Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Blog - Page 263

  • Theresa May se veut ferme sur le Brexit

    XVM29ac321a-4849-11e6-9292-cc3070db1866.jpg May.jpg

     

    • Par Florentin Collomp
    • Mis à jour
    • Publié
     

     

    Intronisée à Downing Street mercredi après-midi, elle veut donner des gages aux partisans de la sortie de l'UE mais prendre son temps.

    Le vétéran tory Kenneth Clarke n'a jamais la langue dans sa poche. Theresa May? Une «femme sacrément difficile», lâchait-il la semaine dernière devant une caméra qu'il croyait éteinte. La nouvelle premier ministre a eu tôt fait de retourner le compliment à son avantage. «Ken Clarke dit que je suis une femme sacrément difficile. Le prochain à le découvrir sera Jean-Claude Juncker», lançait-elle devant les députés conservateurs, à propos du président de la Commission européenne. Le voici prévenu! Forte de son aura de nouvelle «dame de fer», elle entend transformer son péché originel d'avoir été pour le maintien dans l'Union européenne au cours de la campagne du référendum, en une fermeté zélée pour la mise en place du Brexit.

    Après quinze jours de crise politique aux rebondissements quotidiens depuis le vote des Britanniques, tout s'est finalement réglé très vite ces deux derniers jours. Protocole oblige, il a juste fallu attendre que la reine rentre à Londres ce mercredi pour que David Cameron puisse aller lui remettre sa démission dans l'après-midi. Il lui recommandera le nom de Theresa May pour lui succéder. Celle-ci le suivra à Buckingham Palace et s'installera immédiatement à Downing Street.

    Si elle a esquissé les grandes lignes d'un programme de gouvernement, le Brexit sera sa priorité. Elle promet de faire de cet impératif «un succès». Elle veut rassurer ceux qui ont voté pour la sortie de l'Europe: «Il n'y aura pas de tentatives de rester dans l'UE, pas de tentatives de la rejoindre par la porte de derrière, et pas de second référendum.» On ne saurait être plus clair. «Notre pays a besoin d'une direction forte et expérimentée pour le conduire à travers cette période d'incertitude économique et politique, pour négocier le meilleur accord pour la Grande-Bretagne alors que nous quittons l'UE, et nous forger un nouveau rôle dans le monde», déclarait Theresa May à l'annonce de son intronisation. Reste que, outre ces grands principes qui reprennent en partie la rhétorique des «brexiters» sur la place du Royaume-Uni dégagé du carcan européen dans le monde, on n'en sait guère plus sur les modalités du divorce.

    Après le flou artistique de Boris Johnson, l'incertain «modèle albanais» cher à Michael Gove, et les approximations d'Andrea Leadsom, le Parti conservateur s'est ressaisi pour, au moins, confier le destin du pays à une femme réputée pour son sérieux. L'arrivée de Theresa May à Downing Street a d'ailleurs eu pour premier effet de rassurer les marchés. À la différence de certains des tenants de la rupture, elle semble privilégier le maintien d'un accès au marché unique, destination de 44 % des exportations britanniques. Mais cela ne se fera pas au détriment du retour du «contrôle» britannique sur la liberté de circulation. Toute la difficulté sera donc de négocier à la fois les futures relations économiques avec l'UE et la souveraineté de Londres en matière d'immigration. Theresa May a d'ailleurs adopté une position de départ particulièrement ferme en faisant du statut futur des Européens déjà installés au Royaume-Uni un sujet de négociation, sans doute en échange des conditions réservées aux expatriés britanniques en Europe.

    Le flou reste de mise sur le calendrier. En dépit de la hâte des partisans du Brexit, Theresa May s'est jusqu'à présent montrée peu pressée d'invoquer l'article 50, qui lance le compte à rebours du départ, avant la fin de l'année. Selon le Telegraph, elle pourrait même attendre la fin 2017, après les élections françaises et allemandes. Si les partenaires européens risquent de s'impatienter, sur le papier au moins, Londres garde la maîtrise de son timing.

    Un ministre du Brexit sera créé dans l'équipe de Theresa May, chargé de coordonner ces pourparlers avec Bruxelles et les implications pour l'administration britannique. Il pourrait échoir à Chris Grayling, ministre dans le gouvernement sortant, qui a fait campagne pour la sortie de l'UE mais a soutenu la candidature de Theresa May dès son lancement. Celle-ci doit annoncer rapidement les postes- clés de son entourage. Le ministre des Affaires étrangères sortant Philip Hammond, un eurosceptique modéré qui a fait, comme elle, campagne pour le maintien dans l'UE, pourrait devenir chancelier de l'Échiquier. Il ne semble pas partisan non plus de presser le mouvement: il a fait allusion à un divorce qui pourrait s'étaler sur quatre ans. Le Trésor sera un poste stratégique alors que le pays risque d'être confronté à une récession, à en croire les prévisions d'économistes. Le dogme de l'austérité budgétaire en vigueur depuis six ans risque d'en faire les frais. Le sortant George Osborne, pourrait, lui, s'il sauve sa peau, passer de l'Économie aux Affaires étrangères. Des postes seront réservés à certaines figures du Brexit, dont Andrea Leadsom, remerciée pour son sacrifice qui a précipité le couronnement de Theresa May, ainsi que Michael Gove et peut-être Boris Johnson.

    LE FIGARO

  • Loi Travail : des manifestants et des oeufs pour le meeting de Macron

     

    >Politique|12 juillet 2016, 19h41 | MAJ : 12 juillet 2016, 19h59|7

    Les manifestants accueillent Emmanuel Macron avec des slogans anti-loi travail. Et : « Le costard, le costard, le costard! » Ou encore : « Ma trahison ».

    Le Parisien/Pauline Théveniaud
     
     
      
     
     

    L'accueil se voulait chaud. Une centaine de manifestants contre la loi Travail ont accueilli avec des oeufs et des sifflets ce mardi soir vers 19 heures les participants au meeting d'Emmanuel Macron  à la salle parisienne de la Mutualité (Ve arrondissement). Contenus par les forces de l'ordre, ils ont lancé des slogans tels que « Le costard, le costard, le costard ! », ou encore : « La trahison » et brandi une pancarte où était écrit « Macron m'a tuer». 

    Massés sur la petite place devant cette salle réputée autrefois pour les rassemblements de gauche dans le Quartier latin, face à un cordon de policiers, plusieurs manifestants avaient des sacs remplis d'oeufs qu'ils lançaient à l'occasion sur les participants au moment de leur entrée. Des banderoles aux messages peu équivoques étaient brandies par des ultras : «Macron étron du capital» ou encore «Contre l'euro du fric et la loi des patrons».

      

    «Les bourgeois, les banquiers, c'est par là», a crié un manifestant en montrant l'entrée de La Mutualité, alors que des partisans du ministre, nombre d'entre eux en costume, attendaient de pouvoir entrer. «La fan zone du Medef», criait un autre. «Marcher avec vous, c'est reculer ! »  renchérissait un manifestant.

    A deux jours de l'allocution de François Hollande le 14 juillet et à neuf mois de la présidentielle, le ministre de l'Economie Emmanuel Macron réunit ce mardi soir son mouvement politique En Marche!. Trois mois après le lancement de son mouvement «transpartisan», qui reprend ses initiales, le ministre de l'Economie laisse savamment planer le doute sur ses intentions pour 2017, dans une posture de quasi-candidat.

    Alors qu'il était interrogé mardi sur ce meeting, le Premier ministre Manuel Valls, qui semble irrité par les sorties médiatiques de son ministre de l'Economie, a réagi vivement en affirmant qu'il «est temps que cela s'arrête...».

      leparisien.fr

    5962525_macron_1000x625.jpg

     

  • AUDIO - Marie-Christine Arnautu : Ma suspension, un simple prétexte !

    http://www.bvoltaire.fr/mariechristinearnautu/ma-suspension-un-simple-pretexte,271063?mc_cid=6f2a80fbbc&mc_eid=0b0d8f3739

     

    Marie-Christine Arnautu, vice-présidente du Front national, a été suspendue ce lundi pour quinze mois de ses fonctions dirigeantes au sein du bureau exécutif du parti. Conséquence de sa participation, le 1er mai dernier, à la réunion organisée par Jean-Marie Le Pen, considérée comme « concurrente » de celle de sa fille… Réaction de l’intéressée.

  • Meurtre d'Aurélie Fouquet : le frère de Redoine Faïd condamné à 20 ans de prison

    5960139_fouquet_1000x625.jpg

     

    >Faits divers|12 juillet 2016, 0h15 | MAJ : 12 juillet 2016, 0h45|0

    Aurélie Fouquet, jeune policière municipale, avait été tuée en mai 2010 à Villiers-sur-Marne (Val-de-Marne).

    LP
        

    Fisal Faïd, le frère du braqueur Redoine Faïd, a été condamné en appel lundi en Algérie à 20 ans de réclusion criminelle pour le meurtre de la policière municipale Aurélie Fouquet, selon nos informations.

    Il aurait été formellement reconnu par un témoin pendant le procès, comme ayant tiré sur la policière municipale.

     

    Le parquet avait requis une condamnation à perpétuité. Fisal Faïd, qui avait été acquitté en première instance,  avait fui en Algérie au lendemain de la fusillade de Villiers-sur-Marne, le 21 mai 2010.

     

    LE PARISIEN

     

  • Conférence de Marie-Christine Arnautu sur les Chrétiens d'Orient au Parlement européen (le résumé en 5 minutes)

    https://twitter.com/MCArnautu/status/751471269351153664?lang=fr

    A écouter!

  • Communiqué de presse du Bureau exécutif du Front National

      

    Communiqués / 11 juillet 2016 / Étiquettes : /
     

    En application de l’article 19 alinéa 3 des statuts du mouvement, le Bureau exécutif du Front national, réuni ce jour à Nanterre, a entendu Marie-Christine ARNAUTU. Le Bureau exécutif a décidé de suspendre Mme ARNAUTU de sa fonction de membre du Bureau exécutif pour une durée de 15 mois.

  • Le serment d’allégeance de Theresa May à Israël

    Le futur Premier ministre britannique a appliqué la "méthode Valls"

    Lundi 11 juillet, la presse internationale rapporte que Theresa May, secrétaire d’État à l’Intérieur du gouvernement du Royaume-Uni, est désormais seule en lice pour accéder à la tête du Parti conservateur et, en conséquence, au poste de Premier ministre [1].

    La spécificité de Theresa May : être la favorite de la communauté juive et sioniste de Grande-Bretagne selon un article, paru le 8 juillet (et aujourd’hui autocensuré sans explication), du site The Jewish News [2].

    En avril 2015, Theresa May avait fait sensation en participant chaleureusement au 67ème anniversaire de l’État d’Israël et en déclarant, à l’instar de Manuel Valls pour la France, que « sans les juifs, la Grande-Bretagne ne serait pas la Grande-Bretagne [3] ».

    Lors de la cérémonie, elle avait notamment rendu hommage au « sacrifice » des terroristes et criminels de guerre – positivement qualifiés de « combattants » – qui ont réalisé « l’indépendance » d’Israël [4].

    Le 18 janvier 2015, en compagnie des dirigeants de la communauté juive britannique, Theresa May avait également arboré l’affiche « Je suis juif » en solidarité avec les 4 victimes – enterrées en Israël – de l’attaque de l’Hyper Cacher.

    La dénommée Andrea Leadsom, la seule rivale de Theresa May – qui a annoncé aujourd’hui son retrait rapide de la course – était également membre, comme elle, de l’association des « Amis conservateurs d’Israël ».

    Cependant, Leadsom s’était distingué de May par une nuance considérable en critiquant – dès 2007 – « l’inacceptable domination d’Israël sur les Palestiniens [5] ».

  • Grande-Bretagne : Theresa May devrait devenir Premier ministre d'ici mercredi

    5925089_538e85b1266d1dc160f8c565c9eb2f9801a2b215.jpg Theresa May.jpg

     

    >International|11 juillet 2016, 17h22 | MAJ : 11 juillet 2016, 17h50|10

    La ministre de l'Intérieur de Grande-Bretagne Theresa May est désormais seule en lice pour devenir Premier ministre. Elle devrait même remplacer l'actuel Premier ministre David Cameron d'ici mercredi soir.

     
      
     
    InternationalRoyaume-UniBrexitTheresa MayAndrea LeadsomAngela Eagle
     

    La ministre de l'Intérieur de Grande-Bretagne Theresa May est quasi certaine de  devenir Premier ministre puisqu'elle reste seule en lice. Et c'est donc elle qui sera amenée à​​​​​ gérer le délicat dossier du Brexit.  Selon l'actuel Premier ministre David Cameron, Theresa May devrait occuper  cette fonction d'ici à mercredi soir :  «Nous aurons un nouveau ministre dans ce bâtiment derrière moi mercredi soir», a déclaré M. Cameron devant le 10 Downing Street, ajoutant qu'il présenterait sa démission à la reine mercredi après les questions au Parlement. 

     

    A LIRE EGALEMENT. Theresa May, la «nouvelle Thatcher»

     

    La course à la succession de David Cameron a en effet connu lundi un rebondissement spectaculaire avec le retrait de l'autre candidate encore en lice, la secrétaire d'Etat à l'Energie Andrea Leadsom.  Andrea Leadsom, une pro-Brexit, a jeté l'éponge lors d'une brève allocution devant la presse à Londres, seulement quatre jours après avoir été sélectionnée par les députés pour concourir aux fonctions de leader du parti conservateur et de Premier ministre britannique. 

       

    Reconnaissant que Theresa May avait recueilli davantage de soutien de la part des parlementaires tories, Andrea Leadsom s'est rangée derrière elle. «Elle est idéalement placée pour mettre en oeuvre le Brexit de la meilleure manière possible pour les Britanniques et elle a promis qu'elle le ferait», a déclaré la secrétaire d'Etat.

     

     Un processus de nomination accéléré

     

    Alors que les deux femmes auraient dû être départagées cet été par un vote des 150 000 adhérents du parti, ce retrait laisse à Theresa May le champ libre pour succéder au Premier ministre David Cameron, qui avait annoncé sa démission le 24 juin, peu après l'annonce du résultat du référendum sur l'UE. La confirmation de sa nomination à la tête des Tories doit toutefois faire l'objet de consultations au sein du parti, avait tenu à préciser dans la matinée l'un de ses responsables, Graham Brady.

     

    Pressé de questions pour savoir Theresa May pouvait être désignée Premier ministre dans la journée, ou d'ici la fin de la semaine, Graham Brady avait refusé de s'avancer. Les conservateurs britanniques avaient initialement annoncé vouloir désigner leur nouvelle dirigeante le 9 septembre mais le processus de nomination s'est significativement accéléré avec le retrait de son unique adversaire. Theresa May, une eurosceptique passée dans le camp du maintien dans l'UE pendant la campagne référendaire, a indiqué lundi qu'elle respecterait la victoire des pro-Brexit, laissant peu d'espoirs à ceux au Royaume-Uni qui réclament une deuxième consultation sur l'UE.

      

    Dimanche, la chancelière allemande Angela Merkel s'est montrée convaincue que le Royaume-Uni allait activer l'article 50 du Traité de Lisbonne pour officialiser sa décision de sortir de l'UE. «La décision est de mon point de vue tombée» quand les Britanniques ont dit en majorité qu'ils souhaitaient sortir de l'UE, a-t-elle dit.

    Chez les Travaillistes, une femme contre Corbyn

    La guerre des chefs se poursuivait en revanche du côté de l'opposition travailliste, après que la députée Angela Eagle eut annoncé sa candidature pour détrôner Jeremy Corbyn. Cette candidature ouvre la voie à de nouvelles élections pour désigner le chef du parti, dont les divisions ont été exacerbées par la victoire du Brexit. Triomphalement élu en septembre à la tête du Labour grâce au vote des militants, Corbyn n'a jamais réussi à s'imposer auprès d'une grande partie des cadres du parti, qui le jugent trop à gauche, et incapable de remporter des élections législatives.

     

    Sur le front économique, le ministre des Finances George Osborne devait se rendre lundi à New York pour convaincre de la volonté de son pays de maintenir un climat favorable aux affaires, malgré le Brexit, avant d'aller réitérer le message en Chine et à Singapour. Dans une tribune publié dans le Wall Street Journal, il a réitéré son souhait de diminuer l'impôt sur les sociétés au Royaume-Uni d'environ 20% actuellement à 15%, voire moins, malgré les critiques de plusieurs pays européens qui y voient une forme de dumping fiscal.

     

  • Le Mont Ventoux, Olympe de la Provence (1911 m)

    IMG_1767.JPG Mont Ventoux.JPG

    IMG_1768.JPG Mont Ventoux vu de l'hippodrome.JPG

    Le Mont Ventoux vu de l'hippodrome du Pontet  (Vaucluse)

    (Photos EB - 09 juillet 2016))

    Le Mont Ventoux s'étend sur environ 25 km d'est en ouest et sur 15 km du nord au sud.

    La première ascension jusqu'au sommet a été réalisée le 26 avril 1336 par le poète Pétrarque.

     

     

     

     

     

  • Brexit : pétard mouillé ou séïsme ? Par Guillaume Faye

    11 juillet 2016 par Guillaume Faye

    La victoire du Leave contre le Remain le 23 juin 2016, que même les bookmakers n’avaient pas prévue (52% avec une participation record de 75%), a été un camouflet pour l’intelligentsia. Cela dit, le référendum britannique est ambigu. Il peut être un coup d’épée dans l’eau ou un coup de massue pour la Grande Bretagne et l’Union européenne. Déjà une grave crise financière se profile…Voici un début d’analyse sur cet événement compliqué.   

    Ce peuple de souche qui vote mal

    Journalistes, intellectuels  ou politiciens ont fustigé ce vote anti-UE en des termes méprisants : victoire du ”populisme”, des ”incultes”, des ”petits Blancs”, voire des ”racistes”. L’argument est ouvertement anti-démocratique au nom bien sûr, de la ”vraie” démocratie, c’est-à-dire de son simulacre, l’ oligocratie, (c’est–à–dire, selon l’étymologie grecque, ”gouvernement d’une minorité”, qui se croit éclairée alors qu’elle est obscurantiste). Le peuple n’a pas voix au chapitre. Considéré comme une insolence du ”populisme”, du peuple de souche des zones rurales et des petites villes contre Londres et les centres urbains bobos et cosmopolites, le Brexit a été jugé avec effroi et mépris.

    Ivan Rioufol, qui s’indigne de « cette détestable UE, qui est en train de détruire l’Europe » (Le Figaro, 01/07/2016), cite les réactions de trois icônes de l’idéologie hégémonique, symboles de cette cosmopolite ”hyperclasse”. D’abord Bernard–Henri Lévy : « Ce Brexit, c’est la victoire non du peuple mais du populisme. Non de la démocratie, mais de la démagogie ». Autrement dit, la vraie démocratie n’est pas la volonté de la majorité des citoyens  mais celle des dirigeants politiquement corrects. Puis Jacques Attali : « C’est la dictature du populisme et de l’égoïsme des nations ». La Nation, voilà l’ennemi ; L’UE doit être une machine à broyer l’identité ethnique européenne commune.

    Enfin Alain Minc, le plus explicite – et le plus sot et méprisant : « Ce référendum n’est pas la victoire des peuples sur les élites, mais celle des gens peu formés sur les gens éduqués ». Sauf que ces ”gens éduqués”, dépourvu de bon sens, intellectuels hors sol, sont, selon ce mot profond d’argot français, des cons. Là où l’homme du peuple est au contraire intelligent, parce que son esprit n’est pas pollué par des abstractions brillantes mais stupides et parce qu’il est au contact de l’expérience quotidienne – comme l’immigration.   

    Les réactions de ces trois personnages traduisent à la fois un mépris total du peuple européen de souche (la plèbe enracinée) et une haine de classe d’une bourgeoisie cosmopolite déconnectée des réalités. Ajoutons que Luc Ferry, (Le Figaro, 07/07/ 2016) se réclamant de Montesquieu sans l’avoir lu, a ajouté son grain de sel à l’antipopulisme (anti–démocratie) en expliquant que le référendum était toujours une mauvaise chose parce que le peuple, non diplômé, ne comprenait rien à rien. Il est intelligent, Luc Ferry, lui, il pige tout…

    Un vote identitaire et affectif et non pas économique

    Les classes populaires anglaises ont voté contre le cosmopolitisme de l’Union européenne et, dans leur esprit, pour la restauration de leur souveraineté nationale. Pour François d’Orcival (Valeurs actuelles, 30/06 –06/07 2016) le vote en faveur du Brexit, a eu pour principale cause l’immigration, avec la vague invasive de 2016, encouragée par une Angela Merkel délirante et une Commission européenne décrétant des quotas d’admission, organisant cette invasion ! Sans oublier les ”travailleurs détachés” d’Europe de l’Est.

    Le Brexit a emporté le référendum contre les arguments économiques (risque de récession grave) et pour des raisons d’identité ethnique et nationale. L’électorat populaire a donc été plus sensible aux questions identitaires , qu’aux considérations matérialistes, économiques et financières, même au risque d’une crise. C’est un point important à noter pour les politologues… Contrairement à la bourgeoisie cosmopolite, le peuple enraciné ne pense pas ”fric d’abord”. Mais ”identité d’abord”. Cela dit, le vote en faveur du Brexit comporte des ambiguïtés avec des conséquences imprévisibles. Passeport pour l’inconnu, bienvenue dans le train fantôme.

    Le Brexit est logique : la Grande Bretagne est euro–incompatible.

    Au départ, l’Europe des Six des fondateurs (Allemagne fédérale, Belgique, France, Italie, Luxembourg, Pays-Bas) était ”carolingienne”– plus ou moins consciemment la reconstitution de l’empire continental de Charlemagne ; et donc incompatible avec la thalassocratie britannique. Dans sa conférence de presse du 14 janvier 1963, le général de Gaulle expliquait son veto à l’entrée de la Grande Bretagne dans la Communauté européenne par l’antagonisme entre une Europe continentale et un Royaume Uni marchand, thalassocratique, géopolitiquement anti-européen et vassal des Etats-Unis, son ancienne colonie.

    De Gaulle avait prévu que les Britanniques ne joueraient jamais sincèrement le jeu européen mais celui de l’Amérique. Il est tout à fait normal qu’Obama ait combattu le Brexit, car l’intérêt des USA était que la Grande Bretagne reste dans l’UE comme cheval de Troie américain.

    La Grande Bretagne n’a jamais vraiment fait partie de l’UE. Un pied dedans, un pied dehors. Elle n’a pas adopté l’Euro, ni les accords de Schengen de libre circulation intérieure, ni 60% des accords financiers, avec une contribution au rabais. Les Britanniques – principalement les Anglais – schizophrènes, n’ont jamais su s’ils étaient Européens ou pas. Leur drame, c’est qu’ils manifestent un souverainisme sourcilleux vis-à-vis de l’UE ( et ils ont raison) mais qu’ils ont abandonné leur souveraineté stratégique aux mains des dirigeants américains ! Allez comprendre…       

    L’Union européenne a trahi l’idée européenne

    L’idée d’union européenne était au départ bien pensée. Ce sont les gouvernements des pays européens, auteurs des dérives institutionnelles, politiques et idéologiques qui sont responsables des ratages et non pas ” Bruxelles”.

    Au départ, avec la politique agricole commune et la philosophie d’un protectionnisme continental, la Communauté européenne s’était engagée dans la bonne direction. Elle est aujourd’hui totalement abandonnée : la Commission a adopté le libre-échangisme débridé au détriment des nations d’Europe. Les négociations (totalement opaques) pour le traité de libre échange transatlantique (Tafta) sont la preuve d’une soumission aux USA de la part d’une Commission européenne où la corruption et le lobbying américain font des ravages. M. Junker, le président de la Commission, n’est pas un modèle de transparence…

    Totalement absurdes, les institutions européennes (avec beaucoup trop de ”commissaires” inutiles pour plaire à tous les pays) n’ont aucun Directoire efficace et sont antidémocratiques. Elles ne sont pas construites en fonction des besoins réels des nations et des peuples d’Europe mais pour servir les intérêts d’une caste eurocrate privilégiée (technocratique et parlementaire) qui comporte paradoxalement nombre d’europhobes qui profitent du système.

    Dès les années 50, il y avait deux visions de l’Europe. D’abord celle des fondateurs, Maurice Schumann, Alcide De Gasperi et Konrad Adenauer : une Europe carolingienne réduite à six, avec protectionnisme extérieur et maintien des frontières intérieures. Cette Europe a été progressivement éliminée au profit du modèle de Jean Monnet (agent avéré du gouvernement de Washington) qui a malheureusement prévalu sur celle des pères créateurs : une Union européenne purement mercantile, technocratique et déracinée, élargie à près de trente États et dirigée par une Commission non démocratique à la réglementation ubuesque. Donc une grosse méduse paralysée.

    Il ne faut donc pas confondre le projet initial de Communauté européenne des nations et l’Union européenne actuelle, une anti–Europe en réalité, fruit des gouvernements européens et de leurs politiciens.

    La possibilité d’une neutralisation en douceur du Brexit

    Plusieurs référendums européens contre l’UE, notamment en France et aux Pays–Bas, ont été invalidés, de manière totalement antidémocratique. Le traité de Lisbonne, ratifié en 2007 par le Parlement, a violé le référendum français de 2005 qui refusait la Constitution européenne. Il est fort possible que le Brexit subisse le même sort. Il existe donc une hypothèse que la sortie de la Grande Bretagne de l’UE soit formelle (juridique) mais non réelle.   

    On peut envisager que ce référendum britannique, surtout avec la crise financière qu’il provoque, ne soit pas suivi d’effets. Déjà David Cameron refuse d’utiliser l’article 50 du Traité de Lisbonne qui entame le divorce d’un pays membre avec l’UE. Si son successeur le fait, il y aura deux ans de négociations avant le départ effectif du Royaume Uni.

    Le futur gouvernement britannique qui négociera le divorce va cyniquement essayer de maintenir tous les avantages (place financière de la City de Londres autorisée à traiter dans toute l’UE, accès sans douanes au marché unique, etc.) en se débarrassant des inconvénients, notamment la contribution au budget de l’UE. Le Brexit peut donc s’évanouir comme un hologramme virtuel.

    Avis de décès pour le Royaume Uni ?

    La Grande Bretagne (le Royaume Uni, UK), dit-on, risque d’être démantelé, du fait de la sécession possible de l’Écosse et de l’Irlande du Nord (Ulster) qui rejoindrait l’Eire, la république irlandaise membre de L’UE. Ces deux nations du Royaume Uni veulent majoritairement rester dans l’Union européenne, sans parler du cas de Gibraltar qui, à 98%, souhaite demeurer dans l’UE. Un nouveau référendum écossais de séparation avec le Royaume–Uni est envisagé. Le problème, c’est qu’une Écosse indépendante qui voudrait demander son adhésion à l’UE se heurterait à un véto de l’État espagnol, à cause d’une contagion possible vers une Catalogne indépendantiste. Sans parler du passage de l’Écosse à l’euro, autre casse–tête. On le voit : la situation est insoluble. 

    Bref, le référendum pour le Brexit peut avoir pour conséquence la fin du Royaume Uni. La reine (ou le futur roi) ne règneraient plus que sur l’Angleterre et le Pays de Galles. Cette amputation de la Grande Bretagne serait pour l’Europe un choc géopolitique et historique majeur. Qu’on songe aux conséquences sur l’Otan…

    L’Union européenne n’est plus crédible et peut disparaître

    L’Union européenne ressemble à un monstre politique ou plutôt apolitique. Pourquoi l’UE peut-elle disparaître ? Parce que, comme l’URSS, elle est une utopie ; une utopie technocratico–libérale quand l’URSS était une utopie technocratico–socialiste (ou ”communiste”, c’est la même chose). Dire cela, n’est pas du tout se montrer ”anti-Européen” ou paléo–nationaliste. L’Europe unie est un dessein profond (que Kant lui-même avait souhaité) mais la manière dont elle s’est édifiée sur le projet idéologique de Jean Monnet s’avère catastrophique et, au fond, parfaitement anti-européen. Et anti–démocratique.

    Augmenter encore le nombre les membres de l’UE, en intégrant quatre nouveaux petits pays des Balkans alors qu’elle est déjà ingouvernable à 28, n’est plus sérieux. Comme d’admettre la Turquie du semi–dictateur islamique Erdogan avec laquelle les négociations continuent.

    Une bureaucratie technocratique et hyper réglementariste impose un libéralisme concurrentiel, ce qui constitue une contradiction totale. Et fait éclater de rire nos compétiteurs américains. Non seulement, il n’y a plus aucune protection des frontières (dogme libre-échangiste) mais l’UE encourage et organise l’invasion migratoire – avec la complicité de la chancelière Merkel, il est vrai ! Instance non élue, parfaitement anti–démocratique, la Commission s’est attribuée l’autorité régalienne du Conseil. Le Parlement de Strasbourg, aux compétences floues, indéfinies et aux pouvoirs inconsistants, ne sert à rien sauf à fournir des privilèges exorbitants à ses membres et à leur entourage.

    Jacques Delors, ancien président de la Commission européenne, s’avouait avec cynisme l’architecte d’un « despotisme doux ». La preuve du caractère antidémocratique, voire despotique, de cette Commission européenne a été administrée le 4 mai 2016 par la proposition de répartir autoritairement sans l’avis des peuples autochtones les ”réfugiés” et ”migrants” (envahisseurs pour parler clair) sous peine d’une amende de 250.000 € par étranger refusé ou refoulé ! Hallucinant.

    Inventer une autre Europe

    L’idée de construction européenne a été ruinée par des forces en réalité anti-européennes. Le refus d’admettre les ”racines chrétiennes” de l’Europe par l’UE est un symbole. L’Europe est voulue sans enracinement, ouverte à toutes les invasions migratoires et sans protection économique. L’Union européenne, ou Europe passoire, fut un moyen objectif et volontaire de détruire l’Europe historique et ethnique des nations. Sous le regard bienveillant de Washington… 

    Le Front national et tous les souverainistes souhaitent la disparition de l’Union européenne actuelle, cette usine à gaz aberrante, mais ils n’ont pas de solution de rechange claire. L’Europe des Nations, c’est-à-dire une nouvelle Union Européenne, n’a jamais été pensée sérieusement.

    Si elle ne se transforme pas profondément, l’Union européenne risque la mort probable. Car sa balance avantages/inconvénients est de plus en plus négative. L’Union européenne aura néanmoins amélioré les économies des pays de l’Est et du Sud et augmenté leur PIB avec des avalanches de subventions. Mais c’est un résultat mineur, passager. À moyen et long terme l’idée d’Union européenne est à revoir intégralement. La probabilité la plus forte est que l’UE va se décomposer. Il va falloir inventer autre chose. 

    On répète partout que l’UE a évité de nouvelles guerres entre Européens comme 1914–1918 ou 1939 –1945. Mauvais argument. Même sans l’UE, de nouvelles guerres intra-européennes n’auraient pu avoir lieu. La prochaine guerre – très compliquée– opposera Européens et musulmans. D’ailleurs, elle a déjà commencé en sourdine.

    Maintenant, après le Brexit, ils veulent ”refonder l’UE” sur de nouvelles bases. Ils ne sont pas crédibles, pas plus que des ivrognes qui jurent qu’ils ne boiront plus.  L’histoire inventera d’autres solutions.

  • La Suède, pays le plus tolérant et progressiste du monde !

    Schwedische-Koenigsfamilie-Victoria-Sofia-gross-1550x660.jpg

     

     

    C’est vrai, la Suède demeure un pays « avant-gardiste », mais en tant que canari occidental dans la mine multiculturelle.

     

    Aussi loin que je puisse me souvenir, la gauche française a souvent cité la Suède comme étant « avant-gardiste » et « un modèle de société à suivre ». Déjà, en 1975, le pays fut l’un des premiers à inscrire fièrement dans sa Constitution le principe de multiculturalisme. Une génération de diversité plus tard, les crimes violents ont augmenté de 300 % et les viols de 1.472 %, alors que la population a seulement augmenté de 18 % (essentiellement via l’immigration). Aujourd’hui, la Suède est le deuxième pays du monde en matière de viols, dépassée seulement par le Lesotho en Afrique australe.

    Ces statistiques se sont une nouvelle fois illustrées, le week-end dernier, lors du plus grand festival de musique en Suède (Bråvalla Festival), lors duquel 40 adolescentes de 12 à 17 ans ont porté plainte pour « agression sexuelle », dont cinq pour viol.

    Une des victimes, Alexandra Larsson, 17 ans, déclara au MailOnline : « En quittant le festival, il y avait des filles en larmes tout autour de moi. » Plus loin, elle insiste : « Je pense qu’il y a des centaines de victimes », nous faisant donc douter du nombre officiel de victimes… Elle finit par avouer : « Ils [les agresseurs] étaient des immigrés. Je déteste devoir le dire, mais c’est la vérité. »

    Dans le même temps, la Suède se targue d’être le pays le plus féministe au monde ! Le site Web du gouvernement dit même que la Suède mène « une politique extérieure féministe ». Pourtant, le fait d’évoquer qu’il faudrait ne serait-ce que discuter des violences sexuelles émanant des migrants semble impossible. Au contraire, on y dénonce « la violence masculine en général ».

    Quant à la police, dans un rapport publié en mai 2016, elle estime que les migrants sont victimes de la « culture nordique de l’alcool ». En effet, l’alcool étant prohibé dans de nombreux pays d’où viennent les migrants, il est logique de penser qu’« ils ne savent pas gérer l’alcool » (sic), ce qui les rend « surexcités » et « remplis de sentiments d’égarement » et, donc, ils « ignorent les conséquences de leurs actes pour les filles ». Ce même rapport indique que la majorité des victimes sexuelles sont des filles de moins de 15 ans…

    La Suède, tout comme le reste de l’Occident, est dans le déni. Pourtant, le discours politique qui voit en tout migrant une victime est en train s’effondrer, même là-bas. Car il devient évident aux yeux des peuples que le pouvoir choisira toujours la « souffrance » du migrant sur n’importe quelle autre souffrance, y compris le viol de femmes ou d’enfants.

    En mars dernier, la Norvège avait déclaré très officiellement qu’elle se préparait à l’effondrement de la Suède… La Norvège s’était dit « prête » à abandonner la Convention de Genève si la Suède s’effondre sous le poids de l’immigration afro-musulmane. La frontière sera alors fermée par la force et les migrants clandestins seront repoussés sans exception. « Nous sommes préparés pour le pire », avait affirmé Erna Solberg, Premier ministre…

    C’est vrai, la Suède demeure un pays « avant-gardiste », mais en tant que canari occidental dans la mine multiculturelle.

    BV

    (merci à Dirk)

  • Abattage rituel: l'aveu d'impuissance de Stéphane Le Foll

    http://fr.novopress.info/202371/abattage-rituel-laveu-dimpuissance-de-stephane-foll/?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+novopressfrance+%28%3A%3A+Novopress.info+%7C+Agence+de+presse+ind%C3%A9pendante%29

  • Le déshonneur de l’Éducation nationale bat un nouveau record: 88,5 % d’admis au baccalauréat

    Avec 88,5% des candidats admis après les épreuves de rattrapages, le baccalauréat 2016 passe devant l’édition 2014, qui avait établi le précédent record avec un taux de réussite de 87,9%.

    Le bac 2016 entre dans l’histoire. Après le deuxième tour d’épreuves, qui correspond aux oraux de rattrapages, 88,5% des candidats ont été admis, un niveau record. Le précédent record avait été établi lors du bac 2014, avec un taux de réussite de 87,9%. Prochaine étape, la barre des 90% d’admis ? Avec les nouvelles règles en vigueur, qui permettent aux candidats recalés de conserver leurs notes supérieures à la moyenne l’année suivante, pas de doute que le taux de réussite au baccalauréat devrait encore augmenter dans les années à venir.

    Selon les chiffres quasi définitifs publiés ce samedi par le ministère de l’Éducation nationale, avec 88,5% d’admis, le taux de réussite global à cette session de juin est en hausse de 0,7 point par rapport à 2015. Cette session permet à 632 700 candidats de devenir bacheliers.

     

    fig-da18a.jpg

     

     

    Lire la suite de l’article sur etudiant.lefigaro.fr

  • Le message audio du fils de Ben Laden provient d’un groupe israélo-américain

     

    Dimanche 10 juillet, la presse internationale rapporte l’apparition en ligne d’un enregistrement sonore imputé à Hamza ben Laden et intitulé « Nous sommes tous Oussama ».

    La voix promet de « venger » la mort d’Oussama ben Laden « au nom de tous ceux qui défendent l’islam ».

    La source de cette découverte selon la presse traditionnelle ?

    Un groupe dénommé « SITE », présenté comme un centre indépendant de surveillance des activités islamistes sur Internet et dirigé par Rita Katz, propagandiste israélo-américaine [1].

    SITE avait déjà annoncé la pseudo-réapparition d’Hamza ben Laden en août 2015 et mai 2016 [2].

    Ce groupe fut également le premier à « découvrir » la prétendue revendication des attentats du 13 novembre par Daech [3].

    Depuis 2001, SITE constitue une sorte de service après-vente de l’opération israélo-américaine du 11 Septembre : il est régulièrement à l’origine de la diffusion de messages audio ou de vidéos imputés à Oussama ben Laden et ses pseudo-successeurs.

  • Rôti de porc : Merkel appelle les migrants à la tolérance

    482987schweinebraten.jpg

     

    15h28

    La chancelière fédérale Angela Merkel (CDU) a appelé les migrants à la tolérance envers les habitudes alimentaires allemandes, telles que la consommation de viande de porc. « Il faut veiller à ce que la diversité du choix continue d’être préservée », a dit Merkel dans son nouveau message vidéo.

     

    La société peut respecter le fait que quelqu’un ait certaines coutumes ou certaines règles. « D’un autre côté, cela ne doit naturellement pas conduire à des restrictions pour ceux qui ont d’autres règles », a souligné la chancelière.

    Merkel a fait également référence aux propositions de ne plus servir, par égard pour les musulmans, de plats avec de la viande de porc dans des cantines scolaires. « La tolérance implique aussi que nous ne soyons pas obligés de modifier maintenant nos habitudes alimentaires. » Mais il serait en contrepartie tout à fait indiqué de signaler [les produits] qui contiennent de la viande de porc.

    [...]

    (Traduction Fdesouche)

    Source

    NdB: Comment le peuple allemand peut-il tolérer que leur Chancelière s'aplatisse à ce point devant les envahisseurs musulmans?

     

     

     

  • Paris : affrontements et incendies à la Tour Eiffel (Màj : affrontements sur les Champs-Élysées)

    http://www.fdesouche.com/747429-paris-des-incidents-autour-de-la-fan-zone-de-la-tour-eiffel

    La racaille se déchaîne sur la fan zone et aux Champs Elysées, attaque les forces de l'ordre et exhibe le drapeau algérien!

    Voir photos, tweets, vidéos

    IMG_1781.JPG Fan zone Paris dr. algérien.JPG

     

  • Le FN laissera-t-il insulter les pieds-noirs impunément ?

    pieds-noirs.jpg

     

     

    Alexandre Benoît salit votre image et vous fait perdre des voix qui vous seront bien utiles l’an prochain.

    Ecrivain
     
     
     

    À titre posthume, on devient presque toujours un être exceptionnel, une figure marquante d’une époque, même lorsqu’on a été critiqué, vilipendé, mis au placard, etc. N’est-ce pas le cas de Michel Rocard ? Il a, paraît-il, fait des réformes extraordinaires… puisque nos élites le disent !

    Ce que je retiens surtout de Rocard, c’est qu’il se vantait d’avoir participé au financement du FLN, ennemi de la France, au cours de la guerre d’Algérie, lui permettant de se procurer des armes et des explosifs qui ont tué de jeunes appelés français, vos enfants métropolitains, nos enfants, alors que François Mitterrand, lui, faisait exécuter des dizaines de terroristes (45 personnes ont été guillotinées tandis qu’il occupait les fonctions de garde des Sceaux).

    Mais ces Français qui étaient assassinés en Algérie n’étaient pas « de simples Français, mais des colons et Rocard, l’étudiant décolonisateur, avait vu et agi juste ».

    Non, ce n’est pas un socialiste, un gauchiste qui a prononcé de tels propos. Si l’on en croit le journal Minute, il a ensuite ajouté : « J’ai un mépris total pour ces “pieds-noirs” qui ne savent que geindre sur leur petit sort de colons illégitimes. Et puis on ne mène pas une révolution légitime sans couper les couilles de quelques salauds de colons, pas vrai ? »

    Si l’on devait couper les couilles de tous les salauds, Alexandre Benoît – puisque c’est de lui qu’il s’agit – n’en aurait plus depuis longtemps…

    C’est lui, assistant parlementaire de la députée européenne FN Sophie Montel, conseillère régionale de Bourgogne-Franche-Comté et seconde de la liste de Florian Philippot, qui a insulté une communauté tout entière, dont la majorité se range derrière le Front national depuis sa création.

    Alors, c’est à vous que je m’adresse, à vous les dirigeants de ce FN qui espérez nos voix en 2017, à vous Marine, Nicolas Bay, Marion Maréchal, Louis Aliot, Gilbert Collard et, surtout, Florian Philippot, puisque Sophie Montel est votre seconde :

    « Foutez-moi dehors ce “sans-couilles” qui salit le parti que vous représentez, ce parti qui nous représente sans faille depuis des décennies. Alexandre Benoît salit votre image et vous fait perdre des voix qui vous seront bien utiles l’an prochain. »

    Boulevard Voltaire