Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Blog - Page 521

  • Profanation du cimetière de Castres : festival de novlangue, encore un “déséquilibré” musulman

    Tombe.jpg

    Capture.PNG tweet.PNG

     

    18/04/2015 – FRANCE (NOVOpress via Kiosque courtois)
    A Castres, ce sont des tombes chrétiennes qui ont été profanées (215 tombes). Dans ces conditions, la majorité des médias a préféré parler de tombes « dégradées »  ou « vandalisées ». Il en est de même de François Hollande. Le terme « profané » est réservé aux tombes juives et musulmanes, les seules jugées sacrées. Comme l’explique Madame Léridon, directrice de l’information de l’AFP : « On pèse les mots. »

    La procureure‑adjointe a déclaré « N’avoir vu aucune connotation à caractère religieux ou racial ».

    Pourtant, de nombreuses croix ont été cassées ou jetées à terre. « Ce sont clairement des atteintes aux symboles de la foi chrétienne. », a déclaré le maire de Castres.

    Le suspect interpellé était en djellaba et récitait des prières musulmanes ! Mais, selon la procureure adjointe, « étant dans un état délirant inaccessible à la communication, le suspect a été hospitalisé d’office ». Bon sang, mais c’est bien sûr, encore un « déséquilibré ».

  • Sondage: l'action de François Hollande mécontente 78% des Français

    Hollande.jpg

    Partager sur Facebook Tweeter 

     

    18/04/2015 – FRANCE (NOVOpress)
    L’action de François Hollande mécontente 79% des Français, près de trois ans après son accession à l’Élysée, selon un sondage Opinionway pour LCI et Le Figaro publié vendredi.

    Selon ce sondage, 3% des personnes interrogées se disent «très satisfaites» de l’action du chef de l’Etat, 17% «assez satisfaites», 37% «assez mécontentes» et 42% «très mécontentes».

    52% des électeurs de François Hollande au premier tour en 2012 se disent « mécontents », comme 82% de ceux de Jean-Luc Mélenchon, 88% de ceux de François Bayrou, 92% de ceux de Nicolas Sarkozy et 92% de ceux de Marine Le Pen.


  • Florian Philippot face à Ruth Elkrief

  • Ni droite, ni gauche, le FN va tout droit!

    fn-bateau-1024x648.jpg

     

    À son époque déjà, Jeanne d'Arc fut celle qui mit fin à la terrible alternance des Armagnacs et des Bourguignons...
    0
    SHARES
     
     

    D’aucuns critiquent, ces derniers temps, le slogan du Front national « Ni droite, ni gauche », reprochant à ce parti d’entendre par là en réalité « Ni droite, ni droite », ce qui viendrait du fait que la tendance « chevènementiste » et jacobine aurait pris le dessus sur la ligne idéologique traditionnelle, plus libérale et/ou plus identitaire. Mais, au-delà de sa charge polémique, ce slogan renferme une sagesse politique qui permettrait au débat de gagner en hauteur de vue. Ainsi, quel sens profond pouvons-nous tirer de ce mot d’ordre, outre l’opposition évidente au système « UMPS » ?

    Tout d’abord, « Ni droite, ni gauche », c’est le refus de la division de la société entre ces deux directions opposées depuis 1789. Car la Révolution française n’invente pas les partis mais le déchirement de la cité pour des motifs idéologiques. Ainsi, ceux qui voudraient que le FN se proclame de droite par pureté doctrinale devraient se rappeler que cette posture est en elle-même une acceptation du jeu révolutionnaire qui circonscrit le débat public dans les limites qu’il veut bien tracer, c’est-à-dire, sans jamais pouvoir remettre fondamentalement en cause le système idéologique.

    Ensuite, ce slogan veut dire que le FN est autant attaché à la liberté d’entreprise et à l’allégement de la fiscalité qu’au rôle de l’État protecteur de l’économie nationale contre la mondialisation sauvage et à une solidarité minimale réclamée par la justice ; ainsi d’ailleurs qu’à la restauration des pouvoirs régaliens d’une nation souveraine. Il veut dire que la citoyenneté ne se confond pas avec l’identité, et l’on sait que le FN veut abolir le droit du sol et la double nationalité. Que le peuple n’est ni de droite ni de gauche, mais une communauté partageant l’héritage d’une civilisation. C’est encore accueillir tous les patriotes s’ils nous rejoignent dans la défense de notre liberté. Aller « tout droit », c’est tourner le dos aux querelles du passé. C’est faire la synthèse des mémoires, des forces, des idées et des passions pour renouer avec le destin national.

    Enfin, n’être ni de droite ni de gauche, c’est chercher le bien commun. À son époque déjà, Jeanne d’Arc fut celle qui mit fin à la terrible alternance des Armagnacs et des Bourguignons. En persuadant le « petit roi de Bourges » qu’il était le roi de France, elle lui permit de rejeter le traité de Troyes qui livrait le royaume aux Anglais. Il fallait d’abord gagner la bataille symbolique, avant de pouvoir bouter l’envahisseur. De ce fait, la geste johannique est éminemment politique. Certes, des mouvements d’inspiration fasciste ont pu avoir un tel positionnement dans l’histoire politique française. Mais s’il veut conquérir le pouvoir, loin de se retrancher dans un positionnement contestataire à l’instar des ligues d’entre-deux-guerres, le FN doit aller encore plus loin dans l’incarnation de la légitimité politique. Ce n’est qu’en s’élevant au-dessus de la mêlée que Marine Le Pen incarne cette légitimité.

     
    BOULEVARD VOLTAIRE
  • Après la tentative d'attentat, Filip Dewinter placé sous haute surveillance

    552f83bd3570fde9b2b9a025.jpg Filip de Winter.jpg

    La sécurité autour de Filip Dewinter a été renforcée après l'attaque armée survenue chez lui mardi matin, a annoncé la police mercredi soir.

    La police a confirmé avoir déployé des patrouilles supplémentaires devant la maison du député Vlaams Belang Filip Dewinter. Il est désormais suivi de deux gardes du corps et se déplace en véhicule blindé.

    Toutes ces mesures de renforcement de la sécurité interviennent suite à l'introduction d'un homme armé dans la maison du politique mardi matin. L'auteur n'a pas été appréhendé. Bien que Dewinter n'était pas présent chez lui au moment des faits, sa fille, enceinte, et son beau-fils sont tombés nez à nez avec l'homme masqué. La police ne connait pas les réelles intentions du criminel concernant un éventuel attentat mais les procureurs jugent les faits graves.

    Le politicien n'a pas l'intention d'écourter ses vacances à mer. La police lui a également conseillé de ne pas rentrer immédiatement chez lui, à Ekeren, car le suspect pourrait revenir sur les lieux. Dewinter tient à ne pas dramatiser la situation mais déclare être "particulièrement préoccupé avec sa fille enceinte".

    Le Vif.be - 16 04 15

  • La vie des Roms en Roumanie

  • Angleterre : une adolescente privée de cours car "trop rousse" pour son école

    4cbb1940-e4d3-11e4-a59c-0d25aede72b8_rousse.jpg

     

    En Angleterre, une adolescente de 17 ans est exclue de son lycée car ses cheveux sont trop roux au goût de l’administration. La jeune fille refuse de changer de teinte.

     

    Par | M6info – il y a 16 heures

    Une couleur « inappropriée »

    Stupeur et incompréhension car la jeune fille n’est pas nouvelle dans l’établissement, et jusqu’à présent aucun reproche ne lui avait été fait pour ses cheveux orangés. « J’ai d’abord eu très peur, puis j’ai fondu en larmes », explique-t-elle au Daily Mail. « Cela fait trois ans que j’ai la même couleur et personne n’a jamais rien dit ». Née rousse, Emily soigne sa chevelure qui est devenue de plus en plus brillante et orangée au fil des années. Une mutation qui visiblement ne passe pas auprès de l’administration du lycée qui juge la teinte « inappropriée » comme le bleu ou le vert, déjà bannis dans le règlement intérieur de l’établissement.

    La jeune chanteuse rousse

    Cette injonction à changer de couleur est mal vécue par l’adolescente qui fait de ses cheveux roux un trait marquant de sa personnalité. D’ailleurs, à l’école « tout le monde me connaît comme la jeune chanteuse rousse » rajoute dans les colonnes du journal celle qui aime se balader avec sa guitare à la main.

    Le soutien de ses parents

    Et ses parents la soutiennent. Sa mère, Julie, renchérit : « Emily est naturellement auburn, mais elle a adopté cette couleur depuis tellement longtemps que désormais cela fait partie d’elle… Le règlement intérieur indique clairement que les couleurs non naturelles sont proscrites comme le bleu et le vert, mais le roux n’est-ce pas une teinte naturelle ? ».

    La jeune fille a jusqu’à lundi prochain pour changer de teinte et se plier à la demande de sa direction, mais n’envisage pas de céder. A quelques semaines des examens, elle ne souhaite pas non plus rater des cours importants et a donc proposé de venir en cours les cheveux attachés ou cachés sous un chapeau. Mais la direction du lycée ne semble pas disposée à l’accepter.

    Le plus drôle rajoute la jeune fille, c’est que « mes cheveux étaient encore plus brillants que maintenant lors de la soirée de gala de l’école, et que j’ai gagné le concours de la meilleure coiffure ». No comment...

     M6info

  • Christianophobie: un mot qui fait peur

  • Racisme et antisémitisme: Valls présente 40 mesures à 100 millions d'euros - Cukierman impressionné

    http://www.fdesouche.com/589589-racisme-et-antisemitisme-valls-presente-40-mesures-100-millions-deuros

    + 3 VIDEOS

     

  • Un tweet de Michel ONFRAY

    Capture.PNG Onfray.PNG

  • La grande invasion : le grand remplacement c’est maintenant

    Present-Chard-FB.jpg

     

     

    17/04/2015 – EUROPE (NOVOpress via Présent du 16/04/2015))
    Près de 11 000 depuis le début du mois, plus de 6 500 au cours des deux derniers jours… Alors que l’Europe croule déjà littéralement sous le poids de l’immigration, les bateaux surchargés de clandestins en provenance de l’autre rive de la Méditerranée continuent de déferler sur les côtes italiennes sans susciter pour autant de réaction de fermeté de la part des autorités européennes.

    La grande invasion, le grand remplacement c'est maintenantLors des seules journées de dimanche et de lundi, les garde-côtes italiens ont ainsi porté secours à quelque 42 rafiots surchargés de clandestins, sans pouvoir toujours secourir l’ensemble de ces gens. Dimanche, en effet, quelque 400 migrants se seraient ainsi noyés lors du naufrage de leur embarcation. Le bateau, chargé d’environ 550 personnes venant majoritairement d’Afrique subsaharienne, aurait chaviré sous l’effet du mouvement des passagers apercevant les secours.

    En même temps, l’agence européenne de contrôle des frontières Frontex annonçait mardi que deux navires engagés dans l’opération « Triton » avaient essuyé des tirs de la part de passeurs souhaitant récupérer leurs rafiots, et rappelait qu’en février, déjà, des passeurs armés avaient obligé des garde-côtes italiens à leur rendre une embarcation dont ils venaient de secourir les passagers !

    Un déferlement devenu ingérable pour les autorités italiennes, qui redoutent avec le retour de la belle saison le déferlement de dizaines de milliers de migrants dans les mois à venir. Lundi, le ministre de l’Intérieur italien Angelino Alfano envoyait ainsi une directive aux préfets les appelant à trouver d’urgence pas moins de 6 500 places d’hébergement. Un appel qui a fait sortir de ses gonds le gouverneur de la région Lombardie et membre de la Ligue du Nord Roberto Maroni, qui a dit mercredi refuser de « subir cette invasion » en précisant qu’il y aura « zéro place en Lombardie tant que continuera cette attitude irresponsable ».

     

    L’Europe de Bruxelles est la première responsable

    C’est que, rappelait très justement Nicolas Bay dans un communiqué, l’Europe de Bruxelles et ses partisans sont les premiers responsables de cette situation.

    En effet, écrivait l’eurodéputé FN, « l’Europe passoire voulue par l’UMPS, celle des pompes aspirantes, de la régularisation des clandestins, des accords de Schengen et de la libre circulation, accélère le phénomène d’une immigration illégale désormais massive et incontrôlée. Face à cette déferlante migratoire sur le continent et à toutes les menaces et déstabilisations qu’elle engendre, l’UE (…) fait preuve d’une impuissance totale ». Et il ajoutait : « Devant l’immense échec de Frontex, un retour aux frontières nationales s’impose de toute urgence. Les immigrés illégaux ne répondant pas au droit d’asile ne doivent plus être accueillis ni aidés (…) mais renvoyés chez eux ! De la même manière que (…) les bateaux chargés de clandestins doivent être accompagnés, mais vers leurs ports de départ. »

    Franck Delétraz

  • Entretien avec Véronique Lévy, sœur de "philosophe"

     


     

     
     

     

    Après une jeunesse mouvementée, la sœur de BHL, issue d’une famille juive non pratiquante, a trouvé sa voie dans la religion catholique.

     

    Paris Match : Votre nom rappelle que, selon la tradition, vous descendez d’une des douze tribus d’Israël. Pourtant, vous avez décidé de vous convertir au catholicisme.

    Véronique Lévy : Mon arrière-grand-père était rabbin, mais mon père était très laïque. Je n’ai donc pas reçu d’éducation religieuse. C’est sur une page blanche de toute religiosité qu’est née ma foi. Le Christ est venu me chercher lorsque j’avais 3 ans, sur une plage du sud de la France, par l’intermédiaire d’une petite fille, Coralie, qui m’a dit  : « Si tu ne crois pas en Jésus, tu seras emportée par les robots. » Elle m’a appris le Notre Père et le Je vous salue Marie, que je me suis mise à réciter en cachette de mes parents.

     

    Quel genre de petite fille étiez-vous  ?

    Très solitaire et craintive, capable tout de même de bravoure, une fillette qui n’hésitait pas à s’éloigner très loin du rivage sur son bateau pneumatique  ! J’adorais les lieux déserts, abandonnés. Les gens défendus. Mes deux obsessions étaient d’être amoureuse et de trouver un médicament contre la mort.

     

    Quels étaient vos rapports avec vos deux frères aînés, Bernard-Henri et Philippe  ?

    Ils avaient vingt ans de plus que moi. Philippe ayant eu un grave accident, ma mère lui consacrait beaucoup de temps. C’était une femme peu tactile  ; et moi, j’étais en manque d’affection. Mon père, auquel j’étais très attachée, me ­prenait sur ses genoux  : « N’oublie pas que tu es une princesse. Tu fais partie d’une des familles juives les plus anciennes. » Moi, cela ne me disait rien. À l’école, on m’avait surnommée « Pont-Levis ».

     

    Chez vous, nul n’évoquait jamais la guerre et les persécutions contre les Juifs  ?

    Mes frères parlaient très souvent de la Shoah et cela m’agaçait. J’avais envie d’aller vers la lumière, vers la vie. [...]

     

    Aviez-vous parlé de votre projet à votre famille  ?

    Quand j’ai annoncé à Bernard-Henri que j’allais devenir catholique, il a cru que j’étais folle. Il m’a dit  : « C’est une toquade. Je suis certain qu’elle te passera et que tu reviendras au judaïsme. » Je lui ai répondu  : « Je suis revenue au judaïsme puisque je suis catholique. » Le chrétien est un juif accompli et fidèle. Mon frère est tout de même venu à mon baptême et à la veillée pascale.

    Lire l’intégralité de l’entretien sur parismatch.com

    E&R

  • Chloé, victime de son bourreau mais aussi de choix politiques


     17 avril 2015 / Mots-clés : , /  

    Edito de Nicolas Bay (17.04.2015), Secrétaire Général du Front National

    Le meurtre atroce de Chloé, fillette de 9 ans enlevée mercredi après-midi à Calais, illustre tragiquement le degré de défaillance de notre système judiciaire, le laxisme des politiques pénales conduites tant par l’UMP et le PS, et la nécessité de retrouver la maîtrise de nos frontières nationales.

    L’homme qui est passé aux aveux, de nationalité polonaise, a à son actif un long parcours de criminel multirécidiviste, des vols et violences volontaires aux séquestrations. Condamné en 2010 à six ans de prison et à une interdiction définitive du territoire, il était sorti de prison voici un an et n’avait évidemment pas respecté cette interdiction. Grâce à Schengen et à l’absence totale de contrôle aux frontières, ce criminel notoire a donc pu revenir en France et commettre ce crime ignoble.

    Par la voix de ses dirigeants, la Front National a exprimé toute sa compassion à la famille de la petite Chloé. Mais il convient de rappeler une évidence : Chloé est la victime de son bourreau bien sûr, mais aussi, à travers lui, de choix politiques. Un changement est urgent. Tout d’abord, l’idée de frontière doit être réhabilitée : les frontières sont avant tout un élément de protection pour un pays et ses citoyens, et on ne peut pas décemment continuer à sacrifier la sécurité des Français au nom de dogmes idéologiques. C’est pourquoi nous réclamons le rétablissement de l’expulsion automatique des délinquants et criminels étrangers (abolie par Nicolas Sarkozy) et la suspension des accords de Schengen pour rétablir un contrôle strict à nos frontières. Nos politiques pénales et judiciaires doivent aussi être réformées en profondeur. La question du rétablissement de la peine de mort pour les crimes les plus atroces et symboliques doit être posée aux Français. Seuls le Front National et Marine Le Pen portent cette promesse d’un retour de la fermeté et donc de la sécurité.

  • Communiqué de presse du Bureau politique du Front National

        Communiqués / 17 avril 2015 / Mots-clés : /   

    Lors de sa réunion du vendredi 17 avril, le Bureau politique du Front National, réuni en formation de Commission d’investiture, a désigné 7 de ses 13 futures têtes de liste pour les élections régionales des 6 et 13 décembre 2015 :

    Bourgogne Franche-Comté :
    Sophie MONTEL
    45 ans, mariée, 2 enfants
    Membre du Bureau politique du FN
    Député français au Parlement européen
    Présidente du groupe FN au Conseil régional de Franche-Comté

    Bretagne :
    Gilles PENNELLE
    52 ans, marié, 7 enfants
    Membre du Bureau politique du FN
    Secrétaire départemental FN 35
    Conseiller municipal de Fougères

    Ile-de-France :
    Wallerand de SAINT JUST
    64 ans, marié, 4 enfants
    Trésorier national du FN
    Membre du Bureau exécutif et du Bureau politique du FN
    Secrétaire départemental FN 75

    Languedoc-Roussillon Midi-Pyrénées :
    Louis ALIOT
    45 ans, 2 enfants
    Vice-président du FN
    Membre du Bureau exécutif et du Bureau politique du FN
    Député français au Parlement européen
    Conseiller municipal de Perpignan

    Normandie :
    Nicolas BAY
    37 ans, marié, 3 enfants
    Secrétaire général du FN
    Membre du Bureau exécutif et du Bureau politique du FN
    Député français au Parlement européen
    Président du groupe FN au Conseil régional de Haute-Normandie

    Pays de la Loire :
    Pascal GANNAT
    59 ans, marié, 9 enfants
    Membre du Bureau politique du FN
    Secrétaire départemental FN 72
    Ancien Conseiller régional et municipal

    Provence Alpes Côtes d’Azur :
    Marion MARÉCHAL LE PEN
    25 ans, mariée, 1 enfant
    Membre du Bureau politique du FN
    Secrétaire départementale FN 84
    Député du Vaucluse

  • Le tueur présumé de Chloé mis en examen

    XVM1ef820c6-e4d7-11e4-8524-d3694ab0cab9.jpg polonais.jpg

     

     

    Zbigniew Huminski, le meurtrier présumé de Chloé. DR.

     Zbigniew Huminski avait été qualifié de «psychopathe» par un expert en 2009. Dans son rapport, ce dernier estimait le risque de récidive «fort probable».

     
     

    Le suspect polonais de l'enlèvement puis du viol et du meurtre de Chloé, neuf ans, a été mis en examen ce vendredi pour enlèvement, viol et séquestration suivie de mort sur mineur de 15 ans par un juge d'instruction de Boulogne-sur-mer (Pas-de-Calais), a annoncé son avocat. Le parquet a requis le placement sous mandat de dépôt de Zbigniew Huminski, 38 ans, qui devait encore passer devant le juge des libertés et de la détention. Il encourt la réclusion à perpétuité.

    Comment cet homme a-t-il pu en arriver là? Ce viol et cet assassinat auraient-ils pu être évités? Difficile à dire. Mais ce qui est sûr, c'est que Christian Soenen avait déjà tiré la sonnette d'alarme en 2009. Ce psychologue qui avait expertisé Zbigniew Huminski, alors en détention provisoire pour une série d'aggressions commises dans le Calaisis, avait rendu un rapport accablant sur le Polonais multirécidiviste. La rencontre a eu lieu le 31 août 2009. Christian Soenen, qui exerce dans la ville de Berck, s'est rendu à la prison de Longuennesse. «D'emblée, il m'est apparu particulièrement impulsif. On ressentait une vraie violence en lui et une absence totale de culpabilité», se souvient l'expert judiciaire, interrogé par Le Parisien. «Je réalise un certain nombre d'expertises, et je me souviens que dans ce cas précis, je l'avais qualifié de pychopathe», un diagnostic lourd et rare selon le praticien.

    «J'ai fait des bêtises»

    Le jour de l'entretien, Zbigniew Huminski ne s'est pas montré très bavard. L'homme alors âgé de 32 ans ne s'est pas trop attardé sur sa vie de famille, ni sur ses séjours en prison en Pologne et en France. Le praticien l'interroge alors sur les agressions commises au domicile de deux femmes quelques mois plus tôt. Il avait notamment menacé au couteau et frappé une vielle dame de 78 ans et s'était introduit chez une femme dans la même soirée. «J'ai trop bu et j'ai pas réfléchi, j'avais besoin d'argent...J'ai fait des bêtises», avait-il tenté de justifier. La question de l'alcool est incontournable pour comprendre cet homme. «Quand j'y touche, je peux pas réfléchir, alors je fais ça, avait-il admis. Je vais arrêter».

    Avec le recul, Christian Soenen réalise à quel point son rapport mettait en garde les autorités judiciaires. Ses conclusions étaient sans appel: Zbigniew H. pouvait recommencer. Dans son rapport, dont Le Parisien publie une petite partie, il avait écrit: «Récidive fort probable avec fort potentiel de violence non négligeable. Le pronostic d'une réadaptation reste très aléatoire voire illusoire». «Le sujet présente les caractéristiques d'une personnalité aux traits psychopathiques et laisse ressortir une certaine dangerosité potentielle», estime encore le psychologue. Ce rapport «expliquait tout, mais [Zbigniew] n'a sans doute pas bénéficié du suivi qui aurait été nécessaire», conclut l'expert qui ignore si le Polonais a été expertisé à nouveau ou suivi durant sa détention.

    LE FIGARO

  • Meurtre de Chloé : la droite et le FN dénoncent les failles du système judiciaire

    XVM5aeef842-e4e7-11e4-a43f-af3e26c196e9.jpg Tuabira.jpg

    Capture.PNG - Marion.PNG

    Home LE SCAN Les verbatims            

      • Par Marc de Boni
      • Mis à jour le 17/04/2015 à 15:47
      • Publié le 17/04/2015 à 12:10

     

     

    LE SCAN POLITIQUE/VIDÉO - Le parcours du suspect, qui a avoué avoir agressé et tué la fillette, offre à l'opposition un angle d'attaque contre les réformes de la politique pénale entreprises par la ministre de la Justice Christiane Taubira et sur la libre circulation au sein de l'Europe.

     
     

    Après les aveux du ressortissant polonais suspecté d'avoir violé et tué la petite Chloé, 9 ans, mercredi à Calais, les réactions indignées se succèdent à droite pour critiquer les manquements du système judiciaire. Dans le collimateur des cadres de l'opposition, Christiane Taubira et la politique pénale du gouvernement. Les accords de libre circulation au sein de l'Europe et le fonctionnement de l'espace Schengen sont également visés. Il s'avère en effet que le suspect avait été expulsé du territoire suite à une condamnation, avant de revenir en France. La gauche s'indigne face aux critiques et parle de «récupération» du drame.

    L'un des premiers à monter au créneau est le numéro 3 de l'UMP Laurent Wauquiez, un adversaire déclaré de la libre circulation aux frontières. Le secrétaire général du parti a ainsi affirmé que le drame «confirme que la politique de désarmement pénal de Mme Taubira est une folie». «Il y a trop de questions sans réponse. Y a-t-il eu une défaillance majeure dans l'exécution de la peine? Pourquoi quelqu'un qui devait être reconduit à la frontière et expulsé ne l'a pas été? Nous demandons que l'inspection générale des services judiciaires soit saisie», s'est-il indigné. Des critiques contre la ministre de la Justice auxquelles a fait écho Rachida Dati sur BFM TV ce vendredi: «Moi quand j'étais Garde des Sceaux, j'ai créé la rétention de sûreté (…), la rétention de sûreté que souhaite supprimer Madame Taubira. La rétention de sûreté, ça permet de ne pas remettre en liberté, même quelqu'un qui a purgé sa peine, mais que les experts considèrent dangereux», regrette la maire du VII arrondissement de Paris.

    Espace Schengen et libre circulation

    Invitée sur BFM TV, Valérie Pécresse a pour sa part estimé qu'il fallait «revoir» en urgence les accords de Schengen. «Il y a un problème avec Schengen, on l'a vu pour les terroristes. Les terroristes se déplacent, ils reviennent du djihad, ils rentrent dans Schengen, ils peuvent se déplacer sans jamais être contrôlés. Là, on a un interdit du territoire qui vient commettre un meurtre et un viol atroce sur le territoire français, alors qu'on sait que ce type était dangereux», a-t-elle déclaré jeudi soir.

    S'il juge ce vendredi sur iTélé que «la politique de la garde des sceaux est critiquable» et que «la politique de désarmement pénal est une folie» pour le député des Yvelines Henri Guaino le problème est ailleurs. Selon lui, Schengen n'est pas le premier problème dans cette affaire. «La question centrale dans cette affaire, c'est la liberté de circulation totale qui met la sécurité des français à la merci des autorités polonaises (…) Le principe de liberté de circulation au sein de l'Union européenne, ce n'est pas dans Schengen, c'est dans tous les traités européens. Là c'est à l'intérieur de l'Europe que l'on peut circuler librement. Ça ne veut plus rien dire de supprimer l'accès au territoire à un citoyen européen puisqu'il peut revenir sans que vous le voyiez. Il faut poser des limites à la libre circulation elle doit être conditionnelle, aucun principe ne peut être absolu», fait valoir l'ancienne plume de Nicolas Sarkozy.

     

    Tir nourri en direction de la place Vendôme également chez les cadres du FN. «Chloé: un meurtre odieux consécutif au laxisme d'Etat?», s'interroge ce vendredi sur son blog le vice-président du FN Steeve Briois. «Le meurtre de Chloé, qui nous bouleverse tous, pose la question de Schengen et du laxisme d'État», reprend le sénateur-maire de Fréjus David Rachline au micro d'Europe 1. «Le gouvernement demande des comptes à la Pologne? Qu'il regarde plutôt la poutre qu'il a dans l'œil», juge pour sa part le trésorier du parti de Marine Le Pen Wallerand de Saint-Just. Invité de France Info, Florian Philippot a pour sa part «conseillé à Madame Taubira» «d'arrêter de faire des poèmes sur Twitter et de se mettre au travail.»

    LE FIGARO

     

  • Diego VELASQUEZ (1599-1660)

    1024px-RokebyVenus.jpg

    La Vénus au miroir  (1649-1651)

  • États-Unis : Un os de babouin dans le squelette de « Lucy » !

    J-2
    En voulant faire une copie de cet illustre squelette d’Australopithèque afarensis, qui comprend 89 précieux ossements, les chercheurs sont tombés sur un os…

     

    En étudiant Lucy, l’un des plus célèbres hominidés au monde, co-découvert en 1974 sur les bords de la rivière Awash à Hadar (Éthiopie) par le scientifique français Yves Coppens, des chercheurs du Muséum d’Histoire Naturelle et de l’université de New York ont découvert un petit os de trop… En le regardant de plus près, ils ont été les premiers à constater que cette vertèbre ne collait pas avec l’ensemble de la colonne vertébrale de Lucy ! [...]

    « Les résultats ont montré que le fragment n’appartenait pas à un Australopithèque du tout ! » ont expliqué les scientifiques. Selon ces spécialistes, c’est une vertèbre de… babouin (gélada) de la famille des cercopithécidés, qui se serait ainsi retrouvée mêlée aux restes de Lucy !

    Sciences & Avenir