Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/05/2016

VIDEO - Harcèlement sexuel dans les transports en commun : « Je mets un bonnet et des robes longues pour ne pas avoir de problème »

https://youtu.be/Waispbb2APo

 

 

21/05/2016 – FRANCE (NOVOpress)
Deux maires du Val-de-Marne lancent une grande opération pour « inviter les femmes à exprimer leur ressenti dans les transports ». Boulevard Voltaire les a devancés et a tendu son micro dans la gare de Maisons-Alfort : ont-elles peur de sortir le soir ? De porter une jupe ? De circuler seules ?

Voyez les différentes réponses...

19:30 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Marseille: trois véhicules de "matons" incendiés aux Baumettes

http://www.laprovence.com/article/faits-divers-justice/39...

03:51 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Black M : Lettre ouverte de dix grandes associations du monde combattant à François Hollande

1h18
  • Fédération des amputés de guerre de France
  • Fondation des aveugles de guerre
  • Union des blessés de la face et de la tête « gueules cassées »
  • Fédération nationale des blessés multiples et impotents de guerre
  • Association des mutiles de guerre des yeux et des oreilles
  • Association nationale des plus grands invalides de guerre
  • Association des Blessés Médullaires titulaires de l’article L115
  • Fondation des « Gueules Cassées »
  • Union nationale des combattants
  • Association de soutien à l’Armée Française

Paris, le 19 mai 2016

Monsieur le Président de la République,

Non, contrairement à ce qu’a écrit Monsieur le Secrétaire d’État, ce n’est en rien par un « déferlement de haine, d’injures et de menaces », qu’elles condamnent en tout état de cause, que les associations du monde combattant signataires de la présente, qui répond au communiqué publié le 13 mai 2016, ont marqué leur ferme réprobation à la tenue d’un concert animé par le rappeur Black M à Verdun le 29 mai prochain.

A nos yeux de combattants au service de la France, un tel spectacle, un tel jour et en un tel lieu, constituerait une insupportable injure à la mémoire des centaines de milliers d’hommes, quelle que soit leur nationalité, leur origine, leur confession, qui ont souffert, versé leur sang, sont morts, sur cette terre de la Meuse.

Nos associations, totalement apolitiques et non confessionnelles, s’élèvent avec vigueur contre tous les rapprochements, amalgames, insinuations et sous-entendus tendant à faire croire à quelque unité de vue avec quelque organisme que ce soit, étranger au monde combattant.

Nous qui avons combattu pour la France, et bien souvent versé notre sang pour elle, nous respectons la Mémoire du « Combattant de Verdun » et nous n’acceptons pas qu’elle soit dégradée et salie.

Nous avions donc pris acte de l’annulation de ce concert sans autre commentaire, avant de lire le communiqué qui exprime la « colère » du secrétaire d’État. Il y est souligné que « la liberté d’expression » est un « droit fondamental ». Devons-nous comprendre que le monde combattant ne pourrait pas l’exercer sereinement ?

Il y est également rappelé très justement que « c’est pour les valeurs de la République que nos soldats, venus de toutes les origines sociales, de tous les continents, de toutes les religions, et jeunes pour l’immense majorité d’entre eux, ont combattu et sont morts voilà cent ans à Verdun ». Ce sont précisément ces vérités qui ont suscité notre absolu refus de la tenue ce soir-là, dans cette ville martyre, d’un concert animé par un chanteur aux antécédents bien connus.

Monsieur le secrétaire d’État a jugé la demande d’annulation de ce concert « indigne de l’hommage solennel que la Nation tout entière rend, en cette année du centenaire de la bataille de Verdun, aux combattants de toutes conditions et de toutes origines qui sont morts pour la France ». Nous estimons très exactement le contraire. Et nous comprenons mal, dans cette démocratie dont vous êtes le garant, que notre ministre de tutelle traite par un tel mépris, marqué de colère, l’expression des convictions d’anciens combattants et victimes de guerre, placés sous son autorité politique.

Je vous prie de croire, en l’expression de ma très haute considération.

André-Jean MERCORELLI,
Secrétaire général du CE-GIG Elargi

Asafrance

02:41 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

En Israël, Valls sera interviewé par 4 employés de Patrick Drahi

https://youtu.be/-I4rzrLPeiM

 

Un bon résumé de la situation politico-médiatique française

Vendredi 20 mai, le site du Figaro rapporte que Manuel Valls accordera dimanche soir un entretien spécial – depuis Israël – à 4 médias en simultané [1].

Ses quatre interviewers seront Paul Amar (i24news), Apolline de Malherbe (BFM TV), Christophe Barbier (L’Express) et Laurent Joffrin (Libération).

Le Figaro, journal possédé par le pro-israélien Serge Dassault et co-dirigé par le conférencier du Crif Yves Thréard, omet de signaler à ses lecteurs un détail important : ces 4 médias sont TOUS détenus par Patrick Drahi, milliardaire israélien et militant « sioniste » autoproclamé [2].

Amar, Barbier et Joffrin sont des figures médiatiques ouvertement engagées – depuis longtemps et chacun dans son style – en faveur de Tel Aviv [3].

Rappel : la presse française traditionnelle – et notamment la presse d’opinion politique – se vante régulièrement d’être « pluraliste ».

À souligner : Manuel Valls a préparé le terrain médiatique de sa visite en ayant déjà accordé une interview au tabloïd israélien Yedioth Ahronoth, dans laquelle il se déclare « préoccupé par la sécurité d’Israël » [4].

Élément d’information supplémentaire : les entretiens médiatiques du Premier ministre sont organisés par Harold Hauzy, « conseiller en communication » de Manuel Valls qui avait suivi – en 2011 et avec le « Comité juif américain » – une « formation éducative sur Israël » [5].

Bonus croustillant : découvrez la grotesque interview « C’est quoi, être juif ? » réalisée en 2015 par une vidéaste pro-Netanyahou (dénommée « Esti ») auprès de la « journaliste politique » Apolline de Malherbe.

02:08 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Marine Le Pen répond aux questions de Jean-Pierre Elkabbach sur Europe 1

http://dai.ly/x4bmmjb

01:49 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

La Pologne interdit toute référence au communisme dans l'espace public

Par l’intermédiaire de son président, le conservateur Andrzej Duda, la Pologne a promulgué une nouvelle loi « sur l’interdiction de propager le communisme ou un autre système totalitaire via les noms d’édifices et d’installations d’utilité publique ». Une fois qu’elle sera entrée en vigueur, les autorités locales auront un délai de 12 mois pour changer les noms des rues, des places ou des ponts qui rappellent les personnes, les organisations, les événements ou les dates symbolisant un des totalitarismes.

Entre 1.200 et 1.400 sites concernés

Le texte de loi nouvellement promulgué et condamnant toute référence au communisme dans l’espace public polonais précise que les références au régime en place en Pologne entre 1944 et 1989, l’époque où le pays avait fait partie du bloc soviétique, sont bannies aussi. En cas de non-respect des nouvelles dispositions dans les délais requis, l’administration nationale pourra imposer un nouveau nom provisoire pour remplacer celui qui aura été jugé indésirable. Selon les auteurs de la nouvelle loi, entre 1.200 et 1.400 sites divers devront changer de nom à travers la Pologne.

Boulevard Voltaire

01:25 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Un migrant africain voulait un logement « tout de suite », il incendie des bureaux de la mairie

 

Afficher l'image d'origineUn Soudanais de 28 ans a mis le feu aux locaux d’une antenne de la mairie d’Annecy ce mercredi. Il reprochait aux employés de ne pas lui trouver un logement « tout de suite », car il venait d’obtenir le statut de réfugié, raconte France 3 Alpes.

Pour ne pas avoir accédé assez rapidement à sa demande, les employés d’une antenne de la mairie d’Annecy (Haute-Savoie) l’ont vu mettre le feu à leurs bureaux, comme l’a relaté France 3 Alpes. Le matin, il avait récupéré un formulaire à remplir. Venu le déposer dans l’après-midi, il n’a pas supporté qu’on lui présente de nouveaux papiers administratifs. Avant de mettre le feu à l’endroit, il s’y est enfermé et a saccagé le matériel informatique. 100 000 euros de dégâts sont à déplorer. Le malfaiteur a été rattrapé peu de temps après par la police.

Source

00:59 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Echange tendu entre Cazeneuve et les deux députés FN à l'Assemblée!

https://youtu.be/FSr5aNolob4

Les députés FN Marion Maréchal-Le Pen et Gilbert Collard et Bernard Cazeneuve se sont opposés vivement jeudi à l’Assemblée au sujet de violences en marge de manifestations anti-Loi Travail, au lendemain de la demande de démission du ministre de l’Intérieur par le FN.

Tel est pris qui croyait prendre...  

A voir jusqu'au bout!  Bravo Me Collard!

NDF

 

00:56 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Bistro Libertés avec Robert Ménard

TV LIBERTES

00:31 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

20/05/2016

Grand flou sur le sort du vol Egyptair

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2016/05/20/01016-...

23:40 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

EN DIRECT. EgyptAir : la Marine égyptienne trouve de nouveaux restes humains et débris

http://www.leparisien.fr/faits-divers/en-direct-vol-egypt...

VIDEOS, tweets, infographie

21:54 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Verdun : et maintenant le couac Pétain !

Pétain.jpg

 

 

20/05/2016 – PARIS (NOVOpress) : Après le scandale Black M, va-t-il y avoir un scandale Pétain ? Dans L’Opinion, Jean-Dominique Merchet, spécialiste des questions militaires, révèle que François Hollande envisage de faire carrément l’impasse sur le rôle du général Pétain dans la bataille de Verdun lors de la commémoration du 29 mai !

« Commémorer Verdun, c’est aborder la question de celui qui y commanda les troupes françaises, le futur maréchal Pétain. Exercice délicat pour un chef de l’État, auquel le général De Gaulle ne s’était pas soustrait lors de la commémoration du cinquantenaire en 1966 : “Si, par malheur, en d’autres temps, dans l’extrême hiver de sa vie et au milieu d’événements excessifs, l’usure de l’âge mena le maréchal Pétain à des défaillances condamnables, la gloire que, vingt-cinq ans plus tôt, il avait acquise à Verdun, puis gardée en conduisant ensuite l’armée française à la victoire, ne saurait être contestée, ni méconnue par la patrie.“

« Si l’historien Antoine Prost estime qu’il n’y a “pas une virgule à changer“, les milieux officiels estiment que parler de Pétain “est un message qui n’est pas d’une très grande actualité “. »

Jean-Dominique Merchet confirme par ailleurs que la venue de Black M avait été validée par le gouvernement et n’est donc pas du fait du maire de Verdun :

« Les textes provocateurs de l’artiste n’étaient pas forcément les plus adaptés à l’événement mais ils étaient dans le domaine public quand les autorités politiques, y compris au secrétariat d’État aux Anciens combattants, ont approuvé l’idée de ce concert. »

21:32 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Nos ancêtres les Gaulois, par P.-E. Blairon (article complet)

51618.jpg

Statue équestre de Vercingétorix par Bartholdi à Clermont-Ferrand

 

Nos racines sont celtes. Pourquoi renier nos parents biologiques ?

 

Un événement sans précédent s’est produit en mai 2016 depuis la naissance d’internet et des réseaux sociaux qui en sont devenus la principale manifestation. Pour la première fois, une mobilisation citoyenne - le meilleur de notre nation - a fait reculer le pouvoir. Il s’agit bien sûr de l’affaire de ce rappeur noir antifrançais que nos gouvernants souhaitaient voir « chanter » pour la commémoration du centenaire de la grande tuerie de Verdun où des centaines de milliers de nos soldats ont trouvé la mort.

Dévoilée par le site Fdesouche, l’information déchaîna la colère des internautes, notamment sur Facebook, et la révolte, appuyée par Marion Le Pen, fut menée principalement par deux autres bretons, agissant indépendamment l’un de l’autre, Boris Le Lay et Yann Vallerie, jusqu’à la victoire. Attendons cependant l’issue finale de cette tragi-comédie - une bouffonnerie – où les principaux représentants de l’Etat - le Président de la République lui-même - n’hésitent pas à profaner ce que le peuple français doit avoir de plus cher : sa mémoire et le respect qu’il doit à ses ancêtres morts pour sauvegarder l’intégrité de son sol.

Cette réaction d’ampleur inattendue – des dizaines de milliers de messages téléphoniques et électroniques reçus en mairie de Verdun et à la sous-préfecture locale - ont secoué l’arrogance satisfaite de ceux qui pensaient qu’ils pourraient se moquer de tout et surtout d’un peuple qu’ils croyaient avoir endormi à tout jamais par medias serviles interposés.

Dans quels tréfonds de leur mémoire sont allés chercher tous ces Français levés d’un seul bloc indigné ? Quel archétype chargé d’une belle santé venue du fond des âges s’est brusquement et impérieusement imposé à ces patriotes de tous bords pour qu’ils trouvent l’énergie de faire lâcher prise à ces fossoyeurs de la France ?

Ils étaient tout simplement portés par la conscience réveillée des racines les plus anciennes du peuple français, justement celles qui ont fait bouger nos Bretons : nos racines gauloises, autrement dites celtes.

Est-ce le signe d’une renaissance prochaine ? car cette triste affaire n’est que l’une des nombreuses opérations de harcèlement que mènent nos politiciens de gauche et de droite pour éradiquer de notre mémoire tout ce qui a fait la gloire de notre pays. Est-ce que nous avons là touché le fond, ce qui nous permettrait de remonter ?

Depuis des années, nous écoutons ces politiciens (de gauche et de droite), médias, publicitaires, « artistes » et autres chantres de l’uniformisation répéter l’antienne du « métissage » pour semer la confusion sur les origines de la France afin de mieux la dépouiller de son identité. Et c’est ainsi qu’on a pu entendre des déclarations de nos gouvernants qui auraient fait pleurer de rire (ou pleurer tout court) n’importe quel écolier des années 50 ou 60.

Non, les racines de la France ne sont pas musulmanes comme l’affirmaient Jacques Attali ou Jacques Chirac, elles ne sont pas plus juives, selon les dires de Nicolas Sarkozy, et le ramadan n’est pas « une fête qui fait partie du patrimoine culturel français » comme le prétend le maire de Paris, Anne Hidalgo.

Elles ne sont pas non plus « helléno-chrétiennes » ou « judéo-chrétiennes ».

Les racines sont ce qui nous ramène au plus loin de notre passé et au plus profond de notre vérité et elles ne sont pas fluctuantes. Elles sont le socle immuable de notre croissance.

Il est sot et inconséquent de penser que nous pourrons construire notre avenir sans avoir recours au passé, aux fondements de notre culture ; un arbre déraciné ne pousse plus, ne produit aucun fruit ni fleur et meurt rapidement. Revenir aux sources, ce n’est pas revenir en arrière, c’est boire à l’eau de notre enfance, qui est la plus pure et la plus prometteuse d’avenir. Pêgê : c’est un terme grec qui signifie la source, le point fixe d’où proviennent toutes choses.

Les racines de la France sont gauloises, c’est-à-dire émanant du peuple celte qui s’est établi à partir du VIe siècle avant J.-C. sur la totalité du territoire français actuel et une partie de l’Italie du Nord – Milan est une ville gauloise - et qui s’est battu pour son indépendance contre l’envahisseur romain sous la bannière de son héros, Vercingétorix.

Ce substrat ethnique originel a, certes, varié tout au long des siècles qui ont suivi son implantation avec les nombreuses migrations de nos cousins indo-européens qui ont traversé notre territoire et y ont laissé leur trace. Des greffes nombreuses, spirituelles avec le christianisme et la monarchie, techniques et politiques avec les Romains, philosophiques avec les Grecs, ont réussi et ont permis à la France de devenir le phare de l’Europe… jusqu’à la Révolution qui a détruit une grande partie de notre patrimoine humain (les Vendéens), architectural, artistique, spirituel et culturel. Nous n’oublions pas d’associer à cette catastrophe nationale la République dont on n’ose penser que les « valeurs » dont elle se réclame se résument au symbole qui l’a vu naître : la guillotine.

Les universitaires de tous bords (et même du nôtre) évaluent avec condescendance la civilisation celte sous prétexte qu’elle n’a pas utilisé l’écriture (volontairement, pour ne pas figer la mémoire de leurs étudiants, les druides proscrivaient l’écriture) et qu’elle n’a pas laissé de grandes œuvres architecturales ou civilisationnelles.

« En fait – et cela pendant plusieurs siècles – l’Université et en général les Lettres, ont délibérément ignoré le monde celtique. En-dehors des pays anglo-saxons, on ne s’est intéressé aux Gaulois qu’à l’instant où on pouvait les appeler Gallo-Romains ; il était communément admis que la seule histoire digne de ce nom était celle de Rome et du monde antique, et le cliché des armées de Jules César apportant aux Gaulois le flambeau de la Civilisation persiste encore dans nos manuels scolaires[1]. »

Remarquons au passage que ceux des Gaulois qui se seront le plus vite soumis aux Romains deviendront les « Gallo-Romains », remerciés pour avoir composé avec l’occupant et adopté toutes ses valeurs. En 1945, on les appelait des « collabos ».

Régine Pernoud parlait au passé et ce texte de notre grande historienne date déjà de 1962.

De nos jours, on n’apprend plus aux enfants français ce que sont « nos ancêtres les Gaulois » ; et ceux « de l’Université » qui se targuent actuellement d’être spécialistes en histoire, philosophie ou science politique ne s’abaisseraient pour rien au monde à parler des Gaulois afin de s’insérer dans le monde féroce des intellectuels (de gauche, inévitablement) dans l’espoir d’en être reconnus. Tout se passe, dit Jean-Louis Brunaux « comme si l’on avait honte de l’héritage encombrant que nous ont légué nos grands historiens nationalistes, Jules Michelet, Henri Martin, Camille Jullian…, qui, en des périodes troublées et marquées par l’anti-germanisme, ont fait des Gaulois non seulement les premiers Français mais aussi les premiers fondateurs d’une nation attachée à son territoire[1]. »

La civilisation celte, tout en raffinements, circonvolutions et pointillisme dans les moindres manifestations de sa culture qui s’en référait constamment à la nature et au monde cosmique s’opposait à la force brute du monde romain, l’Ordre mondial de l’époque, et à la raison grecque dont Descartes fera un rationalisme et Comte un positivisme qui produiront des Français quelquefois dogmatiques, psycho-rigides et arrogants. C’est en tout cas l’image qu’ils donnent bien souvent d’eux à l’étranger. Bien sûr, cette présentation à l’emporte-pièce est forcément manichéenne ; mais des milliers de livres ont été écrits sur le sujet auxquels on se reportera. Ces livres étant, malencontreusement, écrits quasi-exclusivement sur le monde gréco-latin, un petit effet de balancier ne fait pas de mal…

Même si les Romains et les Grecs, nos frères et voisins indo-européens, ont créé et véhiculé de grandes cultures auxquelles nous avons largement emprunté, nous ne sommes pas pour autant les fils d’Homère ou ceux de la Louve.

Et il y a comme quelque chose de pathétique et d’indigne à vouloir se réclamer de civilisations qui ne sont pas les nôtres simplement parce qu’elles ont eu la réputation d’être supérieures à la civilisation celte (ou gauloise, si vous préférez, mais c’est exactement la même chose), alors qu’elles sont différentes, la civilisation celte s’adressant plus à l’intuition intellectuelle et à la métaphysique et se rapprochant ainsi d’un Pythagore ou du bouddhisme.

Vous viendrait-il à l’esprit de renier vos parents (vos parents biologiques, comme on dit maintenant) sous prétexte que la vie de votre voisin vous semble plus adéquate à celle que vous aimeriez mener parce qu’il a une plus belle voiture que celle de votre papa ?

Les Français ne pourront jamais résister aux diktats mondialistes qui consistent à détruire les soubassements essentiels de leurs traditions si eux-mêmes ne revendiquent pas leurs propres racines d’une manière claire et affirmée. Encore faut-il qu’ils les connaissent. Ici même se situe le grand combat des années à venir.

La Renaissance (qui, comme son nom ne l’indique pas, fut le début du déclin tout comme les Lumières l’avènement de la nuit) se piquait de retourner aux connaissances de l’Antiquité ; sur le même mode folklorique, la fin du XVIIIe siècle et le début du XIXe vit la naissance d’une « celtomanie » entretenue par le mouvement romantique dont Salomon Reinach, cité par Régine Pernoud, a pu dire qu’ « elle a servi de contrepoids à la tendance universitaire de s’occuper exclusivement des Juifs, des Grecs et des Romains ».

N’allons pas chercher ailleurs notre héritage, nous n’avons pas à rougir de la spiritualité de nos druides anciens, de la vaillance de nos guerriers, de l’ingéniosité et de la persévérance de nos paysans, de la créativité de nos artisans et de nos artistes qui ont donné à la France son élégance et sa place dans le monde.

 

[1] Jean-Louis Brunaux, Les Gaulois, Les Belles Lettres

  

[1] Régine Pernoud, Les Gaulois, Editions du Seuil

 

Pierre-Emile BLAIRON

001 Premiere couv 16 01 2015.jpg

la dame icono.JPEG

couv. de La Roue et le Sablier,

Statuaire :

 - dessin  du Janus bifrons de Roquepertuse (Velaux, Bouches-du-Rhône), sanctuaire celte salyen du 5e siècle avant notre ère,

 - guerrier-héros dit bouddha de Roquepertuse (idem)

 

 

 

20:49 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (12)

Florian Philippot sur BFM-TV: "C'est une tentative de meurtre, d'homicide volontaire"

http://www.bfmtv.com/mediaplayer/video/voiture-de-police-...

02:28 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Nos ancêtres ? Rien n’a changé, ce sont toujours les Gaulois !

Capture.PNG  Gaulois.PNG

 

 

N’allons pas chercher ailleurs notre héritage.

Écrivain, journaliste
 
 
 
 
 
 
2.1k

Les fossoyeurs de la France qui sont au pouvoir n’ont de cesse de falsifier la mémoire de notre peuple, voire de la souiller ; à preuve l’épisode tragi-comique de la commémoration du centenaire de la bataille de Verdun où nos « élites » n’avaient rien trouvé de plus symbolique que d’inviter à cette occasion un « rappeur » noir antifrançais.

Cette triste affaire n’est que l’une des nombreuses opérations de harcèlement que mènent nos politiciens de gauche et de droite pour éradiquer de notre mémoire tout ce qui a fait la gloire de notre pays. Ils semblent aussi s’être ligués pour semer la confusion sur les origines de la France afin de mieux la dépouiller de son identité, et c’est ainsi qu’on a pu entendre des déclarations de nos gouvernants qui auraient fait pleurer de rire (ou pleurer tout court) n’importe quel écolier des années 50 ou 60.

Non, les racines de la France ne sont pas musulmanes, comme l’affirmaient Jacques Attali ou Jacques Chirac, elles ne sont pas plus juives, selon les dires de Nicolas Sarkozy, et le ramadan n’est pas « une fête qui fait partie du patrimoine culturel français », comme le prétend le maire de Paris, Anne Hidalgo.

Elles ne sont pas non plus « helléno-chrétiennes » ou « judéo-chrétiennes ».

Les racines sont ce qui nous ramène au plus loin de notre passé et au plus profond de notre vérité et elles ne sont pas fluctuantes. Elles sont le socle immuable de notre croissance.

Les racines de la France sont gauloises, c’est-à-dire émanant du peuple celte qui s’est établi à partir du VIe siècle avant J.-C. sur la totalité du territoire français actuel et une partie de l’Italie du Nord, et qui s’est battu pour son indépendance contre l’envahisseur romain sous la bannière de son héros, Vercingétorix.

Ce substrat ethnique originel a, certes, varié tout au long des siècles qui ont suivi son implantation avec les nombreuses migrations de nos cousins indo-européens qui ont traversé notre territoire et y ont laissé leur trace. Des greffes nombreuses, spirituelles avec le christianisme et la monarchie, techniques et politiques avec les Romains, philosophiques avec les Grecs, ont réussi et ont permis à la France de devenir le phare de l’Europe… jusqu’à la Révolution, qui a détruit une grande partie de notre patrimoine humain, architectural, artistique, spirituel et culturel.

Les universitaires de tous bords (et même du nôtre) évaluent avec condescendance la civilisation celte sous prétexte qu’elle n’a pas utilisé l’écriture (volontairement, pour ne pas figer la mémoire !) et qu’elle n’a pas laissé de grandes œuvres architecturales ou civilisationnelles.

Nous ne sommes pas pour autant les fils d’Homère ou de la Louve.

N’allons pas chercher ailleurs notre héritage, nous n’avons pas à rougir de la spiritualité de nos druides anciens, de la vaillance de nos guerriers, de la créativité de nos artisans et de nos artistes qui ont donné à la France son raffinement et sa place dans le monde.

Boulevard Voltaire

02:26 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Intervention de Marion Maréchal-Le Pen sur la prorogation de l'état d'urgence

https://youtu.be/fjhvjA7FWtg

Intervention de Marion Maréchal-Le Pen, Député du Vaucluse, à l’Assemblée Nationale pour expliquer les raisons de l’abstention sur la prorogation de l’état d’urgence.

01:52 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

VIDEO - Qui a réellement élaboré la loi El Khomri ?

https://youtu.be/fwM-4L07bOU

 

Les experts européens de la "section France"

Qui a réellement élaboré le projet de loi sur la réforme du Travail ? Initiée sous Sarkozy, portée par Myriam El Khomri, les origines technocratiques et supranationales de cette loi tant décriée ne peuvent plus être ignorées.

 

01:10 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Voiture incendiée : la préfecture de police connaissait les agresseurs

 

Des "fils de bonne famille" de l’Action antifasciste Paris-banlieue

Parmi les cinq personnes gardées à vue, deux frères de 21 et 32 ans appartiennent au groupe Action antifasciste Paris-banlieue. Le plus jeune, Antonin, avait fait un recours devant le Tribunal administratif contre l’interdiction de manifester mardi dernier émise par le préfet. Le TA avait annulé cette interdiction.

Ils ont entre 19 ans et 32 ans. Ils sont connus des services de police et sont décrits comme appartenant à la mouvance contestataire radicale, dixit le jargon des services de renseignement. Selon nos informations, les cinq gardés à vues, soupçonnés d’avoir attaqué et incendié mercredi 18 mai à Paris une voiture de police dans laquelle circulaient deux agents, sont des activistes issus de deux mouvances différentes : les Anarchos-Autonomes et le groupe Action antifasciste Paris-banlieue (AFA), une structure autonome d’ultra gauche.

C’est grâce à une note des Renseignements de la Direction de la préfecture de Police (DRPP) et un travail de vidéo surveillance que ces activistes présumés ont pu être interpellés par le deuxième district de la PJ parisienne. Des perquisitions ont eu lieu et ont permis de découvrir des équipements anti-manifestation, comme des casques.

Lire la suite de l’article sur itele.fr

00:55 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

L’INCROYABLE vidéo qui buzze depuis hier !

https://youtu.be/pjZqi8yeDng

 

« Tout le monde vous déteste, enc**** de militaires ! »
C’est en hurlant de tels slogans qu’une meute enragée a voulu pénétrer dans le musée de l’Armée.
Cette vidéo tourne sur les réseaux sociaux depuis hier.

Il faut la faire tourner partout, qu’elle soit vue par tous les Français patriotes.
Partagez cette page le plus possible.

BV

NdB: D'où sortent ces gens qui ont tant de haine ? Qui les paie pour leur sale boulot ? On remarque qu'ils ne s'en prennent jamais à l'Elysée ni aux ministères.

00:20 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

19/05/2016

Se faire un flic, par Caroline Parmentier

Chard-Présent-Flics-600x459.jpg

 

 

Le jour même où les policiers manifestaient en France contre la haine anti-flics, deux d’entre eux ont échappé de justesse à une tentative de meurtre.

Mercredi vers midi, 150 individus encagoulés et masqués font irruption aux cris de « Flics, porcs, assassins » et « Tout le monde déteste la police » place de la République où se tient le rassemblement des policiers. Ils sont repoussés à coup de fumigènes.

Un peu plus loin, quai de Valmy, une quinzaine d’entre eux s’en prend alors très violemment à un véhicule de police dont ils défoncent les vitres. Les deux occupants : une gardienne de la paix et un adjoint de sécurité de la compagnie du périphérique qui reviennent de mission, sont frappés à coups de poing, de barres de fer et de tuyaux et parviennent à sortir in extremis tandis que les assaillants jettent un engin incendiaire à l’intérieur du véhicule qui s’embrase entièrement. Cet acte de terrorisme se passe toujours « en plein état d’urgence ».

Une enquête pour « tentative d’homicide volontaire » a été ouverte. Quatre agresseurs âgés de 19 à 21 ans ont été interpellés. Trois d’entre eux avaient fait l’objet de la part de la préfecture de police de Paris d’une interdiction de paraître dans les manifestations en raison de leur violence. Mais ces arrêtés ont été cassés par le tribunal administratif. La justice administrative a en effet suspendu mardi neuf arrêtés sur dix émis par le préfet de police. Ces magistrats n’ont sans doute pas supporté que l’on empêche les bons militants antifascistes d’aller cogner ces porcs de flics.

De Jean-Jacques Bourdin sur RMC à 20 Minutes, les journalistes ont chaudement salué le « sang froid » et la maîtrise de ce policier qui, alors qu’on l’attaque, qu’on le frappe et que l’on manque de le griller vif, n’a pas fait usage de son arme de service et se contente de parer les coups courageusement. Ils auraient été les premiers en effet à crier à la bavure, si l’un des petits barbares avait pris une balle dans l’orteil.

Alors que la voiture de police était en train de brûler, une pancarte en carton « Poulets rôtis, prix libre » a été déposée sur le sol à quelques mètres du véhicule par les casseurs. Pourquoi se priveraient-il ? Puisque jour après jour on continue comme ça : dans l’impunité la plus complète, la violation quotidienne de l’état d’urgence, les rues de nos villes saccagées par les milices d’extrême-gauche, et les arrêtés contre les tueurs de policiers cassés par la justice.

Caroline Parmentier

Article paru dans Présent n° 8611 daté du 20 mai 2016

23:54 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)