Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/03/2014

Marseille: des affrontements sur la Canebière devant le commissariat Noailles

http://www.laprovence.com/actu/faits-divers-en-direct/279...

regarder la vidéo en mode plein écran

01:38 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

16/03/2014

Immigrationnistes: Marine Le Pen les clashe tous en Direct !

Dans cette vidéo on peut voir que toute la classe politique est en faveur de l’immigration-invasion. À un moment on peut même voir la métèque scandinave expliquer dans son français assez approximatif, qu’il faudrait, par solidarité, accueillir les réfugiés syriens. Elle n’a pas tout à fait tort. Ce sont, pour une fois, de vrais réfugiés et les pays voisins sont submergés. Mais la première des solidarités ne consisterait-elle pas à ne plus financer le terrorisme dit islamique pour que les Syriens puissent redevenir maître chez eux et reconstruire leur pays?

L’immigration les Français n’en veulent plus. Nous voulons redevenir maîtres chez nous. Pour ça il va falloir virer cette caste de politiciens véreux.

ALTERMEDIA

20:30 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Crimée: le rattachement à la Russie largement vainqueur

PHOf322d858-ad3a-11e3-b9ea-263a42a08cfa-805x453.jpg

93% des habitants se sont prononcés pour le rattachement à la Russie. Alors que le premier ministre séparatiste salue une décision «historique», les États-Unis rejettent ce résultat.

 

Les Criméens votent massivement en faveur du rattachement à la Russie

Quelque 93% des électeurs de la république autonome ukrainienne de Crimée se sont exprimés en faveur de l'union à la Russie lors d'un référendum controversé organisé dimanche, selon un sondage sortie des urnes cité par l'agence de presse russe RIA. Les bureaux de vote en Crimée ont fermé à 20 heures (19h à Paris). Selon une autre agence de presse russe, Interfax, le taux de participation au référendum a été supérieur à 80%. 1,5 million d'électeurs de cette république autonome étaient invités à choisir entre l'intégration à la Russie et une autonomie élargie au sein de l'Ukraine. Le résultat du référendum ne laissait guère de doute. À Simféropol, l'annonce lumineuse «Nous sommes en Russie» était déjà projetée sur un bâtiment officiel. Washington «rejette» le référendum qui a eu lieu en Crimée.

Le blocage des casernes levé jusqu'à vendredi

Les commandants des forces russes et ceux des forces ukrainiennes dans la péninsule de Crimée se sont mis d'accord pour que les bases ukrainiennes ne soient plus bloquées jusqu'au vendredi 21 mars. Ces bases qui ont jusqu'à présent été bloquées par des forces russes ou pro-russes, et dont l'approvisionnement était devenu difficile, pourront pendant ce temps reconstituer leurs réserves, a ajouté le ministre ukrainien de la Défense par intérim, Igor Tenioukh. C'est le 21 mars que la Douma, la chambre basse du parlement russe, doit voter un projet de loi portant sur le rattachement de la Crimée à la Russie, objet du référendum dimanche dans la péninsule ukrainienne. Le même jour l'Ukraine espère signer avec l'Union européenne le volet politique de leur accord d'association.

L'UE ne reconnaîtra pas l'issue du scrutin

L'Union européenne a officiellement condamné dimanche le référendum, le jugeant «illégal et illégitime». À la lumière des derniers développements, les ministres des Affaires étrangères vont «examiner la situation demain à Bruxelles et se prononceront sur des mesures additionnelles conformément à la déclaration des chefs d'État et de gouvernement le 6 mars», indique le communiqué. Les dirigeants européens s'étaient entendus ce jour-là pour appliquer des sanctions ciblées, sous forme de gels d'avoirs et restrictions de visas, si la Russie n'engageait pas rapidement une «désescalade» de la tension. Les ambassadeurs des 28 auprès de l'UE devaient se réunir dimanche en fin d'après-midi pour établir une liste de responsables russes et ukrainiens pro-russes visés par ces sanctions, a-t-on indiqué de source diplomatique.

Manifestations pro-russes dans l'est de l'Ukraine

Dans l'est du pays, des manifestations pro-russes ont rassemblé dimanche des milliers de partisans d'un rapprochement avec Moscou à Donetsk, Kharkov et Lougansk. À Kharkov, bravant une interdiction de la justice, quelque deux mille manifestants pro-russes ont déployé un immense drapeau russe. Ils ont aussi accroché sur la statue de Lénine une banderole déclarant «Notre patrie = URSS». Un rassemblement similaire de quelques milliers de personnes scandant «Donetsk-Crimée-Russie» se tenait à la mi-journée à Donetsk. Des manifestants ont pris d'assaut les sièges du parquet et des services spéciaux pratiquement sans rencontrer de résistance de la part des forces de l'ordre. Ils réclament la libération de leur leader, le «gouverneur auto-proclamé Pavlo Goubarev.

LE FIGARO

19:54 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Ukraine: 3000 manifestants à Kharkov exigent un référendum sur la féderalisation - 16 03 14

200731044.jpg

Près de 3.000 personnes sont descendues dimanche dans la rue à Kharkov (est), exigeant la tenue d'un référendum sur la fédéralisation de l'Ukraine, rapporte l'agence Kryminfo. 

"Si nous donnons une réponse positive à la question sur la fédéralisation, ceci règlera les conflits interethniques existant en Ukraine", a annoncé Alla Aleksandrovskaïa, une responsable du PC d'Ukraine citée par l'agence. 

D'après elle, les participants au référendum devront en outre s'exprimer sur le statut du russe et sur le refus de l'Ukraine d'adhérer à l'Otan. 

Brandissant des drapeaux russes, soviétiques, ukrainiens et du PC d'Ukraine, les manifestants  tiennent des pancartes sur lesquelles est écrit: "Nous sommes contre l'Otan", "Le Sud-Est est pour le référendum", "Notre patrie est l'URSS". 

Un changement de pouvoir s'est opéré le 22 février à Kiev. La Rada suprême (parlement ukrainien) a démis le président Viktor Ianoukovitch de ses fonctions et réformé la Constitution. Se proclamant toujours président légitime, M.Ianoukovitch a qualifié ces événements de "coup d'Etat". Moscou a aussi mis en doute la légitimité des récentes décisions de la Rada suprême ukrainienne. 

Plusieurs régions de l'Est et du Sud de l'Ukraine et la république autonome ukrainienne de Crimée ne reconnaissent pas les nouvelles autorités de Kiev. La Crimée a décidé de tenir le 16 mars un référendum sur son futur statut politique. Le parlement de la république autonome s'est prononcé pour le rattachement à la Russie.

RIA Novosti

18:58 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Japon: arrestation d'un homme soupçonné d'avoir déchiré le Journal d'Anne Frank

3672423_d3267fb2c53627355f7fe2e78b6530c4bcf0c2d8.jpg

 

"Le suspect est un chômeur de 36 ans qui habite à Tokyo", a expliqué la police de la capitale dans un communiqué.

"Le suspect est prétendument allé dans des bibliothèques de l'arrondissement de Suginami le 5 février et a arraché des pages de livres d'Anne Frank", a-t-elle ajouté.

Un porte-parole de la police a précisé que le suspect avait reconnu les faits, ajoutant qu'un interrogatoire était en cours pour connaître ses motivations et savoir s'il a abîmé d'autres livres.

Plus de 300 copies du Journal d'Anne Frank, le journal intime de cette jeune juive tuée pendant l'Holocauste, ont été vandalisés en février dans des bibliothèques de Tokyo.

Cet incident avait provoqué une vive émotion dans le pays, certains pointant une atmosphère de raidissement nationaliste. La police a lancé de vastes recherches pour retrouver le ou les responsables.

L'arrondissement de Suginami a lui seul avait comptabilisé 121 exemplaires du livre endommagés, dans 11 de ses 13 bibliothèques publiques.

L'ambassade d'Israël à Tokyo avait donné 300 exemplaires de l'ouvrage aux bibliothèques de la capitale pour qu'elles remplacent les livres abimés.

Anne Frank, une jeune fille de confession juive née à Francfort (Allemagne) en 1929, a vécu cachée à partir de 1942 et pendant deux ans avec sa famille à Amsterdam occupée par les nazis, avant d'être découverte. Déportée au camp de Bergen Belsen, elle y est morte en 1945.

jeanmarcmorandini.com

Le blog de Jean-Marc Morandini

 

18:17 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

Eric Zemmour: "Taubira hait la France"

02:24 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Bobards d'Or 2014 : la vidéo complète

Contre-info.com

01:19 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

15/03/2014

Jacques Sapir sur la situation en Crimée


Voix de Russie 2014.03.13 Jacques Sapir... par Hieronymus20

E&R

20:49 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Quand le chef de l'Etat tutoie Ruth Elkrief la journaliste vedette de BFMTV

http://www.alterinfo.net/Quand-le-chef-de-l-Etat-tutoie-l...

VIDEO

20:19 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

La reconnaissance de la judéité de l’Etat est une erreur (John Kerry) 14/03/2014

  

La reconnaissance de la judéité de l’Etat est une erreur (John Kerry)



 Le secrétaire d’Etat américain John Kerry a qualifié jeudi d’”erreur” l’insistance du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu à faire de la reconnaissance d’Israël comme “Etat juif” par les Palestiniens une condition sine qua non d’un accord de paix.

“Je pense que c’est une erreur de la part de certaines personnes de soulever ce sujet encore et encore comme le critère essentiel de leur attitude envers la possibilité d’un Etat (palestinien, NDLR) et de la paix, et nous l’avons évidemment exprimé”, a déclaré M. Kerry, sans nommer M. Netanyahu, devant la commission des Affaires étrangères de la Chambre des représentants.

La question de "l’Etat juif" a été réglée en 1947 dans la résolution 181 (de l’ONU sur le partage de la Palestine, NDLR) qui contient 40 ou 30 mentions de l’"Etat juif”, a souligné M. Kerry, évoquant également des déclarations en ce sens du défunt président palestinien Yasser Arafat, de 1988 à 2004.

Je ne présenterai pas (aux Israéliens) un accord qui ne prévoirait pas l’abolition du droit au retour et une reconnaissance par les Palestiniens de l’Etat du peuple juif”, a prévenu mardi M. Netanyahu.

Dans un communiqué publié à l’issue d’une réunion autour du président Mahmoud Abbas mercredi, le Comité exécutif de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) a dénoncé “les tentatives d’arracher une reconnaissance de la judéité de l’Etat d’Israël afin d’effacer d’une phrase l’Histoire et les droits des Palestiniens”.

M. Netanyahu a fait de cette revendication un élément cardinal d’un accord de paix, assurant que la “racine du conflit” entre les deux peuples est le rejet arabe d’un Etat juif, et non l’occupation des Territoires palestiniens depuis 1967.

Les dirigeants palestiniens se refusent à ce qu’ils considèrent comme une capitulation sur ce qu’ils ont de plus sacré, le souvenir de la “Nakba” (catastrophe) des 760.000 Palestiniens forcés à l’exil en 1948 lors de la création d’Israël, et leur “droit au retour”.

Ils rappellent également qu’ils reconnaissent déjà l’Etat d’Israël depuis 1993 et que cette exigence n’a été présentée ni à l’Egypte ni à la Jordanie, les deux pays arabes signataires d’un traité de paix avec Israël.

http://www.gnet.tn/revue-de-presse-internationale/la-reconnaissance-de-la-judeite-de-letat-est-une-erreur-john-kerry/id-menu-957.html
 
ALTER INFO  
 

 

   

20:02 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Gaza : arrêt de l'unique centrale électrique faute de fuel d'Israël 15/03/2014

 

       Gaza : arrêt de l'unique centrale électrique faute de fuel d'Israël



    L'unique centrale de la bande de Gaza a cessé de fonctionner samedi faute d'approvisionnement en fuel en provenance d'Israël, a indiqué le directeur adjoint de l'autorité de l'Energie de Gaza.

"La centrale a complètement cessé de fonctionner en raison du manque de fuel provoqué par la fermeture du point de passage de Kerem Shalom", a déclaré à l'AFP Fathi al-Sheikh Khalil.


http://www.lorientlejour.com/article/858943/gaza-arret-de-lunique-centrale-electrique-faute-de-fuel-disrael.html
 
ALTER INFO
 
Qui s'en soucie dans le monde ? Que Dieu vienne à l'aide des Palestiniens!
 

       

19:31 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Journal de bord de Jean-Marie Le Pen n° 355

19:12 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Le référendum sur l'indépendance aura lieu le 16 mars à Venise

9venice-785.jpg

Aujourd'hui, 20:05
 

 

 

Par La Voix de la Russie | Le 16 mars, le référendum sur l'indépendance aura lieu non seulement en Crimée, mais aussi à Venise.

Les habitants de la ville et de ses environs, constituant la province de Vénétie, souhaitent exprimer leurs points de vue sur leur appartenance à l'Italie. Ils vont également s’exprimer sur l'adhésion de Venise à l'UE et à l'OTAN. Le vote se déroulera pendant 5 jours, du 16 au 21 mars.

La loi sur le vote a été adoptée par les autorités locales en 2006.

Les organisateurs affirment que 68 % des 5 millions d’habitants de Venise et des zones environnantes soutiennent l’indépendance. En cas de succès, immédiatement après le vote, des partisans de l'indépendance demanderont d'arrêter de virer les impôts perçus à Rome.
Lire la suite: http://french.ruvr.ru/news/2014_03_15/Le-referendum-sur-l...

18:25 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Insécurité : grève du nettoyage aux gares Saint-Charles de Marseille et d'Aix TGV

images.jpg

 

 
Marseille / Publié le Mercredi 12/03/2014 à 10H45
 
 

La SNCF signale que ce mercredi 12 mars, à la suite d'un mouvement social chez leur prestataire, que le nettoyage en gare de Marseille Saint-Charles (Aix TGV aussi selon FO) ne sera pas effectué jusqu'à nouvel ordre.

Selon Kamel Djeffel, responsable du syndicat FO, cette grève est liée "à de graves problèmes d'insécurité."

La Provence

03:36 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

LES NATIONALISMES EN UKRAINE ET EN CRIMEE

 

LES NATIONALISMES EN  UKRAINE ET EN CRIMEE - Au-delà de l’affaire…

Au-delà de l’affaire…



Michel Lhomme
le 11/03/2014
modifié le 11/03/2014 à 15:35h
 
Parler de l’affaire ukrainienne, c’est aussi parler de ce pays et de sa population, de ses forces vives. En fait, l'Ukraine peut-elle devenir un pays indépendant ? Doit-elle forcément être inféodée à l'Europe  ou à la Russie ? Le destin de ce pays ne nous est-il pas commun ?

Il faut évoquer la fierté combattante du peuple ukrainien, comme quelque chose d'inestimable. C'est tellement vrai qu'à Paris, on « hitlérise » ce peuple, on le pestifère. Les nationalistes ukrainiens seraient d'extrême-droite et en plus, d'affreux antisémites. Cela n'a pas gêné Bernard Henri-Lévy tant qu'on pouvait manipuler Maïdan ! Or, les nationalistes ukrainiens, ce sont  le ''Secteur Droit'', rassemblement de plusieurs mouvements nationalistes ukrainiens comme Tryzub ou l’UNA-UNSO, NDT,  et un parti nationaliste jugé plus «modéré», Svoboda. Ce sont les militants de ces partis qui sont morts à Maïdan. Or, les nationalistes ukrainiens sont morts pour Kiev pas pour Poutine.
 
 
Poutine avait confié l’Ukraine à une minorité ethnique qui a profité du pouvoir pour s’imposer et russifier. C'était une minorité corrompue qui a utilisé la pire des propagandes, l'ancienne propagande soviétique à savoir l'anti-fascisme, l'anti-nazisme et qui en a abusé pour faire taire aux Ukrainiens l'amour de la patrie. Mais, victorieux, les nationalistes ukrainiens ont gagné une première manche ! D'abord, ils ont obtenu la libération de toutes les personnes arrêtées lors des émeutes, le licenciement de cinquante juges accusés de corruption, la grâce d’un père et de son fils condamnés pour avoir abattu un magistrat, symbole de la corruption post-communiste et l’octroi à un membre du parti Svoboda du poste de procureur général de toute l’Ukraine. Pendant ce temps, la rue, dominée par le Praviy Sektor a poussé Yulia Timochenko à la retraite anticipée en lui faisant retirer sa candidature et a clairement fait savoir que l’Ukraine n’est pas disposée à devenir une colonie américaine.
 
C’est d'ailleurs toujours le Praviy Sektor, décrit dans les médias occidentaux comme une bête immonde qui a réussi à faire rejeter la candidature au poste de Premier ministre du champion des Américains, Vitaliy Klitchko. Le fait est que le Praviy Sektor a été maître de la négociation et ne regarde pas comme Svoboda en direction de l'Ouest. Car qu'est-ce qu'un regard confiant vers  l’Ouest (dixit Svoboda),  dans une zone de frontière, si ce n'est une allégeance ? 

 
Si Svoboda et le Praviy Sektor entrent en conflit , si les fonctionnaires de Svoboda s’abaissent devant les hommes de Soros, le Praviy Sektor sera le mouton noir sacrifié sur l’autel de l’occidentalisation. Les nationalistes ukrainiens doivent au plus vite demander des garanties dans leurs nouvelles relations économiques, énergétiques et diplomatiques avec la Russie. Les relations internationales ne se bâtissent pas sur la sympathie entre partenaires ou sur la défense d'une cause commune. Elles sont basées sur des intérêts communs, lorsque les parties contractantes sont dans un rapport de force à peu près égal. Paradoxalement, c'est parfois aussi dans la haine réciproque que se bâtissent les meilleures alliances, ce qui est le cas actuellement en Ukraine, entre nationalistes ukrainiens et nationalistes russes. Il n’est pas inconcevable que, dans les prochains mois, il incombe précisément aux nationalistes ukrainiens de gérer leurs relations avec la Russie. Le pire serait une polarisation Svoboda contre Praya Sektor, source potentielle d'une guerre civile profitable à beaucoup selon le vieux principe machiavélien du ''diviser pour régner''. 

Le retour au calme en Ukraine ne se fera pas sans un consensus fort avec les nationalistes radicaux qui ont débordé l’opposition parlementaire et sont  la force vive de l'eurasisme à construire, cet espoir de bâtir un nouvel Etat au frontière de l’Europe, un Etat, nationaliste et orthodoxe. Sinon, l’Ukraine se dirigera vers une scission de fait, se transformera en une grande Moldavie à l’Ouest et une Nouvelle Ossétie à l’Est (et en Crimée notamment). L’Ukraine aura alors été sacrifiée au sein d’une féroce lutte géopolitique des grands ensembles sur le continent. Elle sera alors réduite à n'être qu'une sorte de colonie dont on aurait instrumentalisé les nationalistes afin de briser un espoir européen plus grand, un espoir de constituer un réel pays indépendant. 

On peut alors imaginer que ces micro-nationalismes, ces régio-nationalismes n'auront servi qu'à assurer l’extension de l’Otan et l’intégration des nations européennes dans un conglomérat sous domination américaine. Priver l’Europe d’une alliance avec la Russie, c’est aussi empêcher le grand retour européen vers l'Est, vers l'Oural.
 
METAMAG

02:14 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

Mensonges de madame Taubira : une République en ruines…

republique-ruines-socialisme.jpg

 

Le 13 mars 2014
 
Lorsqu’un corps est gangrené, l’amputation d’un membre ne suffit pas.
         

Il y a quelque chose de pourri au royaume de France, qui d’ailleurs est une République. Faire confiance est devenu un luxe inaccessible. Un an pratiquement après qu’un ministre a menti, les yeux dans les yeux, en bloc et en détail aux Français et à leurs représentants, voici qu’un autre remet ça. L’arrogante Mme Taubira, au regard souverain et au verbe haut, a chu de son piédestal. Balbutiant, hésitant, bafouillant, elle a tenté de dire qu’elle avait menti à l’insu de son plein gré, puisqu’elle avait été avertie très récemment de l’ouverture d’une information concernant Nicolas Sarkozy, mais pas vraiment des écoutes dont il était l’objet depuis un an, et encore moins de leur contenu. Le juge n’aurait lui-même pas informé le parquet lors de leur déclenchement.

Panique ou impudence ? Mme Taubira brandissait pour preuve des lettres qui démentaient ce qu’elle affirmait de façon péremptoire. Avec un aplomb retrouvé, le garde des Sceaux et le Premier ministre – qui s’étaient, cette fois, entendus sur les éléments de langage, c’est-à-dire sur ce qu’il s’agit de faire croire aux imbéciles qui les écoutent – ont essayé de retourner le gant. Le retard de la remontée de l’information prouverait l’indépendance de la justice. Ben voyons : un juge, que personne n’a élu, va mettre sous écoute un ancien président de la République, et ni le parquet, ni le ministre, ni l’actuel locataire de l’Élysée ne seraient prévenus…

Les soupçons porteraient sur des faits très graves, violation du secret de l’instruction et trafic d’influence. On aura mesuré à l’insistance de la dame sur la noirceur du crime tout le respect qu’elle nourrit pour la présomption d’innocence dès lors qu’il s’agit d’un adversaire politique. Les accusations infondées de l’opposition témoigneraient du vice qui est le sien et qu’elle projette sur une gauche incapable de ces turpitudes. Depuis vingt mois, nous sommes passés de la nuit à la lumière, et la droite ne s’en est pas aperçue. Les Français auront traduit : « Ne les croyez pas. Ils sont plus pourris que nous. »

Après les mécomptes de l’UMP, et la manœuvre de Copé appelant les autres partis à la transparence pour se dédouaner, on a eu le choc de l’affaire Buisson, le voleur volé, enregistrant Sarkozy, trahissant sa confiance, mais peut-être parce qu’il ne lui faisait aucun crédit. Que le garde des Sceaux, qui par son titre même symbolise la garantie de nos institutions, soit pris en flagrant délit de mensonge et de dissimulation achève de peindre un paysage désolé, une République en ruine, une société où les politiciens sont suspectés de faire des affaires douteuses, où croire en la parole de quelqu’un devient une aventure téméraire et où la justice, érigée à tort en pouvoir dans les discours, est plus que jamais elle-même suspecte. Mme Taubira, ex-indépendantiste, auteur d’une loi partiale qui stigmatise notre histoire, d’une autre loi qui porte atteinte à l’institution familiale, doit évidemment démissionner d’un poste ministériel qui exige des personnalités d’une altitude morale exceptionnelle. Mais lorsqu’un corps est gangrené, l’amputation d’un membre ne suffit pas.

Christian Vanneste

BOULEVARD VOLTAIRE

02:01 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

14/03/2014

Paris - Catholiques et athées doivent s’unir pour sauver l’église Sainte-Rita

 

    sainte-rita.jpg

A 14 heures, samedi 15 mars, place du Châtelet, rassemblement pour dire non à la destruction de Sainte-Rita, vouée à laisser la place à des logements sociaux.

Ce choix est inique et insupportable, surtout lorsque l’on connaît les choix de Delanoë, prêt à donner 26 millions d’euros pour la construction de l’ICI (Institut des Cultures d’Islam) et qui ne lève pas le petit doigt pour sauver une église parisienne qui fait partie de notre patrimoine.

Samedi il y aura place du Châtelet des catholiques venus dire leur droit à avoir encore des messes dans leur paroisse, des athées laïques venus défendre notre patrimoine et l’église Sainte-Rita en fait partie ô combien, des amis des animaux puisque Sainte Rita est l’une des très rares églises où l’on peut venir entendre la messe en compagnie d’animaux.

http://www.lemonde.fr/societe/article/2014/03/12/sainte-r...

Résistance républicaine sera présente et soutient cette initiative (même si des   inconscients envisagent de demander l’aide du Qatar, une très mauvaise idée évidemment…) parce que nous devons protéger et faire perdurer les monuments, les églises, les oeuvres d’art qui nous viennent du passé, qui disent les espoirs, les croyances et  les talents de nos ancêtres.

Qu’on soit croyant ou pas il est de notre devoir de lutter avec les catholiques pour que Sainte-Rita ne soit pas démolie.

Christine Tasin

21:02 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)

Référendum en Crimée, le FN aura un observateur : Aymeric Chauprade

 

Le 16 mars en Crimée le choix sera simple : la barbarie euro-atlantiste ou la civilisation…

Aymeric Chauprade, conseiller spécial de Marine Le Pen pour les relations internationales, se rendra dimanche en Crimée pour « observer le processus du référendum » sur un rattachement de la péninsule ukrainienne à la Russie, a-t-on appris aujourd’hui dans son entourage.

M. Chauprade, qui sera tête de liste du FN en Île-de-France aux élections européennes en mai, se rendra en Crimée dimanche « en éclaireur pour observer le processus du référendum », a-t-on expliqué. Il fera ce voyage en profitant d’une invitation « de longue date » pour une « conférence sur la géopolitique et la géostratégie » à Moscou, selon cette source. Ce n’est donc « pas un voyage spécial » pour se rendre en Crimée, a tenu à préciser son entourage.

Lire la suite sur lefigaro.fr

NPI

20:49 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Stéphane Ravier est l'invité de l'émission "Tapie se met à table" - laprovence-tv.com

http://www.frontnational.com/videos/stephane-ravier-candi...

3 VIDEOS

Stéphane Ravier, candidat à la mairie de Marseille, était l’invité de Bernard Tapie dans Tapie se met à table sur laprovence-tv.com

20:18 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Quand Cohn-Bendit veut interdire à Schröder de s’exprimer sur l’Ukraine

9highres_00000401216945.jpg

Aujourd'hui, 12:00
 

 

Gerhard Schröder

Gerhard Schröder

Par La Voix de la Russie | Les députés européens du parti des Verts Daniel Cohn-Bendit et Rebecca Harms ont voulu interdire à l'ancien chancelier allemand Gerhard Schröder de pouvoir s'exprimer sur la Crimée et sur l'Ukraine en faveur de la Russie, en tentant d'ajouter une demande contre l'ex-chancelier dans une résolution votée ce jeudi 13 mars condamnant la Russie en Ukraine.

Lors d'une conférence organisée par le journal die Zeit, Gerhard Schröder avait dénoncé la politique européenne menée contre Vladimir Poutine, refusé de condamner la politique du Kremlin et dit que les responsables de la Commission Européenne à Bruxelles ne comprennent pas que l'Ukraine est un pays divisé culturellement et qu'on ne peut pas agir de la sorte. Les dires de Gerhard Schröder ont déplu aux députés des Verts. L'attitude de Daniel Cohn-Bendit, qui ne se représente pas aux nouvelles élections du Parlement Européen, surprend car c’est la première fois qu'un parlement souhaite interdire la prise de parole d'un ancien chef de gouvernement.

Schröder et la Russie. Daniel Cohn-Bendit reproche à l'ancien chancelier de défendre des intérêts pro-russes car il travaille pour Gazprom. Les récentes déclarations sur le conflit en Crimée de Schröder, ami de Vladimir Poutine et président du conseil d'administration de Nord Stream AG dont la majorité des actions sont détenues par Gazprom, ont fait dire à Daniel Cohn-Bendit : « Qui va arrêter Gerhard Schröder ? Ce type est un scandale permanent ! Il est salarié de Poutine et donne des conseils qui, comme par hasard, sont favorables à Poutine. Il a le droit d’être payé par Poutine, mais qu’il la ferme ! » . Gerhard Schröder avait déclaré : « les décisions de l'Union européenne prises sur la crise en Ukraine sont de graves erreurs et montrent un manque de compréhension de la région ». Pour le Parlement Européen, c'est la Russie qui est l'agresseur et qui a envahi la Crimée. Gerhard Schröder a expliqué que l'Allemagne et l'OTAN ont bombardé dans le passé un pays souverain durant la guerre en Yougoslavie sans qu'il y ait eu une résolution du Conseil de sécurité et a mis en garde de s'attaquer à Vladimir Poutine. « Nous aussi durant mon mandat, nous avons violé le droit international en bombardant la Serbie », a lancé l'ancien chancelier. Le rapprochement fait sur la guerre en Yougoslavie et la Crimée a été dénoncée par Angela Merkel, qui persiste à vouloir mettre en place des sanctions économiques contre la Russie.

Échec de l'UE. Gerhard Schröder accuse l'Union Européenne d'avoir échoué en Ukraine. « L'accord d'association prévu avec l'UE sans la participation de la Russie est une erreur. Il aurait été plus souhaitable d'avoir un accord commun avec la Russie et l'Ukraine. La Commission Européenne se trouve actuellement dans un mauvais état », explique l'ex-chancelier. Pour Gerhard Schröder, les sanctions économiques contre la Russie sont une erreur car elles vont surtout toucher l'Allemagne et il serait préférable de mettre en place des discussions avec la Russie par la mise en place d'un groupe international et de faire intervenir la Russie et la Turquie dans la politique européenne.

La prise de position de Daniel Cohn-Bendit contre la Russie et sa volonté de faire taire Gerhard Schröder montre que le parti des Verts et loin d'être ce parti qui se vantait d'être si pacifique, si démocratique et si ouvert à la liberté d'expression. Gerhard Schröder comme chancelier à la place d'Angela Merkel aurait certainement donné un autre ton dans l'attitude occidentale envers la Russie.

 
Lire la suite: http://french.ruvr.ru/2014_03_14/Quand-Cohn-Bendit-veut-i...

Olivier Renault

19:18 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)