Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Blog - Page 726

  • Le directeur de l'IUT de Saint-Denis visé par des menaces de mort à caractère islamiste

    7772111892_l-institut-universitaire-de-technologie-de-villetaneuse-en-seine-saint-denis.jpg

    http://www.rtl.fr/actualites/info/religion/article/le-directeur-de-l-iut-de-saint-denis-vise-par-des-menaces-de-mort-a-caractere-islamiste-7772111328

    Lire: c'est effrayant...

  • Charles d'ORLEANS (1394-1465)

    Le temps a laissié son manteau

    Le temps a laissié son manteau
    De vent, de froidure et de pluye,
    Et s'est vestu de brouderie,
    De soleil luyant, cler et beau.

    Il n'y a beste, ne oyseau,
    Qu'en son jargon ne chante ou crie
    Le temps a laissié son manteau
    De vent, de froidure et de pluye.

    Riviere, fontaine et ruisseau
    Portent, en livree jolie,
    Gouttes d'argent, d'orfaverie ;
    Chascun s'abille de nouveau
    Le temps a laissié son manteau.

  • La SNCF a commandé de nouveaux TER trop larges pour ses quais !

    3856765_sncf.jpg

    http://www.leparisien.fr/economie/la-sncf-aurait-commande-des-rames-trop-larges-pour-1200-quais-20-05-2014-3856765.php

  • Débat Marine Le Pen - Jean-Christophe Cambadélis PS

    Marine Le Pen était opposée à Jean-Christophe Cambadélis, premier secrétaire du parti socialiste, lors d’un débat animé par Jean-Pierre Elkabbach et Michaël Darmon sur i>Télé et Europe 1.

  • Européennes: la droite en tête, les eurosceptiques gagnent du terrain

    3856699_penwilders.jpg

    3831445_act1.jpg

    http://www.leparisien.fr/elections-europeennes/europeennes-la-droite-en-tete-les-eurosceptiques-gagnent-du-terrain-20-05-2014-3856699.php

  • Homophobie: "Minute" condamné pour sa une sur le mariage gay

    3856745_dfr.png

    L'hebdomadaire Minute a été condamné mardi pour homophobie pour sa une «Mariage homo: bientôt ils vont pouvoir s'enfiler... la bague au doigt»et «Sida: malgré les risques ils vont vous donner leur sang». L'hebdomadaire d' était poursuivi par l'association SOS Homophobie pour injure et provocation à la haine devant le tribunal correctionnel de , pour ce numéro de juillet 2012, au début du débat houleux sur le «mariage pour tous».

    «Une belle victoire» pour SOS Homophobie

       

       

    Le tribunal l'a condamné à 4.000 euros d'amende et 3.000 euros de dommages et intérêts, précisant que la décision concernait uniquement la couverture du magazine, et non plusieurs passages d'articles également visés par l'association. Les titres s'étalaient sur fond de photo de deux hommes de dos, vêtus seulement de sous-vêtements en cuir lors d'une «gay pride», tenant le drapeau arc-en-ciel des militants LGBT.

    «C'est une belle victoire» a commenté Elisabeth Ronzier, vice-présidente de SOS Homophobie (présidente lorsque la procédure avait été engagée), relevant la «rareté des décisions» en ce sens. «Quand nous sommes déboutés, c'est comme un signal pour dire: allez-y,» a-t-elle poursuivi, en se félicitant de «la reconnaissance réelle d'une infraction qui mérite d'être reconnue».



    Relaxe sur le contenu des articles 


    L' de Minute, Frédéric Pichon, s'est félicité que «sur la plupart des chefs de poursuite les plaignants ont été déboutés», en référence à la relaxe sur le contenu des articles. Il a toutefois jugé le montant de la condamnation «assez sévère par rapport à la jurisprudence habituelle» et indiqué qu'il étudierait avec son client un éventuel appel. 

    Lors de l'audience fin mars, Me Kevin Grossmann, avocat de l'association, avait estimé que l'hebdo voulait «ramener l'homosexualité à une seule et unique chose, la sexualité. Si les personnes homosexuelles veulent se marier, ce n'est pas parce qu'elles s'aiment, pour pouvoir fonder un foyer. Non, c'est pour pouvoir enfin s'enfiler».Tout en reconnaissant une couverture «transgressive», Me Frédéric Pichon avait lui jugé que l'hebdomadaire «n'excédait pas les limites de la liberté d'expression».

    La représentante du parquet avait jugé que si cette couverture était «choquante et utilise un terme particulièrement grossier», assimiler le premier titre à une injure à toute la communauté gay serait «un saut intellectuel», la sodomie étant «une pratique absolument pas réservée à la communauté homosexuelle». Elle avait estimé que seule la phrase «Sida: malgré les risques ils vont vous donner leur sang», et plus particulièrement ce pronom qui «ramasse toute la communauté homosexuelle», pouvait justifier une condamnation.

    LeParisien.fr

  • A Béziers, Robert Ménard interdit d'étendre du linge aux balcons et fenêtres

    3856689_4475321c5e6d1cca9b606e35a9d708a4a8ea3f87.jpg

    Après le couvre-feu pour les mineurs de moins de 13 ans, l'interdiction d'étendre du linge aux fenêtres... Le tout nouveau maire de Béziers (Hérault), Robert Ménard, élu avec le soutien du Front national, surprend à nouveau avec une mesure choc.

     

     

    Par un arrêté en date de lundi, il est désormais interdit «d'étendre du linge aux balcons, fenêtres et façades des immeubles visibles des voies publiques». 

    Interdiction «de battre les tapis»

    «Cet arrêté permanent s'applique à l'intérieur du secteur sauvegardé de la ville, l'interdiction sera levée entre 22 heures et 6 heures du matin», stipule le texte qui prévoit également une interdiction «de battre les tapis par les fenêtres après 10 heures du matin».

    «Les immeubles participent pleinement à la perception et à la qualité environnementale du domaine public, les façades ont un impact important sur l'attractivité économique et touristique de la ville et notamment en matière d'ordre esthétique», peut-on encore lire. 

    Selon la mairie, les personnes qui seront prises «en infraction avec les dispositions de l'arrêté seront passibles d'une amende», dont le montant n'a pas été communiqué.

    LeParisien.fr

  • Le clip de campagne des jeunes socialistes : promotion de l’avortement en Europe

    20 mai 2014

    Il faut voir où notre société est tombée…

    Les socialistes, dans leur fuite en avant, viennent de pondre un clip de campagne, pour les européennes, proprement satanique.

    Trois colocataires (un de chaque couleur). La fille explique au garçon qu’il ne faut pas aller passer ses vacances en Espagne car là-bas, l’avortement volontaire n’est pas légal…

    Contre-info.com

     

     

  • Mai 1945 : De Gaulle livre 102.481 prisonniers russes à Staline… Entretien avec Manuel Gomez

     

    Le 18 mai 2014

    En mai 1945, 102.481 Russes ont été livrés à Staline par de Gaulle et son gouvernement de gauche : ils ont tous été exécutés !

    Conformément aux accords de Yalta, signés entre Staline, Roosevelt et Churchill, alors que De Gaulle et la France sont totalement ignorés, un véritable holocauste s’est produit à la Libération. À la différence de la Shoah, l’extermination de plus de 3 millions de Russes a fait l’objet d’une totale omerta de la part de tous les États. Ce fut un crime contre l’humanité qui dépasse tout ce que l’on a connu et condamné depuis.

    Les uniques responsables de cet holocauste sont l’URSS et Staline, mais avec la complicité des gouvernements de la Grande-Bretagne et des USA tout d’abord, puis de la France et des autres pays alliés, à l’exception du Liechtenstein.

    Lors de l’invasion de l’URSS et de la Pologne, les Allemands capturèrent près de trois millions de Russes, avec femmes et enfants, pour les déporter comme travailleurs dans les différents pays envahis par l’Allemagne. Il ne s’agissait pas uniquement de Russes mais également de Cosaques, Caucasiens, Baltes et Ukrainiens, notamment les dizaines de milliers qui avaient émigré afin de trouver des conditions de vie meilleures que dans leur pays. Nombreux avaient été enrôlés dans la Wehrmacht, surtout ceux qui étaient contre le régime communiste instauré par la révolution d’Octobre. Ils s’étaient regroupés dans l’armée Vlassov afin de poursuivre la lutte.

    Tous ces pays cédèrent aux exigences de Staline, qui demandait que ces trois millions de Russes lui soient livrés de gré, mais surtout de force, car il n’y avait que très peu de volontaires sachant le sort qui les attendait. Des dizaines de milliers furent abattus immédiatement, dès leur arrivée sur le sol russe, et des centaines de milliers, plus malchanceux, dirigés vers les goulags sibériens où ils subirent les pires atrocités avant de disparaître.

    Quel fut le rôle de la France dans cet holocauste ?

    Totalement ignoré lors des accords de Yalta, De Gaulle est reçu, à sa demande, par Staline et signe un accord séparé à la date du 29 juin 1945 (archives du Foreign Office). Avec l’appui du Parti communiste – qui lui a permis, comme on le sait, de prendre le pouvoir à la Libération –, il accepte sans état d’âme d’expédier vers l’URSS (donc vers la mort) tous les Russes détenus en France, consentants ou non.

    Aussitôt, le général Dragoun et des officiers du NKVD débarquent à Paris. Tous les Russes prisonniers sont dirigés vers un camp de regroupement plus important, le camp de Beauregard situé à La Celle-Saint-Cloud, où ils se trouvent sous le contrôle du NKVD. Il y règne un régime de terreur et de tortures que la police et la gendarmerie françaises sont tenues d’ignorer sur ordre supérieur de leur hiérarchie. Ces plus de 100.000 internés sont transportés vers Odessa, via Marseille. Ceux qui se révoltent sont abattus sur place.

    Le ministre de l’Intérieur, Édouard Depreux (SFIO), et celui des Affaires étrangères, Georges Bidault (MRP), ont énergiquement protesté, en 1946, auprès des Russes contre ces assassinats sur le sol français mais ils ont dû s’incliner sur ordre du vice-président du Conseil, Maurice Thorez.

    Fort heureusement, et contrairement aux Anglais, les officiers supérieurs français, dans leur grande majorité, se sont opposés aux expulsions des Russes non volontaires. Ils ont fait obstruction aux ordres reçus du gouvernement gaulliste et ont sauvé ainsi la vie de milliers de Russes.

    En 1947, le gouvernement de Paul Ramadier (SFIO) a fait investir, par 2.000 soldats et CRS, le camp de Beauregard, où aucun officiel français n’avait pu pénétrer depuis deux ans. Avez-vous entendu une voix s’élever pour les accuser de cet holocauste ?

    (Sources : Les victimes de Yalta, par Nikolai Tolstoy, 1980)

    BOULEVARD VOLTAIRE

  • Djihadistes aujourd’hui en Syrie. Et terroristes demain en France ?

     

     

    19/05/2014 – PARIS (NOVOpress) - Dans le cadre de sa dernière campagne politique, réclamant la déchéance de la nationalité pour les djihadistes partis en Syrie, le Bloc identitaire vient de publier sa dernière vidéo, « Aujourd’hui djihadistes en Syrie, demain terroristes en France ». Le Bloc identitaire insiste sur la menace terroriste élevée que font peser les combattants musulmans de retour de Syrie, évoquant au passage Mohamed Merah ou le gang de Roubaix. Cette campagne a été reprise à l’Assemblée nationale par le député Jacques Bompard, qui a déposé le 14 mai une proposition de loi visant à élargir la déchéance de la nationalité française :

    « Des individus ayant une double nationalité partent désormais faire la guerre au profit de groupes terroristes. La menace est grande que ces combattants perpètrent à leur retour des attentats sur le sol français. Les articles 25 et 25-1 du code civil permettent la déchéance de nationalité d’un individu. L’article 25 du code civil doit être modifié pour permettre d’inscrire clairement la possibilité de déchoir de la nationalité française un individu ayant la double nationalité et ayant agi au sein d’un groupe terroriste. Cette modification est indispensable car le cadre légal actuel est trop strict. À l’instar du Royaume-Uni, la France doit protéger l’ordre public en permettant la déchéance de nationalité pour toute participation à une action terroriste. »

    Publié le 19 mai 2014

  • Italie : La bibliothèque municipale n’a pas le Coran, le Sénégalais la détruit

    Busalla.jpg

     

    19/05/2014 – BUSALLA (NOVOpress) – C’est arrivé – vraiment arrivé – à Busalla, une petite ville de 5 700 habitants, dans la province de Gênes en Ligurie. Jeudi après-midi, un immigré Sénégalais de 24 ans est arrivé à la bibliothèque municipale. Il y a cherché en vain le Coran et « des livres de culture islamique ». Furieux, il a passé à tabac, à coups de poing et de pied, les deux responsables présents : une femme de 43 ans, bibliothécaire bénévole, et un homme de 64 ans, animateur de l’association « Pro loco » (l’association culturelle locale). Puis il a mis la bibliothèque à sac, renversant les étagères et jetant les livres par terre, avant de les déverser dehors, sur le trottoir. Le tout en hurlant « Allah akbar! »

    Lire la suite

  • Invasion 1944 Le Débarquement vécu par les Allemands

     

    Invasion 1944 - Le Débarquement vécu par les Allemands

     

    Pierre Le Vigan
    le 19/05/2014
    Depuis longtemps, et plus encore depuis la parution de l’ouvrage de Robert Redeker, on se rend compte de l’importance de la prise en compte des guerres comme concentré de la politique, mais aussi sur le plan de l’étude des mentalités, des opinions publiques, des représentations mêmes de soi et de son rapport à la patrie. 

    L’ouvrage très documenté de Benoît Rondeau sur le débarquement en Normandie vu du côté allemand a bien des mérites. Il replace les événements du débarquement dans la perspective des débats stratégiques en Allemagne – la conception Rommel opposée à la conception Rundstedt –, la bataille sur les plages opposée à l’idée de la contre-offensive stratégique, à vrai dire impossible – Rommel l’avait compris – compte tenu de la supériorité aérienne alliée. Les conceptions d’Hitler sont à leur place. Hitler espérait rejeter les Alliés à la mer pour concentrer ensuite ses forces face aux Russes. Frêle espoir. Les rapports de forces sont rappelés : en termes d’effectifs, au mieux de 1 à 3 pour les Allemands, de 1 à 10 pour les chars, de 1 à 20 pour les avions. L’étonnante résistance allemande sur le petit territoire d’une partie de la Normandie, pendant presque 2 mois, s’explique par les capacités des Allemands en combat rapproché, par la présence d’unités d’élite (parachutistes, Wehrmacht classique, et pas seulement Waffen SS, et par quelques fameux bataillons de chars lourds Tigre, parfois mal employés dans des combats de rue mais souvent efficaces dans le bocage).  

    Aucune étape importante de la bataille n’est oubliée, y compris la contre-attaque de Mortain, sans doute la pire des solutions, à l’exception de toutes les autres. Pour revenir au débarquement lui-même, à vrai dire, au bout de 2 jours, dès le 8 juin, l’essentiel parait déjà joué. La tête de pont anglo-américaine est déjà trop importante pour être résorbée. Reste la question essentielle : comment les Allemands, patriotes, mais pas hitlériens fanatiques pour beaucoup, ont-ils résisté ? L’exigence de capitulations sans conditions (Casablanca, janvier 1943) n’y a-t-elle pas été pour beaucoup ? Il y a à la fois sans doute le mystère essentiel de l’amour des copains et de l’amour de la patrie. Le 10 juillet des soldats SS montent à l’assaut en chantant O Deutschland hoch in ehren ! un vieux chant du XIXème siècle. Pour sa part, le commandant de la division Frundsberg, au moment de la percée pour sortir de la poche de Falaise, rassemble ses hommes : « Ecoutez-moi ! Nous attaquons et nous perçons. Fidèle au vieux cri de guerre  des ’’frundsbergers’’ : ‘’de près, par-dessus et à travers’’ ». (Dran, drauf und durch).
     
    Invasion ! Le Débarquement vécu par les Allemands, de Benoît Rondeau, Ed.Tallandier, 440 pages, 23,90 €
     
    METAMAG

     

     
  • « Qu’est-ce qui se passe dans ce pays ? » Par Bruno Gollnisch

    19 mai 2014 

    agora

    Marine Le Pen tenait hier à Paris une grande réunion publique au cours de  laquelle elle a de nouveau exhorté nos compatriotes à se rendre aux urnes pour les élections européennes. Les Français doivent voter a-t-elle précisé afin notamment  que l’abstention élevée ne soit pas prétexte pour les partis du Système et leurs relais à minorer la nouvelle poussée du FN qui se dessine dimanche prochain. Dans l’enquête  d’opinion quotidienne réalisée pour Le Monde, le Cevipof, Terra Nova et publiée vendredi, les listes FN restent créditées d’une moyenne de 24 %  des suffrages, devant l’UMP (21,5%), le PS (17 %), Europe Ecologie-Les Verts ( 8,5 %), l’attelage UDI-MoDem (8 %) et le Front de gauche (7 %).

     Cette poussée patriotique  réactive une frousse mêlée de haine chez les adversaires de l’opposition nationale. Sans aller jusqu’à parler de «fantasme antisémite», comme le font Anne Sinclair et certains médias au sujet du film Welcome to New York d’Abel Ferrara avec Gérard Depardieu, inspiré du volet new yorkais de l’affaire DSK, notons que l’article paru sur Mediapart hier dénonçant les «thématiques  FNisantes » «d’Alain Finkielkraut », «Elisabeth Lévy» et « Eric Zemmour » pratique un curieux amalgame.

     Amalgame et mensonges qui sont les deux axes de communication de Martin Schulz, président du parlement européen, incarnation de l’aile gauche du parti eurobruxellois dont il est le candidat à la présidence de la Commission européenne. Interrogé par Metronews, il a réitéré ses affirmations grotesques, systématiquement contredites par les faits : le FN n’a pas de programme, ses élus sont des feignants, la philosophie  ultra libre échangiste de l’UE permet de défendre les Français dans la mondialisation, de lutter contre  le chômage et  la spéculation

     Actuellement en campagne en France contre le Front National, M. Schulz avait décidé avec ses amis socialistes français vendredi la tenue d’un Grand meeting de mobilisation à Forbach (Moselle) contre le « populisme » et «pour l’Europe », en présence de Catherine Trautmann, numéro deux sur la liste PS dans le Grand Est et d’autres figures du parti. Cette réunion a été un  flop calamiteux et selon Le Figaro a réuni péniblement 150 personnes !

     Maigre motif de consolation pour ce dernier et ses amis, le meeting commun anti FN à Marseille, qui a réuni également vendredi l’idéologue sectaire  Vincent Peillon, tête de liste PS-PRG dans le Sud-Est et Jean-Christophe Cambadélis, premier secrétaire du Parti Socialiste, s’est déroulé dans la même morne atmosphère et n’a pas non plus attiré les foules militantes.

     Un « étonnement planétaire » selon M.  Cambadélis, dimanche sur France 5. « Aux yeux du monde un signal terrifiant » selon le conducator du Front de Gauche,  Jean-Luc Mélenchon dans Direct matin ce lundi. Les deux hommes n’évoquent pas ici l’Académie de Nantes invitant la semaine dernière les garçons scolarisés à porter une jupe pour lutter contre le sexisme, mais la probabilité d’un FN en tête le 25 mai. 

      Sur France 5, Jean-Christophe Cambadélis a ajouté que dans cette hypothèse, «La patrie des droits de l’Homme sera d’un seul coup devenue la patrie de ceux qui veulent exclure les autres». Il a repris quasiment mot pour mot les éléments de langage de l’UMP, notamment de la tête de liste francilienne du parti de M. Copé,  le  fédéraliste Européiste Alain Lamassoure.  «A partir du moment où l’on voit le Front National en tête a-t-il dit, les investisseurs, les hommes et les femmes qui, à l’échelle mondiale, font de la France leur référence, les dispositifs économiques, tout le monde s’inquiète en se disant qu’est-ce qui se passe dans ce pays? » (sic).

     Ce qui se passe est très simple à comprendre : les Français entendent reprendre en main le contrôle de leur destin, les  fantasmes malsains agités pendant des années pour les dissuader de voter FN ne fonctionnent plus avec la même efficacité qu’avant.  La propagande du Système s’est fracassée sur le mur du réel. Ce qui menace la France disent nos compatriotes chaque jour plus nombreux,  ce n’est pas le programme du Front National, les défenseurs de l’Europe des patries,  mais la  doctrine euromondialiste portée par ses adversaires,  qui détruit nos identités, nos libertés, nos  forces vives

     L’ «insurrection démocratique et républicaine» à laquelle appelait M.  Peillon vendredi se fera, qu’il n’en doute pas. Mais certainement pas dans le sens  qu’il espérait  prédit Bruno Gollnisch.

  • Ukraine: Poutine renvoie ses troupes dans leurs bases

    2014-05-19T095249Z_1007180002_LYNXMPEA4I084_RTROPTP_3_OFRTP-UKRAINE-RUSSIE-POUTINE.jpg

    MOSCOU (Reuters) - Vladimir Poutine a ordonné aux forces russes qui ont participé à des manoeuvres militaires près de la frontière ukrainienne de regagner leurs bases d'attache, a annoncé le Kremlin lundi.

    L'Otan n'a cependant constaté aucun mouvement suggérant un tel retrait des forces russes.

    "Malheureusement, je dois dire que nous n'avons pas constaté du tout que les Russes ont débuté un retrait de leurs forces de la frontière ukrainienne", a déclaré le secrétaire général de l'Otan, Anders Fogh Rasmussen, lors d'une conférence de presse à Bruxelles

    Le département américain de la Défense a fait le même constat, précisant n'avoir enregistré "aucune indication d'un quelconque mouvement", a dit le contre-amiral John Kirby, porte-parole du Pentagone.

    Le Kremlin rapporte dans un communiqué que le président russe a demandé au chef d'état-major de renvoyer dans leurs bases de rattachement les soldats ayant participé aux exercices dans les provinces de Rostov, Bryansk et Belgorod - frontalières de l'Ukraine. La présidence russe a justifié cet ordre par la fin des exercices de printemps.

    Ce retrait, s'il est confirmé, interviendrait six jours avant l'élection présidentielle anticipée de dimanche en Ukraine.

    MOSCOU VEUT "REPENSER" SA RELATION AVEC L'OTAN

    La présence de soldats russes en nombre - estimée à 40.000 militaires par l'Otan - dans les régions russes frontalières de l'Ukraine a accentué la tension dans la région.

    Le 7 mai, Vladimir Poutine avait déjà annoncé leur retrait des environs immédiats de la frontière. L'Otan comme les Etats-Unis avaient dit n'avoir observé aucun signe de réduction de la présence militaire russe.

    "Je pense que c'est aujourd'hui la troisième fois que Poutine annonce un retrait des troupes russes mais nous n'avons jusqu'à présent constaté aucun retrait du tout", a dit Anders Fogh Rasmussen. "Je le regrette vivement parce qu'un retrait des forces russes serait une première étape importante pour désamorcer le conflit."

    Sur le terrain, les gardes-frontières ukrainiens ont cependant dit avoir constaté une baisse de l'activité de l'autre côté de la frontière.

    "Avant, on voyait dix avions ou plus longer la frontière en vingt-quatre heures et des véhicules militaires approcher. Actuellement, il n'y a rien de tout cela", a déclaré le porte-parole des gardes-frontières, Oleh Slobodyan.

    Parallèlement, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a estimé lundi qu'il était nécessaire de "redéfinir" les relations entre Moscou et l'Otan à l'aune du conflit en Ukraine.

    "Ces relations doivent être repensées en profondeur et, ensemble avec nos partenaires de l'Union européenne et de l'Otan nous essayons de comprendre où nous en sommes, où nos évaluations coïncident et où elles divergent", a dit Sergueï Lavrov selon des propos rapportés lundi par l'agence de presse russe RIA.

    (Steve Gutterman et Adrian Kroft; Henri-Pierre André et Mathilde Gardin pour le service français)

    Yahoo Actu - 19 05 14

  • L'antisémitisme nauséabond de Welcome To New York

    Tribune
    Publié le 19 Mai 2014
     
     

    Par Sorin Etienne, publié dans le Figaro le 19 mai 2014

    Hésitant entre le documentaire animalier sur la vie sexuelle des bêtes et le film porno cheap, ce brûlot ajoute à la misogynie des relents antisémites douteux. Pour ceux qui l'ignorent encore, Welcome to New York s'inspire de la chute de l'ancien patron du FMI Dominique Strauss-Khan. Gérard Depardieu joue DSK, renommé Georges Devereaux.

    Le personnage d’Anne Sinclair apparaît dans le film comme une femme manipulatrice et ivre de pouvoir: «Il a détruit tout ce que j'ai construit.» Devereaux la renvoie à sa fortune, et aux raisons de cette fortune. «Tout le monde sait ce que ta famille a fait pendant la guerre», insinue-t-il. «1945, une très bonne année!» Une interprétation d'un goût d'autant plus douteux qu'Anne Sinclair est la petite fille du collectionneur d'art Paul Rozenberg, dont les tableaux ont été spoliés et qui a fui le nazisme. Que l'ancien drogué Abel Ferrara et l'autodestructeur Depardieu se reconnaissent en DSK, homme «suicidaire», c'est leur droit. Mais ils le font sur le dos d'Anne Sinclair, ajoutant à la misogynie un antisémitisme nauséabond… Lire l’intégralité.

    CRIF
     
  • Plus d'un million de personnes sinistrées par les terribles inondations dans les Balkans

    http://www.lefigaro.fr/international/2014/05/19/01003-20140519ARTFIG00242-plus-d-un-million-de-personnes-sinistrees-par-les-terribles-inondations-dans-les-balkans.php