Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/02/2011

Fillon, fille de l'air, par Gilbert Collard

collard.jpg

Libres propos de Gilbert Collard

Mon Dieu que le pouvoir est fragile ! Il suffit d’un voyage aux frais d’un dictateur, pas encore homologué par les bonnes consciences rétroactives, pour qu’un premier ministre, hier encore irréprochable, essuie sur son pare-brise officiel une tempête médiatique et ironique, qu’on hurle à sa démission… Le sphinx mitterrandien qui passait son farniente pharaonien aux pieds des pyramides doit se marrer d’un sourire fin et énigmatique.

Cette pratique dure depuis des années républicaines. On n’y trouvait rien à redire, comme le rappelle un autre sphinx, Robert Badinter. Que tous les voyageurs innocents lèvent leur billet, quelle que soit leur mission ! Toute cette histoire de vols volés exprime une autre réalité : on en a marre d’un pouvoir, quel qu’il soit, qui ne permet plus rien au commun des mortels, ni de fumer, ni de boire, ni de payer en retard les multiples taxes, ni de se garer, faute de mieux, n’importe où, ni de traverser en dehors des clous, ni d’être pauvre, malade, ni de se voir exonérer par l’intelligence des situations d’une contravention inutile, mais rentable, ni de subir les extravagantes vexations des administrations obtuses, ni de n’être jamais entendu dans les plaintes judiciaires, sécuritaires, économiques, identitaires.

À créer trop de frustrations, on provoque cette réaction compréhensible devant les avantages exorbitants, mais habituels des hommes de pouvoir. On va vers une demande d’abolition des privilèges d’une caste qui s’accorde ce qu’elle refuse ! Comment faire comprendre au Français moyen, qui n’est moyen que par ses ressources, qui paye ses vacances à crédit, qu’il doit accepter qu’un ministre monnaye son titre en prébendes voyageuses ?

La punition présidentielle vient de tomber : les ministres, désormais, seront interdits de séjour, pendant les vacances, à l’étranger…

NPI - 09/02/11

23:41 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

La petite phrase d'Anne Sinclair, tout en finesse...

DSK et AS.jpg

En Afrique du Sud en 2010 - (Cliquez sur la photo)

Anne Sinclair, épouse de Dominique Strauss-Kahn, affirme dans des propos à paraître jeudi dans Le Point, qu'elle "ne souhaite pas" que celui-ci fasse un second mandat à la tête du FMI, relançant les supputations sur la candidature de DSK à la présidentielle de 2012.

L'actuel mandat du directeur général du FMI s'achève en novembre 2012.

Cette petite phrase est lancée alors que de nombreux socialistes pressent M. Strauss-Kahn de dire s'il briguera ou non la candidature socialiste pour la présidentielle de 2012, lors des primaires du parti.

Selon le calendrier adopté par le PS, le dépôt des candidatures à ces primaires s'ouvrira le 28 juin, la clôture intervenant le 13 juillet. Le candidat sera désigné à l'automne 2011 avec le 1er tour le 9 octobre, et un second éventuel une semaine après.

AFP. 09/02/11

Si les Français veulent ça comme président et "première dame"...

21:05 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

Zemmour entarté devant RTL


Zemmour entarté
envoyé par GloupGloupGlup.

09/02/11

20:38 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

A Kirrwiller, une note confidentielle dans les boîtes aux lettres

Les habitants de Kirrwiller ont reçu lundi matin une note d’information de la gendarmerie sur la recrudescence des cambriolages. Le tract invite à signaler « toute personne d’apparence pays de l’Est ». Les gendarmes précisent que le document était uniquement destiné aux maires du canton de Hochfelden, et en aucun cas aux administrés.

 Depuis le mois de décembre, les gendarmes de la communauté de brigades de Truchtersheim-Hochfelden sont confrontés à une vague de vols par effraction. Les auteurs agissent le plus souvent dans l’après-midi ou à la nuit tombée, profitant de l’absence des occupants. Ils pénètrent dans les habitations soit en brisant le barillet de la porte, soit en tirant des billes de verre dans les vitres. Les cambrioleurs ciblent principalement l’argent et les bijoux.

Face à cette série, le commandant de la brigade de Hochfelden a adressé fin janvier un courriel à l’ensemble des maires du canton. Intitulé « Informations cambriolages », le message dresse un état des lieux de la situation dans le secteur et expose les mesures à prendre.

« Le commandant de la brigade de Hochfelden vous sollicite pour sensibiliser l’ensemble de vos concitoyens par le biais de vos conseillers municipaux et agents municipaux », est-il écrit. Plus loin, le texte invite à signaler à la gendarmerie « tout comportement suspect d’individus étrangers à la commune et plus particulièrement les personnes originaires des pays de l’Est et des Balkans (Roumains, Croates, Serbes, Bulgares, etc.) ».

Puis, en gras : « Pour conclure, il faut nous signaler toute personne d’apparence pays de l’Est séjournant dans vos communes. Il ne faut pas avoir de crainte de déranger la gendarmerie, c’est uniquement de cette façon qu’on arrivera à enrayer le phénomène de cambriolages. Pensez aux victimes. »

Distribué par un ouvrier communal

Comment ce tract bleu ciel a-t-il atterri dans les boîtes aux lettres de tous les habitants de Kirrwiller ? « Un ouvrier communal a fait la distribution lundi matin », confirme le maire Patrice Dietler. Ce dernier n’avait pourtant pas été destinataire du courriel des gendarmes, sa commune ne faisant partie du canton de Hochfelden mais de Bouxwiller (Kirrwiller dépend de la brigade de Bouxwiller). « On est en limite des deux cantons, poursuit l’élu. J’ai eu le message par le maire de Bosselshausen. »

Patrice Dietler a estimé qu’il était « normal » d’informer sa population sur ce phénomène. « Depuis deux ou trois semaines, nous avons eu plusieurs vols et dégradations de bâtiments publics, explique-t-il. On a remarqué que des camionnettes blanches circulent dans le village. Mieux vaut prévenir que guérir. »

« Notre souci à tous est de ne pas faire de discrimination »

Le maire, qui a déposé plainte pour ces faits, ne s’offusque pas de l’expression utilisée par les militaires et de la stigmatisation d’une population. Et ce même s’il compte dans son village « beaucoup de personnes originaires d’Europe de l’Est qui travaillent au Royal Palace ».

Du côté de la gendarmerie, on précise que ce message n’était en aucun cas destiné à être diffusé à la population. « Ce courrier a été envoyé aux maires à titre d’information. Il ne devait en aucun cas être diffusé au public », confie le colonel Patrick Touron, commandant le groupement de gendarmerie du Bas-Rhin.

L’initiative du maire de Kirrwiller -qu’il qualifie de « grande maladresse » - est d’autant plus « malheureuse » que « notre souci à tous est de ne pas faire de discrimination », indique l’officier. « Il y a une véritable pédagogie de la part de mes gendarmes à ne pas stigmatiser une population ou une catégorie de population », lance le colonel Touron, en déplorant une « fuite » d’une communication qui s’apparente « presque à une conversation privée ».

DNA - 09/02/11

19:58 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Dominique Venner: une question de distance de "civilisation"

Remous dans les Armées ! Le Père Jullien de Pommerol, aumônier du 2ème REP, “fana-mili” et para plus que confirmé, a rédigé un rapport explosif sur sa mission en Afghanistan de janvier à juillet 2010. Ce rapport a « fuité ». On le trouve sur Internet. Notre confrère Valeurs actuelles en a reproduit l’essentiel dans son édition du 20 janvier 2011.

« Il y a des occasions où “fermer sa gueule”, comme on dit en jargon militaire, est parfois coupable ». Ainsi commence le rapport qui poursuit : « Il y a en Afghanistan une volonté de l’armée française de créer un état d’esprit tout à fait déférent et bienveillant face à l’islam. Une crainte presque servile de déplaire à l’islam. » Et le P. de Pommerol cite une collection de faits accusateurs.

Mon premier mouvement est d’abord d’adresser un coup de chapeau à ce militaire qui a le courage de ne pas “fermer sa gueule” devant une situation jugée inacceptable.

En lisant attentivement son rapport, je découvre des pistes de réflexions dont je souhaite faire part à son auteur et à tous ceux qui se sentent concernés.

Jullien de Pommerol s’indigne du fait que les militaires français envoyés dans la République islamique d’Afghanistan doivent fermer les yeux sur des coutumes et mœurs locales choquantes pour un esprit européen. Fermer les yeux, entre autres, sur certains comportements des hommes à l’égard des femmes : « sous prétexte qu’ils sont “chez eux”… Ce qui est mauvais ici devient-il bon 7000 km plus loin ? »

Ce n’est évidemment pas une question de distance géographique, mais de distance de « civilisation ». En effet, ce qui est mauvais pour nous, “chez nous”, en Europe, sera considéré comme bon ailleurs, en Asie, en Afrique ou autre part.
Je comprends et je partage l’indignation du “Padre” devant les scènes qu’il décrit. Mais j’interroge : quelle est la mission de nos troupes en Afghanistan ? Est-ce de faire la guerre (irrégulière) ou de convertir à nos mœurs des populations qui nous sont étrangères, comme à l’époque de la colonisation française si décriée ? Ces deux missions ne sont certainement pas compatibles. Certaines coutumes musulmanes sont inacceptables “chez nous”. C’est un fait. Mais ce sont “leurs” coutumes, “chez eux”. Il s’agit de “leurs” affaires et non des nôtres.

Cette brève réflexion en introduit aussitôt une autre, plus large. Au risque de scandaliser, je ne crois pas que les hommes et les peuples soient semblables. Tout ce que l’histoire et l’expérience vécue m’ont appris c’est qu’ils sont différents. Et leurs différences, aussi choquantes soient-elles, constituent leur humanité. Autrement dit, les hommes d’autres peuples ne sont pas mes frères. Ils sont autres et je respecte par principe leurs différences. Même si cela dégoûte et révolte mes sentiments d’Européen, je ne me reconnais aucun droit de dicter aux autres leur conduite “chez eux”. Qu’ils forniquent ou se maltraitent comme ils l’entendent, ce n’est pas mon affaire. On nous l’a suffisamment rappelé depuis qu’en 1962 les Européens ont été chassés d’Algérie !

Reste la question totalement différente de la présence militaire française en Afghanistan et la façon d’exécuter cette mission en tant que supplétifs des forces américaines. Je renvoie sur ce point au dossier de la NRH n° 49, L’Afghanistan, un sacré piège.

Restent enfin deux questions parallèles évoquées par Jullien de Pommerol. Celle, tout d’abord, des obsèques de militaires français tués au combat. Que de telles cérémonies se déroulent en présence d’Afghans arrogants ou goguenards, c’est scandaleux et intolérable. La dernière question concerne les jeunes femmes militaires françaises en Afghanistan, quasiment contraintes de se voiler. Quelle idée aberrante de les envoyer dans un pays islamique ! C’est la certitude que ces femmes seront humiliées, ce qui est révoltant. C’est aussi la certitude de nous déconsidérer, ce qui est honteux et stupide.

Encore une fois bravo à Jullien de Pommerol d’avoir mis les pieds dans le plat et d’avoir favorisé notre réflexion sur quelques sujets essentiels !

Dominique Venner

 

19:40 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

USA: un meurtrier violeur exécuté dans le Missouri

Martin Link, 47 ans a été exécuté aujourd'hui dans le Missouri (centre) pour le viol suivi du meurtre en 1991 d'une fillette de 11 ans, a-t-on appris auprès des autorités pénitentiaires.

La mort de Martin Link a été prononcée à 00H15 locales (05H15 GMT), quatorze minutes après le début de l'injection mortelle, a précisé cette source. Il avait été condamné à mort en 1995. Les enquêteurs avaient retrouvé le corps d'Elissa Self dans une rivière quelques jours après sa disparition, et avaient constaté que Martin Link avait commis plusieurs viols et tentatives dans les jours entourant la disparition de la petite fille.

Selon la presse locale, ils avaient ensuite trouvé dans sa voiture un flacon de vaseline à laquelle du sang était mélangé. Les tests ADN ont montré qu'il s'agissait de celui d'Elissa.

Il s'agit de la première exécution dans le Missouri depuis deux ans et de la deuxième depuis fin 2005, année durant laquelle l'Etat avait exécuté cinq condamnés. Cinquante-trois personnes attendent dans le couloir de la mort du Missouri.
Martin Link est le cinquième condamné à mort exécuté cette année aux Etats-Unis.

Le Figaro - 09/02/11

Il ne récidivera pas

19:15 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Bioéthique: le bébé-médicament ou l'homme-matériau

bébé-médicament.jpg

(Cliquez sur le document pour le voir en totalité)

La naissance en France d'un "bébé du double espoir" - ou "bébé-médicament" - a ravivé la polémique entre chercheurs, qui mettent en avant l'espoir que représente cette première pour les couples en souffrance, et certains milieux catholiques, qui crient à "l'instrumentalisation" de l'être humain.

    
Photographe :  :: Naissance du premier 'bébé-médicament' en France. Images et sonores. Durée: 01:05
L'annonce de la naissance du petit Umut-Talha (en turc "notre espoir"), le 26 janvier, intervient alors même que la révision des lois de bioéthique, qui a débuté au Parlement mardi, suscite la mobilisation de part et d'autre.

Une loi jugée "déjà rétrograde" par le professeur François Olivennes, spécialiste des troubles de la fertilité, qui a dénoncé sur Europe 1 "les "lobbys chrétiens et catholiques" qui tentent "d'imposer leurs vues sur l'embryon", faisant peser une menace sur la fécondation in vitro.

Comme le professeur René Frydman, à l'origine de cette première française, il s'inquiète d'amendements qui proposent de limiter le nombre d'embryons à trois, ce qui ne permettrait plus d'autres naissances de "bébé-médicaments".

Cela "réduirait de façon majeure les chances de grossesses pour deux tiers des troubles stériles", met-il en garde. Une loi similaire votée en Italie en 2004, surnommée "loi Vatican", a "quasiment mis un coup d'arrêt à la fécondation in vitro en Italie", a rappelé le gynécologue obstétricien.

Tout en saluant le "prodige" de cette naissance, le cardinal André Vingt-Trois, président de la Conférence des évêques de France s'est déclaré "tout à fait opposé" à la conception de "bébés-médicaments".

Même dénonciation d'"instrumentalisation de la personne", de la part de Christine Boutin, présidente du Parti chrétien-démocrate (PCD). "On a franchi un pas excessivement grave. Avec un tel "progrès", l'homme devient un objet de consommation et un matériau", a-t-elle lancé.

"L'Eglise a toujours eu beaucoup d'inquiétudes à mon avis mal placées depuis la contraception, le préservatif", a répondu le professeur Frydman.

"Il s'agit d'un couple qui veut un enfant, qui a déjà été terriblement marqué par le destin et c'est la seule solution que nous avons à leur offrir d'agrandir leur famille et d'avoir le bonheur", a-t-il expliqué.

Les parents ont en effet souhaité le transfert des deux embryons obtenus après la procédure de double diagnostic préimplantatoire (double DPI ou DPI HLA compatible)

"Il y avait deux embryons indemnes de maladie dont un seul compatible et les parents ont demandé qu'on transfère les deux. Seul l'embryon compatible s'est développé à terme, l'autre a disparu, comme cela arrive parfois", a souligné le professeur Frydman.

"Le désir d'enfant des parents est bien sûr au premier plan", a renchéri le Dr Julie Stéphann, bras du Pr Arnold Munnich (Necker) qui a contribué à cette naissance.

"La soeur ainée, d'à peine 3 ans, va pouvoir bénéficier d'une greffe de moelle avec le sang de cordon ombilical", selon le Dr Nelly Achour-Frydman. Elle pourra éviter les transfusions mensuelles nécessaires à sa survie et les complications.

Réclamant que "l'on quitte la suspicion" qui entoure cette discipline de l'assistance médicale à la procréation, le Pr Frydman a déploré aussi "le maquis de précautions sur le plan législatif" qui contribue au retard français dans ce domaine.

"Car au-delà de cette naissance pour l'instant exceptionnelle, le diagnostic préimplantatoire (DPI), après fécondation in vitro sert simplement à détecter des maladies extrêmement graves afin de permettre aux parents d'espérer un bébé qui en soit indemne."

AFP. 08/02/11

 

03:01 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

08/02/2011

La nouvelle héroïne britannique

Seule contre six. Une grand-mère est devenue mardi l'héroïne des médias britanniques après avoir fait fuir, à coups de sac à main, une bande de six hommes armés de masses qui cambriolaient une bijouterie à Northampton (centre).

«J'étais en train de parler avec une amie quand j'ai entendu des bruits, j'ai tourné la tête et j'ai vu six jeunes hommes en scooter, raconte-t-elle au Northampton Chronicle and Echo.

Au début, je pensais que l'un d'eux était pris à partie par les trois autres. Ce qui me préoccupait, c'est que beaucoup de gens regardaient sans rien faire.»

La super mamie continue : «Quand je me suis rapproché d'eux, j'ai réalisé que c'était un vol. J'ai été encore plus en colère parce qu'ils ont estimé qu'ils pouvaient s'en tirer en faisant ça au grand jour. L'un d'eux a presque touché une femme et son bébé dans une poussette. Je l'ai assommé avec mon sac de courses, mais il s'est enfui.»

Les images prises par un passant, diffusées en boucle sur les télévisions et sites internet, montrent l'intervention de «l'héroïne au sac à main», comme la surnomme la presse, foulard soigneusement plaqué sur les cheveux, bas de laine, jupe noire et épais manteau rouge. Traversant la route en courant pour se précipiter sur les cambrioleurs, armée d'un large sac à main noir, elle leur assène de violents coups, sans hésiter une seconde.

Les hommes doivent battre en retraite. Dans la panique, un scooter chute et l'un des cambrioleurs se retrouve à terre. C'est alors que la foule trouve le courage d'intervenir pour se saisir de lui.

Trois autres hommes ont été peu après interpellés. Aucun bijou n'a été volé, a indiqué la police locale. L'identité de «l'héroïne» n'est toujours pas connue. «Je ne suis pas un héros et qu'il était peut-être idiot de ma part à s'impliquer, mais quelqu'un a dû faire quelque chose. Maintenant, je veux juste être laissée en paix», conclut la super mamie.

Le Parisien - 08/02/11

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

23:50 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Les éditocrates, fourriers de la pensée unique. Par Claude Lorne

Editocrates.jpg

(Cliquez sur la photo pour pouvoir l'agrandir deux fois)

Sous le titre Les éditocrates, l’universitaire Mona Chollet et les journalistes Olivier Cyran, Sébastien Fontenelle et Mathias Reymond démontent de réjouissante façon le système dont les rouages les plus efficaces — et les plus omniprésents — sont Alain Duhamel, l’inamovible « cardinal des éditocrates », Bernard-Henri Lévy, Christophe Barbier, Jacques Attali, Alexandre Adler, Laurent Joffrin, Philippe Val et quelques autres, qui « se sont érigés en crème de l’aristocratie médiatique, en élite au sein de l’élite ».

Soumission absolue à l’air du temps

Une « élite soigneusement cadenassée » où l’on « n’entre que par cooptation, après avoir montré patte blanche. Car « on ne naît pas éditocrate. On le devient à force d’application, au prix de l’abandon de toute velléité de penser par soi-même et d’une soumission absolue à l’air du temps ».

Ecrivant dans les mêmes journaux, sévissant dans les mêmes média, publiés chez les mêmes éditeurs où, d’ailleurs, ils dirigent souvent une collection, ces nouveaux brahmanes ne se contentent pas de répercuter indéfiniment la doxa de la saison. Chacun d’eux dit aussi tout le bien qu’il pense des compères, et comment en irait-il autrement quand le « centriste » Alain Duhamel, chroniqueur à Libération, doit commenter les livres d’un Laurent Joffrin, directeur de ce quotidien anarcho-bancaire (1) ? A l’inverse, il ferait beau voir que Christophe Barbier, directeur de L’Express, descendît en flammes le dernier opus de Jacques Attali, fleuron de cet hebdomadaire.

De BHL en Attali, l’imposture ex cathedra

Certes, on n’avait pas attendu Mathias Reymond pour savoir à quoi s’en tenir sur Attali (photo), « l’insubmersible imposteur » confondant allégrement le Palais d’été de Pékin et le Palais d’hiver de Saint-Petersbourg (ce qui ne l’a pas empêché d’être invité sur France Inter « au moins vingt fois durant deux années, 2007 et 2008 » et « plus de quarante fois sur France 2 et France 3 entre janvier 2005 et fin décembre 2007 ») ni Sébastien Fontenelle pour dénoncer les approximations, les erreurs, l’insoutenable légèreté de « Bernard-Henri Lévy ou la vérité à distance ». Une vérité aussi sélective que fluctuante, déjà bien assaisonnée par Polémia (2).

Mais il faut savoir prendre son miel où il est et les charges sont féroces. Particulièrement sur BHL (photo) qui détecte partout le « virus du néo-antisémitisme » et qui, s’érigeant sans cesse en Clausewitz pour appeler à la destruction de la Serbie, de l’Irak ou de l’Iran soupçonnées d’agresser des populations civiles (où la fureur de l’ex-nouveau philosophe devant la réticence de Téhéran à faire exécuter l’icône Sakineh, accusée d’adultère et surtout de complicité dans l’assassinat d’un mari gênant), ne se considère plus que comme un pékin ignorant quand il s’agit de gloser sur les exploits de Tsahal : « N’étant pas un expert militaire, je m’abstiendrai de juger si les bombardements israéliens sur Gaza auraient pu être mieux ciblés, moins intenses », écrivait-il ainsi dans Le Point le 9 janvier 2009 à propos de la meurtrière opération « Plomb fondu » que, dans L’Express du 15 janvier 2009, l’ancien normalien Barbier pour sa part saluait en ces termes : « Israël a raison de mener cette guerre (…) Il le fait aussi pour notre tranquillité, ce qui est honteux de ne pas reconnaître . »

Dans le même registre, il est bon de rappeler, comme le fait S. Fontenelle, que, pour l’ancien stalinien Alexandre Adler, George W. Bush était d’une « absolue bonne foi » quand il légitimait l’invasion de l’Irak par la possession par ce pays d’armes de destruction massive, énorme forgerie condamnée d’emblée sur la Toile, puis fièrement revendiquée dans le magazine Vanity Fair de mai 2003 par Norman Wolfovitz, numéro deux du Pentagone. Mais après tout, qui veut la fin justifie les moyens.

Pour Val, Internet est une « Kommandantur libérale » !

Ce qui est aussi le credo de Philippe Val (photo), journaliste insignifiant mais arriviste frénétique, passé de la direction de Charlie-Hebdo, torchon champion de la « surenchère scatologique et dépolitisée » à celle de France Inter, par la grâce de M. et surtout de Mme Carla Sarkozy, copine de longue date. Egalement, selon ses dires, « ami de Bernard-Henri » (Lévy) qui « a toujours été du bon côté », Val en partage l’admiration pour Israël, « authentique démocratie », et l’obsession des « heures les plus sombres ». Il compare donc les écrits d’une journaliste de Télérama aux Protocols des Sages de Sion, taxe de nazisme tous ceux qui ne pensent pas comme lui (ou n’ont qu’une considération mitigée pour son auguste personne) et affirme tout de go (dans son livre Reviens, Voltaire…) que le site bakchich.info « actualise et adapte sur Internet les méthodes glorieuses de Je suis partout ». D’ailleurs, pour Val, dont on admirera le sens des nuances, Internet n’est qu’une « Kommandantur libérale » : si la Toile avait existé en 1942, « les résistants auraient tous été exterminés en six mois, et on pourrait multiplier par trois les victimes des camps de concentration et d’extermination », théorisait-il dans un édito du 17 janvier 2001.

Une maladie contagieuse

Soulignant ces « références incessantes à la Seconde Guerre mondiale », Mona Chollet, auteur du portrait de Val, estime que « l’épisode pourrait servir d’emblème à la façon dont la petites clique de maîtres à penser à laquelle il [Val] se flatte désormais d’appartenir foule aux pieds les enseignements de l’histoire, et les détourne, pour les mettre au service à la fois de ses privilèges et d’un verrouillage de l’ordre du monde », tout entier soumis au souverain Marché, grand ennemi du quatuor pourfendeur des éditocrates, auquel est beaucoup reproché, du reste à juste titre, le fait de « s’être coulé dans le moule d’une complète adhésion aux dogmes de l’époque ».

Mais la même critique ne pourrait-elle être adressée aux auteurs eux-mêmes et notamment à S. Fontenelle, auteur du portrait d’Yvan Rioufol, bloc-notiste du Figaro coupable d’avoir participé à… des émissions de Radio-Courtoisie ? Et, plus grave encore, d’avoir regretté l’interdiction de fumer ou d’exprimer son « opinion sur les groupes ethniques, sur la Seconde Guerre mondiale et sur beaucoup d’autres choses ». « Discuter de la Shoah » ? s’étouffe le censeur. « En quoi, exactement, pourrait-on « discuter » de cette abomination ? Où serait l’incertitude prétexte à un (quelconque) débat sur ce qu’elle fut ? »

Apogée de la bien-pensance, l’éditocratisme est décidément une maladie bien contagieuse puisque même ceux qui le dénoncent le plus fort en sont atteints…

Claude Lorne

M. Chollet, O. Cyran, S. Fontenelle et M. Reymond : Les Editocrates : Ou comment parler de (presque) tout en racontant (vraiment) n’importe quoi, La Découverte/Pocket, octobre 2009, 196 pages, 12,50 euros.

NOVOPRESS - 07/02/11

21:19 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Laëtitia: deux nouvelles gardes à vue

Deux personnes "susceptibles d'avoir été en relation avec Tony Meilhon après le décès de Laetitia Perrais" ont été placées en garde à vue ce mardi, a annoncé le parquet de Nantes dans un communiqué.

Un peu plus tôt, une source proche de l'enquête avait rapporté qu'un ami et ancien codétenu de Tony Meilhon avait été arrêté dans le cadre de cette enquête. Cet homme de 35 ans avait déjà été placé en garde à vue le samedi 22 janvier, puis relâché le lundi suivant.

Tony Meilhon est le principal suspect dans la mort de Laetitia, 18 ans, disparue dans la nuit du 18 au 19 janvier 2011 à La-Bernerie-en-Retz (Loire-Atlantique). Il a été arrêté le jeudi 20 janvier et mis en examen deux jours plus tard.

Son ancien codétenu et ami a été interpellé et de nouveau placé en garde à vue ce mardi matin à Pornic, selon une source proche de l'enquête. Le parquet de Nantes ne précise pas qui est la seconde personne placée en garde à vue ce même jour.

Le Figaro - 08/02/11

20:37 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Les suites de Davos: pour Wilhelm Hankel, l'euro est un "cadavre ambulant"

Wilhelm+Hankel+%2528media_715015%2529.jpg

Wilhelm Hankel

La discussion la plus importante au Forum économique mondial de Davos fut précisément celle que les médias ont passée sous silence. Consacrée à l’avenir de l’euro, elle eut lieu le 28 janvier et tourna à l’affrontement entre le président de la BCE, Jean-Claude Trichet, et Wilhelm Hankel, ancien économiste en chef du Kreditanstalt für Wiederaufbau (Banque publique en charge de la reconstruction) et actuellement un des cinq professeurs ayant porté plainte contre la création d’un Fonds européen de stabilisation financière (FESF) devant la Cour constitutionnelle allemande.

Devant une salle pleine, Hankel fut applaudi quand il déclara que l’euro était un « cadavre ambulant » et que les tentatives pour le sauver mettraient à mort la démocratie en Europe. Trichet et les autres membres du panel, dont le célèbre économiste Nouriel Roubini, n’ont trouvé que peu d’arguments pour s’opposer à Hankel.

« Je viens d’un pays, déclara Hankel, qui, quatre-vingts ans après, pâtit toujours de l’erreur tragique faite par un gouvernement tentant de rembourser ses dettes tout en coupant les budgets. Ce fut le gouvernement qui précéda l’arrivée au pouvoir d’Hitler. Cependant, je ne formule pas mes critiques uniquement en tant qu’économiste allemand, mais aussi en tant que démocrate. »

Les mécanismes de surveillance stricte et de « gouvernance » actuellement discutés en Europe reviennent, pour Hankel, à des mesures de « de-démocratisation ». Ils visent à remédier au péché original de l’euro, à savoir la séparation du budget de la monnaie. Si nous devions les réunir à nouveau au niveau supranational, estima Hankel, c’est aux parlements nationaux d’approuver ce choix.

En attendant, « nous avons mis la monnaie entre les mains d’individus qui n’ont aucune légitimité démocratique chez eux », déclara Hankel en fixant Trichet du regard. « Nous avons un problème profond de constitutionnalité en Europe ».En vérité, la solution est « très simple » : ou bien les pays faibles sortent de l’euro, ou bien, on revient à un système monétaire dans lequel l’euro ne sera plus qu’une unité de compte, comme l’était l’écu.

En réponse, Trichet récita sa litanie habituelle, à savoir que l’euro est une réussite parce que l’inflation reste faible (donc le chômage élevé et le pouvoir d’achat bas !). Étonnant, lorsqu’on sait que, lors de la conférence de presse mensuelle à Francfort le 3 février, il tua entièrement cet argument, en annonçant que la BCE prévoyait un taux d’inflation dépassant la limite des 2 %, pour les 12 prochains mois !

Source

Nations Presse Info - 08/02/11

 

20:31 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Fillon et sa famille invités en Egypte aux frais de Moubarak

FF.jpg

 En pleine polémique sur les vacances de Michèle Alliot-Marie en Tunisie, le premier ministre a reconnu avoir été hébergé par les autorités égyptiennes pendant ses congés de Noël et avoir pris un avion de la flotte gouvernementale.

C'est une révélation qui vient ajouter à la polémique sur les vacances des ministres du gouvernement. Devançant des révélations du Canard enchaîné à paraître mercredi, le premier ministre a reconnu mardi avoir utilisé pendant ses vacances de Noël en Égypte un avion du gouvernement égyptien, alors qu'il venait d'apporter un soutien public à Michèle Alliot-Marie, elle-même vivement critiquée sur ses vacances en Tunisie.

Dans un communiqué, Matignon explique que François Fillon s'est rendu à Assouan en Égypte entre le 26 décembre et le 2 janvier avec son épouse et leurs enfants sur invitation des autorités égyptiennes. Il a pour cela utilisé un avion réservé aux membres du gouvernement, un Falcon 7X. «Le premier ministre effectue tous ses déplacements en avion à bord d'appareils de la flotte gouvernementale, pour des raisons de sécurité et de disponibilité. S'agissant d'un déplacement privé, son billet et celui des membres de sa famille lui sont facturés, sur ses deniers personnels, au tarif établi par l'armée de l'air», précise le communiqué. Contacté par lefigaro.fr, Matignon a expliqué que ce tarif est «au minimum celui d'une place en avion de ligne». Les services du premier ministre ont ajouté ne pas connaître encore le montant du dépacement de la famille Fillon à Noël car «la facture n'est pas encore arrivée». Selon le Canard enchaîné, une heure de vol de ce type d'appareil coûte 9400 euros à l'État.

 

Hébergés par les autorités égyptiennes

 

Pendant tout le séjour, les Fillon ont été hébergés par les autorités égyptiennes, dans une maison privée dépendant de l'hôtel Movenpick, un établissement cinq étoiles sur l'île Elephantine, précise le Canard enchaîné. L'équipage du Falcon français, immobilisé pendant 10 jours, était également logé dans un cinq étoiles, le Pyramisa, précise l'hebdomadaire. Le premier ministre et sa famille ont également emprunté un avion de la flotte gouvernementale égyptienne pour se rendre d'Assouan à Abou Simbel et «visiter le temple». «Il a également effectué une sortie en bateau sur le Nil dans les mêmes conditions», ajoute le communiqué.

 

 

Pendant son séjour, le chef du gouvernement a rencontré le président égyptien Hosni Moubarak, dont la population égyptienne réclame aujourd'hui le départ, le 30 décembre à Assouan, précise encore Matignon. Il s'est également rendu à la cathédrale d'Assouan le 1er janvier pour témoigner sa solidarité aux Égyptiens coptes après l'attentat commis contre une église d'Alexandrie. Une visite qui a fait l'objet d'un communiqué de ses services le lendemain.

 

La controverse MAM se poursuit

 

Cette révélation survient en pleine polémique sur les vacances de Noël de la ministre des Affaires étrangères Michèle Alliot-Marie, à laquelle François Fillon a témoigné publiquement son soutien mardi. Le Canard enchaîné a révélé que la chef de la diplomatie avait utilisé à deux reprises le jet d'un proche de la famille Trabelsi, du nom de l'épouse du président tunisien déchu Ben Ali, renversé depuis. Le clan Trabelsi est réputé pour des pratiques de corruption.

Michèle Alliot-Marie n'a pas démenti avoir emprunté l'appareil mais a relativisé les liens entre Aziz Miled, son ami propriétaire de l'appareil, et Belhassen Trabelsi, beau-frère de l'ex-président tunisien, qui sont d'ex-associés. Malgré les critiques émises par une grande partie de l'échiquier politique, Michèle Alliot-Marie a rejeté toute idée de démission.

Le Figaro - 08/02/11

20:09 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Bientôt un lieu "Bouazizi" à Paris... A quand une place Jan Palach?

Le Conseil de Paris a voté aujourd'hui à l'unanimité l'attribution à un lieu parisien du nom de "Mohamed Bouazizi", en hommage au jeune Tunisien dont l'immolation a déclenché la vague de manifestations qui a abouti à la chute du régime Ben Ali.

"Ce sera particulièrement apprécié par les Tunisiens, je vous en remercie très chaleureusement", s'est réjoui le maire PS de Paris Bertrand Delanoë, très proche de ce pays du Maghreb où il est né.

Fait rare, tous les élus ont approuvé, comme le secrétaire d'Etat chargé du Commerce extérieur Pierre Lellouche (UMP) qui est aussi conseiller de Paris. "L'analyse politique est juste, les Tunisiens vivent une transition, et au lieu de se déchirer entre nous, c'est bien d'envoyer un message et de ne pas polluer les débats par la polémique au gouvernement", a dit à la presse M. Lellouche après le vote. Egalement né en Tunisie, il s'est dit "complice avec le maire" sur ce sujet.

Selon M. Delanoë, "c'est déjà apprécié en Tunisie, c'est ressenti comme un vrai moment de fraternité du peuple de Paris pour le peuple tunisien. Il faut aller vite pour trouver une rue ou une place à Paris!".

Mort des suites de ses blessures le 4 janvier, Mohamed Bouazizi est, selon M. Delanoë, une "figure emblématique qui, par son acte de résistance, symbolise le combat des Tunisiens pour la démocratie, la justice et la liberté".

Le Figaro - 08/02/11 

JAN PALACH

Jan Palach, né le 11 août 1948 et mort le 19 janvier 1969, est un étudiant tchécoslovaque en philosophie qui s'est immolé par le feu sur la place Venceslas à Prague le 16 janvier 1969 pour protester contre l'invasion de son pays par l'Union soviétique en août 1968[1]. Cette dernière avait pour but d'écraser les réformes d'Alexander Dubček.

Étudiant à l'École supérieure d'économie de Prague puis à l'Université Charles, il est mort trois jours après son geste, des suites de ses brûlures extrêmement importantes[1]. Jan Zajíc et Evžen Plocek, deux autres jeunes tchèques, suivirent l'exemple de Jan Palach respectivement le 25 février[1] et le 9 avril de la même année.

En janvier 1989, le 20e anniversaire de la mort de Jan Palach provoque une semaine d'importantes manifestations contre le régime communiste[1], appelée « Semaine de Palach ». Le 16 février 1989, l'auteur dramatique Václav Havel, un des dirigeants du mouvement de la Charte 77, est arrêté par la police de la dictature communiste pour avoir voulu déposer une gerbe de fleurs à la mémoire de Jan Palach. Le 20 février suivant il est condamné pour ce geste à neuf mois de prison ferme et le 22 février, sept autres opposants sont aussi condamnés. Quelques mois plus tard, la dictature s'effondre à la suite de la Révolution de velours.

L'astronome Luboš Kohoutek a nommé un astéroïde en hommage à Palach le 22 août 1969 ((1834) Palach).

Le jour de l’anniversaire de son geste, le mémorial qui lui est désormais consacré devant la statue de saint Venceslas est couvert de fleurs.

Une gare d'autobus dans la ville de Curepipe à l'île Maurice porte son nom. (Wikipedia)

19:34 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Nouvelle polémique sur la passé judiciaire de Tony Meilhon

Hier après-midi, alors que la mobilisation des magistrats face aux attaques de prenait de l’ampleur, Me Olivier Metzner, l’avocat des parents biologiques de Laëtitia, tout juste entré dans le dossier, a ravivé la polémique en déclarant qu’un « mandat d’arrêt avait été émis en décembre » contre le meurtrier présumé de la jeune fille.

Des propos démentis par le procureur de Nantes (Loire-Atlantique) une heure plus tard. En réalité, cette déclaration de l’avocat proviendrait d’un procès-verbal de gendarmerie versé au dossier et lui-même erroné. Daté du 19 janvier 2011, ce PV évoque un « mandat d’arrêt » au lieu d’un « mandat de recherche », seule réalité de la procédure.

 Un mandat de recherche émis dès le 16 décembre

 

Le 10 décembre dernier, la mère de Tony Meilhon reçoit un coup de téléphone de sa fille qui lui signale qu’elle a vu circuler le jeune homme dans Couëron (Loire-Atlantique) au volant d’une Peugeot 106 blanche. Inquiète depuis longtemps devant le comportement de plus en plus incontrôlable de son fils, la mère alerte les gendarmes qui décident de se déplacer. En chemin, ils croisent l’intéressé au volant d’une Peugeot 106 blanche. Pour des « raisons techniques », ils ne peuvent pas vérifier instantanément l’immatriculation du véhicule. Ce n’est que de retour à la brigade qu’ils font le rapprochement avec une plainte déposée dans leurs murs le 4 novembre concernant le vol d’une voiture identique.

Les gendarmes se rendent alors chez Cédric B., un ami chez qui Tony se serait trouvé avec sa voiture. Mais arrivés sur place, la Peugeot et Meilhon ne sont plus là. Afin de poursuivre leur enquête, les gendarmes rédigent un procès-verbal de « recel de vol » et alertent par mail le parquet de Nantes. Le 13 décembre, les gendarmes inscrivent Tony Meilhon sur le fichier des personnes recherchées et le 16 décembre le parquet leur renvoie un mandat de recherche dûment signé.

Des investigations sommaires

Dès le 16 décembre, en théorie, les gendarmes de la brigade de Couëron ont donc toutes les cartes en main pour aller interpeller Tony Meilhon dans l’affaire du vol et du recel de la Peugeot 106. D’autant qu’à l’époque, le jeune homme est visé par d’autres plaintes pour avoir découpé des arbres chez sa belle-sœur et tué, toujours chez elle, des lapins nains. Mais entre le 16 décembre et le 20 janvier, date de l’arrestation de Meilhon dans l’enquête sur la disparition de Laëtitia, il ne se passe rien de concret dans les recherches. « Sans doute ne faisait-il pas l’objet à l’époque d’une attention particulière nécessitant des recherches approfondies le concernant », relève pudiquement une source judiciaire. Apparemment, l’enquête menée la semaine dernière par l’inspection générale de la gendarmerie sur place n’aurait pas relevé de fautes majeures.

Un homme signalé, mais pas recherché...

En plus du mandat de recherche émis le 13 décembre, Meilhon est aussi visé par une plainte pour « menaces » et « agression sexuelle » déposée au commissariat de Nantes par son ex-petite amie, cette fois-ci le 26 décembre. Inscrit dans la foulée à ce titre au fichier des personnes recherchées (FPR), il l’est de nouveau le 4 janvier pour le non-respect de ses obligations en tant que délinquant sexuel fiché.

 A partir du 6 janvier, Tony Meilhon est recherché « à triple titre » par des policiers et des gendarmes. « En théorie seulement, nuance une source judiciaire. A l’époque il n’est pas l’homme qu’on décrit aujourd’hui. En pratique, il s’agissait plutôt d’un signalement. Pas d’une traque comme celle qu’on peut mener contre un criminel dangereux. »

Le Parisien - 08/02/11

 

 

19:03 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Un conseiller de l'Elysée exonéré de PV après un excès de vitesse

Un conseiller technique de aurait utilisé sa fonction pour échapper à une amende. Olivier Marleix, outre d'être un des proches collaborateurs du président de la République est aussi conseiller général et maire d'Anet (Eure-et-Loir). Selon La République du Centre, le jeune élu, flashé à 119 km/h au lieu de 70, a fait valoir ses relations privilégiées avec l'Elysée pour «classer l'affaire».

 
Un automobiliste ordinaire aurait écopé d'une belle amende de 135 euros et d'un retrait de points. Pas lui. 

Le 28 janvier, le conseiller général, fils de l'ancien secrétaire d'Etat Alain Marleix, est contrôlé par les gendarmes près d'Abondant, en Eure-et-Loir pour un excès de vitesse. A bord d'une des voitures qui appartiennent au parc automobile de l'Elysée, il leur demande alors d'oublier ce fâcheux épisode, sachant qu'il possède des relations étroites du côté de la rue du Faubourg-Saint-Honoré à Paris.  

Le conseiller dit «ne pas être au courant»

Mais la mauvaise conduite du conseiller technique du chef de l'Etat n'est pas passée auprès de la gendarmerie locale. Elle décide, pour le principe, d'en faire part à la Direction générale de la gendarmerie nationale.
  
Olivier Marleix, lui, dit «ne pas être au courant» de l'affaire, rapporte le quotidien régional. «J'essaie de respecter les limitations de vitesse , il m'arrive d'être arrêté et verbalisé, comme tout un chacun, il ne reste plus que sept ou huit points sur mon permis», a-t-il plaidé pour sa défense. 
Le Parisien - 07/02/11 

18:44 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

07/02/2011

Une bouteille de Vin jaune datant de 1774, année du sacre de Louis XVI

Vin jaune de 1774 à Arbois.jpg

(Cliquez sur la photo)

Le Vin jaune est "entré dans la cour des grands", avec la vente d'une bouteille de 1774 au prix record, pour un vin du Jura, de 57.000 euros lors des enchères de la 15e Percée du Vin jaune organisée les 5 et 6 février à Arbois pour fêter le nouveau millésime 2004.

"Enfin le Vin jaune entre dans la cour des grands", s'est félicité Bernard Badoz, fondateur de la Percée, qui célèbre chaque année dans une ville différente du Jura le nouveau millésime du plus célèbre des vins du cépage savagnin.

"Maintenant le Jura est à placer aux côtés des bordeaux et des bourgognes de grand prix. Cette bouteille de 1774 est un vrai morceau de patrimoine français et européen", a déclaré l'acheteur, qui a fait part de son intention de boire le précieux nectar.

La bouteille était issue d'un lot conservé pendant huit générations par la famille Vercel, dans une cave enterrée et voûtée d'Arbois, capitale des vins du Jura et ville du créateur de l'oenologie moderne, Louis Pasteur (1822-1895). D'après la légende, celui-ci aurait "savouré une bouteille du lot en 1882 pour fêter son accession à l'académie française".

De type "Bourgogne" - avec un long col et un corps ventru - et d'une contenance de 87 cl, la bouteille recèle du vin jaune produit par le vigneron arboisien Anatoile Vercel (1725-1786), issu d'une vigne taillée sous Louis XV et vendangée sous Louis XVI.

Une des bouteilles du lot a été dégustée en 1994 par 24 professionnels, au Château Pécauld à Arbois. Le nectar d'une "couleur or ambré" avec un "goût de noix, d'épices, de curry, de cannelle, de vanille et de fruits secs, a donné d'excellents résultats", étant noté 9,4/10.

"Cette vente est le résultat de 15 ans d'efforts pour faire connaître les vins du Jura", explique le président de la Commission vente aux enchères de la Percée, Bernard Pujol, qui ne pensait pas voir l'enchère dépasser les 30.000 euros.

La production du Jura, modeste, avec des rendements de 80.000 hectolitres par an, soit 40 hl par hectare, est réputée pour sa qualité, avec 98% du vignoble classé en AOC: quatre AOC géographiques (Arbois, Côte du Jura, Château Chalon et L'Etoile) et deux AOC produits (Crément de Jura et Macvin du Jura).

Surnommé le "vin des rois et le roi des vins", le Vin jaune vieillit six ans et trois mois en fût de chêne de 228 litres avant d'être mis en bouteille dans un "clavelin", d'une contenance de 62 cl.

La Percée du Vin jaune, qui rassemble chaque année quelque 85 vignerons, est devenue la vitrine du vignoble local. Elle a connu cette année un record de fréquentation, avec 60.000 visiteurs selon les organisateurs.

La prochaine édition se tiendra les 4 et 5 février 2012 à Ruffey-sur-Seille.

AFP. 07/02/11

23:51 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Le PS souhaite l'enseignement de l'arabe dès le collège

23:04 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Sarkozy sera l'hôte d'honneur du dîner annuel du CRIF

Nicolas Sarkozy sera l’hôte d’honneur du traditionnel dîner du CRIF qui réunira près d’un millier de personnes le 9 février.
 
Le chef de l’Etat est un habitué du dîner. Le 13 février 2008, il avait déjà pris la parole et les années suivantes il était venu au cocktail, avant que le Premier ministre François Fillon  ne prenne la parole.
 
Comme chaque année, le dîner prendra la forme d’un dialogue entre le président du CRIF Richard Prasquier et le président de la République Nicolas Sarkozy.
 De très nombreuses personnalités politiques ont annoncé leur présence à ce dîner qui est inscrit depuis longtemps dans la vie politique de la nation.
 
 
LE CRIF - 07/02/11

21:28 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

Le PS souhaite l'enseignement de l'arabe dès le collège

Vidéo du 22 janvier 2010

21:17 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

La restauration des antiquités abîmées au Caire a commencé

VIDEO http://www.2424actu.fr/actualite-internationale/le-musee-...

Les travaux de restauration de pièces d'antiquité inestimables, dont une statue du roi Toutankhamon, endommagées par des pillards lors du soulèvement anti-Moubarak en Egypte ont commencé, a indiqué dimanche le secrétaire d'Etat aux antiquités Zahi Hawass.

"La restauration a commencé, y compris celle des statues des rois Toutankhamon et Akhénaton", a-t-il assuré à l'AFP. Les pillards ont également tenté d'ouvrir un sarcophage en or, espérant sans doute y trouver des trésors, a-t-il ajouté, précisant qu'à cette occasion des squelettes avaient été endommagés.

Il a précisé que la galerie contenant les trésors du roi Toutankhamon "n'avaient pas été abîmée". Après la tentative de vol, déjouée par la population qui a capturé les intrus avant qu'ils ne s'enfuient, un important dispositif militaire a été déployé autour du musée, qui abrite quelque 15.000 pièces, dont la plupart sont inestimables.

Le trésor du jeune pharaon Toutankhamon, l'une des seules sépultures pharaoniques à avoir échappé aux pilleurs et à avoir été découverte intacte, en novembre 1922 par l'archéologue britannique Howard Carter, est le joyau du musée du Caire, connu dans le monde entier.

AFP. 07/02/11

19:32 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)