Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/01/2013

Valérie Trierweiler et Valls annoncés à la soirée pro-mariage contre-nature

Lire l'article: http://www.leparisien.fr/societe/trierweiler-valls-et-val...

+VIDEO Frigide Barjot

22:08 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Marine Le Pen : "Les Français pensent comme nous ! "

sans-titre.png marine LP.png

La présidente du FN s'est félicitée, vendredi soir, du "bond spectaculaire" des idées du parti d'extrême-droite. Elle a ainsi pris en exemple un sondage selon lequel, entre autres, 70% des Français estiment qu'il a "trop d'étrangers" en France.

Elle a accueilli les résultats de ce sondage de manière très positive. Marine Le Pen s'est réjouie, vendredi soir, de l'enquête publiée la veille dans Le Monde, montrant une crispation de la société française, une forte défiance vis-à-vis de la classe politique et une demande plus forte d'autorité. "Tous les jours nous apportent la démonstration que le niveau de corruption nous place probablement dans les 10 premiers pays les plus corrompus du monde", a assuré la présidente du FN, énumérant les affaires qui ont mis en cause des politiques (affaire Tapie, DSK, Karachi...), devant environ 200 sympathisants, à Boulogne-Billancourt, dans les Hauts-de-Seine. Selon le classement 2012 de l'ONG Transparency International, la France se situe au 22e rang des pays perçus comme les moins corrompus, sur 176.

"Et après, Le Monde s'étonne de la défiance" illustrée par ce sondage Ipsos paru dans le quotidien, a-t-elle ajouté. Une enquête dont elle a martelé les chiffres, 61% des Français perçoivent la mondialisation comme "une menace", 62% jugent les politiques "corrompus", 70% qu'"il y a trop d'étrangers en France" et 74% que l'islam n'est "pas compatible avec les valeurs de la société française". Enfin, 87% sont globalement d'accord avec l'idée qu'"on a besoin d'un vrai chef en France pour remettre de l'ordre".

Objectif : municipales 2014

"Cette étude, elle dit quoi? Elle dit que les Français pensent comme nous", a souligné la présidente du FN, parlant d'un "bond spectaculaire" de "nos idées". Dans ce contexte, Marine Le Pen a encouragé ses sympathisants à s'engager davantage, avec les municipales de mars 2014 en ligne de mire. "Une des grandes missions qui est la nôtre, c'est de convaincre les abstentionnistes (...) vous ne devez plus être des spectateurs, vous devez être des acteurs", a-t-elle lancé.

"Les Français, nous devons leur donner des preuves: des preuves de nos compétences", "de notre éthique", "de nos convictions". Et pour cela, "il faut avoir des maires", a-t-elle insisté. Peu avant, le patron de la fédération FN des Hauts-de-Seine, Rémi Carillon, avait lancé le même message. "Il y a 36 communes dans les Hauts-de-Seine, ça fait 1.456 candidats" (pour avoir des listes dans toutes les villes). Ici nous sommes moins de 200, ça représente 4 listes", a-t-il prévenu. "Si nous ne sommes pas présents (aux municipales), il y a peu de chances qu'on fasse mieux que ces 18% à la présidentielle" en 2017, a-t-il ajouté, après avoir demandé aux journalistes de ne pas photographier les sympathisants

21:57 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Les anti-mariage gay sont des antisémites !

Le milliardaire socialiste et militant homosexuel Pierre Bergé (entre autres propriétaire du magazine pornographique inverti Têtu qui souille nos rues) franchit le pas avec une belle assurance.
Complaisamment invité par Ruth Elkrieff, Pierre Bergé explique sérieusement qu’il y a un fonds antisémite derrière les manifestations de défense du vrai mariage :

Attention, le premier qui rira sera antisémite !

Tant que les braves gens croiront que les mots « antisémite », « raciste » et « homophobe » veulent dire quelque chose, la gauche, suivie docilement par la droite, continuera de faire la pluie et le beau temps.

Contre-info.com - 26/01/13

NdB: Copé serait-il antisémite?

21:31 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (12)

Robespierre, bourreau de la Vendée

26 janvier 2013

Il s’agit de l’émission de Franck Ferrand, L’ombre d’un doute, diffusée le 23 janvier sur France 3, et intitulée cette fois-ci : Robespierre, bourreau de la Vendée.
Il faut reconnaître que le sujet est abordé honnêtement , avec impartialité et objectivité. Parmi les historiens qui interviennent, on reconnaîtra Reynald Secher, qui a manifesté l’existence d’un Génocide en Vendée en publiant sa thèse Le génocide franco-français Vendée-Vengée (livres ici), ou encore Stéphane Courtois, auteur du Livre noir du communisme. Tous deux ont contribué à la rédaction du Livre noir de la Révolution française. L’émission met en évidence l’extermination planifiée de la population vendéenne fidèle à son Roi et à la Foi de ses pères.

Contre-info.com

La république est née dans le sang, elle mourra dans le sang

21:16 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Journal de Bord n° 304 de Jean-Marie Le Pen

20:31 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Marine Le Pen invitée de 'La Matinale" sur Canal+ - 25/01/13

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo

20:24 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Russie: la Douma vote contre la propagance homosexuelle - Des militants gays passé à tabac au cours d'altercations

Une loi contre la propagande homosexuelle a été adoptée en première lecture vendredi par la chambre basse du Parlement. La quasi-totalité des débutés de la Douma ont adopté ce texte qui instaure des amendes allant jusqu‘à 150 euros pour une personne physique, et 12 500 euros pour une entité juridique.

Les défenseurs de cette loi insistent sur la nécessité de protéger les mineurs des conséquences de l’homosexualité. Mais certains députés craignent que l’initiative parlementaire soit contre-productive : “C’est encore plus dangereux d’interdire car à travers tous ces débats la propagande homosexuelle va se poursuivre”, a lancé Vladimir Zhirinovsky, le leader du Parti libéral démocrate.

Les militants de la cause gay dénoncent une loi homophobe. Ils en veulent pour preuve sa formulation ambigüe. “La loi ne définit absolument pas ce qu’est la propagande homosexuelle”, souligne une journaliste russe. “Dans cette loi, tout ce qui compare les valeurs traditionnelles aux relations non-orthodoxes peut être est considéré comme de la propagande homosexuelle.”

En marge du vote de la Douma, des affrontements ont de nouveau opposé des militants orthodoxes aux défenseurs de la cause gay. Une vingtaine d’entre eux ont été arrêtes au motif que leur rassemblement n‘était pas autorisé.

 

Plus d'actualités sur : , ,

Copyright © 2013 euronews

 

20:12 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Mariage gay: Airault espère une "forte mobilisation", premiers cortèges en province

sans-titre.png homos.png

Alors que des dizaines de milliers de personnes ont manifesté, notamment à Lyon et Montpellier, samedi, le Premier ministre a invité "ceux qui sont pour" à "le dire" lors du rassemblement prévu à Paris dimanche. Au même moment, Frigide Barjot était dans la banlieue lyonnaise.

"Mieux vaut un mariage gay qu'un mariage triste", "Dieu est amour, alors écoutons-le", "En Espagne depuis 2005", "J'ai été élevé par des homos. Je vais bien merci" ou encore "C'est l'amour qui fonde les familles". De Lyon à Montpellier, les slogans étaient sensiblement les mêmes. A la veille d'un grand rassemblement à Paris, les partisans du mariage gay ont manifesté dans plusieurs villes de province samedi. A Lyon, ils étaient 11.000 selon la préfecture, 20.000 selon les organisateurs. A Montpellier, ils étaient 2100 selon la préfecture, 6000 selon les organisateurs.

Présente dans le cortège montpelliérain, la maire PS Hélène Mandroux, qui doit célébrer "entre mars et mai" le premier mariage entre deux homosexuels en France, a lancé aux manifestants : "Vous représentez la France qui avance". "Pour être bien dans sa société, il faut être reconnu. A travers cette loi, on réconcilie tout le monde", a-t-elle ajouté. Interrogée sur les dangers prétendus de l'homoparentalité, Mme Mandroux, médecin de profession, a répondu qu'il ne fallait pas onfondre "la biologie et l'amour dans une famille". "Les repères, les enfants les ont dans leur famille au sens large, à l'école, dans la société, la rue, dans la vie quoi !", a-t-elle conclu.

Ayrault : "Ceux qui sont "pour" doivent le dire. Pas seulement ceux qui sont "contre""

Dans le Rhône, David Sauvestre, président de la "lesbian and gay pride" lyonnaise, l'un des organisateurs de la marche, s'est félicité du succès du rassemblement, indiquant qu'il s'agissait de "la plus grosse manifestation de la région" en soutien au mariage pour tous. Et les partisans du mariage gay ont également pu compter sur l'appui du Premier ministre, en déplacement au Chili. "J'espère qu'il y aura une forte mobilisation", a déclaré Jean-Marc Ayrault à propos du rassemblement de dimanche. "Ceux qui sont "pour" doivent le dire. Pas seulement ceux qui sont "contre"", a-t-il ajouté. Que l'Assemblée nationale, qui va examiner le projet à partir de mardi, soit "appuyée par des mouvements d'opinion, tant mieux", a-t-il , rappelant qu'in fine, "c'est le Parlement qui va se prononcer". Il a dit n'avoir "aucun doute sur l'issue" de ce texte, avec une "loi (qui) sera votée et même à une large majorité".

Mais les opposants au mariage pour tous n'étaient pas en reste. Reçue brièvement la veille par François Hollande, Frigide Barjot était à Vaux-en-Velin, dans la banlieue de Lyon. "On va gagner!", a-t-elle lancé, vêtue d'un débardeur rose fluo barré du slogan: "Les Français parlent au François", devant près de 200 personnes lors des "Etats généraux de l'enfance", organisés par l'association lyonnaise "Cosette et Gavroche", qui promeut "le droit des enfants à être élevés par un père et une mère". La militante a estimé que le président de la République "ne veut pas faire ça", en évoquant l'autorisation du mariage homosexuel.

19:49 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

La joggeuse "se serait débattue" avant d'être tuée à l'arme blanche

Permalien vidéo: http://lci.tf1.fr/france/faits-divers/joggeuse-tuee-a-nim...

 

Les premiers résultats confirment un meurtre "à l'arme blanche" de la joggeuse de 33 ans.

 

L'INFO. Une femme de 34 ans a été tuée jeudi alors qu'elle faisait son jogging à Nîmes. Son corps a été retrouvé dans la soirée de jeudi, sur un chemin communal peu fréquenté. Les premiers résultats de l’autopsie confirment un meurtre "à l'arme blanche", a fait savoir samedi le parquet de Nîmes. Un appel à témoin a été lancé vendredi soir.


Son compagnon a donné l'alerte. L'école, où sont scolarisés les enfants de la victime, a alerté son compagnon car la jeune femme ne s'était pas présentée à la sortie des classes. Inquiet, l'homme a alors signalé la disparition. Rapidement, les enquêteurs se sont aperçus que la mère de famille n'était pas rentrée chez elle. Cette femme au foyer d'origine tunisienne faisait régulièrement des joggings l'après-midi, notamment dans ce quartier où elle résidait.

 

Un corps à moitié dénudé. D'importants moyens humains et techniques ont alors été déployés pour tenter de la retrouver. Finalement, ce n'est que vers 22 heures qu'un chien de la brigade cynophile a découvert le cadavre de la joggeuse. La femme a été retrouvée sans vie, à demi dénudée, sur le chemin des Sangliers dans le secteur de Courbessac, un paisible quartier résidentiel de Nîmes, derrière le cimetière, au pied de la garrigue, à quelques centaines de mètres de l'école de police et du centre de rétention.

 

Joggeuse tuée : l'autopsie a parlé

 

© NATHALIE CHEVANCE/EUROPE 1

 

Une grande violence


La victime a été "massacrée" avec notamment des coups sur le visage et sur le cou. Des traces diverses "d'arme blanche, entre autres", ont été retrouvées sur son corps, a précisé la procureure de la République, Laure Beccuau. Les enquêteurs ont retrouvé deux pierres ainsi qu'une lame de cutter, portant des traces de sang, à proximité du corps. Il pourrait s'agir des possibles armes du crime.

 

Où en est l'enquête ?

L'enquête a été confiée au SRPJ de Montpellier qui a entamé des investigations visant l'entourage familial, ainsi que le voisinage, avec étude de la téléphonie et de la vidéo. De nombreux prélèvements ont aussi été effectués. Les policiers se sont également déjà penchés sur le fichier des délinquants sexuels


"Selon l'autopsie, on ne peut pas parler de viol, mais d'agression sexuelle. La victime se serait débattue et l'agresseur n'aurait pas pu parvenir à ses fins", a détaillé une source judiciaire commentant les premiers résultats de l'examen médico-légal.. Une chose est sûre, l'agresseur n'a pas eu peur de frapper, alors que l'école nationale de police est toute proche. Une enquête a été ouverte par le parquet.

 

Un appel à témoin

 

La police judiciaire de Montpellier a lancé vendredi un appel à témoin. Les personnes ayant des informations à transmettre aux enquêteurs sont invitées à téléphoner au 04.67.99.35.97. Suite cet appel, plusieurs témoignages ont été reçus par les enquêteurs qui en vérifient la cohérence, "car des choses signalées sont infondées ou n'ont rien à voir avec l'affaire", a indiqué une source proche de l'enquête. La police a mis hors de cause le compagnon de la victime âgé de 41 ans qui avait signalé sa disparition.

 

Europe1 - 26/01/13

 

 

 

19:31 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Twitter est sommé de révéler l'identité des auteurs de tweets antisémites

Par Marc Knobel, Président de J’Accuse et chercheur au CRIF

 

La décision du Tribunal de Grande Instance de Paris vient de tomber : Twitter va devoir communiquer l’identité de certains de ses utilisateurs, accusés d’avoir publié des messages considérés comme racistes et antisémites. Retour sur cette affaire. Octobre 2012 : diffusion de tweets antisémites reprenant les mots-clés #unbonjuif et #unjuifmort. En moins de 15 mots, des internautes - qui profitent de l’anonymat de l’Internet - se lâchent, s’abreuvent, s’excitent les uns et les autres, se surpassent dans la débilité, la méchanceté et l’antisémitisme crasse.

« Si Twitter ne défère pas à ses obligations, nous devrons passer à l’étape suivante, préviennent Jonathan Hayoun et Marc Knobel. C’est-à-dire traduire en justice le président de Twitter afin d’engager sa responsabilité pénale pour non-respect d’une décision »

Exemples ?

-« À B D E L ‏@AbdelDouble : #UnBonJuif < === Ce hashtag pue l'antisémitisme ! À moins que ce soit l'odeur du gaz. »

-« Mamadou Lepen ^_^ @BlaackMajor #UnBonJuif doit être cuit à point. »

-« @Usama_BenLadeen#UnBonJuif est un juif mort. »

 

Le 18 octobre, un rendez-vous téléphonique est organisé entre San Francisco et Paris, avec l’avocat de l’UEJF et de l’association J’accuse, Maître Stéphane Lilti et le directeur des affaires publiques de Twitter en Europe, basé à Dublin, mais actuellement à San Francisco. Tweeter explique qu’elle a un protocole et qu’elle retirerait éventuellement un contenu sur demande de la police française ET injonction d’un juge américain. Cependant, le microblogging enlève les tweets litigieux, mais refuse de communiquer l'identité des auteurs des tweets. Par ailleurs, Twitter fait encore parler d'elle, avec d'autres tweets sous les mots clés #unbonnoir et, début janvier, #siJetaisNazi.

 

Finalement, l’UEJF et J’ACCUSE puis la LICRA et SOS Racisme assignent en référé le réseau social américain. Lors de la procédure, les demanderesses font savoir que la société de droit américain Twitter ne saurait se soustraire au respect de lois de police et de sûreté applicables à l’activité qu’elle déploie en France : l’exploitation du service de communication qu’elle édite et accessoirement le stockage de messages fournis par les destinataires de ces services. Elles précisent que la plateforme française de Twitter est destinée à SON public exclusivement français, comme en témoignent la langue utilisée et le choix des rubriques. D’autre part, Twitter recourt à des moyens de traitements matériels et immatériels situés sur le territoire français, à savoir sa filiale française, les P.C. des utilisateurs de ses services et les logiciels qui s’y trouvent implantés, permettant et organisant la collecte et le transfert des données.

 

Le 24 janvier 2013, le Tribunal de grande instance de Paris demande au réseau social Twitter de communiquer aux autorités compétentes les données permettant d'identifier les auteurs de tweets antisémites. Par ailleurs, le TGI lui ordonne de mettre en place dans le cadre de la plate-forme française du service Twitter un dispositif facilement accessible et visible permettant à toute personne de porter à sa connaissance des contenus illicites tombant sous le coup de l’apologie des crimes contre l’Humanité et de l’incitation à la haine raciale. Twitter a désormais 15 jours, après signification de l’ordonnance, pour exécuter la demande du juge, faute de quoi la compagnie sera soumise au paiement d’une astreinte de 1 000 euros par jour.

 

« Il s’agit d’une excellente décision […] qui proscrira à l’avenir, nous l’espérons, le sentiment d’impunité qui fait le lit de toutes les dérives », dit à la presse Me Stéphane Lilti. La Licra a salué, quand à elle « une avancée décisive dans le combat contre les infractions racistes, antisémites et homophobes sur Internet ». « Pleinement satisfait » de l’ordonnance rendue aujourd'hui par le TGI, le président de l’UEJF déclare pour sa part qu’il s’agit là d’un « pas historique pour l’ensemble du combat contre le racisme et l’antisémitisme ». Mais, « Si Twitter ne défère pas à ses obligations, nous devrons passer à l’étape suivante, préviennent Jonathan Hayoun et Marc Knobel. C’est-à-dire traduire en justice le président de Twitter afin d’engager sa responsabilité pénale pour non-respect d’une décision de justice.

 
Crif

02:25 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

CHIMULUS

sans-titre.png  Chimulus  2.png

sans-titre.png Chimulus 3.png

sans-titre.png Chimulus.png

01:38 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Déchaînement de haine antichrétienne au Kosovo : nouvelles profanations à l’explosif

oskrnavljeno_globljeV2.jpg kosovo.jpg

 

Vendredi 25/01/2013: :Communiqué

« Certainement les instants les plus douloureux depuis les pogroms anti-chrétiens de 2004 ».
C’est par ces mots que l’évêque du Kosovo-Métochie, Monseigneur Théodose, illustre la profonde émotion dans laquelle est muée la communauté serbe de cette région aux lendemains de nouvelles séries de profanations de tombes orthodoxes dont certaines à l’explosif.

Chaque soir depuis deux semaines, les cimetières chrétiens du Kosovo-Métochie deviennent les théâtres d’attaques consternantes et indignes traduisant la folie de leurs auteurs et toute la haine antichrétienne qui se déchaîne dans cette province d’Europe.

Comme en témoignent des centaines d’autres cimetières serbes en ruines au Kosovo-Métochie, cette « guerre » contre les morts a débuté depuis de nombreuses années déjà.

Face à la répétition de ces actes de barbarie, au sentiment de douleur qui traverse les Serbes du Kosovo s’ajoute celui de la colère face à l’impunité de leurs auteurs. Au-delà des condamnations de circonstance exprimées par la communauté internationale et les institutions du Kosovo, les responsables de ces attaques ne seront probablement jamais inquiétés ni identifiés à l’instar de ces quinze dernières années. Cette impunité manifeste mêlée à une absence totale de politique dissuasive signe un appel à la récidive.

Dans son communiqué officiel, le diocèse de Raska-Prizren exprime tout l’émoi de la communauté orthodoxe en soulignant que «cet acte de barbarie extrême témoigne malheureusement qu’aujourd’hui ce ne sont pas seulement les Serbes restés au Kosovo qui souffrent, mais que leurs parents défunts eux-mêmes n’y trouvent pas la paix. […] Ces images constituent un témoignage vivant aux yeux du monde civilisé du fait que le Kosovo-Métochie est de nos jours la seule partie du continent européen où même les morts ne peuvent reposer en paix. »

Solidarité Kosovo

01:20 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Niger: des forces spéciales pour protéger les mines d'uranium d'Areva ?

sans-titre.png uranium niger.png

Après le déclenchement de l'intervention française au Mali et la prise d'otages en Algérie, des commandos français vont-ils être envoyés au Niger pour protéger les mines d'uranium d'Areva ? C'est ce qu'affirme lepoint.fr, selon qui le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian a donné son accord "en début de semaine".

"Dans un délai très rapide, le COS (commandement des forces spéciales) viendra renforcer la sécurité des principaux sites (...) au Niger, à Imouraren, ainsi qu'à 80 kilomètres de là à Arlit, où cinq des actuels otages français du Sahel avaient été capturés", écrit le journaliste Jean Guisnel. Il précise que "jusqu'à présent, les forces spéciales françaises ne participaient pas directement à la sécurité d'intérêts privés".

Le président d'Areva, Luc Oursel, a simplement répondu sur BFM Business que le groupe nucléaire français avait renforcé ses mesures de sécurité au Niger. "Nous sommes amenés à renforcer nos mesures de sécurité (...) pour tenir compte de cette situation", a dit Oursel. Il a refusé de confirmer ou non les informations du Point : "Sur tous ce sujets de sécurité, vous comprenez bien qu'une partie de l'efficacité c'est évidemment la confidentialité".

Francetv info - 25/01/13

 

01:09 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Florence Cassez reçue à l'Elysée - 25/01/13

00:52 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (13)

25/01/2013

Florence Cassez, ce n'est pas Jeanne d'Arc non plus !

sans-titre.png Florence cassez.png

Bon, c’est la fête. On avait oublié de vous dire, Jeanne d’Arc n’est pas morte brulée à Rouen, mais vient d’être libérée du Mexique. Et accueillie en quasi chef d’État, ce jeudi, par Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères qui semble, là, être assez étranger aux affaires de la France.

D’accord, soixante années de prison pour Florence Cassez, c’était sûrement un peu trop. Il faut dire aussi qu’au Mexique, on ne l’avait pas arrêtée pour trafic de cigarettes. Elle partageait la vie d’un chef de gang qui lui, a pris quasi perpète pour enlèvement ; sans compter quelques autres présomptions de meurtres à mettre au crédit de son casier, un poil plus lourd que le panier de la ménagère de moins de cinquante ans.

Il parait aussi que la pauvre petite ne savait pas ce que son coquin faisait dans la vie. Évidemment… L’homme qui partageait celle de la défunte Lolo Ferrari était quant à lui persuadé de cohabiter avec une nonne. Tout comme un certain DSK, dans sa suite du Carlton lillois, voyant débarquer deux ou trois nénettes nues sous leurs manteaux de fourrure pour lui jouer du tirlipompon sous la couette, aurait pu jurer sur les Saintes écritures qu’elles étaient bénévoles de l’Armée du Salut.

On ajoutera ensuite que notre « otage » est revenue, pour reprendre la sémantique en vogue dans les médias. Mais « otage » de qui et de quoi ? L’information tourne en boucle sur les paraboles. Mais quel rapport, « en attendant qu’elle se reconstruise », pour reprendre l’involontaire humour de Laurent Fabius, avec ces journalistes de terrain qui eux, mettent leurs idées ou leur métier au bout de leur peau. Allez, comptons large, même Ingrid Betancourt, autre idole du showbiz qui, elle au moins, prit des risques avant de se faire attraper par les FARC colombiennes. Mais Florence Cassez ?

À en croire ce que l’on voit dans le poste, elle a plutôt bonne mine, au propre comme au figuré, la petite Florence. Comme quoi le Mexique n’est pas forcément la Turquie. Ou, tout au moins l’idée qu’on s’en fait à travers des films tels que Midnight Express.

La presse mexicaine, assez peu citée en nos contrées, et c’est bien dommage, ne semble pas donner dans le panneau. « Libre mais pas innocente » pour La Razén. « Indignation des victimes, libération de Cassez » pour El Sol de Acapulco. « L’indignation du pays » pour Tabasco Hoy, équivalent d’un truc local, à mi-chemin entre Le Monde et Voici. Pour résumer, nous la voulions et ils nous l’ont rendue. Et voici l’ambiance politique ainsi décrite.

Car c’est également de politique dont il s’agit : la subite libération de Florence Cassez, nonobstant les indéniables errements des institutions mexicaines, justice et télé-réalité incluses, nous interrogent aussi quant à la manière dont Nicolas Sarkozy avait le douteux talent de vouloir tout résoudre en ce vaste monde, infirmières bulgares retenues en Libye comprises.

Tout d’abord, en prenant le Mexique pour un pays de couillons arriérés. Ce qui, après ses douteuses déclarations relatives à la justice mexicaine – venant de lui, la tortilla ne manque pas de sel, vu ce qui l’attend dans les prétoires –, est à mettre en regard de la diplomatie plus pateline de son successeur, moins agressive à l’évidence, mais en l’occurrence manifestement plus efficace.

À l’heure où ces lignes sont écrites, l’équivalente tropicale de madame Dodo la Saumure devrait donc être reçue sous les ors de la République à l’Élysée. Juste avant, juste après ou entre un autre rendez-vous avec Frigide Barjot, dont le seul crime aura été d’avoir mis plus d’un million de Français dans la rue. Non point pour avoir tenté de sauver l’avenir d’une fille un brin perdue, mais pour avoir seulement voulu assurer celui de l’institution familiale.

Entre ces deux causes, il n’y avait effectivement pas à barguigner. Et François Hollande a tranché.

Nicolas Gauthier, le 24 janvier 2013
 
BOULEVARD VOLTAIRE

21:23 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Yann Desjeux, otage français tué en Algérie, sera inhumé jeudi prochain à Bayonne

sans-titre.png Yann Desjeux.png

 desjeux.jpg

Les obsèques de Yann Desjeux (52 ans), l'otage français tué lors de l'assaut de l'armée algérienne contre les terroristes qui tenaient un site gazier du Sahara, seront célébrées jeudi à Bayonne,

Selon le général Etienne Leclère, président de l'association "Qui ose gagne", regroupant des anciens du 1er RPIMa dont Yann Desjeux faisait partie, "les obsèques auront lieu jeudi à 10h à l'Eglise Saint-André de Bayonne".

La dépouille de l'otage est arrivée hier (jeudi 24) à l'aéroport Roissy-Charles de Gaulle. Elle a été accueillie par la famille du défunt, lors d'une cérémonie intime à laquelle a assisté la ministre déléguée des Français de l'étranger, Hélène Conway-Mouret.

Une autopsie du corps va être pratiquée dans le cadre de l'enquête ouverte par le parquet de Paris pour "enlèvement suivi de mort en relation avec une entreprise terroriste".

Yann Desjeux, un ancien adjudant-chef du 1er Régiment de parachutistes de l'infanterie de marine de Bayonne, s'occupait de la logistique sur la base de vie du site gazier où a eu lieu la prise d'otages. Il avait ouvert depuis un an et demi un restaurant à Anglet (Pyrénées-Atlantiques).

Ouest-France - 25/01/13

NdB:  http://www.lejdd.fr/International/Afrique/Actualite/Temoi...

21:06 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Fermeture définitive des Intransigeants

 

El Cristero animateur du célèbre blog « les Intransigeants » nous fait parvenir ce communiqué :

Le combat continue …

La Paix de Jésus-Christ soit avec vous,

 

Nos lecteurs ont pu découvrir aujourd’hui 23 Janvier que Les Intransigeants étaient à nouveau fermés … Cette fois-ci, apparemment, c’est la bonne …

Nous prions nos lecteurs de ne pas s’inquiéter pour nous … Le combat continue … Cependant, pour l’instant, nous ne comptons pas relancer à court et à moyen terme Les Intransigeants … Nous allons à présent travailler au développement d’autres projets et nous espérons qu’ils seront, avec l’aide de Dieu, tout aussi fructueux …

Vous pouvez nous écrire un petit courriel de réconfort à l’adresse elcristero777 ( @ ) gmail (.) com … N’hésitez pas à l’accompagner d’une brève et courte présentation, cela fait toujours plaisir …

A bientôt pour de nouvelles aventures !

A bas la république ! Vive le Christ-Roi !

En Union de Prières,
Les Intransigeants

Contre-Info.com

20:15 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Twitter : retour aux z’heures-les-plus-sombres-de notre-histoire…

 

Après diffusion, en octobre, de tweets jugés antisémites, le réseau social Twitter avait été assigné en référé par l’Union des étudiants juifs de France et plusieurs autres associations. Hé bien, le Tribunal de grande instance de Paris vient d’ordonner hier à Twitter de communiquer les données permettant d’identifier les auteurs de messages racistes ou antisémites !

En un mot, la justice française incite à la délation, mieux, elle l’ordonne ! Le bien commun est-il en cause ? Non, évidemment. Cette mesure est donc frappée d’un caractère exclusivement idéologique qui la discrédite totalement : la loi est détournée, confisquée à des fins politiques !

Car tout le monde sait parfaitement que l’accusation de racisme est un élément de langage qui vise aujourd’hui à disqualifier un adversaire politique. Ni plus, ni moins. A telle enseigne que ce mot ne recouvre plus aucune réalité sérieuse, tant il a été galvaudé : sont ainsi racistes, par exemple, ceux qui s’opposent à l’islam et à la structure philosophico-politique qu’il incarne. Sauf que l’islam n’est pas une race, précisément. Ceux qui s’opposent au Christianisme et à son enseignement sont-il également racistes ? Porter un jugement de valeur sur la portée d’une religion, d’une philosophie ou d’une politique sociétale n’a évidemment aucune mesure avec un comportement raciste.

Disons-le, le racisme est sans doute aujourd’hui, dans le vocabulaire français, le concept le plus confus qui soit : il n’est donc pas étonnant qu’il soit l’instrument de toutes les manipulations intellectuelles et partisanes. Pour noyer son chien, ne faut-il pas d’abord l’accuser de la rage ?

Car le racisme, s’il doit être défini sérieusement, est une doctrine qui introduit une hiérarchie entre les races : certaines seraient alors – ontologiquement ?- supérieures à d’autres. Position qui n’est tenu par aucun courant de nos jours.

Nous revoilà donc revenus aux heures les plus sombres des procès staliniens : car c’est seulement à l’aune de la vulgate médiatico-politique que seront déterminés les comportements racistes. Qui donc ne consent pas à épouser les vues dictées par la doxa sera systématiquement soupçonné de dérapage. Odieuse arrogance d’un milieu qui, quoique concentrant tous les pouvoirs, ne représente pourtant guère plus que lui-même !

JdR

Contre-info.com

20:09 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

VIDEO - Florence Cassez: sa première nuit dans un palace parisien

Permalien: http://videos.tf1.fr/jt-13h/florence-cassez-une-premiere-...

25/01/13

 

18:52 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Qu'est devenu Israël Vallarta, l'ex-petit ami de Florence Cassez ?

sans-titre.png Israel  Vallarta.png

Emprisonné dans un établissement de haute sécurité, celui qui est considéré comme le chef du gang des Zodiacs attend toujours d'être jugé, sept ans après son arrestation.

"Je souhaite que justice soit faite pour mon ex-compagnon". Interrogée sur I-télé jeudi soir après son retour en France, Florence Cassez est revenue sur le sort de celui par qui rien ne serait peut-être arrivé pour elle.

Le 8 décembre 2005, le couple, qui s'était rencontré à l'été 2004, est déjà séparé. Mais Florence Cassez, qui a gardé des liens avec son ancien fiancé, se trouve dans le ranch d'Israël Vallarta pour récupérer des affaires. C'est à ce moment que la police mexicaine investit les lieux. Depuis, Florence Cassez a été jugée et condamnée trois fois pour complicité d'enlèvements avant d'être libérée mercredi sur décision de la Cour suprême mexicaine

Pas de date pour un procès

Rien de tout ça pour Israël Vallarta. Considéré par les autorités comme le chef du gang "Los Zodiacos", spécialisé dans les enlèvements, un fléau au Mexique, il est emprisonné dans un établissement de haute sécurité, en compagnie des narcotrafiquants les plus dangereux du pays. Placé à l'isolement, il reçoit très peu de visite et il est très difficile de communiquer avec lui, même pour ses proches.

Sur le plan de la procédure, il attend toujours d'être jugé. Aucune date pour un éventuel procès n'a d'ailleurs encore été fixée. Ses partisans affirment, qu'à l'instar de Florence Cassez, son dossier est vide et que son arrestation avait surtout permis à l'époque au gouvernement de montrer qu'il était ferme face aux kidnappeurs.

18:28 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)