Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/04/2011

Qui est-ce? - n°2 - 1er indice

800px-.jpg

Cette cathédrale est en Europe - (Cliquez sur la photo)

00:15 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

26/04/2011

Des immigrés tunisiens clandestins à Paris


Sort des immigrés clandestins tunisiens en France par BFMTV

26 avril 2011

23:49 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Tragédie de Nantes: la mère assassinée confiait sa détresse sur Internet depuis 2004

article_agnesddl.jpg

Agnès Dupont de Ligonnès - (Cliquez sur la photo) 

Les recherches se poursuivaient hier tous azimuts pour retrouver Xavier Dupont de Ligonnès, dont toute la famille a été retrouvée abattue le 21 avril à Nantes.

      Selon Le Figaro, le suspect serait seul dans sa cavale et aurait changé de téléphone portable. Les analyses de plusieurs bandes de vidéosurveillance sont en cours pour le localiser. Par ailleurs, une marche silencieuse en hommage aux disparus se déroulera à Nantes cet après-midi. Si la personnalité du père de famille en fuite s’avère de plus en plus complexe, de nouveaux éléments soulignent le mal-être de la mère de famille assassinée, qui avait l’habitude de confier sa détresse au sein de groupes de discussion sur Internet.


De terribles paroles

    Agnès se sentait seule, très seule même. Sur différents forums, elle se confie à plusieurs reprises en 2004 et en 2008. « Je ne vais pas bien, je suis malheureuse. Mon homme refuse de se pencher sur la question. Il est absent toute la semaine. Et voilà ce soir, il rentre tard et moi je n’aurai qu’une envie encore et encore : pleurer! A l’aide! » La mère de famille revient régulièrement sur ses problèmes de couple. Elle décrit son mari, Xavier Dupont de Ligonnès, comme étant « trop cassant, trop sec, trop rigide, trop militaire ». A une période, elle recherche un psychologue à Nantes. Agnès dit qu’elle a peur que son mari découvre ses discussions sur Internet, elle change de pseudo à plusieurs reprises. « C’est un mari qui est très vieux jeu, dans sa façon d’être dans la famille : le père est le chef, il donne un ordre, on l’exécute sans avoir à questionner ni à comprendre. »

 Suivent également de terribles paroles évoquant l’ambiguïté des sentiments de son mari face à la mort. « Lui demander si on est heureux? La réponse de mon mari est toujours la même : Oui, mais si on pouvait tous mourir demain, quel pied. » Elle évoque également des soucis d’argent. « On a de gros problèmes de fric. Il a monté sa boîte il y a quatre ans (NDLR : en 2000) avec mon argent, et ça traîne, ça traîne, ça traîne… Ça coince! C’est aussi un énorme stress pour moi car je n’ai plus rien. C’est vrai je lui en veux, c’est terrible, comment ne pas lui en vouloir. Il a perdu tout mon argent. »

Agnès évoque également son mal-être à travers ses problèmes de poids. Elle a même créé un blog sur lequel elle évoque son régime. « J’ai pris 20 kg depuis que nous sommes mariés. Je ne suis pas bien dans ma peau. Je ne peux pas raconter ma vie entière, ce serait trop long. Je suis seule… Désespérément seule. »

Source La Parisien - 26 avril 2011

23:16 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Pripyat, ville-fantôme après Tchernobyl

diapo_pripyat9.jpg

diapo_pripyat13.jpg

diapo_pripyat14.jpg

(Cliquez sur les photos pour les voir en totalité)

On estime que la ville de Pripyat ne sera pas habitable à nouveau avant plusieurs siècles

20:00 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Catholiques et juifs restent les plus proches de Sarkozy...

f89f5e86-6f13-11e0-8355-e6814a907907.jpg infographie.jpg

(Cliquez sur l'infographie pour la voir en totalité)

Les thèmes de «l'ordre public et de la propriété» restent décisifs.

Les catholiques pratiquants restent plus attachés à Nicolas Sarkozy que le reste de la population française en dépit de la polémique de l'automne dernier sur les Roms. Ils sont suivis de près par les juifs. Les musulmans, en revanche, confirment leur forte distance vis-à-vis du président de la République. Tels sont les principaux enseignements d'un sondage réalisé par l'Ifop qui a interrogé les Français en fonction de leur appartenance religieuse sur le degré de satisfaction de Nicolas Sarkozy «comme président de la République» . Ainsi, sur la période janvier 2008-mars 2011, 55 % des catholiques pratiquants se disent satisfaits du président de la République.

Sur la même question, la moyenne de satisfaction des Français est de 37 %. Les juifs, eux, sont 49 % à être satisfaits. Quand 41 % des protestants, 40 % des catholiques non pratiquants, 24 % des sans-religion et 21 % des musulmans sont du même avis.

Sensibles à l'humanisme 

Mais l'analyse de la courbe d'opinion par tranche de six mois depuis mai 2007 démontre que les catholiques pratiquants, qui étaient à 74 % d'opinion favorable pour Nicolas Sarkozy en mai 2007, sont passés à 56 %, six mois plus tard puis sont remontés à 64 % en octobre 2008 (voyage de Benoît XVI en septembre), pour redescendre à 52 % en septembre 2009. Depuis, l'opinion favorable des catholiques pratiquants vis-à-vis du président Sarkozy a peu varié.

Il apparaît en tout cas, selon ce sondage, que l'affaire des Roms en septembre, suivi de la rencontre de Nicolas Sarkozy avec Benoît XVI au Vatican n'ont pas eu d'impact significatif contrairement à tout ce qui se dit dans le milieu concerné. Jérôme Fourquet, qui a piloté cette enquête, explique que les catholiques pratiquants sont certes sensibles «aux valeurs morales et à l'humanisme comme l'accueil de l'étranger», mais que les thèmes de «l'ordre public et de la propriété» restent décisifs pour eux. Il entend ici par «catholiques pratiquants» ceux qui se disent comme tels quand on leur demande de définir leur religion. Ces «pratiquants» vont donc de temps en temps à l'église, pour les fêtes notamment. Ils représentent entre 14 et 15 % de la population alors que seulement 4 à 5 % des catholiques vont à la messe régulièrement et que 45 % des Français se sentent culturellement catholiques.

«14 %, cela équivaut à 1/7 du corps électoral, observe Jérôme Fourquet. Même si la popularité du président Sarkozy a subi chez les catholiques pratiquants un tassement très sérieux - notamment lors de l'affaire de l'Epad car les catholiques sont plutôt pour la récompense par le mérite et gardent une distance par rapport à l'argent. Cette population demeure, suivie de près par les juifs, l'un des électorats les plus acquis à l'actuel président.»

Pour ce qui des musulmans, ils étaient à 39 % d'opinions favorables en mai 2007, puis 27 % en octobre 2009 quand le débat sur l'identité nationale les a conduits à 17 % d'opinion favorable, un taux qui se maintient aujourd'hui autour de 20 %.

Source Le Figaro - 25 avril 2011

19:09 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

"La grosse presse aux ordres du grand capital, les patriotes ont l'habitude!"

397px-Jean-Marie_Le_Pen_a_son_maison-198x300.jpg

Billet d’humeur de Jean-Marie Le Pen, Président d’honneur du Front National

Marine Le Pen fait trembler l’Etablissement. Les Français partagent de plus en plus nombreux ses orientations, notamment en matière de lutte contre l’immigration mais aussi en matière économique, domaines dans lesquels les gouvernements successifs font preuve d’une totale impuissance…

Alors, la grosse presse bourgeoise bat le rappel :
La semaine dernière c’était au Figaro de se faire le relais d’idéologues considérant que la pensée économique de Marine Le Pen était « nulle ».

Aujourd’hui, c’est au tour des Echos (propriété de LVMH, 5e capitalisation boursière du CAC 40, 20 M€ de CA et 3M€ de résultat net en 2010), d’affirmer à quel point, et contrairement aux « idées reçues », notre économie et notre pays doivent à l’immigration. Les immigrés ne seraient « que » 5 millions aujourd’hui, tous les ans 100 000 immigrés supplémentaires sont à compter « officiellement »: à aucun moment les clandestins ne sont comptabilisés. Ni les enfants d’immigrés…
Le quotidien omet aussi de signaler que les naturalisés sont au nombre de 150 000 par an (chiffre le plus important d’Europe et qui permet de faire baisser le nombre officiel d’étrangers).

On apprend que « sur un strict plan budgétaire, la présence des immigrés est même positive », que leur présence permettra d’amortir la crise actuelle, et n’accroit pas le chômage !
A aucun moment il n’est pris en compte le coût des écoles (plus de 5 000 euros par élève du primaire, plus de 8 000 au collège, plus de 10 000 au lycée) où les enfants d’immigrés bénéficient gratuitement des cours. Il n’est pas considéré que les prisons sont surpeuplées d’Immigrés ou de Français d’origine immigrée (« Il suffit, comme j’ai eu l’occasion de le faire, de consulter les listings de la Direction centrale de la Sécurité publique du ministère de l’Intérieur, pour constater que plus de 50 % des infractions constatées sont imputables à des jeunes dont le patronyme est de consonance africaine ou maghrébine » : Jean-Pierre Chevènement), et que l’insécurité coute 115 M€ d’euros par an (Jacques Bichot, Institut pour la Justice), que la situation familiale et sociale moyenne des immigrés les rend prioritaires dans l’attribution des logements sociaux construits, etc….
Pour obtenir un bilan de l’immigration « globalement positif », la grosse presse omet donc ces éléments pourtant essentiels mais gênants.
Mais comme le disait de Gaulle à Peyrefitte : Cela nous est complètement égal que les journalistes soient contre nous. Cela nous ennuierait même qu’ils ne le soient pas ! Le jour où Le Figaro et l’Immonde nous soutiendraient, nous considérerions que c’est une catastrophe nationale ! ».

De Gaulle, cité par Peyrefitte :
« Peyrefitte, je vous supplie de ne pas traiter les journalistes avec trop de considération. Quand une difficulté surgit, il faut absolument que cette faune prenne le parti de l’étranger, contre le parti de la nation dont ils se prétendent pourtant les porte-parole. Impossible d’imaginer une pareille bassesse – et en même temps une pareille inconscience de la bassesse. Vos journalistes ont en commun avec la bourgeoisie française d’avoir perdu tout sentiment de fierté nationale. Pour pouvoir continuer à dîner en ville, la bourgeoisie accepterait n’importe quel abaissement de la nation. Déjà en 40, elle était derrière Pétain, car il lui permettait de continuer à dîner en ville malgré le désastre national. Quel émerveillement ! Pétain était un grand homme. Pas besoin d’austérité ni d’effort ! Pétain avait trouvé l’arrangement. Tout allait se combiner à merveille avec les Allemands. Les bonnes affaires allaient reprendre. Bien sûr, cela représente 5 % de la nation, mais 5 % qui, jusqu’à moi, ont dominé. La Révolution française n’a pas appelé au pouvoir le peuple français, mais cette classe artificielle qu’est la bourgeoisie. Cette classe qui s’est de plus en plus abâtardie, jusqu’à devenir traîtresse à son propre pays. Bien entendu, le populo ne partage pas du tout ce sentiment. Le populo a des réflexes sains. Le populo sent où est l’intérêt du pays. Il ne s’y trompe pas souvent. En réalité, il y a deux bourgeoisies. La bourgeoisie d’argent, celle qui lit Le Figaro, et la bourgeoisie intellectuelle, qui lit Le Monde. Les deux font la paire. Elles s’entendent pour se partager le pouvoir. Cela m’est complètement égal que vos journalistes soient contre moi. Cela m’ennuierait même qu’ils ne le soient pas. J’en serais navré, vous m’entendez ! Le jour où Le Figaro et l’Immonde me soutiendraient, je considérerais que c’est une catastrophe nationale ! »

Articles des Echos, écrit par Marie Bellan, dont parle Jean-Marie Le Pen :

Immigration : quel enjeu pour l’économie française ?

Avec un flux net de 100.000 personnes par an, la France est l’un des pays européens qui accueillent le moins d’étrangers. A l’heure où le ministre de l’Intérieur plaide pour une réduction de l’immigration légale, l’analyse des chiffres bouscule quelques idées reçues.

La France est l’un des plus vieux pays d’immigration en Europe. Au début du XXe siècle, notre pays comptait déjà près de 1 million d’immigrés, contre 5 millions actuellement. On a peine à imaginer, aujourd’hui, que certaines entreprises, dans les années 1960, allaient jusqu’à débaucher les ouvriers immigrés dans leur propre pays, Maroc et Algérie en tête. Depuis quelques semaines, c’est un tout autre discours que distille le ministre de l’Intérieur et de l’Immigration, Claude Guéant, en plaidant pour une diminution des flux d’immigration légale. Un virage à 180° par rapport au credo sarkozyen de « l’immigration choisie », qui visait au contraire à favoriser l’arrivée de travailleurs étrangers dans des secteurs en pénurie de main-d’oeuvre. Ce changement de pied s’explique-t-il par une augmentation avérée des flux migratoires ? La France doit-elle effectivement limiter l’accueil des étrangers sur son territoire ? Quelles en seraient les conséquences sur l’économie nationale ? Les chiffres bruts et leur analyse bousculent quelques idées reçues…

La proportion d’immigrés augmente-t-elle sur le territoire français ?
Dans les années 1920, la moyenne annuelle des entrées en France était de l’ordre de 300.000 immigrés (personnes étrangères nées hors de France). Ils étaient 200.000 l’an dernier. C’est à partir de 1974 que ces flux ont été régulés et, depuis une vingtaine d’années, les arrivées d’étrangers non communautaires se sont stabilisées autour de 150.000 à 200.000 personnes par an. Par ailleurs, 100.000 individus quittent chaque année l’Hexagone (immigrés rentrant chez eux ou Français partis s’installer à l’étranger). Autour de 100.000 personnes par an, en moyenne, restent donc à accueillir. Un chiffre bien modeste comparé aux autres pays développés. La Norvège, l’Italie ou l’Espagne ont une proportion d’immigrés plus de deux fois supérieure à la nôtre. « Que l’on raisonne en stock ou en flux, la France compte parmi les pays européens où l’immigration est la plus faible », explique Georges Lemaître, économiste spécialiste des migrations à l’OCDE. En outre, « la structure de l’immigration est restée très stable dans le temps, la France accueillant depuis plus de vingt ans majoritairement des populations d’Afrique du Nord et d’Afrique subsaharienne », complète Lionel Ragot, économiste au centre de recherche Cepii.
Peu d’immigrés en proportion de sa population et des provenances qui n’ont pas changé depuis vingt ans, comment expliquer, alors, que « les Français ne se sentent plus chez eux ? », pour reprendre les mots de Claude Guéant. Seule la forte concentration des immigrés peut expliquer ce sentiment de « trop-plein » dans certaines zones géographiques, cumulant souvent plusieurs handicaps : « Un immigré sur cinq vit en zone urbaine sensible, où le taux de pauvreté est près de trois fois plus élevé que sur l’ensemble du territoire », analyse Patrick Gaubert, président du Haut Conseil à l’intégration.

Les immigrés pèsent-ils sur les comptes sociaux ?
La France est l’un des pays développés les plus généreux en termes de protection sociale. Un atout, pour attirer les « talents » étrangers. Mais potentiellement aussi un fardeau financier, s’il apparaissait que les immigrés profitaient plus du système que les nationaux.
De fait, selon une étude menée par des chercheurs du Cepii (1), les populations immigrées non communautaires sont, à première vue, plus souvent bénéficiaires de la protection sociale, en dehors de la retraite et de la santé -qui sont de loin les deux premiers postes de dépenses. « Les immigrés issus du Maghreb et ceux issus du reste de l’Afrique sont respectivement 1,6 et 1,7 fois plus nombreux à recevoir des allocations chômage, 3,8 et 3,9 fois plus représentés parmi les bénéficiaires du RMI », notent les auteurs. Du coup, si l’on compare à une date donnée (ici 2005) la contribution globale au budget des administrations publiques avec le volume des aides versées, les immigrés apparaissent favorisés par rapport aux nationaux. « Pour autant, même si en moyenne les immigrés semblent payer moins de taxes et recevoir plus de transferts que les natifs, la différence de structure par âge de la population immigrée, regroupée dans les classes d’âge actives, [...] conduit à une contribution nette moyenne des immigrés au budget de l’Etat supérieure à celle des natifs », tempère Lionel Ragot, co-auteur de l’étude.
En somme, les immigrés étant proportionnellement peu représentés parmi les plus de 60 ans, qui sont les premiers bénéficiaires de la protection sociale (maladie et retraite essentiellement), leur poids dans les comptes sociaux reste faible, et ce malgré un taux de chômage élevé. Sur un strict plan budgétaire, la présence d’immigrés est même positive, du fait de l’apport régulier d’individus actifs. Conclusion, « l’immigration réduit le fardeau fiscal du vieillissement démographique, soutient Lionel Ragot, et sans cet apport, dans l’hypothèse d’une immigration zéro, le besoin de financement de la protection sociale à l’horizon du siècle passerait de 3 % à environ 5 % du PIB ».
Cet apport pourrait même être plus fructueux encore si la France parvenait à attirer des populations étrangères plus qualifiées, donc moins sensibles au chômage et avec des salaires plus élevés. Mais ce « gain » ne pourrait qu’être temporaire, prévient toutefois l’économiste, car, « au bout de quarante ans, les caractéristiques démographiques d’une immigration sélective -les cadres ont une espérance de vie plus longue que les ouvriers, et ils ont moins d’enfants -l’emportent sur les effets bénéfiques de départ ».

Une diminution de l’immigration suffirait-elle à faire baisser le chômage ?
Faire baisser le taux de chômage en ralentissant l’accès au marché de l’emploi et plus largement les autorisations de séjour des immigrés est une idée déjà ancienne à laquelle s’est rangé dernièrement Xavier Bertrand. Le ministre du Travail s’est fixé pour objectif de mieux former les chômeurs français, pour les orienter vers les métiers dits en tension -dans la restauration, mais aussi le bâtiment ou les travaux publics -occupés en grande partie par les immigrés. Raisonnement séduisant… sur le papier. « C’est une illusion de mettre face à face le nombre d’immigrés et le nombre de chômeurs en pensant qu’ils sont substituables, estime Patrick Simon, démographe à l’Institut national démographique. Il y a des effets rémunérations, des effets compétences et de spécialisation dont il faut tenir compte. » En clair, ces emplois sont souvent plus pénibles que la moyenne, moins bien payés et plus précaires. Ils intéressent donc peu les chômeurs français. Faire baisser le nombre d’immigrés pourrait même avoir des effets néfastes : « C’est une politique malthusianiste qui comporte de vrais risques, soit d’augmenter encore certaines tensions sur le marché de l’emploi, soit de voir croître le travail au noir, et donc l’immigration illégale », poursuit Patrick Simon.
Si le travail immigré peut avoir un effet déflationniste sur les salaires dans certains secteurs d’activité, les chercheurs s’accordent à dire qu’il ne peut pas être rendu responsable de l’accroissement du chômage chez les nationaux. Ce serait même plutôt l’inverse : « On peut postuler qu’avec l’installation durable de la crise économique, les immigrés ont joué un rôle d’amortisseur pour l’ensemble du marché du travail, ce qui a permis aux Français d’origine de se maintenir dans une position relativement plus favorable », expliquent Didier Gelot et Claude Minni dans une étude de mars 2010 (2). Le taux de chômage des immigrés est de 16 %, il atteint près de 20 % pour les étrangers originaires du Maghreb et d’Afrique.

L’immigration peut-elle pallier le vieillissement de la population ?
Elle peut le compenser, mais en partie seulement. L’immigration a certes un impact positif sur la population active : selon les dernières projections de l’Insee, un apport migratoire de 150.000 personnes par an engendrerait 1 million d’actifs de plus en 2040. Mais les flux actuels ne permettent pas de faire baisser de façon significative le ratio entre actifs et inactifs : « Pour maintenir notre ratio de dépendance entre actifs et inactifs au même niveau que dans les années 2000 grâce à l’immigration, il faudrait des flux de migrants sans commune mesure avec ce que l’on peut raisonnablement envisager -plusieurs millions chaque année -et qui aboutiraient au doublement de la population française tous les quarante ans, relève Lionel Ragot. L’immigration n’est donc clairement pas une solution au vieillissement et les effets produits sont de toute façon toujours temporaires. »

NPI - 26 avril 2011

18:24 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Ecole islamique en France - tabassage de journalistes

Cette vidéo a été filmée en 2009.

Trois journalistes de Canal +  de l'émission "90 minutes" s'étaient présentés devant les grilles d'une école coranique du mouvement Tabligh installée au château de Ville-Maindans à Grisy-Suisnes (Seine-et-Marne).

 

16:10 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

Qui est-ce? - n°2

2.jpg

02:55 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

Pour le plaisir

the-harbour-of-Brest-Turner1.jpg

Le port de Brest - William Turner  (1775-1851)

(Cliquez sur l'aquarelle)

 

01:55 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Tentative d'assassinat de Khadafi: son bureau détruit par un bombardement de l'OTAN

   
 
25 avril 2011

00:26 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

25/04/2011

Le sommet franco-italien de mardi ne servira à rien si la France n'annonce pas qu'elle rompt définitivement avec Schengen

 

Communiqué de Marine Le Pen, député français au Parlement européen, Présidente du Front National

Marine Le Pen, soucieuse de l’intérêt des Français, a proposé dès le début des crises arabes, et notamment lors de sa visite à Lampedusa le 14 mars, de quitter Schengen. Elle a la première attiré l’attention sur le drame migratoire en cours, dans l’indifférence d’une caste vautrée dans son déni de la réalité.

Pour couper court à la vague d’immigration massive que la France subit en ce moment, Nicolas Sarkozy doit annoncer le retrait immédiat et définitif de la France de l’espace Schengen, à l’occasion du sommet franco-italien de mardi.

Toute autre annonce à l’occasion de ce sommet ne relèverait que du blabla, aussi inefficace que trompeur.

La rumeur selon laquelle la France pourrait suspendre Schengen, que le pouvoir a délibérément laissé courir avant le week-end pascal afin de tromper l’opinion, démontre jusqu’où Nicolas Sarkozy est prêt à aller dans la manipulation à des fins électoralistes. Cette pratique de la rumeur, condamnable, a été suivi d’un rétropédalage ridicule.

Lire la suite de cet article »

NPI - 25 avril 2011

23:58 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

VIDEO - Immigration en PACA: centres de rétention complets, remise en liberté...

http://videos.tf1.fr/jt-13h/immigration-leurs-reves-de-fr...

25 avril 2011

22:53 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Khadafi sain et sauf après le raid de l'OTAN sur son QG

Trois morts dans le raid de l'Otan, Kadhafi manqué
Le raid de l'Otan la nuit dernière sur la caserne de Tripoli qui abrite le quartier général de Mouammar Kadhafi a fait trois morts mais le Guide libyen est sain et sauf, a annoncé lundi le porte-parole du gouvernement, Moussa Ibrahim.

Cette attaque contre le complexe fortifié de Bab al Aziziah a fait trois morts parmi les employés et les gardes, a-t-il précisé. "Qu'est-ce que cet acte de terrorisme a donc à voir avec la protection des civils en Libye ?", s'est interrogé le porte-parole. Il a ajouté que Mouammar Kadhafi était dans un lieu sûr, en bonne santé, et qu'il avait le moral. La télévision officielle libyenne a, de son côté, diffusé des images du Guide recevant des personnes sous une tente en précisant qu'elles dataient de lundi.
 
D'autres cibles visées par les frappes aériennes
De fortes explosions ont également été ressenties toujours tôt lundi dans plusieurs quartiers de la capitale libyenne, cible depuis vendredi de raids intensifs de l'Otan. Les détonations, les plus fortes ayant secoué la capitale jusqu'ici, ont fait trembler l'hôtel hébergeant les correspondants de la presse étrangère à Tripoli, non loin du centre ville.

 
Citant une source militaire, l'agence officielle libyenne Jana a indiqué de son côté que "plusieurs sites militaires et civils dans la ville de Tripoli ont été les cibles de raids de l'agresseur colonianiste croisé (Otan), ce qui a engendré des dégâts humains et matériels". L'agence a confirmé par ailleurs la coupure du signal des chaînes de télévision et de radios d'Etat, affirmant que la retransmission a été rétablie "après quelques minutes grâce aux compétences techniques nationales". Jana ne précise pas si des sites de transmission télévisuelle ont été visés par les raids.
 
les troupes de Kadhafi repoussées aux portes de Misrata
Les troupes du colonel Mouammar Kadhafi ont été repoussées aux portes de la ville rebelle de Misrata, théâtre de combats depuis deux mois, ont annoncé lundi des sources de la rébellion locale, alors que des roquettes continuent de tomber au hasard sur la ville.

le 25 avril 2011 à 18:30
Source TF1

21:20 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

La vidéo du cadavre d'un extraterrestre en Sibérie suscite un buzz mondial

20/04/2011 PARIS (NOVOPress) : Enorme canular ou preuve par l’image de l’existence des extraterrestres ? Les Etats-Unis avaient leur « cadavre de Roswell » depuis 1947, la Russie a désormais son « cadavre d’Irkoutsk », du nom de la ville de Sibérie où, il y a un mois, des habitants ont dit avoir vu un Ovni descendre vers la Terre et où le cadavre d’un extraterrestre aurait donc été découvert.

La vidéo de son corps gisant dans la neige, mise en ligne il y a trois jours, a déjà été vue plus de 4 millions de fois. Elle n’explique rien, et l’on ne sait pas, par exemple, ce que serait devenu l’Ovni ni s’il avait d’autres occupants à son bord…

Les images que vous allez voir mettent en scène un cadavre – qui ressemble en tous points à l’idée que les Terriens se font des extraterrestres et à la représentation que Steven Spielberg en a donnée avec E.T. l’extraterrestre – et deux Russes, celui qui aurait découvert le corps deux heures plus tôt et celui qui vient filmer le cadavre.

Les dialogues sont crus. Les injures russes ayant été empruntées au tatare des envahisseurs mongols, elle n’ont rien à envier aux « nique ta mère » de nos banlieues. En voici une traduction fidèle, juste légèrement édulcorée :
- Là, c’est là qu’on l’a trouvé, regardez, allons…
- Où vous l’avez trouvé, vous dites ?
- Mais là, regardez…
- Où ?
- Mais là, là, putain… C’est là, cette saloperie, putain…
- Mais où ça se trouve ?
- Mais voilà, putain, il y a deux heures, putain, bordel de merde… Le chien a reniflé, salope de chienne, bordel de merde… Qu’est-ce que c’est que cette merde, bordel, putain…
- Ça doit faire une semaine qu’il est là…
- Voire plus…

 

20:52 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (12)

La NON-démocratie française - Par Andrea Massari

Sarko-Europe.jpg

Officiellement la France est une démocratie. De fait, le peuple élit ses parlementaires et le président de la République. Mais cela n’a guère de conséquences pratiques. Sur les sujets essentiels, le peuple n’est pas consulté. Or l’expérience des référendums dans les pays voisins (Suisse, Islande, Allemagne notamment) montre que le peuple ne vote pas comme les élites dirigeantes le souhaitent.

 

Signé à Lisbonne le 13 décembre 2007 par les 27 chefs d'États de l'UE, le Traité de Lisbonne a été ratifié par voie parlementaire dans 25 des 27 États européens, après avoir été rejeté par les Français par voie référendaire en 2005.

Aides aux banques : le modèle islandais

Lors de la crise financière l’Etat français a apporté 110 milliards d’aide aux banques. Le gouvernement français a, certes, agi comme tous les autres gouvernements occidentaux qui ont transféré aux contribuables les dettes privées imprudentes des banques. Mais en Islande, le seul pays où il y a eu un référendum sur ce sujet, plus de 90% des électeurs se sont prononcés contre la prise en charge des dettes de la banque Icesave. Mis sous pression des créditeurs britanniques et hollandais, le gouvernement islandais a tenté de passer en force et de payer quand même. Les Islandais se sont à nouveau opposés au règlement moins défavorable qui leur était proposé. Cette fois par 60% des suffrages.

Frein à l’immigration : le modèle suisse

Les gouvernements successifs ont imposé aux Français une immigration croissante sans solliciter leur avis ni même leur dire officiellement la politique qui était conduite. De même, les Français n’ont pas été consultés lorsqu’en 2003 le gouvernement a décidé de permettre le maintien en France des étrangers criminels. Les Français ne sont pas davantage consultés lorsqu’il s’agit de construire sur terrains et fonds publics de grandes mosquées. Il en va différemment en Suisse : le peuple s’y est prononcé par référendum pour le renvoi des étrangers criminels et pour l’interdiction de mosquées avec minarets (c’est-à-dire de ces grandes mosquées qui poussent partout en France). De même les Suisses vont probablement être appelés à se prononcer sur un référendum visant à limiter à 0,2% de la population le taux d’immigration ; un référendum demandé cette fois par les écologistes dans le but d’éviter le surencombrement de la Suisse.

Choix environnementaux : le modèle allemand

La démocratie en Allemagne est fort loin d’être parfaite puisque la police fédérale (comme l’ancienne STASI) peut infiltrer certaines formations politiques à des fins de provocations. Mais en matière d’environnement les électeurs peuvent se prononcer sur des sujets concrets. Ainsi les électeurs de Garmisch-Partenkirchen se prononceront le 8 mai 2011 sur la tenue des Jeux olympiques d’hiver à Munich. Un choix démocratique qui ne sera pas offert aux électeurs d’Annecy ou de Chamonix. De même les Parisiens n’auront aucunement la possibilité de se prononcer par référendum sur le bien-fondé de la construction de tours de grande hauteur à Paris.

Choix européens : le précédent du vote sur le Traité constitutionnel

Il est vrai que les Français ont pu se prononcer par référendum en 2005 sur le Traité constitutionnel européen. Ils l’ont refusé. Deux ans plus tard et sous le nom de Traité de Lisbonne le même texte était adopté par le Parlement. Un déni de démocratie exemplaire.

La réforme constitutionnelle : plus de pouvoirs aux juges, moins de pouvoir au peuple

Deux réformes majeures caractérisent la révision constitutionnelle française de 2008 :

- officiellement, le référendum d’initiative populaire est possible mais à des conditions… impossibles : obtenir la signature de 20% des parlementaires et de 10% des électeurs sur un texte préalablement validé par le Conseil constitutionnel ; un parfait faux-semblant ;

- officiellement, tous les citoyens pourront saisir le Conseil constitutionnel de la constitutionnalité des lois via la Cour de cassation ; en pratique, cela revient à renforcer le pouvoir des juges au détriment du pouvoir des parlementaires représentant le peuple.

L’intolérance d’une caste médiatique de plus en plus hostile à la démocratie

La démocratie suppose la liberté du débat et la libre information des électeurs. Ces conditions ne sont plus réunies.

A quelques très rares exceptions près [Ménard (photo), Zemmour] l’ensemble de la caste journalistique défend de manière militante le politiquement correct et frappe d’interdits certains sujets. Fait nouveau : des journalistes régulièrement invités sur les grands médias justifient la censure. Lors de l’émission « On refait le monde » du 29 novembre 2010, sur RTL, Anne-Sophie Mercier, journaliste à Charlie-Hebdo, fait part de son indignation sur le vote suisse sur le renvoi des étrangers criminels et déclare : « Je suis pour une société de tabous. Je ne suis pas pour une société de la parole libérée. Je ne suis par pour qu’on donne la parole au peuple ». De même Ariane Chemin du Nouvel Observateur a déclaré à l’émission « Mots croisés », sur France 2, le 11 avril 2011 : « Pourquoi as-tu (Robert Ménard) besoin de parler de la peine de mort ? C’est navrant que la première radio de France t’emploie à dire cela ». Dans le même ordre d’idée, il est choquant que Robert Ménard ait été sommé, le 18 avril 2011, sur Canal+, de dire qu’il ne votait pas Front national. Il y a là l’aveu de la part de la caste médiatique de l’existence d’un système d’interdit professionnel, peu différent de celui pratiqué par les régimes totalitaires.

Loin d’être anecdotiques, ces faits sont significatifs : ils révèlent la coupure croissante des élites dirigeantes vis-à-vis de la démocratie et de la souveraineté du peuple.

Andrea Massari

Source : Polémia.

NOVOPRESS INF0 - 4 avril 2011

19:52 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Un jeune garde royal exclu de la noce pour insultes et propos douteux

garde.jpg

Cameron Reilly appartient au régiment des Scot Guard et participe fréquemment à la fameuse relève de la garde, devant le Palais de Buckingham. Cette haute responsabilité implique évidemment un comportement irréprochable, à la fois pendant ses parades, mais aussi dans sa vie privée.

 Le jeune homme de 18 ans a oublié son devoir de respect envers la famille royale sur Facebook. Il a insulté Kate Middleton sur sa page en ces termes : « Avec William elle est passée devant moi vendredi et tout c'que j'ai eu c'est un geste de la main alors qu'elle regardait de l'autre côté. Idiote de vache coincée, je ne suis pas assez bon pour eux ! Espèce de garce snob » Très élégant ! Verdict : interdiction pour lui d'assurer ses fonctions le jour du mariage de Kate et du prince William, vendredi 29 avril.

L'histoire ne s'arrête pas là puisque Cameron Reilly a aussi posté des commentaires à caractère antisémite, après avoir monté la garde à l'intérieur de la Tour de Londres : « Je vois un grand rassemblement juif par la fenêtre à la Tour de Londres. Jamais vu autant de rabbins d'ma vie ». Le ministère britanique de la Défense a annoncé qu'il allait enquêter sur tous les commentaires postés par le jeune garde. 

Source France-Soir - 24 avril 2011

19:34 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

Jean-Marie Le Pen invité de Soir 3 Politique - 24/04/2011

25 avril 2011

17:37 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Qui est-ce? - n°1 (nouvelle série)

225PX-~1.JPG

 "Je ne connais pas d'obstacle qui passe les forces de l'esprit humain, sauf la vérité."

" Arithmétique! algèbre! géométrie! trinité grandiose! triangle lumineux! Celui qui ne vous a pas connues est un insensé. "

03:51 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (18)

La Gaule, la France, notre pays...

Chaîne des Alpes BF.JPG

La Chaîne des Alpes - au fond le Mont Blanc

Vercors BF.JPG

Le Vercors

(Cliquez sur les photos pour les agrandir deux fois)

Photos BF - 2011 (DR)

03:03 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Mariage princier: Kate Middleton a des origines juives et le Prince William est circoncis

Prince-William-Kate-Middleton1.jpg

L’excellent blog Géopolitique Biblique vient d’apporter la réponse à ma question en postant un article fort intéressant. Kate Middleton, future Reine d’Angleterre, aurait des origines juives. En tout cas, sa mère portait un nom juif. Tout comme son arrière grand-mère. Ce qui signifie donc, in extenso, qu’elle serait donc elle-même juive. Mais le sait-elle seulement ?

Quoi qu’il en soit, l’article en question met également en avant un moment historique que j’ignorais: la Reine Victoria, convaincue que la monarchie anglaise descendait du Roi David a fait circoncire ses garçons.

Voici une partie de l’article en question:

Une recherche généalogique rapide m’a appris que la maman de Kate était née Goldsmith. Drôle de nom, me suis-je dit, qui me fait d’avantage penser à un nom polonais qu’à un nom typiquement britannique. Le site makemyfamilytree m’a révélé que son arrière grand-mère était une dénommée Elizabeth Temple Harrison, fille de Thomas Temple et d’Elizabeth Myers et soeur de Esther Temple.

Goldsmith, Myers, Temple, Esther, patronymes et prénoms bizarres pour les ascendants d’une jeune fille qui va épouser un prétendant possible au trône d’Angleterre !! Serait-ce la raison pour laquelle le mariage a été planifié un vendredi et non un samedi, comme on aurait pu s’y attendre dans un mariage anglican ? Sans doute pour permettre à certains invités à la noce de s’y rendre en voiture, ce qui aurait été impossible à cause du Shabbath.

Mais Kate doit certainement savoir à quoi elle s’engage: la Reine Victoria, convaincue que la monarchie anglaise descendait du Roi David, a fait circoncire ses garçons et notamment le futur Roi Edouard VII; coutume qui s’est perpétuée par la suite.

Je ferais simplement remarquer à la future princesse que l’on ne se marie pas dans la période de l’Omer entre Pessa’h et Chavouoth. Enfin rien n’est parfait dans ce bas monde!

Le problème de tout cela, c’est que techniquement, la famille royale doit respecter une règle largement antisémite et discriminatoire: un membre du clan doit se voir retirer de la ligne de succession s’il n’épouse pas un anglican. Voilà qui devrait corser la situation…

Sauf que… Heureusement pour le coeur de la Reine mère, selon le site JewornotJew, même si il y a des Juifs dans l’arbre de la famille de Kate, au moins cinq générations du clan Goldsmith ont été mariés dans les églises. Ainsi, même s’il y a un lien au judaïsme dans sa famille, cela remonte à très longtemps !

Source Jonathan-Simon Sellem – JSSNews

 

03:01 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)