Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Blog - Page 1386

  • Ben Laden: "Barack Hussein Obama m'a tuer" ?

    La mort d’Oussama Ben Laden, tué au Pakistan par des forces américaines –on imaginait mal l’oncle Sam le récupérer vivant et gérer le « problème » posé par le  chef d’Al Qaïda en prison…- a été salué avec prudence, aussi bien par les Américains, que par leurs alliés. Les scènes de liesse enregistrées aux Etats-Unis ont été bien isolées…La déclaration ce lundi du  ministre des Affaires étrangères, Alain Juppé, résume assez bien l’état d’esprit général et les  craintes  des occidentaux et de  leurs alliés.   

    La mort d’Oussama Ben Laden,  est « une victoire de toutes les démocraties qui se battent conte ce fléau abominable qu’est le terrorisme ».  « Nous serons plus vigilants que jamais a ajouté M. Juppé. La menace terroriste est élevée. On l’a vu, hélas, encore à Marrakech il y a quelques jours ». « Le combat n’est certainement pas terminé contre ce qui est la pire des lâchetés, s’attaquer à des innocents.  »

    Ancien agent de la CIA recruté au moment de l’occupation  de l’Afghanistan par les troupes  soviétiques,  Oussama Ben Laden, dont la famille eu des   accointances  économiques poussées avec la famille Bush et  le complexe militaro-industriel américain   (avant le 11 septembre),  aura donc échappé près de dix ans  aux   « recherches ».  En novembre  2009,  un rapport d’une commission du Sénat américain rapportait qu’Oussama Ben Laden aurait pu être capturé  en décembre 2001 à Tora Bora dans l’est de l’Afghanistan, mais que  l’administration Bush avait  choisi de ne pas pousser plus loin et avait  ainsi  permis sa fuite au Pakistan.

    « L’ennemi public numéro Un », chef mythique ( ?) de la nébuleuse Al Qaïda,  était crédité  de nombreux et multiples  attentats sanglants (New York, Kuta, Londres, Madrid, Bombay…) et du statut de « héros »  dans de larges franges du   peuple arabe, auréolé de son statut de  « Résistant » aux menées guerrières des Etats-Unis et de l’Otan.

    En Europe même, dans les  mois qui suivirent  de l’attentat contre les Twin towers,  les services de l’Etat civil avaient enregistré une très forte augmentation du prénom Oussama donné aux enfants mâles au sein des communautés arabo-musulmanes.

    Dans un entretien accordé en mai 2006 au quotidien israélien  Haaretz, Xavier Lemoine, maire UMP  de Montfermeil,   plongeait  dans ses souvenirs  pour raconter que deux mois après les attentats de New York, « la mairie de Montfermeil avait organisé  un festival de dessins dans notre jardin d’enfants et à l’école primaire. J’ai été stupéfait de constater que 20% des enfants, tous musulmans, avaient représenté Oussama Ben Laden en héros culturel » !

    Pour autant la « popularité »  de Ben Laden  dans le monde musulman est aussi à relativiser, son extrémisme sanglant étant perçu comme une contre-publicité vivante pour  l’islam, tandis que des mouvements musulmans armés comme le Hezbollah  l’ont accusé nommément de faire le jeu de l’administration américaine.

    Est-il nécessaire de rappeler que l’épouvantail Ben Laden, au même titre que les pseudo armes de destruction massive,  servit de justificatif pour envahir l’Irak de Saddam Hussein accusé d’entretenir des liens avec Al Qaïda.  Brent Scowcfrot, proche  conseiller de George Bush lors de la guerre du Golfe, déclara peu après  que le dirigeant  irakien était  au contraire « sur la liste de Ben Laden des personnes à exécuter », en tant que «  dirigeant séculier » du parti Baas  non «  islamique ».

    La traque des terroristes commanditaires des attentats du 11 septembre,  justifia également l’invasion de l’Afghanistan en 2001.  Secrétaire général  de l’Alliance atlantique, Enders Fogh Rasmussen s’est félicité de l’élimination de Ben Laden et a précisé, comme il fallait s’y attendre  que  l’Otan poursuivrait cependant  sa mission  et ses opérations militaires  dans ce pays.

    Blog de Bruno Gollnish - 02/05/11

  • Des migrants tunisiens occupent un immeuble à Paris dans le XIXème

    1515863_3_0284_le-collectif-des-tunisiens-de-lampedusa-a.jpg

    (Cliquez sur la photo)

    Une large banderole barre la façade du 51, avenue Bolivar au bas des Buttes Chaumont, dans le 19e arrondissement de Paris : "Ni police ni charité. Un lieu pour s'organiser". Fatigués, "les Tunisiens de Lampedusa à Paris", comme ils se présentent, y ont posé leur baluchon.

     Interpellés ou évacués de la porte de la Villette par les forces de l'ordre mercredi 27 avril, ces réfugiés squattent maintenant cet immeuble vide de la Mairie de Paris en espérant une solution pérenne.

    Ce n'est pas la première fois que ce bâtiment est occupé. Mi-avril, le collectif Jeudi noir l'avait investi pendant quelques jours avant de quitter les lieux pour des raisons de sécurité. Quelques semaines plus tard, l'adresse est glissée au collectif des exclus de Lampedusa qui, guidés par des militants français, s'y sont introduits dans la nuit du dimanche 1er au lundi 2 mai.

    "LES MOYENS PAS À LA HAUTEUR DE LA SITUATION"

    Le 26 avril dernier, le maire de Paris, Bertrand Delanoë, s'était pourtant engagé à missionner les associations France terre d'asile et Emmaüs, afin de "mettre en place des dispositifs de soutien et d'accompagnement social et sanitaire, mais aussi d'accès à des hébergements hôteliers." Ils sont encore néanmoins des centaines de migrants sans abri dans le nord-est de Paris. "L'action de France terre d'asile concerne essentiellement les mineurs", explique Yves Contassot, conseiller de Paris écologiste.

    "Les moyens mis en œuvre ne sont pas à la hauteur de la situation" poursuit Sylvain Garel, président du groupe Europe Ecologie-Les Verts au conseil de Paris. Pour plusieurs dizaines d'entre-eux, la situation n'a pas évolué. "Nous voulons juste un endroit à l'abri où dormir", souligne un jeune homme, originaire de Zarzis. Cela fait des semaines que nous dormons dehors, sans ressources, sans soutien."

    "C'est la responsabilité de l'Etat" rappelle Pascale Boistard, adjointe PS au maire de Paris en charge de l'intégration. "Toutefois, nous avons débloqué 100 places d'hôtel depuis 5 jours. Nous en trouverons 20 à 30 de plus dès la nuit du 2 au 3 mai et parallèlement nous cherchons un endroit susceptible de permettre à 80 d'entre eux de trouver refuge." Quelques nouvelles places qui laisseront toutefois cette nuit dans les rues parisiennes des centaines de jeunes tunisiens migrants . "Ils ne doivent pas demeurer dans ce bâtiment qui a été déclaré en péril. C'est dangereux", met en garde l'adjointe au maire.

    LES MIGRANTS REDOUTENT UNE NOUVELLE INTERVENTION DE LA POLICE

    Barricadés derrière la porte du 51 avenue Bolivar, migrants et militants refusent de se disperser et crient aux dizaines de policiers dépêchés sur place de "dégager". Ils craignent par dessus tout une nouvelle intervention policière. Certains reconnaissent par ailleurs ne pas être en règle et ne pas être en mesure de présenter un visa Schengen.

    Afin de dissuader la préfecture de police d'une nouvelle intervention des forces de l'ordre, le collectif des Tunisiens de Lampedusa appelle les Parisiens, dans un communiqué, à venir soutenir les migrants devant cet immeuble du 19e arrondissement. Une inquiétude partagée par l'exécutif municipal qui voit dans les interventions policières à l'encontre des migrants tunisiens à Paris "l'illustration de la politique nationale."

    "Bertrand Delanoë craint que s'il met à disposition un lieu d'accueil général pour la majorité des nouveaux migrants, la police profite de cette concentration pour opérer une intervention massive et arrêter tout le monde, explique Yves Contassot. "Il ne veut pas être celui qui, malgré lui, aura tendu un piège aux Tunisiens."

    Eric Nunès

    Source Le Monde - 02/05/11

  • L'évêque de Tripoli: "la pire population de toute la Libye est en train de s'embarquer pour l'Italie"

    Martinelli-300x225.jpg

    3/5/2011 MILAN (NOVOPress) : Dans une interview au quotidien de la Ligue du Nord, La Padania, le vicaire apostolique de Tripoli, l’évêque franciscain Mgr Giovanni Martinelli (photo), a souligné les conséquences catastrophiques des bombardements de l’Otan, à la fois pour la Libye et pour l’Italie.

     A Tripoli, a-t-il expliqué, « ces bombes font des carnages de civils, il n’y a plus de distinction avec les sites militaires. La nuit se transforme en cauchemar qui ravage les vies de tous : les enfants sont terrifiés, les adultes voudraient protéger leurs familles et leur travail, mais ils sont impuissants ».

    L’évêque a confirmé le lien entre ces bombardements et la reprise de l’invasion à Lampedusa. « Nous sommes confrontés, a-t-il déclaré, à une effroyable vengeance, une terrible réaction à l’intensification des bombardements. En ce moment, la pire population est en train d’arriver de toute la Libye pour partir pour l’Italie sur les bateaux de la mort : ce sont des Érythréens, des Éthiopiens, des islamistes. Aucun d’eux n’est résident en Libye, mais la route qui a été repérée est facile, et c’est malheureusement la pire pour l’Italie. »

     L’évêque « met en garde le gouvernement italien contre le risque d’infiltrations terroristes dans les bateaux de réfugiés qui accostent à Lampedusa ».

    03/05/11

     

  • A Marseille, tous les clandestins du week-end ont été libérés

     

    Les arrestations massives de migrants qui ont transité par l’Italie tournent au fiasco judiciaire. A Marseille, tous les Tunisiens qui comparaissaient ce week-end ont été libérés.

    Le week-end fut fatigant et savoureux pour quelques avocats marseillais, spécialistes du droit des étrangers. En deux jours, ils auront assisté 35 Tunisiens devant le juge des libertés et de la détention (JLD). La préfecture demandait l’autorisation de prolonger leurs rétentions, afin de les reconduire vers l’Italie ou la Tunisie. Mais les policiers avaient accumulé les erreurs de procédures, lors d’arrestations massives. Et, quelques jours plus tard, le gonflement de muscles se traduit par une débandade judiciaire. Tous les hommes qui comparaissaient samedi et dimanche ont été libérés. [...]

    La situation se répétant dans de nombreuses villes françaises, avocats et associations s’interrogent. Quel est le sens de cette débâcle préfectorale ? L’avocat Philippe Perollier avance une explication : « C’est peut-être une simple opération politique. On montre ses muscles pour faire plaisir à l’opinion, on mène des arrestations médiatiques, même si elles ne mènent à rien. »

    Sarkozy nous vend du flan !

    Source

    NPI - 03/05/11

  • ARTHUR RIMBAUD (1854-1891)

    Le bateau ivre

    Comme je descendais des Fleuves impassibles,
    Je ne me sentis plus guidé par les haleurs :
    Des Peaux-Rouges criards les avaient pris pour cibles,
    Les ayant cloués nus aux poteaux de couleurs.

    J'étais insoucieux de tous les équipages,
    Porteur de blés flamands ou de cotons anglais.
    Quand avec mes haleurs ont fini ces tapages,
    Les Fleuves m'ont laissé descendre où je voulais.

    Dans les clapotements furieux des marées,
    Moi, l'autre hiver, plus sourd que les cerveaux d'enfants,
    Je courus ! Et les Péninsules démarrées
    N'ont pas subi tohu-bohus plus triomphants.

    La tempête a béni mes éveils maritimes.
    Plus léger qu'un bouchon j'ai dansé sur les flots
    Qu'on appelle rouleurs éternels de victimes,
    Dix nuits, sans regretter l'oeil niais des falots !

    Plus douce qu'aux enfants la chair des pommes sûres,
    L'eau verte pénétra ma coque de sapin
    Et des taches de vins bleus et des vomissures
    Me lava, dispersant gouvernail et grappin.

    Et dès lors, je me suis baigné dans le Poème
    De la Mer, infusé d'astres, et lactescent,
    Dévorant les azurs verts ; où, flottaison blême
    Et ravie, un noyé pensif parfois descend ;

    Où, teignant tout à coup les bleuités, délires
    Et rhythmes lents sous les rutilements du jour,
    Plus fortes que l'alcool, plus vastes que nos lyres,
    Fermentent les rousseurs amères de l'amour !

    Je sais les cieux crevant en éclairs, et les trombes
    Et les ressacs et les courants : je sais le soir,
    L'Aube exaltée ainsi qu'un peuple de colombes,
    Et j'ai vu quelquefois ce que l'homme a cru voir !

    J'ai vu le soleil bas, taché d'horreurs mystiques,
    Illuminant de longs figements violets,
    Pareils à des acteurs de drames très antiques
    Les flots roulant au loin leurs frissons de volets !

    J'ai rêvé la nuit verte aux neiges éblouies,
    Baiser montant aux yeux des mers avec lenteurs,
    La circulation des sèves inouïes,
    Et l'éveil jaune et bleu des phosphores chanteurs !

    J'ai suivi, des mois pleins, pareille aux vacheries
    Hystériques, la houle à l'assaut des récifs,
    Sans songer que les pieds lumineux des Maries
    Pussent forcer le mufle aux Océans poussifs !

    J'ai heurté, savez-vous, d'incroyables Florides
    Mêlant aux fleurs des yeux de panthères à peaux
    D'hommes ! Des arcs-en-ciel tendus comme des brides
    Sous l'horizon des mers, à de glauques troupeaux !

    J'ai vu fermenter les marais énormes, nasses
    Où pourrit dans les joncs tout un Léviathan !
    Des écroulements d'eaux au milieu des bonaces,
    Et les lointains vers les gouffres cataractant !

    Glaciers, soleils d'argent, flots nacreux, cieux de braises !
    Échouages hideux au fond des golfes bruns
    Où les serpents géants dévorés des punaises
    Choient, des arbres tordus, avec de noirs parfums !

    J'aurais voulu montrer aux enfants ces dorades
    Du flot bleu, ces poissons d'or, ces poissons chantants.
    - Des écumes de fleurs ont bercé mes dérades
    Et d'ineffables vents m'ont ailé par instants.

    Parfois, martyr lassé des pôles et des zones,
    La mer dont le sanglot faisait mon roulis doux
    Montait vers moi ses fleurs d'ombre aux ventouses jaunes
    Et je restais, ainsi qu'une femme à genoux...

    Presque île, ballottant sur mes bords les querelles
    Et les fientes d'oiseaux clabaudeurs aux yeux blonds.
    Et je voguais, lorsqu'à travers mes liens frêles
    Des noyés descendaient dormir, à reculons !

    Or moi, bateau perdu sous les cheveux des anses,
    Jeté par l'ouragan dans l'éther sans oiseau,
    Moi dont les Monitors et les voiliers des Hanses
    N'auraient pas repêché la carcasse ivre d'eau ;

    Libre, fumant, monté de brumes violettes,
    Moi qui trouais le ciel rougeoyant comme un mur
    Qui porte, confiture exquise aux bons poètes,
    Des lichens de soleil et des morves d'azur ;

    Qui courais, taché de lunules électriques,
    Planche folle, escorté des hippocampes noirs,
    Quand les juillets faisaient crouler à coups de triques
    Les cieux ultramarins aux ardents entonnoirs ;

    Moi qui tremblais, sentant geindre à cinquante lieues
    Le rut des Béhémots et les Maelstroms épais,
    Fileur éternel des immobilités bleues,
    Je regrette l'Europe aux anciens parapets !

    J'ai vu des archipels sidéraux ! et des îles
    Dont les cieux délirants sont ouverts au vogueur :
    - Est-ce en ces nuits sans fonds que tu dors et t'exiles,
    Million d'oiseaux d'or, ô future Vigueur ?

    Mais, vrai, j'ai trop pleuré ! Les Aubes sont navrantes.
    Toute lune est atroce et tout soleil amer :
    L'âcre amour m'a gonflé de torpeurs enivrantes.
    Ô que ma quille éclate ! Ô que j'aille à la mer !

    Si je désire une eau d'Europe, c'est la flache
    Noire et froide où vers le crépuscule embaumé
    Un enfant accroupi plein de tristesse, lâche
    Un bateau frêle comme un papillon de mai.

    Je ne puis plus, baigné de vos langueurs, ô lames,
    Enlever leur sillage aux porteurs de cotons,
    Ni traverser l'orgueil des drapeaux et des flammes,
    Ni nager sous les yeux horribles des pontons.

    NdB: Arthur Rimbaud a écrit ce poème en 1871, il avait dix-sept ans.

  • Israël ouvre son premier musée de l'Erotisme

    Lire l'article: http://dafina.net/gazette/article/isra%C3%ABl-ouvre-son-premier-mus%C3%A9e-de-l%E2%80%99erotisme

    02/05/11

  • Amiens: Identitaire et croix celtique devant la justice

    Un drapeau de ce type était accroché à l'arrière de la voiture du prévenu.

    Un drapeau de ce type était accroché à l'arrière de la voiture du prévenu.

     
     
    Le jeune homme, 20 ans et crâne rasé, se tient droit à la barre du tribunal d'Amiens. Le 4 février, peu après minuit, les gendarmes l'ont interpellé rue Pierre-Legrand à Flixecourt (Somme).
    Ce n'est pas le comportement de l'automobiliste qui intrigue les militaires, mais un drapeau, placé sur la lunette arrière de la voiture. Le drapeau de couleur noir présente une croix celtique. Le jeune homme devait répondre devant la justice pour «provocation à la discrimination nationale, raciale et religieuse».

    Car si le symbole n'a rien de répréhensible en Bretagne où l'on trouve son origine, il a été repris par des groupuscules d'idéologie identitaire et nationaliste, voire néonazie.
    La présidente: - «Pourquoi avez-vous acheté ce drapeau sur internet
    Le prévenu: - «Parce que c'est identitaire».
    - «Parce que vous partagez ces idées?», questionne-t-elle.
    - «Oui.» Et le jeune homme de se lancer dans une explication peu argumentée : «Les croix gammées, c'est néo-nazi. Là, c'est identitaire, c'est différent.»

    - «Et quelles idées voyez-vous dans ce symbole?», poursuit la présidente.
    - «Tout ce qui est en rapport avec l'islam en France. (...) Pour moi, la France, c'est catholique.»

    Les juges semblent interloqués par les propos du jeune prévenu. Il sera néanmoins relaxé. Avant que les juges ne se retirent pour délibérer, le représentant du procureur de la République avait indiqué qu'il fallait prouver l'acte de provocation: «Il faudrait dire qui est discriminé et comment il est discriminé (...) Je vous laisse apprécier la valeur du symbole ».

    Le jeune «identitaire» est reparti libre et sans aucun doute sur ses idées.

    G.L.

    Source Le Courrier picard - 03/05/11 

  • Marseille: un sexagénaire tue un jeune cambrioleur de 15 ans

    Un adolescent de 15 ans qui tentait de s'introduire par effraction dans un commerce a été tué par balle, lundi dans les quartiers nord de Marseille, par un riverain, a-t-on appris de source proche de l'enquête.


    Les faits se sont déroulés peu avant 19H00. Selon les premiers éléments, le sexagénaire a tiré avec une arme de calibre 22 long rifle sur la victime qui, accompagnée de deux autres jeunes, était en train de découper un grillage situé à l'arrière d'une pharmacie.

     
    Les sapeurs-pompiers n'ont pu réanimer l'adolescent, originaire de la cité de la Bricarde (15e arrondissement).


    Le tireur a été placé en garde à vue, tandis que les forces de l'ordre, présentes sur place, ont essuyé des jets de pierres dans une ambiance tendue.

  • Iran: "Les Etats-Unis et leurs aliiés n'ont maintenant plus de prétexte pour maintenir leurs troupes en Afghanistan et en Irak"

    Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Ramin Mehranparast, a affirmé aujourd'hui sur Press Tv, la chaîne iranienne anglophone, que "les Etats-Unis et leurs alliés n'ont maintenant plus aucune excuse pour maintenir leurs troupes en Afghanistan. Cette mort prouve qu'il n'y a pas besoin d'un vaste déploiement militaire pour traquer un seul individu".

    "La mort du chef d’Al-Qaïda ôte tout prétexte aux pays étrangers, pour mener des expéditions militaires, dans la région", a annoncé le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères.


    En réaction aux informations, selon lesquelles, le chef du groupe terroriste Al-Qaïda, Oussama Ben Laden, a été tué, le porte-parole de la diplomatie iranienne, Ramin Mehmanparast, a affirmé que les pays étrangers n’ont désormais plus aucun prétexte, aujourd’hui, pour expédier des troupes dans la région, sous prétexte de la lutte contre le terrorisme.


    Ramin Mehmanparast a espéré que la mort de Ben Laden pourra mettre un terme aux conflits et au massacre d'hommes innocents, dans la région, et aidera à la pacification de la région.


    Plusieurs sites iraniens ont rapidement réagi en annonçant dès ce matin la nouvelle du décès d'Oussama Ben Laden, soulignant pour la plupart que "le Ben Laden, qui a été tué aujourd'hui n'a rien à voir avec le Ben Laden qui a attaqué les Etats-Unis il y a dix ans. La structure originelle d'Al-qaïda, qu'il représentait, s'est peu à peu dissoute et ne contrôle en rien les multiples organisations qui s'en réclament. La mort de Ben Laden ne supprime en rien la menace du terrorisme."

    Le chef du réseau terroriste Al-Qaïda et 20 autres membres de ce groupe ont été tués, dans une opération, dans la région de Kakul, à Aibat Abad, à 71 kilomètres, au Nord-Ouest d’Islamabad, la capitale du Pakistan.

    Source Agence IRNA - 02/05/11

  • Un 1er mai parfait pour le FNJ

     

    Tribune de Julien Rochedy

    Ce weekend du 1er Mai fut extrêmement important pour le Front National de la Jeunesse. A partir du vendredi 29 avril, l’ensemble des responsables locaux jeunes du parti patriote se réunirent à Nanterre pour recevoir une formation complète et enrichissante. Conférences sur le militantisme, sur les axes politiques du Front National, sur la crise économique, associées à des ateliers communication : la jeune garde de la nation reçut ce qu’il y a de mieux pour faire triompher ses idées.

    Ce n’est pas moins de 80 jeunes qui furent ensemble pendant presque trois jours, apprenant à mieux se connaître, partageant leurs expériences, apportant chacun un écot à la grande flamme enthousiaste et à jamais éternelle de la jeunesse. L’ambiance fut excellente, et les différentes personnalités qui constituèrent ce magnifique groupe purent s’apercevoir à quel point elles étaient indéfectiblement liées par leur combat commun, quelles que fussent leurs différences préalables. Lire la suite de cet article »

    NPI -02/05/11

  • Russie: un israélien prend 18 ans de prison pour trafic de femmes blanches

    aviyanai_thumb.jpg

      Un tribunal militaire russe a condamné à 18 ans de prison Avi Yanai, un israélien coupable d’avoir organisé un vaste réseau de traite des Blanches entre l’Europe et le Moyen Orient. Aux côtés du juif Yanai, 83 personnes ont été interpellées sur le continent européen dont 14 en Russie.

    On estime que les juifs ont ainsi généré des dizaines de millions de dollars et que la mafia albanaise associée aux opérations a même assassiné plusieurs jeunes femmes victimes de ce trafic.

     La cour a refusé de répondre favorablement à la requête du juif Yanai demandant à être libéré sous caution pour un million de dollar. Le site internet vesti.ru décrit la scène :

    ” L’israélien Avi Yanai parcourt le hall avec une tête de patriarche juif, brandissant une Torah entre ses mains“.

    Des centaines de femmes ont ainsi été enlevées en Russie à destination d’Israël de 1999 à 2007.

    “Une fois à l’étranger, les femmes étaient alors placées en esclavage sexuel. Leurs passeports étaient volés et elles ne pouvaient plus rentrer” selon Vitaly Danilov, un enquêteur de la Sécurité Fédérale Russe.

    Source AMI-France - 02/05/11

  • Ben Laden: aucune preuve de sa mort !

    Pour Altermedia France, Yann Kermadec

    Une nouvelle opération de saturation médiatique a commencé. Elle repose sur la mort, supposée, d’Oussama Ben Laden, ancien (?) agent de la CIA en Afghanistan. Les médias américains, européens et français a fortiori, l’affirment : l’homme qui a permis les guerres d’agression en Afghanistan et en Irak (sans parler des innombrables opérations secrètes en Afrique et en Asie) est mort.

    Le défilé des “experts” commence pour bien faire mesurer au public l’importance de la nouvelle. Et les mêmes de se perdre en analyses et contre analyses sur l’évolution d’Al Qaida, ce réseau dont Alain Chouet, ancien chef de la DGSE (services secrets français), assurait qu’il n’existe plus depuis… 2002 ! (1)

    Nous invitons les lecteurs d’Altermedia à s’en tenir aux faits. En l’occurrence, de savoir si mort il y a. Force est de constater qu’à l’heure actuelle, les USA n’ont apporté aucun élément matériel attestant du décès d’Oussama Ben Laden. Aucune photo du corps n’est venue créditer ce qui reste pour l’heure une affirmation gratuite. Une tentative douteuse des services pakistanais a été tentée avec la diffusion d’un faux grossier sur les chaînes de télévision du pays, reprise ensuite par CNN, FOX news et les médias US. En quelques heures la supercherie était raillée par des commentateurs du monde entier.

    [Suite →]

     

    Source Altermedia Info  - 02/05/11

  • Le corps de Ben Laden serait immergé en mer

    Le corps du terroriste numéro un, Oussama Ben Laden, abattu dimanche au Pakistan par les militaires américains, a été immergé en mer, a annoncé lundi la chaîne de télévision américaine CNN.

    Selon la chaîne, les autorités américaines ont décidé d'inhumer Ben Laden en conformité avec la tradition musulmane, dans les délais les plus brefs après sa mort. Parallèlement, elles ont décidé de ne pas enterrer son corps afin de ne pas créer un lieu de pèlerinage.

    Toutefois, il s'agit d'une information non officielle, le président Obama ayant seulement annoncé que la dépouille du terroriste se trouvait entre les mains des services spéciaux américains, sans préciser l'endroit exact.

    La chaîne de télévision Fox News a supposé auparavant que le terroriste pourrait être enterré en Arabie Saoudite, son corps se trouvant dans une base américaine en Afghanistan.

    Actuellement, les autorités américaines redoutent des "représailles" d'Al-Qaïda suite à la mort de son chef. Le Département d'Etat a déjà exhorté les Américains se trouvant à l'étranger à faire preuve de prudence et de vigilance maximales.

    Washington - RIA  Novosti - 02/05/2011

  • Washington dit avoir tué Ben Laden

     

    Washington a annoncé ce matin très tôt, heure de Paris, que celui qu’il définit comme l’ennemi public numéro 1, Oussama Ben Laden, a été tué non loin d’Islamabad, la capitale du Pakistan, à l’occasion d’une opération commando menée par les Etats-Unis, hier. Toujours selon les médias US et la Maison blanche, son corps serait aux mains des autorités américaines.

    C’est une traque de 10 ans qui s’achève. Ben Laden était l’homme qui avait été mis en avant par les stratèges américains, au lendemain des attentats du 11 septembre 2001, notamment, pour justifier toutes les « interventions » armées contre l’Asie centrale et le Proche et le Moyen Orient, entrainant guerres, instabilités géopolitiques et un enchainement de violences, de destructions et de déséquilibres géopolitiques sans précédent, jusqu’aux « révolutions arabes » d’aujourd’hui. Par exemple, c’est au nom de la guerre menée contre Oussama Ben Laden, contre le « terrorisme », que l’invasion de l’Irak de Saddam Hussein et la destruction du régime bassiste, laïque et anti-islamiste, a été réalisée par Washington et ses alliés en 2003.

    Mêlant manipulations et désinformations, les Etats-Unis et leurs alliés présentaient Oussama Ben Laden comme étant à la tête d’une nébuleuse, baptisée Al-Qaïda, sans pour autant en avoir un jour défini les contours avec exactitude et rigueur. Ben Laden fut, dans les faits, l’excuse toute trouvée pour l’hyper-puissance US, pour remodeler à sa façon une partie du monde, selon ses volontés et au seul profit de ses multinationales.

    Alors que le président Barack Obama devait justifier son acte de naissance il y a peu, humiliation suprême, le voilà comme pouvant se présenter désormais non seulement comme le chef de la nation américaine, mais comme le leader de cette croisade occidentaliste entamée par son prédécesseur Georges W. Bush. C’est un excellent coup de pub pour l’administration US en direction d’une certaine opinion publique occidentale, la plus crédule, la plus dépourvue du moindre esprit critique, la plus bovine.

    Néanmoins, ce n’est pas la première fois que l’on annonce la mort de Ben Laden : selon certaines informations occidentales, il aurait été tué par un bombardement américain fin 2001 dans les montagnes de Tora Bora, dans l’est afghan.

    Ancien combattant dans la guerre contre l’occupation soviétique en Afghanistan, alors allié des USA, Ben Laden était un pion essentiel du jeu obscur qu’à toujours mené l’Amérique en direction de l’islamisme. On avait même évoqué son nom à l’occasion des guerres balkaniques des années 1990, Al-Qaïda ayant eu des contacts partiels avec l’UCK, les terroristes albano-mafieux qui ont fait main-basse sur le Kosovo, berceau de la Serbie, avec l’appui occidental. Mais il était devenu gênant… Il était depuis présenté comme le « cerveau » des attentats du 11 septembre 2001, et à l’origine d’une série d’attaques contre des objectifs US en Afrique et au Moyen Orient dans les années 1990.

    Rien ne dit que sa mort, si elle est effectivement confirmée par des sources indépendantes, ne mette fin aux violences et à l’instabilité engendrées par l’interventionnisme US tous azimuts depuis une décennie. Al-Qaïda a toujours été un mythe, un label et tout au plus une franchise dans le terrorisme islamiste, et la myriade de réseaux et cellules qui se réclamaient jusqu’alors de Ben Laden et de sa structure fantomatique sont toujours très actifs. Leur présence au sein des insurgés libyens n’est un exemple parmi d’autres. Aujourd’hui comme hier, Washington et ses alliés les soutiennent et les arment

    Nations Presse Info - 02/05/11