Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/06/2011

La bière était populaire en Provence voici 2500 ans

 
La bière était populaire en Provence voici 2.500 ans
 
 Si le vin était consommé en Provence il y a 2.500 ans, la bière y était également très populaire et nos ancêtres brassaient eux-mêmes leur petite mousse, ont découvert des archéologues sur le site de Roquepertuse (Bouches-du-Rhône).

Jusqu'à présent, les archéologues n'avaient trouvé dans la région que des preuves de la production de vin. Mais des analyses effectuées par Laurent Bouby et son équipe du Centre de bio-archéologie et d'écologie de Montpellier montrent que les occupants de Roquepertuse produisaient également du malt et de la bière au Ve siècle avant Jésus-Christ.

"L'exemple de Roquepertuse suggère que la bière était vraiment produite dans un cadre familial. Cela contribue à donner l'image d'une société qui utilisait un grand nombre de breuvages alcoolisés dont la bière, qui était probablement une tradition locale ancienne, et le vin, qui était au moins en partie lié aux contacts avec des colons méditerranéens", estiment les auteurs.

Les chercheurs ont étudié trois échantillons prélevés sur le site, dans le sol près du foyer et du four d'une habitation, dans un récipient de céramique et dans un puits. Les trois échantillons contenaient des restes carbonisés de plantes, principalement de l'orge germé.

Selon l'étude publiée dans la revue en ligne Human Ecology, cet orge a été carbonisé durant le processus de fabrication du malt. Le four situé à proximité devait servir aux Provençaux de l'âge de fer à sécher et griller les grains d'orge pour stopper le processus de germination.

Le matériel retrouvé sur le site de Roquepertuse laisse penser que les habitants employaient à peu près les mêmes techniques que les brasseurs modernes pour la fabrication de leur bière. Ils trempaient l'orge dans des récipients, l'étalaient sur une surface plate et pavée pour le faire germer, le séchaient dans le four pour arrêter le processus puis l'écrasaient à l'aide d'une petite meule pour faire du malt. Ils pouvaient alors utiliser le foyer et d'autres récipients pour la fermentation de la bière et son stockage.

Source Le Point - 15/06/11

20:35 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Les conseils de la diplomatie américaine aux touristes qui se risquent en France

carte de France.jpg

Le diplomatie américaine vient de sortir son application smartphone, Smart Traveler, pour donner des conseils aux voyageurs. Le but est d’aider les touristes américains lors de leurs voyages touristiques. Les données disponibles sont tirées de deux sites internet du Département d'Etat (State.gov et Travel.state.gov). Elles présentent le pays, détaillent les besoins en visas et donnent des alertes en cas de danger spécifique. Chaque Etat est logé à la même enseigne. Il est amusant de voir ainsi de quelle manière la France est jugée.

Sur le plan de la sécurité, il est expliqué que l’Hexagone a mis en place le plan Vigipirate. Ces «dernières années, les autorités ont arrêté des militants islamistes impliqués dans des complots terroristes» et «les autorités françaises parlent régulièrement des risques élevés qui menacent l’Europe». Des mesures qui, visiblement, plaisent à la diplomatie américaine.

De plus, «même si les citoyens américains n’ont pas été visés ces dernières années en France par des attaques terroristes, il convient de rester vigilant.» Et si «les désordres violents sont rares, dans le passé, des manifestations étudiantes, syndicales ou d’autres types ont pu se terminer en affrontements contre les forces de police».

Attention au RER B

L'application donne des conseils pour éviter les agressions: «Si la France a un taux de crimes violents relativement bas, il y a quelques banlieues autour des grandes villes dans lesquelles il faut faire plus attention». A Paris, il faut se méfier «du RER qui mène à l’aéroport Charles de Gaulle». L’application conseille de prendre plutôt un bus ou le taxi.

Elle recommande également de faire attention dans la ligne 1 du métro: le principal danger étant les pickpockets qui agissent en groupe et souvent juste avant que les portes ne se ferment. Si jamais cela vous arrive, la diplomatie américaine explique qu’il ne «faut surtout PAS réagir». La Gare du Nord et Pigallle, «the adult enternainment district», sont également cités ainsi que, hors de Paris, la Normandie (les vols de bagages dans les voitures garées sur les parkings des plages du débarquement) et le Sud.

Pour passer la nuit, l’application remarque que «la plupart des hôtels ont des verrous, mais ce n’est pas aussi courant qu’aux Etats-Unis [...]. S’il n’y en a pas, vous pouvez placer une chaise contre la porte.» Amis voyageurs, si vous êtes déjà tombés sur des établissements dont les portes des chambres ne ferment pas à clé, nous vous invitons à témoigner dans les commentaires.

Pour ceux qui ont des envies de conduite, l’application explique que «les panneaux signalétiques sont rarement très clairs» et «qu’il faudra se préparer à réagir au dernier moment comme le font la plupart des conducteurs». Elle note malheureusement que «les Français ont tendance également à dépasser les limites de vitesse». Du coup, il vaut mieux prendre le train, «plus sûr».

Sinon, coup de bol, aucune alerte climatique particulière ne menace l’Hexagone en ce moment.

Source Libération.fr - 15/06/11

20:23 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

La violence du gang de la cité Curial: l'horreur à son comble

Mathieu, Maël, Bernard, Denis, Marc, Florent… tous ont croisé entre septembre 2008 et janvier 2009, le chemin des trois hommes qui comparaissent depuis hier devant la cour d’assises de Paris.

Pendant des mois, Macire Sy, 24 ans, Salah Khorchid, 22 ans et Seydou Tandjigora, 23 ans, ont semé la terreur dans le nord-est parisien. Pour un code de carte bancaire, un iPod, un téléviseur, le gang n’hésite pas à faire montre d’une violence inouïe.

   Menaces de viol, simulation d’exécution, coups, brûlures de cigarettes, humiliations, agressions sexuelles. Huit victimes au total. Huit hommes, âgés de 22 ans à 67 ans, qui, aujourd’hui encore, portent les stigmates infligés par le gang. Lorsque, le 10 février 2009, les policiers du deuxième district de police judiciaire (DPJ) mettent enfin la main sur le trio et déroulent la longue liste des victimes et des sévices subis, l’horreur est à son comble.

 Tout comme hier, devant la cour d’assises, où les trois accusés, prostrés dans le box, ont écouté, face à leurs victimes, l’interminable déroulé de l’acte d’accusation qui les renvoie devant la justice pour « extorsion en bande organisée et séquestration ». Si les parties civiles obtiennent la requalification en actes de torture et de barbarie, le gang encourt la réclusion criminelle à perpétuité.

L’ancien livreur de pizzas, le commis de cuisine et le serrurier, tous enfants de la cité Curial, dans le XIXe arrondissement, baissent la tête, absorbés par la lecture douloureuse des faits.

Le 29 septembre 2008, Maël, 25 ans, sort du cinéma MK2, quai de la Loire (XIXe). Il vient de voir « Batman » avec quelques amis, lorsque son destin bascule : deux hommes, coiffés de capuche, le bas du visage camouflé sous une écharpe, brandissent un cutter et l’entraînent au pied d’un immeuble où les attend un complice, puis dans une cave, où l’attend l’indicible : frappé à coups de crosse de revolver, mis à genoux, pantalon baissé, humilié et menacé de viol, le jeune homme est sommé de ne jamais regarder ses agresseurs.

Il doit donner sa carte bancaire et le code confidentiel, car le message du gang est clair : « On va creuser ta tombe. » Le trio a ce qu’il veut, mais tord néanmoins les doigts de sa victime, sur laquelle on applique le bout brûlant d’une cigarette. Quelques minutes plus tard, alors que Maël est surveillé par l’un de ses agresseurs, un deuxième jeune homme est attiré dans le piège. Une deuxième victime dans la même soirée.

Repérés, épiés, suivis par le gang, les hommes seuls sont attaqués avec une violence redoublée dans le XIXe arrondissement, en pleine rue, mais aussi chez eux.

Le 5 décembre 2009, Marc est surpris chez lui par le gang, en pleine nuit, rue du Faubourg-du-Temple. Il est frappé, ligoté et dépouillé de sa carte bancaire, comme Florent, un jeune homme de 22 ans, attaqué dans son appartement du boulevard (XIe)… alors que ses parents se trouvent à l’étage du dessous. « On l’a choisi parce que son logement était visible de la rue », reconnaîtra le trio.

La personnalité de Sy, Khorchid et Tandjigora sera évoquée vendredi. Le verdict est attendu mardi prochain.

Source Le Parisien - 15/06/11

 

19:07 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

L'Eglise Orthodoxe dénonce la conférence de l'OTAN à Belgrade

 
L’Eglise Orthodoxe dénonce la conférence de l’OTAN à Belgrade

15/06/11 – 14h30
BELGRADE (NOVOpress)
– Si les nouvelles « élites » serbes, désormais occidentalistes, ont la mémoire courte, l’Église Orthodoxe, elle, se souvient des plaies et blessures infligées au peuple serbe par les bombardements de l’OTAN.

C’est donc au nom de ce martyre, que le primat de l’Église orthodoxe serbe, le patriarche Irénée, a condamné la conférence de l’Alliance atlantique qui se déroule les 14 et 15 juin à Belgrade.

« Les blessures causées par l’Otan au peuple serbe ne se sont pas encore cicatrisées » a notamment déclaré le patriarche après avoir rappelé la haine vouée tout récemment encore à l’Alliance par le peuple serbe.

En 1999, les Etats-Unis soutenus par les autres membres de l’Otan ont déclenché des frappes aériennes sur la Serbie sans l’autorisation du Conseil de sécurité de l’Onu. Cette opération, qui a duré du 24 mars au 10 juin 1999, était censée défendre les « Kosovars » albanais musulmans contre les autorités serbes. Elle entraînera de nombreuses victimes civiles et des destructions de grande envergure.

La conférence qui se déroule à Belgrade réunit les pays de l’Alliance et les Etats participant au programme du Partenariat pour la paix, au Dialogue méditerranéen et à l’Initiative de coopération d’Istanbul.

18:36 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Lampedusa: des Tunisiens débarquent avec leur bétail...

15/06/2011 – 15h00
LAMPEDUSA (NOVOpress) – Le sentiment d’impunité est devenu tel chez les clandestins qu’ils commencent désormais à s’embarquer pour l’Europe avec leurs troupeaux. Un bateau de dix mètres, arrivé à Lampedusa dans les premières heures d’aujourd’hui, contenait 19 immigrés, dont six femmes et un bébé, plus une brebis, destinée, paraît-il, à donner du lait au bébé pendant la traversée. On notera avec intérêt – alors que le ministre Roberto Maroni vient encore de se vanter d’avoir arrêté l’immigration tunisienne –, que ces nouveaux envahisseurs sont tous Tunisiens.

Ils ont été, comme de juste, secourus par une vedette des gardes-côtes qui s’est chargée de les mener à bon port. Hier était arrivé sur l’île un bateau en provenance de la Libye, chargé de 290 immigrés, dont 27 femmes et une dizaine d’enfants. Hommes, femmes, enfants, bébés, troupeaux, c’est vraiment la conquête de l’Ouest. Il ne reste plus qu’à mettre les aborigènes dans des réserves et le parallèle sera complet.

Source : lagazzettadelmezzogiorno.it

15/06/11

18:27 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

MATISSE

514.jpg Matisse chambre et fenêtre.jpg

02:24 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Le Sénat veut instaurer une journée de l'Etre suprême

Pendant qu’il veut supprimer les embryons, le Sénat a adopté une résolution pour instituer une journée nationale de la laïcité le 9 décembre (lendemain de l’Immaculée, comme par hasard…)

[Le Sénat] demande que la République française instaure une journée nationale de la laïcité, garante de la cohésion républicaine, non fériée ni chômée, fixée au 9 décembre, et permettant chaque année de faire le point sur les différentes actions menées en la matière par les pouvoirs publics, ainsi qu’être l’occasion de manifestations au sein du système associatif et éducatif.

 

Cette demande fait suite aux revendications pressantes du GODF qui avait demandé depuis plusieurs mois qu’une résolution soit prise en ce sens. En effet, le 28 février, le Grand Maître, Guy Arcizet, écrivait à chaque parlementaire pour appuyer cette résolution déposée au Sénat le 27 janvier. Il leur rappelait que, depuis 2005, le Grand Orient de France milite pour cette journée. Et après cela, les sénateurs condamnent les soi-disant pressions de l’Eglise sur le législateur…

Source contre-info. com  - 13/06/11

02:08 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Anne Sinclair ne porterait plus son alliance!

Anne Sinclair ne porterait son alliance que lors de ses arrivées et de ses sorties du tribunal, «pour faire bonne figure». Dans la rue, le reste du temps, la bague ne serait plus visible à son doigt.

C'est le magazine "Closer" qui a analysé toute une série de clichés pris depuis le début de l'audience de Dominique Strauss-Kahn qui tire ces conclusions.

Jouant la femme forte et présente, la loyauté d'Anne Sinclair serait avant tout stratégique, selon plusieurs experts interrogés par le tabloïd. Montrer l'image d'un couple uni serait une façon d'amadouer le jury qui jugera l'ancien patron du FMI.

Un certain nombre d'ouvrages concernant l'affaire DSK serait en préparation. Un nouveau coup dur pour la journaliste, récemment devenue grand-mère?

Source La Tribune de Genève - 14/06/11

01:58 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Marine Le Pen va porter plainte contre Caroline Fourest


Marine Le Pen va porter plainte contre Caroline... par DZ_Le_Pirate

14/06/11

01:38 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

14/06/2011

Le rôle des juifs dans l'esclavage

http://fr.altermedia.info/general/le-role-des-juifs-dans-... 

14/06/11 

20:51 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Marine Le Pen contre le mariage homosexuel: "Et pourquoi pas la polygamie?"


Marine Le Pen par franceinter

14/06/11

20:09 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Qui est-ce? n°20

20.jpg

(Cliquez sur le tableau)

19:58 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Sainte Caroline terrassant la vipère

 

Libres propos de Gilbert Collard

Les belles âmes peuvent dormir en paix, Césaro Battisti est désormais libre comme l’air que ses quatre victimes ne respireront jamais plus : un policier, un surveillant de prison, un bijoutier, un boucher. Au bénéfice de la doctrine Mitterrand, Battisti s’installa en France.

En 2001, il avait déclaré : « Politiquement, j’assume tout. » Le parti communiste, la gauche bien pensante, des intellectuels dont, inévitablement, Bernard Henry Lévy, l’avaient soutenu jusqu’à patauger dans la belle mort de ses victimes bourgeoises. François Hollande s’était même transformé en visiteur de prison pour lui témoigner tout son respect ! À l’initiative de Bertrand Delanoé, le conseil de Paris a voté une résolution le soutenant. Et pourtant, la cour européenne des droits de l’homme a décidé à l’unanimité, le 12 décembre 2006, que les jugements condamnant Battisti en Italie étaient dans le strict respect des principes. Alors, pourquoi soutenir un assassin ? Parce que tout ce qui est de gauche, même le crime, même le mensonge, bénéficie d’un passeport moral et médiatique qui permet de franchir les frontières de l’intolérable. Ils peuvent tout dire, ils sont dans le bien universel, dans la vérité, dans le cœur qui bat l’estrade. Avec eux, un terroriste de gauche, un fasciste, est un brave mec et ses morts des accidents de l’histoire…

C’est tellement vrai que le procureur italien a parlé d’une « formidable désinformation en France. » Que se passe-t-il dans la pensée française pour qu’il suffise de se déclarer de gauche pour avoir tous les droits à la suffisance doctrinale, à l’affirmation péremptoire, à la confiance, à l’impunité ? On vire même les rares rugisseurs non conformistes, les Zemmour, les Ménard, qui ne minaudent pas avec les mignons de la moutonnerie médiatique. Dernière avatar de cette omniprésence omnipuissante de la sainte onction, Caroline Fourest, la Jeanne d’Arc des plateaux-repas intellectuels. Personnellement, je n’ai rien contre elle, sauf qu’à la fin de l’émission « Salut les terriens », sans doute parce que j’ai commis le crime de la traiter de « grenouille d’encrier », elle a refusé de me serrer la main pour « ne pas se salir » ! C’est qu’elle est propre, Caroline, d’une propreté estampillée laverie France Culture, blanchisserie le Monde, et surtout grande lessiveuse spécialiste autoproclamée de l’extrême droite.

 

Elle a tout ce qu’il faut pour prospérer un temps dans le conformisme de son commerce idéologique par lequel elle combat les fantômes des années trente qui s’accrochent aux toiles d’araignées de son cerveau en noir et blanc. Qu’importe si le film est de la propagande ! Elle tourne la manivelle à mensonges et on l’invite pour projeter le film qu’elle s’est fait. Elle est la Vérité ! Elle est la Morale. Elle est l’Antifasciste. Elle est l’Archange. Elle est la voix de Londres sur les canapés médiatiques. La voix des bons français. La Voix vengeresse ! Les accusés convoqués à son petit tribunal sont condamnés d’avance du seul fait qu’elle les convoque… Moi, je suis, « le sulfureux Me Collard » ! Je sens le soufre, j’évoque l’Enfer. Sans doute parce que l’inquisition avant de brûler les hérétiques les couvraient d’une chemise de soufre ? Mon crime albigeois, c’est d’avoir confessé mon amitié pour Marine Le Pen. Sur l’infréquentable, la petite Fourest a commis un livre, une lavure, un anachronisme tricoté par des mensonges Enoormes, mais qui passent dans notre perméable PAF, comme une lettre à la poste des années d’occupation.

Elle reconnaît, au sujet de Marine, traquer « l’arrière-pensée derrière un sourire de circonstance », « Cerner les dits et les non-dits »… On a donc maintenant un commissariat aux arrière- pensées, à la parole psychanalysée par une police de l’arrière-pensée. Caroline Freud fracture les mots pour dénoncer ce qui n’est pas dit, mais qu’elle entend de son oreille collée aux portes de l’inarticulée. Avec elle, de son aveu, on n’est plus jugé sur ce qu’on fait ou dit. Non ! On est jugé sur ce qu’elle entend et qu’on ne dit pas. C’est le silence de l’agnelle. On interprète tout, toujours dans un sens fascisant, exemple : « Son père [ Jean Marie] faisait 45 pompes tous les matins pour se maintenir en forme, et n’aimait rien moins que le coup de poing et la castagne pour se sentir toujours jeune. » Faire de la gym tous les jours serait donc l’indice indiscutable d’un penchant d’extrême droite. Le philosophe Alain qui enseignait que la gymnastique est une partie de la sagesse était donc un vieux facho et Clémenceau qui faisait sa gym tous les jours un réactionnaire musculeux. Évidemment, le footing obsessionnel de Sarkozy, la bicyclette de Drucker ou le Golf d’Obama, sont des signes de bonne santé morale ! Le Pen l’éternel coupable, en plus de tout, est coupable de faire du sport… Que n’aurait –on dit, s’il avait fait du body building… à Marrakech ? Attention, âmes sensibles, vous allez apprendre un truc terrible sur Marine, un indice répertorié dans le Maleus Maleficarum ( ouvrage dans lequel les inquisiteurs avaient répertorié les signes de possession) : « Marine Le Pen préfère visiblement se défouler au stand de tir. » Faire du tir, discipline olympique, est l’aveu qu’elle se prépare, sans doute, à prendre le pouvoir les armes à la main, un soir de pluie, à Santiago du Chili con Carne dans le restaurant à la mode où Caroline n’aura que sa fourchette pour défendre la démocratie en péril de pistolet de stand de tir ! J’en ai froid de l’effroi. Dans le même registre, se faisant soudain l’ami des policiers bafoués, de l’ordre respectueux des képis, elle accuse Marine Le Pen, fille de Brassens, d’avoir était poursuivi pour « outrage à agents » jamais Marine Le Pen n’a été poursuivie ! Pourquoi inventer une poursuite qui n’a jamais eu lieu ? Cela étant, c’est une bonne chose que Caroline défende « l’honneur de la police », c’est un peu réac, mais c’est bien ; elle en a tellement besoin la police qu’on la protège des outrages, qu’une militante de plus des droits du policier, en la personne de Caroline Fourest, est réconfortant. Et ainsi de suite. Marine aurait cumulé trois mandats pour accumuler les indemnités…sauf que le mandat de conseiller municipal était bénévole ! Enfin, je n’ai pas la place ici pour tout dire. Ce n’est qu’un blog ; il faudrait un livre ou un procès… Les seuls qui aient grâce aux yeux brûlants de fièvre indignée de Caroline, c’est Daniel Cohn-Bendit et Frédéric Mitterrand. Oui ! Auxquels Marine, elle, veut du mal injustement en raison de leurs « irréprochables » confidences sexuelles. Il y a deux pages dans le livre pour défendre Frédéric et Dany. Là, pas d’arrière-pensées. Honte à qui en aurait… C’est tout de même préoccupant, cette pratique hallucinée du deux poids, deux mesures : les uns, quoiqu’ils fassent, tourisme sexuel, tripotage d’enfants, ont droit à la compréhension, à l’explication, parce qu’ils ont le bon sperme idéologique, les autres, pas question d’un instant d’indulgence.

Étrange livre qui est comme un conte pour enfants, si j’ose dire, où il y a les bons toujours bons et les méchants toujours méchants, jusqu’à la fin des temps, sans aucun espoir de rémission. C’est le livre d’une petite bourgeoise qui a lu beaucoup de livres, qui est figée dans ses idées comme dans un fauteuil roulant des années trente, qui se croit encore à l’époque des ligues, du boulangisme, de la cagoule, que sais-je. Comme si le monde n’avait pas changé, comme si le parti communiste avait encore Marchais à sa tête et Duclos à son micro, comme si la gauche n’avait pas eu Mitterrand et ses ambigüités irréprochables, comme si la droite n’avait pas ouvert ses portes à Besson, Lang, Charasse, Buisson de Minute, Hortefeux, condamné, mais aujourd’hui en appel, donc pas condamné définitivement, comme si le Front national n’avait pas à sa tête une jeune femme qui a sauté sur les genoux de son père, mais pas sur Diên Biên Phu, comme s’il fallait avoir la crainte d’un passé qui finalement n’existe que pour ses supposés adversaires qui en tire prébende, honneur et spécialisation dans la détestation systématique d’une frange électorale de la population.

Que cachent ces « arrière-pensées » ? La peur de voir s’effondrer un système qui tient en laisse idéologique le peuple qui en a marre, mais que l’on espère encore domestiquer en le culpabilisant. Surtout, que rien ne change. Tout va bien dans le meilleur des mondes de Caroline où Sarkozy serait réélu haut les mains propres ! En tout cas, elle s’y emploie de toutes ses forces morales. Pour y parvenir, il faut éliminer la trublionne, chez qui tout est pervers, même…le sourire : « lorsqu’elle va trop loin, Marine Le Pen maîtrise mal son sourire. Un sourire figé, artificiel, comme pour masquer sa peur d’être prise en défaut ou sa colère. Pour Lorrain de Saint Afrique, il cache « une vraie violence. » Même le sourire est interprété ; la petite Caroline, c’est la Lombroso de la biographie, la Beccaria du sourire. Elle dissèque l’expression du visage, mesure la commissure des lèvres, scrute les zygomatiques, palpe les muscles peauciers ; elle invente une nouvelle science, l’anthropologie du sourire ! On imagine, chez elle, punaisé à un mur, les différents sourires de Marine Le Pen, annotés d’observations rigoureuses qualifiant la face cachée de la bête souriante…C’est le zoo des zygomatiques ! Incroyable, mais vrai ! Au passage, vous avez remarqué le témoignage d’un ancien du front dont la parole enrichit, sans le salir, le réquisitoire. Dire du mal lave de tout, fait du passé table rase et donne des cheveux longs aux crânes rasés. Le plus contradictoire dans ce livre, c’est qu’il repose essentiellement sur des témoignages d’expulsés du front, donc d’opposants à Marine le Pen. On imagine un livre sur le PC, écrit à partir des témoignages d’exclus ou un livre sur Caroline Fourest à partir de ses anciens amis ou anciennes amies, aujourd’hui fâchés avec elle… C’est la vie !

Mieux vaudrait en rire, si le rire, lui aussi, ne risquait pas de figurer dans la criminologie politique du repérage fasciste ! Il faut demeurer immobile sous la toise de la petite Fourest.

NPI - 14/06/11

19:11 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (9)

L'Assemblée rejette le mariage homosexuel


L’Assemblée contre le mariage homosexuel par BFMTV

14/06/11

18:59 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Nadine Morano vs Zemmour et Naulleau - 3 vidéos

http://fr.novopress.info/86318/nadine-morano-vs-eric-zemm...

NOVOPRESS - 14/06/11

02:26 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Le sénateur condamné qui embarrasse le PS

d3a80c36-95ce-11e0-acb7-852db7905f88.jpg PS.jpg

Jacques Mahéas, sénateur-maire de Neuilly-sur-Marne (Seine-Saint-Denis), est devenu un « camarade » très encombrant pour le Parti socialiste. Condamné pour agression sexuelle en 2004, ce notable était encore inconnu du grand public jusqu’à la diffusion d’une enquête sur France 2 lundi dernier. Pourquoi le PS ne l’a-t-il pas exclu de ses rangs? Retour sur une affaire qui, après le scandale DSK, revient au PS aujourd’hui comme un boomerang.



Acte I : le temps des courriers sans réponse

3 mars 2010 : après un marathon judiciaire qui l’a mené jusqu’en cassation, Jacques Mahéas se voit définitivement condamné pour agression sexuelle sur une ancienne employée municipale. Cinq jours plus tard, dans une lettre adressée à , deux associations de femmes demandent à la première secrétaire si « une condamnation pour agressions sexuelles est compatible avec une appartenance au PS ». Cette lettre restera sans réponse, tout comme deux mails envoyés à une autre dirigeante socialiste, Gaëlle Lenfant, pourtant secrétaire nationale du PS aux… droits des femmes! Rien ne bouge rue de Solférino. Le 6 janvier dernier, souhaite une bonne année à Marilyn Baldeck, la déléguée générale de l’Association européenne contre les violences faites aux femmes, qui lui répond illico en évoquant l’affaire Mahéas. Mais, là encore, pas de réponse…

Acte II : silence au groupe parlementaire
Au PS, personne ne demande l’exclusion de Mahéas, qui continue de siéger tranquillement au sein du groupe socialiste au Sénat. « Je connaissais l’affaire, c’est vrai, mais, franchement, je ne savais pas que les voies de recours avaient été épuisées », tente de se justifier aujourd’hui Jean-Pierre-Bel, le patron du groupe. En réalité, Mahéas, surnommé par certains le Balkany de Seine-Saint-Denis, élu sans discontinuer depuis 1976, y conserve bien des amitiés. « C’est un sortant, il a été élu maire au premier tour. Il reste incontournable », confie un de ses « camarades ». A l’automne dernier, son nom apparaît encore sur une première liste de candidats potentiels pour les sénatoriales de septembre 2011, comme si de rien n’était. Avant d’être finalement retiré.

Acte III : le PS bouge enfin
Le 8 avril, lors d’un séminaire sur l’égalité hommes-femmes, Marilyn Baldeck interpelle de nouveau Hamon, à Solférino. « Le PS va-t-il enfin lui retirer sa carte? » « Oui », répond cette fois-ci le porte-parole, qui juge alors l’affaire « parfaitement abjecte ». Mais il faudra encore attendre le 3 mai dernier pour voir Aubry saisir la commission des conflits, le tribunal interne du PS, « en vue d’une exclusion ». Une procédure bureaucratique, « mais il est vrai que, dans nos statuts, on n’avait pas prévu qu’un socialiste pourrait se faire condamner pour agressions sexuelles », reconnaît la secrétaire nationale, Laurence Rossignol.

Acte IV : Le cas Mahéas sera tranché le 8 juillet
L’explosion du scandale Strauss-Kahn à New York, le 16 mai, change la donne. Tout va soudain plus vite rue de Solférino! Martine Aubry demande chaque jour des nouvelles de l’affaire, qui prend désormais une « tournure politique ». Résultat, le cas Mahéas sera examiné le 8 juillet prochain, soit plus d’un an après la condamnation définitive de ce dernier. « S’il n’y avait pas eu l’affaire DSK, le dossier aurait sans doute attendu quelques mois supplémentaires », affirme Bernard Pignerol, le président de la commission des conflits. Mercredi, François Lamy, le lieutenant d’Aubry, a même tenté d’aller encore plus vite en essayant de convaincre Mahéas « de se mettre lui-même en dehors du PS ». En vain.
 
 
Source Le Parisien - 11/06/11


01:24 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

13/06/2011

N° 19: deux photos de film pour un indice

 

indice 19.jpg

images.jpg 19 indice.jpg

(Il  s'agit du même film)

21:15 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (9)

L'avocat Norman Siegel ne défendra pas Nafissatou contre DSK

sipa_sipausa31064975_000021.jpg Siegel.jpg

Norman Siegel, un des piliers de la défense de Nafissatou Diallo, a confirmé jeudi qu’il ne faisait plus partie de l’équipe d’avocats chargée de représenter la victime présumée de DSK. Il n’a pas souhaité donner les raisons du revirement. « Je ne représente plus cette femme, a-t-il simplement dit par téléphone. C’est tout ce que je dirai pour l’instant. »

Siegel est une star du barreau new-yorkais et défenseur de renom des droits civiques à New York. Le New-yorkais a fondé et dirigé de 1985 à 2000 la section new-yorkaise de la redoutable association de défense des libertés civiles, la ACLU. En 2009, il avait concouru à l’élection de « Public Advocate » de la ville de New York, sorte de médiateur entre la Ville et les citoyens. Il voulait faire de la lutte contre le « racisme institutionnel » son cheval de bataille. Proche de la communauté guinéenne, il fait notamment partie de la Fondation Amadou Diallo, un jeune Guinéen abattu de 17 balles par quatre policiers blancs à New York en février 1999.

L’entrée en jeu dans l’affaire Strauss-Kahn, fin mai, de ce personnage médiatique, aux côtés des avocats Jeffrey Shapiro et Kenneth Thompson, avait été vue comme un coup dur pour la défense de l’ancien ministre. Siegel n’aurait joué aucun rôle lors d’un procès au pénal. Mais son charisme et ses prises de positions auraient sans doute donné à l’affaire une tournure politique et auraient été utiles pour remporter la bataille de l’opinion.

Un porte-parole de Kenneth P. Thompson, désormais l’avocat Nafissatou Diallo, n’a pas répondu à nos appels à commentaire. Après l’audience de lundi, il avait déclaré être le « principal conseil » de la femme de chambre.

Source France-Soir - 13/06/1

20:40 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

Perpignan: le boom des produits halal

untitled.bmp halal.jpg

Boucherie El Bahia

Une douzaine de boucherie-charcuteries traditionnelles subsistent à Perpignan. Rien que rue Llucia et place Cassanyes, onze boucheries halal cohabitent ! Le Bas, le Moyen et le Haut-Vernet sont aussi bien achalandés. Au total, sur la ville, le rapport est de 1 à 3, en faveur du marché halal. Un marché estimé à 5,5 milliards d'euros annuels en France, dont 4,5 milliards en dépenses alimentaires.

!Le halal s'enflamme. Et les 15 000 musulmans des P.-O. n'échappent pas à un phénomène qui dépasse le cadre du simple panier de la ménagère. Sur le net, le halal se décline à toutes les sauces : sites de rencontres, annuaires, voyages, services et bien d'autres revendiquent ce label. Même des placements financiers!  Les sociologues inventent les termes "beurgeois" ou "golden beurs" pour classifier des consommateurs aisés issus de l'immigration maghrébine première ou deuxième génération. Depuis dix ans, un salon du halal décline le phénomène à Paris. "Sur ce marché, la croissance est à deux chiffres", calcule Abbas Bendali, spécialiste marketing au cabinet Solis.

"Ils se fournissent en Catalogne sud"

Place Cassanyes, on est loin des business-plans et des segments de marché, mais au contact des consommateurs quotidiens de halal. Le jour de marché, l'affluence se confirme. A la boucherie El Bahia, le patron, explique le succès de la viande halal. "Les familles musulmanes cuisinent beaucoup la viande, dans les tajines, les couscous, les brochettes... Un repas sans viande n'est pas un repas. Ces familles sont souvent des familles nombreuses. Donc, elles achètent en grandes quantités. Le week-end, beaucoup de non musulmans fréquentent nos établissements". Certains bouchers sont quasiment devenus des semi-grossistes. Ce marché est donc une bénédiction pour les chevillards locaux ? "Non, les boucheries halal se fournissent surtout en Catalogne sud. Elles sont dans une spirale de baisse des prix que l'on ne peut plus suivre", assure Bernard Guasch, PDG des établissements du même nom. Ces tarifs plus bas sont un autre argument de la viande halal.

"Une certification unique est nécessaire"

"Au prix d'une moins bonne qualité et de morceaux moins nobles", réplique un concurrent. Argument rejeté par les commerçants halal, qui mettent en exergue les vertus sanitaires de la viande provenant d'un animal vidé de son sang.

Mais, tous les produits halal sont-ils vraiment toujours halal ? L'exemple des knackis volailles de la marque Herta, dans lesquelles ont été décelées des traces d'ADN de porc, pointent les limites du système. Sans parler des arnaques dénoncées ça et là. La multiplication des acteurs de la certification, le flou de la législation, les luttes de pouvoir et les enjeux financiers compliquent la situation.

"Selon le directeur d'AVS, un des principaux certificateurs, 50 % de la viande halal n'est pas réellement certifiée", précise Salim Bencheikh, président du collectif des musulmans des P.-O. "C'est désormais aux musulmans d'exiger des contrôles rigoureux en matière de certification". "Dans un sondage réalisé par Solis, la majorité des consommateurs de halal se disent mal informés et 63 % se déclarent favorables à une certification unique", ajoute Abbas Bendali. "De toute façon, si un commerçant musulman te ment sur le label halal, il est responsable devant dieu", conclut une cliente place Cassanyes.

Source L'Indépendant - 13/06/11

 

19:00 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Eric Tabarly, un homme libre

 

Le Front National de Loire-Atlantique se réjouit de l’inauguration, le 17 juin, à Nantes du magnifique pont Eric Tabarly, le plus français des marins bretons.

La France compte parmi ses enfants les meilleurs marins du monde, et si Eric Tabarly chérissait la mer, il savait parfaitement être, tel que Baudelaire l’écrivait, un homme libre.

Une liberté que nous prouvons par la photo ci-contre où l’on peut voir, en 1982, le célèbre marin solitaire, accompagné de son épouse, en discussion amicale avec Jean-Marie Le Pen.

 

18:28 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)