Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Blog - Page 1309

  • "Allégeance aux armes": Copé répond aux critiques

     

     Critiqué à gauche mais aussi par certains à droite, le projet "d'allégeance aux armes" pour chaque jeune Français a été défendu mercredi matin par Jean-François Copé sur LCI. Invité de Julien Arnaud, le secrétaire général de l'UMP a voulu minimiser la polémique naissante sur la sémantique et préférer insister sur "la loyauté" à la France en cas de conflit contenue dans ce projet. Le ministre de l'Education nationale, Luc Chatel, a estimé lui que la formulation "allégeance aux armes" n'était "pas forcément la plus adaptée", mais s'est dit favorable à une cérémonie qui "rappelle les valeurs de la République".

    Lors du point presse hebdomadaire du parti mercredi matin, Jean-François Copé a indiqué "comprendre" que le mot allégeance "ne plaise pas", en proposant une nouvelle sémantique, celle d'un "engagement de loyauté, d'engagement solennel ou d'engagement tout court". Mais a jugé "scandaleux et indigne que le seul fait de parler de l'amour de la patrie puisse être considéré par certains commentateurs comme politiquement incorrect au point (qu'ils) osent faire le parallèle avec Vichy, l'une des pages les plus honteuses de notre histoire", a-t-il poursuivi.

    Ce projet qui fait beaucoup penser à l'exemple américain (le serment d'allégeance au drapeau existe depuis longtemps aux Etats-Unis) et qui figure parmi les 29 propositions de l'UMP destinées à alimenter le programme du futur candidat Sarkozy - "sans engager le président de la République", a tenu à préciser le secrétaire général de l'UMP. La proposition s'inscrit en tout cas dans le cadre d'une attaque en règle contre les projets prêtés à la gauche si elle revient au pouvoir à l'occasion de la prochaine présidentielle : s'appuyant sur le succès libyen de Nicolas Sarkozy, le parti majoritaire a mis en garde contre une victoire de la "coalition" PS-écologistes, accusée de vouloir faire du budget de la défense une simple "variable d'ajustement", synonyme "d'affaiblissement de la France". "Je suis très inquiet. Les socialistes parlent plus aux Verts, qui veulent supprimer les cérémonies du 14 juillet, qu'aux Français. Jusqu'où iront-ils? Si on baisse la garde, c'est alors la sécurité des Français qui sera menacée", a affirmé Jean-François Copé.

    Pour le PS, le député Bernard Cazeneuve a aussitôt dénoncé une proposition "exclusivement électoraliste", "en forme de clin d'oeil au Front national". François Hollande a estimé pour sa part que la proposition n'était "pas la formule la plus heureuse". "La fidélité à la France doit se marquer à des moments qui ne sont pas forcément liés aux armes", a-t-il dit devant des journalistes, soulignant que "ce sont ceux qui ont supprimé le service militaire qui font aujourd'hui cette proposition". Et de poursuivre : "Ce qu'on doit demander aux jeunes Français, c'est sans doute un engagement civique de fidélité à des principes de solidarité et de justice". La campagne présidentielle de l'UMP "s'apparente désormais à une gigantesque chasse à l'électeur FN", a renchéri le NPA.

    "Une proposition de cohésion nationale"

    La présidente du FN, Marine Le Pen, a réagi ironiquement : "Encore un serment... l'américanisation, qu'est-ce qu'on aime ça chez Sarkozy... Ils vont bientôt nous sortir la Bible pour qu'on fasse le serment dessus ?". Selon elle, "s'il y a une réflexion à mener, c'est sur l'existence d'un service national".

    Et jusqu'au sein du parti majoritaire, la prise de position gêne. A la sortie de la convention de l'UMP, le ministre de la Défense Gérard Longuet s'est dit "un petit peu" gêné. "L'idée est bonne, mais il faut travailler la sémantique", a-t-il déclaré à des journalistes, tandis que son collègue Bruno Le Maire, chargé de l'élaboration du projet de l'UMP pour 2012, bottait en touche. Hervé Mariton, conseiller politique de l'UMP chargé des questions de défense et partisan affiché du projet, a concédé pour sa part que "le mot est peut-être un peu ancien". Cette "allégeance" solennelle, qui interviendrait lors de la journée d'appel à la défense ou au moment de l'acquisition de la nationalité française, concernerait aussi bien les femmes que les hommes. L'intéressé promettrait de combattre du côté de la France en cas de conflit armé. Quid des binationaux ? "C'est une forme de réponse au débat sur la nationalité multiple. En devenant française, toute personne dirait que son engagement va à l'armée française" et non pas à celle du pays de son autre nationalité, a précisé Hervé Mariton, y voyant une "proposition de cohésion nationale".

    TF1 News - le 21 septembre 2011
  • L'ex-directrice de la Sex Crimes Unit accable DSK

    1617892_191c6de8-e3d1-11e0-83f9-00151780182c_640x280.jpg sex crime unit.jpg

    Pendant vingt-huit ans, Lisa Friel a été procureur adjointe au tribunal de Manhattan. Elle a dirigé à partir de 2002, avant de démissionner, la Sex Crimes Unit, brigade spécialisée dans la répression des crimes sexuels, créée en 1974. Cette unité a enquêté sur l’affaire DSK et a été popularisée par la série télévisée « New York, police judiciaire ».

     

     

     

    En exclusivité, Lisa Friel, l’ex-directrice de cette brigade, sera ce soir sur le plateau de France 3 dans l’émission « Pièces à conviction », devenue mensuelle, aux côtés de la présentatrice, Patricia Loison. Elle reprend le flambeau d’Elise Lucet à l’occasion de la diffusion à 22h55, d’un documentaire réalisé par Lysa Jackson quelques mois avant l’affaire DSK et diffusé aux Etats-Unis en juin.

    La Sex Crimes Unit est réputée être une brigade d’élite, mais, en France, on lui reproche d’avoir fait une erreur dans l’affaire DSK.
    LISA FRIEL. Dans ce service prestigieux, on apprend à travailler correctement et dans l’intérêt de la justice. Une erreur ? Je ne sais si c’est le cas. Nous avons fait notre job et je peux dire que je suis fière de mon ancienne équipe. On nous a signalé des faits et nous avons agi en conséquence pour enquêter. Policiers et procureurs sont des humains, mais notre équipe est parfaitement rodée et expérimentée pour faire face. Notre force, c’est l’expérience. C’est nous qui avons découvert les problèmes autour de ce dossier.

    Que savez-vous de l’entretien de DSK à la télévision ?
    Si j’ai bien compris, il semblait dire qu’il est innocent, qu’il n’y a pas de preuves contre lui et que sa victime avait menti sur tout. Il suffit de lire le rapport pour comprendre que c’est un peu différent. Nous avons bien trouvé des preuves scientifiques, mais nous n’avons pas pu prouver ce qui s’est passé ce jour, au-delà du doute raisonnable, comme on dit dans notre procédure. Et nous avions des points d’interrogation sur la crédibilité de la victime.

    Que doit-on penser de Nafissatou Diallo ?
    Je peux vous affirmer que Nafissatou Diallo est bien une victime. Il existe des éléments de preuves qui étayent son propos. Je ne peux croire qu’elle ait inventé tout cela de toutes pièces. Je crois surtout les preuves. Mais ces éléments dont nous disposions n’étaient pas suffisants pour poursuivre ce dossier et pour l’affirmer, sans doute raisonnable, devant un jury de douze personnes et à l’unanimité. Dans un tribunal américain, dans une procédure au pénal, la charge de la preuve doit être indiscutable. Ce que vous pensez pouvoir prouver et ce que vous croyez être la vérité sont deux choses bien différentes. Au mois de juin, deux policiers accusés de viol dans l’exercice de leur fonction ont été relaxés par le tribunal de Manhattan parce que nous n’avons pas su convaincre le jury.

    Vous n’êtes plus procureur, mais, en tant que femme, que savez-vous de ce qui s’est passé dans cette chambre ?
    En tant que femme, et non en tant que procureur, je vous fais part de mes sentiments personnels. Ce qu’ a fait DSK va bien au-delà d’une faute morale comme il l’a invoqué. Il s’est très mal comporté. Je pense même que c’était pire que cela.

    Avez-vous été surprise par la requête de renonciation ?
    Non, pas du tout. Nous savions que nous ne pouvions aller au bout de l’affaire.

    Votre démission est-elle liée à l’échec de ce dossier ?
    Non, pas du tout ! J’ai trois enfants qui vont à l’université et une autre qui y ira bientôt et il faut que je gagne un peu plus d’argent (NDLR : les procureurs sont mal payés aux USA).

    Le Parisien - 21/09/11

  • CHIMULUS

    h-4-2594501-1316532929.jpg Chimulus.jpg

    (Cliquez sur le dessin)

  • Le vote sur un Etat palestinien à l'ONU pourrait être reporté de plusieurs semaines

    Le vote sur un Etat palestinien à l'ONU pourrait

     être reporté de plusieurs semaines.

    (source: Haaretz)

    Le vote sur la demande d'adhésion d'un Etat palestinien

    aux Nations Unies pourrait être reporté à une date

     non précisée,

     assurent plusieurs sources à New York, citées par le

    quotidien Haaretz. Toujours selon les mêmes sources,

    un "accord tacite" aurait été conclu entre les puissances

     occidentales afin de reporter le vote prévu au Conseil

    de sécurité, le temps de trouver une solution pour

     éviter

    un affrontement entre Israéliens et Palestiniens.

     

    Guysen News - 20/09/11 

  • Viols en série - Cour d'assises de Seine-Maritime: la terreur des victimes

    VIOLS EN SERIE. Othmane Braham alias Mohamed Hamid est jugé depuis lundi devant la cour d'assises de la Seine-Maritime. Il est accusé de trois viols et d'une tentative commis en 2008 dans l'agglomération de Rouen, sur une femme et trois jeunes hommes.

    « Ils avaient chacun une notion de mort imminente », lance l’expert psychologue qui a vu les quatre victimes de viol. « Ils ont chacun eu le même état de choc et de sidération. Après un tel choc, on ne peut plus voir la vie de la même manière ». Sur le banc des parties civiles, les victimes évitent de croiser le regard de l’accusé. Chacun, à sa façon, a détaillé les peurs que ces agressions ont créées.

    «Même parmi 10 000 hommes, je le reconnaîtrais»

    « Dans ma tête, je me suis dit que j’allais y passer », raconte Safia (prénom d’emprunt), 29 ans au moment des faits. Son agresseur l’avait entraînée dans un recoin du quartier Saint-Sever, l’avait obligée à une fellation sous la menace d’une arme et menaçait de la sodomiser L’intervention de passants a mis fin à l’agression. « Il m’a terrorisé. Même parmi 10 000 hommes, je le reconnaîtrais. Il n’avait qu’un petit couteau, mais même avec un petit couteau on peut faire beaucoup de dégâts ».

    «Même de jour, j’ai peur dans la rue»

    Les suites de l’agression ont été terribles : «C’est terrifiant, j’ai toujours les mêmes images. Même aujourd’hui (près de trois ans après les faits), c’est difficile. J’ai un suivi psychiatrique et psychologique. Même de jour, j’ai peur de sortir dans la rue. S’il avouait seulement, j’aurais le sentiment d’être reconnue en tant que victime ».

    Un garçon, lui aussi victime de viol, au discours plus retenu, évoque ses « peurs dans la rue », ses angoisses et ses insomnies. « Il ne contrôlait rien du tout », dit un autre garçon. « Tout aurait pu se passer », lâche-t-il, laissant deviner une intense peur de mourir. Aujourd’hui encore, ce jeune homme ne sort plus le soir, se retourne sur les passants, parce qu’une terreur lui est chevillée au corps. Une terreur qu’à planté son violeur dans son cœur.

    Source Paris Normandie - 20/09/11

  • Erdogan autorise son armée à tirer sur Israël

    airforce.jpg

    L'Air Force turque  - (Cliquez sur la photo)

    Jusqu’à ce jour, la Turquie avait sur ses avions de chasse et navires de guerre des radars empêchant de tirer le moindre missile sur un pays ami. Même si l’ordre était donné de tirer contre un avion israélien, le radar aurait empêché l’exécution de l’ordre. Depuis ce matin, les radars ont été modifiés : Erdogan permet désormais à ses troupes de viser Israël.

    La nouvelle identification “ennemie” est d’ores et déjà mise en place sur tous les avions de chasse et la plupart des bateaux de la marine.

    Cette information, publiée par un quotidien turc, vient après que la Turquie a expulsé l’ambassadeur d’Israël, coupé les liens militaires et commerciaux, menacé d’envoyer son armée dans les zones de production de gaz d’Israël… Et tout ça depuis que l’ONU a critiqué le rôle de la Turquie dans la tentative illégale de viol du blocus maritime de Gaza. L’ONU dénonce la part active d’Erdogan dans la planification de la flottille 2010, principalement organisée par un « mouvement terroriste », l’IHH, interdit en Europe.

    Le Premier ministre turc Recep Tayyep Erdogan a demandé à Israël des excuses… Israël a offert des regrets et de l’argent. Pas suffisant pour nourrir la fierté islamiste.

    Niso Amzar – JSSNews

     

  • Une église taguée à Dijon, des tags antisémites à Caen

    20 septembre 2011 - 11:58

    Lacropole.info nous apprend que l’église Saint-Michel, à Dijon, a été taguée dans la nuit du 14 au 15 par des inconnus. Une croix dans un rond barré a été apposée ainsi qu’une inscription « no gods, no masters », traduction mal orthographiée du fameux slogan anarchiste « ni Dieu, ni maître ». Elle a rapidement été nettoyée par les services de la voirie. Énième dégradation d’une église et l’attitude des médias, des politiques et des chrétiens ne change pas d’un iota, c’est le silence absolu.

     Ce matin des tags antisémites ont été découvert à la faculté de Caen (voir les photos ci dessous).

    Lire la suite de cette entrée »

    Contre-info.com - 20/09/11

  • Le groupe Bilderberg dénoncé au Parlement européen


    Bilderberg dénoncé au Parlement européen par Super_Resistence

    20 septembre 2011 - 11:36

    Intervention de Gerard Batton (UKIP London) au Parlement européen le 12 septembre 2011 : le groupe Bilderberg dénoncé et démasqué.

    Contre-info.com - 20/09/11

  • Le nouveau stratège de Marine Le Pen vient de l'Intérieur

    C’est l’un des conseillers de l’ombre les plus influents de Marine Le Pen. Un jeune homme de 29 ans, qui va devenir l’une des pièces maîtresse de son dispositif de campagne présidentielle. Son nom, jusqu’alors tenu secret : Florian Philippot. Un énarque diplômé en 2009, aujourd’hui haut fonctionnaire à l’Inspection générale de l’administration, rattachée au Ministère de l’Intérieur. D’où sa discrétion, devoir de réserve oblige. Mais le jeune homme s’apprête à officialiser son rôle auprès de Marine Le Pen et à devenir, dit-on au FN, le "super directeur de cabinet" de la candidate à la présidentielle. Avec le titre possible de directeur stratégique de la campagne "Marine 2012". Rien que ça !

    Présenté à Marine Le Pen il y a deux ans, par l’intermédiaire du souverainiste et nouveau soutien de "Marine", Paul-Marie Coûteaux, ce diplômé d’HEC, originaire du Nord de la France, s’est retrouvé en phase avec le discours sur la mondialisation, la laïcité ou encore l’immigration de la patronne du FN. Il est devenu l’un des hommes du tout premier cercle, un de ceux "vraiment écoutés", qui fournit la candidate en notes et à laquelle il prête sa plume. Il a notamment convaincu Marine Le Pen d’écrire aux fonctionnaires et a participé à la rédaction de la lettre qu’elle a récemment envoyée aux préfets. Une missive dont le vocabulaire très précis avait étonné.

    Au FN, on met en avant son passé d’ "ex-Chevènementiste". Mais personne au MRC ne le connaît. En fait, pendant la campagne présidentielle de 2002, Florian Philippot présidait le comité de soutien  "grandes écoles" du candidat Chevènement. Mais il n’a jamais eu sa carte au MRC. Pas plus qu’au Front national aujourd’hui.

    Maël Thierry - Le Nouvel Observateur

    20/09/11

  • Nord du Kosovo: un génocide anti-chrétien se joue sous nos yeux !

    strauss-kahn-fmi-kosovo-uck-500x250.jpg

    Crédit photo : FMI (via Flickr). Légende : Dominique Strauss Kahn, alors président du FMI, en compagnie de Ashim Thaçi, alors premier ministre, et Fatmir Sejdiu, premier “président” du Kosovo. Photo prise le 29 juin 2009 par Stephen Jaffe.

    (Cliquez sur la photo pour la voir en totalité)

    20/09/2011 – 10h35
    PARIS (NOVOpress) —
     Depuis cet été, le pouvoir albano-musulman de Pristina met tout en œuvre pour faire tomber la dernière poche de résistance chrétienne au nord du Kosovo.

    Les Albano-kosovars n’ont pas le contrôle de cette zone chrétienne peuplée d’environ 30 000 personnes qui vit encore au rythme de la Serbie. Ici, les églises n’ont pas été détruites, la population peut circuler librement et parler dans sa langue maternelle sans risquer d’agression. Le 25 juillet dernier, Pristina a décidé d’envoyer ses forces spéciales pour y prendre le contrôle des douanes. Il s’agissait officiellement pour le « gouvernement » du Kosovo de faire respecter au nord de l’Ibar la décision d’embargo sur la Serbie ; embargo qui a d’ailleurs provoqué une pénurie de médicaments et de bouteilles d’oxygène dans les deux seuls hôpitaux où les Chrétiens pouvaient se rendre, à Mitrovica et à Gracanica. Le pronostic vital de plusieurs patients s’en est trouvé engagé.

    Nord du Kosovo : un drame se joue sous nos yeux !

    Une barricade serbe dans le nord du Kosovo (septembre 2011) – Source : oslobodjenje.ba

    Mais il semblerait que l’embargo ne fut qu’un prétexte pour l’accomplissement de l’objectif fixé par la milice musulmane UCK en 1999 : faire tomber le Nord, dernière poche de résistance serbe dans la région. En réaction, des affrontements violents ont eu lieu entre populations serbes et policiers musulmans. En s’interposant, la KFOR a momentanément permis un retour au calme.

    Mais en ce début de septembre, c’est tout le nord du Kosovo qui était de nouveau bloqué. L’ancien chef de la milice musulmane UCK, et actuel premier ministre du Kosovo, Ashim Thaçi, a déclaré vouloir reprendre le contrôle du nord à la date du 16 septembre dernier. Les populations serbes n’étant pas disposées à disparaître sans réagir, elles ont alors érigé des barricades dans toutes les zones sensibles. Dans une situation d’extrême tension, le patriarche de l’église orthodoxe serbe s’est rendu sur place afin de prononcer une prière aux martyrs et de lancer un appel pour la survie des chrétiens au Kosovo. Acculés, sans autre espoir que celui procuré par leur foi, les derniers Serbes du Kosovo ont tenu bon et continuent de résister sans relâche depuis maintenant deux mois. Jusqu’à quand ? Ni l’ONU, ni l’OTAN n’interviennent pour empêcher ce nouvel exil programmé, celui qui pourrait sonner le glas des derniers Chrétiens du Kosovo.

    Une équipe de l’association « Solidarité Kosovo » (www.solidarite-kosovo.org) est en liaison quotidienne avec son bureau humanitaire sur place afin de se préparer à intervenir en urgence si la situation humanitaire le demandait. Les bénévoles français feront tout leur possible pour éviter qu’un nouveau pogrom antichrétien ne se produise en plein cœur de l’Europe.

    [cc] Novopress.info, 2011, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d'origine

  • Philippe Nemo: "La régression intellectuelle de la France", par Isabelle Laraque

    20/09/2011 – 17h00
    PARIS (NOVOpress) -
    Ce qui caractérise la majorité de la société française, c’est la mauvaise foi qui consiste à se mentir à soi-même : ce qui permet de fuir l’angoisse face aux périls qui la menacent. Alors que le vrai mensonge se prépare, s’élabore, et implique une constante vigilance pour ne pas « se couper », ici, on se ment à soi-même sans le faire exprès. C’est tellement plus confortable !…

    Il est vrai que les Français y sont conditionnés par différents facteurs . Philippe Nemo, dans La régression intellectuelle de la France, déplore la disparition d’un véritable débat public. Cela s’explique par la baisse du niveau scolaire et universitaire, et la quasi-disparition du pluralisme dans la presse. Après 1981, les rédactions étant constituées de post soixante-huitards et l’information devant coïncider avec l’idéologie. Ce phénomène est amplifié selon l’auteur par ce qu’il désigne comme « La religion de la Gauche ». Elle repose sur un certain nombre de dogmes concernant la colonisation, l’immigration, le métissage, la sexualité, la Résistance… Lesquels ne doivent pas être contredits. C’est pourquoi, elle a engendré une nouvelle Inquisition assistée de nouveaux bigots.

    Elle est calquée sur le fanatisme religieux de jadis, passion de l’évidence qui se manifeste par le refus d’entendre, de peser, la peur de douter. Ses fidèles ne discutent pas, n’argumentent pas, (ils n’en ont plus ni le désir, ni la capacité), ils diabolisent, ils exorcisent ! Quiconque est soupçonné de déplorer l’immigration, de combattre l’islamisation, sera rejeté dans l’enfer des racistes, voire ignoré, considéré comme une non-personne. Ils font profession de pureté, appellent à la délation, imposent des interdits : ne pas parler, ne pas frayer, et réinventent les procès en sorcellerie. D’où les mises à l’index d’auteurs et de livres et les sacrifices rituels de boucs émissaires : Zemmour, S. Gouguenheim…

    Ils ont rétabli à leur manière le tribunal ecclésiastique avec les lois de censure, lois liberticides qui sanctionnent des propos, des pensées et non des actes. Le métier de juge se voit perverti: ce que lui demandent les nouvelles lois françaises, c’est de sanctionner des idées supposées dangereuses, de punir non un crime mais un péché. Loi Pleven (1972), loi Gayssot (1990) qui rétablit le délit d’opinion.

    Il est désormais impossible de tenir certains propos sur des catégories sociales : immigrés, musulmans, femmes, homosexuels sans que des associations s’attribuent la capacité juridique d’intenter des procès alors que la victime n’est pas identifiée puisqu’il s’agit d’une catégorie sociale anonyme. Il s’en suit une grave régression du droit pénal.

    Dans un ouvrage paru en 2008, Philipe Nemo a démontré que la Révolution française est double : celle de 1789 qui se voulait issue du mouvement des Lumières et revendiquait la liberté de penser, de s’exprimer, et de publier (Articles 10 et 11 de la Déclaration de 1789) et celle de 1793 qui, avec ses violences, représentait une régression par rapport au Droit. Selon l’auteur, compte tenu du climat de peur, de suspicion, d’autocensure, il est manifeste que depuis les années 80, nous vivons dans une atmosphère plus proche de 93 !

    Toutefois, à l’issue de cette analyse remarquable, Philipe Nemo n’est pas totalement pessimiste : « Toute société peut sortir de tout mauvais pas, il n’y a pas pour les sociétés de décadence irréversible. » Il faudrait faire vite !

    [cc] Novopress.info, 2011, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d'origine

  • Oligarchie(s): changeons d'air !

    Il y a un an,   Barack Obama, représentant de l’oligarchie mondialiste,  prononçait un discours dans lequel il appelait de ses vœux  l’entrée d’ un Etat palestinien  à l’ONU en 2011. 

     Nous avions mal compris: aujourd’hui, officiellement faute d’accord de paix formel entre Israéliens et Palestiniens,  Washington  multiplie les manœuvres et les consultations  en coulisse, pour convaincre les autres membres du Conseil de sécurité de ne pas apporter les neuf voix nécessaires (sur 15 ) à la démarche du chef de l’Autorité palestinienne,  Mahmoud Abbas.  Dans le cas contraire, l’Amérique d’Obama serait obligée  d’y mettre   son veto et tomberait de nouveau sous l’accusation de collusion  avec « l’entité sioniste »…

    Il y a un an, les grandes voix de l’oligarchie bruxelloise clamaient que les pays européens n’étaient pas menacés outre mesure par la descente aux enfers que connaît la Grèce et dont elle devait réchapper . Cet optimisme (de façade) pour ne pas affoler plus avant les marchés, les peuples et attiser les convoitises des rapaces de la spéculation, n’est lui aussi  plus de mise depuis longtemps. Dernière épisode en date de cette chute annoncée de la maison euro, l’agence anglo-saxonne  Standard and Poor’s a annoncé lundi avoir abaissé d’un cran la notation de l’Italie, en raison de la  fragilité de la majorité de Silvio Berlusconi, et des  perspectives d’une croissance quasi nulle, qui vont compliquer la réduction du déficit et de la dette.

    Il y a un an, nos compatriotes doutaient  déjà  fortement du caractère vertueux de l’oligarchie  sarkozyste.  Pourtant, l’actuel chef de l’Etat s’était aussi fait élire en 2007 sur la promesse d’une rupture avec les pratiques  des années Mitterrand et Chirac. Là aussi le dernier livre de Pierrre Péan, La République des mallettes, remet les pendules à l’heure.

     Certes,  les pratiques délictueuses de financement des partis politiques ont été mises à jour depuis longtemps et  ne sont pas ignorées  du microcosme.  En ce sens, l’ouvrage de Pierre Péan   n’est qu’un nouvel  éclairage d’une réalité bien connue, dénoncée de longue date par l’opposition nationale. Il en va de cette affaire comme de celle du passé vichyssois de François Mitterrand,  qui fit l’effet d’une bombe médiatique lors  de la parution du livre de M. Péan  évoquant ce sujet  en 1994.

    Bruno Gollnisch rappelait en 2008, à l’occasion d’une émission de France 2  retraçant la découverte du passé  »trouble » de l’ex président de la République socialiste, que celui-ci  était « parfaitement connu depuis toujours, et largement publié au cours des années 60 et 70 par la presse de droite nationale, dont l’hebdomadaire Minute. Les socialistes qui ne le connaissaient pas… ne voulaient pas le connaître. »

    Pour autant le dernier livre en date de Pierre Péan appporte la démonstration que la droite aux affaires n’a pas rompu avec les  » mauvaises habitudes » , pour rester poli. Une   majorité présidentielle qui, comme l’a relevé Marine Le Pen la semaine dernière, a allumé le « contre-feu » de l’affaire Bourgi pour éviter que les Français  s’intéressent  aux révélations contenues dans  La République des mallettes, qui apporte également de nouvelles lumières  sur l'affaire de la Mnef, Clearstream, les grandes contrats d’armement de ces dernières années…

     Le livre de M.  Péan, s’attache ainsi à décrypter l’avènement d’une… « nouvelle oligarchie« ,  les réseaux de financement occulte des partis politiques,  les pratiques de l’homme d’affaire d’origine  maghrébine Alexandre Djouhri, qui a ses entrées au coeur du pouvoir. Une  figure centrale dans la négociation de contrats d’Etat…avec son lot de rétrocommissions, autorisées pour « faciliter » les marchés internationaux, mais  détournées  pour   alimenter les caisses des grandes écuries  du Systéme.  Notamment est-il affirmé,  au profit de Nicolas Sarkozy dont il serait un conseiller occulte très écouté . Un homme, rapportait l’hebdomadaire Marianne, qui a publié de larges extraits de  La République des mallettes,   »ondulant avec la même aisance dans les réseaux pasquaïens, chiraquiens, villepinistes, strauss-kahniens et maintenant sarkozystes« 

    Une enquête très détaillée qui en ce début de campagne présidentielle indique aussi implicitement  pourquoi il est  temps, grand temps pour notre pays de changer d’air (ère)…

    Blog de Bruno Gollnisch - 20/09/11

  • Procès Chirac : relaxe générale requise - Me Kiejman est satisfait et parle de La Fontaine

     Procès Chirac : relaxe générale requise par BFMTV

    La relaxe générale. C'est ce qu'a requis mardi le parquet contre l'ensemble des prévenus de l'affaire des emplois fictifs de la mairie de Paris, dont évidemment Jacques Chirac. « Je demande la relaxe pour l'ensemble des prévenus pour les faits qui leur sont reprochés, a ainsi déclaré le procureur Michel Maes après deux heures et demi de réquisitoire. (…) Si vous deviez considérer que le délit est constitué, vous prononcerez une dispense de peine. » 

     

     

    Évoquant « un manque de rigueur administrative » et une éventuelle « dilution des responsabilités », l'autre représentante du ministère public, Chantal de Leiris, a considéré qu'il n'y avait pas, en l'espèce, « de système frauduleux », « encore moins mafieux ». « On est loin des affirmations péremptoires de l'ordonnance de renvoi » a-t-elle affirmé.  

    La relaxe a également été requise dans l'autre volet de l'affaire, instruit à Nanterre. 

    En septembre 2009 et octobre 2010, déjà, au terme de l'instruction des deux volets de l'affaire, le ministère public avait requis un non-lieu général. Ses deux représentants, Michel Maes et Chantal de Leiris, n'ont donc pas soutenu l'accusation depuis le début du procès le 5 septembre, se contentant de poser de rares questions aux témoins.

    Cette relaxe requise est un rayon de soleil dans un ciel très sombre pour l'ancien président de la République, accusé depuis quelques jours par Robert Bourgi d'avoir bénéficié de fonds occultes de chefs d'état africains pour financer sa campagne électorale de 2002. L'homme a depuis, maintenu ses accusations. Robert Bourgi explique : « J'étais le porteur de valises de Chirac puis Villepin », « j'ai vu Chirac et Villepin compter les billets".

    Source Actu France -Soir - 20/09/11

  • Carla Bruni est impatiente d'accoucher

    1616448_bf7cdb1a-e308-11e0-96e7-00151780182c.jpg Carla.jpg

    Elle était devenue la star des journaux people américains qui guettaient chaque année ses apparitions dans les rues de New York ou les soirées de gala, au bras du chef de l’Etat. Mais cette fois, -Sarkozy n’accompagnera pas son mari aux Etats-Unis. Pas question de prendre l’avion pour un voyage qui pourrait se révéler risqué, alors que la première dame est désormais enceinte d’environ huit mois.

    Selon nos informations, ses médecins lui ont d’ailleurs recommandé du repos et la plus grande prudence dans les jours qui viennent.

     

    « Elle a 43 ans, c’est une grossesse tardive, ça fait très longtemps qu’elle essayait d’avoir un second enfant. C’est tout à fait normal de s’entourer d’un maximum de précautions », confirme une de ses amies d’enfance. Carla Bruni-Sarkozy est apparue quelques minutes, samedi à l’Elysée, pour saluer les premiers visiteurs des Journées du patrimoine.

    Quelques jours auparavant, elle avait rencontré les élèves boursiers de sa fondation dans une galerie, place des Vosges, à deux pas du domicile de… DSK. Autographes, photos, la première dame a passé une heure avec les élèves, avant de s’asseoir sur une chaise et de leur livrer quelques confidences. « Franchement, je n’en peux plus : je dois rester assise ou allongée la plupart du temps. Ne plus fumer, ni boire de vin. J’ai hâte que ça se termine. A partir du 1er octobre, cela peut intervenir n’importe quand. D’ailleurs, mon premier enfant, Aurélien, est arrivé avant terme. C’est long. Mais j’en avais tellement envie. »

    En attendant, « Carla continue de jouer de la musique, de composer. Elle lit, regarde des films, téléphone longuement à ses amis », raconte une proche, qui précise que « normalement, elle doit accoucher autour du 30 octobre ».

    Fille au garçon? L’épouse du chef de l’Etat maintient qu’elle « ne [veut] pas savoir » et qu’elle n’autorisera « aucune photo » du bébé. Jusqu’à son accouchement, sans doute à la clinique de la Muette, dans le XVIe arrondissement de Paris, la première dame ne devrait plus apparaître beaucoup en public.

    A l’Elysée, la consigne — pour l’instant — est d’en faire le moins possible. « C’est un événement d’ordre privé », souligne un conseiller du président, qui ajoute : « La naissance ne sera d’ailleurs pas annoncée officiellement, aucun communiqué n’est prévu. »

    Source Le Parisien - 20/09/11

  • Marseille, affaire Guérini : Jean-Marc Nabitz interpellé à son retour d'Israël

    Lire l'article: http://www.laprovence.com/article/a-la-une/affaire-guerini-ex-cadre-du-cg-13-jean-marc-nabitz-interpelle-a-son-retour-disrael

    La Provence - 16/09/11

  • Tristane Banon se dit "broyée" mais prévient DSK qu'elle ira jusqu'au bout

    http://www.jeanmarcmorandini.com/article-211897-tristane-banon-dsk-m-a-broyee-mais-j-irai-jusqu-au-bout-regardez.html

    + VIDEO 

    19/09/11