Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/01/2015

Eric Zemmour : "Moquer la shoah est devenu blasphématoire"


Éric Zemmour : "À chacun son sacré" par rtl-fr

 E&R

20:22 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Plus dure sera la (re)chute

lundi 19 janvier 2015

 

 

La cote de popularité de François Hollande, selon l’Ifop, a fait un bond de 21 points, ce qui est un record historique.

Vive le terrorisme, en quelque sorte.

Hier, l’INSEE a annoncé qu’il y aura plus de 100.000 chômeurs de plus en 2015. Le taux de chômage officiel en métropole devrait passer de 9,9% à 10,3%. Et le nombre total d’inscrits à Pôle Emploi devrait passer de 5,2 à près de 5,4 millions de personnes.

C’est il y a un an, maintenant, que la courbe du chômage devait s’inverser.

Le blog d'Yves DAOUDAL

20:01 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Renaud Camus et Charlie Hebdo

tumblr_inline_nifn66VZas1r5ed6h.jpg

 

“Il s’agissait de se procurer coûte que coûte le numéro de Charlie Hebdo élaboré depuis le massacre par les survivants. Alors que le journal se vend habituellement à trente mille exemplaires, si je ne me trompe, ce numéro-ci était tiré à trois millions de copies. Et certes on peut concevoir que les Français aient voulu rendre hommage aux morts, témoigner de leur attachement à la liberté de la presse, défier les tueurs, ceux qui les ont envoyés et tous ceux qui les approuvent, les excusent ou les justifient (et qui sont innombrables). Mais enfin puisque c’était déjà, peu ou prou, l’objet de la marche géante de dimanche, cette nouvelle proclamation à la face du monde des mêmes sentiments avait quelque chose d’inutilement répétitif, d’un peu cabotin, même, de la part du peuple, d’inquiétamment automatique, convenu, mimétique, m’as-tu-vu. Surtout, cette ruée vers le magazine présentait à l’œil un caractère affreusement voisin de ce qui s’observe pendant les soldes ou à la sortie d’un nouveau smartphone, ou d’un nouveau volume des aventures d’Harry Potter. Ne manquaient même pas aux reportages les interviews de malheureux qui avaient passé la nuit dans le froid sur le trottoir, dans des sacs de couchage, afin d’être bien certains d’avoir leur journal, au matin ; et moins encore, il va sans dire, les scènes rituelles, que je trouve tellement déprimantes pour l’espèce, toujours, de foules frénétiques se baissant et baissant encore pour passer sous le rideau de fer coulissant quand il se lève, à l’heure de l’ouverture des “maisons de la presse”. Les gens expliquent qu’ils veulent absolument que leurs petits-enfants, un jour, aient entre les mains cette précieuse relique.

Or qu’est ce que l’objet de cette frénésie ? Qu’est-ce que les Français de 2015 tiennent si fort à mettre sous les yeux de leurs enfants et petits-enfants qu’ils se battent pour se l’arracher, littéralement ? C’est ce qu’il faut bien appeler, maintenant que le première phase du deuil rituel est passée, un immonde torchon, qui eût soulevé d’horreur, d’incrédulité et de dégoût leurs parents, leurs grands-parents et tous leurs aïeux, lesquels, pas un instant, n’eussent pu se persuader qu’une telle laideur, une telle bassesse, une telle imbécillité triomphante, ait pu jamais voir le jour dans leur pays, et qu’on s’en targue. Richard Millet, à ma totale stupéfaction, parle de l’immense talent, je crois bien, de certains des dessinateurs de Charlie Hebdo. Je ne vois pour ma part qu’une poignée de demeurés n’ayant jamais passé l’épreuve du toilet-training, faisant salement un sale travail, et dont tout le comique, qui a bien dû me faire rire une ou deux fois, soit, relève de l’espèce la plus basse, l’imbécile transgression, cette impasse sans fin.

Je n’ai pas vu directement le numéro, hier, mais je sais qu’on y voit par exemple la très vieille sœur Emmanuelle, représentée bien sûr de façon à bien mettre en valeur ses laideurs de presque centenaire, se féliciter, elle qui n’a fait toute sa vie que se branler, de pouvoir à présent sucer des bites. C’est stupide, c’est répugnant, ce n’est absolument pas drôle, c’est triste comme les saletés d’un vieillard retombé en enfance, dans la cour ou le vestibule d’un hospice mal tenu. Nous sommes pour la liberté de la presse. Nous sommes pour la liberté de la presse. Nous sommes pour la liberté de la presse. Et surtout nous ne sommes pas du tout favorables à ce que ceux qui en abusent, par bêtise et par manque de goût, ou pour toute autre raison que ce soit, soient assassinés par des tueurs. Mais combien on aimerait vivre dans une société où la liberté ce ne soit pas cela — ni d’ailleurs les hideuses, pour la plupart, et non moins abjectes, caricatures de Mahomet…”

 

Renaud Camus

ZENTROPAVILLE

 

19:14 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Marine déavoue Chauorade pour sa vi_déo, Jean-Maie le soutient

uZ2mwDd.jpg

http://www.fdesouche.com/555033-marine-pen-desavoue-aymer...

 

02:55 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Paris 15e : 11 véhicules incendiés hier, 42 véhicules dégradés ou incendiés depuis une semaine

n3bjjGg.jpg

21h01

Dernier événement en date, dimanche, rue François Villon, où neuf deux-roues et deux voitures ont été incendiés. La veille, une trentaine de véhicules avaient été dégradées à coups d’extincteurs. Et le 11 janvier, quatre voitures avaient été brûlées.

Des actes « pris très au sérieux » par la police et dont les auteurs sont activement recherchés.

Source

 

FDS

02:00 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

AFFAIRE CHARLIE : DISSENSIONS AU SEIN DE L'OTAN

 

AFFAIRE CHARLIE : DISSENSIONS AU SEIN DE L'OTAN - Colère feutrée de Washington et rumeurs persistantes

 


Colère feutrée de Washington et rumeurs persistantes



Michel Lhomme
le 19/01/2015
L'ambiance au sein de l’OTAN mais aussi à Washington serait très vive sur les attentats liés à l’Affaire Charlie Hebdo. Des personnalités turques de premier plan viennent de jeter de l'huile sur le feu en accusant le Mossad israélien d'être les instigateurs des attentats. « Le Mossad est derrière les attentats de Paris », c'est ce qu'a en effet ouvertement déclaré le maire d'Ankara (AKP), Melih Gokcek. Ce n'est  ni un excité, ni un complotiste mais une personnalité turque de premier plan, de la majorité islamo-conservatrice du président Erdogan. Il en a donné l'explication et lié les attentats survenus en France « à la reconnaissance de l’Etat palestinien   ». 

Effectivement, si c'était le cas, il ne s'agissait pas de faire remonter la côte de popularité de François Hollande dont tout le monde à l'étranger se contrefout. Un autre notable turc, Ali Sahin, membre du Parlement turc et porte-parole du parti AKP a pour sa part indiqué qu’il soupçonnait que ces massacres aient été commis dans le but de « blâmer les musulmans et l’Islam». En Inde, le principal journal télévisé d'investigation , DNA , le plus regardé par des millions de téléspectateurs a exposé les deux versions officielles et non officielles des attentats du 7 janvier donnant particulièrement du relief au fait que les terroristes auraient pu être arrêtés vivants. Alors, s'agissait-il de donner ces victimes expiatoires à l'opinion publique ? Le plus surprenant dans ce journal indien mais on retrouve aussi la même chose dans des journaux latino-américains, c'est l'attention qui a été apporté par nos confrères étrangers au « suicide » du numéro 2 de la PJ de Limoges, Helric Fredou qui enquêtait sur Charlie hebdo. Ce commissaire était auparavant en poste dans la même circonscription que le Ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve qu'il avait longuement côtoyé dans sa fonction de commissaire central à Cherbourg. .
En Russie, Komsomolskaya Pravda était un des rares journaux du pays à faire sa une avec une photo en pleine page de la marche républicaine du dimanche. Et ce titre, inscrit en rouge: "L'attentat à Paris a-t-il été organisé par les Américains?". 

Enfin à Washington, le ministre américain de la Justice Eric Holder a déclaré qu’il n’y avait pas d’information crédible attestant qu’Al-Qaïda ou que l’EI soient derrière les attentats de Paris : « A ce stade, nous n’avons pas d’information crédible qui puisse nous permettre de déterminer quelle organisation est responsable de ces attaques », a déclaré le ministre sur la chaîne de télévision américaine ABC. Le général Martin Dempsey, plus haut gradé américain, a également estimé dimanche sur la chaîne Fox News que le lien démontrant qu’Al-Qaïda avait pu conduire l’attaque contre le magazine satirique français Charlie Hebdo n’avait pas été établi. « Les frères Kouachi, accusés d’être les auteurs de la tuerie de Charlie Hebdo, étaient inspirés d’une certaine façon. Ils n’étaient pas auto-radicalisés (…) il y a une indication que l’un d’entre eux avait reçu un entraînement au Yémen. Mais s’agissant de savoir si (l’attentat) était conduit par Al Qaïda, je ne pense pas que le lien soit établi », a déclaré le général Dempsey. Rappelons qu'officiellement, l’un des frères Kouachi, Chérif, s’était revendiqué d’Al-Qaïda dans la péninsule arabique (Aqpa), tandis que l’auteur présumé de la prise d’otages de la porte de Vincennes Amedy Coulibaly s’était réclamé de l’EI.

En Russie, Komsomolskaya Pravda était un des rares journaux du pays à faire sa une avec une photo en pleine page de la marche républicaine du dimanche. Et ce titre, inscrit en rouge: "L'attentat à Paris a-t-il été organisé par les Américains?". 

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Imprimer cet article
Envoyer à un ami
 
METAMAG
 

01:38 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

" Les islamophobes sont les idiots utiles de l'islamisme radical"

Accueil >> Microcosme

« LES ISLAMOPHOBES SONT LES IDIOTS UTILES DE L'ISLAMISME RADICAL » - Entretien avec Alain de Benoist

 


Entretien avec Alain de Benoist



Nicolas Gauthier*
le 19/01/2015
Nicolas Gauthier : Près de quatre millions de personnes qui défilent, après les attentats, pour un journal qui vendait péniblement à 30.000 exemplaires, c’est en soi un événement. Grand moment de communion nationale ou psychose collective ?
Alain de Benoist : Les manifestations auraient eu du sens si elles s’étaient bornées à exprimer de façon solennelle le refus du terrorisme par le peuple français. Organisées par le gouvernement et les partis politiques, elles se sont transformées en une immense vague d’identification victimaire symbolisée par le slogan « Je suis Charlie », promu de manière orwellienne nouveau mot d’ordre « républicain ». Dès lors, il ne s’agissait plus tant de condamner des attentats et des assassinats que de s’identifier aux « valeurs » de Charlie Hebdo, c’est-à-dire à la culture du blasphème et de la dérision.

Durant la manifestation et les jours qui ont suivi, dans une France plongée en état d’apesanteur et noyée dans la moraline, on aura tout vu. Les cloches de Notre-Dame de Paris sonnant le glas pour les bouffeurs de curé. L’« union nationale » sans le Front national. La « liberté d’expression » réduite au droit au blasphème et s’arrêtant à Dieudonné. Celle des caricaturistes dépendant de la personne visée (Mahomet en train de sodomiser un porc : tellement drôle ! Christiane Taubira en guenon : intolérable !). Des bataillons de chefs d’État (deux fois le G20 !) chantant les louanges d’un titre dont ils n’avaient jamais entendu parler huit jours plus tôt. Des millions de zombies se ruant dans les kiosques pour acheter, tel le dernier smartphone, un journal qu’ils n’avaient jamais eu la curiosité d’ouvrir depuis vingt ans. Le badge « Je suis Charlie » succédant au ruban pour le SIDA et à la petite main de « Touche pas à mon pote ». Spectacle surréaliste ! Tout le monde il est gentil, tout le monde il est Charlie, dans le grand hospice occidental transformé en bisounurserie. Les rédacteurs de Charlie Hebdo, qui se voulaient tout sauf « consensuels », auraient été les premiers stupéfaits de se voir ainsi canonisés. Quant aux djihadistes, ils ont dû bien rigoler : un défilé des moutons n’a jamais impressionné les loups.

Ces cortèges peuvent-ils être mis sur le même plan que le défilé gaulliste sur les Champs-Élysées en 1968, les marches contre Jean-Marie Le Pen en 2002 ou la déferlante de la Manif pour tous ?
Je ne le crois pas. Pour Valls et Hollande, la manifestation avait au moins six objectifs : marginaliser le Front national et neutraliser l’UMP (qui est évidemment tombée dans le panneau la tête la première) au nom de l’« union sacrée », solidariser les Français autour d’une classe politique gouvernementale discréditée, justifier l’engagement de la France dans une nouvelle guerre d’Irak où elle n’a rien à faire, mettre en place un espace policier européen où l’on sait d’avance que ce ne sont pas seulement les islamistes qui seront surveillés (Manuel Valls affirmant sans rire que les « mesures exceptionnelles » qu’il s’apprête à prendre ne seront pas des mesures d’exception !), faire croire que le terrorisme auquel nous sommes aujourd’hui confrontés a plus à voir avec le Proche-Orient qu’avec l’immigration et la situation des banlieues, enfin persuader l’opinion que, « face au terrorisme », la France, fidèle vassale du califat américain, ne peut qu’être solidaire de pays occidentaux qui n’ont jamais cessé d’encourager l’islamisme, tout en noyant leurs erreurs et leurs crimes derrière le rideau de fumée du « choc des civilisations » (Poutine n’avait bien sûr pas été invité !). Force est de reconnaître que tous ces objectifs ont été atteints.

J’ai eu le tort, dans un entretien précédent, de parler de réactions spontanées. Celles auxquelles ont eu droit les journalistes de Charlie Hebdo – mais non le malheureux otage français Hervé Gourdel décapité en Algérie trois mois plus tôt – ont en réalité été mises en forme par les injonctions sociales et médiatiques, la grande fabrique postmoderne des affects et des émotions. Il faudrait un livre entier pour analyser dans le détail ce coup de maître qui a permis, en l’espace de quelques heures, de récupérer la colère populaire au bénéfice d’une adhésion « républicaine » à l’idéologie dominante et d’une « union nationale » avant tout destinée à redresser la courbe de popularité du chef de l’État. La classe politique gouvernementale apparaît ainsi comme la principale bénéficiaire de la légitime émotion soulevée par les attentats.

On a enregistré ces derniers jours une recrudescence des actes antimusulmans (attaques contre des mosquées, etc.). Cela vous surprend ?
Cela me surprend d’autant moins que les attentats sont faits pour ça : stimuler une islamophobie que les terroristes djihadistes considèrent comme un « vecteur de radicalité » privilégié. Les terroristes islamiques adorent les islamophobes. Ils souhaitent qu’il y en ait toujours plus. Ils savent que plus les musulmans se sentiront rejetés par les non-musulmans, plus ils pourront espérer les convaincre et les radicaliser. Les djihadistes assurent qu’ils représentent le « véritable islam », les islamophobes leur donnent raison en disant qu’il n’y a pas de différence entre l’islam et l’islamisme. Que les premiers commettent des attentats alors que les seconds verraient plutôt sans déplaisir se multiplier les pogroms contre ceux qui « rejettent le mode de vie occidental » (le sympathique mode de vie mondialisé de la consommation soumise) n’y change rien. Les islamophobes sont les idiots utiles de l’islamisme radical.

À l’époque de la guerre d’Algérie, que je sache, on ne faisait pas grief aux harkis d’être musulmans, et l’on ne s’étonnait pas non plus qu’il y ait des mosquées dans les départements français d’Alger, d’Oran et de Constantine. Pour ma part, je ne ferai pas aux terroristes islamistes le cadeau de devenir islamophobe. Et je ne fantasmerai pas non plus sur la « France musulmane » comme Drumont fantasmait sur La France juive (1885), en associant mécaniquement islam et terreur comme d’autres associaient naguère les Juifs et l’argent.

* Source

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Imprimer cet article
Envoyer à un ami
 
METAMAG
 

00:56 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Dessins et desseins...

Bernamej_je_suis_charlie-04648-bdf7d.jpg

Konk_usa_somalie_serbie_panama_irak_libye_vietnam_japon-fc558-be815.jpg

TL_manuel_rvb_150dpi-f3339-fb558.jpg

Perth_charlie_chomage-2e651-52789.jpg

- Je ne veux pas être rabat-joie, mais qu'en est-il du chômage?

 

E&R

 

00:33 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Ajaccio : un drapeau français enlevé d’une école et brûlé, puis remplacé par un drapeau marocain

ajaccio-drapeau-francais-brule-drapeau-marocain.jpg

 

 

 

19/01/2015 – AJACCIO (NOVOpress)
Il s’agit d’un incident particulièrement grave qui exige une réaction immédiate et ferme de l’Education nationale, ainsi que de la justice. En effet, le drapeau français accroché au fronton d’une école maternelle d’Ajaccio a été retiré, brûlé et remplacé par un drapeau marocain. Ce fait divers qui est en réalité un acte de guerre – pour l’instant – symbolique nous est rapporté par nos confrères de L’Express :

La surprise a été totale ce lundi matin pour le personnel de l’école maternelle des Jardins de l’empereur, à Ajaccio. Alors qu’il était accroché au fronton de l’établissement, un drapeau français a été décroché durant le weekend, rapporte ce lundi une source proche de l’enquête. Ce dernier a ensuite été brûlé puis remplacé par un drapeau marocain, frappé de l’étoile verte du royaume chérifien. Selon Corse-Matin, l’action se serait déroulée dans la nuit de dimanche à lundi.

Le drapeau tricolore ornait la façade de l’école des Jardins de l’empereur, un quartier à forte population d’origine maghrébine, sur les hauteurs d’Ajaccio. L’emblème national était accroché entre ceux de l’Europe, bleu à étoiles dorées, et de la Corse à tête de Maure.

(…)

Une plainte a été déposée et une enquête ouverte par la Direction de la sécurité publique de Corse-du-Sud qui a procédé aux premières constatations. Les enseignants ont été appelés par les syndicats à débrayer ce lundi après-midi pour protester contre cette action.

>> Pour lire l’article dans son intégralité

00:11 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Pour un Pegida français (Présent 8275)

 

  Partager sur Facebook Tweeter 

 

19/01/2015- PARIS (NOVOpress)
Ambiance de résistance dans la petite salle qui accueillait dimanche les journalistes dans un hôtel parisien pour une conférence de presse, en remplacement de la manif interdite.


Une du numéro 8275 de "Présent"

Une du numéro 8275 de “Présent”

Alors que la manifestation contre l’islamisation organisée par Riposte Laïque et Résistance Républicaine était interdite par la préfecture, une manifestation haineuse « contre l’islamophobie » avait lieu dimanche au même moment, Place du Châtelet, avec des manifestants criant « Allah Akbar », dénonçant pêle-mêle dans leur discours l’attitude d’une partie des juifs de France, l’impérialisme français et réclamant le retrait des troupes françaises…

« Le ministre Cazeneuve est intervenu directement dans l’interdiction de notre manifestation, laissant entendre que nous étions islamophobes et que réclamer l’expulsion des islamistes attiserait la haine et la division chez les Français », a déclaré Christine Tasin, présidente de Résistance Républicaine. « On est en train de nous imposer l’interdiction de critiquer l’islam dans un pays non-musulman. »

Le gouvernement français ne veut surtout pas d’un Pegida à la française et fera tout pour l’éviter. De même qu’Angela Merkel est décidée à tout pour briser le mouvement Pegida.

Devant de nombreux journalistes dont la moitié venue de pays étrangers, Mélanie Dittmer, la jeune représentante allemande de Pegida (vêtue en permanence d’un gilet pare-balles en raison des menaces qui pèsent sur elle) a pu s’exprimer. Aux côtés de Pierre Cassen, de Christine Tasin et de l’écrivain Renaud Camus, elle était entourée de Pierre Renversez (Belgique), Armando Manocchia (Italie) et Jean-Luc Addor (Suisse). Alors que Renaud Camus dans une intervention de combat (prévue pour être prononcée dehors en pleine manif, a-t-il précisé) affirmait que « des incivilités quotidiennes à l’effroyable barbarie, la soumission et la lutte armée avaient déjà commencé mais pas de notre fait », les représentants des mouvements européens ont rappelé que la vraie solidarité avec les victimes des attentats passait par le courage de nommer l’islam. Ils ont tour à tour dénoncé l’islamisation, appelé à la résistance et à la défense de notre civilisation et de notre mode de vie.

Lire la suite

00:00 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

19/01/2015

Aymeric Chauprade n'est plus le conseiller aux affaires internationales de Marine Le Pen


Marine Le Pen : "Aymeric Chauprade n'est plus... par cdmanon

 

(extrait de l'interview avec Patrick Cohen du 19 01 15 sur France Inter)

20:55 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Marine Le Pen invitée de Patrick Cohen sur France Inter


Marine Le Pen : "Les lois d'exception visent à... par franceinter

 


Marine Le Pen : "C'est tellement facile de... par franceinter

 

20:43 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Avec Marisol Touraine, le gouvernement met en place l'avortement pour toutes, remboursé à 100% par la Sécu

NdB: Les faiseuses d'anges s'activent et lancent une véritable propagande pour l'avortement. Moins il y aura de petits Français, mieux ce sera pour le Grand  Remplacement

20:25 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Mystérieux "suicide" du policier chargé de la connexion Charlie Hebdo - Jeannette Bougrab

http://www.panamza.com/160115-suicide-charlie-bougrab

+ PHOTOS ET VIDEO

Très étrange... et passé sous silence dans la presse

18:20 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Le souriant complice des provocateurs aux incendies d'églises au Niger

sans-titre.png Valls.png

http://www.christianophobie.fr/breves/le-souriant-complic...

18:00 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Kyenge en orang-outan : quinze mois de prison et 150 000 euros d’amende

Kyenge-Kashetu.jpg

 

 

18/01/2014 – ROME (NOVOpress)
Enfoncée, Taubira ! Surclassés, les juges de Cayenne qui, le 15 juillet 2014, avaient condamné Anne-Sophie Leclère à neuf mois de prison et 50 000 euros de dommages et intérêts ! Les petits joueurs ! En Italie, le tarif pour un photomontage associant une femme politique « de la diversité » à un représentant de la gent simiesque, c’est un an et trois mois, et 150 000 euros.

Un an et trois mois de prison, 150 000 euros d’amende, c’est réellement la peine que le tribunal de Rome vient d’infliger, pour « diffamation aggravée de discrimination raciale », à Fabio Rainieri, ancien député, actuellement secrétaire de la Ligue du Nord dans la région Emilie-Romagne et vice-président du conseil régional. En octobre 2013, sa page Facebook avait publié pendant quelques heures un photomontage (image en Une) représentant le ministre Kyenge Kashetu – reconnaissable à l’élégant tailleur bleu prisé par cette grande cliente des boutiques de haute couture –, avec une tête d’orang-outan et la légende « Devinez qui c’est ? »

Kyenge en orang-outan : quinze mois de prison et 150 000 euros d’amendeC’était l’époque où Kyenge Kashetu (photo ci-contre), ministre de l’intégration du gouvernement de gauche d’Enrico Letta, se vantait d’être entrée illégalement en Italie, d’être la fille d’un père polygame et d’avoir 38 frères et sœurs, protestait que, quoique naturalisée, elle n’était pas Italienne « mais Italo-congolaise », et clamait : « On dit que je suis le premier ministre de couleur. Je ne suis pas de couleur, je suis noire et fière de l’être ». Autant de provocations délibérées pour susciter des réactions « racistes », faire oublier toutes les victimes de l’immigration clandestine et permettre au système de durcir toujours davantage la répression contre ses adversaires.

Matteo Salvini, secrétaire national de la Lega, s’est étonné sur twitter de la lourdeur de la peine infligée à Rainieri : « Mais la liberté de satire ? », a-t-il demandé. Dans une première version, il avait souligné : « Même à un voleur ou à un trafiquant de drogue, on ne donne pas une condamnation pareille ».

 

À quoi Kyenge Kashetu s’est hâtée de répliquer : « Dire que les Noirs sont des animaux n’est pas de la satire, c’est un délit ». Dans un communiqué de presse, l’ex-ministre, aujourd’hui député européen, a tenu à exalter « la liberté d’expression, patrimoine inviolable de la culture occidentale » – et en matière de culture occidentale, Kyenge s’y connaît. « Mais cette affaire, a-t-elle immédiatement ajouté, n’a rien à voir avec l’exercice de cette liberté, qui a comme unique limite l’offense à celui qui est divers. Inciter les gens à considérer les Noirs comme des animaux n’est ni de la satire ni de la critique, mais seulement un délit, et c’est justement pour cette raison que je trouve aussi grave la décision de la Ligue du Nord de ne pas prendre ses distances par rapport aux positions de Rainieri. De cette manière, c’est le parti tout entier qui se rend coresponsable de ses actions. » Et qui mériterait, n’en doutons pas, d’être mis collectivement en prison.

On notera avec intérêt que, pendant que Kyenge développe ainsi sa conception de « la liberté d’expression », elle affiche sur Facebook et sur twitter le slogan d’obligation « Je Suis Charlie »… Elle ne voit certainement là aucune contradiction.

Flavien Blanchon

Image en Une copie d’écran du 3eme lien cité. Crédit photo dans le texte : Maurizio Lupi, via Flickr, (cc).

02:08 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Emmanuel Ratier analyse les attentats de Paris et la manifestation du 11 janvier

A écouter jusqu'au bout  attentivement !

01:43 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Bernard Lugan : L’Afrique n’est pas « Charlie »

k5ZwZBW.png

 

21h05

Vu d’Afrique, l’ « affaire Charlie hebdo » illustre les limites de l’universalisme européo-centré. Vendredi 16 janvier, alors que les sociétés de l’hémisphère nord communiaient dans le culte de la liberté d’expression, une partie de l’Afrique s’ insurgeait contre la France des « Charlie ». Du Sénégal à la Mauritanie, du Mali au Niger, de l’Algérie à la Tunisie et au Soudan, le drapeau français a été brûlé, des bâtiments français incendiés et en « prime », des églises détruites. Quant aux imprudents chefs d’Etat africains qui participèrent à la marche des « Charlie », dont Ibrahim Boubacar Keita du Mali, les voilà désormais désignés ennemis de l’islam.

 

Aveuglés par la légitime émotion et noyés sous l’immédiateté, nos responsables politiques n’ont pas songé à se demander comment l’Afrique percevait les événements. Or, alors que pour nous, il s’agit d’un ignoble attentat contre la liberté d’expression commis contre des journalistes, personnes sacrées dans nos sociétés de la communication, pour une grande partie de l’Afrique, il s’agit tout au contraire de la « juste punition de blasphémateurs ». Qui plus est ces derniers n’en étaient pas à leur coup d’essai et ils avaient même été solennellement mis en garde. Voilà pourquoi leurs assassins sont considérés comme des « héros ». Quant aux foules de « Charlie », elles sont vues comme complices des insultes faites au Prophète. De plus, comme le président de la République a marché à leur tête, cela signifie que la France et les Français sont coupables.

Les conséquences géopolitiques qui vont découler de cette situation ne peuvent encore être mesurées, notamment dans les pays du Sahel en raison du jihadisme récurrent contre lequel nos troupes sont engagées. Le plus grave est ce qui s’est passé au Niger où Boko Haram qui, jusqu’à présent ne s’était pas manifesté, a pris le prétexte de la nouvelle livraison de Charlie Hebdo pour lancer les foules contre le centre culturel français de Zinder; au même moment, nos postes militaires avancés veillent aux frontières du pays…

Personne n’a dit ou vu que l’ « affaire Charlie Hebdo » n’est que la goutte d’eau qui a fait déborder le vase des impératifs politiques et moraux que nous imposons à l’Afrique: démocratie, droits de l’homme, avortement, mariage homosexuel, anthropomorphisme etc. Tous y sont considérés avec dédain ou même comme de « diaboliques déviances ».

C’est donc dans les larmes et dans le sang que les bonnes âmes et les idéologues vont devoir constater que le « village Terre » n’existait que dans leurs fantasmes universalistes. Ce qui est bon ou juste aux yeux de leur branchitude est en effet une abomination pour une grande partie de l’Afrique et même de la planète.

En plus de cela, pour nombre d’Africains, l’Europe est devenue une terre à prendre : ses habitants ne croient plus en Dieu, ses femmes à la vertu volage ne font plus d’enfants, les homosexuels s’y marient et la féminisation y a dévirilisé ses mâles. Paradoxe cruel, ceux qui, depuis des décennies, ont permis cette révolution en tournant systématiquement en dérision les valeurs fondatrices et le socle social (famille, travail, discipline, ordre, effort, armée, police etc.) ont été odieusement assassinés par les enfants de ceux auxquels ils ont si largement ouvert les portes…

Bernard Lugan
17/01/2015

00:44 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Manifestation anti-islamiste interdite. Contre-manifestion autorisée aux cris de "Allah Akbar"

http://www.fdesouche.com/553177-manifestation-contre-lisl...

VIDEO,  NOMBREUSES PHOTOS

00:38 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

18/01/2015

Pourquoi se souvenir de la mort de Louis XVI ?

 

Pourquoi se souvenir de la mort de Louis XVI ?

Le 21 janvier 1793 au petit matin mourait le roi Louis XVI, guillotiné à Paris. Depuis, nous n’avons pas cessé de parler de cette mort. Pour Balzac, « le jour où on a coupé la tête du roi, on a coupé la tête de tous les pères de familles. » Pour Raymond Poincaré, la mort de Louis XVI fut « un suicide collectif ».

Cette mort marque surtout d’une empreinte de sang la plus formidable opération d’amnésie collective de notre histoire. En tuant le roi, les conventionnels rejetaient tout le passé qui était lié à sa personne. Ils condamnaient la France antérieure à 1793 à l’oubli, créant une nouvelle France, au calendrier marqué de l’an I de la République. Avec cette mort, la révolution devenait un bloc. On était pour ou contre cette mort. Il n’était plus possible d’être royaliste, monarchien, libéral, partisan de la régence de Philippe-Egalité, fédéraliste, girondin, jacobin. On était simplement favorable ou hostile à la mort du roi, et tous ceux qui se montrèrent hostiles furent rejetés, d’une manière ou d’une autre, dans le camp de la contre-révolution, c’est-à-dire celui voué à l’oubli collectif.

Le temps passa, apaisa en apparence cette terrible blessure. A la Restauration, on retrouva le corps de Louis XVI, dans une fosse commune, où il avait été placé pour être oublié. Louis XVIII lui fit donner des funérailles dignes d’un roi, et sa tombe, en la basilique de Saint-Denis, marque le souvenir des rois à elle seule. Dès 1814, l’habitude fut prise, dans toute la France, le 21 janvier, de faire dire des messes pour le repos de l’âme de Louis XVI. Ce sont, depuis, des milliers et des milliers de messes qui ont été dites pour le repos de l’âme d’un homme certainement au Ciel désormais, et intercesseur pour son peuple et sa patrie.

Mais est-il encore utile, aujourd’hui, de se souvenir d’une mort vieille de plus de deux siècles, dans un pays où la république semble faire la presque unanimité ? Après tout, si on se souvient de la guerre de Cent ans, des guerres de religion ou de la Fronde, on ne place plus aucune passion dans l’évocation de ces événements pourtant autrement plus douloureux pour la patrie que la mort d’un seul homme, fût-il roi. Pourquoi lui, alors ? Cette question, à vrai dire, pose un faux problème. La question n’est pas celle de l’utilité, mais de la signification de cette célébration. Que signifie pour quelques milliers de Français de continuer de se souvenir, chaque année, de la mort d’un roi et de faire dire à son attention une messe ou de déposer place de la Concorde une gerbe de fleurs ? Il s’agit, pour la plupart, de se souvenir que l’histoire de France n’a pas commencé en 1789, qu’elle plonge ses racines dans un passé plurimillénaire, dont le roi était le représentant, en incarnant la dynastie, histoire familiale de la France. Il s’agit de s’unir à la mémoire de cette vieille France et d’en faire un socle d’espérance pour le présent.

Est-ce utile ? Oui ! Cent fois oui !

La révolution de 1789 a ceci de particulier que dans tous les événements tragiques qui bouleversèrent notre histoire, elle est le seul dont les acteurs ont tenté d’opérer une table rase complète du passé du peuple. En quelques mois, les députés ont jeté à terre toute la législation existante de l’ancienne royauté et remplacé tout son personnel, du moins l’ont-ils prétendu, et ce avec assez de conviction pour que tout le monde le croit et imagine ce passé tout à fait révolu. De cette volonté de rejet total du passé est née une fracture de la France en deux camps, d’abord égaux, puis avec le temps de plus en plus inégaux en faveur des révolutionnaires, au fur et à mesure que progressait dans les esprits leur entreprise amnésique. Celle-ci repose pourtant sur un mensonge. Les lois de la royauté furent-elles toutes supprimées ? Non ! Le Code civil et le Code pénal, fruits de l’Empire, s’assoient tous deux sur les coutumes et les lois de la France d’avant 1789, dont ils reprirent des pans entiers. Et pour cause, les rédacteurs de ces codes étaient tous des anciens magistrats du roi et de ses cours souveraines. Ils avaient passé sans trop d’encombre, discrètement, le tumulte révolutionnaire, et lorsque revint la paix, ils retrouvèrent d’honorables fonctions. Les hommes d’argent étaient également issus de l’ancienne royauté, et la Cour des comptes, sous Bonaparte, rendit justice aux fermiers généraux et leur gestion. La pratique de l’impôt affermé ne s’est pas tout à fait perdue d’ailleurs.

La liste serait longue des coutumes qui ont survécu à la mort de la royauté.

Mais de cette dichotomie entre le mensonge de la table rase et la réalité infiniment plus complexe du pays est née un malaise, celle d’un esprit de parti empli de haine, entre les partisans de l’ancienne royauté, ceux de la révolution, les modérés de tous les camps, chacun fondant sur une vision fausse de l’histoire une politique présente bancale.

L’histoire fut oubliée, mais les partis demeurèrent, et si aujourd’hui il n’y a que peu de royalistes authentiques, les conservateurs de tous genres sont parmi leurs héritiers inconscients. Ce n’est pas un hasard si, dans ces milieux, sans que nul ne sache vraiment pourquoi, il demeure une secrète amertume à l’évocation de la mort de Louis XVI, tandis que les républicains vraiment convaincus, le plus souvent ancrés à gauche de l’échiquier politique, font de cette mort une étape regrettable mais nécessaire, quand ils ne s’en glorifient pas.

La table rase révolutionnaire était inédite. Dans les guerres de jadis, lorsqu’une province rejoignait le domaine du roi, ses soldats martelaient les armoiries du vaincu, faisaient disparaître son nom de tous les lieux, mais le passé demeurait présent, car les peuples conservaient jalousement leurs coutumes.

Le traitement par l’oubli ou la falsification, initié en 1789, devint, par la suite, la manière courante de transmettre l’histoire. Les historiens de la première moitié du XIXe siècle relurent toute l’histoire de France à l’aune de la Révolution, ne comprenant donc plus rien à rien, car plaçant dans l’esprit des hommes des siècles passés des idées, des mots qu’ils ne pouvaient pas avoir eu. La lutte des classes, l’esprit de tolérance, les principes libéraux de la liberté individuelle furent mis dans la tête des hommes du moyen âge ! Terrible erreur ! Elle conduisit des générations de Français à ne plus comprendre le sens de leur passé. Les historiens de la IIIe République calomnièrent le second empire. Ceux de la IVe République masquèrent les origines vichystes de nombre des lois de leur régime et d’une large part de leur personnel politique et administratif, tout comme on feignit d’oublier que les lois xénophobes ou liberticides de Vichy trouvaient leur source dans la réglementation administrative de la fin de la IIIe République. Enfin, les historiens de la Ve République jetèrent un voile de ridicule sur la IVe République.

Dans une vie civique qui est devenue l’incessante guerre civile des partis, sans qu’il ne soit plus aucune force tutélaire les contenant ou les unissant sur des points non négociables de cohésion nationale, la règle est donc celle de la calomnie historique ou de l’oubli.

Les programmes scolaires actuels en sont un beau condensé, où le collégien passe de Rome au XIIe siècle en ignorant Mérovingiens et Carolingiens, sans d’ailleurs avoir vraiment plus étudié les Gaulois. Il survole la féodalité sans maîtriser l’histoire politique du pays, saute sur la Renaissance en ayant flirté deux minutes avec la guerre de Cent ans, oublie les guerres de religion, dont il ne voit que les traits saillants, parvient difficilement à Henri IV, Louis XIII et Louis XIV pour lesquels il est consacré autant de temps qu’aux origines de l’Islam. Enfin, au XVIIIe siècle, Louis XV est le grand oublié, ainsi que l’empire colonial français. On en arrive à Louis XVI fin de règne, pour débouler sur la révolution et enfin retrouver une histoire de France chronologique et continue jusqu’à nos jours, avec cependant encore des faiblesses sur les points litigieux, à savoir la Restauration, la Monarchie de Juillet, le Second empire, Vichy et la IVe République. A peine survolés, ces régimes sont déconsidérés par le programme.

Contre toute attente, l’enseignement de l’histoire est encore plus mal logé au lycée, où les trous chronologiques sont béants.

Parvenus à la fin de leurs études secondaires, les jeunes Français sont parfaitement ignorants de leur histoire, incultes, incapables de sortir autre chose que quelques anecdotes, quelques faits saillants, parmi lesquels la shoah arrive en bonne place. Pour eux, tous les événements survenus avant leur naissance sont rejetés dans un tohu bohu.

Ce peuple amnésique s’ignore, se divise contre lui-même, et se hait, car ne connaissant plus les réalisations de ses ancêtres, leurs joies et leurs peines, ne sachant plus d’où il vient, il gobe sans discernement tous les mensonges possibles, dont la mode actuelle consiste à attaquer la mémoire et la réputation du pays, que ce soit sur Vichy, sur les colonies, sur la place des femmes, le traitement des ouvriers, l’accueil des migrants, partout la France semble n’avoir fait que le mal, et l’ignare, incapable de se défendre, accepte et baisse la tête.

Les conséquences sociales de cette amnésie sont énormes. Non seulement elles engendrent une perte terrible du bon sens et de l’esprit d’attachement au pays, terreau de l’esprit civique, mais chez les êtres socialement fragiles, elle ouvre la voie aux modèles plus attrayants, plus forts, dont le djihadisme est actuellement le plus terrible exemple.

Pourtant il faut se souvenir de l’acte de naissance de la France, et de sa longue histoire, qui n’est pas faite de ruptures et de haines, mais d’une incroyable continuité, ponctuée de secousses. Quand a commencé l’histoire de notre France ? En 1945 ? En 1871 ? En 1789 ? En 843 ? En 496 ? En 52 avant Jésus-Christ ?

Il n’y a pas de date précise à cette naissance, mais plutôt un esprit qui insuffla la vie au pays. On peut parler d’une histoire de France à partir du moment où les peuples qui vécurent sur cette terre eurent conscience de former un ensemble cohérent de civilisation et de peuplement, et où les nations étrangères perçurent ce groupe comme tel, sans que depuis il y ait eu de rupture fondamentale dans la reconnaissance de cette aire civilisationnelle et de peuplement.

Pour le cas de la France, on peut ainsi remonter jusqu’aux Celtes. Quand les Celtes de la Gaule eurent-ils conscience de constituer un groupe à part des autres celtes, entre Alpes, Pyrénées et bords du Rhin, malgré leurs haines, leurs guerres et leurs divisions ? On ne peut pas le savoir. Mais certainement entre le Ve et le IIe siècle avant notre ère. A la fin du IIe siècle avant notre ère, le géographe grec Posidonius parcourut la Gaule. Il fut le premier à décrire ce pays, et le premier à le définir avec ses coutumes, sa langue, ses manières, ses traits distinctifs, comme un ensemble cohérent de civilisation et de peuplement, en dépit de ses divisions internes. César, un demi-siècle plus tard, renforça cette approche spécifique de la Gaule, qu’il eut le temps d’étudier, la parcourant en tous sens pendant huit ans. L’empire de Rome fixa des frontières provinciales qui figèrent le territoire de la Gaule et ses peuples. L’unité s’accrut avec l’appartenance à l’empire.

Pourtant il n’y eut pas de rupture fondamentale. Le peuple ne changea pas. Les lois demeurèrent et se modifièrent insensiblement avec l’apport du droit romain. Lorsque tomba l’empire, son droit se maintint en Gaule et fut respecté des nouveaux maîtres, Burgondes, Francs et Wisigoths. Les propriétés ne changèrent pas de main, l’ancienne littérature fut vénérée, les cités gauloises devinrent diocèses et comtés sans que leurs frontières ne bougent.

La Gaule, sous le sceptre des rois, demeura ce qu’elle était. Pourtant, la France de 1789 et la Gaule de 496 semblent deux patries étrangères l’une à l’autre. Ce n’est qu’une illusion. C’est bien la même patrie, la même nation qui, au fil des siècles, vit ses lois, ses habitudes, ses coutumes, se modifier, sans cesse, par un mécanisme perpétuel d’évolution, mais sans que jamais le passé ne soit renié, et sur sa base.

Cette permanence historique est si forte que le géographe Jean-François Gravier, en 1947, reconnaissait dans 45 départements sur 88 les frontières exactes d’anciennes cités gauloises. La permanence était telle qu’en 1988 encore l’historien Karl Ferdinand Werner estimait que le fond du peuple français de la seconde moitié du XXe siècle correspondait toujours, ethniquement, aux bassins de peuplement de la Gaule celtique.

C’est cette longueur de vue, cette continuité dans l’histoire que nous devons retrouver pour apprendre à nous aimer, à vivre notre présent comme un long héritage dont nous sommes les simples usufruitiers.

Se souvenir de Louis XVI, c’est faire un acte de résistance citoyenne capital, en ces temps d’oubli, puisqu’il s’agit de marquer un refus, celui de l’amnésie. Il s’agit de rétablir un fil faussement tranché dans l’esprit général, et de montrer à tous l’unité de l’histoire de la nation française.

Plus que jamais, évoquer la mémoire du roi, sans être forcément royaliste, même en étant républicain, c’est poser un acte profondément civique pour l’unité de la nation sur le sol de la patrie.

Un jour, peut-être, les passions retomberont et on ne dira plus de messe pour Louis XVI. Ce jour-là viendra lorsque le symbole de ce souvenir aura perdu son actualité, parce que nous nous serons enfin réconciliés avec nous-mêmes, avec notre histoire, avec notre identité.

> Gabriel Privat anime un blog.

VN:D [1.9.22_1171]
 
NDF
 
NdB: un article remarquable que je conseille vivement de lire jusqu'au bout.

21:35 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)