Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Blog - Page 667

  • Florian Philippot sur RTL

  • Saint Louis IX et le coran : « Je n’y ai vu qu’ordures et impuretés »

     
     

    Le site de France Catholique a publié hier un magnifique article du Père Daniel-Ange, intitulé « Louis de France, les djihadistes du Levant et les idéologues d’Occident ». Je ne saurais trop vous en recommander la lecture complète (voyez au lien source ci-dessous). Le Père Daniel-Ange signale le dialogue rapporté par Joinville, entre le saint roi et l’émir Fakhr-ad-Din Yusuf, dont le roi était le prisonnier après avoir perdu la bataille de Fariskur (6 avril 1250), en Égypte, lors de la septième croisade. En voici le passage qui traite du coran.

    « Ce que veut ce Roi missionnaire, en finale, c’est la Gloire du Ciel, la Gloire du Royaume éternel, la propre Gloire du Ressuscité, non seulement pour ce Sultan [émir Fakhr-ad-Din Yusuf], mais pour touts les musulmans du monde. Le sultan alors de rebondir sur ce mot et d’évoquer le ciel selon le Coran : “Nous espérons, en suivant la loi du très bénin Mahomet arriver à jouir des plus grands délices dans l’avenir”. (…) Et le Roi de répliquer, droit dans le mille : “Je ne puis assez m’étonner que vous, qui êtes des hommes discrets et circonspects (il discerne le meilleur en eux), vous ajoutiez foi à cet enchanteur Mahomet qui commande et promet tant de choses déshonnêtes”. Et se référant, non à l’Évangile, mais au simple bon sens humain, d’ajouter : “En effet, j’ai regardé et examiné son Alcoran et je n’y ai vu qu’ordures et impuretés, tandis que d’après les sages anciens, voire même les païens, l’honnêteté est le souverain bien dans cette vie”. Quel amour de la Vérité ! Quelle audace ! Quels risques encourus, puisque le sultan d’un seul geste peut le faire décapiter d’un seul coup de sabre. »

    Source : France Catholique (24 août)

    - See more at: http://www.christianophobie.fr/document/saint-louis-ix-et-le-coran-je-ny-ai-vu-quordures-et-impuretes#sthash.FkV4qAvE.dpuf

  • Le ciel, la mer, les nuages, le vent, la nuit...

    photo 1.JPG 2 nuages et mouettes.JPG

    photo 1.JPG  1 mer et nuages.JPG

    photo 2.JPG 3 port et nageur.JPG

    photo 1.JPG 4 nuit et sémaphores.JPG

    Les Lecques (Var)  24 août 2014

    (Photos EB) DR

  • Gouvernement : les départs, les arrivées

    240320.jpg

    Les flèches à répétition d'Arnaud Montebourg contre la politique du gouvernement ont provoqué la démission du gouvernement Valls lundi matin. François Hollande lui a renouvelé sa confiance et lui a demandé de former un nouveau cabinet pour mardi.

    Trois départs certains. "Je reprends ma liberté", a confirmé Arnaud Montebourg lundi après-midi. "Je vais retourner travailler parmi les Français". Devant les médias, l'ex-ministre de l'Economie a remercié pour leur soutien Benoît Hamon et Aurélie Filippetti, tous deux quittant le gouvernement avec lui. Peu avant la déclaration de Montebourg, la ministre de la Culture avait annoncé dans une lettre adressée à l'exécutif qu'elle ne sera "pas candidate à un nouveau poste ministériel", préférant "la loyauté à ses idéaux" au "devoir de solidarité" gouvernementale.


    Benoît Hamon non plus ne participera "pas au nouveau gouvernement" de Manuel Valls, a-t-il confirmé au journal télévisé de 20 heures sur France 2. "J'ai décidé de partir, je m'en suis livré très librement" au président et au Premier ministre, a-t-il précisé. "Il aurait été incohérent, alors que j'ai exprimé un désaccord, que je reste au gouvernement." Lundi matin, son entourage assurait pourtant qu'il était "assez serein" et "pas du tout dans un état démissionnaire". Matignon était même prêt à conserver, à une semaine de la rentrée scolaire, son ministre de l'Education nationale à la condition d'une fidélité totale à la ligne gouvernementale. Mais, selon Le Nouvel Observateur, comme Manuel Valls lui a répété qu'il était hors de question qu'il y ait une inflexion de la politique économique du gouvernement, l'allié de Montebourg lui a indiqué qu'il ne pouvait demeurer au sein du gouvernement par souci de "cohérence politique".

    Christiane Taubira aussi ?

    Son départ était déjà évoqué lors de l'arrivée à Matignon de Valls. Cette fois-ci, la réforme pénale votée, la ministre de la Justice devrait partir. De plus, Christiane Taubira a apporté son soutien aux députés frondeurs du PS. "Il faut s'assurer qu'il y ait des espaces de débats, des espaces d'amélioration des textes parce que si on considère que les textes du gouvernement ne peuvent pas être modifiés, on n'a qu'à abroger le Parlement". Elle aurait aussi envoyé un message de soutien ce week-end à Arnaud Montebourg et Benoît Hamon.

    Harlem Désir, secrétaire d'Etat aux Affaires européennes, n'est pas certain d'être conservé, tant son action est invisible. Quant aux radicaux de gauche, qui sont trois au gouvernement, que feront-ils ? Ils avaient critiqué la réforme territoriale et avaient menacé de quitter le gouvernement. Néanmoins, après avoir été reçu par Manuel Valls lundi soir, le président du parti Jean-Michel Baylet pourrait entrer au gouvernement avec un gros portefeuille, d'après iTélé.

    Qui dans le gouvernement Valls II ?

    Des écologistes ? Pas ceux d'EE-LV a priori. Emmanuelle Cosse a déclaré que "les conditions étaient encore moins réunies aujourd'hui qu'en avril". Et "on ne nous l'a pas proposé", a également précisé la patronne des Verts. Si les parlementaires Jean-Vincent Placé, François de Rugy ou Barbara Pompili entrent au gouvernement, ce sera en leur nom propre et au risque d'une exclusion du parti. En revanche, l'écologiste centriste Corinne Lepage ne dirait pas non. "Je ne demande rien, n'attends rien, mais il faut bien avouer que je suis proche de la ligne de Manuel Valls", a-t-elle confié à Marianne.

    La présidente de Cap 21 souhaite une "ouverture" vers le centre, tout comme l'ex-Modem, Jean-Luc Bennahmias. Dans Marianne également, il a lancé : "Je n'attends rien. Après si on m'appelle, on verra..." Il a pris soin de préciser : "Sur les orientations économiques et écologiques, je suis totalement en accord et j'attends avec impatience que le pacte de responsabilité entre en vigueur".

    Collomb, Gallois...

    A gauche, Gérard Collomb, le sénateur-maire de Lyon, n'a pas "fermé la porte" à un poste de ministre, inédit pour lui. "C'est au président et au Premier ministre de faire leur choix. Je n'ai pas reçu de coup de téléphone mais je suis prêt prêt à aider." Les partisans de Martine Aubry,  qui ne comptent qu'un représentant (Marylise Lebranchu à la Décentralisation et la Réforme de l'Etat), pourraient être un de plus. François Lamy, qui était en charge de la Politique de la Ville sous l'ère Ayrault, pourrait faire son retour.

    Enfin, Arnaud Montebourg parti, des personnalités politiques comme l'ancien patron de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), Pascal Lamy, pourrait être séduit par une aventure gouvernementale, tout comme le haut fonctionnaire et dirigeant de nombreuses entreprises publiques Louis Gallois, qui avait rendu un rapport sur la compétitivité. Selon La Tribune de Lyon, l'ex-patron de la SNCF ou d'EADS pourrait succéder à Arnaud Montebourg, ainsi qu'Emmanuel Macron, secrétaire général adjoint de l'Elysée jusqu'en juin dernier.

    (6Médias)

  • Pierre Dortiguier sur le drone israélien espion abattu par l'Iran


    Pierre Dortiguier - "Drone israélien abattu... par zapataguevara

    E&R

    NdB: une analyse remarquable de la "déraison" du régime sioniste

  • Marseille 15e: le braqueur faisait partie de la communauté des gens du voyage

    Ça sentait le chichi-frégi*et les vacances, hier soir, sur le port de l'Estaque, où des estivants en short se baladaient main dans la main en mangeant des glaces. Vers 21 heures, c'est dans ce décor paisible que s'est joué l'épilogue d'une effroyable course-poursuite qui s'est achevée dans un bain de sang. Consternés, le préfet de police Bonnetain et un représentant du parquet de Marseille se sont rendus immédiatement sur les lieux pour mesurer la gravité des faits.

    Entre le camion pizza et la baraque à chichis, un homme d'une trentaine d'années a fini par être abattu par la police après avoir volontairement percuté un fonctionnaire, qui restait hier soir dans un état très préoccupant. Un déchaînement de violences qui a aussi causé une victime collatérale, une passante de 39 ans, qui a été sérieusement blessée à la jambe.

    Le destin du braqueur s'est précipité entre le quartier de Saint-André et l'Estaque (16e), où il venait d'être localisé par les forces de l'ordre. Vers 19 heures, il avait signé le premier acte de cette effroyable soirée en commettant un violent car-jacking, arme à la main, dans une station-service entre Martigues et Port-de Bouc.

    Le propriétaire du véhicule, une Citroën C3 noire, ayant laissé son téléphone portable dans sa voiture, la police parvient toutefois à géolocaliser le malfaiteur 45 minutes après le braquage. Des patrouilles sont positionnées sur son possible trajet de fuite, qui prend la direction de Mourepiane.

    Un barrage est notamment mis en place au niveau du rond-point de la cité Consolat Mirabeau (15e), où la voiture volée est finalement aperçue.

    C'est là que le fonctionnaire de police sera grièvement blessé. Sortant d'un des deux véhicules présents sur place pour interpeller le fuyard, ce policier de la compagnie de sécurisation et d'intervention (CSI) d'une quarantaine d'années est violemment percuté par la voiture volée. Son conducteur n'hésite pas à lui rouler dessus, le laissant pour mort.

    Le policier blessé souffre d'un enfoncement de la cage thoracique

    Des coups de feu sont échangés et la Citroën est prise en chasse par les véhicules de police, qui parviennent à lui faire barrage, à quelques kilomètres de là, au beau milieu du joli port de l'Estaque, où des centaines d'estivants sont attablés en terrasse. La Citroën percute encore un véhicule de police et s'immobilise.

    Cerné, le malfaiteur sort son arme par la vitre, provoquant un mouvement de panique sur le port. "Il a fait feu au moins une fois", indiquait-on hier soir de source policière. Un motard, qui se trouvait à côté de la Citroën, plonge à terre pour éviter la balle. Les policiers répliquent aussitôt. L'homme est grièvement blessé, il décédera quelques minutes plus tard.

    Mais une autre victime est à déplorer. Une jeune femme, qui attendait sa monnaie devant un camion pizza stationné sur le port de l'Estaque, a été atteinte à la cuisse d'un éclat d'ogive dont on ignorait hier soir la provenance. Sérieusement blessée, elle a été transportée à l'hôpital Nord. Ses jours ne sont pas en danger.

    Le policier blessé souffre de multiples fractures et d'un enfoncement de la cage thoracique. Dans l'attente de s'assurer de l'absence de lésions internes, son pronostic vital était hier soir réservé. "Le malfaiteur lui a roulé dessus sur la totalité du corps. Par chance, la tête a été épargnée", confiait un de ses collègues.

    L'auteur du car-jacking et de la tentative d'homicide était âgé d'une trentaine d'années. Il était très défavorablement connu des services de polices notamment pour des vols. Son arme a été retrouvée dans la voiture volée.

    Hier soir, à l'Estaque, sa famille et de nombreux membres de la communauté des gens du voyage de Port-de-Bouc, à laquelle il appartenait, se sont rassemblés sur le port de l'Estaque. Deux compagnies de CRS ont été mobilisées pour assurer le maintien de l'ordre.

    Jugeant les faits suffisamment clairs, le parquet de Marseille a estimé que la légitime défense était sans aucun doute constituée et a décidé de ne pas saisir l'Inspection générale de la police nationale (IGPN).

    La Provence- 25 08 14

    * Le chichi-frégi est un beignet à base de farine de blé et de pois chiche, il est généralement parfumé à l'huile d'olive et à la fleur d'oranger. Les ingrédients nécessaire sont farine de blé, farine de pois chiche, levure, sucre en poudre, sel, fleur d’oranger et eau. Il se présente ensuite sous la forme d'un long (15 cm) et large (10 cm) beignet plat, frit dans l'huile et roulé dans le sucre semoule. Il est d'origine toulonnaise (1907) et il est devenu depuis 1930 une véritable institution à l'Estaque.

  • 25 août 1270 : mort de Saint Louis

    25 août 2014 par admin4 

    Le roi de France Louis IX était âgé de 56 ans.

     

    800px-Seventh_crusade.jpg

    Saint Louis en route vers l’Egypte

    C’était au cours de la 8e croisade (sa seconde). Il espérait convertir le sultan de Tunis au christianisme et le dresser contre le sultan d’Égypte. Les croisés s’emparèrent facilement de Carthage mais l’armée fut victime d’une épidémie. Louis IX mourut le 25 août sous les remparts de Tunis, de dysenterie vraisemblablement (de peste selon certains). Son corps fut étendu sur un lit de cendres en signe d’humilité, et les bras en croix à l’image du Christ.

    Sacre de Saint Louis

    Considéré comme un saint de son vivant, Louis IX fit l’objet d’une vénération dès sa mort. Des miracles étaient réputés avoir lieu sur le passage de sa dépouille et un service d’ordre dut être mis en place près de son tombeau pour canaliser la foule de ceux qui venaient implorer son intercession.

    Le XIIIe siècle reste dans l’histoire comme le « siècle d’or de Saint Louis ».
    La France, centre des arts et de la vie intellectuelle, y atteint son apogée aussi bien économiquement que politiquement, mais aussi quant au degré de perfection de sa civilisation, dont nous sommes à présent loin…
    Saint Louis commandait la plus grande armée et dirigeait le plus grand royaume d’Europe. Sa réputation de sainteté et de justice était déjà bien établie de son vivant et on le choisissait régulièrement comme arbitre pour régler les querelles entre grands d’Europe. Le roi était considéré comme le primus inter pares (le premier parmi ses pairs).

    Saint Louis est généralement vu comme le modèle du prince chrétien.

    Quelques livres à son propos ici.

    Source : Thibaut de Chassey

     

    Contre-info.com

  • Vers la diffusion d’une version française de la chaîne russe RT

     

    Le gouvernement russe s’est dit prêt à allouer 1,3 milliard de roubles (plus de 27 millions d’euros) pour la création d’un service en langue française à la chaîne d’informations RT, parrainé par le Kremlin, d’après un projet de loi publié jeudi sur le site du Kremlin.

    D’après la note explicative accompagnant le projet, il apparaît que la diffusion de la chaîne RT en plusieurs langues constitue le canal le plus efficace pour délivrer des informations russes à des publics étrangers.

    Le projet insiste aussi sur la nécessité de lancer une diffusion de RT en français car à l’heure actuelle « les événements mondiaux dans ces pays sont couverts, en règle générale, d’une manière qui montre la Russie sous un jour défavorable, ce qui conduit à la création d’attitudes négatives envers la Russie ». Le nouveau service francophone sera chargé de remédier à cette situation.

    La nouvelle chaîne ciblera non seulement le public français, mais aussi la Belgique, la Suisse et le Canada, selon le projet de loi.

    RT, anciennement Russia Today, a été lancée en 2005. Elle dispose désormais d’une audience de 664 millions de personnes réparties dans plus de 100 pays. RT est diffusée par le câble et le satellite en russe, en anglais, en espagnol et en arabe.

    E&R

  • Israël: les civils fuient les abords de la bande de Gaza, 80% des kibboutz sont vides

  • Réaction de Marine Le Pen à la vraie-fausse démisssion du gouvernement Valls

    Communiqué de Presse de Marine Le Pen, Présidente du Front National

    La démission du gouvernement Valls annoncée ce matin offre une nouvelle démonstration de la désunion de la majorité socialiste et de l’incapacité du Premier ministre et du président de la République à obtenir le soutien de leur propre camp.

    Le prochain gouvernement, dirigé par les mêmes hommes, restera à l’image des précédents : un gouvernement technique de soumission à l’Union européenne, chargé de mener une politique plusieurs fois rejetée par les Français.

    De l’UMP au PS les gouvernements se succèdent mais les politiques ne changent pas. D’échecs en échecs, les mêmes hommes issus d’un même système, profondément francosceptique, mènent notre pays sur les voies du déclassement.

    Dans ces conditions, il est plus que jamais nécessaire de redonner la parole aux Français et de dissoudre l’Assemblée nationale. Le pouvoir y sera de toute façon poussé par la perte de sa majorité à l’Assemblée Nationale.

    En cette rentrée qui s’annonce difficile pour nombre de nos compatriotes, la valse des ministres  est un spectacle affligeant qui accroît légitimement l’inquiétude des Français quant à l’avenir de la France.

     NPI 25 08 14

  • EN DIRECT. Remaniement: Marine Le Pen salue "la parole de vérité" de Montebourg

    4085587_lepen-new.jpg

    http://www.leparisien.fr/politique/en-direct-critiques-de-montebourg-il-n-est-pas-deloyal-assure-thevenoud-ps-25-08-2014-4084457.php

  • La Bérézina de François Hollande

    25 août 2014 par CharlotteO

    Capture d’écran 2014-08-25 à 18.05.14François Hollande n’en est pas à sa première crise politique, mais depuis hier c’est tout bonnement un fiasco.

    Cinq mois après avoir nommé son « gouvernement de combat », Manuel Valls en a présenté la démission -acceptée- ce matin.

    Une décision qui intervient le lendemain des critiques d’Arnaud Montebourg sur la politique économique menée par François Hollande et son gouvernement, soutenu par Benoît Hamon qui déclarait hier « Arnaud et moi ne sommes pas loin des (ministres) frondeurs ».

    En pleine crise économique, à la veille de la rentrée scolaire, avec un chômage en explosion, une délinquance qui n’en finit pas d’augmenter, le djihad à nos portes avec des départs de plus en plus nombreux et Ebola en embuscade… La France socialiste se paie le luxe de ne pas avoir de gouvernement : même dans leur entreprise de destruction systématique, ils sont incapables de se mettre d’accord. Et dire qu’on nous avait vendu la Vème République comme gage de stabilité…

    Incapable de traiter correctement le moindre dossier sérieux, François Hollande va jusqu’à faire de grossières erreurs de communication.

    Lorsque le pays va si mal et qu’il n’est plus gouverné, on évite de faire une allocution sous des trombes d’eau sans le parapluie que tenait pourtant son garde du corps à côté de lui… L’image peut sembler anodine mais elle ne l’est pas, il s’agit là d’un symbole réaliste que le président de la République et ses conseillers en communication ont bien voulu livrer : celui d’un homme incapable de faire face au naufrage qui le menace, lui et son pays.

    La pluie a évidemment gêné François Hollande qui n’a cessé de bafouillé, parlant notamment de « parti échoué » à la place de la « patrie échouée » dont il voulait parler dans son allocution commémorative des 70 ans de la Libération… Une fois de plus les réseaux sociaux se sont déchaînés, et le peu de crédibilité lui restant a encore été mis à l’épreuve…

    Il y a fort à parier que les Français préféreraient une démission directe du président plutôt qu’un gouvernement de plus, avec les mêmes.

    Contre-info.com

  • Jean- Marie Le Pen en exclusivité pour Métamag

    JMLP%20INTER.jpg

     

    Jean- Marie Le Pen en exclusivité pour Métamag  - C’est l’entretien de l’été publié ce mardi

     

    C’est l’entretien de l’été publié ce mardi



    La Rédaction
    le 24/08/2014
    modifié le 24/08/2014 à 16:58h
    « Le Front national, seul rempart des Français, prendra la direction des régions Paca et Nord Pas de Calais et Marine s’expliquera au  prochain congrès »JMLP.

    L’entretien politique qui dit tout sur tout du point de vue de Jean-Marie Le Pen.

    Alors que Marine Le Pen est restée pour le moins discrète dans une actualité pourtant torride, et qui objectivement méritait plus de présence du leader du « premier parti de France », le fondateur du Front National montre à ses détracteurs dans cet entretien exclusif qu’une certaine lucidité même dérangeante et même parfois dissidente n’a pas d’âge. L'homme qui ne serait plus de son temps sait encore parler de l’actualité de notre époque et de l’avenir.
    Sur les grands dossiers internationaux, Ukraine, Islamisme, Jean-Marie Le Pen ramène la France, les Usa et l’Europe à leurs erreurs et responsabilités. Un aveuglement lié à la négation du réel que l’on retrouve dans bien d’autres problématiques à commencer bien sûr par l’immigration.

    Alors que tant renoncent, dégoûtés par la politique ou  blessés dans leur vanité, le fondateur du Front National tient le cap comme jamais. Pour lui,  la France n’a plus beaucoup de temps devant elle pour éviter le désastre irréversible. Sa dernière chance c’est le FN  et on comprend que ce n’est pas la même chose que  le très électoraliste Rassemblement Bleu Marine.

    Le prochain congrès du Front National devrait le repréciser. Ambiance assurée et annoncée sur Métamag.
  • Un nouveau gouvernement en France

    Le Vif

    Source: Belga
    lundi 25 août 2014 à 09h57

    Le président François Hollande a demandé à son Premier ministre Manuel Valls de former un nouveau gouvernement qui sera présenté mardi, a annoncé lundi la présidence française.

    Fran-ois-Hollande-et-Manuel-Valls-.jpg

    François Hollande et Manuel Valls. © Reuters

    "Le chef de l'Etat lui a demandé de constituer une équipe en cohérence avec les orientations qu'il a lui-même définies pour notre pays", indique la présidence dans un communiqué alors qu'une crise portant sur sa politique économique secoue le gouvernement.

  • La Russie va envoyer un nouveau convoi humanitaire

    Le Vif

    Source: Belga
    lundi 25 août 2014 à 10h58

    Moscou va envoyer un deuxième convoi humanitaire et en a informé Kiev, a annoncé lundi le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, quelques jours après l'entrée sur le territoire ukrainien d'un premier convoi controversé. Et ce alors que les rebelles affirment être passés à la contre-offensive.

    4000724347210.jpg

    © Reuters

    Et ce alors que les rebelles affirment être repassés à l’offensive.
    "Nous avons envoyé hier (dimanche) une note officielle au ministère ukrainien des Affaires étrangères indiquant notre intention d'envoyer un nouveau convoi humanitaire", a dit le ministre lors d'une conférence de presse.

    Les rebelles affirment être passés à la contre-offensive

    Les rebelles prorusses de l'est de l'Ukraine ont affirmé avoir lancé leurs forces dans une grande contre-offensive face aux troupes gouvernementales, qui ont reconnu lundi une "augmentation de l'action de l'ennemi". Le "Premier ministre" séparatiste de Donetsk, Alexandre Zakhartchenko a affirmé dimanche que les rebelles avaient lancé la veille une grande contre-offensive au sud de leur bastion, cerné par les forces ukrainiennes depuis un mois. "Nous ne nous arrêterons pas tant que nous n'aurons pas libéré la terre de la République populaire de Donetsk" autoproclamée par les séparatistes, avait lancé M. Zakhartchenko.

    L'état-major de l'opération militaire menée par Kiev dans l'Est a de son côté reconnu lundi une "augmentation de l'action de l'ennemi", mais il affirme que les forces ukrainiennes "continuent de tenir les positions occupées" et ont infligé des "pertes importantes" aux insurgés. A Donetsk, bastion rebelle assiégé par l'armée ukrainienne, la nuit a été relativement calme après les intenses bombardements du week-end. Des combats se déroulaient au sud de la ville lundi matin, des colonnes de fumée s'élevant au-dessus de la campagne, alors que de sourdes détonations étaient entendues, ont rapporté des journalistes de l'AFP.

    La petite ville d'Olenivka, au sud du bastion insurgé, est l'un des enjeux de la bataille, selon les rebelles. A l'ouest de Donetsk, des obus sont tombés sur la route qui se dirige vers Marïnka, que les autorités ukrainiennes avaient annoncé avoir repris il y a quelques jours. Les autorités séparatistes de Lougansk, autre bastion prorusse dans l'Est, avaient pour leur part annoncé samedi avoir lancé une attaque sur les villes de Severodonetsk (75 km au nord-ouest de Lougansk) et Debaltseve (58 km au nord-est de Donetsk). Les autorités ukrainiennes avaient démenti ces informations, accusant les rebelles de "vouloir gâcher la célébration des 23 ans de l'indépendance de l'Ukraine" en répandant de "fausses informations".

  • La popularité de Manuel Valls en chute libre, Hollande à 17%

    qQ2ESOI.jpg

     

    8h26

    Double record à la baisse pour Manuel Valls et François Hollande. Selon le baromètre Ifop, pour «le Journal du dimanche», le Premier ministre et le président de la République sont en recul tous les deux dans l’opinion. Ils enregistrent chacun une impopularité record.

     

    Le chef du gouvernement passe de 45% d’opinions positives en juillet à 36% en août, son niveau le plus bas depuis qu’il est à Matignon. La popularité de Manuel en Valls ne cesse de s’effondrer : 9 points perdus en un mois, 15 en deux mois, 20 en trois mois ! «Son discours volontariste tranche avec ses résultats», explique Frédéric Dabi, directeur général adjoint de l’Ifop. En avril, lors de sa nomination à la tête du gouvernement, il était à 58% d’opinions positives.

    A la question «Êtes-vous satisfait ou mécontent de François Hollande comme président de la République ?» le chef de l’Etat recueille 17% de satisfaits, soit un point de moins qu’en juillet. Il tombe ainsi à son plus bas niveau dans ce baromètre depuis son élection en mai 2012. C’est le cinquième mois d’affilée que plus de 80% des sondés sont mécontents de lui. Toutes les catégories, même les sympathisants socialistes, lui sont majoritairement hostiles.

    Le Parisien (Merci à anargyre)

    via FDS

  • 46è jour: la guerre est-elle de retour? par Katy Bisraor Ayache

     

    Et Israël avait repris vie: les restaurants d’Ashkelon, les plages d’Ashdod, le vieux port de Tel-Aviv, la guéguerre politique, les chamailleries médiatiques, la rentrée scolaire et où va t-on passer Roch hachanah chez tes parents ou chez les miens?

    katybisraorhayah123

    Et brusquement, de nouveau, les alertes, les roquettes contre Israël et les bombardements contre Gaza. Messieurs Netanyaou, al-Sissi, Obama, Abbas, je voulais arroser tranquillement mon jardin …

    Doit-on dire Bienvenue à Tsouk Eitan-Bordure protectrice numéro 2 ? La guerre serait-elle de retour, celle qui brise les espoirs, paralyse les désirs, neutralise les énergies, s’infiltre insidieusement dans les âmes et dans les cœurs.

    Les Israéliens rêvent de normalité. Comme d’ailleurs, beaucoup de nos voisins palestiniens.

    En vain.

     Katy Bisraor Ayache En direct de Jérusalem

     http://endirectdejerusalem.com/wordpress/

    TRIBUNE JUIVE INFO

  • Fête nationale de l'Ukraine

    FDS

  • Ukraine: les rebelles exhibent leurs prisonniers à Donetsk

    Le Vif

    Source: Belga
    dimanche 24 août 2014 à 19h03

    Les rebelles prorusses ont exhibé dimanche devant la foule leurs prisonniers de guerre ukrainiens dans leur fief de Donetsk, un pied de nez aux autorités de Kiev qui célébraient la fête de l'Indépendance avec un défilé militaire dans la capitale de l'Ukraine.

    © Reuters

    Entre 40 et 50 soldats, capturés au cours des combats qui font rage dans l'est de l'Ukraine depuis plus de quatre mois, ont été présentés sur la place Lénine dans le centre-ville, sous les huées de plusieurs milliers de personnes qui s'y sont rassemblées aux cris de "fascistes, fascistes! ".

    Ce défilé est largement inspiré de la "parade des vaincus" organisée le 17 juillet 1944 dans le centre de Moscou lorsque le pouvoir soviétique avait fait défiler plus de 50.000 prisonniers de guerre allemands devant une foule hurlant "fascistes, fascistes! ".

    A Donetsk, place forte des insurgés, assiégé depuis plus d'un mois par les forces ukrainiennes, les hommes ont défilé encadrés par les combattants rebelles, ont constaté des journalistes de l'AFP. Les prisonniers, tête baissée, les mains dans le dos, ont fini par monter à bord de deux cars dont la destination était inconnue, tandis que les rebelles qui les accompagnaient ont été acclamés par la foule.

    Sur le terrain, le bastion rebelle de Donetsk a de nouveau été frappé dimanche par d'intenses bombardements près du centre-ville, dont les tirs se rapprochent chaque jour un peu plus. Un hôpital a été touché au petit matin sans faire de victimes. Cet hôpital est situé à proximité d'une caserne des rebelles qui aurait pu être la cible de l'armée ukrainienne, mais l'origine des tirs n'a pu être établie de manière indépendante. De nombreuses explosions et détonations pouvaient encore être entendues depuis le centre de Donetsk dans l'après-midi, les insurgés affirmant mener une contre-offensive dans le sud de la ville.

    Parade de l'indépendance "les larmes aux yeux"


    Kiev célébrait pour sa part les 23 ans de l'indépendance de l'Ukraine, avec une grande parade militaire, la première depuis 2009, destinée à remonter le moral des troupes en plein conflit meurtrier dans l'Est qui a coûté la vie à plus de 2.200 personnes, dont 722 soldats.

    "C'est une parade les larmes aux yeux", a confié Natalia Roslova, une trentenaire portant une chemise brodée traditionnelle ukrainienne comme ses deux enfants venus pour la première fois assister au défilé militaire.

    L'Ukraine a décidé de renouer avec le grand défilé sur la place de l'Indépendance avec des armes lourdes, ce qui n'avait pas eu lieu depuis 2009. "Cette parade n'est pas faite pour en mettre plein la vue, mais pour rendre hommage à nos gars qui font la guerre et périssent dans l'Est. Il faut leur remonter le moral. Nous pensons à eux, nous prions pour eux", raconte Natalia.

    Des milliers d'Ukrainiens, la plupart portant des chemises brodées ou arborant les couleurs nationales, bleu et jaune, avec drapeaux, fanions ou boucles d'oreille ont acclamé le passage d'une unité qui vient de revenir de la zone des combats.

    Après le défilé des soldats, les blindés, mortiers, lance-roquettes multiples et systèmes de défense antiaérienne roulent sur l'avenue principale de Kiev, Khrechtchatik, et la mythique place de l'Indépendance, le Maïdan, haut lieu de la contestation ayant conduit en février à la chute du régime prorusse de Viktor Ianoukovitch après un bain de sang.

    Une minute de silence est observée pour rendre hommage aux quelque 100 manifestants tués dans les rues qui accueillaient dimanche le défilé dans le centre de Kiev.

  • Gaza: Israël pulvérise un immeuble d'habitation de 12 étages

    • Publié le : dimanche 24 août 2014
       
      

    Israël a pulvérisé, le 23 août, un immeuble d’habitation de 12 étages à Gaza.

    L’édifice hébergeait une cinquantaine de familles. Celles-ci ont reçu un message leur demandant de s’enfuir quelques minutes avant la frappe de Tsahal.

    Plusieurs personnes ont été blessées, dont des enfants.

    E&R