Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Blog - Page 888

  • Rosh Hachana et Yom Kippour 5774 (2013)

    http://www.fr.chabad.org/library/article_cdo/aid/565037/jewish/Roch-Hachana-5774.htm

     

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Yom_Kippour

  • Feu vert d’Obama pour un gigantesque programme de modernisation de l’arsenal nucléaire

     

    Feu vert d'Obama pour un gigantesque programme de modernisation de l’arsenal nucléaire
     

     

    Le président Obama vient de donner son feu vert à un gigantesque programme militaire visant à augmenter les capacités d’armes nucléaires tactiques de l’Otan en Europe, dans le cadre du bouclier défensif de l’Alliance atlantique.

    Ce programme, financé à hauteur de 11 milliards de dollars (8,4 milliards d’euros), servira à moderniser l’arsenal nucléaire américain constitué de près de 200 têtes nucléaires présentes sur les six bases de l’Otan dans cinq pays européens (Belgique, Pays-Bas, Allemagne, Italie, Turquie).

    Une partie de ce budget est consacrée au développement d’une nouvelle arme nucléaire : la B-61-12. Elle est conçue pour s’attaquer aux bunkers dissimulant des armes nucléaires, chimiques ou biologiques, son coût est de 21,5 millions d’euros pièce. Considérée comme une arme tactique, elle n’est pas concernée par le traité de non-prolifération des armes nucléaires.

    Sources : NuclearWatch / Defensedaily / Sudinfo.be / Le Journal du Siècle

  • Poutine : Washington doit fournir la preuve de l'usage d'armes chimiques par la Syrie 31/08/2013



        Le président russe Vladimir Poutine a demandé samedi aux Etats-Unis de fournir la preuve que le régime syrien avait utilisé des armes chimiques.

    "Concernant la position de nos amis américains, qui affirment que les troupes gouvernementales (syriennes) ont utilisé (...) des armes chimiques et disent avoir des preuves, hé bien, qu'ils les montrent aux enquêteurs des Nations unies et au Conseil de sécurité", a-t-il dit à des journalistes. "S'ils ne le font pas, cela veut dire qu'il n'y en a pas", a-t-il ajouté.

    http://www.lorientlejour.com/article/830734/poutine-washington-doit-fournir-la-preuve-de-lusage-darmes-chimiques-par-la-syrie.html   

    ALTERINFO 

     

     

     

     
  • Paris: un jeune homme de 24 ans poignardé dans un bus, son pronostic vital engagé

    3097999_noctilien21_640x280.jpg

    Un homme de 24 ans a été poignardé dans un bus à dans la nuit de samedi à dimanche, vers 1h30 du matin. L’agression a eu lieu aux alentours de la Porte d’Orléans (XIVe), à bord du Noctilien de la ligne N21, qui assure le trajet entre Chilly-Mazarin (Essonne) et Châtelet, via le XIVe arrondissement.

     
     

    La victime a été très grièvement blessée, transportée à l’hôpital par le SAMU, avec un pronostic vital engagé. L’agresseur, lui, est en fuite. Les raisons de l'agression sont inconnues. L’enquête a été confiée à la police judiciaire.

                                                     

    LeParisien.fr

  • Les États-Unis ont reçu des preuves de l'utilisation du gaz sarin en Syrie

    16h_50923774.jpg John Kerry.jpg

          

     

    Par La Voix de la Russie | Les États-Unis ont reçu des preuves de l'utilisation du gaz sarin dans la banlieue de Damas le 21 août dernier.

     C'est ce qu'a déclaré le secrétaire d'Etat américain, John Kerry, dans une interview, accordée aux chaînes de télévision américaines. Selon Kerry, les résultats de l'analyse des échantillons de sang et de cheveux, recueillis sur le leu de l’attaque présumée, qui sont devenus disponibles pour les Américains, indiquent la présence du sarin.

     « Les tests, recueillis dans l'est de Damas, ont montré que les cheveux et le sang ont des résultats positifs sur les traces de gaz sarin », a indiqué Kerry.

     Le secrétaire a également exprimé sa confiance que le Congrès américain approuve la demande du président Barack Obama sur une intervention militaire dans le conflit syrien.
     http://french.ruvr.ru/news/2013_09_01/Les-Etats-Unis-ont-recu-des-preuves-de-lutilisation-du-gaz-sarin-en-Syrie-7037/

  • Syrie: l'axe antiguerre marque des points

    PHOea08393a-1333-11e3-9724-a5b8ed8a0262-805x453.jpg Los Angeles.jpg

    Manifestation samedi à Los Angeles

     

     

    Conseillé par Moscou et Téhéran, Damas sort provisoirement conforté de son bras de fer avec Washington.

     Barack Obama, Bachar el-Assad a une nouvelle fois défié les États-Unis. «La Syrie est capable d'affronter n'importe quelle agression extérieure», a déclaré dimanche le raïs en recevant deux responsables iraniens à Damas. «Les grands perdants dans cette aventure seront les États-Unis et leurs agents dans la région, en premier lieu l'entité sioniste», a poursuivi Bachar el-Assad

    , renouant ainsi avec le vocabulaire belliqueux de son père Hafez el-Assad pour qualifier Israël.

    Interrogé par

    Le Figaro, son vice-ministre des Affaires étrangères Faysal Moqdad a taxé la France d'être «irresponsable», en soutenant une intervention armée contre la Syrie, accusée d'avoir utilisé des armes chimiques dans des attaques qui ont tué, selon Washington, plus de 1400 personnes le 21 août dans plusieurs endroits de la banlieue de Damas, bastions des insurgés. «Les responsables français ont trompé le peuple français en fabriquant des preuves», selon Moqdad.

    Après les tergiversations américaines, le régime syrien a remporté un succès, fût-il provisoire. D'autant que ses alliés ne lui font pas défaut. Téhéran a d'ores et déjà averti qu'une attaque américaine contre la Syrie embraserait le Moyen-Orient. Derrière la bravade, les États-Unis prennent la mise en garde au sérieux. Washington a dépêché la semaine dernière à Téhéran le sultan d'Oman Qaboos, qui a l'habitude de jouer les intermédiaires. Quelques jours auparavant, un haut responsable américain, Jeffrey Feltman, qui occupe le poste stratégique de responsable des affaires politiques auprès du secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon, était déjà en déplacement à Téhéran.

    Téhéran a d'ores et déjà averti qu'une attaque américaine contre la Syrie embraserait le Moyen-Orient

    «L'Iran observera l'ampleur d'éventuelles frappes américaines contre son allié syrien avant de réagir», souligne un analyste politique à Beyrouth. Téhéran, qui vient d'élire un nouveau président, Hassan Rohani, soucieux de rétablir le dialogue avec les États-Unis, est embarrassé par cette crise qui intervient moins d'un mois avant l'Assemblée générale de l'ONU. «Or Rohani comptait sur son déplacement à New York pour rencontrer des responsables américains», affirme à Téhéran un observateur local. «En privé, ajoute cette source, il dit même qu'il veut parler au chef du village», sous-entendu Barack Obama.

    Pour que New York ne soit pas un fiasco, encore faut-il contenir la crise. Pour cela, l'Iran compte sur l'appui de la Russie, autre alliée de la Syrie, qui va accueillir à partir de jeudi le G20. Vladimir Poutine, qui a qualifié de «non-sens» les accusations américaines contre Assad, veut mettre à profit le forum pour faciliter une issue négociée à la crise. Mais à ses conditions: c'est-à-dire sans demander à Assad de quitter le pouvoir au début d'une transition négociée à Damas.

    «Les Russes ont des preuves que les rebelles djihadistes ont eux aussi utilisé des armes chimiques à Khan al-Assal au printemps», affirme un diplomate européen. «Iront-ils jusqu'à les montrer?»

    Quoi qu'il en soit, ces derniers développements attestent d'une réelle cogestion du dossier entre Moscou, Damas et Téhéran. Des responsables sécuritaires iraniens occupent des postes stratégiques pour conseiller la direction syrienne. La Russie, de son côté, dépêche, le cas échéant, Mikhaïl Bogdanov, son vice-ministre des Affaires étrangères, auprès de Hassan Nasrallah, le chef du Hezbollah, troisième pilier du triangle soutenant Damas.

    Selon nos informations, l'entrée en jeu du Hezbollah en juin au côté de l'armée syrienne pour reprendre la ville stratégique d'al-Qussayr aux rebelles avait été avalisée deux mois plus tôt par une rencontre secrète Bogdanov-Nasrallah. Et juste après la défaite des rebelles, les États-Unis ont demandé à Moscou de convaincre Assad de ne pas lancer un assaut contre Alep au nord. «Ce qui fut fait par Moscou et Bachar a écouté ses alliés russes», souligne un diplomate onusien.

     

    Le Figaro- 01/09/13

     

     

     

     

     

     
     

     

  • Hollande piégé par la reculade d'Obama

    Seul pays à vouloir participer directement aux frappes, la France est suspendue aux décisions de Washington.

     
     

    La semaine s'annonce extrêmement compliquée pour François Hollande. Parti sabre au clair pour frapper Bachar el-Assad sans délais, le chef de l'État est contraint de temporiser après la décision de Barack Obama, samedi, de consulter le Congrès, en congé jusqu'au 9 septembre.

    Sur le front intérieur, le président de la République doit faire face à la contestation croissante de l'opposition qui réclame un vote au Parlement - et pas seulement le simple débat prévu mardi. Jeudi et vendredi, au G20 de Saint-Pétersbourg, Hollande, devenu au débotté le meilleur allié de Washington, pourra difficilement échapper au vent polaire qui souffle entre Barack Obama et Vladimir Poutine. Entre-temps, jeudi à Vilnius, en Lituanie, Jean-Yves Le Drian fera face à ses homologues européens, confortés pour la plupart par le «no» britannique à l'intervention en Syrie. Bref, la passe est délicate pour le chef de l'État qui a revêtu une nouvelle fois l'uniforme. Presque un vrai moment de solitude.

    Son entourage le dit déterminé. Mais imaginons un instant le scénario qui verrait les parlementaires américains récuser une action de force contre Bachar: le général Hollande serait alors carrément lâché en rase campagne… D'autant qu'on est bien conscient à Paris, que plus on s'éloignera du 21 août, date des attaques chimiques près de Damas, plus la «sanction» risque d'être affaiblie dans ses effets politiques et militaires. Il lui faudra aussi préserver la cohésion au sein du «pack» gouvernemental. Pas évident, malgré les assurances officielles, compte tenu des différences de sensibilité.

    Tandem Fabius-Kerry

    À la différence du Mali, Laurent Fabius est monté au créneau le premier, dès le lendemain des bombardements, réclamant une action de force. En contact étroit avec John Kerry, le patron du Quai d'Orsay a brandi contre Bachar, sa bête noire, la force de ses «convictions» et d'une argumentation morale. «Il a été loin, parfois trop loin. Il se retrouve aujourd'hui en chaussettes», ironise le conseiller d'un ministre. Certes, devant les ambassadeurs, François Hollande, martial, a dégainé l'arme éthique et parlé de «punition», tout en évoquant la nécessité d'une réponse «appropriée».

    Du côté de la Défense, on se félicite d'avoir amené la riposte sur le terrain sécuritaire de la non-prolifération et des «preuves». Une compilation de documents réunis par les services secrets français sur l'arme chimique en Syrie va être déclassifiée aujourd'hui. «Les Français ne comprennent pas l'argument moral, la pierre angulaire, c'est le renseignement», souligne un conseiller du ministère de la Défense en se félicitant d'avoir perçu le même écho chez Barack Obama. «Cela n'élude pas la question: des frappes pour quoi faire?», analyse le député européen Arnaud Danjean, président de la sous-commission Sécurité et Défense du Parlement de Strasbourg, en doutant fortement de la capacité dissuasive ou préventive d'une action punitive ponctuelle «pour solde de tout compte». D'où l'hypothèse qu'il formule selon laquelle Obama l'indécis a pu jouer une carte tactique: crédibiliser au maximum la menace chimique pour exploiter la fenêtre diplomatique du G20.

    «Poutine, qui ne veut surtout pas être court-circuité par les Américains comme Eltsine l'avait été au Kosovo, pourrait bien ressortir l'idée d'une conférence internationale dont il faut se souvenir que ce sont les rebelles qui l'ont refusée», relève Arnaud Danjean. Une sortie par le haut qui serait aussi pour François Hollande la divine surprise…

     

    Le Figaro - 01/09/13

  • Marseille: coups de feu ce matin au centre ville, place de l'Opéra! Règlement de comptes à la kalachnikov...

    regle.jpg Marseille.jpg

    http://www.laprovence.com/node/2511156

  • Les écrits antijuifs de Voltaire: un aspect inconnu du philosophe

    « Il est difficile à la fois de faire
    le panégyrique de Voltaire dans ses combats
    pour la liberté d’expression
    et d’approuver une répression qui,
    de nos jours,
    l’enverrait directement en Correctionnelle »

     

    Voltaire antijuif ? Cet aspect du philosophe est inconnu, non ?

    Disons plutôt qu’il est méconnu. Et qu’il n’est pas spécialement mis en lumière, d’autant que la plupart de ses éditions modernes pratiquent la coupure de convenance… Les censeurs ne manquent d’ailleurs pas de travail puisque les césures doivent être d’importance. Comme l’a relevé Léon Poliakov « au temps de la domination hitlérienne en Europe, un agrégé d’Histoire, Henri Labroue, n’eut pas de peine à composer un ouvrage de 250 pages à l’aide des écrits antijuifs de Voltaire. »

    Il est vrai qu’il est difficile à la fois de faire le panégyrique de Voltaire dans ses combats pour la liberté d’expression et d’approuver une répression qui, de nos jours, l’enverrait directement en Correctionnelle.

    L’article 11 de la fameuse « Déclaration des droits de l’Homme » énonce « la libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’homme : tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement » avant d’ajouter « sauf à répondre de l’abus de cette liberté dans les cas déterminés par la Loi » !

    C’est donc l’énoncé d’un principe prétendument absolu qui devient tout relatif et finit par se dissoudre totalement dans « les cas déterminés par la Loi », cas qui ne cessent de se multiplier…

     

    Qui était Henri Labroue ?

    Henri Labroue est un ancien député radical, agrégé d’histoire et de géographie, docteur en lettres, avocat. À partir de fin 1942, il occupe à la Sorbonne la chaire d’Histoire du judaïsme créée par le Ministère à la demande de Darquier de Pellepoix. Cette activité d’enseignement lui vaudra d’être condamné en 1945 à 20 ans de réclusion sans doute dans le cadre d’un « cas déterminé par la loi » fut-elle rétroactive.

     

    Quel est l’intérêt de cet ouvrage ?

    Notons qu’il n’a connu jusqu’alors qu’une seule édition, celle de 1942, tirée à un faible nombre d’exemplaires et sur mauvais papier de guerre. L’autodestruction de ce papier et le pilon de la Libération rendent cette édition très difficile à trouver et l’initiative de Déterna remet en circulation un ouvrage quasi disparu.

    Il présente un double intérêt : d’abord de connaître ces textes de Voltaire et de mettre certains voltairiens devant leurs contradictions… Ensuite, comme le notait la critique parue dans La question juive en France et dans le Monde - « revue de l’Institut des Questions Juives » : « les nombreuses notes dont s’accompagne le texte des citations de Voltaire, (par) l’auteur, servi par sa profonde connaissance du judaïsme, fournit (…) une somme de renseignements qui équivaut à un véritable enseignement. »

    En effet, les notes de Labroue se référent à des nombreux auteurs, dont les textes sont parfois épars et souvent difficiles à trouver. C’est ce qui rend cet ouvrage doublement accablant.

     

    Voltaire antijuif d’HenriLabroue, éditions Déterna, collection « Documents pour l’Histoire », dirigée par Philippe Randa, 242 pages, 27 euros

     

    France Phi Diffusion

  • Soirée des veilleurs à Paris: plusieurs milliers de personnes à 23h 55 place de la Concorde - suite et vidéo

    D'après nos informations, il y aurait 500 membres des forces de l'ordre (policiers et gendarmes) mobilisés ce soir...

    A ceux qui sont bloqués sur place, rappelez aux gradés des forces de l'ordre que selon l'article 431-9, la participation à une manifestation non déclarée n'est pas une infraction. Et surtout, que selon l'article 432-4, les forces de l'ordre ne peuvent pas attenter à votre liberté individuelle, notamment de circulation. Vous devez donc pouvoir sortir du cercle. Sinon, filmez les indicatifs des gradés, ou à défaut, leurs visages (ceux qui ont des feuilles de chêne sont les commissaires). Ils risquent 7 ans de prison.

    Même des touristes sont parqués :

    12
    13
    Le panier :

    14
    Une personne à terre devant la police politique :

    15

    161000 veilleurs sont rassemblés devant le jardin des Tuileries, côté Concorde. Il est possible de rejoindre la veillée via les Tuileries.

    La présidente de LMPT Ludovine de la Rochère est encerclée par les CRS à la Concorde.

    17
    18
    19

    Voilà ce qui fait trembler la fine équipe autour de Manuel Gaz :

     

    20

    TF1 a parlé d'une centaine de veilleurs, l'AFP de 200... désinformation!

    21Ludovine de La Rochère :

    R
    22
    23
    24
    25On compte ce soir environ 15% de personnes qui n'ont jamais participé à ce type de veillée.

    Après Gaultier, veilleur-marcheur depuis le début, Axel entame un discours sur les veilleurs :

    "Ce n'est pas le nombre de veilleurs qui compte. C'est l'événement vécu par ceux présents. Les veilleurs sont un réseau de citoyens qui se réunissent librement e spontanément. Les veilleurs sont un lieu où je prends conscience de la nécessité de me former pour changer la société. Dans la culture il y a toujours de la spiritualité et de la politique mais librement. Cela n'engage pas les autres."

    Concorde, Cette place Louis XV chargée d'histoire, qui a vu le sang couler, est ce soir apaisée :

    26

    27

     Ce sont plusieurs milliers de personnes réunies pour veiller sur la société française en décadence.

    28

    A noter que les citoyens pourront signaler à partir de lundi tout abus de la police à l'Inspection générale de police nationale (IGPN) depuis une plateforme en ligne.

    La marée humaine :

    29

    30

    Les veilleurs debout sont là aussi !

    31

    A propos de veilleurs debout, l'un des initiateurs annonce que pour éviter la confusion avec les veilleurs assis, ils s'appelleront désormais les sentinelles.

    Axel, toujours fidèle au post :

    A

    32

    C
    Ludovine de La Rochère intervient devant les veilleurs :

    "Vous faites partie d'un mouvement qui marquera l'histoire politique par sa ténacité et sa solidité. Le concept de genre est le fondement de la loi Taubira et de ses conséquences. Les rôles de père et de mère sont interchangeables, l'altérité sexuelle est sans impact et sans conséquences. Le projet est de construire une éducation d'Etat qui se substitue à l'éducation familiale. Si nous voulons éviter à notre société sa marche vers le 'Meilleur des Mondes' il faut combattre cette idéologie. L'enjeu du genre concerne tous les Français, par leurs enfants." "Des comités de vigilance sur le gender seront constitués avec des parents, des directeurs, des professeurs."

    L
    Michel Janva

     Pour voir les photos dans leur intégralité:  http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/

  • Le calvaire d'un jeune Tarnais menacé de 10 ans de prison au Maroc pour défloration

     

    Publié le 30/08/2013 à 07:49, Mis à jour le 30/08/2013 à 07:58

     

    Le jeune homme a été emprisonné pendant près de 3 mois./Photo DDM illustration

    Le jeune homme a été emprisonné pendant près de 3 mois./Photo DDM illustration

                

    Cédric, un jeune Tarnais de 21 ans, encourt jusqu’à 10 ans de prison au Maroc. Il est accusé d’agressions sexuelles et de défloration sur une jeune fille de 17 ans et demi. Il a passé de longues semaines en prison et attend son procès prévu en octobre.

    «Nous sommes pris au piège d’un chantage». Cédric, un jeune Tarnais de 21 ans, originaire de Rabastens, vit, depuis presque trois mois, un véritable calvaire au Maroc. Emprisonné de longues semaines avant d’être remis en liberté ce mercredi, il encourt jusqu’à 10 ans de prison.

    Il est accusé «d’agressions sexuelles et de défloration», circonstance aggravante, sur une jeune fille de 17 ans et demi. «Il s’est installé au Maroc, où vit son père, il y a 18 mois, résument ses avocats toulousains, Me Emmanuelle Franck et Me Alexandre Martin, rentrés hier soir de Casablanca où ils sont allés défendre leur client. Il a monté une entreprise d’informatique et rencontré cette jeune fille, Syrene, une Tunisienne.»

    Une idylle s’est nouée entre eux. «Ils se connaissent depuis environ un an. Ils ont commencé à se fréquenter intimement, à avoir des relations sexuelles, au mois d’avril. Les parents de cette jeune fille l’ont découvert. Pour eux, c’est une atteinte à l’honneur.»

    Trente policiers pour l'interpeller

    Ils décident donc de porter plainte, pour viol d’abord, mais l’accusation ne tient pas car Syrene était consentante. L’agression sexuelle et la défloration sont finalement retenues. Début juin, c’est le coup de massue. «Notre client ne comprenait pas pourquoi il n’avait plus de nouvelles d’elle depuis quelque temps. Un matin, une trentaine de policiers ont fait irruption dans sa résidence. Il a été placé en détention.»

    Rapidement, l’affrontement entre Cédric et ses accusateurs tourne «au chantage». «La famille a demandé une Audi TT, 500 000 dirhams (50 000 €) et un mariage à l’ambassade de France.» Le jeune Français refuse. Sans accord conclu, il va droit au procès.

    «Tout est fait pour qu'il craque»

    En attendant l’audience, il croupit en prison dans des conditions difficiles. «Il y a 8 000 détenus, une surpopulation impressionnante, de la malnutrition. Il n’a pas bien vécu du tout son incarcération».

    L’audience prévue pour le 31 juillet a été renvoyée. Idem pour celle programmée ce mercredi. «On a l’impression que tout est fait pour qu’il craque et cède au chantage», souligne Me Martin.

    Mercredi cependant, Cédric, dont le casier judiciaire est vierge, est sorti de prison. «Nous avons vu un juge incorruptible qui l’a libéré. C’est une décision rare dans une procédure criminelle.»

    Cédric a été placé sous contrôle judiciaire. Il n’a pas le droit de quitter le territoire marocain et doit répondre aux diverses convocations d’ici son procès prévu le 9 octobre. Ce jour-là, si l’audience n’est pas renvoyée une nouvelle fois, il risquera jusqu’à 10 ans de prison.


    Procès le 9 octobre

    Le procès de Cédric au Maroc a déjà été reporté par deux fois. Fin juillet d’abord, l’audience avait été renvoyée. Mercredi, l’absence de la victime qui n’avait pas été convoquée dans les règles, a entraîné un nouveau délai. Le jeune Tarnais devrait finalement comparaître devant ses juges le 9 octobre prochain à 9 heures. Il sera assisté de ses avocats toulousains, Mes Emmanuelle Franck et Alexandre Martin. Il est désormais libre mais ne doit pas quitter le territoire marocain.

     
     
     
     
            
  • Gennevilliers : un moteur de scooter lancé sur des policiers

     

                     Nicolas Jacquard avec V.M. | Publié le 31.08.2013, 16h25 | Mise à jour : 16h28                                    

    Les forces de l'ordre ont arrêté quatre suspects ce samedi matin à Gennevilliers (Hauts-de-Seine).

    Les forces de l'ordre ont arrêté quatre suspects ce samedi matin à Gennevilliers (Hauts-de-Seine). | (LP/G.R.)

                                                                   
    «L’objet est tombé à seulement un mètre d’un policier. Il aurait pu le tuer», selon une source proche du dossier. Lancé du 13e étage du numéro 20 de la cité , à Gennevilliers (Hauts-de-Seine), bloc moteur de scooter pesant près de 5 kg a atterri la nuit dernière au beau milieu d’une patrouille de police, sans faire de blessés.
     
     
     
    Les agents, en poste dans la commune limitrophe d’Asnières-sur-Seine, avaient été appelés en renfort dans le cadre d’une opération démarrée à cause d’un tapage nocturne. C’est d’ailleurs de l’appartement d’où émanait ce tapage qu’aurait été jetée la pièce métallique.

    Vers 6 heures ce samedi matin, les forces de l’ordre ont pénétré dans les lieux en défonçant la porte du en question à l’aide d’un bélier. Selon nos informations, quatre personnes ont été interpellées. Toutes se trouvaient dans l'appartement duquel a été jetée «la pièce métallique de 5 kg». L'occupant en titre du logement compte parmi elles. Les autres sont des amis venus participer à la soirée organisée sur place. Ils ne sont pas originaires du quartier. Les suspects, âgés de 25 à 35 ans, étaient toujours en garde à vue cet après-midi tandis que la police technique procédait à une série de prélèvements sur le bloc moteur.
     
     
    Le Parisien
     
  • Thierry Meyssan sur l'implication d'Israël dans l'opération contre la Syrie


    Sahar Report 31.08.2013 Thierry Meyssan: Israel... par Hieronymus20

  • Robert Kelley : « Les experts de l'ONU en Syrie travaillent sous le contrôle total des rebelles »

    16h_50972211.jpg experts UN.jpg

          

     

    Par La Voix de la Russie | La Syrie et l'utilisation de l'arme chimique sont, aujourd'hui, les sujets qui préoccupent tout le monde. Des experts internationaux en ont discuté pendant un duplex retransmis en direct par La Voix de la Russie.

     Le thème sur lequel ils se sont exprimés était « Syrie : Obama est-il un clone de George Bush Jr ? ». Selon Robert Kelley, ancien analyste du Laboratoire national de Los Alamos et spécialiste des programmes d'armes nucléaires dans différents pays, les experts de l'ONU menant une enquête sur l'utilisation récente de l'arme chimique en Syrie travaillent sous le contrôle total des rebelles :

     « Lorsque les inspecteurs se retrouvent de l'autre côté de la vérité, ils ne savent plus ce qu'ils voient, car leur vision est limitée par un scénario préparé à l'avance. Les inspecteurs de l'ONU se trouvent sous le contrôle total des rebelles pendant leur enquête. Les rebelles leur indiquent où aller et leur disent avec qui ils peuvent parler et quels échantillons prélever ».

     Un autre participant, Viatcheslav Matousov, ancien diplomate russe et président de l'Association russe d'amitié et de coopération avec les pays arabes, a qualifié de très suspecte la situation relative à l'utilisation de l'arme chimique en Syrie :

     « La situation autour de l'attaque chimique en Syrie est très suspecte. Le groupe russe a prouvé, images satellites à l'appui, que les missiles avaient été lancés depuis le territoire contrôlé par des combattants. Pourquoi les experts russes et américains ne peuvent-ils pas se rendre à une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU et comparer leurs images satellites de Damas ? »

     « Le temps choisi pour le début de l'attaque à Damas est surprenant », ajoute Chuck Cashman de l'Université de Georgetown :

     « Washington affirme qu'il n'a pas suffisamment de preuves. Des voix se font entendre appelant à une punition, mais celle-ci doit être dirigée contre le véritable coupable de l'attaque chimique qui que ce soit. Ce ne doit pas être une frappe à l'aveugle ».

     Viatcheslav Matousov a noté pour comparer la politique extérieure des deux derniers présidents des Etats-Unis :

     « Obama et Bush se ressemblent dans leurs efforts visant à changer les régimes en Irak et en Syrie. Bush s'est évertué à trouver les traces de l'arme d'extermination massive en Irak. Maintenant nous avons appris une attaque chimique en Syrie ».

     Robert Kelley n'est pas d'accord. Selon lui,

     « Obama et George Bush ont peu de traits communs. Obama est beaucoup plus prudent. En témoigne son approche de la situation en Libye ».

  • Obama ne bombardera pas la Syrie pour le moment

    Par La Voix de la Russie | Le président américain Barack Obama s’est exprimé avec un discours dans la roseraie de la Maison Blanche ce samedi. Obama n’annoncera pas le début d'une action militaire contre la Syrie, ont déclaré les représentants de son administration. Selon eux, il expliquera comment va se résoudre la question, et lesquelles mesures seront prises en réponse à l'utilisation d'armes chimiques en Syrie.

     Plus tôt samedi, le président Obama a tenu une réunion avec ses plus proches conseillers au sujet de sécurité nationale.

     Pendant ce temps, trois avions de transport américains ont atterri sur la base de l’Armée de l’Air turque d'Incirlik. Une cargaison de nature militaire était dans les aéronefs, ont déclaré les médias.

     En outre, l'opposition armée en Syrie a déjà prévu de lancer une offensive importante vers Damas immédiatement après une attaque américaine contre le pays, ont indiqué les médias en référence à des sources de l'opposition.
    Lire la suite: http://french.ruvr.ru/2013_08_31/239203749/