Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/04/2013

La faute lourde du frère Cahuzac

 

En commettant un mensonge d’État, le frère Jérôme Cahuzac a manifestement aussi trahi les idéaux de la franc-maçonnerie, surtout ceux de son obédience, le Grand Orient de France (GODF), où il est passé sous le bandeau en 1996, dans l’atelier parisien « Locarno 28 » et non pas à Villeneuve-sur-Lot (Lot-et-Garonne), commune dont il fut maire.

En mentant devant les députés (et les caméras de télévision), qui plus est un mensonge aussi grave, Jérôme Cahuzac a volontairement traîné dans la boue ce que les frères de son obédience ont de plus cher au cœur : la République et sa représentation parlementaire.

C’est le sentiment manifeste de Gérard Contremoulin (ancien membre du Conseil de l’Ordre), dans son post percutant « La « faute », dérive personnelle d’un fraudeur devenu ministre ! » En général, les frères ont tendance à considérer que celui des leurs qui commet un délit (ou une faute) ne l’a pas commis en tant que maçon. Ils ont souvent raison. Là, le mensonge « les yeux dans les yeux » face à la République est celui d’un frère. Celui d’un homme qui a trompé tout son entourage. Y compris ses frères de conviction.

Trahir ses amis les plus dévoués, de manière continue et depuis si longtemps, quoi de moins fraternel ?

PS : Il va sans dire, mais mieux en le disant, que Jérôme Cahuzac devrait être suspendu du GODF.

LA LUMIERE. Le blog franc et maçon de L'Express

23:31 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Réaction de Marine Le Pen à l'affaire Cahuzac

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo

21:00 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Un ami de Marine Le Pen avait aidé Cahuzac à ouvrir un compte chez UBS en 1992

 

 

Selon le quotidien Le Monde, c'est un proche de Marine Le Pen, Philippe Péninque, qui a aidé Jérôme Cahuzac à ouvrir son compte chez UBS en 1992. Marine Le Pen affirme qu'elle a été mise au courant mardi.

Marine Le Pen est-elle au courant de l'existence du compte suisse de Jérôme Cahuzac ? Oui, et au moins depuis hier. Car l'homme qui a aidé l'ancien ministre du Budget à ouvrir ce compte en 1992 n'est autre que Philippe Péninque, un proche de la présidente de FN, selon des révélations du Monde.

Contacté par le quotidien du soir, cet ex-avocat spécialisé dans les montages fiscaux reconnaît : "Jérôme Cahuzac avait besoin d'un compte, je l'ai aidé à l'ouvrir", écrit Le Monde. Avant d'ajouter : "Ce qui est illégal c'est de ne pas déclarer un compte, pas d'aider à l'ouvrir." Il poursuit : "J'ai dit (à Marine Le Pen) que j'étais ami avec Cahuzac et peut-être que dans le cadre de mon activité professionnelle, j'avais ouvert ce compte".

 

En marge d'un déplacement dans les Ardennes ce mercredi, Marine Le Pen a immédiatement réagi aux révélations du Monde. "Il y a 25 ans, à l'époque où j'étais en licence de droit, quelqu'un qui est devenu mon ami a eu comme client M. Cahuzac et lui a ouvert un compte à l'étranger. Quelle est ma responsabilité?", a demandé la patronne du Front National.

"Philippe Péninque était avocat et ouvrir un compte dans une banque étrangère, ce n'est pas un délit. Le délit c'est de ne pas déclarer les fonds, l'avocat n'en est pas responsable. Que cet avocat soit par ailleurs l'un de mes amis c'est parfaitement banal", a-t-elle insisté. Avant d'ajouter que c'était un acte "complètement anodin" et que M.Péninque l'en avait informé "hier".

Un peu plus tôt dans la journée, Marine Le Pen avait lancé : "Nous allons apprendre que le président et le Premier ministre étaient en réalité au courant depuis plusieurs semaines de la véracité de ce qui était reproché à M. Cahuzac". Mais François Hollande et Jean-Marc Ayrault ne semblent pas les seuls à devoir justifier leur silence.

TF1 - 03/04/12

 

 

20:49 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

VIDEO - Marine le Pen veut la démission du gouvernement

20:34 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Affaire Cahuzac / UBS / Péninque : Marine Le Pen contre-attaque après l’article du Monde

 

Le Monde - Affaire Cahuzac - un proche de Marine Le Pen a ouvert le compte chez UBS en 1992

Marine Le Pen Tours 2011

Marine Le Pen a vivement réagi ce soir sur RTL au sujet d’un article du quotidien Le Monde qui a publié « Affaire Cahuzac : un proche de Marine Le Pen a ouvert le compte chez UBS en 1992 », histoire de surenchérir après le séisme politique qui touche la classe politique au pouvoir depuis 30 ans.

Aussi, afin de rétablir la circonstance des faits, Marine Le Pen a tout de suite précisé qu’en 1992, elle était en « licence de droit ! » et d’ajouter que « ce proche » était Philippe Péninque qui aurait ouvert le compte bancaire de Jérôme Cahuzac en Suisse lorsqu’il exerçait la fonction d’avocat spécialiste en « relations financières avec l’étranger ».

Bref, pour un scoop « exclusif » qui n’en n’est pas un, Marine Le Pen a conclu sur le fait que cet article est « une attaque contre elle » et que « le système se défend mal ! »

NPI

 

20:23 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Le Grand Rabbin de France avoue un plagiat... commis par son "nègre"

sans-titre.png grand rabbin.png

Dans son ouvrage, "Quarante méditations juives", Gilles Bernheim avoue avoir eu recours à un "nègre" par manque de temps. Cet étudiant aurait repris des passages entiers d'un livre d'entretiens entre Jean-François Lyotard et Elisabeth Weber.

         

Gilles Bernheim (ici avec Mgr André Vingt-Trois) a avoué avoir couvert un plagiat © Maxppp

Le Grand Rabbin de France Gilles Bernheim a reconnu ce mercredi un plagiat. Il a avoué avoir confié une partie de la rédaction de ses "Quarante méditations juives" à un étudiant qui lui aurait menti.

Le Grand Rabbin avait d'abord nié

Dans un premier temps, le grand rabbin avait pourtant nié. Aujourd'hui, il admet avoir menti "de manière précipitée et maladroite" pour masquer ce plagiat, dans un communiqué qu'il a envoyé depuis Jérusalem.

"Les plagiats démasqués sur Internet sont avérés", écrit-il. Il avoue aussi avoir délégué une partie "des travaux de recherches et de rédaction" de son livre à cet étudiant "par manque de temps". Il affirme : "c'est la seule et unique fois que je me suis livré à un tel arrangement."

Ce fut une terrible erreur (...). J'ai été trompé. Pour autant, je suis responsable".

Strass de la philosophie, un site internet, avait repéré au mois de mars des ressemblances évidentes entre l'ouvrage de Gilles Bernheim, édité en 2011 chez Stock, et un livre d'entretien entre le philosophe mort Jean-François Lyotard et Elisabeth Weber, publiées en 1996 et intitulé "Devant la loi" aux éditions Desclée de Brouwer. Gilles Bernheim avait alors nié.

Retrait du livre

Assurant que son éditeur, Stock "n'était pas informé de l'existence d'un tiers", le Grand Rabbin lui demande de retirer "Quarante méditations juives" des librairies et de sa bibliographie.

Gilles Bernheim a assuré qu'il s'apprête à écrire à Dolorès Lyotard, la veuve du philosophe, et à Elisabeth Weber pour leur présenter ses excuses et leur dire le respect et l'admiration qu'il porte à Jean-François Lyotard.

Gilles Bernheim, 60 ans, a succédé à Joseph Sitruk au grand rabbinat de France en 2008.

FRANCE INFO - 03/04/13

20:02 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Assassinat d'Alexandre Junca à Pau en 2011: cinq personnes en garde à vue

sans-titre.png  Alexandre Junca.png

Cinq personnes sont en garde à vue depuis mercredi matin dans le cadre de l'enquête sur l'assassinat d'Alexandre Junca, un collégien de 14 ans retrouvé démembré en 2011.

Cinq personnes sont en garde à vue depuis mercredi matin dans quatre villes du Sud-Ouest dans le cadre de l'enquête sur l'assassinat d'Alexandre Junca, un collégien de 14 ans disparu en juin 2011, rapporte Sud-Ouest. Le fémur de l'adolescent avait été retrouvé le 26 juin dans la rivière qui traverse la ville de Pau. Le reste du corps démembré avait ensuite été découvert les 19 et 20 octobre 2011.

"A ce stade d'avancement de l'enquête sur cette piste, il était nécessaire d'entendre ces cinq personnes sous le régime de la garde à vue", a précisé au quotidien régional le vice-procureur Sébastien Ellul. Autre élément : l'information judiciaire ouverte fin juin 2011 pour "des faits d'assassinat de mineur précédé ou accompagné d'acte de torture ou de barbarie" a été étendue il y a quelques jours. S'y ajoute désormais la qualification "arrestation, enlèvement, séquestrations ou détention de mineur en bande organisée". Cela permet de prolonger les garde à vue jusqu'à 96 heures.

Gardes à vue dans quatre villes

Deux des gardes à vue se déroulent à Pau, une à Bayonne, dans les Pyrénées-Atlantiques, une à Tarbes et une à Lourdes, dans les Hautes-Pyrénées. Par ailleurs, d'autres personnes sont entendues dans le cadre d'auditions libres, notamment dans l'Allier.

Le crime macabre avait suscité d'importantes manifestations de solidarité dans la ville. En juillet 2011, quelque 4.300 personnes avaient participé à une marche en hommage à l'adolescent disparu et en soutien à sa famille. Malgré d'importants moyens d'enquête, plus de 2.000 procès-verbaux rédigés, des centaines de personnes interrogées ainsi que quelques gardes à vue sans suite, les enquêteurs de la direction de la police judiciaire de Pau, de Bayonne, de la Direction interrégionale de la police judiciaire de Bordeaux et de l'Office central pour la répression des violences aux personnes restent à ce jour sans clef face à ce crime.

TF1 - 03/04/13

19:34 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Un flic de haut niveau retrouvé mort. La République est agitée en ce moment !

 

Moscovici et Cahuzac s’échangeant des confidences

Alors que l’affaire Cahuzac bat son plein dans les médias hypocrites (et que Pierre Moscovici, ministre de l’économie, est à son tour pris dans la tourmente), une nouvelle vient de tomber.

Noël Robin, le sous-directeur des affaires économiques et financières (AEF) à la police judiciaire (PJ) parisienne, a été retrouvé mort, d’une balle dans la tête, ce mardi 2 avril. (source)

Ce policier haut placé avait supervisé plusieurs grands dossiers politico-financiers, dont l’enquête portant sur l’affaire Bettencourt dans laquelle Nicolas Sarkozy est aujourd’hui grandement mis en difficulté.

Evidemment la police a très rapidement indiqué qu’il s’agissait d’un suicide.
La bonne blague !

PS : rappelons qu’il y a quelques jours se « suicidait » Maître Metzner, avocat de la fille Bettencourt.

Contre-info.com

18:54 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Espagne - Scandale de corruption: l'infante Cristina inculpée avec son mari

sans-titre.png infante cristina.png

La fille cadette du roi d'Espagne, l'infante Cristina, est soupçonnée par le juge d'instruction qui mène une enquête pour corruption visant son époux, Iñaki Urdangarin, d'avoir "coopéré" avec lui en le laissant utiliser son titre royal pour la bonne marche de ses affaires privées.

Malaise en Espagne. L'infante Cristina, fille du roi d'Espagne Juan Carlos, a été inculpée mercredi dans le cadre d'une enquête pour détournement de fonds visant son mari, a indiqué une source judiciaire. Le juge d'instruction Jose Castro, chargé du dossier, a convoqué Cristina de Borbon y Grecia, 47 ans, pour une audition le 27 avril, ajoute-t-on, confirmant des informations de presse. Elle sera interrogée sur des détournements d'argent public et des fraudes fiscales d'un montant de six millions d'euros commis par son mari, Inaki Urdangarin, lorsqu'il dirigeait l'organisation caritative Noos.

On ignore quelles charges ont été retenues à l'encontre de la princesse qui faisait partie de l'organisation. Le palais royal n'a fait aucun commentaire. Le juge Castro, qui a pu consulter des courriers électroniques dans lesquels Inaki Urdangarin demandait à sa femme des conseils dans la gestion d'affaires, a dit disposer d'éléments démontrant la complicité de la princesse. Des experts judiciaires ont expliqué que le magistrat construisait un dossier qui pourrait déboucher sur un procès impliquant le couple.

Des charges "dévastatrices" pour la couronne

"La loi est la même pour tous", a affirmé le juge dans un bref communiqué à l'appui de son ordonnance, reprenant les propos du roi Juan Carlos dans son allocution de Noël en 2011. Le magistrat a précisé avoir décidé d'inculper Cristina afin de s'assurer qu'elle témoignera en personne et ne s'abritera pas derrière la loi espagnole pour échapper à une comparution.

Pour Manuel Villoria, spécialiste des questions de corruption et professeur de sciences politiques à l'université Juan Carlos, ces charges sont "dévastatrices" pour la famille royale espagnole. "Il (le juge) affirme considérer Cristina comme complice et que (Urdangarin) n'aurait pas pu agir sans son aide. Elle était au courant et elle ne l'a pas empêché", a expliqué Villoria.

Le roi et la reine ont tenté de prendre leurs distances

Inaki Urdangarin a comparu fin février devant un tribunal de Majorque pour répondre des accusations de fraude fiscale et de détournement d'argent qui pèsent contre lui, un scandale qui a fortement écorné l'image de la monarchie espagnole. Cet ancien joueur de handball professionnel est accusé d'avoir utilisé ses relations afin de remporter des contrats publics pour organiser des événements sur l'île de Majorque et ailleurs en Espagne.

Le roi Juan Carlos, 75 ans, qui a longtemps bénéficié de l'admiration des Espagnols pour le rôle qu'il joua dans le rétablissement de la démocratie, est aujourd'hui la cible de critiques de ses compatriotes mécontents de son style de vie dispendieux, des rumeurs d'adultère et des accusations de corruption. Le souverain et sa femme Sofia ont tenté de prendre leurs distances avec leur gendre qui n'est plus invité aux festivités de la famille et dont les photos ont été retirées du site officiel.

TF1 - 03/04/13

18:36 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Cahuzac : Hollande et Ayrault dans le viseur

 

Après les aveux de Cahuzac, la droite et l’extrême-gauche mettent en cause l’exécutif.

Le président de la République était-il au courant ? Après les aveux de l’ex-ministre Jérôme Cahuzac mardi, des voix s’élèvent, à droite comme à l’extrême-gauche, pour mettre en cause à leur tour François Hollande et Jean-Marc Ayrault. Éric Ciotti, le député UMP des Alpes-Maritimes, se demande ainsi s’ils ont "voulu protéger Cahuzac avec cette pseudo-attestation bancaire suisse". Au Parti de Gauche, Jean-Luc Mélenchon, lui, s’interroge : "Qui savait et n’a rien dit ?".

"Depuis quand François Hollande savait" ? Jean-François Copé, le président de l’UMP, s’est empressé de réagir après les aveux de l’ancien ministre du Budget, mis en examen, taclant au passage l’ensemble du gouvernement : "la question qui se pose désormais est de savoir si le président de la République, le Premier ministre et les membres du gouvernement étaient au courant et s’ils ont couvert ces faits".

Et d’appeler le chef de l’État à "s’expliquer lui-même devant les Français". Même son de cloche chez les autres élus UMP, comme Geoffroy Didier, animateur du courant de la Droite forte, qui se demande sur Twitter "quand Hollande avouera-t-il avoir menti aux Français sur la République irréprochable ?".

Source : Lire la suite de l’article sur info.sfr.fr

E&R

02:06 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (9)

Bébés congelés dans l'Ain: l'autopsie confirme qu'ils ont été noyés - la mère déjà condamnée pour infanticide

Dimanche 24 mars, à Ambérieu-en-Bugey (Ain), Audrey C. avait été placée en garde à vue après la découverte par son compagnon, dans son congélateur, de nourrissons congelés. Cette femme de 32 ans avait alors avoué avoir noyé à leur naissance ses deux garçons, à l’automne 2011 et l’automne 2012.

 

Le résultat des autopsies des corps des deux bébés, effectuées à l’Institut médico-légal de , vient confirmer les aveux d’Audrey C, selon Le Progrès. D'après le quotidien régional, un compte-rendu verbal de l'autopsie confirme les aveux de la mère : les enfants sont bien nés vivants et ils auraient été noyés.

Dotée d'un stable comme serveuse dans une brasserie et déjà mère d'un enfant d'une douzaine d'années, la mère infanticide avait assuré aux enquêteurs qu'«elle aimait ses deux enfants», sans pour autant expliquer son geste. C'est son concubin qui avait prévenu les gendarmes après avoir découvert les deux petits corps.


Déjà condamnée en 2005 pour des faits similaires


Audrey C. avait déjà été condamnée en 2005 à quinze ans de prison pour l’infanticide de son nourrisson. Le 28 mars 2002, la jeune femme, qui avait dissimulé sa grossesse, avait accouché dans les toilettes. Elle avait ensuite demandé à sa mère de placer le corps dans un sac, abandonné dans une maison en ruine. La grand-mère avait été condamnée à 18 ans de prison. Selon le procureur Denis Mondon, la jeune femme, alors placée en détention provisoire, avait comparu détenue en 2005. Elle était restée derrières les barreaux de juillet 2002 à décembre 2010. Le procureur a expliqué que, justifiant d'un emploi et d'une obligation de soins, elle avait bénéficié d'une libération anticipée. «Madame C. a purgé toute sa peine. Elle est restée détenue huit ans, quatre mois et neuf jours. Et la cour d'assises disait dans son jugement qu'elle pouvait avoir un aménagement de peine après sept ans et six mois», a-t-il ajouté.

Plusieurs précédents dont l'affaire Courjault
Ce n'est pas la première fois qu'un tel drame se noue. A Vienne (Isère) en novembre 2012, un bébé de trois mois et sa soeur de cinq ans avaient été retrouvés dans un réfrigérateur et un congélateur, alors que le père de famille, tunisien, était en fuite. Le corps d'un bébé de moins de trois semaines avait été retrouvé à Vichy (Allier) en janvier 2012. La mère avait été mise en examen.

L'affaire de ce genre la plus médiatisée avait eu lieu en 2006, quand Jean-Louis Courjault découvrait les corps de deux nouveau-nés dans son congélateur à Séoul. Sa femme, Véronique, écrouée le 12 octobre suivant à Tours, avouait un autre infanticide, en 1999 en Charente-Maritime. Elle a été condamnée à 8 ans d'emprisonnement en juin 2009 et libérée en mai 2010.

 

LeParisien.fr - 02/04/13  

                         

01:49 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Ahurissant! Verbalisé pour port d'un tee-shirt de la Manif pour tous !

sans-titre.pngLUXEMBIOURG.png

sans-titre.png  T-shirt.png

J’étais lundi au jardin du Luxembourg avec mon épouse et mes six enfants au « pique-nique pour tous » qui s’y improvise depuis quelques jours. Devant y retrouver quelques amis rencontrés sur des réseaux sociaux, nous étions convenus, pour nous reconnaître, de porter le sweat-shirt rendu célèbre par les manifestations des 13 janvier et 24 mars dernier. Vêtement non militant puisqu’il ne comporte pas le titre de la « Manif pour tous », mais juste une famille « normale » symbolisée. Nous n’avions emmené aucun drapeau, sifflet, vuvuzela ou autre matériel de manifestant : seule une chasse aux œufs avec les enfants devait y être organisée. Les amis, jusqu’alors virtuels, que nous y avons retrouvés étaient nombreux certes, mais ni plus ni moins agités que la foule de badauds profitant de cette belle journée du 1er avril.

Moins d’un quart d’heure après notre arrivée, quelques agents s’approchèrent de notre groupe, agacés par nos vêtements, nous demandant de retirer ou couvrir ces sweat-shirts au motif, je suppose ô combien subversif, qu’ils représentent la silhouette d’un papa et d’une maman tenant par la main leurs deux enfants. Refusant d’obtempérer, un des agents réclama mes papiers et m’emmena au poste pour m’y verbaliser. Restait à trouver motif à contravention. On commença par « port d’une tenue contraire aux bonnes mœurs », mais devant ma réaction très amusée et les conseils de son collègue (plus gradé, donc plus réfléchi), il fut transformé en « organisation d’une manifestation ludique sans autorisation ». La nature de la contravention invoquée me semblant fallacieuse, j’ai signé mon désaccord au bas du procès verbal, ce qui me vaudra d’être convoqué par le tribunal de police pour des poursuites judiciaires ultérieures.

Le brave agent qui m’a verbalisé n’a probablement jamais lu les penseurs du « gender » comme Judith Butler ou Nicolas Gougain, et aurait même du mal à mettre des mots derrière les initiales LGBT. Cependant, il a reconnu dans la famille stylisée de mon sweat-shirt un symbole à même de troubler le nouvel ordre public qu’imposera à tous le mariage homosexuel.

Chers pères de famille, une nouvelle résistance s’annonce : ce n’est pas celle des combats interminables dans des tranchées pour garder quelques mètres d’une patrie à transmettre aux enfants, ce n’est plus celle des maquis dont on ne revient que quelques nuits noires pour embrasser nos bien-aimées. Non, la résistance des mois à venir est celle des parcs et des lieux publics, en famille, au bras de madame, arborant fièrement notre joie (et nos sweats) de vivre un mariage heureux. Ne craignons pas trop les amendes, car nous serons tellement nombreux qu’avec le maigre budget que le nouveau régime socialiste a laissé à la police et la justice, ils seront bien obligés d’abandonner avant nous.

 

Franck Talleu, le 2 avril 2013
 
BOULEVARD VOLTAIRE
 
 

01:26 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

VIDEO - Violences sur enfants handicapés à l'IME de Monchy-le-Preux: prison avec sursis pour les éducatrices

00:52 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

L’affaire Cahuzac : une affaire d’Etat !

 

flamme_fn_04-150x1503Communiqué du Front National

L’affaire Cahuzac traduit l’existence d’un malaise profond lié aux relations entre argent et politique.

Le président de la République et le gouvernement ne pouvaient ignorer le fond de cette affaire et ses conséquences prévisibles. Cette bombe a fragmentation entache indubitablement la crédibilité de la politique gouvernementale, tant elle symbolise le mépris d’une caste envers le peuple de France.

Devant un tel mensonge, comment ne pas penser aux mesures d’austérité et aux efforts toujours plus pénibles demandés à nos concitoyens ?

Le partage du pouvoir entre la gauche et la droite depuis plus de trente ans a conduit à tous les excès et à un sentiment d’impunité général inqualifiable.

« Tout homme qui a du pouvoir est porté à en abuser » disait Montesquieu. Il est urgent de rééquilibrer les pouvoirs en France, de restaurer un véritable pluralisme et de respecter la souveraineté du peuple.

00:32 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Marseille: Arnaud Montebourg accueilli à la gare par les opposants au mariage pour tous et les marins en colère

 

Accueil mouvementé en gare Saint Charles pour le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg. D'un côté les marins grévistes de la SNCM, de l'autre les opposants au mariage pour tous. Les CRS ont pris position pour dissiper les manifestants.

  • Par Annie Vergnenegre
  • Publié le 02/04/2013 | 17:43, mis à jour le 02/04/2013 | 18:04
Opposants au mariage pour tous et marins CGT de la SNCM ont accueilli Arnaud Montebourg à la gare Saint-Charles.
Opposants au mariage pour tous et marins CGT de la SNCM ont accueilli Arnaud Montebourg à la gare Saint-Charles.
100 à 200 personnes ont accueilli bruyamment le ministre du redressement productif en gare saint Charles en fin d'après-midi. Munies de pancartes et criant des slogans hostiles au mariage pour tous, les manifestants ont tenté Arnaud Montebourg d'accéder au Train de l'industrie qui faisait étape à Marseille.
photo_360.jpg
 
Une certaine confusion régnait sur place quand des marins grévistes de la SNCM ont tenté de faire barrage au ministre.
Les forces de l'ordre positionnées à la gare sont intervenues pour dissiper la manifestation.
Alvinet - 02/04/13

00:23 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

02/04/2013

Prison avec sursis pour quatre éducatrices d'un centre d'accueil pour enfants handicapés

Deux éducatrices et la directrice d’un centre d’accueil pour enfants handicapés de Monchy-le-Preux (Pas-de-Calais) ont été condamnées mardi à 6 à 10 mois de prison avec sursis dans une affaire de violences par le tribunal correctionnel d’Arras.

L’une des trois éducatrices --outre la directrice--, qui avaient comparu début février, a écopé de 10 mois de prison avec sursis et
une interdiction définitive d’exercer son métier. Elle était accusée notamment d’avoir donné des fessées à des enfants et d’avoir serré le cou de l’un d’eux jusqu’à laisser des marques. Dix mois de prison avec sursis avaient été requis le 7 février par le parquet à l’encontre des quatre prévenues qui avaient comparu pendant trois jours devant le tribunal pour des faits commis entre 2008 et 2011 à l’institut médico-éducatif (IME) de Monchy-le-Preux, près d’Arras. Le jugement avait été mis en délibéré.La directrice de l’établissement était poursuivie pour non-dénonciation, et les trois éducatrices pour violences volontaires sur mineurs de 15 ans par personne ayant autorité.

Dans son jugement rendu mardi, le tribunal a fait une distinction entre les prévenues. En dehors de l’éducatrice la plus sévèrement sanctionnée, la directrice a été condamnée à 6 mois de prison avec sursis et l’une des éducatrices à 8 mois avec sursis et cinq ans d’interdiction d’exercer. La troisième éducatrice a été condamnée à une amende de 4.000 euros et cinq ans d’interdiction d’exercer.
Les quatre accusées avaient été jugées en citation directe après qu’un employé du centre avait remis aux gendarmes en mars 2011 une vidéo de 7 minutes, tournée en cachette, montrant les éducatrices en train de gifler les enfants, de leur tirer les oreilles et les cheveux, de les insulter ou de s’adresser à eux en hurlant. Les trois éducatrices ont reconnu avoir eu «un comportement inadapté envers des enfants très difficiles» mais ont rejeté le terme de «maltraitance». «Je ne vous traiterai pas de tortionnaires mais ce ne sont pas des comportements inadaptés, il s’agit bel et bien de maltraitances installées et institutionnalisées», avait affirmé dans son réquisitoire le représentant du parquet Julien Haquin.

Deux autres membres du personnel de l’institut avaient comparu. Un moniteur d’atelier, poursuivi pour non-dénonciation, avait été filmé alors qu’il assistait aux faits incriminés sans réagir. Alors que trois mois de prison avec sursis avaient été requis à son encontre, il a été condamné à 3.000 euros d’amende. Le parquet avait en revanche demandé la relaxe pour l’employé qui avait dénoncé les faits et s’était retrouvé sur le banc des prévenus après avoir été dénoncé par l’une des éducatrices qui l’avait accusé d’avoir lui aussi commis des violences sur les enfants. Le tribunal a suivi le parquet. Six familles de pensionnaires de l’IME s’étaient constituées parties civiles.

Nord Eclair - 02/04/13

21:26 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Des étrangers achètent des villages abandonnés en Espagne

 

 
2.04.2013, 18:38, heure de Moscou
Imprimer l'article Recommander à un ami Ajouter au blog

Испания заброшенная деревня Пикус-де-Европа

 
© Flickr.com/OneEighteen/cc-by-nc

Selon l'Institut national des statistiques, 90 % des acheteurs des villages espagnols abandonnés (plus de 3 000 à l'heure actuelle) sont des étrangers.

Cette nouvelle tendance sur le marché immobilier espagnol a été communiquée par le quotidien El Mundo : ces derniers mois, des Britanniques, Allemands, Belges et Norvégiens sont les principaux clients des agences immobilières s'occupant des villages abandonnés. La part des Espagnols dans ces achats a baissé de 50 % à 10 % depuis l'année dernière.

La Voix de la Russie

20:53 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Marine Le Pen lance un appel aux peuples d'Europe

sans-titre.png carte Europe.png

sans-titre.png MLP.png

Chypre est l’amère goutte d’eau qui fait déborder le vase de la colère des peuples d’Europe. Cette colère, elle est légitime. Je souhaite la transformer en espérance, et en force pour le changement.
A cet effet, je lance aujourd’hui, depuis Paris, un appel aux peuples d’Europe que je vous lis. Il sera traduit dans les principales langues européennes dans les prochains jours :

« Amis d’Europe,

Il est des moments dans l’Histoire où, plongés dans les ténèbres, les peuples voient poindre la lumière à l’horizon. Une petite lumière, d’abord incertaine, vacillante, fragile, mais qui au fur et à mesure grandit, se vivifie, allume les cœurs et les esprits, nourrie de l’espérance que fondent en elle les peuples et les nations.

Nous sommes à l’un de ces moments de l’Histoire. Les ténèbres ont envahi notre continent, nos chers et vieux pays. Ces ténèbres prennent la forme du chômage de masse, de la pauvreté, du délitement des identités nationales, de la désespérance et, au final, d’un cruel sentiment d’abandon.

Des décennies de mensonges ont peu à peu transformé la belle idée européenne en un monstre froid, bouffi d’orgueil et de mépris pour les démocraties et les souverainetés. Un monstre tapi à Bruxelles, prêt à sacrifier les peuples, leur prospérité, leur culture, leur fierté et l’avenir de leurs enfants, au nom de dogmes devenus année après année aussi sacrés que le sont les dogmes religieux.

Oui, chers amis d’Europe, on nous a souvent menti. On nous a souvent trompés. L’Union européenne est entraînée dans une dérive sans fin pour tenter de se sauver elle-même, à tout prix. Dérive fédérale, financière et ultralibérale, vers un projet sans frontières, sans nations et sans peuples. Un projet au bénéfice exclusif d’une petite minorité toujours plus restreinte.

Enfin, et c’est le plus triste, un projet porté par ceux-là même qui ont reçu des peuples mandat pour les défendre et les protéger. Un projet porté en France indistinctement par la droite et par la gauche. La responsabilité de ces hommes politiques devant l’Histoire est immense; et ils ne paieront probablement jamais la somme désastreuse de leurs forfaits.

Mais un projet aujourd’hui aux abois, en voie d’affaiblissement, qui réagit par le durcissement et la violence parce qu’il se sent terminé.

On nous avait vendu la paix, et beaucoup ont cru au projet européen parce qu’il mettait fin à la guerre entre les peuples d’Europe. Belle idée, certes. Mais c’est désormais vers la haine, vers la guerre, que nous conduit l’Union européenne, en attisant les tensions, le ressentiment et les rancœurs entre les nations.

Dans sa chute, cette Union européenne a déjà entraîné trop de nos pays : la Grèce, le Portugal, l’Irlande, Chypre, l’Espagne, l’Italie… D’autres nations sont en train de sombrer, demain la Slovénie s’écroulera. La mienne, la France, prend maintenant la voie empruntée par les premières, elle les rattrape à grands pas sur ce chemin de la nuit des peuples.

Partout une forme d’esclavage ressurgit à travers les terrifiantes politiques d’hyper austérité. Elles saignent les peuples, sans but ni résultat. Les uns paient, s’endettent, les autres sont étranglés, voient leurs salaires et leurs retraites chuter, alors que le vautour de Bruxelles lorgne désormais ouvertement sur l’épargne parfois accumulée tout au long d’une vie de travail.

Les jeunes de nos pays le crient : « vos erreurs sont notre avenir ! ». A travers cet appel que je vous lance, amis d’Europe, c’est à nos jeunes que je veux répondre. Je veux pour nos fils et pour nos filles d’Europe un avenir.

Nos nations sont riches de leurs talents, de leurs histoires et de leurs cultures. Nous n’avons pas le droit de baisser les bras, Chypre n’est pas une fatalité. Nous avons au contraire le devoir d’être fidèles à ce que nous sommes : le berceau de brillantes civilisations qui ont changé la face du monde. Les peuples d’Europe, plus que tous les autres, ont façonné le visage du monde, ont produit dans leur aventure millénaire, des trésors qui peuvent servir toute l’humanité. Ces génies nationaux doivent continuer de vivre.

 

Peuples d’Europe, unissez-vous dans le combat pour la liberté.

J’ai solennellement demandé au président de la République française un référendum en janvier 2014 sur la fin de l’Union européenne par la sortie de la France. Portez le même message dans vos pays. Bousculez vos gouvernements. Bousculez l’oligarchie bruxelloise. Ne laissez pas les ennemis des peuples seuls maîtres du jeu.

En tant que peuples, vous êtes les seuls souverains. N’oubliez jamais cela. Tout tient de vous, tout doit naître de votre volonté.

La raison doit triompher des ténèbres de l’idéologie mortifère de l’Union européenne.

Elle imposera la réalité de ce que sont les nations, souveraines, libres et amies. Elle remettra les peuples au centre du jeu par le retour de la démocratie véritable. Elle permettra un monde plus juste, un monde meilleur, où le petit ne sera pas forcément écrasé par le gros, où l’immigration ne sera pas utilisée pour faire baisser les salaires, où la banque ne sera plus le monarque absolu, de droit divin…

Peuples d’Europe, demandez partout dans vos nations des référendums sur l’Union européenne. Détournez-vous de tous ceux qui ont une responsabilité dans cette construction européenne totalitaire.

Unissez-vous pour rebâtir votre industrie, pour retrouver votre prospérité, pour imposer la création de richesses plutôt que le partage de la pénurie.

Faites respecter votre identité de peuple, soyez en fiers, et n’acceptez pas de vous faire voler vos frontières, vos traditions et parfois même votre langue.

Il est des moments de l’Histoire où des hommes et des femmes doivent se lever pour montrer aux peuples un autre chemin. Je le fais aujourd’hui par amour de mon peuple et de mon pays, et parce que j’ai pour vous, amis d’Europe, une sincère et profonde amitié.

Chacun trouvera dans son propre génie national les ressources de son redressement.

Si je ne veux plus de cette Union européenne, c’est justement parce que je veux les nations : je veux l’Italie, je veux l’Espagne, je veux l’Allemagne, je veux la Suède, je veux le Portugal, je veux la Pologne, je veux toutes les nations, je veux la France, et je veux un avenir pour chaque peuple !

Je multiplierai dans les mois qui viennent les initiatives afin de porter dans les différents pays européens cet espoir de changement et rencontrer les acteurs susceptibles de participer à la reconstruction nécessaire d’un avenir européen. »

NdB: Que cet appel magnifique et poignant soit entendu!

20:45 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)

Jérôme Cahuzac avoue avoir un compte à étranger et demnde pardon à Hollande pour avoir menti

sans-titre.png Cahuzac.png

 

PARIS (Reuters) – Jérôme Cahuzac a avoué mardi détenir un compte bancaire à l’étranger depuis environ 20 ans, ce qu’il avait toujours nié jusqu’ici, et demandé « pardon » à François Hollande, au gouvernement et à l’Assemblée nationale pour avoir menti.

Les aveux de l’ancien ministre du Budget, qui a été contraint à la démission il y a deux semaines après l’ouverture d’une information judiciaire sur ce compte à l’époque encore présumé, ont provoqué un choc dans la classe politique.

François Hollande qui, comme le gouvernement, avait maintenu sa confiance à l’un des membres les plus importants de son équipe sur la foi des dénégations de Jérôme Cahuzac, a pris acte « avec grande sévérité » de ces aveux.

« En niant l’existence de ce compte devant les plus hautes autorités du pays ainsi que devant la représentation nationale, il a commis une impardonnable faute morale. Pour un responsable politique, deux vertus s’imposent : l’exemplarité et la vérité », a déclaré le président français dans un communiqué.

Jérôme Cahuzac a confirmé mardi l’existence de ce compte lors d’une entrevue, à sa demande, avec les juges d’instruction Roger Le Loire et Renaud Van Ruymbeke, qui l’ont mis en examen pour blanchiment de fraude fiscale, selon son avocat Jean Veil.

« Je les ai informés de ce que j’avais d’ores et déjà donné les instructions nécessaires pour que l’intégralité des actifs déposés sur ce compte, qui n’a pas été abondé depuis une douzaine d’années, soit environ 600.000 euros, soient rapatriés sur mon compte bancaire à Paris », dit Jérôme Cahuzac sur son blog.

« A M. le président de la République, au Premier ministre, à mes anciens collègues du gouvernement, je demande pardon du dommage que je leur ai causé », ajoute-t-il. « J’ai été pris dans une spirale du mensonge et m’y suis fourvoyé. Je suis dévasté par le remords. »

LA SUISSE, PUIS SINGAPOUR ?

L’affaire avait été révélée par Mediapart en décembre 2012 et Jérôme Cahuzac avait immédiatement répliqué par une plainte en diffamation contre le site d’informations sur internet.

Le ministre avait nié en conseil des ministres et devant l’Assemblée avoir jamais détenu un compte à l’étranger.

« Je n’ai pas, je n’ai jamais eu de comptes à l’étranger ni maintenant, ni avant », avait-il dit le 5 décembre devant les députés et même l’opposition de droite l’avait épargné.

Jérôme Cahuzac a pris l’initiative de demander un rendez-vous aux deux magistrats du pôle financier du Tribunal de grande instance (TGI) de Paris, Roger Le Loire, doyen du pôle financier, et Renaud Van Ruymbeke, qui avaient été désignés le 20 mars pour enquêter sur cette affaire après l’ouverture d’une information judiciaire.

Le Canard enchaîné affirme que des transferts pour un million d’euros auraient été réalisés vers un compte suisse à la banque UBS dans les années 1990. Ce compte aurait été dans un premier temps fermé et son contenu transféré vers un compte domicilié dans une autre banque suisse, Reyl & Cie.

Ce dernier aurait été à son tour fermé en 2010 et son contenu viré sur un compte de la succursale de Reyl & Cie à Singapour, sur lequel il resterait environ 500.000 euros.

L’Elysée a dit n’avoir pas été mis au courant des intentions de Jérôme Cahuzac de passer aux aveux.

Un témoin auditionné pendant l’enquête préliminaire de police a indiqué que les sommes versées sur le compte suisse proviendraient de laboratoires pharmaceutiques avant le début de sa carrière politique, alors qu’il était chirurgien, a rapporté le parquet de Paris.

« MONTÉE DES EXTRÉMISMES »

Une information judiciaire contre X visant l’ancien ministre du Budget avait été ouverte pour blanchiment de fraude fiscale, mais aussi perception par un membre d’une profession médicale d'avantages procurés par une entreprise dont les services ou les produits sont pris en charge par la sécurité sociale, blanchiment et recel de ce délit.

Après son audition de mardi, Roger Le Loire et Renaud Van Ruymbeke l’ont mis en examen pour blanchiment de fraude fiscale.

L’information a fait l’effet d’une bombe dans le monde politique, et d’abord à l’Assemblée nationale, où de nombreux députés ont réclamé sa démission du Palais Bourbon.

« Je suis effaré, c’est un choc, un véritable choc », a déclaré le député PS Razzy Hammadi. « Notamment pour l’image que peuvent avoir de nous nos concitoyens. C’est dur, c’est rude ».

Pour le député UMP Philippe Gossselin, « c’est un discrédit complet, discrédit et déshonneur ».

« Mentir à la justice de son pays, mentir au président de la République qui soi-disant voulait une République irréprochable, mentir à la représentation nationale… », a-t-il ajouté. « Donc je crois que Jérôme Cahuzac n’a rien à faire dans ces lieux, il ne doit pas revenir à l’Assemblée nationale. »

Charles de Courson, député UDI (centriste) a souligné que cette affaire risquait de « faire monter tous les extrémistes de ce pays qui disent ‘tous pourris’. »

Yves Clarisse, avec Emmanuel Jarry, Marine Pennetier et Nicolas Bertin, édité par Patrick Vignal

BOULEVARD VOLTAIRE - 02/04/13

19:32 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)

01/04/2013

Bertinotti: "Les couples homosexuels pourront se marier cet été"

sans-titre.png Bertinotti.png

Avant le début de l'examen du projet de loi du mariage homosexuel, jeudi au Sénat, la ministre déléguée à la Famille Dominique Bertinotti se félicite de la "sagesse" des sénateurs.

 

Le débat qui s’ouvre au Sénat sera-t-il comparable à celui de l’Assemblée ?

Il y aura des points de convergences mais aussi des éléments spécifiques au Sénat. Je pense que l’UMP utilisera les mêmes grandes thématiques : hostilité au mariage des couples de même sexe avec la défense de l’union civile mais aussi le débat autour de la question «droits de l’enfant ou droit à l’enfant». Sur le fond, il n’y aura donc pas de nouveauté.

La grande différence c’est qu’il n’y a pas 5 000 amendements comme à l’Assemblée, mais seulement 266.

 

A quoi attribuez-vous ce changement ?

Après le grand débat, on ne peut plus approfondi de l’Assemblée, refaire le même au Sénat aurait donné un sentiment de redite qui finirait par nuire à ses auteurs. Je salue aussi une certaine sagesse des sénateurs qui vont exprimer leur position sans obstruction.

 

Le texte final sera-t-il différent de celui adopté par les députés ?

Je ne pense pas qu’il sera identique, il a déjà été modifié par la commission des lois du Sénat et subira sans doute en séance d’autres modifications. Elles supposeront une seconde lecture à l’Assemblée.

 

Quand les premiers mariages homosexuels seront-ils célébrés ?

Je confirme le calendrier avancé par Christiane Taubira. Au Sénat, le débat s’ouvre jeudi jusqu’au 12 ou 13 avril puis le retour à l’Assemblée aura lieu entre le 20 et le 30 mai. Même dans l’hypothèse d’un recours au conseil constitutionnel, on peut considérer que ce sera réglé fin juin. Dès cet été, les couples homosexuels pourront se marier.

 

Vous ne faites aucune concession aux centaines de milliers de manifestants du 24 mars…

Si les parlementaires le décident, la promesse présidentielle –l’engagement 31- sera votée et appliquée. Il ne s’agit pas de faire comme s’il n’y avait pas ces manifestations ; nous sommes dans une démocratie et il est normal que des opinions diverses s’expriment, y compris dans la rue.

Mais je dis aux manifestants : ce n’est pas parce que vous n’avez pas la même vision de la famille que vous pouvez imposer un modèle familial unique d’autant que la société a intégré, de fait, une diversité des modèles familiaux.

 

N’êtes-vous pas gênée de devoir compter sur les voix de l’opposition pour faire adopter le texte au Sénat ?

Comme toutes les réformes de société, celle-ci dépasse les clivages politiques traditionnels. Souvenez-vous de la loi Veil sur l’interruption volontaire de grossesse ; elle est passée parce que la gauche l’a votée avec la droite. Je ne serais pas gênée si, cette fois, c’était l’inverse qui se produisait ; des sénateurs UDI et UMP ont annoncé qu’ils voteront cette loi.

 

Les écologistes proposeront un amendement pour inclure la procréation médicalement assistée (PMA) dans ce texte. Vous leur redites non ?

Le texte sur le mariage et l’adoption pour les couples de même sexe porte exclusivement sur ces deux points. Il n’y aura intégration d’aucun nouvel élément.

Sur la gestation pour autrui (GPA), le président de la République a rappelé jeudi son opposition très ferme : nous n’ouvrirons même pas le débat sur ce point. Quant à la PMA, qui pourrait éventuellement être examinée fin 2013, le Président souhaite intégrer d’abord l’avis que le comité consultatif national d’éthique (CCNE) rendra à l’automne.

 

Que répondez-vous à ceux qui disent que François Hollande a enterré la PMA ?

Il faut savoir lire le président de la République avec finesse. Il a dit qu’il respectera l’avis du CCNE et aujourd’hui, personne ne sait ce qu’il décidera.

Direct Matin - 01/04/13
 
NdB: Il n'existe pas de "diversité des modèles familiaux": c'est un mensonge. Il n'existe qu'un seul modèle familial, et cela depuis des milliers d'années: un père, une mère et des enfants issus de leur union. 
 
A noter que le mariage entre homosexuels fait partie des "consignes" données par l'Union européenne...
 
 
 

21:06 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)