Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/12/2014

Esther Benbassa : « Je ne connais pas de bons nationalismes

20h32

Sénatrice EELV, historienne experte du monde juif, citoyenne de trois pays (la Turquie, Israël et la France), Esther Benbassa est l’invitée du festival Mode d’Emploi 2014.

(…) Marine Le Pen, le djihadisme, la montée des nationalismes juif et français, une société « qui n’aime pas les jeunes » : ces phénomènes pointent tous vers un futur qui la préoccupe.

« Je ne connais pas de bons nationalismes. Je suis une juive du monde. Les juifs en tant que communauté historiquement diasporique ne sont pas faits pour le nationalisme. Ils ont su prospérer en s’ouvrant aux autres », rappelle-t-elle.

Rue89

via FDS

NdB: Moi je ne suis pas juive du monde. Je suis Française de France.  

20:23 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (12)

Le soleil de gloire d’Austerlitz, sommet de l’épopée militaire de la France

Austerlitz-600x297.jpg

 

 

 

« Soldats, je suis content de vous, s’exclame l’Empereur en ce 12 Frimaire an XIV (3 décembre 1805, lendemain de la grande bataille). Vous avez, à la journée d’Austerlitz, justifié tout ce que j’attendais de votre intrépidité ; vous avez décoré vos aigles d’une immortelle gloire. Une armée de 100 000 hommes, commandée par les empereurs de Russie et d’Autriche, a été, en moins de quatre heures, ou coupée ou dispersée. Ce qui a échappé à votre fer s’est noyé dans les lacs. Quarante drapeaux, les étendards de la garde impériale de Russie, cent vingt pièces de canon, vingt généraux, plus de 30 000 prisonniers, sont le résultat de cette journée à jamais célèbre. Cette infanterie tant vantée, et en nombre supérieur, n’a pu résister à votre choc, et désormais vous n’avez plus de rivaux à redouter. Ainsi, en deux mois, cette Troisième Coalition a été vaincue et dissoute. La paix ne peut plus être éloignée ; mais, comme je l’ai promis à mon peuple avant de passer le Rhin, je ne ferai qu’une paix qui nous donne des garanties et assure des récompenses à nos alliés.

« …Soldats, lorsque tout ce qui est nécessaire pour assurer le bonheur et la prospérité de notre patrie sera accompli, je vous ramènerai en France; là, vous serez l’objet de mes plus tendres sollicitudes. Mon peuple vous reverra avec joie, et il vous suffira de dire, “J’étais à la bataille d’Austerlitz”, pour que l’on réponde, “Voilà un brave” ».

Une légende est née. Elle sera à jamais gravée dans l’inconscient collectif d’un peuple et immortalisée par ses poètes. L’un d’entre eux, Auguste Barbier, chante en ces termes la grandeur de l’épopée napoléonienne :

« Ô Corse à cheveux plats ! Que ta France était belle

Au grand soleil de messidor

C’était une cavale indomptable et rebelle,

Sans frein d’acier ni rênes d’or ;

Une jument sauvage à la croupe rustique,

Fumante encor du sang des rois,

Mais fière, et d’un pied fort heurtant le sol antique,

Libre pour la première fois….

Sur ses jarrets, dressée, elle effrayait le monde

Du bruit de son hennissement.

Tu parus, et sitôt que tu vis son allure,

Ses reins si souples et dispos,

Dompteur audacieux tu pris sa chevelure,

Tu montas, botté, sur son dos » !

Légende d’un génie qui culbuta l’Europe, d’un homme qui, passant à toute bride sur le ventre des nations, imposa sa volonté à des peuples que mille ans d’histoire n’avaient pu transformer !

Il transforma la carte de l’Europe, supprima le Saint Empire Romain Germanique, vieux de mille ans, dessina une France qui, des Bouches de l’Elbe aux Bouches du Rhône, totalisa 130 départements à son apogée en 1811, plaça ses frères et son gendre sur les trônes de Westphalie, de Hollande, de Naples et d’Espagne, prétendit libérer les peuples en leur imposant le code civil et le joug de la Grande Armée et répandit par-delà les frontières l’idéal révolutionnaire qui se retournera ensuite contre la mère-patrie.

Il ne s’agit donc pas ici de faire l’apologie de Napoléon ! Les guerres de la Révolution et de l’Empire provoquèrent une saignée démographique sans précédent et la France s’en trouva, à l’issue, diminuée dans ses frontières et victime d’un jacobinisme institutionnel dont elle peine encore, aujourd’hui, à se départir, malgré les lois successives de décentralisation.

Enfin, l’émancipation des peuples prêchée par Napoléon réveilla un sentiment national qui trouvera sa pleine expression, un demi-siècle plus tard, dans les mouvements d’unité nationale qui embraseront la plupart des pays du continent, en particulier l’Allemagne, pour le plus grand péril de l’Europe.

Mais rien ne saurait effacer la gloire immortelle d’Austerlitz. Bessières, Davout, Soult, Berthier, Lannes, Caffarelli, Duroc, Bernadotte, Murat, leurs noms résonnaient encore il y a peu, dans l’imaginaire des écoliers, quand on leur apprenait l’histoire de France au lieu de leur enseigner la théorie du Genre ! On éveillait en eux les rêves les plus fous, on élargissait d’un seul coup l’horizon de leurs pensées aux confins de l’Egypte où « du haut de ces pyramides, quarante siècles vous contemplent », jusqu’aux rivages de la Bérézina où la gloire de la Grande armée se brisa dans une retraite héroïque récemment retracée par Sylvain Tesson. On leur permettait enfin de s’identifier à des généraux de 25 ans dont la geste serait ensuite chantée en chœur par tous les grands esprits littéraires que le XIXème siècle romantique fit éclore.

On comprend dès lors que le poète Pierre-Jean de Béranger ait voulu qu’à chaque génération, un éclat de la gloire d’Austerlitz soit transmis aux héritiers : « Parlez-nous de lui, grand-mère, – Parlez-nous de lui ! »

Car dans une époque morose où le matérialisme gangrène les esprits, où la société de consommation annihile la volonté et où l’esprit de chicane limite les ambitions humaines à la seule recherche du confort personnel, il est beau de célébrer le service des nobles causes. Je fais mienne la dernière prière de Vladimir Volkoff qui, avant de quitter ce monde, s’exprimait ainsi à la Pucelle de Domrémy : « Sainte Jeanne, donnez-nous une aventure. Une grande et noble aventure. Une aventure à la mesure de la France, comme celle que vous nous aviez donnée à l’époque de la guerre d’Algérie et que nous n’avons pas su apprécier. Faites que nous courions des dangers, que la vie devienne exaltante et dure, que nous oubliions nos comptes en banque, nos livrets de caisse d’épargne, nos chaînes hi-fi, nos vacances, notre bougeotte, nos coucheries, nos barbituriques, nos prud’hommes, nos normes européennes, notre traintrain plan-plan, et revenez alors, revenez sainte Jeanne, brandir votre étendard et vous mettre à la tête de ceux qui vous suivront ».

Austerlitz est le symbole le plus éclatant de cette épopée que les élèves de l’école militaire de saint-Cyr Coëtquidan commémorent chaque année le 2 décembre. À l’heure où de jeunes Français déracinés et en mal d’idéal, s’engagent dans le combat djihadiste de DAECH, il est temps de redonner corps à des rêves qui s’inscrivent dans notre roman national et de perpétuer la mémoire de ceux qui, par le sang versé, ont construit l’identité de notre nation, fût-ce au nom d’un idéal démesuré, qui, comme celui de la Révolution, ensanglanta l’Europe pendant plus d’un siècle. Ainsi, nous réconcilierons les Français avec leur histoire et les enracinerons dans notre civilisation.

> le blog de Charles Beigbeder

NDF

VN:F [1.9.22_1171]
 
 

19:53 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

VIDEO - Alain Soral: "Il faut refaire du catholicisme la religion d'Etat en France"

http://www.egaliteetreconciliation.fr/Alain-Soral-Il-faut...

 arton29458-65102.jpg

Alain Soral a accordé une interview exclusive à Médias-Presse-Info TV pour exposer le programme du nouveau parti politique qu’il vient de créer avec Dieudonné : « Réconciliation nationale ».

Rappelons l’inscription de la statue de Bayard à Grenoble :

« Resté fidèle à la charte de la vieille chevalerie, homme d’honneur, de foi et de bonté, a bien mérité son surnom de chevalier sans peur et sans reproche. » 

 

NdB: A écouter attentivement à propos de la franc-maçonnerie

 

 

02:27 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

Face au développement de l’immigration, l’Allemagne s’interroge sur l’intégration

burqa-Co-AFP-e.jpg

 

Partager sur Facebook Tweeter 

 

02/12/2014 – BERLIN (NOVOpress)
Selon une étude de l’OCDE, l’Allemagne est devenue la première destination d’immigration en Europe. En 2012, le pays a accueilli 400.000 migrants et la tendance devrait se poursuivre.

Alors que l’Europe s’inquiète d’une radicalisation religieuse d’une frange de sa population, deux responsables de la CDU, le parti d’Angela Merkel, ont posé la question d’une interdiction de la burqa dans les espaces publics. « La burqa ne fait pas partie pour moi de la diversité religieuse mais d’une image négative des femmes », a déclaré lundi l’une des vice-présidentes de la CDU, Julia Klöckner, au Rheinischen Posten se prononçant «pour une interdiction» du voile intégral.

01:39 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Suède - L'extrême droite pourrait faire tomber le gouvernement

FDS

01:31 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Marion Maréchal-Le Pen : « Sur certains territoires de France, les Français de souche sont remplacés par une population récemment immigrée »

11h14

 

« Sur certains territoires de France, les Français de souche sont remplacés par une population récemment immigrée, c’est une réalité, c’est un fait. » – Marion Maréchal-Le Pen

  

Mots Croisés (France 2 – 01/12/2014)

01:05 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

02/12/2014

L’Insee publie ses chiffres de l’immigration

immigration-chiffres-insee.jpg

Partager sur Facebook Tweeter 

 

02/12/2014 – PARIS (NOVOpress via le Bulletin de réinformation)
L’Insee publiait vendredi son enquête chiffrée de l’immigration en France. Les résultats sont sans appel : entre 2004 et 2012, 200.000 immigrés sont arrivés chaque année en moyenne, soit environ l’équivalent de la population de la ville de Rennes. Au total, entre 2004 et 2012, c’est donc 1,6 million d’immigrés qui sont arrivés en France soit deux fois l’équivalent de la population de la ville de Marseille, deuxième ville la plus peuplée de France !

46 % du reste de l’immigration est intra‑européenne. L’Afrique représente 30 % des flux migratoires qui arrivent en France.

Cependant, l’enquête de l’Insee ne prend pas en compte les estimations de l’immigration illégale, ni les personnes qui résident en France pendant moins de douze mois. Une enquête, donc, qui ne traduit pas toutes les réalités de l’immigration. En France aujourd’hui, on estime que les chiffres de l’immigration illégale sont quasiment identiques à ceux de l’immigration légale.

Crédit photo : Sir James via Wikipédia (cc).

23:52 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Guerre d'Algérie - Des Algériens vont pouvoir toucher des pensions d'invalité françaises

algeriens-pensions-invalidité-france.jpg

Partager sur Facebook Tweeter 

 

02/12/2014 – TOULOUSE (NOVOpress via le Bulletin de réinformation)
Un arrêt rendu mercredi dernier par la cour d’appel de Toulouse vient préciser une loi du 31 juillet 1963 prévoyant une pension d’invalidité pour les victimes civiles de violences ou d’attentats pendant la guerre d’Algérie.

Jusqu’à présent, pour bénéficier de cette pension, il fallait être français au moment de la promulgation de la loi, en 1963. Pour la cour d’appel de Toulouse, il ne fait aucun doute qu’un Algérien blessé pendant la guerre d’Algérie et devenu français, en 2008, doit également bénéficier de cette pension et conclut : « La différence de situation instaurée par cette loi entre des victimes civiles de nationalité française ou algérienne ne justifie pas une différence de traitement au regard de l’objet des pensions ».

Cet arrêt crée un précédent et l’on peut se demander combien d’Algériens victimes d’attentats commis par d’autres Algériens vont pouvoir réclamer une compensation française...

Crédit photos : Saber68 via Wikipédia (cc).

23:45 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Entretiens sur la remigration. Philippe Vardon : « La politique laxiste constitue un appel d’air » (Présent 8243)

Philippe-Vardon-aux-Assice-de-la-remigration-15-11-14-C-BI.jpg

Partager sur Facebook Tweeter 

 

Photo : Philippe Vardon aux Assises de la remigration du 15 novembre 2014. © Bloc identitaire.

02/12/2014 – NICE (NOVOpress)
Diplômé en sciences politiques, marié et père de deux enfants, Philippe Vardon est un responsable politique devenu incontournable pour ceux qui refusent « le suicide français ».

— Le terme de remigration a été lancé il y a moins d’un an. Désormais repris (en France, en Italie mais aussi aux Etats-Unis) par de nombreux cadres du camp patriotique, il en train de s’imposer. Quel bilan d’étape faites-vous ?

Entretiens sur la remigration. Philippe Vardon : « La politique laxiste constitue un appel d’air »— En réalité, le terme a été utilisé – en France, car il s’agit d’un terme courant dans d’autres pays (des programmes de remigration existent même en Finlande ou en Hollande) et dans le monde anglo-saxon – pour la première fois par le spécialiste de l’immigration Jean-Paul Gourévitch, dans un livre de 2007. Les identitaires l’ont introduit dans le champ politique depuis 2011, mais vous avez raison : les derniers mois ont démontré une véritable explosion de l’utilisation du vocable. Un exemple frappant à travers le réseau social internet Twitter : sur celui-ci, en mai, « remigration » n’avait encore été utilisé qu’à sept reprises, pour ce mois de novembre nous sommes déjà à 3 000 ! La sémantique étant aussi une traduction du champ politique, on peut considérer que cette recrudescence de l’utilisation du mot « remigration » correspond à la montée de l’idée, de la nécessité même, du projet.

 

— Vous déclarez que la remigration est, face aux problèmes actuels, la solution la plus humaine. Pourquoi ? Toute société multi-culturelle et multi-ethnique est-elle condamnée à l’explosion ?

— Oui. Il ne s’agit pas d’une prédiction, mais simplement de l’observation de l’histoire, ancienne comme récente. Les sociétés multiculturelles deviennent multiconflictuelles, les sociétés multiraciales deviennent multiracistes. L’homogénéité et la cohésion sont des facteurs de paix, une trop grande hétérogénéité est un facteur de troubles.

Etant entendu que l’assimilation massive – qui n’est pas l’assimilation individuelle de quelques individus – ne saurait être la réponse à l’immigration massive et que nous sommes déjà entrés dans une phase de conflictualité importante (à travers le développement de territoires échappant à nos lois, où s’épousent criminalité et communautarisme, un patriotisme étranger s’affichant sans vergogne comme lors des matchs de football de l’Algérie, et la poussée islamiste), il faut alors envisager des solutions politiques pour empêcher que le pays ne sombre dans le chaos. La remigration, c’est-à-dire le retour dans leur patrie (la terre de leurs pères) de nombreux immigrés et descendants d’immigrés présents sur notre sol, de manière pacifique et concertée, s’imposera sans doute dans les années à venir comme une solution non seulement crédible et réaliste, mais nécessaire.

— Nicolas Bay a – dans nos colonnes – assumé le concept de remigration. Marine Le Pen a encore récemment rappelé la nécessité de l’ « inversion des flux migratoires ». Au-delà des différences sémantiques, pensez-vous que ces thématiques sont encore solidement portées par les cadres du FN ?

— Vous le rappelez avec justesse : des personnalités de premier plan telles que Nicolas Bay, Louis Aliot, Aymeric Chauprade, ou encore Marie-Christine Arnautu, ont récemment insisté sur la nécessité d’une « inversion des flux migratoires », terme un peu barbare recouvrant peu ou prou la notion de remigration. Marine Le Pen elle-même en a parlé dans une conférence de presse. Il s’agit d’une position ancienne du FN et l’on peut trouver logique que, face à la situation explosive que nous connaissons – l’immigration légale (200 000 entrées par an) venant maintenant se doubler d’une immigration clandestine très importante –, les cadres du parti s’y réfèrent à nouveau. J’ajouterai que tout projet de remigration doit débuter par un arrêt de l’immigration, et cela le Front national est aujourd’hui le seul parti à le proposer clairement dans son programme politique.

— L’Australie a lancé un programme très dur contre l’arrivée par mer de clandestins. Pouvez-vous nous en dire plus ? Quels sont les résultats obtenus ?

— Là où avec les opérations « Mare Nostrum » et « Triton », l’Union européenne aide et accueille les bateaux de clandestins, avec son opération « Frontières souveraines », l’Australie les refoule, avec un slogan très clair : « Vous ne ferez pas de l’Australie votre pays ! » La politique laxiste européenne constitue un appel d’air, entraînant de plus en plus de clandestins à tenter la périlleuse traversée de la Méditerranée, alors qu’au contraire la politique de fermeté australienne (aucun clandestin n’est plus « régularisé ») est éminemment dissuasive. Le résultat est sans appel : alors que 3 000 clandestins sont tragiquement décédés en Méditerranée en 2014, dans le même temps il n’y a eu aucun clandestin mort en mer en essayant de rejoindre l’Australie (contre plusieurs centaines les années précédentes, avant la mise en place de cette politique).

— Ce que certains nomment – peut-être maladroitement – la zemmourisation des esprits, à savoir la diffusion croissante des opinions identitaires, est incontestable, les sondages les plus récents le prouvent. Faire que cette opinion se meuve en action est plus délicat. A la grande interrogation de Lénine « Que faire ? », que répondez- vous ?

— Je crois qu’Eric Zemmour, tout comme le mouvement identitaire, ne « contaminent » pas les esprits – même si nous contribuons à la diffusion de messages, de concepts et d’idées – mais expriment surtout le réveil populaire en cours. Et c’est bien ce qui effraie nos adversaires réciproques, qui sont souvent les mêmes d’ailleurs… Mais que faire, donc ? Tout ! Aucun champ de bataille (social, culturel, associatif, idéologique, et politique bien sûr) ne devant être déserté, nous devons agir, chacun à notre échelle et là où nous pouvons être utiles, pour que la France reste française et que l’Europe reste européenne. A travers nos campagnes, propositions et travaux sur la remigration, nous tentons d’élaborer aujourd’hui les outils politiques pour ceux qui auront à gouverner demain. Car je suis pour ma part persuadé qu’après les tentations suicidaires décrites par Zemmour, c’est le réveil français que nous sommes en train de vivre.

Propos recueillis par Pierre Saint-Servant

23:20 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Les députés français votent la reconnaissance de la Palestine comme Etat

02/12/2014 – PARIS (via France 24)
L’Assemblée nationale a adopté par 339 voix contre 151, une résolution du groupe socialiste invitant le gouvernement à reconnaître l’Etat palestinien.

68 députés n’ont pas pris part au vote et 16 se sont abstenus, dont Gilbert Collard et Marion Maréchal-Le Pen. La quasi-totalité des socialistes, les écologistes, le Front de gauche, une partie des radicaux de gauche et quelques UMP et UDI ont voté pour le texte, tandis que la grande majorité de l’UMP et de l’UDI a voté contre.

23:08 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)

Interventions des chefs de partis alliés en Europe au Congrès du FN à Lyon

Regarder en mode plein écran pour lire les traductions des discours

Interventions des chefs de partis alliés en Europe (samedi 29 novembre 2014)
– Geert Wilders, député et président du Parti de la Liberté PVV des Pays-Bas
– Andreï Issayev, vice-président de la Douma de la Fédération de Russie et membre du parti Russie Unie
– Heinz-Christian Strache, député et président du FPÖ autrichien
– Matteo Salvini, député européen et président de la Ligue du Nord
– Philip Claeys, vice-président du Vlaams Belang, Flandres
– Krasimir Karakachanov, député et président du VMRO de Bulgarie
– Jiří Janeček, ancien député et président du parti OK STRANA de la République tchèque

20:11 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

L'interview de Marine Le Pen - Version intégrale

19:38 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

STATS NOVEMBRE 2014

Visiteurs uniques:   27 780

Visites:     67 314

Pages:    299 739 

Pages par jour (Moy /Max) :   9 991 / 15 280

Visites par jour (Moy /Max):   2 243  /  2 937

19:18 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

Chine: l'explosion d'une fosse septique fait quinze blessés

http://www.leparisien.fr/faits-divers/video-chine-l-explo...

+ VIDEO

4318285_fosse-new_545x460_autocrop.jpg

4318511_ide-chine-zhangjiajie-new.jpg

NdB: Les Romains avaient déjà des égouts...

 

 

04:11 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

Le Grand Jean-Marie

03:10 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

Israël et la bombe nucléaire

 

Israël est le seul pays doté de l’arme atomique au Moyen-Orient et il entend bien le rester. D’où la vigueur de la campagne menée par l’Etat juif contre tout accord entre la communauté internationale et l’Iran, qui n’aboutirait pas à un démantèlement total du programme nucléaire militaire de la République islamique. «Les trois principales menaces contre Israël ? L’Iran, l’Iran et l’Iran» confiait, il y a peu, un diplomate israélien à l’Opinion. Faute d’accord, lundi à Vienne, les négociations vont se poursuivre jusqu’en juin 2015, période durant laquelle la pression d’Israël ne se relâchera vraisemblablement pas, en particulier à Washington.

Sur la question nucléaire, Israël se trouve dans une situation très particulière : le pays ne reconnaît pas officiellement être une puissance nucléaire, ce qu’il est pourtant depuis 1967, et maintient un silence total sur ces affaires, la presse locale étant soumise à une censure militaire. En la matière, la doctrine israélienne se résume au mot «ambiguïté», «amimout» en hébreu. Cela consiste à ne jamais commenter ce que d’autres sources pourraient dire ou écrire sur le sujet. Cette attitude est partagée par les responsables américains, depuis un accord de 1969 entre les deux pays. La France observe également une grande discrétion sur cette question.

 

Cette doctrine de l’ambiguïté volontaire fait toutefois l’objet de débats discrets au sein de l’establishment israélien, où certains plaident pour une stratégie de dissuasion nucléaire pleinement assumée, en particulier face à l’Iran. Au mois de mai, un texte recommandant qu’Israël lève le voile sur son arsenal a fait l’effet d’une petite bombe dans le silence scrupuleusement entretenu sur le sujet. Publié par un think tank proche du pouvoir, le Begin Sadat Center for Strategic Studies (Besa) de l’Université Bar-Ilan de Tel-Aviv, il n’a pu être rendu public qu’avec l’accord tacite d’une partie des dirigeants israéliens, d’autant que ses deux auteurs ne sont pas des seconds couteaux. L’un est le professeur israélo-américain Louis René Beres, qui a présidé le «Projet Daniel», un groupe d’experts chargé de conseiller le Premier ministre sur le nucléaire. L’autre est le général John Chain, ancien patron du Strategic Air Command américain.

En droit international, Israël se trouve dans une situation paradoxale. Le Traité de non-prolifération nucléaire (TNP) de 1968 opère une discrimination légale entre les Etats «dotés» de l’arme nucléaire (Etats-Unis, Russie, Chine, Royaume-Uni et France) et les Etats «non-dotés», qui s’engagent à ne pas acquérir l’arme atomique, en échange d’une aide des premiers au développement du nucléaire civil. Or, Israël n’a jamais signé le TNP, tout comme l’Inde et le Pakistan. Ces trois pays ne sont donc pas tenus de respecter des textes qu’ils ne reconnaissent pas. Tous les trois ont pu développer leur arsenal nucléaire, mais seul Israël n’en reconnaît pas officiellement l’existence. Leur situation est juridiquement différente de celle de l’Iran ou de la Corée du Nord, qui ayant signé le TNP, sont mis en accusation pour avoir violé leurs propres engagements.

Selon les estimations du Bulletin of Atomic Scientists, un groupe indépendant américain, l’arsenal israélien serait d’environ 80 têtes nucléaires, pas forcément toutes opérationnelles. A titre de comparaison, l’arsenal français est d’environ 250. Les premières armes nucléaires israéliennes ont été développées en coopération avec la France et l’ancien président Shimon Peres a joué un grand rôle dans cette affaire. Les premières bombes ont été assemblées au printemps 1967, juste avant la guerre des Six Jours. Pour délivrer son armement, Israël s’appuie sur des avions de fabrication américaine (F-16 et F-15) ainsi que sur des missiles sol-sol Jéricho. Des doutes sérieux persistent sur la capacité d’Israël de tirer des missiles de croisière Popeye dotés d’une arme nucléaire depuis des sous-marins. La livraison par l’Allemagne, en septembre, d’un quatrième sous-marin Dolphin modifié (baptisé Tanin dans la marine israélienne) pourrait toutefois permettre à l’Etat juif d’acquérir cette capacité dite de deuxième frappe, l’apanage des grandes puissances nucléaires capables de répondre à une première attaque nucléaire.

D’autres signaux, comme l’établissement d’un téléphone rouge – une ligne de communication directe et cryptée – entre Israël et le Kremlin, annoncé en juin, montrent que des choses bougent. «C’est un vieux débat», assure le chercheur Pierre Razoux, auteur d’une note sur le sujet et de l’ouvrage «Tsahal. Nouvelle histoire de l’armée israélienne» (Perrin, 2008). «En plusieurs occasions (1967, 1973, 1991, 2006), le pouvoir israélien s’est interrogé sur le bénéfice, en termes de sanctuarisation de son territoire, qu’il retirerait à clarifier sa stratégie nucléaire en renonçant à sa posture d’ambiguïté, explique-t-il. A chaque fois, ce sont les pressions de l’administration américaine qui l’ont fait renoncer, Washington craignant qu’une telle annonce ne mette en difficulté sa politique à l’égard du monde arabe». Aujourd’hui, ajoute Pierre Razoux, «compte tenu du climat tendu avec Washington, les dirigeants israéliens pourraient considérer l’affirmation de leur statut nucléaire comme un pis-aller, des frappes contre les installations nucléaires iraniennes semblant chaque jour plus improbables». De son côté, Stéphane Delory, de l’Observatoire de la dissuasion à la Fondation pour la recherche stratégique, estime au contraire que «la doctrine d’ambiguïté demeure solidement ancrée». Il faudra donc se contenter de la fiction officielle selon laquelle Israël ne sera pas le premier Etat du Moyen-Orient à y introduire l’arme nucléaire.

Source : Secret Défense

03:03 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

La Manip pour tous!

sans-titre.png Manip pour tous.png

E&R

01:47 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Douze raisons de ne jamais voter Sarkozy

thumb.jpg

 

 
Print Friendly

Henry de Lesquen, président du Club de l’Horloge

♦« Adopté en 2007 par le Parlement à la demande du nouveau président de la République N. Sarkozy, c’est, écrite autrement, la constitution européenne repoussée par référendum en 2005 ».

Les électeurs votent souvent sur des promesses. Mais peut-on passer sous silence les bilans ? Ce n’est pas l’avis d’Henry de Lesquen. Farouche contempteur de Nicolas Sarkozy, Henry de Lesquen relève ici douze points de faiblesse dans la direction des affaires d’Etat de l’ancien président de la République. Un texte polémique mais d’une précision chirurgicale.
Polémia.


1 Accélération de l’immigration

200.000 immigrés légaux par an, sans compter les illégaux, alors que ce n’était « que » 150.000 par an avant 2002, du temps où le socialiste Jospin était premier ministre. Cela fait plus de deux millions en dix ans, de 2002 à 2012 (Sarkozy a été ministre de l’Intérieur de 2002 à 2007, à quelques mois près, président de la République de 2007 à 2012, et c’est lui qui, pendant ces dix années, a eu la haute main sur la politique de l’immigration).

2 Forfaiture du Traité de Lisbonne

Adopté en 2007 par le Parlement à la demande du nouveau président de la République N. Sarkozy, c’est, écrite autrement, la constitution européenne repoussée par référendum en 2005.

3 Réintégration dans l’OTAN et soumission aux Etats-Unis

Comment un souverainiste ou un gaulliste pourrait-il voter pour Sarkozy sans se renier ?

4 Accroissement de 600 milliards d’euros de la dette publique

De 1.200 milliards en 2007 la dette publique passe à 1.800 milliards en 2008. Soit 10.000 euros de plus par Français.

5 Explosion des dépenses publiques, qui ont atteint 56% du PIB en 2012

Comment un libéral pourrait-il voter Sarkozy sans se renier ?

6 Institution du Conseil français du culte musulman

Les socialistes en avaient rêvé, Sarkozy l’a fait.

7 Droit de séjour perpétuel pour les délinquants et criminels étrangers

Dès 2002, abolition de la prétendue « double peine » à l’initiative de Sarkozy, ministre de l’Intérieur.

8 Financement sur fonds publics des associations antiracistes comme SOS-Racisme

9 Introduction de la théorie du genre à l’école

La théorie du genre est introduite à l’école en septembre 2011, par Luc Chatel, son ministre de l’Education nationale.

10 Création du délit d’homophobie

C’est la loi Sarkozy du 18 mars 2003 pour la sécurité intérieure (Sarkozy est alors ministre de l’Intérieur), suivie de la loi du 30 décembre 2004 portant création de la Haute Autorité de lutte contre les discriminations et pour l’égalité, la HALDE (Sarkozy est alors président de l’UMP, formation majoritaire à l’Assemblée nationale).

11 Nomination du pédophile Frédéric Mitterrand comme ministre de la Culture

12 Financement sur fonds d’Etat de spectacles sacrilèges et christianophobes et répression brutale des manifestants

Notamment, en 2011, pièces de Romeo Castelluci, Sur le concept du visage du Fils de Dieu (Paris, Théâtre de la Ville) et de Rodrigo Garcia, Golgota Picnic (Paris, Théâtre du Rond-Point).

 Henry de Lesquen
25/11/2014

Correspondance Polémia – 27/11/2014

 

A  lire attentivement ! C'est incroyable tout le mal que cet homme a fait à la France et aux Français. Dehors, Sarkozy !

01:43 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Le nazi Aloïs Brunner serait mort en Syrie il y a quatre ans à l'âge de 98 ans

4338181_brunner_545x460_autocrop.jpg

 

Le Parisien | 01 Déc. 2014, 17h07 | MAJ : 01 Déc. 2014, 23h05

0
 
 
 
 
                                                                         
                                                   
Aloïs Brunner, le bras droit d'Adolf Eichmann (Photo non datée.)
(DR.)

En 2001, il avait été condamné à la perpétuité par contumace en France  pour  la déportation de 352 enfants du camp de Drancy (Seine-Saint-Denis) qu'il avait dirigé entre juin 1943 et août 1944.

Sur le même sujet

2001 : Aloïs Brunner jugé par contumace

Aloïs Brunner, le bras droit d'Adolf Eichmann, qui a organisé logistique de la solution finale, est très probablement mort à Damas, la capitale syrienne. C'était il y a quatre ans, il était alors âgé de 98 ans. Efraim Zuroff, le directeur du Centre Simon-Wiesenthal, qui traque les nazis, vient de l'annoncer au quotidien britannique «Daily Express».

«Nous avons reçu des informations d’un ancien agent des services secrets allemands, qui a servi au Moyen-Orient, et qui nous a dit que Brunner était mort et avait été enterré à Damas», explique Efraim Zuroff, jugeant cette source fiable.  Aloïs Brunner, né en 1912 en Autriche, est aussi impliqué dans la déportation de juifs d'Allemagne, d'Autriche, de Macédoine et de Slovaquie. Selon le centre Wiesenthal, il est responsable de la mort de 128 000 personnes.



«Aucun remords»

Après avoir vécu sous un faux nom à Essen (dans l'ouest de l'Allemagne), il s'est enfui en Syrie dans les années cinquante. Là, il a pris le nom de Georg Fischer à Damas. Il  a« ouvert un petit magasin où il vendait des produits occidentaux et de la choucroute faite maison à des clients, principalement européens», selon «le Spiegel». Il a donné des conseils en répression et torture au régime. Hafez al-Assad tout comme son fils ont toujours nié sa présence sur le sol syrien.

En 1961 et 1980, les renseignements israéliens, le Mossad, lui avait envoyé des lettres piégées, La première lui a fait perdre un œil, la seconde l'a blessé à main gauche. En 1985, il a donné une interview au magazine «Bunte».  Il n'a montré aucun remords. Sa haine était telle que le journal a dû censurer des passages entiers de l'entretien.

Au tournant du millénaire, Aloïs Brunner a de nouveau été repéré dans un hôtel de luxe à Damas, selon le «Spiegel». Depuis lors, plus aucun signe jusqu'à la révélation de sa mort.
Le Parisien

01:09 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (9)

C’était un 1er décembre : mort de Charles de Foucauld

 

Le 1er décembre 1916, Charles de Foucauld était assassiné par des Senoussis et des Touareg ajjer dissidents, armés par les services secrets allemands.
Ancien saint-cyrien, après une vie dissolue, il s’était converti.
Passé par la Trappe, en quête d’un idéal de pauvreté, d’abnégation et de pénitence encore plus radical, il s’était fait ermite.
Devenu prêtre, il s’était finalement installé en 1905 dans le désert du Hoggar.
On doit à cet homme fascinant un dictionnaire touareg-français et la fondation des Fraternités des petits frères du Sacré-Coeur.

Il a été béatifié en 2005, le Vatican moderniste ignorant probablement certaines de ses conceptions (charitables et de bon sens) :

« Comme vous, je désire ardemment que la France reste aux Français, et que notre race reste pure.
Pourtant je me réjouis de voir beaucoup de Kabyles travailler en France ; cela semble peu dangereux pour notre race, car la presque totalité des Kabyles, amoureux de leur pays, ne veulent que faire un pécule et regagner leurs montagnes. » (lettre à René Bazin du 29 juillet 1916.)

Source Thibaut de Chassey

00:55 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)