Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/12/2012

Chacun prépare son réveillon

sans-titre.png  Dessin réveillon.png

 

20:46 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Hillary Clinton hospitalisée pour une thrombose

sans-titre.png Hillary Clinton.png

http://www.melty.fr/hillary-clinton-a-l-hopital-pour-une-...#

+ VIDEO  La danse d'Hillary Clinton en Afrique du Sud

 

 

20:04 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Voeux de Marine Le Pen pour l'année 2013

19:07 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Le SOS bouleversant d'un prisonnier chinois: les camps de travail forcé existent toujours en Chine communiste

sans-titre.png  lettre SOS chinois.png

Une Américaine a découvert une lettre d'un travailleur chinois dans un carton de décorations.

La lettre est restée cachée pendant un an. C'est en faisant la poussière que Julie Keith, une Américaine habitant l'Oregon, est tombée sur cette missive cachée dans un carton qu'elle n'avait jamais ouvert, contenant des décorations pour Halloween, entre deux tombes en polystyrène fabriquées en Chine, rapporte The Oregonian. L'auteur, anonyme, dit être un travailleur forcé dans un camp de Shenyang, au nord-est du pays.

"Monsieur, si vous achetez ce produit, envoyez s'il vous plaît cette lettre à l'Organisation mondiale pour les droits de l'Homme. Des milliers de personnes qui subissent ici les persécutions du gouvernement du Parti communiste chinois vous en remercieront et se souviendront de vous pour toujours", écrit ce travailleur anonyme, dont les phrases en anglais sont mêlées de caractères chinois.

1,20 euro de salaire mensuel

L'auteur, dont le sexe est inconnu, décrit ses conditions de travail, épouvantables. "Les personnes travaillent ici 15 heures par jour sans pause le samedi et le dimanche, et sans le moindre jour de repos", écrit-il, mentionnant des "tortures" et un salaire de 10 yuans par mois, soit environ 1,20 euro.

De nombreux travailleurs forcés sont des membres de la secte Falun Gong, la bête noire du gouvernement chinois, écrit encore l'auteur de la lettre. Ces personnes "innocentes" subissent selon lui "plus de sanctions que les autres".

Impossible de vérifier la véracité de la lettre

L'organisation Human Rights Watch, contactée par The Oregonian, se dit incapable de confirmer la véracité de ce document. "Les conditions de travail décrites dans la lettre correspondent à ce que nous savons des conditions dans les camps de rééducation par le travail", indique toutefois Sophie Richardson, la directrice de l'association pour la Chine.

Les autorités américaines ont lancé une enquête, puisque les distributeurs américains n'ont pas le droit de vendre des produits issus du travail forcé. Quant à Julie Keith, elle assure vérifier désormais les étiquettes de tout ce qu'elle achète, et évite autant que possible les articles fabriqués en Chine.

Europe1 - 31.12.12

NdB: Les atrocités du communisme continuent toujours en Chine et l'Occident est parfaitement au courant!

18:43 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Une femme de 60 ans sauvagement agressée dans un parking à Toulon

sans-titre.png  parking Toulon.png

La peur...  

 

Les grosses gouttes de sang séché sur le sol témoignent encore de la violence de l'agression. Mercredi 26 décembre, après sa journée de travail, la responsable du magasin de diététique Castel Chabre à Toulon, une femme d'une soixantaine d'années, s'est fait sauvagement agresser alors qu'elle récupérait sa voiture garée au premier niveau du parking souterrain de la Porte d'Italie.

 

«Elle était en train de déposer ses affaires dans sa voiture quand un type, un grand costaud, a surgi, lui a aspergé les yeux avec une bombe lacrymogène, avant de la rouer de coups au visage», raconte Jacqueline Chabre, la patronne de la victime.

 

Une agression gratuite puisque, toujours selon Mme. Chabre, son employée, «blessée à l'arcade sourcilière et au nez», ne s'est apparemment rien fait voler.

 

C'est le gardien du parking qui, alerté par les appels au secours de la victime, a prévenu les pompiers et la police.

 

En ce dernier week-end de l'année, il nous a malheureusement été impossible d'obtenir plus d'informations sur l'identité de la victime et son état de santé. Choquée par la violence de l'agression, Jacqueline Chabre a préféré rester discrète. Et a tout juste évoqué «le traumatisme psychologique» dont souffrait son employée.

 

En ces jours de fête, synonyme d'équipe restreinte, le personnel du parking souterrain de la Porte d'Italie n'a par ailleurs pas souhaité répondre à nos questions. Mais la rubalise, interdisant à toute voiture de se garer à l'emplacement où a eu lieu l'agression, était toujours en place hier midi (soit plus de deux jours après les faits).

 

Le système de vidéosurveillance, qui équipe le parking souterrain, permettra peut-être d'identifier l'auteur de l'attaque...

Var-Matin

00:22 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

30/12/2012

Polémique à Surgères (17) : fallait-il interdire la crèche vivante ?

 

La décision du maire de Surgères de supprimer la crèche surprend et la position des libres penseurs est critiquée

À Châtelaillon, la crèche vivante a lieu sur le domaine municipal et le maire, Jean-Louis Léonard, assume.

À Châtelaillon, la crèche vivante a lieu sur le domaine municipal et le maire, Jean-Louis Léonard, assume. (photo archives Pascal Couillaud)

 

«Je suis tombé sur le dos quand j'ai lu ça ! » En vacances dans le Jura, le maire de Châtelaillon, Jean-Louis Léonard, a été surpris, hier, de découvrir dans « Sud Ouest » la décision de son homologue surgérien, Philippe Guilloteau (1).

Ce dernier a en effet décidé, samedi dernier, d'annuler la crèche vivante dans sa commune, à la suite d'un courrier des libres penseurs de Charente-Maritime. Ces militants l'interpellaient sur l'organisation « d'un symbole catholique » dans un lieu communal : les halles de la ville.

Or, à Châtelaillon, cela fait six ans que le maire et le curé annoncent en même temps la crèche vivante, devenue un vrai événement dans cette commune, située au sud de La Rochelle. « Près de 500 personnes chaque soir et, plus encore, le dernier soir cette année », confirme le directeur de la station balnéaire, Jean-Christophe Mercorelli.

« Le curé ne bénit personne »

« Je vous assure que l'on n'a pas 500 personnes qui viennent prier et que le curé ne bénit personne », préfère en sourire Jean-Louis Léonard, assumant son choix. Il reconnaît avoir eu des courriers l'interpellant sur ce mélange des genres. « Je les ai envoyés paître », assure l'ancien député.

Un choix que n'a pas fait son collègue de Surgères « pour éviter la polémique », nous indiquait-il, avant-hier soir, et obtenant semblait-il le résultat inverse. Sur le site Internet, sudouest.fr, ce sujet était parmi les plus lus, et même le plus débattu, hier, par les internautes. Plus de 230 commentaires - très divisés - étaient même postés, la plupart était critique vis-à-vis de la Libre pensée, jugée trop « rigide ».

Pas de quoi rassurer le curé de Surgères, à l'origine de cette idée, qui appelait au calme. « Je respecte cette association des libres penseurs mais je regrette cette issue, observe-t-il simplement. Car cela provoque les extrêmes. »

« Impliquer les enfants »

La crèche vivante était « une proposition du conseil pastoral, visant à impliquer les enfants dans l'organisation de cette crèche », regrette le père Mickaël, arrivé à Surgères il y a trois ans. Près de 120 enfants, qui s'étaient retrouvés, vendredi soir, pour répéter, avaient été réunis par le catéchisme et l'aumônerie. « C'est d'abord dommage pour eux », raconte le prêtre, désireux, comme le maire, de ne pas polémiquer. Et l'homme d'Eglise de préférer se consoler avec le repas servi le lendemain aux plus pauvres et aux personnes isolées. « Une organisation œcuménique, un vrai Noël, assure le curé. Quand on organise ce genre de manifestation, on n'est pas là pour convertir le public. »

(1) Nous avons indiqué par erreur, hier, que Philippe Guilloteau est conseiller général. Or, il ne l'est plus depuis les dernières cantonales et l'élection de Marie-Pierre Brunet (PRG).

Sud-Ouest

23:57 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Pauvreté: les Grecs se chauffent au bois malgré les risques

http://fr.news.yahoo.com/video/pauvret%C3%A9-les-grecs-se... 

23:41 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Syrie: les troupes d'al-Assad contrôlent Homs

 
30.12.2012, 12:47, heure de Moscou
       

сирия хомс сирия война сирия разрушения

 
Photo: RIA Novosti

Les forces gouvernementales ont réussi à reprendre le contrôle de la ville de Homs en Syrie, après plusieurs jours de combats acharnés entre les forces de Bachar al-Assad et les troupes rebelles.

Les représentants de l'opposition syrienne affirment qu'au cours de l'assaut de la ville, les soldats d'Assad ont tué environ 200 personnes, dont des femmes et des enfants. L'information n'a pas été confirmée par les sources indépendantes.

La Voix de la Russie

23:07 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

53.000 policiers et gendarmes mobilisés pour la soirée de la Saint Sylvestre

 

Le gouvernement Hollande-Ayrault est obligé de déployer 53.000 policiers et gendarmes pour la soirée du 31 ! Malgré cela combien de voitures seront brûlées ?

L’année dernière, à la même époque, Claude Guéant, ministre sarkozyste de l’Intérieur, avait mobilisé au total « 60.000 policiers, gendarmes, sapeurs-pompiers et secouristes » pour la nuit du Nouvel an. « Seuls 8 membres des forces de l’ordre ont été légèrement blessés au cours de la nuit », précisait le communiqué de la Place Beauvau signé de Claude Guéant en ajoutant que « seulement 251 interpellations ont été nécessaires contre 501 en 2011, 405 en 2010 et 288 en 2009 ».

Pour cette année, combien de policiers et gendarmes seront blessés, combien de voitures brûlées, de dégradations de toutes sortes, d’agressions et de vols ?

NPI

22:57 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Le Journal de Syrie - 29 décembre 2012 - Le Front terroriste Nosra utilise des enfants dans les attentats terroristes

20:54 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Napoléon n'a pas été vaincu par les canons ou l'hiver russes mais par les poux et le typhus

sans-titre.png Napoléon.png

Sans les poux, les Russes n'auraient pas pu battre l'empereur français lors de la campagne de Russie de 1812.

Nos livres d'histoire nous ont appris que Napoléon, lors de son invasion de la Russie en 1812, avait marché sur Moscou avec une armée à peu près intacte et n'avait été forcé de battre en retraite que parce que les Moscovites avaient incendié les trois quarts de leur ville, privant ainsi son armée de nourriture et de vivres.

Le rude hiver russe aurait alors décimé l'armée en retraite. La victoire russe, commémorée par l'Ouverture 1812 de Tchaïkovski, resta dans les mémoires comme l'un des grands revers de l'histoire militaire.

Mais personne n'a reconnu la véritable grande "puissance" de cette guerre.

A Vilnius, en Lituanie, à l'hiver 2001, des ouvriers creusèrent des tranchées pour enfouir des lignes téléphoniques et démolirent les vieux baraquements soviétiques qui se dressaient là depuis des décennies. Un jour, un bulldozer déterra un objet blanc. Le conducteur descendit de sa machine et, à sa grande surprise, découvrit un crâne et des os humains. Un autre ouvrier raconta plus tard que «les choses ne cessaient de sortir du sol-il y en avait des milliers».

Huit ans plus tôt, une fosse contenant les dépouilles de 700 personnes assassinées par le Comité pour la sécurité de l'Etat, ou KGB, avait été mise au jour. Etait-ce l'un de ces endroits secrets où le KGB disposait de ses victimes? Ou bien l'une des fosses communes où des Juifs avaient été massacrés en masse par les nazis?

Quand les archéologues de l'université de Vilnius arrivèrent, ils constatèrent que les corps étaient enfouis sur trois rangées dans des tranchées en forme de V, apparemment creusées pour servir de positions défensives. Il apparut que les squelettes étaient les dépouilles de soldats.

Deux mille d'entre eux furent exhumés, ainsi que des boucles de ceinture portant des numéros de régiment. Ils trouvèrent également des pièces (...) Lire la suite sur Slate.fr

 

30/12/12


 

20:40 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

USA: premiers mariages homos dans le Maine

sans-titre.png  mariage homos.png

Les mairies de l'Etat américain du Maine ont célébré samedi matin leurs premières unions homosexuelles, à la suite de l'adoption par référendum en novembre de l'extension du mariage aux personnes du même sexe.

"Nous nous sentons enfin égaux et heureux de vivre dans le Maine", a déclaré Steven, juste après son mariage avec Michael, le premier à être célébré par la mairie de Portland, la plus grande ville de l'Etat.

"All you need is love"

Dès minuit, plusieurs couples se sont succédés devant la greffière, tandis que 250 personnes s'étaient rassemblées devant le bâtiment pour saluer les nouveaux mariés, à l'aide d'une fanfare qui jouait "All you need is love", chanson des Beatles. "Nous sommes ensemble depuis 30 ans, et nous n'aurions jamais cru que ce pays permettrait aux couples homosexuels de se marier", a déclaré Roberta, âgée de 71 ans, en attendant son mariage avec sa compagne, Mary.

Le Maine, le Maryland et l'Etat de Washington sont devenus les trois premiers Etats à étendre par référendum le mariage aux couples homosexuels, à la suite de scrutins menés le même jour que l'élection présidentielle, le 6 novembre.

Europe 1 - 29/12/12

18:51 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

La taxe "75 %" invalidée par le Conseil constitutionnel

Le Conseil Constitutionnel français vient de décider que l’impôt à 75% qui devait s’appliquer sur les revenus dépassant le million d’euro n’était pas constitutionnel, en raison de sa « méconnaissance de l’égalité devant les charges publiques ».

Ce n’est pas le caractère confiscatoire de la mesure qui a été remis en cause, mais un détail technique : la taxe n’étant pas calculée sur les revenus de l’ensemble du ménage, mais appréciés individuellement, elle pouvait aboutir à des situations d’injustice. Elle pouvait en effet s’appliquer dès que l’un des membres du foyer gagnait plus d’un million d’euros, même si les autres membres ne gagnaient rien, et elle n’était pas due dans le cas d’un foyer fiscal où tous les membres auraient perçu des revenus proches de 1 million d’euros, mais néanmoins inférieur.

Ce rejet est un camouflet pour le gouvernement socialiste du président Hollande, qui avait fait de cette taxation des « super-riches », le fer de lance de sa campagne électorale. Cependant, selon un proche du gouvernement cité par le journal La Tribune, l’annulation de cette mesure aura un impact très limité sur les comptes de l’État, de « moins de 500 millions d’euros » sur un budget de 300 milliards d’euros.

Le chef de l’État français aurait accueilli sereinement la nouvelle de la décision du Conseil d’État. Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a immédiatement indiqué que le gouvernement allait s’atteler à l’élaboration d’une nouvelle mouture, et qu’une mesure alternative serait rapidement proposée pour une application dès 2013.

« Alors que tous les pays du monde nous regardaient consternés, François Hollande a trompé les Français, en leur faisant croire qu’il suffisait de taxer les riches pour résoudre tous les problèmes de notre pays. En réalité, dissuader les créateurs d’entreprises et punir les plus riches jusqu’à qu’ils quittent notre pays fait mécaniquement retomber l’effort fiscal sur les classes moyennes. C’est cette faute morale qui est aujourd’hui sanctionnée », a déclaré François Copé, le président du parti d’opposition de l’UMP. Il faisait ainsi allusion à l’exil fiscal de Français très fortunés, dont Bernard Arnault, le fondateur du groupe de luxe LVMH, et plus récemment, à l’acteur Gérard Depardieu, qui se sont tous les deux installés en Belgique.

E&R

18:13 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Les vacances au ski de la racaille... payées par nos impôts !

Contre-info.com -  30.12.12

17:34 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

« LA-HAUT, UN ZOO AU-DESSUS DES NUAGES. »

 

 

J’ai eu la chance de pouvoir parcourir cet automne le nord du Tonkin sur plus de 3.000 km. Ce circuit en boucle, de Hanoi à Haiphong, en passant par Mai Chau, Son La, Dien Bien Phu, Cha Pa, Bao Ha , Yen Binh, Bac Quang, Quan Ba, Yen Minh, Coc Pan, Cao Bang, Dong Khe, Na Cham, Dong Dang, On, Bac Ninh, et Ha Long m’a permis de visualiser le cadre décrit dans les multiples ouvrages concernant la guerre d’Indochine (de 1945 à 1954).

 

Ce périple « sur les traces de la Légion Etrangère » était aussi l’accomplissement d’une promesse faite à deux anciens képis blancs -à des périodes différentes- si d’aventure j’allais au Viet Nam, je rechercherais les lieux historiques et j’irais aussi me recueillir, en mémoire du sacrifice des dizaines de milliers de soldats tombés pour la défense du drapeau français et des valeurs qui s’y rattachent (courage, fidélité, patrie, famille, honneur, abnégation ou ténacité).

 

A Dien Bien Phu se trouvent d’immenses monuments érigés à la gloire de l’Armée de Libération du Vietminh, commandée par le génial et illustre général GIAP au service de l’Oncle HO ; monuments qui écrasent les visiteurs étrangers par la hauteur de leur suffisance. Pour ma part j’ai ignoré la propagande marxiste (nous étions selon mon guide, mon épouse et moi, les seuls touristes étrangers à ne pas vouloir visiter le champ de batailles, le musée et le mausolée) et je me suis rendu au monument de l’armée française.

Ce petit obélisque se situe dans le quartier Thanh Truong, près de la reconstruction du tunnel De Castries. Très rares sont les visiteurs qui se recueillent là, dans ce carré chargé de symboles, de sang et de sacrifices, d’explosions et d’exploits, de victoires et d’humiliations.

Ce monument a été érigé grâce à l’obstination de Rolf RODEL, sous-officier de la Légion et ancien combattant du Front de l’Est. En effet selon certaines sources, la Légion Etrangère avait enrôlé 35.000 soldats allemands issus des camps de prisonniers, au lendemain de l’armistice, dont plusieurs dizaines de sous-officiers et certains officiers, très compétents et efficaces, pour un engagement de 5 ans. Partout ailleurs au Tonkin, à Lao Kay ou à Lay Chau, à Ha Giang ou à Dong Van, à Meo Vac ou à Bao Lac, à Cao Bang ou à Dong Khe, à That Khe, à Lang Son, Dong Trieu ou Haiphong,  RIEN ! ! !  

Vae  Victis …Mais, « la gloire est le soleil des morts », R.I.P.

 

Au Tonkin, en novembre 2012, plus aucune trace d’un siècle de présence française. TOUT a été effacé, martelé, éradiqué. Subsistent encore les passerelles volantes au-dessus des rivières, des poteaux en béton portant les câbles électriques, quelques rares maisons coloniales et le chemin de fer qui n’a subi aucune amélioration ni modernisation ces 60 dernières années…

 

Hormis les alentours des grandes villes comme Hanoi ou Haiphong, le réseau routier est dans un état lamentable et nombreuses sont les routes coupées où nous avons dû stopper pour permettre aux pelleteuses et niveleuses de dégager les éboulements.

Peu de « touristes » et pour les attirer le régime marxiste a découvert l’exploitation de la visite des « minorités » (54 ethnies au Viet Nam). Ces indiens des temps modernes se retrouvent parqués dans des zones sous contrôle et se visitent comme des bêtes curieuses en voie de disparition, de la même manière que l’on visiterait le zoo de Vincennes ou les réserves indiennes de l’Arizona. C’est particulièrement vrai dans la région de Sapa (ex  Cha-Pa).

 

Comme ma femme et moi-même sortons en permanence des sentiers battus, nous avons pu nous rendre dans des villages isolés, seulement accessibles à pied, accompagnés par un « officier de liaison » de la milice, responsable de tribus H’mongs fleuris (méos), hameaux où seule arrive l’électricité. On touche ici à la réalité du paradis communiste dans ses moindres détails…

Langue de bois et « je ne sais pas encore » en réponse à nos questions.

 

 

 

 

Excepté les innombrables constructions scolaires neuves (écoles primaires, collèges et lycées) et tous les bâtiments du pouvoir politique (sièges du Parti et maison du Peuple), le parc immobilier tonkinois et l’infrastructure hôtelière sont proches du délabrement et de l’insalubrité.

 

Le contraste entre le Tonkin et la Cochinchine est frappant : du 19ème siècle, on passe sans transition à 2012 et Saïgon  (Ho Chi Minh City) se présente comme la vitrine commerciale de la République Socialiste du Viet Nam, avec toutes les dérives correspondantes au mondialisme conquérant.

 

A l’extrême Sud du pays, dans le golfe de Thaïlande et à moins de 10km du Cambodge, l’île de Phu Quôc avait été choisie par le Pouvoir il y a 10 ans, comme une perle tropicale qui devait recevoir le tourisme balnéaire international, avec golfs, casino, hôtels 5 étoiles, etc… En 2012, cela reste un projet sans suite qui permet quand même à quelques « robinsons » de goûter au silence, de contempler des paysages superbes, de parcourir les plages vierges du Nord-Ouest de l’île, mais avec un confort rustique. Une réelle exception heureusement ignorée par la masse.

 

Le Viet Nam, pays sous-développé à la démographie galopante, concentre une inégalité criante parmi sa population et il n’est pas rare de voir une multitude de motos côtoyer des Mercedes 320 ou des BMW X6 (véhicules étrangers taxés à 150%) et ceci, même dans les villages les plus septentrionaux.

 

En conclusion de ce voyage de 4 semaines : brume, saleté, corruption et humidité. Un autre séjour s’impose pour découvrir l’Annam et le delta du Mékong, afin de pouvoir se forger une opinion, loin des clichés des guides touristiques actuels qui vantent des chimères asiatiques.

 

 

Pieter KERSTENS. Carnet de voyages.

 

NB : la visite en bateau de la baie d’Ha Long pourrait se comparer à un séjour à Disneyland. Mieux vaut regarder chez soi un bon DVD de National Geographic sur le sujet.

02:05 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Hitler priant à genoux à Varsovie, la nouvelle provocation de Maurizio Cattelan

«Him», Maurizio Cattelan, en 2004 à Munich. REUTERS/Michael Dalder

Adolf Hitler, priant à genoux dans le ghetto de Varsovie, en Pologne. Mauvais goût? Art? L'artiste Maurizio Cattelan fait une nouvelle fois dans la provocation, rapporte The Guardian.

Sa statue, intitulée Him (lui), réalisée en 2001 et déjà exposée auparavant, a été cette fois installée au coeur de la capitale polonaise, où sont morts et d'où ont été déportés des milliers de juifs victimes du régime nazi durant la Seconde Guerre mondiale. The Guardian décrit le dispositif:

«La statue d'Hitler n'est visible qu'à travers un trou creusé dans une porte en bois et les spectateurs ne peuvent voir que le dos de la petite silhouette priant dans une cour.»

Vanessa Gera, de l'Associated Press, précise:

«L'artiste n'explicite pas ce pour quoi Hitler est en train de prier, mais le but plus général, selon les organisateurs, est de faire réfléchir les gens sur la nature du mal

The Guardian souligne:

«La statue a attiré un grand nombre de visiteurs depuis son installation le mois dernier, mais certaines organisations ont critiqué la décision de l'ériger dans un lieu aussi sensible.»

Pour le Centre Simon Wiesenthal, le fait d'exposer cette statue à Varsovie, dans ce lieu, est «une provocation insensée qui insulte la mémoire des victimes juives du régime nazi».

Efraim Zuroff, le directeur du Centre Simon Wiesenthal a déclaré dans un communiqué:

«En ce qui concerne les juifs, la seule prière d'Hitler était qu'ils soient rayés de la surface de la Terre.»

Fabio Cavallucci, directeur du Center for Contemporary Art, qui a supervisé l'installation, a déclaré:

«Il n'est pas question du côté de l'artiste ou du centre d'insulter la mémoire juive (...) C'est une œuvre d'art qui essaie de parler du fait que le mal se cache partout dans le monde

Dans un article paru en janvier 2012, Aurélien Le Genissel rappelait sur Slate:

Que ce soit Him (2001), une dérangeante sculpture ultra réaliste d’Hitler agenouillé ou de La Nona ora (1999), un portrait du Pape Jean Paul II renversé par un étrange météorite, Cattelan se défend pourtant de toute idée de provocation:

«J’aimerais bien être assez bon pour penser à faire quelque chose de provocateur et pouvoir le faire. J’aimerais avoir une télécommande sur laquelle appuyer pour réaliser des œuvres de ce genre sur commande. Mais ça ne marche pas comme ça».

Il rajoute quand même qu’il a toujours aimé «l’idée des œuvres qui te prennent et te donnent un coup de poing dans le ventre».

Photo: «Him», Maurizio Cattelan, en 2004 à Munich. REUTERS/Michael Dalder
 
Slate.fr - 29.12.12

00:08 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

29/12/2012

Un monument à Hitler élevé dans un ghetto de Varsovie

sans-titre.png Hitler monument ghetto.png

Une statue d'Adolf Hitler, qui prie, est exposée dans le centre de Varsovie au Château Ujazdowski, l'ancien ghetto juif.

L'œuvre de l'artiste italien Maurizio Cattelan suscite des sentiments contradictoires: certains la considèrent offensante, d'autres—provocante.

La statue de Hitler priant est visible de dos à travers une petite fenêtre dans une porte en bois. Il semble qu'un garçon innocent prie. Les organisateurs estiment que la statue doit faire réfléchir l'auditoire sur la nature du mal.

« Tout criminel était une fois un enfant doux, innocent et sans défense », indique l'inscription, qui accompagne la sculpture.

La Voix de la Russie - 29.12.12

23:58 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Clichy-sous-Bois: comment les "Restos du coeur" se font balader par une voilée intégrale

Lire l'article: http://ripostelaique.com/clichy-sous-bois-comment-les-res...

29/12/12

21:05 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Pomponne (Seine-et-Marne) : un policier blessé tire sur un cambrioleur

On croisait plus de policiers que de badauds, hier soir, dans la coquette rue des Chênes, à Pomponne. Car quelques heures plus tôt, ce « quartier calme et bourgeois », selon l’expression du maire Roland Harlé (SE), a été le théâtre d’un cambriolage qui a mal tourné, au duquel un policier et l’un des auteurs suspectés du ont été blessés.

 

 

Il est 14 heures lorsqu’une « dame très âgée » appelle la police. Deux hommes d’une trentaine d’années sont en train de s’introduire dans son pavillon, situé dans un joli parc arboré. Quelques minutes plus tard, un équipage de la brigade anticriminalité (BAC) de Lagny-sur-Marne arrive devant les hautes grilles de l’immense maison. « Ils ont aperçu deux hommes qui prenaient la fuite dans deux sens différents, raconte Chantal Baccanini, directrice départementale de la sécurité publique (DDSP). Chacun des deux s’est lancé à leur poursuite. »

L’un des deux suspects est rapidement interpellé. Le second se dirige dans une zone boisée du quartier, mais se voyant rattrapé par le policier, il se retourne vers lui. La lutte s’engage et le policier est très profondément mordu à l’avant-bras. Les deux hommes tombent à terre et le cambrioleur présumé ramasse un rondin de bois. Il frappe le policier à la tête, lui brisant l’arcade sourcilière et l’atteignant sur le sommet du crâne. Malgré une pluie de coups, le policier se saisit de son arme de service et tire. Deux fois. Il atteint son agresseur à la jambe. « Il a fait les sommations d’usage », assure Chantal Baccanini. « Des renforts sont ensuite arrivés et le suspect a été maîtrisé », précise de son côté le parquet de Meaux.

Blessés, les deux hommes sont immédiatement placés en garde à vue et hospitalisés au centre hospitalier de Jossigny. Mais au vu de l’état de santé de l’agent de la BAC — sérieusement amoché mais toutefois pas grièvement blessé — sa garde à vue, d’usage dans ce genre de situation, a rapidement été levée.

Dans la soirée, Chantal Baccanini s’est rendue à son chevet pour « le soutenir ». Pour Romain Vézine, secrétaire départemental du syndicat Alliance, la légitime défense ne fait pas de doute : « On laisse les investigations se poursuivre. Mais il est clair que le policier n’avait aucune autre possibilité de se soustraire aux coups portés que d’utiliser son arme de service. »

Du côté de Roland Harlé, on déplore que « ce cambriolage ait mal tourné ». Mais l’édile explique qu’il y a « déjà eu deux cambriolages cette semaine ». « C’est malheureux mais cette fin d’année est très marquée par ce phénomène, poursuit-il. Ce n’est sans doute pas propre à notre commune mais il faut croire que les pavillons bourgeois de nos quartiers attisent les convoitises… On n’attire pas les mouches avec du vinaigre! »

La police judiciaire et l’IGPN (l’inspection générale de la police nationale) ont été saisies de l’enquête. Le parquet précise par ailleurs que, vu son état de choc, le policier pourrait ne pas être entendu dès aujourd’hui.

Le Parisien - 29/12/12

 

                                                    

 

20:35 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Le leader d’une association LGBT britannique condamné en 2009 pour pédophilie

 

Son nom est James Rennie. S’il avait été prêtre catholique, le monde entier se souviendrait encore des actes abjects auxquels il se prêtait avant d’être arrêté par la police avec plusieurs dizaines d’autres membres de son réseau d’homosexuels pédophiles.

Comme il s’agissait d’un militant pour la cause du « mariage » entre personnes du même sexe et du droit à l’adoption pour ces couples, cette information n’a été publiée en France que sur quelques blogs, comme par exemple ici sur Riposte Catholique. Avant son arrestation, James Rennie, 38 ans, était le directeur de l’association LGBT Youth Scotland. En tant que tel, par ses contacts avec les parlementaires écossais et avec l’ancien Premier ministre Tony Blair, mais aussi en sa qualité de conseiller du gouvernement écossais pour les questions homosexuelles en rapport avec les enfants, il a eu une influence sur l’évolution du droit anglais et écossais vers l’autorisation de l’adoption pour les couples de personnes du même sexe.

En 2009 James Rennie et ses complices ont été arrêtés puis condamnés pour faits de pédophilie aggravée, entre autres sur le nourrisson que James Rennie gardait régulièrement pour des gens qui se considéraient comme ses amis depuis quinze ans. Ceux-ci ont appris la chose lorsque la police, dans le cadre de son enquête, leur a fait visionner une vidéo que James Rennie avait fait circuler auprès des autres membres de son réseau, une vidéo où on le voyait violer le petit garçon en plusieurs occasions, pendant plusieurs années, le premier viol s’étant produit alors que le garçon n’était encore qu’un bébé de 3 mois…

L’enquête de la police a été lancée sur dénonciation d’un réparateur informatique à qui un des membres du réseau d’homosexuels pédophiles avait confié son ordinateur sur lequel se trouvaient des photos compromettantes.

Au moment de son arrestation, James Rennie avait un partenaire fixe mais se servait d’Internet pour d’autres rencontres entre gays. Il se servait aussi d’Internet pour des rencontres entre pédophiles, y compris celle de Neil Strachan, un autre homosexuel pédophile de 41 ans qui avait été condamné à 3 ans de prison en 1997 pour des actes sexuels sur un garçon entre 5 et 7 ans.

Neil Strachan avait eu des séances de sexe avec le petit garçon confié à la garde de James Rennie alors que ce garçon avait entre 1 et 3 ans. Neil Strachan a aussi été accusé d’avoir essayé de sodomiser un enfant de 18 mois en 2005 dans son appartement d’Édimbourg.

La liste des crimes de James Rennie et des dizaines d’autres membres du réseau, et notamment de ses sept complices condamnés en même temps que lui en octobre 2009, dépasse de loin, par leur caractère, tout ce qui a pu être révélé jusqu’ici sur les prêtes catholiques pédophiles (qui sont le plus souvent, vous l’aurez sans doute remarqué même si ce n’est jamais dit, à la fois prêtres et homosexuels puisque dans la majorité des cas les victimes des prêtres pédophiles sont des enfants ou des adolescents de sexe masculin).

C’était il y a trois ans, mais contrairement aux affaires concernant des membres du clergé catholique, les médias français n’ont pas jugé bon d’en parler alors que l’affaire a fait la une de journaux britanniques connus, comme le Daily Mail qui a le premier révélé l’affaire (voir l’article en anglais ici: plusieurs photos de pédocriminels). Était-ce de l’autocensure ?

Olivier Bault

E&R

19:58 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)