Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Blog - Page 304

  • La reine d’Angleterre a tranché : l’anneau de Jeanne d’Arc restera en France

    http://fr.novopress.info/200827/reine-dangleterre-tranche-lanneau-jeanne-darc-restera-en-france/

  • Des jumelles pas comme les autres dans une famille britannique

    https://fr.sputniknews.com/societe/201602111021662309-jumelles-famille-peau-soeur-code-genetique-parent-gene-foetus/

  • Israël obtient un bureau permanent au siège de l’OTAN

     

    L’atlanto-sionisme s’officialise

    L’OTAN a décidé d’accepter la présence d’un représentant officiel d’Israël et de lui accorder un bureau permanent au quartier général de Bruxelles, a annoncé mercredi le ministère des Affaires étrangères israélien.

     

    « L’OTAN a informé Israël qu’il pourra ouvrir un bureau au siège de l’organisation à Bruxelles et achever le processus de remise de lettre de créances de son représentant à l’OTAN », indique le ministère dans un communiqué.

    L’annonce intervient après « des efforts diplomatiques prolongés » de la part d’Israël, qui profite actuellement d’une coopération militaire dans de nombreux domaines mais n’est pas membre de l’Organisation du Traité de l’Atlantique nord.

    Benyamin Netanyahou, Premier ministre mais également ministre des Affaires étrangères, a qualifié la nouvelle « d’étape importante et positive pour la sécurité d’Israël ».

    Certains États de l’OTAN s’étaient opposés par le passé aux tentatives de resserrement des liens avec Israël, estimant que cela pourrait porter atteinte aux relations avec des pays arabo-musulmans.

  • Il ne faudrait pas prendre nos maîtres pour des imbéciles

    thumb.jpg maîtres.jpg

     

    Télécharger en PDF et imprimer
     

    Dr Bernard Plouvier, auteur, essayiste ♦

    Sauf quelques Pygmées et deux ou trois Papous, tout le monde semble avoir compris qu’hormis la Chine, la Russie et leurs rares amis, la planète est dirigée par de richissimes personnages, inconnus pour la plupart, et dont la seule hantise est le réveil des nationalismes.

    Lorsqu’on a beaucoup d’argent et que l’on domine l’essentiel des médias, il est aisé d’inonder le grand village mondial de sa propagande. Celle-ci est fondée sur une très artificielle joie de vivre, procurée par la consommation – à crédit pour beaucoup -, rehaussée d’un pseudo-humanisme planétaire (autrefois, on eût employé l’adjectif de tiers-mondiste), teinté d’écologisme de pacotille – car sans assise scientifique – et de bons sentiments. En bref, pour singer le monde du Net, où l’on veut faire vite et se débarrasser de toute syntaxe : le bling-bling & le gnangnan.

    L’Europe, par l’ancienneté de sa civilisation et le dynamisme de ses Nations, est, pour nos maîtres, un obstacle à la paisible jouissance de leur fortune et de leur toute-puissance. C’est la raison pour laquelle on lui impose une immigration massive d’individus exotiques et l’implantation de l’islam.

    Venus de pays où le goût de la palabre et les rythmes de travail sont à l’opposé de nos conceptions, les immigrés (variante politiquement correcte : réfugiés en provenance de pays où nos bons maîtres ont semé haines tribales, chaos économique et guerre civile) ne peuvent qu’être – au moins pour longtemps – un boulet économique en plus d’être une plaie sociale. Quant à l’islamisme, seuls des sourds, des aveugles et des illettrés peuvent en méconnaître l’extrême dangerosité.

    Face à l’éveil (tardif) en Europe occidentale et scandinave, de la fraction la moins abrutie par l’excès de jouissances et par la niaiserie, nos bons maîtres vont jouer la carte maîtresse, dont l’efficacité est connue depuis l’Antiquité, voire peut-être depuis la préhistoire : diviser pour régner.

    Grâce à leurs fonds, d’autant plus illimités qu’ils manœuvrent à leur guise la planche à billets verts, et à l’omniprésence de leurs médias, les maîtres de la société globalo-mondialiste vont, dans chaque grande élection, susciter une multitude de candidatures pour affaiblir leurs véritables ennemis : les populistes.

    Car, de ce côté, il y eût toujours et partout, un excès de Divas et de francs-tireurs… si l’on préfère, un défaut de Chef et d’obéissance. Les sondages d’opinions, outre qu’ils sont souvent biaisés (voire truqués), oublient – volontairement ou non – de prendre en compte l’addition des candidats potentiels du même bord. Or cette addition apparente est une véritable soustraction qui se traduit quasi-automatiquement par l’élimination du scrutin final.

    S’il est probable que, pour la présidentielle française de 2017, on procède à des primaires à l’américaine dans la droite-centre-marécageux et dans la gauche-bobo-caviar, il est beaucoup moins évident qu’on le fasse chez les populistes (ou nationalistes, comme on voudra)… faute d’unité, il est absolument évident que les patriotes ne seront pas représentés au tour final.

    Plutôt que de s’intéresser aux prédictions des uns et des autres, il serait bon de se pencher sur le meilleur chemin d’aller à la défaite… et, par antithèse, sur l’unique condition d’une victoire : l’Unité.

    Illustration : la puissance des médias, du net et de la finance pour conquérir le monde.

    METAMAG

  • Clermont-Ferrand : « Touche pas ma pote »… et prends la porte !

    CORAN1-1550x660.jpg

     

    À Clermont-Ferrand, un chauffeur de bus et de tramway refusait systématiquement de serrer la main des femmes.

    Juriste
     
     
      

    Chaque jour, des gestes anodins issus de notre quotidien et transparents comme des habitudes subissent des violations, des agressions. Comme une lente remise en cause de nos règles de vie. Il y a quelques jours, à Gennevilliers, une jeune fille s’est fait tabasser pour une jupe trop courte, et à Clermont-Ferrand, un chauffeur de bus et de tramway refusait systématiquement de serrer la main des femmes. Ce chauffeur a été licencié par son employeur, la T2C, qui a estimé qu’en refusant de serrer la main de ses collègues féminines, il avait un comportement discriminant.

    Mais lui avance une autre version : « Je suis très pudique, le contact physique avec les femmes me met mal à l’aise. C’est un blocage lié à ma culture, à mon éducation. Même ado, j’étais comme ça. Ça ne m’empêche pas de leur dire bonjour, de leur parler, d’être avenant. » Rien à voir avec la religion, donc ? Rangez vos Corans, vos amalgames et vos idées prémâchées : on vous a vus venir ! De la pudeur, uniquement, pour ce grand timide qui, dans un élan de générosité vis-à-vis de la gent féminine, avoue qu’il consent à leur adresser la parole. Quel bol ! Être avenant mais pas rentre-dedans, en somme.

    Déjà épinglé pour « défaut de timidité » – comprenez : pour avoir refusé de saisir la main tendue d’une cadre de son entreprise l’été dernier -, le chauffeur avait écopé d’une sanction disciplinaire lourde : une mise à pied à défaut de serrer des mains. 15 jours. « Comme je le fais toujours, j’ai essayé de lui expliquer ma position, mais elle s’est sentie humiliée », déplore le désormais ex-conducteur de bus et de tram.

    L’intéressé se dit de « confession musulmane » mais nie tout impact de ses convictions religieuses sur son peu d’enthousiasme à nouer un contact physique avec ses collègues femmes. En février dernier, pourtant, il se détourne à nouveau de deux de ses collègues venues le saluer dans son bus. Et la sanction tombe : les ressources humaines de son entreprise estiment que, dans une entreprise de service public, on doit se plier à certaines règles. Serrer la main tendue du sexe opposé fait donc partie de ces règles.

    Tant pis pour les timides, les pudeurs mal placées et les excuses improbables aussi insultantes pour notre intelligence qu’une main tendue délibérément ignorée.

    L’islam radical s’infiltre dans le quotidien de nos entreprises. En témoigne Christophe Salmon, de la CFDT à la RATP : il se dit « inquiet d’une montée de la radicalisation religieuse à la régie où certains chauffeurs évitent de prendre les commandes d’un bus auparavant conduit par une femme ».

    L’avocat de Brahim (le chauffeur licencié), lui, va contester le licenciement devant les prud’hommes. « La seule chose qui compte, c’est de se saluer et de se respecter », estime ce spécialiste du droit du travail. « Ça, mon client l’a toujours fait. Le reste relève du choix personnel. »

    Personnel ? Le messager d’Allah a dit : « Que l’on enfonce une aiguille en fer dans la tête de l’un d’entre vous vaut mieux pour lui que de toucher une femme qui n’est pas la sienne… » La version (l’aversion ?) moderne du « Touche pas à MA pote », en quelque sorte…

    BOULEVARD VOLTAIRE

  • Strasbourg : interdit de voir sa femme, il l’attaque à coups de marteau

    5773273_femme-new_545x460_autocrop.jpg

     

    Stéphane Sellami | | MAJ :

    8
    Info le Parisien
     
    Le mari faisait l’objet d’une interdiction judiciaire d’approcher son épouse, considérée comme une femme en grand danger en raison des violences conjugales qu'il lui avait déjà fait subir. Il a été placé en garde à vue pour tentative de meurtre. LP/A.J.

    Un homme de 54 ans a été interpellé, ce jeudi 5 mai, vers 23 heures alors qu’il s’en prenait à coups de marteau à son épouse dans son appartement d’un quartier sensible de Strasbourg (Bas-Rhin).

    Alertés par des voisins qui venaient d’entendre des cris d’enfants et d’une femme, les policiers se sont aussitôt rendus sur place avant d’arrêter le suspect, muni d’un marteau.

     
     Ce dernier, après en avoir porté plusieurs coups en pleine tête à sa compagne avec laquelle il est en instance de divorce, l’avait ensuite traînée jusque dans la salle de bain.

    La victime, âgée d’une trentaine d’années, souffrant de plaies au niveau du crâne, a été évacuée vers l’hôpital le plus proche, mais son pronostic vital n’était pas engagé.

    Les deux enfants du couple, âgés de 3 et 6 ans, présents au moment des faits, ont été recueillis par une voisine.

    Selon les premières investigations, le mari faisait l’objet d’une interdiction judiciaire d’approcher son épouse, considérée comme une femme en grand danger en raison des violences conjugales déjà exercées par ce dernier. Il a été placé en garde à vue pour tentative de meurtre.

    La victime était bénéficiaire du dispositif judiciaire de prévention destiné à la protection des femmes en très grand danger.
  • Londres : Sadiq Khan premier maire musulman d'une capitale occidentale

    5773437_khanbis_625x390.jpg sadiq.jpg

     

    | MAJ :

    1/3réagir
    27
     

    Sadiq Khan, le candidat travailliste à la mairie de Londres, fils d'un chauffeur d'autobus pakistanais, était sur le point vendredi de remporter la mairie de Londres et de devenir le premier édile musulman d'une grande capitale occidentale.

    Le Parti travailliste (Labour) a d'ores et déjà revendiqué sa victoire. Vers 18 heures, il devançait déjà nettement son principal adversaire, le conservateur et fils de milliardaire Zac Goldsmith, 41 ans, selon des décomptes de la mairie de Londres portant sur la quasi totalité des votes. «Il est largement devant», commentait dans le «Guardian» Peter Kellner, de l'institut de sondage You Gov, estimant que Sadiq Khan avait «incontestablement gagné».

    Sadiq Khan, 45 ans, député de Tooting, un quartier populaire du sud de Londres a grandi en cité HLM. Il fut secrétaire d'État aux Communautés entre 2008 et 2009 puis aux Transports entre 2009 et 2010 dans le gouvernement du Premier ministre Gordon Brown. Il fut le premier musulman ministre du Royaume-Uni. Une religion que le camp adverse a tenté sans relâche d'instrumentaliser pour compenser son retard au cours d'une âpre campagne.

    Zac Goldsmith, député du quartier résidentiel de Richmond, a notamment accusé l'ancien avocat des droits de l'homme d'avoir fréquenté des extrémistes islamistes. Des attaques relayées par le Premier ministre conservateur David Cameron. Dans une ville dont 30% de la population est non blanche et qui tient à sa réputation de tolérance, cette stratégie pourrait avoir l'effet inverse de celui recherché, estiment les analystes.

    Une équité qui passe par notamment par la baisse des loyers



    «Cela ne fera aucune différence», avait déclaré Koyruz Zoman, un cuisinier musulman de 57 ans. «Quel que soit le nom de l'élu, ce que nous voulons, c'est qu'il tienne ses promesses».  Pour Leeanne Collaco, une employée en ressources humaines de 28 ans, «Sadiq Khan s'est battu, sa famille s'est battue (...) Il se battra probablement plus durement pour faire de Londres une ville plus équitable».

    Un sentiment d'équité qui passe pour beaucoup par une baisse du prix du logement et un meilleur accès aux transports en commun dans cette capitale qui a vu sa population augmenter de 900.0000 habitants en huit ans pour atteindre 8,6 millions. «Je ne crois pas qu'aucun des candidats ait une solution magique donc c'est incroyablement difficile de choisir», estimait Mary White, une directrice d'école à la retraite.

    Actuellement, Rotterdam, la deuxième ville des Pays-Bas est dirigée depuis 2009 par le musulman Ahmed Aboutaleb qui a la double nationalité marocaine et néerlandaise. Le plus grand port d'Europe ne devrait plus être une exception.

    A l'étranger, les maires de grandes villes l'ont félicité pour son élection, exprimant le souhait de travailler au plus vite avec lui. La maire socialiste de Paris, Anne Hidalgo, a aussitôt salué cette victoire.

    LE PARISIEN

  • Denis Tillinac : Pour la droite, l’individu est le maillon d’une chaîne (vidéo)

    https://youtu.be/ln5z_5Wv6rk

     

    133

    Denis Tillinac vient de sortir « L’Âme française ». Il a écrit ce livre pour redonner à la droite son honneur, sa raison d’être, sa fierté, son identité.

    BV

  • Belgique - De Wever: "Les enfants n'ont pas besoin de cours extrascolaires d'islam, mais de néerlandais"

    2928951.jpg Bart.jpg

    Bart De Wever

     

    06/05/16 à 15:38 - Mise à jour à 15:38

    Source: Knack

    Dans une opinion parue dans le quotidien De Morgen, le président de la N-VA Bart De Wever descend en flèches les propositions de Lieven Boeve, le directeur de l'enseignement catholique flamand qui souhaite faire plus de place aux religions dans les écoles.

      

    L'enseignement catholique souhaite donner une place aux autres religions, et notamment à l'islam. Les écoles qui comptent beaucoup de musulmans auront plus de place pour le voile, des endroits spéciaux pour prier, et des cours d'islam volontaires en dehors des horaires scolaires.

    Les réactions sont partagées et la proposition a déjà fait couler beaucoup d'encre. "Rien de concret n'a encore été décidé concernant l'introduction de mesures relatives à la présence de lieux de prières pour les musulmans, l'autorisation du port du voile ou l'introduction d'un cours libre consacré à l'islam dans les écoles catholiques", a ainsi déclaré Olivier Lins, le porte-parole de l'évêque d'Anvers Johan Bonny dans un souci d'apaisement.

    Bart De Wever se soucie peu d'apaiser. "L'enseignement catholique flamand sait qu'il y a des problèmes. Mais les solutions qui viennent de leur tour d'ivoire semblent plutôt avoir comme but d'abolir l'enseignement catholique en Flandre."

    "En tant que bourgmestre d'une ville bigarrée, il ne faut pas me dire que l'enseignement catholique, la plus grande institution d'enseignement flamande, doit s'adapter à une Flandre de plus en plus changeante et diversifiée. Mais je doute très fort que ce soit la bonne méthode. À Anvers, six élèves sur dix ne parlent pas néerlandais à la maison. Ces derniers n'ont pas besoin de cours extrascolaires d'islam, mais de cours extrascolaires de néerlandais. (...) La religion a sa place dans une société éclairée et laïque, mais c'est une question privée qu'il faut respecter. ", a ajouté le nationaliste flamand.

    Mercredi, le président de la N-VA avait déjà fustigé le projet de l'enseignement catholique flamand.

    (SD/CB)

  • La jeunesse de France en colère après l'assassinat de Luigi

     

     

    Luigi Guardiera est décédé, après avoir été violemment

    agressé dimanche sur le parking d'une boîte de nuit

    de Tarbes. A 23 ans, il a été enlevé à sa famille et

    ses amis par des racailles multirécidivistes.

    Luigi Guardiera était un fervent patriote : il s'apprêtait

    à s'engager dans l'armée et avait défendu les couleurs

    du Front National lors des élections

    départementales 2015.

    La direction de Génération Identitaire adresse ses

    sincères condoléances à la famille et aux amis de

    Luigi Guardiera, toutes nos pensées les accompagnent

    dans cette épreuve.

    Nous adressons aussi un salut fraternel aux militants

    du Front National de la Jeunesse qui viennent de

    perdre l'un des leurs. Aujourd'hui, c'est la jeunesse

    de France toute entière qui est en colère.

     

    Génération Identitaire

  • VIDEO - Florian Philippot Vs Maël de Calan, l’arme anti-FN de Juppé

    https://youtu.be/BrML7yCdIf0

     

    10h08

    Florian Philippot (Vice-Président du Front National) débattait avait Maël de Calan qui vient de sortir un livre, critiquant violemment le programme du FN ,intitulé « La Vérité sur le programme du Front National » préfacé par Alain Juppé.

    A voir!

  • VIDEO - Attentats. La mère de Hasna Aït Boulahcen : «La police a tué ma fille gratuitement»

    http://www.leparisien.fr/attentats-terroristes-paris/terrorisme-la-mere-de-hasna-ait-boulahcen-la-police-a-tue-ma-fille-gratuitement-05-05-2016-5770621.php

    5770693_hasnamerebis_545x460_autocrop.jpg

  • Invasion migratoire organisée : 250.000 euros d’amende par « migrant » refusé

    images.jpg

     

     

    L’objectif est simple : appliquer de force la mesure de répartition automatique des demandeurs d’asile dans l’Union européenne.

    Juriste

    SG du Collectif Culture, Libertés et Création du RBM

     
      

    Pour obliger les pays d’Europe à participer à l’invasion organisée du continent, la Commission européenne a proposé d’instaurer une « contribution de solidarité », dans le cadre de la révision du règlement de Dublin, prévoyant une amende de 250.000 euros par « migrant » refusé.

    L’objectif affiché par l’instance supranationale non élue est simple : appliquer de force la mesure de répartition automatique des demandeurs d’asile dans l’Union européenne. Qui pourra donc refuser ? Par exemple, si la France décidait, demain, de ne pas recevoir son quota de référence de 30.000 « migrants », elle devrait payer une amende de 7,5 milliards d’euros. Colossal.

    Nul récalcitrant ne sera toléré, tant les pays d’Europe centrale que l’Autriche. Signal a été envoyé aux velléitaires d’accepter le viol de leurs frontières par les cohortes de réfugiés, souvent munis de faux papiers, parfois envoyés par l’État islamique pour commettre des attentats.

    La mesure, prise à la va-vite, sans consultation préalable des différents Parlements nationaux des États membres, témoigne de la volonté idéologique de l’Union d’installer durablement des multitudes extra-européennes supplémentaires, sans considération aucune pour l’équilibre identitaire, économique et social des pays concernés. Pis : cette politique ne retiendra pas les candidats potentiels à l’émigration venus du sud, qui seront inévitablement attirés vers une terre promise bientôt condamnée à l’enfer de la récession et à l’atomisation multiculturelle.

    Peter Szijjártó, chef de la diplomatie magyare, a déclaré que le projet envisagé par la Commission constituait un « chantage ». Un chantage auquel il ne faut surtout pas céder. Il n’est pas excessif de dire que les États membres de l’Union ont été dépossédés de leurs souverainetés politiques. Qui peut nier que le contrôle des entrées et des sorties d’un territoire national est consubstantiel à la souveraineté ? Personne. Il n’y a donc plus de véritables États-nations en Europe, hors les pays qui refusent de céder aux délires bruxellois.

    En outre, comme on pouvait s’y attendre, le pacte germano-turc commence à produire ses effets tragiques. Nous sommes quelques-uns à annoncer depuis plusieurs mois que l’Europe se comporte en dhimmi de la Turquie, payant sa « jizya ». Nous avions raison.

    Ahmet Davutoğlu, deuxième cerveau du sultan Erdoğan, était ravi le 4 mai au soir. Il a tout obtenu. Nonobstant les quelques protestations d’usage de la droite européenne, Bruxelles a accepté que les Turcs soient libres de circuler en Europe. Il n’y a même plus de mots pour décrire cette trahison historique qui a conduit les autorités européennes à permettre aux 79 millions de Turcs, musulmans, à la culture éloignée de la nôtre, de pouvoir s’installer sur le continent, tout en essayant de nous faire croire que la décision était prise pour lutter contre l’afflux massif de « migrants ».

    Pensez donc que pour diminuer le nombre de nouveaux arrivés en Europe, nous donnons aux Turcs, eux aussi immigrés, la possibilité de venir. Il faut l’écrire deux fois pour réaliser. Nous sommes au bord du précipice, gouvernés par des traîtres. Il faudra un jour les juger.

    BV

  • A Séville, l’Espagne met au jour un trésor romain

    Séville-Espagne-trésor-romain1-e1462025236322.png

    Séville-Espagne-trésor-romain-e1462025056849.png

     

    Plusieurs amphores encore scellées.


     
    Dix-neuf amphores romaines datant du IVème siècle de notre ère, et contenant 600 kilos de bronze et de pièces ont été découvertes à Tomarès, près de Séville en Espagne. C’est en creusant pour monter une installation électrique dans un parc que les ouvriers affectés à ce chantier ont découvert ce trésor, dont la valeur est estimée pour l’heure à plusieurs millions d’euros.
     
    Le trésor se constitue donc de dix-neuf amphores remplies de pièces de bronze datant du IIIe et IVe siècle. Selon les estimations des spécialistes qui se sont penchés sur cette découverte, cette monnaie pourrait provenir d’une taxe collectée par l’armée à cette époque.
     

     

    Un trésor découvert à Séville

     
    C’est à l’occasion de travaux sur des canalisations à Tomarès, une petite ville de quelque 25.000 habitants, située dans la province de Séville, que les ouvriers ont découvert ces amphores, qui constituent, en dehors d’une valeur pécuniaire qui reste à préciser, un trésor d’une grande valeur historique, ont annoncé jeudi les autorités locales.
     
    « C’est un ensemble unique, et il y a très peu de cas similaires », a déclaré lors d’une conférence de presse Ana Navarro, la directrice du Musée archéologique de Séville, où ces vestiges ont été entreposés.
     
    « Nous n’en connaissons pas d’autre qui date du Bas-Empire romain », a-t-elle précisé, en expliquant que ces amphores découvertes dans un village de la province de Séville contenaient 600 kilos de pièces en bronze datant du IIIe ou du IVe siècle, paraissant comme neuves.
     
    Ana Navarro n’a pas voulu se risquer à une estimation précise, mais a tout de même estimé que la valeur totale de cette découverte atteindrait « certainement plusieurs millions d’euros ». Les monnaies, romaines, a-t-elle en outre indiqué, sont frappées d’inscriptions correspondant aux empereurs Maximin et Constantin, et semblent n’avoir jamais été utilisées.
     

    Le passé romain de l’Espagne

     
    « Il est probable que certaines ont un bain d’argent, et pas seulement de bronze », a-t-elle encore ajouté. Pour la responsable du Musée archéologique de Séville, toutes sortes d’hypothèses peuvent être envisagées sur leur usage et leur destination. Mais le plus probable, estime-t-elle, est que ces monnaies étaient destinées à rémunérer des fonctionnaires ou des soldats.
     
    Sur les dix-neuf amphores retrouvées au total, neuf sont absolument intactes.
     
    L’élément historique n’est sans doute pas moins important que la question de la valeur effective de ce trésor. On sait que les premières légions romaines ont atteint la péninsule ibérique en 218. Les Romains ont ensuite dominé le pays jusqu’au début du Ve siècle, avant d’être chassés à cette époque par les Wisigoths.
     
    Les travaux ont été suspendus pour permettre davantage de fouilles, dans l’espoir de découvrir d’autres éléments d’un trésor plus vaste…
     

    François le Luc

    RT

     

  • Un orchestre symphonique russe a donné un concert à Palmyre (Vidéo)

    https://fr.sputniknews.com/culture/201605051024758920-syrie-palmyre-orchestre-guerguiev/

  • Marine ... au secours!

    marine-le-pen-la-presidente-du-parti-d-extreme-droite-front-national-lors-de-son-discours-du-1er-mai-2014-a-paris-devant-le-drapeau-de-l-union-europeenne-qu-.jpg

    Oui, Marine Le Pen fait de la politique.

    Journaliste, écrivain
     

    En visite au Lycée français de Berlin, Angela Merkel a bien coché les cases de sa liste de commissions : « Je vais essayer de contribuer à ce qu’évidemment d’autres forces politiques soient plus fortes que le Front national pour autant qu’on puisse le faire de l’étranger. » Après la visite de Barack Obama, son tuteur légal, elle ne pouvait effectivement faire moins ; soit étouffer dans l’œuf toute tentative de renaissance d’un pouvoir fort en Europe.

    Quand le président Kennedy était venu faire son numéro de claquettes berlinoises, la feuille de route était déjà sensiblement la même : torpiller l’alliance du général de Gaulle et de Konrad Adenauer et éviter la naissance d’un axe franco-allemand ; la lutte anticommuniste, ou aujourd’hui anti-islamiste, a toujours eu bon dos dès lors qu’il s’agissait de promouvoir les intérêts de l’Oncle Sam.

    Tout cela est très logique. Ce qui l’est déjà moins, c’est l’entêtement tout agricole d’une certaine « extrême droite » à lapider Marine Le Pen.

    Depuis quelques années, des groupuscules tels que Ras l’Front font l’économie de journaux imprimés sur du papier avec de l’encre dessus, tandis que leurs sites Internet font plus pitié qu’autre chose. Ils ont bien raison. D’autres folliculaires « d’extrême droite » font le vilain boulot à leur place, mettant en doute la vertu d’une Marine Le Pen ou les mœurs d’un Florian Philippot.

    Pis : il est reproché à la présidente du Front national de ne pas savoir faire de politique, au seul motif qu’elle bouderait des mouvements tels que LMPT et tiendrait pour quantité négligeable des revendications sociétales telles que la lutte contre l’avortement, voire même la contraception ; revendications auxquelles on pourrait aussi ajouter interdiction du rap à la radio, retour de la dynastie capétienne sur le trône de France et remplacement des ronds-points par des ponts-levis.

    On nous parle donc d’une nécessaire « union des droites » en vue du second tour de l’élection présidentielle de 2017, avec la « vraie droite » en nécessaire force d’appoint, il va sans dire. C’est marrant, cette « vraie droite », en plus de trente ans de presse et de militantisme politique, je ne l’ai jamais vue. Dahu ? Trèfle à quatre feuilles ou mouton à cinq pattes ? Ou plutôt si, on l’a toujours vue à l’œuvre pour contrecarrer le Front national. De Pasqua en Millon, de Villiers en Dupont-Aignan, de Miguet en Garcimore : un tel défilé de bonshommes plus ou moins appointés par le pouvoir a tout de même de quoi vous donner le tournis.

    Alors oui, Marine Le Pen fait de la politique. Tend à délaisser les questions sociétales pour se concentrer sur la seule raison qui vaille, sachant bien que les voix qui pourraient l’amener au pouvoir peuvent venir tout autant, voire plus, de la gauche que de la droite.

    La question sociale ? Celle de la France des oubliés, des invisibles, de nos campagnes qui se meurent, des villes qui s’enlaidissent, du chômage de masse, alors que d’autres en sont encore à mendier les oracles de grands patrons – de droite, paraît-il –, mais qui auraient la fibre sociale et catholique…

    Mais question sociale qui en amène une autre, plus politique : cette mondialisation globalisée est principalement le fait des Américains, donc d’une idéologie libérale, consumériste et hédoniste. Certains, à droite, prétendent qu’il est possible de dompter la bête. Marine Le Pen n’y croit pas. Les chômeurs de longue durée, les travailleurs contraints de dormir dans leurs voitures, les paysans qui se suicident, les Français qui ne se sentent plus chez eux en France non plus. Au secours, Marine !

    BOULEVARD VOLTAIRE

  • VIDEO - Quota de clandestins dans les pays de l’UE : une amende de 250 000 euros qui ulcère à l’Est et agace à l’Ouest


    Quota de réfugiés dans les pays de l'UE : une amende qui fait débat




     Download PDF

    « La réaction a été immédiate et pour le moins tranchée de la part des quatre pays visés par cette mesure et qui étaient réunis à Prague », explique le journaliste Valéry Lerouge sur France 2. « La Pologne demande s’il ne s’agit pas d’un poisson d’avril en retard tant cette mesure n’est pas sérieuse et met à mal la souveraineté nationale. La Hongrie estime qu’il s’agit d’un chantage inacceptable et non européen, même tonalité chez les Slovaques ou les Tchèques », continue-t-il.

    La mesure n’enthousiasme pas non plus les autres États membres. « La France notamment estime que la Commission fait là un peu de bons sentiments et d’autoritarisme et que la mesure ne pourra jamais être adoptée par les chefs d’État ici, car trop coercitive et trop clivante »