terroirs, la tradition, l’environnement, les cycles du temps, la géographie sacrée, les phénomènes inexpliqués, les mythes, contes et légendes, la quête du Graal…

     

  • Journal de Bord de JMLP n° 248

    Au sommaire de ce numéro

     

    • Retour sur le débat de l’entre-deux-tours des primaires PS, sur le fond (fédéralisme, droit de vote des étrangers…) et sur la forme
    • Primaires PS : que penser des derniers coups bas entre François Hollande et Martine Aubry ?
    • France : le nouveau patron du SAMU social est le président de la HALDE. Faut-il y voir un signe ?
    • Libye : une délégation de chefs d’entreprises français s’est rendue à Tripoli en compagnie de Pierre Lellouche qui dit avoir pris cette décision « dans le but d’offrir un avenir aux jeunes libyens ». Réaction
    • L’évolution de la situation en Syrie
    • L’affaire Tristane Banon
    • Une immunité parlementaire aurait été réclamée pour les collaborateurs de Nicolas Sarkozy. Un régime spécial ?
    • Les ambitions de François Fillon à Paris ne plaisent pas à Rachida Dati
    • Europe : l’attitude des dirigeants slovaques au sujet du Fonds européen de stabilité financière
    • Sondage : une majorité de Français favorable à une politique commerciale protectionniste
    • Michèle Tribalat expose dans Le Monde sa vision de l’Islam
    • Déplacements de Jean-Marie Le Pen dans le Vaucluse et le Var la semaine prochaine

     

    • NPI - 14/10/11
  • Le protectionnisme intelligent, c'est possible!

    Marine Le Pen, candidate à l’élection présidentielle de 2012, a suggéré en juin 2011, dans l’émission des « Paroles et des actes«  présentée par David Pujadas et François Lenglet, la mise en place d’un protectionnisme intelligent en prenant l’exemple de concevoir sur le sol français le dernière technologie de téléphonie mobile, le smartphone type iPhone d’Apple.

    Aujourd’hui, sur BFM Business, nous apprenons que le Brésil a mis en place une mesure de protectionnisme intelligent visant à ce que les industriels fabriquent sur son sol et à favoriser l’emploi national, l’iPad du géant mondial Apple. Le protectionnisme intelligent, c’est donc possible, les euro-mondialistes peuvent aller se rhabiller !

    NPI - 14/10/11

  • Paris: cinq adolescentes en garde à vue après le suicide d'une camarade

    1653122_suicide.jpg

    L'immeuble d'où elle a sauté du 6ème étage - (Cliquez sur la photo)

    Selon les premiers éléments de l’enquête confiée à la brigade de protection des mineurs (BPM), l’adolescente de 15 ans qui s’est tuée en faisant une chute dans le vide, jeudi soir, vers 19 heures, d'une fenêtre de l’appartement de ses parents, situé au 6e étage d’un immeuble de la rue Stephenson dans le XVIIIe arrondissement à Paris aurait été «incitée psychologiquement» à se suicider.



    Quelques minutes avant les faits, une vingtaine de collégiennes, fréquentant le même établissement scolaire que la victime ont fait irruption chez elle avant de la menacer. «Ces jeunes filles lui auraient alors indiqué qu’il valait mieux pour elle qu’elle mette fin à ses jours sinon, elle aurait droit à de sévères représailles physiques, indique une source proche de l’affaire. Ces adolescentes ont été sorties de l’immeuble par la gardienne. Les parents de la victime n’étaient pas présents au moment des faits».

    Ordinateur et journal intime saisis

    En revanche, ses trois frères se trouvaient dans l’appartement. Ils ont précisé à la police avoir entendu leur soeur se disputer avec d’autres filles mais sans avoir assisté à la scène. Quelques minutes après le suicide de la jeune fille, quatre adolescentes ont été interpellées avant d’être conduites dans les locaux de la BPM pour y être entendues.

    D'après nos informations cinq jeunes filles ont été placées en garde à vue en lien avec cette affaire. Une altercation entre la victime et d'autres adolescentes serait intervenue mercredi dernier. Dans l'appartement familial, les enquêteurs ont par ailleurs saisi un ordinateur et le journal intime de la victime. Dans ce dernier, d'après des sources proches de l'enquête, elle confierait son désespoir d'avoir été prise en grippe à la suite d'un conflit né sur un réseau social.
     
     
    Le Parisien - 14/10/11
     
    Quelle pourriture morale!


  • L'enseignante qui s'était immolée par le feu est décédée

    1652235_a7ccf4c4-f5e5-11e0-b1a3-00151780182c_640x280.jpg Lycée.jpg

    Cour du lycée Jean-Moulin à Béziers - (Cliquez sur la photo)

    Le lycée Jean-Moulin de Béziers (Hérault) est en deuil. Quelques heures après avoir rouvert ses portes ce matin, l'établissement qui compte 3 000 élèves et 280 enseignants a appris la triste nouvelle : la professeur de mathématiques qui s'était immolée la veille par le feu, est finalement décédée.

       
    Lise, cette femme âgée de 44 ans, s'était aspergée d'essence et avait mis le feu à ses vêtements, au beau milieu de la cour de récréation, jeudi matin devant plusieurs élèves et professeurs.

    Brûlée à 100 % et au troisième degré, son pronostic vital n'était pourtant plus engagé dans la soirée de jeudi. Elle avait été évacuée en hélicoptère vers le service des grands brûlés du CHU de Montpellier.   
    Le ministre de l'Education nationale , qui s'était rendu à son chevet dans la soirée, avait expliqué que la santé de l'enseignante était «extrêmement préoccupante», lors d'un bref point de presse. 

    Une cellule de soutien mise en place dès jeudi


    La jeune femme était semble-t-il en conflit avec des élèves. La veille du drame, mercredi, une réunion houleuse se serait tenue. Elle l'aurait très mal vécue. Le lendemain, la prof a attendu la récréation de 10 heures pour se saisir d'un bidon d'essence, se placer au centre de la cour, avant de crier «C'est pour vous que je fais! », tout en s'aspergeant de carburant. Présents, quelques élèves et professeurs étaient intervenus rapidement pour éteindre les flammes.

    Une cellule de soutien, mise en place dès jeudi a déjà reçu quelque 80 élèves. Après l'annonce du décès de l'enseignante, le lycée Jean Moulin a décidé de fermer ses portes. Lundi matin, une assemblée générale sera organisée suivie à 14 heures d'une marche blanche dans la ville. 
    Le parquet de Béziers, lui, a indiqué que les premières vérifications ont démontré qu'il «n'y avait eu aucune infraction pénale à reprocher à quiconque».
    «Des vérifications complémentaires sont prévues», a précisé le procureur de la République, Patrick Mathé. Pour ce qui est de l'enquête administrative, le recteur a relevé que l'enseignante, décrite comme très fragile psychologiquement, notamment suite au décès de son neveu, était «suivie médicalement et par l'inspection d'académie. Elle était accompagnée».

    Après cette tragédie, le Snes, premier syndicat du secondaire, réclame maintenant un «débat» sur le métier d'enseignant. Il veut notamment interpeller le ministre de l'Education nationale sur la mise en place «d'une véritable médecine du travail dans l'Education nationale et l'amélioration des conditions générales de travail des enseignants, dont la pénibilité s'est considérablement accrue ces dernières années».

    Le Parisien - 14/10/11

     

  • Le "grand remplacement" selon Rockaya Diallo

    Rockaya Diallo, née à Paris en 1978, est d'origine sénégalo-gambienne

    11/10/11

     

  • La chirurgie esthétique selon Sarkozy

     Au retour de sa visite dans le Caucase, vendredi 7 octobre, Nicolas Sarkozy convie à dîner à l'avant de son avion les ministres Éric Besson, Pierre Lellouche, Thierry Mariani et Henri de Raincourt, les députés Patrick Devedjian et Valérie Boyer, ainsi que son conseiller Henri Guaino.

    Ce beau monde espère une discussion politique, voire présidentielle. Au lieu de quoi le chef de l'État les entretient de... chirurgie esthétique ! Tout commence par une réflexion de Patrick Devedjian sur la mine du président géorgien Mikheil Saakachvili : "Il a grossi et il se teint les cheveux. Il a pris un coup de vieux." S'ensuit un monologue de Nicolas Sarkozy, long de vingt minutes. "La chirurgie esthétique, disserte-t-il, c'est bien quand on a une infirmité ou un gros défaut. Sinon, c'est dangereux. On croit qu'on ne le fait qu'une fois et on en devient esclave. Il ne faut pas mettre le doigt dans l'engrenage." Échange de regards gênés autour de la table. Personne ne prononce le nom de Carla Bruni, qui, depuis le premier livre de Justine Lévy (Rien de grave, Stock, 2004), passe pour une adepte de la chirurgie esthétique - ce dont l'actuelle première dame s'est toujours défendue. Sujet tabou, donc.

    Pour faire diversion et tenter de repolitiser le débat, l'un des convives croit bon de préciser : "C'est grâce à la chirurgie esthétique que Jérôme Cahuzac (le président socialiste de la commission des Finances à l'Assemblée nationale, NDLR) a gagné de l'argent..." Nicolas Sarkozy ne saisit pas la perche, tout à son plaisir de délivrer sa philosophie de la lutte contre le vieillissement. Car ne voilà-t-il pas que le président poursuit : "Je ne considère pas comme de la chirurgie esthétique le fait de se faire stimuler le collagène naturel par un laser. Ça lisse la peau et ça donne bonne mine." À cet instant, il se tapote la joue d'un air satisfait. "On en a tous déduit qu'il était accro au laser", raconte un participant, encore estomaqué. Et un autre de brocarder : "Le nouveau Sarkozy ne serait-il qu'une invention cosmétique ?"

     

    Le Point -12/10/11

  • Creuse: Sarkozy oublie de payer "sa tournée" dans un bar

    1649233_photo-1318334066775-2-0_640x280.jpg bar.jpg

    (Cliquez sur la photo)

    C'est sans doute un simple oubli , une étourderie... Mais en tout cas, la scène, quelque peu cocasse, n'aura pas échappée aux journalistes. Selon le journal La Montagne, tout se passe dans un bar de La Villetelle (Creuse).

    En déplacement sur le thème des «défis de la ruralité», entre dans un établissement «multiservices» tenu par Bruno Durand. 
    Le président s'accoude au comptoir et commande quatre cafés. Il en profite ensuite pour vanter sa politique, et plus particulièrement la baisse de la TVA à 5,5 % dans la restauration, dont il est l'artisan.
    Il lance alors un «C'est ma tournée» pour le moins enthousiaste, avant d'encenser «un bel endroit où on a envie de s’installer », qui sert aussi de marchand de journaux, de station essence, de bureau de poste... dans un village qui ne compte que 160 habitants. 
       
    Seulement, le patron du bar, lui, attend toujours la monnaie ! Parce que planning oblige, Nicolas Sarkozy ne s'est évidemment pas éternisé sur les lieux, et a poursuivi le timing serré de son déplacement, entouré d'une horde de journalistes et de gardes du corps. Dans la mêlée, on l'imagine bien, le chef d'Etat a souri, salué le patron du bar et passé la porte... en oubliant de régler la note.

    Montant du préjudice : 6,60 euros. Dans Libération, la femme du gérant du bar, elle, préfère en sourire. La note du président, pas de problème, c'est pour elle ! «Il y a tellement de monde et de contraintes d'organisation dans ces déplacements que je comprends le ratage. Je ne me serais pas imaginée lui réclamer 6,60 euros pour les quatre cafés commandés».
     
    Le Parisien - 12/10/11
     
  • Béziers: une enseignante s'immole par le feu en s'écriant "C'est pour vous" à l'adresse de ses élèves

     

    Communiqué de Guillaume Vouzellaud, membre du Bureau politique du Front National, secrétaire départemental FN de l’Hérault

    Ce matin 13 octobre 2011 à 10 heures, une enseignante de mathématiques, gravement touchée par un drame familial, mais également poussée à bout de nerfs par des élèves difficiles, s’est immolée par le feu dans la cour d’un lycée de Béziers, Jean-Moulin.

    Le Front National, par l’intermédiaire de son secrétaire départemental de l’Hérault, Guillaume Vouzellaud, apporte son soutien à l’enseignante, sa famille, ses proches, ses collègues et les élèves traumatisés. A n’en pas douter, ce drame illustre d’une manière terrible la situation difficile à laquelle sont confrontés au quotidien enseignants, personnels et élèves.

    Un lycée qui, hélas, porte bien son nom : à entendre élèves, professeurs ou agents techniques, on y entre « comme dans un moulin » ! Ajoutons à cela que ce lycée est aux abords d’un quartier de non-droit – la Devèze – et d’un quartier difficile – La Grangette – et vous aurez compris qu’armes, drogues et autres carburants y entrent en toute impunité. Certains individus fréquentent même l’établissement alors qu’ils n’y sont pas inscrits. Ni portique, ni contrôle efficace, ni surveillance réelle, les élèves, les professeurs comme le personnel ATOS sont livrés à eux-mêmes. C’est la jungle urbaine et cela ne date pas d’hier ! Qu’adviendra-t-il demain dans ce lycée ? Jusqu’où irons-nous dans l’intolérable ?

    Lors de son discours de clôture du colloque du Club Idées & Nation, le jeudi 29 septembre dernier, sur le thème « Comment redresser l’école de la République », Marine Le Pen déclarait : « J’ai entendu beaucoup de souffrance, beaucoup d’inquiétude, beaucoup de déception [de la part des professeurs, des parents et des élèves]. C’est vrai. Il serait fou de prétendre que l’école va bien, que les professeurs en sont satisfaits, que les résultats sont là, et que l’égalité des chances est assurée. »

    Guillaume Vouzellaud, membre du Bureau politique du FN, rappelle que l’élève n’est pas l’égal du professeur et pour que cela soit clair il importe que la discipline soit une valeur remise à l’ordre du jour. L’insécurité à l’école doit être traitée de la même manière que l’insécurité tout court à savoir tolérance zéro (portiques de détection des métaux, ronde de police, aggravation des peines pour les personnes coupables d’avoir insulté ou agressé un enseignant, etc.). Enfin, tout élève doit sortir de l’école en sachant vraiment lire, écrire, compter et chanter « La Marseillaise » (niveau certificat d’étude).

    Seule, Marine Le Pen aura les compétences, le cœur, la force et l’intransigeance pour faire appliquer dans nos établissements scolaires, les lois et les valeurs de la République.

  • Déni de démocratie: l'UE a fait revoter la Slovaquie

    Pour faire suite au refus par le parlement slovaque de l’élargissement du FESF (Renforcement du fonds de stabilité financier), l’Europe anti-démocratique a aussitôt exigé que la Slovaquie revote !

     Chose effective ce soir, puisque le Parlement slovaque a approuvé ce jour (13 octobre 2011) le renforcement du Fonds européen de stabilité financière lors d’un second vote, permettant l’entrée en vigueur de cet outil.

    Déni de démocratie surtout quand plus de 60 % des Slovaques refusent le FESF dans deux sondages parus la semaine dernière.

    NPI - 13/10/11

  • L'Iran prépare une bombe nucléaire selon le dernier rapport de l'AIEA

    0e0b06d0-f5c4-11e0-a34c-422193d90c6d.jpg Iran.jpg

    Centrale de Bouchehr  (Cliquez sur la photo)

    INFO LE FIGARO - Preuves à l'appui, l'AIEA va dénoncer sans ambiguïté le caractère militaire du programme nucléaire de Téhéran.

    Ce devrait être le rapport le plus dur et le plus complet jamais écrit par l'Agence internationale de l'énergie atomique sur l'état d'avancement du programme nucléaire iranien. Restée pendant des années ambiguë, puis prudente, l'AIEA, à l'occasion de son prochain conseil des gouverneurs, le 17 novembre à Vienne, s'apprête, selon les informations obtenues par Le Figaro, à dénoncer, preuves à l'appui, le caractère militaire de ce programme qui vise à doter l'Iran de la bombe. «Ce rapport sera l'un des plus importants sur le sujet», affirme un spécialiste proche du dossier.

    À Paris et dans les chancelleries qui s'inquiètent du développement de la prolifération nucléaire, le caractère militaire du programme iranien est depuis longtemps un secret de Polichinelle, alimenté par des photos satellites, des rapports d'experts ou des confessions de dissidents. Mais l'agence de l'ONU, tout en s'inquiétant publiquement des activités d'enrichissement de l'Iran, ne l'a jamais affirmé aussi clairement qu'elle s'apprête à le faire le mois prochain. Pourquoi maintenant ?

    D'abord parce que, malgré la contestation politique qui a placé le régime sur la défensive depuis 2009, l'Iran persévère dans sa marche rapide vers la bombe. Installations de nouveaux fourneaux, création de centrifugeuses supplémentaires, poursuite des activités d'enrichissement…

    Rien de neuf sous le soleil, diront les spécialistes du dossier, dont certains estiment que l'AIEA aurait pu et dû frapper du poing sur la table beaucoup plus tôt. Mais le départ de Mohamed ElBaradei, qui a quitté la tête de l'agence fin 2009, aurait selon eux libéré la parole des spécialistes de l'agence et permis l'arrivée d'équipes nouvelles, plus professionnelles. Le patron égyptien de l'AIEA a en effet longtemps été soupçonné de minimiser le programme nucléaire iranien, voire d'en dissimuler certains éléments.

    Course contre la montre 

    Mais le contexte diplomatique et géopolitique explique également le changement de ton de l'AIEA. Dans les capitales occidentales, on est persuadé qu'il faut agir sur le dossier avant 2012, année d'élections très importantes. À Moscou d'abord, où le retour annoncé de Vladimir Poutine à la présidence pourrait se traduire par un durcissement de la position russe vis-à-vis de l'Occident. Alors que des tensions se profilent en amont du sommet de l'Otan à Chicago sur la défense antimissile, le pouvoir russe devrait être tenté, pensent les diplomates, de jouer la carte iranienne pour faire valoir ses positions. À Washington, où les difficultés rencontrées par Barack Obama pourraient contraindre le président américain à se détourner momentanément de certains dossiers internationaux au profit de la scène intérieure. À Paris, où l'éventualité d'une défaite de Nicolas Sarkozy, qui a fait du dossier iranien l'une de ses priorités internationales, risquerait d'affaiblir la détermination de la France vis-à-vis de Téhéran. À Pékin enfin, où l'arrivée au pouvoir de la cinquième génération du Parti communiste chinois, couplée aux élections législatives et présidentielle de Taïwan, pourrait faire disparaître le dossier iranien de l'agenda. À cela, s'ajoute la conviction de certains observateurs que les sanctions internationales prises à l'encontre de Téhéran commencent à avoir des effets, même si les conséquences économiques sont encore camouflées par le pouvoir.

    Il s'agit donc d'une course contre la montre, engagée depuis plusieurs mois déjà par l'ensemble des capitales occidentales afin d'atteindre le pouvoir iranien avant qu'il ne soit trop tard et tant que le contexte géopolitique le permet.

    Pour arriver à leurs fins, les nations ont fourni de nombreux documents relatifs au programme nucléaire iranien à l'AIEA. Elles planchent également sur de nouvelles sanctions, destinées à faciliter un éventuel effondrement du régime. Car si certains experts estiment qu'il est peut-être trop tard pour empêcher Téhéran de se doter de la bombe, ils redoutent par-dessus tout que la nucléarisation de l'Iran ait lieu sous le régime actuel. Ils aimeraient également éviter qu'Israël ne décide de lancer des frappes préventives contre les centrales iraniennes, avec les lourdes conséquences qu'aurait une telle action sur la région.

    Le Figaro - 13/10/11

  • Libye: les forces du CNT reculent à Syrte sous le feu des pro-Kadhafi

    Les forces du nouveau régime libyen, qui disaient avoir cerné les derniers fidèles de Mouammar Kadhafi dans deux quartiers de Syrte, ont reculé de deux kilomètres jeudi sous leur feu nourri, selon un journaliste sur place.

    Le Conseil national de transition (CNT), l'ex-rébellion qui a renversé le régime Kadhafi, attend la chute de Syrte, à 360 km à l'est de Tripoli, pour proclamer la "libération totale" du pays et reprendre ses discussions en vue de former un gouvernement chargé de gérer la transition.

    "Nous avons dû nous retirer vers le QG de la police (pris mardi, près de la place centrale de la ville) et nous allons utiliser l'artillerie lourde pour frapper les forces de Kadhafi", a déclaré Hamid Neji, un combattant pro-CNT sur la nouvelle ligne de front.

    "Plus tôt dans la journée, nous étions engagés dans des combats de rue, mais nous avons arrêté. Les pro-Kadhafi tirent sur nous des roquette, des mortiers et des bombes", a déclaré Faysal Bringo, un autre combattant pro-CNT qui revenait de la ligne de front.

    Mais selon Rawad Friwane, chirurgien à l'hôpital de campagne situé à l'entrée ouest de Syrte, les pertes enregistrées jeudi --quatre pro-CNT tués et 40 blessés-- étaient dues en majorité à des tirs fratricides et aux balles des tireurs embusquées pro-Kadhafi toujours positionnés dans la ville.

    "Il y a encore 500 combattants pro-Kadhafi dans Syrte et nos forces en ont arrêté 15 aujourd'hui" (jeudi), a affirmé Faysal Bringo, assurant que "le quartier n°3 est libérée" mais faisant toujours état de "violents combats dans les quartiers n°1 et 2", au bord de la Méditerranée dans le nord-ouest.

    Le contrôle des différentes zones de la ville est toutefois régulièrement annoncé puis démenti par les diverses brigades engagées dans les combats sur les fronts Est et Ouest de Syrte.

    Outre Syrte, les forces du CNT assiégeaient toujours l'oasis de Bani Walid, un autre bastion pro-Kadhafi à 170 km au sud-ouest de Tripoli.

    Mais Youssef Amrou, un combattant de l'une des principales brigades engagées sur ce front, a annoncé qu'elle avait reculé d'une trentaine de kilomètres mercredi en raison d'un différend avec d'autres brigades accusées de ne respecter aucune consigne.

    Le chef du comité local du CNT de Bani Walid, Al-Haj Mbarak Al Fatnani, a démenti et expliqué que les combats étaient suspendus pour préparer la prochaine offensive. Selon lui, il reste 1.500 combattants pro-Kadhafi dans Bani Walid, dont 5% des habitants n'ont pas encore fui.

    Mercredi soir, des tirs de joie et des concerts de klaxon ont résonné à Tripoli et à Misrata pour saluer l'annonce de l'arrestation à Syrte de Mouatassim, l'un des fils Kadhafi, mais cette information a été démentie jeudi.

    Après avoir confirmé l'arrestation mercredi soir, Abdelkarim Bizama, conseiller du chef du CNT, Moustapha Abdeljalil, est revenu jeudi sur ses propos.

    "A Syrte, le commandant Wissam ben Ahmed, l'un des chefs des opérations du CNT sur le front Est, a assuré que Mouatassim Kadhafi n'avait pas été arrêté.

    "Mais certains prisonniers que nous avons capturés disent que (Mouammar) Kadhafi se trouve à Syrte", a-t-il ajouté. L'ancien dirigeant est en fuite depuis la chute de son QG à Tripoli le 23 août, après 42 ans au pouvoir.

    Les annonces erronées ou non confirmées sur l'arrestation, la fuite ou le décès de proches de M. Kadhafi se sont multipliées ces derniers mois.

    Jeudi matin, un combattant pro-CNT a raconté avoir arrêté la veille avec quatre camarades le mufti de Libye, Khaled Tantouche, plus haute autorité religieuse sous le régime Kadhafi, alors qu'il avait changé d'apparence et tentait de fuir Syrte.

    Dans un rapport publié jeudi, Amnesty International (AI) a exhorté le CNT à mettre rapidement fin aux détentions arbitraires et aux mauvais traitements des prisonniers, faisant valoir que cette réminiscence du régime déchu ternissait leur image.

    Nombre de prisonniers ont été battus, et "dans certains cas, il y a des preuves de tortures pour obtenir des aveux ou punir" les personnes soupçonnées de liens avec le régime déchu, tout particulièrement les Noirs, selon AI.

    Sur le plan économique le gazoduc Greenstream, le seul reliant la Libye à l'Italie et à l'Europe, a été relancé jeudi, près de huit mois après sa suspension en raison du conflit, a annoncé le géant pétrolier et gazier italien ENI, qui gère ce gazoduc avec la compagnie libyenne NOC.

    "NOC (National Oil Corporation) et ENI (...) ont entamé aujourd'hui les activités d'injection de gaz naturel dans le gazoduc Greenstream qui relie l'unité de traitement de Mellitah, sur la partie ouest de la côte libyenne, à Gela", en Sicile, selon un communiqué d'ENI.

    TopNews

    Le Nouvel Observateur - 13/10/11

  • Humour ?

    1002127.jpg Chappatte.jpg

    (Cliquez sur le dessin)