Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/06/2011

Netanyahu veut réunir 30 pays de l'ONU hostiles à un Etat palestinien

netay.jpg

Le premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou, a dit vouloir réunir "une majorité morale" d'au moins trente pays hostiles à la reconnaissance par l'ONU d'un Etat palestinien dans les frontières de juin 1967, ont indiqué, mercredi 15 juin, les médias israéliens.

"D'ici septembre, nous voulons œuvrer à réunir de trente à cinquante pays qui diront non à la reconnaissance unilatérale d'un Etat palestinien par l'assemblée générale de l'ONU.  Il s'agira d'une majorité morale", a affirmé M. Nétanyahou, mardi soir, lors d'une rencontre avec le président du Parlement européen, Jerzy Buzek.

Si les Palestiniens obtiennent la reconnaissance de leur Etat par l'ONU, "ils auront ensuite des difficultés à accepter par la voie de la négociation les compromis indispensables" pour conclure un accord de paix avec Israël, a encore dit M. Nétanyahou. "Il faut dire la vérité. La paix ne signifie pas qu'Israël renonce à des parties de sa terre, mais que les Palestiniens renoncent à leur volonté de détruire Israël", a-t-il continué, de mêmes sources.

"ISRAËL EST VICTIME DES MAJORITÉS AUTOMATIQUES À L'ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DE L'ONU"

"Six chefs de gouvernement israéliens ont accepté la solution de deux Etats, mais il n'a pas été possible de conclure un accord de paix parce que les Palestiniens n'étaient pas prêts à formuler les mots suivants : 'j'accepte un Etat juif'", a dit M. Nétanyahou. Un haut responsable israélien, qui a requis l'anonymat, a confirmé qu'"Israël est victime des majorités automatiques à l'assemblée générale de l'ONU, et multiplie donc les efforts pour qu'une majorité morale de pays démocratiques s'oppose aux démarches unilatérales en vue de la reconnaissance d'un Etat palestinien".

Les dirigeants palestiniens comptent demander l'adhésion d'un Etat palestinien à l'ONU sur les lignes de 1967 lors de la session annuelle de l'assemblée générale, faute de perspective de négociation avec Israël.

02:50 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

Affaire Picasso: l'électricien du peintre mis en examen pour recel

Affaire Picasso.jpg

Le couple Le Guennec - (Cliquez sur la photo)

Les enquêteurs ont noté des «invraisemblances» et des «incohérences» dans les explications de Pierre Le Guennec, qui conservait 271 oeuvres de Picasso dans son garage.

L'affaire remonte à l'automne 2010, quand l'ancien électricien de Picasso, qui souhaitait obtenir des certificats authentifiant les 271 oeuvres qu'il avait gardées chez lui pendant près de quarante ans, s'est rendu auprès des héritiers du peintre avec des dessins sous le bras. Des carnets d'esquisses, des gouaches, des collages cubistes, ou encore des lithographies, datant des années 1910-1920 et estimées à 80 millions d'euros.

Mais les choses ont mal tourné pour Pierre Le Guennec et son épouse Danielle, qui conservaient ces oeuvres dans le garage de leur maison à Mouans-Sartoux, dans les Alpes-Maritimes. Ils ont été mis en examen pour recel par une juge d'instruction de Grasse, selon des informations récentes du journal Le Monde.

Les héritiers de Picasso soupçonnent Pierre Le Guennec d'avoir attendu que le délit de vol soit prescrit pour essayer de tirer profit de ces œuvres. L'électricien affirme qu'elles lui ont été données par Picasso et son épouse Jacqueline, alors qu'il effectuait des travaux chez eux, au mas Notre-Dame-de-Vie à Mougins (Alpes-Maritimes).

L'enquête pointe aujourd'hui des «invraisemblances» et des «incohérences» entre les propos du couple Le Guennec et des éléments factuels fournis par Picasso Administration, qui gère la succession du peintre, et justifiant leur mise en examen. «Nous pensons que ces gens nous racontent des histoires sur la façon dont ils sont entrés en possession des oeuvres de Picasso», indique-t-on au parquet de Grasse.

Un don de 540 000 francs

Critiques et spécialistes de l'oeuvre de Picasso s'étaient déjà étonnés au moment de la révélation de l'affaire que les oeuvres aient été réalisées quarante ans avant le «don», et qu'elles ne soient ni datées ni signées. Ce qui ne semble pas cadrer avec les cadeaux donnés par Picasso après son installation sur la Côte d'Azur en 1946. Ces dons étaient des œuvres récentes datées et signées. Par ailleurs, seuls les épouses de Picasso ou des amis très proches auraient reçu des oeuvres d'une telle qualité.

Mais d'autres incohérences viennent d'être mises en lumière. Selon Picasso Administration, une partie des oeuvres incriminées ne se trouvaient pas, à l'époque, à Notre-Dame-de-Vie mais à la Villa Californie, une autre propriété de Picasso, à Cannes. Les oeuvres en question auraient en fait disparu durant la période qui a suivi la mort de Picasso, en 1973, avant que des inventaires officiels des oeuvres de l'artiste soient menés. Une période floue durant laquelle elles ont pu être dérobées.

Plus intriguant, un document exhumé par Picasso Administration montre que Jacqueline Picasso avait donné en 1983 à Pierre Le Guennec la somme de 540 000 francs. Or le couple n'en a rien dit aux enquêteurs.

Enfin la justice a décelé des liens familiaux entre Maurice Bresnu, le dernier chauffeur de Picasso (de 1967 à 1973) et Pierre Le Guennec. Maurice Bresnu aurait reçu de Picasso une centaine de dessins, gouaches, pastels, et vingt-six céramiques, dont une partie a déjà été vendue. D'autres dessins devaient être mis aux enchères en décembre dernier. Maisla vente a été reportée, à la demande desdits héritiers, parmi lesquels figure Pierre Le Guennec. Pour l'instant, aucun lien entre les deux affaires n'a été prouvé, mais les enquêteurs se demandent si le report de la vente n'avait pas pour but d'éviter d'afficher des éléments incriminants Pierre Le Guennec.

«Une version absurde»

Picasso avait l'habitude de donner des oeuvres aux personnes avec lesquelles il travaillait ou entretenait des liens. Ainsi son coiffeur et barbier, Eugenio Arias, devenu son ami. Mais un don d'une telle ampleur étonne. Recevoir «271 pièces, c'est tout à fait inédit», explique l'avocat de Picasso Administration, Maître Jean-Jacques Neuer, contacté par lefigaro.fr. Il dénonce «une version absurde» et se félicite du «tournant positif» de l'enquête.

Mme Le Guennec a souhaité ne pas faire de commentaire sur cette mise en examen tant que durera l'instruction, confiant toutefois qu'elle était «catastrophée»: «Nous sommes des petites gens mais nous pouvons nous regarder dans une glace parce que nous sommes propres».

Les enquêteurs doivent à présent «remonter le fil», éclaircir dans quelles circonstances les oeuvres auraient été dérobées - labeur d'autant plus difficile que plusieurs décennies se sont entre-temps écoulées. En attendant, les 271 oeuvres ont été saisies et sont à l'abri, avant une éventuelle décision de justice.

Par Aude Lorriaux

14/06/11

00:30 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

16/06/2011

Qui est-ce? n°21

21 XXX.jpg

21.jpg

(Il s'agit de la même personne)

23:41 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

Sarkozy, Royal, même obsession du métissage

Extraits de discours pour la campagne présidentielle de 2007

23:39 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Une religieuse martyre de la Révolution béatifiée à Dax

 
 

16/06/11 – 15h50
DAX (NOVOpress)
Sœur Marguerite Rutan, fille de la Charité de Saint-Vincent-de-Paul, martyre de la Révolution française guillotinée en 1794, sera béatifiée dimanche prochain dans les arènes de Dax, dans les Landes.

Entre 5 000 et 10 000 personnes sont attendues pour la messe qui se tiendra en présence de deux cardinaux venus de Rome, d’une quinzaine d’évêques, du nonce apostolique en France, Mgr Luigi Ventura, du ministre de la Justice Michel Mercier, du préfet des Landes et du maire de Dax Gabriel Bellocq, a indiqué Alfred Brettes, chancelier de l’évêché d’Aire et Dax.

La présence d’un ministre de la République à cette cérémonie ne devrait pas manquer de susciter des critiques de la part des tenants d’une laïcité scrupuleuse.

Quelques 900 filles de la Charité de Saint-Vincent-de-Paul viendront également d’Europe centrale, d’Espagne, d’Italie et de toute la France pour assister dès 15 heures à cette cérémonie de béatification de cette martyre de la révolution française.

Née à Metz en 1736, 8ème de 15 enfants, Marguerite Rutan entre au noviciat à Paris chez les Filles de la Charité. En 1779, nommée Supérieure de l’Hôpital Saint-Eutrope à Dax, elle y accueille mères célibataires et enfants abandonnés, ouvre une école… Ses initiatives au service de la population dacquoise n’éviteront pas aux sœurs d’être accusées de vol. La veille de Noël 1793, Sr Rutan est emprisonnée. Un tribunal révolutionnaire la condamne à mort le 9 avril 1794 et fait exécuter la sentence le jour même.

21:03 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Interdit aux chiens et aux résistants Algérie Française

Antoine Argoud.jpg

Antoine Argoud

Le colonel Antoine Argoud, né le 26 juin 1914 à Darney (Vosges) et mort le 10 juin 2004 à Vittel (Vosges), est un officier français. Il fit partie de l'Armée d'Armistice en Afrique du Nord puis combattit dans l'armée française de la Libération en Afrique et jusqu'en Allemagne.

Ardent partisan de l'Algérie française, il fut dirigeant de l'Organisation armée secrète. Enlevé par les barbouzes (services spéciaux français) en février 1963 à Munich (Allemagne), il fut condamné à la réclusion à perpétuité et libéré en juillet 1968. Cet épisode qui suscita la colère des milieux nationalistes fut l'objet de nombreuses critiques de la part des partis politiques de droite et d'extrême droite. Cet incident est souvent désigné par l'expression « l'affaire Argoud ».

 
Un aperçu du cortège

L’ADIMAD, Association amicale pour la Défense des Intérêts Moraux et matériels des Anciens Détenus politiques a pour objet de défendre les intérêts et la mémoire de ceux ayant connu la répression pour fait d’« Algérie française ».

A ce titre, vendredi 10 juin, plusieurs dizaines de membres de l’ADIMAD ont rendu hommage au Colonel Antoine Argoud, un des plus prestigieux chefs de l’Organisation Armée Secrète, en déposant une plaque en granit noir sur sa tombe au cimetière de Darney (Vosges) portant le logo de l’ADIMAD et en lettres dorées l’inscription suivante : « Au Colonel Antoine Argoud – Ses camarades de combat de l’Organisation Armée Secrète ».

Deux jours auparavant, le Préfet des Vosges, Dominique Sorain, avait pris un arrêté interdisant la manifestation. Les juges administratifs l’ont enjoint à l’autoriser, à la suite d’un recours en référé déposé par les organisateurs du rassemblement.

L’évêché, endroit où en principe on prône la tolérance et l’amour de son prochain, a interdit la messe prévue en l’église Sainte Madeleine. Au dernier moment, il a donc fallu aux organisateurs trouver un endroit privé pour que l’office puisse être célébré par un prêtre libre.

Après le dépos des gerbes et de la plaque, les présents ont entonné Le chant des Africains avant de se disperser.

Durant la manifestation, les autorités avaient déployé des renforts de gendarmerie dans la petite commune vosgienne, et des policiers des « RG » faisaient les cents pas entre la maison natale du Colonel Argoud et le cimetière.

Dépêche et photo : NPI-Vosges.

16/06/11

20:41 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

La mère de Sophia Aram en prison

 

 

L' "humoriste" Sophia Aram : telle mère, telle fille ?

Une ancienne adjointe socialiste au maire de Trappes (mère de Sophia Aram) a été condamnée aujourd’hui à deux ans de prison, dont 18 mois avec sursis, pour avoir promis contre rémunération à des personnes en situation irrégulière des titres de séjour qu’elle n’a jamais obtenus.

Condamnée pour « trafic d’influence » et « abus de confiance » entre 2008 et 2010, Khadija Aram, 64 ans, a également été condamnée pour cinq ans à une interdiction des droits civiques et civils.En proie à des difficultés financières, la sexagénaire, née au Maroc, avait proposé à huit ressortissants de ce pays de leur obtenir des papiers contre de l’argent. Ne voyant rien venir, les huit sans-papiers avaient réclamé le remboursement. La sexagénaire avait alors utilisé deux chèques de l’association « Femmes de Trappes », qu’elle préside, pour « cautionner » des remboursements. A la barre, d’une voix quasi inaudible, l’ancienne élue a dit « regretter » les faits. « Elle s’est trouvée au coeur d’un système qu’elle n’a pas maîtrisé », a plaidé son avocate Me Virginie Badier-Charpentier, ajoutant que sa cliente avait « reconnu avoir perçu la somme globale de 18.500 euros », tandis que la justice lui reproche d’avoir reçu 31.500 euros.

Lire la suite

NPI

20:09 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Les sujets de philo au bac général 2011

«Peut-on prouver une hypothèse scientifique ?», «La culture dénature-t-elle l'homme ?», «La liberté est-elle menacée par l'égalité ?»... Voilà quelques-uns des sujets proposés ce jeudi matin aux quelque 328 467 candidats au bac général. 

Selon les séries, les élèves disposaient au choix de trois sujets et de quatre heures pour plancher.


Série L (littéraire) coefficient 7

«Peut-on prouver une hypothèse scientifique ?»
«L'homme est-il condamné à se faire des illusions sur lui-même ?
Expliquer un extrait du «Gai savoir» de Nietzsche

Série S (scientifique) coefficient 3

«La culture dénature-t-elle l'homme ?»
«Peut-on avoir raison contre les faits ?»
Expliquer un extrait des «Pensées» de Pascal

Série ES (économique et social) coefficient 4

«La liberté est-elle menacée par l'égalité ?»
«L'art est-il moins nécessaire que la science ?»
Expliquer un extrait de "Les bienfaits" de Sénèque

Baccalauréat technologique
Série «techniques de la musique et de la danse» - coefficient 3

«La maîtrise de soi dépend-elle de la connaissance de soi ?»
«Ressentir l'injustice m'apprend-il ce qui est juste ?»
Expliquer un texte de Nietzsche

19:31 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

HUMOUR Bac 2011

h-3-2524131-1308213759.jpg HUMOUR.jpg

( Cliquez sur l'image pour la voir en entier)

 

19:11 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Steaks contaminés: pronostic vital engagé pour un des enfants

L'état d'un sept enfants hospitalisés à Lille après avoir mangé du steak haché contaminé par une bactérie E.Coli inspirait la crainte jeudi en fin d'après-midi, le chef de service du CHU de Lille indiquant que son "pronostic vital était engagé".  Le docteur Michel Foulard a précisé que dans certains cas, les "syndrômes hémolytique et urémique", ce dont souffrent ces enfants, pouvaient causer des atteintes neurologiques, en plus d'une insuffisance rénale, courante dans ce syndrome.
 

Un 7e enfant hospitalisé à Lille, originaire de l'Oise
Un septième enfant, âgé de 4 ans, était en cours de transfert vers le CHU de Lille jeudi après-midi après avoir lui aussi mangé des steaks hachés suspects, selon l'agence régionale de santé (ARS). Il présente les mêmes symptômes que les six autres, mais il est contrairement à eux originaire de l'Oise. Les médecins procédaient à des "examens supplémentaires" jeudi après-midi.
 

6 enfants du Nord hospitalisés mercredi
Six enfants du Nord, originaires de Douai, Valenciennes, Dunkerque et  Maubeuge, âgés de 20 mois à 8 ans, étaient toujours hospitalisés à Lille après avoir été admis au CHU de cette ville mercredi. Les six enfants, qui n'ont pas de lien entre eux, ont été pris en charge en réanimation pédiatrique après avoir été victimes de "diarrhées sanglantes importantes". Trois des six enfants étaient jeudi matin "sous dialyse". Un huitième enfant hospitalisé a pu rentrer chez lui dès mercredi soir.

"Certitude" que ce n'est pas la souche des graines germées allemandes
Comme elle l'avait déjà avancé la veille, l'ARS a déclaré jeudi avoir cette fois la "certitude" que la souche responsable de la contamination des enfants au steak haché n'était pas la même que celle des graines germées en Allemagne, qui a causé la mort d'un peu moins de quarante personnes en Europe.
 
Tous les steaks hachés SEB retirés dans la moitié nord de la France
Tous les steaks hachés du fournisseur SEB, dont certains lots de la marque "Steak Country", ont été contaminés par une bactérie E.coli, ont été retirés  de la vente dans les magasins Lidl situés au nord d'une ligne Bordeaux-Lyon, a annoncé jeudi l'enseigne.
  
La viande originaire d'Allemagne, de Belgique et des Pays-Bas
La société SEB, basée à Saint-Dizier, en Haute-Marne a affirmé jeudi que la viande de boeuf qui avait servi à l'élaboration du produit avait été abattue en Allemagne, en Belgique et aux Pays-Bas, avant d'être importée en France pour être transformée. Le PDG a assuré que les lots incriminés avaient subi des "analyses strictes" et avaient été "déclarés propres à la consommation", tout en évoquant de possibles négligences de la part des consommateurs.

Un numéro vert pour les consommateurs
Un numéro vert (0800.802.511) a été mis à la disposition des consommateurs et Lidl, qui commercialise les steaks, a installé des affichettes d'information dans ses magasins. Il est demandé "aux personnes qui détiendraient ces produits de ne pas les consommer et de les rapporter au point de vente où ils ont été achetés".
 

Bruxelles joue la prudence

Echaudée par les conséquences économiques de l'alerte sanitaire mettant en cause les concombres produits en Espagne dans l'affaire de la bactérie Eceh, la commission européenne a choisi la prudence jeudi. Aucune alerte européenne n'est lancé et ne le sera pas tant que sera identifiée où la contamination a eu lieu, "sur le lieu de production, sur la chaîne de distribution ou sur le lieu de distribution", a précisé le porte-parole de l'exécutif européen. De son côté, le ministre de l'agriculture Bruno Le Maire a assuré qu'il prenait la mesure de l'intoxication, indiquant qu'il ne laisserait "rien au hasard".

le 16 juin 2011 à 17:21

18:57 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

AUDIO - Le dernier message de Dupont de Ligonnès: "Je vais coucher les enfants"

 
 
16/06/11

1496213_anne.jpg

Avec sa fille Anne

16/06/11

18:09 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Nord-Pas-de-Calais: cinq enfants gravement intoxiqués par des steacks hachés surgelés

1495027_lidl_640x280.jpg LIDL surgelés.jpg

Cinq enfants, victimes d'une infection alimentaire liée à un type rare de bactérie E.coli, ont été hospitalisés dans le Nord - Pas-de-Calais après avoir consommé des steaks hachés surgelés vendus dans des magasins Lidl, ont indiqué ce mercredi les autorités sanitaires.

 

« Cette infection à Escherichia coli ne présente aucun lien, à ce jour, avec l'épidémie récemment survenue en Allemagne », a précisé l'Agence régionale de santé (ARS) Nord - Pas-de-Calais dans un communiqué. Les cinq enfants, âgés de 20 mois à 8 ans, ont été pris en charge en réanimation pédiatrique au CHU de Lille, après avoir été victimes de « diarrhées sanglantes importantes », a indiqué le docteur Joëlle Perrin, conseiller médical du directeur général de l'ARS Nord - Pas-de-Calais. Ils souffrent d'un « syndrome hémolytique et urémique », a expliqué l'ARS. La bactérie, d'un « type rare », produit des toxines dangereuses appelées « shigatoxines ».

Des produits de la marque Steaks Country

Ce sont les hôpitaux de Douai, Valenciennes et Dunkerque qui ont donné l'alerte en début de semaine. Tous ont été confrontés à l'arrivée d'enfants frappés par une intoxication alimentaire sévère.
Le Dr Perrin a expliqué que la « toxi-infection alimentaire », dont les cinq enfants ont été victimes, « peut être très grave », mais « elle a été prise à temps et les enfants ont eu les soins nécessaires à leur état ». Un des enfants était déjà sorti de l'hôpital ce mercredi soir, a ajouté le Dr Perrin, sans pouvoir donner plus de précision sur la santé des quatre autres.

Les steaks suspects ont été consommés par quatre des cinq enfants malades, selon les premiers résultats des enquêtes alimentaires réalisées auprès des familles. Les autorités sanitaires attendent les résultats d'investigations complémentaires pour confirmer la source de la contamination.
« Les autorités ont demandé au fabricant de procéder au rappel des steaks hachés de la marque Steaks Country en vente dans des magasins Lidl », selon le communiqué de l'ARS. Elle recommande aussi aux personnes ayant acheté ces steaks de ne pas les consommer et de les rapporter aux points de vente.

Source La Voix du Nord - 15/06/11

01:40 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

Versailles: le cadavre d'une femme découvert dans un bassin

1448595_7be834c6-7db4-11e0-91d5-001517810df0_640x280.jpg Versailles.jpg

Le cadavre d’une femme de 50 ans a été découvert mercredi matin dans le bassin de la Pièce d’eau des Suisses dans le domaine du château de Versailles (Yvelines). Vers 8 h 30 c’est un promeneur qui a donné l’alerte.

Les pompiers et la police sont sur place. Meurtre, suicide, ou accident, aucune hypothèse n’est privilégiée pour l’instant.

Selon les premiers éléments de l'enquête, la mort serait récente, le corps n'ayant pas séjourné longtemps dans l'eau.

Une autopsie a été ordonnée, et l'enquête pour recherche des causes de la mort a été confiée au commissariat de Versailles.
 
Source Le Parisien - 15/06/11

01:03 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Dupont de Ligonnès vu par des témoins crédibles à Versailles et aux Ulis

7680182227_xavier-dupont-de-ligonnes-est-le-principal-suspect-dans-le-quintuple-meurtre-de-nantes.jpg

Disparu depuis deux mois, Xavier Dupont de Ligonnès n’a toujours pas été retrouvé. Soupçonné du meurtre de sa femme et de leurs quatre enfants à Nantes, le père de famille de 50 ans a été vu pour la dernière fois, le 15 avril à Roquebrune-sur-Argens (Var). Mais les policiers de l’antenne de police judiciaire de Nantes viennent de recueillir deux témoignages, considérés comme « crédibles », indiquant la présence de l’homme le plus recherché de France en région parisienne ces derniers jours.

Xavier Dupont de Ligonnès aurait été vu dans un bus à Versailles (Yvelines) — ville où il a vécu et lieu de résidence d’une partie de sa famille — et dans la station-service d’un centre commercial aux Ulis (Essonne).

 

A Versailles et ses environs

 

Le 9 juin, vers 13h30, une enseignante de la cité royale qui connaît le suspect et sa famille est certaine de le voir dans un bus. Munie d’un appareil photo, cette dernière décide de réaliser plusieurs clichés. « Elle l’a pris trois fois en photo, souligne une source proche de l’affaire. Mais elle avait oublié d’enlever le cache de l’objectif. » Une fois descendu du bus, ce témoin alerte aussitôt le commissariat de la ville. Informé, le parquet de Versailles, qui prend cette information très au sérieux, mobilise immédiatement la brigade de recherche et d’intervention (BRI) de la police judiciaire de Versailles. S’engage alors une discrète surveillance des domiciles de la mère et de la sœur de Xavier Dupont de Ligonnès. Mais le dispositif déployé pour tenter de retrouver sa trace demeure vain.

Dans la foulée, le même jour mais quelques heures plus tard, Xavier Dupont de Ligonnès est vu par la cliente d’une station-service de l’enseigne Carrefour, implantée aux Ulis (Essonne), située à 20 km de Versailles. Là encore, le témoignage fourni à la police fait l’objet d’intenses vérifications. « Des policiers se sont rendus sur place pour visionner les caméras de vidéosurveillance des lieux, relate un proche du dossier. On y voit un homme aux caractéristiques physiques pouvant correspondre au profil du fugitif, mais les images enregistrées ne sont pas de très bonne qualité. Il a fait le plein d’une Volkswagen Passat de couleur bleue et a payé avec une carte bancaire directement à la pompe. » L’exploitation du moyen de paiement utilisé est toujours en cours.

« Depuis le début de l’enquête et la diffusion de la photo du suspect no 1 dans la presse, près de 650 témoignages de personnes l’ayant aperçu aux quatre coins de la France sont remontés aux enquêteurs, indique un haut fonctionnaire. Ces deux témoignages les plus récents ne sont pas pris à la légère. Tout doit être vérifié et des recherches sont toujours en cours. »

Source Le Parisien - 15/06/11

 

00:47 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

15/06/2011

Le faux pas diplomatique de BHL

1876831.jpg BHL.jpg

BHL à Misrata - (Cliquez sur la photo)

Reçu le 2 juin à Jérusalem par Benjamin Netanyahou, Bernard-Henri Lévy, - qui affirmait être porteur d’un "message verbal" du Conseil national de transition (CNT), organe politique de la rébellion libyenne -, avait indiqué au premier ministre israélien que le futur régime libyen aurait "le souci de la justice pour les Palestiniens et de la sécurité pour Israël" et qu’il entretiendrait des "relations normales" avec l’Etat hébreu.

Il a été fermement démenti deux jours plus tard par le président du CNT.

Après avoir rappelé que son organisation était membre de la Ligue arabe, Moustapha Abdeljalil a nié avoir chargé BHL de transmettre un message à Netanyahou et affirmé qu’il ne lui avait jamais fait part de son intention d’établir des relations avec Israël.

Décryptage

Les médias sont souvent prompts à relayer les exploits comme les gaffes du flamboyant intellectuel français Bernard-Henri Lévy. La dernière de ses bévues est toutefois passée complètement inaperçue. Elle concerne pourtant les relations tumultueuses entre Israël et ses voisins arabes. Un sujet autrement plus sérieux que la citation d’un philosophe imaginaire ou qu'un reportage "arrangé" en Géorgie….

Tout commence le 2 juin. BHL est alors à Jérusalem. Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou le reçoit pendant près d’une heure et demie. Selon l’intellectuel français, il est venu en Israël pour relayer un message du Conseil national de transition (CNT) libyen.

Dans un entretien accordé à l'AFP, BHL explique avoir dit à Nétanyahou que "le futur régime [libyen] entretiendrait des relations normales avec les autres pays démocratiques, y compris Israël". Selon lui, "la justice pour les Palestiniens et la sécurité d’Israël seront des questions essentielles pour le futur gouvernement".

Mais quelques jours après la réunion, le CNT publie une déclaration - dont FRANCE 24 s’est procurée une copie - dans laquelle les rebelles libyens "rejettent fermement les commentaires de M. Lévy sur les relations futures entre la Libye et les Israéliens rapportés par certains médias".

BHL superstar

Le CNT se dit "surpris" par ces propos. "M. Lévy a été reçu en tant qu’envoyé spécial du président de la France et les relations avec Israël n'ont jamais fait l’objet de discussions", poursuit la déclaration. De son côté, le bureau de Benjamin Netanyahou a confirmé la rencontre avec l'écrivain-philosophe français, mais refuse de commenter le contenu de la discussion.

BHL aurait-il pris un peu trop de liberté avec son rôle de superstar de l’opposition libyenne ? Depuis qu’il a fait officiellement reconnaître le CNT par Paris en mars dernier, certains fonctionnaires du régime de transition libyen le considèrent en effet comme un responsable français capable de contourner les protocoles diplomatiques.

"Le CNT a longtemps cru que BHL était un envoyé officiel français alors qu’il n’a aucun titre reconnu", rappelle Barak Barfi, membre du think-tank New America Foundation, contacté par FRANCE 24. "Même dans son communiqué, le CNT le présente comme un 'envoyé spécial' du président de la France", poursuit-il.

Tradition antisémite

Les propos de BHL jettent le trouble à l’heure où, en plein printemps arabe, les spéculations sur les relations d’Israël avec ses voisins vont bon train.

En Égypte, l'un des rares membres de la Ligue arabe à entretenir des relations diplomatiques avec Israël, l'idée selon laquelle un gouvernement démocratiquement élu serait moins disposé à coopérer avec Israël que le régime d'Hosni Moubarak est largement répandue.

En Libye, un nouveau gouvernement ne sera pas non plus forcément synonyme de rapprochement avec Israël…Quarante-deux ans de propagande anti-israélienne ont en effet laissé des traces, même dans les zones aujourd’hui libérées du joug kadhafiste.

Tripoli n'a jamais reconnu Israël et le colonel Kadhafi a pris pour habitude d’appeler régulièrement à la destruction d'Israël. Depuis qu'il s'est emparé du pouvoir en 1969, le dirigeant libyen a soutenu les factions palestiniennes les plus radicales, fustigé les pays arabes qui ont des relations avec Israël, et qualifié systématiquement l'État juif d’ "ennemi sioniste".

"La Libye compte parmi les pays arabes les plus anti-israéliens avec la Syrie et le Yémen, reprend Barak Barfi. Bien que les Libyens soient moins enclin que les Syriens et les Yéménites à voir la main d'Israël derrière chaque complot, ils portent en eux de profonds sentiments hostiles à son encontre", ajoute-t-il.

Barak Barfi, à l’instar des autres observateurs de la région, est donc sceptique quant à la possibilité d’une position amicale du CNT vis-à-vis d’Israël. "Il est assez invraisemblable de penser que le prochain régime libyen tendra la main à Israël. Il est en revanche possible que le CNT ait simplement assuré à BHL qu’il souhaitait entretenir des bonnes relations avec ses voisins, et que le philosophe l’ait surinterprété", avance celui-ci.

Leela JACINTO
 
Source MediaBenews - 15/06/11

21:18 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

La bière était populaire en Provence voici 2500 ans

 
La bière était populaire en Provence voici 2.500 ans
 
 Si le vin était consommé en Provence il y a 2.500 ans, la bière y était également très populaire et nos ancêtres brassaient eux-mêmes leur petite mousse, ont découvert des archéologues sur le site de Roquepertuse (Bouches-du-Rhône).

Jusqu'à présent, les archéologues n'avaient trouvé dans la région que des preuves de la production de vin. Mais des analyses effectuées par Laurent Bouby et son équipe du Centre de bio-archéologie et d'écologie de Montpellier montrent que les occupants de Roquepertuse produisaient également du malt et de la bière au Ve siècle avant Jésus-Christ.

"L'exemple de Roquepertuse suggère que la bière était vraiment produite dans un cadre familial. Cela contribue à donner l'image d'une société qui utilisait un grand nombre de breuvages alcoolisés dont la bière, qui était probablement une tradition locale ancienne, et le vin, qui était au moins en partie lié aux contacts avec des colons méditerranéens", estiment les auteurs.

Les chercheurs ont étudié trois échantillons prélevés sur le site, dans le sol près du foyer et du four d'une habitation, dans un récipient de céramique et dans un puits. Les trois échantillons contenaient des restes carbonisés de plantes, principalement de l'orge germé.

Selon l'étude publiée dans la revue en ligne Human Ecology, cet orge a été carbonisé durant le processus de fabrication du malt. Le four situé à proximité devait servir aux Provençaux de l'âge de fer à sécher et griller les grains d'orge pour stopper le processus de germination.

Le matériel retrouvé sur le site de Roquepertuse laisse penser que les habitants employaient à peu près les mêmes techniques que les brasseurs modernes pour la fabrication de leur bière. Ils trempaient l'orge dans des récipients, l'étalaient sur une surface plate et pavée pour le faire germer, le séchaient dans le four pour arrêter le processus puis l'écrasaient à l'aide d'une petite meule pour faire du malt. Ils pouvaient alors utiliser le foyer et d'autres récipients pour la fermentation de la bière et son stockage.

Source Le Point - 15/06/11

20:35 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Les conseils de la diplomatie américaine aux touristes qui se risquent en France

carte de France.jpg

Le diplomatie américaine vient de sortir son application smartphone, Smart Traveler, pour donner des conseils aux voyageurs. Le but est d’aider les touristes américains lors de leurs voyages touristiques. Les données disponibles sont tirées de deux sites internet du Département d'Etat (State.gov et Travel.state.gov). Elles présentent le pays, détaillent les besoins en visas et donnent des alertes en cas de danger spécifique. Chaque Etat est logé à la même enseigne. Il est amusant de voir ainsi de quelle manière la France est jugée.

Sur le plan de la sécurité, il est expliqué que l’Hexagone a mis en place le plan Vigipirate. Ces «dernières années, les autorités ont arrêté des militants islamistes impliqués dans des complots terroristes» et «les autorités françaises parlent régulièrement des risques élevés qui menacent l’Europe». Des mesures qui, visiblement, plaisent à la diplomatie américaine.

De plus, «même si les citoyens américains n’ont pas été visés ces dernières années en France par des attaques terroristes, il convient de rester vigilant.» Et si «les désordres violents sont rares, dans le passé, des manifestations étudiantes, syndicales ou d’autres types ont pu se terminer en affrontements contre les forces de police».

Attention au RER B

L'application donne des conseils pour éviter les agressions: «Si la France a un taux de crimes violents relativement bas, il y a quelques banlieues autour des grandes villes dans lesquelles il faut faire plus attention». A Paris, il faut se méfier «du RER qui mène à l’aéroport Charles de Gaulle». L’application conseille de prendre plutôt un bus ou le taxi.

Elle recommande également de faire attention dans la ligne 1 du métro: le principal danger étant les pickpockets qui agissent en groupe et souvent juste avant que les portes ne se ferment. Si jamais cela vous arrive, la diplomatie américaine explique qu’il ne «faut surtout PAS réagir». La Gare du Nord et Pigallle, «the adult enternainment district», sont également cités ainsi que, hors de Paris, la Normandie (les vols de bagages dans les voitures garées sur les parkings des plages du débarquement) et le Sud.

Pour passer la nuit, l’application remarque que «la plupart des hôtels ont des verrous, mais ce n’est pas aussi courant qu’aux Etats-Unis [...]. S’il n’y en a pas, vous pouvez placer une chaise contre la porte.» Amis voyageurs, si vous êtes déjà tombés sur des établissements dont les portes des chambres ne ferment pas à clé, nous vous invitons à témoigner dans les commentaires.

Pour ceux qui ont des envies de conduite, l’application explique que «les panneaux signalétiques sont rarement très clairs» et «qu’il faudra se préparer à réagir au dernier moment comme le font la plupart des conducteurs». Elle note malheureusement que «les Français ont tendance également à dépasser les limites de vitesse». Du coup, il vaut mieux prendre le train, «plus sûr».

Sinon, coup de bol, aucune alerte climatique particulière ne menace l’Hexagone en ce moment.

Source Libération.fr - 15/06/11

20:23 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

La violence du gang de la cité Curial: l'horreur à son comble

Mathieu, Maël, Bernard, Denis, Marc, Florent… tous ont croisé entre septembre 2008 et janvier 2009, le chemin des trois hommes qui comparaissent depuis hier devant la cour d’assises de Paris.

Pendant des mois, Macire Sy, 24 ans, Salah Khorchid, 22 ans et Seydou Tandjigora, 23 ans, ont semé la terreur dans le nord-est parisien. Pour un code de carte bancaire, un iPod, un téléviseur, le gang n’hésite pas à faire montre d’une violence inouïe.

   Menaces de viol, simulation d’exécution, coups, brûlures de cigarettes, humiliations, agressions sexuelles. Huit victimes au total. Huit hommes, âgés de 22 ans à 67 ans, qui, aujourd’hui encore, portent les stigmates infligés par le gang. Lorsque, le 10 février 2009, les policiers du deuxième district de police judiciaire (DPJ) mettent enfin la main sur le trio et déroulent la longue liste des victimes et des sévices subis, l’horreur est à son comble.

 Tout comme hier, devant la cour d’assises, où les trois accusés, prostrés dans le box, ont écouté, face à leurs victimes, l’interminable déroulé de l’acte d’accusation qui les renvoie devant la justice pour « extorsion en bande organisée et séquestration ». Si les parties civiles obtiennent la requalification en actes de torture et de barbarie, le gang encourt la réclusion criminelle à perpétuité.

L’ancien livreur de pizzas, le commis de cuisine et le serrurier, tous enfants de la cité Curial, dans le XIXe arrondissement, baissent la tête, absorbés par la lecture douloureuse des faits.

Le 29 septembre 2008, Maël, 25 ans, sort du cinéma MK2, quai de la Loire (XIXe). Il vient de voir « Batman » avec quelques amis, lorsque son destin bascule : deux hommes, coiffés de capuche, le bas du visage camouflé sous une écharpe, brandissent un cutter et l’entraînent au pied d’un immeuble où les attend un complice, puis dans une cave, où l’attend l’indicible : frappé à coups de crosse de revolver, mis à genoux, pantalon baissé, humilié et menacé de viol, le jeune homme est sommé de ne jamais regarder ses agresseurs.

Il doit donner sa carte bancaire et le code confidentiel, car le message du gang est clair : « On va creuser ta tombe. » Le trio a ce qu’il veut, mais tord néanmoins les doigts de sa victime, sur laquelle on applique le bout brûlant d’une cigarette. Quelques minutes plus tard, alors que Maël est surveillé par l’un de ses agresseurs, un deuxième jeune homme est attiré dans le piège. Une deuxième victime dans la même soirée.

Repérés, épiés, suivis par le gang, les hommes seuls sont attaqués avec une violence redoublée dans le XIXe arrondissement, en pleine rue, mais aussi chez eux.

Le 5 décembre 2009, Marc est surpris chez lui par le gang, en pleine nuit, rue du Faubourg-du-Temple. Il est frappé, ligoté et dépouillé de sa carte bancaire, comme Florent, un jeune homme de 22 ans, attaqué dans son appartement du boulevard (XIe)… alors que ses parents se trouvent à l’étage du dessous. « On l’a choisi parce que son logement était visible de la rue », reconnaîtra le trio.

La personnalité de Sy, Khorchid et Tandjigora sera évoquée vendredi. Le verdict est attendu mardi prochain.

Source Le Parisien - 15/06/11

 

19:07 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

L'Eglise Orthodoxe dénonce la conférence de l'OTAN à Belgrade

 
L’Eglise Orthodoxe dénonce la conférence de l’OTAN à Belgrade

15/06/11 – 14h30
BELGRADE (NOVOpress)
– Si les nouvelles « élites » serbes, désormais occidentalistes, ont la mémoire courte, l’Église Orthodoxe, elle, se souvient des plaies et blessures infligées au peuple serbe par les bombardements de l’OTAN.

C’est donc au nom de ce martyre, que le primat de l’Église orthodoxe serbe, le patriarche Irénée, a condamné la conférence de l’Alliance atlantique qui se déroule les 14 et 15 juin à Belgrade.

« Les blessures causées par l’Otan au peuple serbe ne se sont pas encore cicatrisées » a notamment déclaré le patriarche après avoir rappelé la haine vouée tout récemment encore à l’Alliance par le peuple serbe.

En 1999, les Etats-Unis soutenus par les autres membres de l’Otan ont déclenché des frappes aériennes sur la Serbie sans l’autorisation du Conseil de sécurité de l’Onu. Cette opération, qui a duré du 24 mars au 10 juin 1999, était censée défendre les « Kosovars » albanais musulmans contre les autorités serbes. Elle entraînera de nombreuses victimes civiles et des destructions de grande envergure.

La conférence qui se déroule à Belgrade réunit les pays de l’Alliance et les Etats participant au programme du Partenariat pour la paix, au Dialogue méditerranéen et à l’Initiative de coopération d’Istanbul.

18:36 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Lampedusa: des Tunisiens débarquent avec leur bétail...

15/06/2011 – 15h00
LAMPEDUSA (NOVOpress) – Le sentiment d’impunité est devenu tel chez les clandestins qu’ils commencent désormais à s’embarquer pour l’Europe avec leurs troupeaux. Un bateau de dix mètres, arrivé à Lampedusa dans les premières heures d’aujourd’hui, contenait 19 immigrés, dont six femmes et un bébé, plus une brebis, destinée, paraît-il, à donner du lait au bébé pendant la traversée. On notera avec intérêt – alors que le ministre Roberto Maroni vient encore de se vanter d’avoir arrêté l’immigration tunisienne –, que ces nouveaux envahisseurs sont tous Tunisiens.

Ils ont été, comme de juste, secourus par une vedette des gardes-côtes qui s’est chargée de les mener à bon port. Hier était arrivé sur l’île un bateau en provenance de la Libye, chargé de 290 immigrés, dont 27 femmes et une dizaine d’enfants. Hommes, femmes, enfants, bébés, troupeaux, c’est vraiment la conquête de l’Ouest. Il ne reste plus qu’à mettre les aborigènes dans des réserves et le parallèle sera complet.

Source : lagazzettadelmezzogiorno.it

15/06/11

18:27 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)