Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/12/2015

L'entrée dans le domaine public du «Journal d'Anne Frank» fait débat

5170955_6b63e7364fb28625abfcc81960cf388a87cd04c3_545x460_autocrop.jpg anne frank.jpg

 

| MAJ :

réagir
 

Le tribunal d'Amsterdam a estimé que les textes originaux du «Journal d'Anne Frank» pouvaient être copiés à des fins de recherches scientifiques par la Maison Anne Frank et l'Académie néerlandaise des sciences, a-t-on appris ce mercredi. Le jugement ne porte néanmoins pas sur la durée du droit d'auteur dont la question fait débat

Le «Journal d'Anne Frank», écrit par l'adolescente juive de 13 ans entre juin 1942 et août 1944 pendant qu'elle se cachait avec sa famille à Amsterdam, a été publié pour la première fois en néerlandais par son père, Otto Frank, en 1947. Il a été traduit dans plus de 70 langues. 

La législation prévoit qu'une oeuvre tombe dans le domaine public le 1er janvier suivant les soixante-dix ans de la mort de son auteur «ou du dernier auteur survivant». Anne Frank étant morte en 1945 au camp de concentration de Bergen-Belsen (Allemagne), son texte devrait devenir libre de droit en 2016. Mais le Fonds Anne Frank, situé à Bâle et fondé en 1963, n'est pas de cet avis.

Pourquoi ça coince

Le détenteur des droits estime que le texte est une «oeuvre posthume», publiée longtemps après la mort de la jeune fille. Avant la publication du texte, le père d'Anne Frank a supprimé des passages jugés trop personnels, pour la fondation suisse il est ainsi devenu co-auteur ce qui ferait tomber «Le Journal d'Anne Frank» dans le domaine public seulement en 2051.

Olivier Ertzscheid, maître de conférences en sciences de l’information, s'est ému début octobre sur son blog que le Journal n'entre pas dans le domaine public. Il a par ailleurs diffusé le texte dans son intégralité, ce qui est illégal. Une initiative suivie par d'autres personnalités, mais que le Fonds n'a pas laissé passer, mettant ses avocats sur le coup. Le maître de conférences maintient sa position et souligne le symbole que cela représente alors que «Mein Kampf» entre dans le domaine public le 1er janvier

Le jugement change-t-il les choses?

«Le Fonds et la fondation se sont mis d'accord avant le jugement», a expliqué l'un des membres du conseil d'administration, Yves Kugelmann : «Certaines parties du texte ont été publiées aux Pays-Bas pour la première fois en 1986, elles sont donc protégées jusqu'au 1er janvier 2037, soit 50 ans après la publication initiale, comme le prévoit la législation néerlandaise».

Le Fonds Anne Frank demandait au tribunal d'empêcher la fondation Anne Frank, qui gère notamment le musée à Amsterdam, de publier les textes dans le cadre d'une recherche scientifique. «Dans sa décision, le tribunal a pris en considération deux droits fondamentaux : les intérêts du Fonds pour le maintien des droits de propriété intellectuelle et la liberté de recherche scientifique», ont expliqué les juges dans leur décision, prise plusieurs jours avant sa publication sur l'internet.

La fondation et l'Académie néerlandaise des Sciences, elles, sont «heureuses que la loi sur le droit d'auteur ne puisse être utilisée pour contrecarrer des recherches scientifiques». 

LE PARISIEN

21:38 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

Inès de la Fressange et Denis Olivennes poursuivis par leur gouvernante

5490004.jpg

 

 

Inès de la Fressange connaît de nouveaux soucis avec sa maison de Tarascon. Le Canard enchaîné révèle que la domestique qui y travaillait l'attaque aux Prud'hommes pour travail dissimulé et licenciement abusif.

Les ennuis continuent pour Inès de la Fressange et son compagnon Denis Olivennes. Après avoir été condamnés en août dernier par la Cour d'appel d'Aix-en-Provence à détruire l'annexe de leur maison de Tarascon, construite sans permis dans un espace protégé, c'est maintenant aux Prud'hommes qu'ils doivent rendre des comptes.

Selon le Canard enchaîné, Chantal Moreau, 55 ans, "femme à tout faire du domaine depuis mai 2013", a porté plainte contre ses employeurs, qui l'ont limogée en septembre. Celle qui "veille sur le mas, sa piscine et son parc de 9 hectares,...

Lire la suite sur L'Express

21:31 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Afrique du Sud : ils sont chassés de leur ferme par les migrants qu’ils ont accueillis

AF SUD.jpg

 

J-2

 

Deux gauchistes blancs sud-africains qui ont ouvert leur ferme à des centaines de centrafricains qui avaient fui des « violences xénophobes » ont dû s’échapper car ils craignaient pour leur vie. Les «réfugiés» qu’ils ont accueillis ont pris possession physiquement de la ferme.

(…)

New Observer

Merci à Captain Haddock

03:54 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Déchéance de nationalité: le "baiser de la mort" du FN à Hollande

400b4cc4c73bd039a9f0ebae0e6a0.jpg

 

 
 
 
 
 

Depuis que François Hollande a décidé d'étendre la déchéance de nationalité aux binationaux français, le FN se réjouit ouvertement de la mesure. De quoi gêner un PS déjà très divisé sur la question.

02:45 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Entretien avec Robert Ménard : « Que fait donc SOS Racisme à part porter plainte ? »

Robert Ménard s’explique sur les raisons de sa condamnation des patrouilles musulmanes organisées le 24 décembre au soir pour protéger les églises de Béziers.

BOULEVARD VOLTAIRE

 

01:02 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

A propos des « racines en partie chrétiennes » de la Corse, selon le journal La Croix

Corse-Carg--se-Eglise_latine-1200x648.jpg corse.jpg

 
 
La lecture du journal La Croix, je l’avoue, est à vous faire parfois désespérer d’être catholique.

Sans mauvais esprit, surtout en ce temps de Noël, la lecture du journal La Croix, je l’avoue, est à vous faire parfois désespérer d’être catholique. Ainsi, Mme Isabelle de Gaulmyn y a commis un papier le 27 décembre intitulé « Confusions corses » suite aux incidents que nous savons. Je vous laisse aller le découvrir sur internet. Cette journaliste, « spécialiste des questions religieuses » et qui a son rond de serviette dans l’émission C dans l’air, n’hésite pas à dire que les discours « identitaires » que l’on entend d’Ajaccio à Béziers « ne sont que la pâle réplique de l’idéologie sinistre convoyée par Daesch, visant à anéantir sur ses terres tous ceux qui n’ont pas la même foi. » On vous l’a dit et répété depuis les régionales…

Mais c’est la fin de cet article qui a retenu toute mon attention. « La Corse, pas plus que la France, n’est une « terre chrétienne ». C’est un pays aux racines en partie chrétiennes, certes. Mais un christianisme qui a toujours placé au premier rang de ses valeurs l’accueil de l’étranger, jusqu’à reconnaître cet étranger comme l’un des siens. » Car bien évidemment, Mme de Gaulmyn, en plus d’être une « spécialiste » des religions, est certainement une grande connaisseuse de la Corse et de son histoire.

Pour ma part, je n’ai pas cette prétention mais durant mes nombreux voyages sur cette île (le premier remonte à 1977), j’ai toujours été frappé par la profusion d’églises, de chapelles, de tombeaux disséminés dans la périphérie des villages et surmontés d’une croix. Par ailleurs, l’histoire nous apprend que le diocèse d’Ajaccio fut fondé au troisième siècle (après Jésus-Christ, je précise peut-être pour Mme de G. !), un siècle à peine après celui de Lyon. Excusez du peu. La Corse donna sept saints à l’Eglise, dont Sainte Dévote, patronne de Monaco, sur l’autel de laquelle la princesse Charlène alla déposer son bouquet de mariée !

Notons qu’aux VIIIe et XIe siècles, la Corse eut à faire face à l’étranger. Je veux évoquer les raids des Sarrasins, obligeant la population corse à émigrer à l’intérieur des terres. Puis le Turc succéda au Sarrasin à partir du XVIe siècle dans ces opérations de pillage. Des dizaines de tours furent alors construites sur le littoral pour prévenir ces razzias.

Si les Corses ont montré « un christianisme qui a toujours placé au premier rang de ses valeurs l’accueil de l’étranger, jusqu’à reconnaître cet étranger comme l’un des siens », pour reprendre verbatim la phrase toute faite de Mme de G., ce ne fut pas en ouvrant ses portes au Sarrasin et au Turc mais au Grec chrétien, chassé par les Ottomans de sa terre ancestrale du Péloponnèse au XVIIe siècle. Les descendants de ces 600 Grecs habitent encore en Corse, dans le village de Cargèse où la messe est toujours célébrée dans le rite byzantin.

Voilà donc pour les « racines en partie chrétiennes » de la Corse.

On serait donc heureux que Mme de G. prenne une pioche, et non pas un stylo, pour nous sortir de terre ces « racines en partie non chrétienne » de la Corse.

Mais qu’on me pardonne, j’allais oublier. Connaissez-vous l’hymne de la Corse adopté par les chefs nationaux au XVIIIe siècle et encore chanté aujourd’hui sur l’Île de Beauté ? Il s’agit du Dio vi salvi Regina. En français : Que Dieu vous garde Reine. Et spécialement pour Mme de G. du journal La Croix, en latin, s’il vous plaît : Salve Regina…

 
BOULEVARD VOLTAIRE

00:44 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

29/12/2015

Finlande : La route de l’Arctique fermée aux migrants

 

13h04

Les routes du nord deviennent très difficiles pour les migrants avec l’hiver : la Finlande a fermé ses frontières du nord. Des douzaines de réfugiés du Liban, d’Afghanistan ou de Syrie sont donc coincés côté russe, malgré le froid.

23:46 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Presse et immigration : Alain Escada interroge une journaliste proche d’Aube dorée

http://www.egaliteetreconciliation.fr/Presse-et-immigrati...

2 VIDEOS à voir absolument - particulièrement la seconde sur l'afflux des "réfugiés" en Grèce

 

21:38 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Attentats de Paris : les confessions glaçantes de l'épouse de Samy Amimour

 

Dans une série de courriels découverts par les enquêteurs, Kahina, 18 ans, se félicite du sacrifice de son mari, l'un des trois kamikazes du Bataclan, avant de menacer d'autres attaques sanglantes.

I.G. | | MAJ :

1/2 réagir
138
Exclusif
Samy Amimour.
Samy Amimour. DR
 

 

 
 
 
 

« Je suis tellement fière de mon mari et de vanter son mérite, ah là là, je suis si heureuse... » Ces mots seraient banals s'ils n'étaient pas lancés par la femme d'un kamikaze. Kahina, une lycéenne francilienne de 18 ans partie en Syrie à l'automne 2014, est l'épouse religieuse de Samy Amimour, l'un des terroristes du Bataclan, rencontré alors qu'il était encore en France. Dans une série de courriels glaçants adressés à l'une de ses anciennes connaissances et que les enquêteurs ont découverts dans le cadre des investigations sur les attentats du 13 novembre, elle dit s'émerveiller de son quotidien au sein de Daech, s'enorgueillit du « sacrifice » de son mari, avant de mettre en garde contre de nouvelles attaques sur le sol français.

Kahina aurait fait la connaissance de Samy Amimour en Seine-Saint-Denis dans un bus conduit par le chauffeur de la RATP. La date n'est pas connue, mais cette rencontre coïnciderait avec le début de sa radicalisation, courant 2013. Bonne élève, elle serait restée en contact sur Internet avec le machiniste parti en Syrie en septembre 2013, avant d'abandonner sa scolarité en pleine année de terminale pour le rejoindre et devenir sa femme.

«Bientôt, inch Allah, la France va savoir c'est quoi la guerre chez elle»

Le couple s'installe d'abord à Raqqa, puis déménage à Mossoul l'été dernier, une grande ville d'Irak sous contrôle de l'organisation Etat islamique. C'est à cette période qu'elle reprend contact avec une ancienne connaissance, pour « donner des news ». Son ton n'est d'abord pas menaçant mais trahit son degré d'endoctrinement, le message contenant tous les codes de la propagande de l'EI. « Avant de partir, quand j'étais en Syrie, la coalition et Bachar avaient tapé pas très loin de chez moi... Les dégâts, comme d'habitude, femmes et enfants. Que des civils quoi. [...] Au fond, c'est une guerre contre l'islam pure et dure, pas contre le terrorisme. »

La suite de son récit déroule son quotidien supposé en terre de « Sham », là encore, dans la droite ligne de la propagande diffusée par le groupe jihadiste. « J'ai un appart tout meublé avec cuisine équipée, deux salles de bains toilettes, et trois chambres, et je paye pas de loyer, ni l'électricité et l'eau. La belle vie quoi !!! [...] Et toutes les villes que j'ai faites, en Syrie et maintenant en Irak, je n'ai pas vu un seul mendiant ! [...] Tu sais pourquoi ? Parce que les biens sont tellement bien distribués équitablement que tout le monde vit bien. »


Comme pour nuancer le paradis qu'elle vient de décrire, elle raconte ensuite les bombardements et met en garde contre une riposte sanglante à venir. « Une fois, quand j'étais en Syrie, j'étais au souk tranquille et d'un coup on entend un bruit énorme une explosion énorme ! [...] Pour le moment ils envoient leurs avions, et vous en France et ailleurs vivez bien, et les gens ici meurent, c'est injuste. Bientôt, inch Allah, la France et toute la coalition vont savoir c'est quoi la guerre chez elle. [...] Vous nous tuez, on vous tue, l'équation est simple. »

«Tu nous tues, je te tue»


La femme du jihadiste ne donne plus de nouvelles pendant quelques semaines. Jusqu'au 16 novembre, trois jours après l'attentat du Bataclan commis par son époux, et dont elle se réjouit. « T'es choqué des attentats ? LOL. Un des kamikazes du Bataclan était mon mari Samy Amimour, il s'est fait exploser hamdulillah... Tu veux toujours continuer à te pavaner sur Panam ? » Dans son dernier courriel, deux jours plus tard, elle développe cette fois l'admiration qu'elle ressent pour Samy. « J'étais au courant depuis le début, et j'ai encouragé mon mari à partir pour terroriser le peuple français qui a tant de sang sur les mains. [...] Rien ne sera plus comme avant. [...] J'envie tellement mon mari, j'aurais tellement aimé être avec lui pour sauter aussi. »

En guise de conclusion, Kahina qui, depuis les attentats, a donné naissance à un enfant, se lance dans une glorification morbide de la violence, se montrant plus que jamais menaçante. « La vie, c'est pas paix, paix, paix, amour, bisou. Tu nous tues, je te tue, tu nous combats, je te combats. [...] Tant que vous continuerez à offenser l'islam et les musulmans, vous serez des cibles potentielles, et pas seulement les flics et les juifs mais tout le monde. »

LE PARISIEN

21:05 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Trois tweets de Renaud Camus

Capture.PNG Camus.PNG

Capture.PNG Orban.PNG

03:36 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

GR - Une forte migration s'est bien produite dans la préhistoire de l'Irlande

http://www.leparisien.fr/flash-actualite-sciences/une-for...

L'Irlande a bien connu une vague migratoire massive du Proche-Orient et d'Europe orientale dans sa préhistoire qui explique le développement de l'agriculture puis du travail du bronze...

 

 

01:44 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

Un million de « migrants » en Europe en 2015 !

Partager sur Facebook Tweeter

 

23/12/2015 – EUROPE (Présent 8510)

C’était un jeu au cours duquel les spectateurs incitaient les concurrents à risquer plus gros en criant « Le million ! Le million ! » Le million, nous l’avons, mais ce n’est pas un jeu, c’est une tragédie : l’Union européenne a officiellement dépassé cette année la barre du million de « migrants », pour la plupart musulmans, selon l’Organisation internationale pour les migrations. Il ne s’agit là que des légaux, les autres sont sous-évalués à 500 000.

 Même un million est un chiffre digne de figurer dans le Livre des records puisque c’est le flux migratoire le plus élevé depuis la Seconde Guerre mondiale. En 2014, ils n’étaient « que » 219 000. Cinq fois plus en un an, au fil de l’avance de l’État islamique en Syrie, mais aussi de l’appel inconditionnel d’Angela Merkel qui a accéléré le mouvement, convainquant ceux qui hésitaient à franchir le pas. Permettant du même coup aux terroristes islamistes de profiter de la naïveté désarmante, au propre comme au figuré, de l’Union européenne.

Car sur ce million, il y a la moitié de Syriens, ou plus précisément de titulaires d’un passeport de ce pays. Lequel document donnant droit au statut de « réfugié » est un sauf-conduit. Deux des trois terroristes du 13 novembre étaient munis de passeports syriens émanant d’un lot de 3 800 passeports vierges volés en Syrie. Les services de renseignement ont établi qu’EI a récupéré des dizaines de milliers de passeports vierges, non seulement en Syrie, mais aussi en Irak et en Libye, en prenant le contrôle d’administrations publiques lors de leurs avancées guerrières, que le groupe djihadiste se procure tout le matériel, passeports et imprimantes nécessaires à la fabrication de vrais-faux documents, donc indétectables.

Avec ces « authentiques » passeports, les contrôles aux frontières, même s’ils étaient rigoureux, ce qui n’est pas le cas, ne pourraient pas arrêter l’infiltration des islamistes prêts à nous frapper. Combien de terroristes parmi ces 500 000 « Syriens » ? La seule solution, c’est la fermeture immédiate et totale des frontières de Schengen, extérieures et intérieures.

Rien de tel n’a été décidé au sommet de Bruxelles dimanche. Seulement la création d’un corps de garde-frontières et de garde-côtes « fort » de 1 000 hommes à l’horizon… 2020 ! Si l’Europe manque de conviction, donc de zèle, pour contenir le flux des migrants, c’est qu’elle fait sien le jugement aberrant du Haut-commissaire de l’ONU pour les réfugiés, Antonio Guterres : « Alors que les sentiments anti-étrangers augmentent dans certains endroits, il est important de reconnaître les contributions positives des réfugiés et migrants aux sociétés dans lesquelles ils vivent. » Qu’il aille raconter ça aux Calaisiens, il verra comment il sera reçu ! Le directeur général de l’OIM, William Lacy Swing, dans le même registre, a déclaré en annonçant que l’Europe avait franchi le seuil du million de migrants : « Nous savons que les migrations sont inévitables, nécessaires et souhaitables. » Il n’y a donc rien à faire si ce n’est les accueillir avec des cris de joie au son du tambour et de la trompette. Mme Merkel serait parfaite en chef d’orchestre.

Guy Rouvrais

01:05 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

RMC : «Florian Philippot: le saccage d’une mosquée, «moins grave» que l’attaque de pompiers»

 

22h21

Pour le vice-président du Front National, invité ce lundi des Grandes Gueules sur RMC, les évènements de ces derniers jours en Corse sont la conséquence d’un « laxisme d’Etat ». Florian Philippot réclame des peines de prison systématiques pour les agresseurs de pompiers.

 

 

[...] S’il considère que ces « citoyens exaspérés choisissent la mauvaise chose, à savoir se faire justice soi-même », le vice-président du FN prévient : « Si on continue dans ce laxisme d’Etat, on aura de plus en plus ces phénomènes d’exaspération ». Il a dit ressentir même « une ambiance de guerre civile ».

Invité à condamner le saccage du lieu de culte par des manifestants et l’autodafé de Coran, ce qu’il a consenti à faire, Florian Philippot a estimé que ces actes n’était « pas à la même hauteur » que les agressions de pompiers, même si « c’est très grave ».

00:16 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

28/12/2015

Italie : plus de 4.000 migrants, majoritairement africains, secourus ce week-end par la marine

CBhn9tN.jpg

 

20h26

Plus de 4.000 migrants ont été secourus dans le Canal de Sicile durant le week-end de Noël lors de nombreuses opérations coordonnées par la Marine militaire et les garde-côtes italiens, qui ont qualifié l’année 2015 d’ »exceptionnelle ».

 

[...] La grande majorité de ces migrants sont originaires d’Afrique sub-saharienne, d’autres sont marocains, tunisiens ou égyptiens. Parmi eux, trois passeurs présumés – deux Gambiens et un Somalien – ont été arrêtés par la police italienne.

Source

23:17 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Florian Philippot: la Corse sous haute tension


L'invité de Bruce Toussaint du 28/12/2015 par ITELE

20:39 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Le Nouvel Ordre mondial espère la mort de la civilisation blanche européenne

Vienna.jpg

 

 

 
Print Friendly

Par Robert Bridge (paru sur le site « Russia Insider » 20 décembre 2015)

♦«Si vous ne pensez pas que tout ceci fait partie d’un énorme plan, vous êtes très, très naïf.»

Des Etats-Unis à l’Europe, l’élite occidentale permet à un afflux massif d’étrangers d’entrer dans leurs pays, transformant radicalement le visage des sociétés occidentales dans la perspective de diviser, de conquérir et d’étendre son pouvoir militaire et financier sur une planète inconsciente.

Angela Merkel a été récemment qualifiée par le Time’s Magazine de « Personnalité de l’année » pour avoir pris la tête du mouvement d’accueil des réfugiés dont l’arrivée menace de déchirer l’Union européenne.


Malgré l’image créée par les médias d’une Europe prête à accepter des masses de réfugiés dans leurs sociétés conservatrices, l’histoire récente nous montre une tout autre face de la situation. Dès 2010, la chancelière allemande Angela Merkel, pour répondre à la montée de sentiments hostiles à l’immigration, choqua le monde en reconnaissant que les efforts de créer une société multiculturelle en Allemagne avaient « complètement échoué ».

Aujourd’hui, Merkel a adopté un ton tout à fait différent face à la vague de réfugiés qui assaille l’Europe des quatre points cardinaux. Comptant sur l’absence de mémoire de l’opinion publique, le leader allemand a souhaité la bienvenue sur toute la longueur de la frontière de son pays, disant au monde que l’Allemagne accepte son destin en admettant plus d’un million d’arrivées nouvelles ; presque le même jour, 130 personnes étaient tuées par des gens se réclamant du fondamentalisme islamiste en région parisienne.

Une partie du changement sentimental à l’égard des réfugiés est venue de l’histoire tragique d’Aylan Kurdis, l’enfant syrien dont le corps a été rejeté par les flots sur la côte de la Turquie, une fois que le bateau dans lequel il voyageait eut chaviré. Bien sûr, les médias détenus et contrôlés par de grands groupes, et jamais en reste pour parler d’un événement tragique (surtout s’il est accompagné de photos choquantes), l’ont publié sur la première page de tous les journaux européens. C’étaient les mêmes journaux qui ignoraient les malheurs des enfants du Moyen-Orient victimes des agressions de l’OTAN contre des pays souverains comme l’Afghanistan, l’Irak, la Libye et maintenant la Syrie. Il suffit de lire le sous-titre de la première page du Sun, quotidien anglais, qui affirmait : « Bombardez la Syrie pour venger Aylan ». C’est ainsi qu’on instrumentalise une tragédie pour vendre à l’opinion la plus laide des politiques : la guerre.

Alors que les Européens sont forcés, par une campagne médiatique permanente, à accepter les réfugiés syriens ou sinon paraître des néofascistes (un terme que peu d’Allemands arrivent à accepter en raison du souvenir atroce de l’Allemagne nazie, souvenir que les médias ravivent sans cesse dans le cœur des Allemands), les réfugiés sont attirés comme par un aimant par une Europe qui promet l’argent facile et des emplois à gogo. Notons toutefois qu’il est prouvé que la plupart des nouveaux arrivants en Europe ne viennent pas de Syrie mais d’autres pays déchirés par la guerre comme l’Afghanistan, l’Irak et la Libye.

Les réfugiés reçoivent en Allemagne jusqu’à 345 euros par mois du gouvernement alors qu’en Suède ce chiffre est de 224 euros. Comparé à la situation des pays d’où viennent les réfugiés, la tentation de recevoir de l’argent automatiquement est impossible à ignorer.

Ce chaos a-t-il été planifié ?

Même si, en apparence, la crise des réfugiés sembla avoir pris les gouvernements occidentaux par surprise, en fait elle correspond à leur plan de domination mondiale (une domination tous azimuts) qui fut présenté par un groupe aujourd’hui disparu de néoconservateurs américains connu comme « le projet pour un nouveau siècle américain » (PNAC). En septembre 2000, le groupe a sorti un document qui a pour titre « Reconstruire la défense américaine, les stratégies, les forces et les ressources pour un nouveau siècle » dans lequel des individus assoiffés de volonté de puissance affirment leur but d’asseoir la puissance américaine dans le monde entier afin de rester la super-puissance mondiale suprême.

Le PNAC identifie 5 nations comme « profondément hostiles à l’Amérique » : la Corée du Nord, l’Irak, l’Iran, la Libye et la Syrie (un peu plus tard l’ancien général américain Wesley Clark en ajoutait trois autres à cette liste : le Liban, la Somalie et le Soudan). On ne s’étonnera pas que deux de ces cinq pays ont déjà été victimes d’une occupation/capitulation dirigée par les Etats-Unis, tandis que la Syrie essaye encore de survivre, et ce uniquement grâce à l’intervention de la Russie. Moscou semble être arrivé à la juste conclusion que l’Etat Islamique est une armée créée et mandatée par les Etats-Unis pour détruire les murs de protection des Etats souverains.

A en juger par l’ampleur de ces plans diaboliques, il est totalement impossible que les Etats-Unis n’aient pas prévu qu’un flot de réfugiés désespérés se dirigerait bientôt vers l’Union européenne à la recherche de leur survie. Mais, là encore, cela correspond à une partie du plan d’ensemble désiré par les élites américaines, car sinon ils n’affirmeraient pas aussi agressivement les droits des étrangers illégaux face aux droits de leurs citoyens de souche. C’est clair quand on voit les désastres provoqués par l’élite occidentale dans l’économie européenne où des nations comme la Grèce, l’Italie, le Portugal et d’autres sont au bord de la faillite, ne survivant que grâce à des prêts impossibles à rembourser imposés par le FMI et la Banque mondiale.

Il est tentant d’appeler l’attention sur la vie pittoresque de Barack Hussein Obama – premier président américain noir d’origine kenyane dont on sait qu’il a des opinions bien précises sur la façon dont ont été et sont traitées les minorités – pour expliquer la destruction des frontières nationales dans le monde entier et surtout de façon frappante aux Etats-Unis et dans l’Union européenne. En fait, le milliardaire de l’immobilier Donald Trump semble avoir réussi à se faire nommer candidat des Républicains à l’élection présidentielle sur la seule promesse de construire un « mur gigantesque » pour séparer l’Amérique du Mexique. Alors, pourquoi Obama ne fait-il pas la même promesse pour faire taire une bonne fois pour toutes ce Trump menaçant ?

Bien que je pense qu’Obama est prédisposé à la fois par la couleur de sa peau et par son histoire à montrer de la compassion pour le sort des réfugiés et des minorités, et par conséquent peu enclin à fermer les frontières de l’Amérique, je ne pense pas que la race du président américain puisse tout expliquer (ce qui empêcherait d’ailleurs toute critique à son égard comme émanant d’un raciste). Le fait est là : Obama applique une ligne écrite il y a plusieurs années. Washington est sous la coupe de manipulateurs cachés trop puissants pour que le hasard intervienne de quelque façon que ce soit dans la politique des Etats-Unis.

Selon le sociologue allemand Gunnar Heinsohn, au milieu du XXIe siècle, des millions de migrants en provenance d’Afrique et d’Asie (950 millions d’entre eux voudraient d’ores et déjà s’implanter dans l’Union européenne) vont plonger l’Europe dans un retour à la barbarie. N’est-ce pas exactement ce que Barack Obama, avec ses racines africaines, souhaite grâce à sa politique étrangère ?

Ce serait une erreur de reprocher à l’individu Barack Hussein Obama de détruire la civilisation blanche européenne si fière dans le passé (qui ne tient plus qu’à un fil aujourd’hui dans quelques foyers de résistance tenace comme la Russie, la Hongrie et la Biélorussie). Le responsable est surtout le système maléfique que tout président américain est contraint d’accepter ou de combattre dès son arrivée dans le Bureau ovale (John F. Kennedy est peut-être la meilleure preuve de ce qui arrivera à tout président des Etats-Unis qui essaiera d’être indépendant et d’exiger un véritable changement).

Nous ne pouvons plus nous permettre de nous faire des illusions sur ce qui se passe réellement dans le monde aujourd’hui. Les Etats-Unis s’activent pour détruire volontairement les vieilles nations, ce véritable ciment qui maintient l’unité des cultures et des civilisations. Peu importe si l’Etat est un ami ou non, chrétien ou musulman, riche ou pauvre. Le plan essentiel est de détruire toute homogénéité raciale et de la remplacer par un système unipolaire impérial dirigé par les Etats-Unis et reposant sur la force brutale pour maintenir « l’ordre et la paix ». Comme déjà dit, c’est plus facile si les citoyens n’ont plus rien de commun avec leurs voisins. Le microcosme de ce système démoniaque est déjà à l’œuvre auprès de l’Américain moyen, aux Etats-Unis, où la police vient de recevoir un armement militaire à user contre le peuple américain. Pendant ce temps, nos frontières restent ouvertes aux tueurs, aux violeurs et aux trafiquants de drogue d’Amérique du Sud.

En Europe, exactement la même tragédie se joue comme un meurtre de sang-froid en plein jour. Comme le veut la téméraire politique étrangère américaine devenue folle après les attentats du 11 septembre, les pays de l’OTAN sont entraînés, impuissants, dans des batailles en dépit des cris et des protestations des peuples contre ces guerres illégales qui ont déjà eu lieu en Irak, en Afghanistan, en Libye et aujourd’hui en Syrie. Toutes ont abouti, ou aboutiront bientôt, à des Etats en faillite.

Mais les véritables Etats faillis seront finalement ceux de la vieille Europe coloniale qui est sur la ligne de front du tsunami de réfugiés provoqué par les Etats-Unis qui ruine actuellement la région et menace de submerger toutes les villes, de Lisbonne à Helsinki. Ce développement se poursuit entre les mains de Washington tandis que les peuples d’Europe – de plus en plus terrifiés par les actes de guerre, le terrorisme et l’effondrement financier organisés et planifiés – sont à la recherche d’un sauveur pour venir à leur secours. Le moment venu, ils marcheront gaiement et aveuglément vers leur captivité, tels des agneaux sur le chemin de l’abattoir, croyant qu’ils sont libres jusqu’au moment final de leur destruction – autrement dit, quand le véritable visage du tyran mondial leur aura été révélé et qu’il sera trop tard pour inverser leur destin.

Robert Bridge
Russia Insider
20/12/2015

Robert Bridge :
http://russia-insider.com/en/robert_bridge

Titre original :
US Elites Are Trying to Destroy Europe with Immigrants
http://russia-insider.com/en/politics/us-elites-are-tryin...

Source : Russia-Insider.com

 

03:47 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)

Un Corse indépendante ? Chiche ! Par Guillaume FAYE

 

24 décembre 2015 par Guillaume Faye

C’est un événement fort qu’a fait oublier le score impressionnant du FN aux dernières élections régionales sur le continent : pour la première fois depuis son annexion à la France en 1769 (achetée aux Génois) la Corse sera dirigée par les nationalistes indépendantistes. M. Gilles Simeoni est à la tête de l’exécutif et M. Jean-Guy Talamoni préside l’Assemblée de Corse. Les listes Pè a Corsica ont obtenu 34% des voix. Une grave crise est-elle à prévoir, un bras de fer avec l’État français ? Ou assistons-nous à une comédie ? 

La Corse sortirait de l’Union européenne

En théorie, comme pour l’Écosse, la Catalogne, l’Euzkadi basque ou la Flandre, une indépendance juridique totale de la Corse lui permettrait certes d’entrer à l’ONU (ce qui ne sert strictement à rien) mais l’exclurait de fait de l‘Union européenne et…lui interdirait aussi de conserver l’euro – elle devrait créer sa propre monnaie ! En effet, tout nouveau pays (et donc une Écosse, une Flandre, une Catalogne ou une Corse séparées de leurs pays respectifs) doit obtenir l’accord unanime des membres de l’UE pour adhérer. Une Corse indépendante qui serait obligée de réadhérer à l’UE se heurterait aux vetos de l’Espagne, de la Belgique, de la France et du Royaume Uni. Voire d’autres pays de l’Union qui ont des minorités nationales agitées. Problème…On pourrait s’arranger mais ça prendrait du temps et ce serait très cher. Un hypothétique futur ”État corse” serait empêtré dans des négociations insolubles.

Nous verrons plus bas qu’une indépendance de la Corse par rapport à la République française au regard du droit international est théoriquement possible mais juridiquement difficile et économiquement très problématique. D’autres solutions sont possibles.

La contradiction des nationalistes corses sur l’ethnicité

La Corse cultive une identité ethnique, fière d’elle-même mais complètement contraire à l’idéologie dominante – ce dont personne ne parle. L’idéologie implicite des nationalistes corses se réfère à la notion de ”peuple corse”, au sens ethnique, incompatible avec l’universalisme français républicain de gauche ”multiracial” et ”multiculturel ”, selon la nouvelle idéologie utopique de la diversité. Cette affirmation identitaire corse est très positive, cependant elle se heurte non seulement à l’idéologie cosmopolite officielle de la ”république” actuelle qui, pourtant, a validé juridiquement – par entorse à ses propres principes– la notion de ”peuple corse”, mais elle entre en contradiction avec les programmes des nationalistes et des indépendantistes eux-mêmes.

En effet, ces brillants défenseurs du « peuple corse » sont assez silencieux (silence politiquement correct) sur la présence sur leur île d’une minorité immigrée nord-africaine musulmane de plus en plus nombreuse et à la natalité bien supérieure à celle des Corses.        Le nationalisme et l’indépendantisme corses restent dans le moule de l’idéologie dominante et le soupçon de simulacre pèse sur eux. Savent-ils que la natalité des Corses de souche ne permet aucun renouvellement de population et, qu’à terme, démographiquement, le fameux ”peuple corse” ne sera plus qu’un souvenir dans trois générations ? Remplacé par une population arabo-musulmane… Pas assez de naissances, plus de peuple. Les enfants ne naissent pas dans les choux-fleurs.

Les Corses nationalistes et indépendantistes (comme les Catalans, Basques ou Écossais) concentrent leurs critiques contre l’État central, français, espagnol ou britannique. Fort bien, d’accord. Mais jamais ils ne disent un mot sur la colonisation migratoire qui est le fait majeur, visible. Au contraire, ils semblent d’accord. On croit rêver. Car enfin, la Corse est particulièrement touchée par l’immigration maghrébine musulmane. Certes, du fait de la persistance d’un particularisme corse d’autodéfense, la criminalité immigrée et beaucoup d’autres problèmes bien connus sont contenus, contrairement au continent. Mais ça ne durera pas.

Bref, les nationalistes et indépendantistes corses sont aussi mauvais que les médecins de Molière. Leur raisonnement est à contresens : ils reprochent à l’État français d’exploiter économiquement la Corse alors même qu’il la subventionne. Mais ils ne reprochent pas à la ”République” l’essentiel, à savoir qu’elle leur impose l’immigration de masse et leur interdit de s’en protéger ! Drôles de ”nationalistes”…

T’as la monnaie, Talamoni ?

Le discours inaugural de M. Talamoni, prononcé en langue corse devant l’Assemblée de Corse a choqué les défenseurs du « Français, langue constitutionnelle de la République ». Le problème n’est pas là, on se limite au symbolique et à l’émotif. D’ailleurs combien de Corses maîtrisent la langue corse – surtout à l’écrit – et l’utilisent ? Le problème de l’indépendance corse est économique et financier. Séparée de la France et de l’UE, une Corse indépendante ne bénéficierait plus automatiquement des aides, exemptions fiscales, transferts redistributifs, régimes spéciaux privilégiés dans tous les domaines, etc. de l’État français ou de Bruxelles. Il faudrait les mendier, tenter de les arracher. Sans forcément les obtenir. Le scénario serait très difficile à jouer.

Contrairement à l’Écosse, la Flandre ou la Catalogne, qui sont des régions riches avec un fort tissu industriel et technologique, la Corse, insulaire, peu peuplée, ne possède pas de puissance économique sérieuse. L’indépendance corse n’est pas viable économiquement. Pis : une Corse indépendante juridiquement et politiquement perdrait immédiatement cette indépendance dans les faits, ce serait un simulacre, un marché de dupes.

Un pays ne peut pas être indépendant au dessous d’une certaine taille critique, démographique et économique. La Corse ne possède pas cette dernière, ni en terme de population ni de PIB. Son indépendance serait un objet juridique formel mais non pas pratique. La Corse n’est pas Singapour. Un ”petit peuple” ne peut jamais être indépendant, sauf de manière folklorique ; tout simplement parce qu’il ne peut pas, seul, assurer sa défense ni sa logistique économique ni son autonomie de ressources fiscales internes, ni l’équilibre de sa balance des paiements. Pour parler autrement, ce qu’ont bien compris les Antillais, les Guyanais, les Calédoniens, les Tahitiens, dans certains cas l’indépendance peut s’avérer économiquement catastrophique sans procurer aucune souveraineté réelle.     

Impossibilité pratique de l’indépendantisme corse

Une des erreurs économiques majeures du programme des nationalistes et indépendantistes est l’interdiction de l’accès à la propriété pour les non-résidents – villas de villégiatures, investissements immobiliers, etc. En dépit des bonnes raisons avancées (réappropriation du terroir par les Corses, lutte contre la spéculation immobilière qui fait monter les prix, etc.), les inconvénients seraient désastreux : manque à gagner fiscal, dépression du secteur de la construction, baisse de la fréquentation touristique.

Le gouvernement d’une Corse indépendante devrait assumer des charges régaliennes (défense, police, justice), d’Éducation nationale, d’infrastructures, de santé, de sécurité sociale, de fonction publique, qui sont actuellement presque entièrement supportées par la France continentale. Privée de cette manne et des aides de Bruxelles (puisque la Corse ne serait plus membre de l’UE), l’administration corse serait rigoureusement incapable de prélever les recettes fiscales nécessaires. Pour tout arranger, la Corse indépendante devrait créer et battre sa propre monnaie, puisqu’elle devrait abandonner l’euro : même créer une ”monnaie de singe” qui serait inconvertible partout et qui ruinerait les épargnants serait une mission impossible.

Bref, une Corse indépendante serait en moins de deux ou trois ans un petit pays ruiné, dans une situation proche de celle d’Haïti. Inévitablement, le chaos et la violence s’installeraient, voire une guerre civile insulaire, aggravée par la présence en Corse d’immigrés en grand nombre. On assisterait à deux phénomènes : une fuite migratoire de populations corses vers le continent et un recours par le gouvernement indépendantiste à la mendicité et à l’appel à l’aide auprès de la ” communauté internationale”. Donc à la fin de l’indépendance…

L’indépendance corse supposerait aussi constitutionnellement un référendum dans l’ensemble de la République française et un référendum en Corse même pour une séparation d’avec la France. Les chances d’une double approbation sont minces. D’autre part, la nationalité corse serait-elle accordée aux Corses résidant dans l’Hexagone et ailleurs ? Sur quels critères ? Ce serait un vrai casse-tête juridique.

Si j’étais nationaliste corse…

Les nationalistes et indépendantistes corses sont des romantiques et des politiciens, peu crédibles en matière économique. Il faut aussi malheureusement noter que, pour une majorité de Français, affrontés aux questions majeures du chômage, de l’immigration incontrôlée, de l’islamisation, du terrorisme islamique, la question corse est secondaire. Si la Corse devenait indépendante, cela pourrait laisser une majorité de Français totalement indifférents. Raymond Barre avait d’ailleurs déclaré, par une provocation stupide, qu’il souhaitait, pour des raisons budgétaires, l’indépendance de la Corse.

Bien sûr, on peut toujours imaginer une Europe fédérale des Régions, une sorte de projection des USA (États–Unis d’Europe). Mais, même dans cette sympathique hypothèse, la Corse n’aurait pas la musculature suffisante (géographique, démographique et économique) pour être une région à part entière. Elle devrait évidemment se joindre à la région voisine (PACA). La Corse seule, pas plus peuplée que le XVe arrondissement de Paris, est trop maigre pour former un véritable État, même dans un virtuel ensemble fédéral européen.   

Il est à craindre que le discours des indépendantistes et nationalistes corses soit un enfumage politicien. Ils veulent le beurre et l’argent du beurre. Ils cherchent, non pas l’indépendance, mais en fait un statut d’autonomie renforcée, par exemple sur le modèle de la Nouvelle Calédonie, tout en conservant tous les financements, les aides, les exemptions, les transferts, les subventions en provenance de Paris et de Bruxelles. Ce qui leur permettrait de s’instituer en potentats locaux, super clientélistes prétendant évidemment combattre le clientélisme.   

Talamoni et Simeoni ont adopté une rhétorique pseudo-révolutionnaire et démagogique sur le registre ”la Corse occupée par la France”, auquel ils ne croient pas eux-mêmes une seconde. Le slogan, inspiré du vieux gauchisme des années 70, « libérez nos prisonniers politiques » est pitoyable. Colonna n’est pas un prisonnier politique, c’est un condamné pour assassinat – celui du préfet Érignac. On essaie de donner à ces piètres personnages un statut moral se rapprochant des anciens combattants résistants de la Seconde guerre mondiale. Pathétique.

Bien entendu, il faut un respect absolu de la culture et de la langue corse et de toutes les traditions corses. Comme de toutes les traditions des peuples européens. Mais qui les menace ? Qui interdit d’apprendre le corse, le breton, l’alsacien ? En revanche, si la langue corse est rendue obligatoire dans l’administration insulaire, les premières victimes seront les Corses eux-mêmes.

Si j’étais nationaliste corse, dans le cadre d’une autonomie renforcée, d’un statut spécial de l’île, j’exigerais de l’État français une dérogation juridique totale, pour la Corse, aux lois et aux pratiques de la République en matière d’immigration et du droit des étrangers  : 1) abolition du regroupement familial ; 2) abolition du statut de réfugié et de demandeur d’asile ; 3) suppression de toutes les aides et allocations sociales, familiales, médicales, de chômage, de logement, scolaires, etc. aux étrangers résidant en Corse (fermer la pompe aspirante ). La liste serait encore plus longue. Les élus et dirigeants ”nationalistes” corses n’oseront jamais défendre de telles propositions qui, seules permettraient de préserver leur petite ïle d’une submersion démographique ethnique qui a déjà commencé. Tout simplement parce que ce ne sont pas de vrais nationalistes corses ; plutôt des politiciens (political business), pour qui la notion centrale de ”peuple” n’est pas une conviction charnelle mais un slogan publicitaire.

(merci à Dirk)

02:36 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (9)

Régime de Vichy : les archives judiciaires et policières rendues publiques

5181439_b97f93aa51e053c9abd05e7aff187e6025b23a97_545x460_autocrop.jpg

 

| MAJ :

réagir
23
 
Le maréchal Philippe Pétain  à Vichy en 1942

Soixante-dix ans après la fin du second conflit mondial, le gouvernement a décidé d'ouvrir au public les archives de la police et de la justice sous le régime de Vichy du maréchal Pétain (1940-1944).

Un arrêté «portant ouverture d'archives relatives à la Seconde Guerre mondiale» a été publié ce dimanche au Journal officiel. Il a été signé le 24 décembre par Manuel Valls ainsi que par cinq ministres de son gouvernement.

D'après le texte consultable sur Légifrance, ce document «prévoit la libre consultation, avant l'expiration des délais prévus à l'article L. 213-2 du code du patrimoine, d'archives relatives à la Seconde Guerre mondiale émanant principalement des ministères des affaires étrangères et du développement international, de la justice et de l'intérieur. Il précise également la procédure de saisine, par les services publics d'archives, des autorités émettrices de documents classifiés, en faisant des hauts fonctionnaires de défense et de sécurité placés auprès de ces autorités les destinataires de ces saisines.»

Dans le détail, cet arrêté -- qui entrera en vigueur ce lundi 28 décembre -- permettra aux chercheurs comme aux citoyens d'avoir accès à différents types d'archives, notamment «les documents relatifs aux affaires portées devant les juridictions d'exception instaurées par le régime de Vichy», «les dossiers de l'administration centrale du ministère de la justice relatifs aux affaires portées devant les juridictions d'exception instaurées par le régime de Vichy et le Gouvernement provisoire de la République française» et «les documents relatifs aux enquêtes réalisées par les services de la police judiciaire entre le 3 septembre 1939 et le 8 mai 1945».

Instauré le 10 juillet 1940 après le vote des pleins pouvoirs au maréchal Philippe Pétain, le régime de Vichy a notamment adopté une politique de collaboration avec l'Allemagne.

LE PARISIEN

 

01:55 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Le guet-apens - Pompiers agressés et blessés à Ajaccio: "On a vu des jeunes arriver avec des battes de base-ball"


Pompiers agressés à Ajaccio: "On a vu des... par BFMTV

Tiffany Parot, sapeur-pompier à Ajaccio blessée lors d'un guet-apens dans la nuit de Noël, raconte sur BFMTV une soirée très tendue. "On est intervenus sur un incendie dans le quartier des Jardins de l'empereur", se souvient-elle. Soudain, "une bande de jeunes nous a insultés de 'sales Corses de merde', ils avaient des battes de base-ball et des clubs de golf". Les pompiers sont enfin parvenus à quitter le quartier, deux d'entre eux ont été blessés et brièvement hospitalisés.

01:24 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

Une fatwa de Daech autorise le prélèvement d'organes sur les prisonniers

Repéré par Jean-Marie Pottier

 

 

Selon un document révélé par l'agence Reuters, vendredi 25 décembre, Daech approuve officiellement le principe du prélèvement d'organes sur les prisonniers «apostats». «Dans une décision, jusqu'ici inédite, rendue par les théoriciens de l'organisation islamique, l'EI a approuvé le prélèvement d'organes humains, suscitant des craintes que le groupe terroriste puisse se livrer à du trafic d'organes», écrit l'agence.

Déniché par le gouvernement américain lors d'un raid dans l'est de la Syrie en mai et traduit par lui, ce document, présenté sous le titre de «Fatwas 61-62 et 64-68», dont Reuters n'a pu confirmer l'authenticité de manière indépendante, explique qu'il est autorisé «de transplanter des organes d'un apostat à un musulman afin de sauver la vie de ce dernier», même si l'opération se révèle mortelle pour le premier.

Reuters explique que «ce document ne fournit aucune preuve du fait que l'Etat islamique soit actuellement engagé dans du prélèvement ou du trafic d'organes, mais apporte un feu vert religieux à de telles pratiques au regard de l'interprétation très stricte de l'islam par l'organisation, rejetée par la majorité des musulmans».

En février 2015, l'ambassadeur d'Irak près des Nations unies, Mohamed Alhakim, avait enjoint le Conseil de sécurité de l'Onu d'enquêter sur la mort de douze médecins à Mossoul, affirmant que ces derniers avaient été tués après avoir refusé de procéder à des prélèvements d'organes. «Nous trouvons des corps mutilés, ce qui signifie qu'il en manque certaines parties», avait-il affirmé à la presse, CNN expliquant à l'époque que les mutilations en question pouvaient laisser croire à des prélèvements de reins.

Des affirmations qu'avait alors démenties un combattant de l'Etat islamique cité par un journaliste du quotidien koweïtien Al Rai: «Les combattants n'ont pas le temps de s'arrêter sur le champ de bataille pour ramasser les corps de leurs propres soldats. Comment pourrions-nous ramasser les corps de ceux que nous tuons et les transporter pour vendre leurs organes?» Notons néanmoins qu'il parlait à l'époque des soldats tués par l'EI, pas des prisonniers exécutés par l'organisation terroriste.

SLATE.fr

00:12 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)