Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Blog - Page 1101

  • Mariage homosexuel: 36 parlementaires demandent un référendum

    sans-titre.png  pédés.png

    Manifestants réclamant l’égalité d’accès à l’adoption et à la procréation médicalement assistée !
    (Gay Pride 2011, Nantes).

    29/10/2012 – 18h40
    NANTES (NOVOpress Breizh) –
    « Il serait paradoxal que le ‘mariage pour tous’ ne soit pas l’affaire de tous ! ». A l’initiative de Bruno Retailleau, sénateur (UMP) de la Vendée, 36 parlementaires viennent de signer un texte demandant l’organisation d’un référendum sur le projet de loi « ouvrant droit au mariage pour les personnes de même sexe » qui sera présenté en Conseil des ministres mercredi prochain. Parmi eux, Marc le Fur, député (UMP) des Côtes-d’Armor.

     

    Publié dans l’hebdomadaire Valeurs actuelles, le texte des parlementaires rappelle d’abord que « par le mariage, l’État n’officialise pas une relation affective de l’ordre de l’intime, ce qui n’est pas de son ressort, mais une institution sociale dont l’intérêt particulier rejoint l’intérêt général, à savoir le renouvellement des générations. »

    « De même, ajoutent-ils, l’adoption n’est jamais un droit absolu, mais toujours relatif à l’intérêt de l’enfant. L’adoption ne doit pas avoir d’abord pour objectif de donner un enfant à une famille, mais de donner une famille à un enfant. »

    Car, rappellent Marc le Fur et ses collègues, si le Code civil fonde le statut de parents sur l’altérité sexuelle, c’est avant tout dans l’intérêt de l’enfant : « quel devoir plus impérieux que d’assurer le bien-être d’un enfant ? La double référence paternelle et maternelle permet à l’enfant de se situer dans la chaîne des générations. Elle lui permet aussi de construire son propre équilibre, fondé, comme tout équilibre, sur l’altérité. »

    Citant au passage la position de Lionel Jospin en 2004 – « La dualité des sexes caractérise notre existence » – les signataires poursuivent : « comment se connaître sans connaître l’autre ? Comment savoir où aller sans savoir d’où l’on vient ? Il y a là un enjeu essentiel pour les générations futures. »

    « En définitive, le mariage et l’adoption pour les couples de même sexe visent non pas à combler un vide juridique, mais à donner à une fiction anthropologique les apparences de la réalité… De cette abstraction naîtrait une mutation fondamentale du mariage et de la famille, avec, pour conséquence, non pas d’en élargir le sens mais de le modifier radicalement. Cela nous conduirait à deux évolutions majeures. La première à court terme, avec la disparition des appellations de “père” et de “mère” au profit d’expressions de type “parent 1” et “parent 2”. La seconde à moyen terme, avec la légalisation prévisible du recours aux mères porteuses, véritable incitation à la marchandisation du corps humain », estiment les élus. Aussi demandent-ils la tenue d’un référendum car, selon eux, « la question du mariage sexué, principe fondamental de notre République, qui ne l’a jamais remis en cause malgré les alternances politiques et les évolutions sociologiques, concerne la société tout entière. »

    Sur cette question « sociétale » le groupe des parlementaires est rejoint à gauche par l’ancien Premier ministre Lionel Jospin et par Bernard Poignant, maire de Quimper et conseiller de François Hollande. Ce proche du président de la République affirme en effet que « tout enfant doit savoir qu’il a un père et une mère». Une réflexion que l’hôte de l’Elysée ne semble pas prêt à entendre.

    Crédit photo : C. Lanseria pour NOVOpress Breizh (cc).

    [cc] Novopress.info, 2012. Les dépêches de Novopress sont libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d'origine. La licence creative commons ne s'applique pas aux articles repris depuis d'autres sites [http://fr.novopress.info/]

  • Clichy-sous-Bois: la Cour de cassation annule le non-lieu des policiers

    La Cour de cassation a annulé mercredi le non-lieu qui avait été prononcé en faveur de deux policiers dans l'enquête sur la mort de deux adolescents à Clichy-sous-Bois, qui avait déclenché les émeutes en banlieue en 2005, ouvrant la voie à l'éventuelle tenue d'un procès. La chambre criminelle de la Cour de cassation a renvoyé le dossier devant la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Rennes pour qu'elle statue de nouveau sur ce dossier.

     

    Zyed Benna, 17 ans, et Bouna Traoré, 15 ans, avaient péri électrocutés le 27 octobre 2005 dans un transformateur EDF où ils s'étaient réfugiés. Leur mort avait été le détonateur de violences urbaines qui s'étaient étendues à l'ensemble des banlieues françaises. Dans son arrêt, la Cour de cassation a estimé que la cour d'appel de Paris, qui avait prononcé le non-lieu, n'a pas répondu à l'argumentation des parties civiles selon laquelle les policiers n'avaient aucune certitude que les jeunes ne se trouvaient pas sur le site EDF.

    "S'ils rentrent sur le site EDF, je ne donne pas cher de leur peau"

    Une phrase, prononcée par l'un des policiers lors des échanges radio le soir des faits, s'était notamment retrouvée au coeur des débats lors de l'audience devant la Cour de cassation le 3 octobre : "S'ils rentrent sur le site EDF, je ne donne pas cher de leur peau." L'avocat général s'était prononcé pour la confirmation du non-lieu, préconisant le rejet du pourvoi formé par les familles des deux adolescents. Selon lui, les fonctionnaires avaient "bien connaissance d'un danger, mais pas d'un péril imminent", estimant que l'on ne peut pas renvoyer les policiers devant le tribunal correctionnel sur "des suppositions aussi vagues et des hypothèses".

    Pour l'avocat des familles devant la Cour de cassation, Me Patrice Spinosi, "la seule logique" des fonctionnaires était d'appréhender les fugitifs à qui aucune infraction n'était reprochée. Selon lui, "à aucun moment (...) les forces de police n'ont cherché à avertir les enfants du risque". En octobre 2010, deux policiers avaient été renvoyés par les juges d'instruction chargés de l'enquête devant le tribunal correctionnel pour "non-assistance à personne en danger" mais le parquet de Bobigny avait fait appel. Suivant les réquisitions du parquet général, qui estimait que les deux policiers n'avaient pas eu connaissance de la réalité du danger, la cour d'appel de Paris avait prononcé un non-lieu en avril 2011.

    Le Point.fr - 31/10/12

     

     

  • Pour Brigitte Bardot la France est devenue "le plus grand abattoir de l'Europe"

    sans-titre.png agneau brebis.png

    sans-titre.png cité bassens.png

     

     

    PARIS (Sipa) -- La France est devenu le "plus grand abattoir de l'Europe", "l'annexe sanglante de l'Europe", lance Brigitte Bardot dans une lettre ouverte envoyée vendredi à la presse alors que débute l'Aid-el-Kébir, la plus grande fête de l'islam pour laquelle de nombreux moutons sont sacrifiés.

     

    "A 78 ans, je me retrouve dans un pays que je ne reconnais plus, qui est devenu 'l'hexagone du plus grand abattoir d'Europe'. On y abat sans discontinuer tous les animaux sauvages ou domestiques sans aucun discernement et de manière épouvantable, à croire que la France est devenue à son corps défendant l'annexe sanglante de l'Europe", écrit l'ancienne actrice. Et d'ajouter : "j'en ai ras le bol d'être le témoin des rituels primitifs d'égorgements d'animaux qui d'année en année se multiplient jusqu'à abreuver nos terres du sang d'innocentes victimes au nom d'une tradition abominable".

    Par ailleurs, selon un communiqué de la fondation Bardot, Christophe Marie, son porte-parole aurait "interpellé" vendredi matin à la Courneuve, Claude Bartolone, le président de l'Assemblée Nationale et ancien élu de Saine-Saint-Denis, sur un site d'abattage temporaire pour "dénoncer l'égorgement des moutons sans étourdissement préalable".

    "Le préfet de la Seine-Saint-Denis et le président du Conseil français du culte musulman, Mohammed Moussaoui, étaient présents lors de cet échange au cours duquel Claude Bartolone s'est dit ouvert à un débat, à l'Assemblée Nationale, sur l'étourdissement des animaux avant tout type d'abattage", indique le communiqué.

    En France et dans l'Union européenne la dérogation concernant l'abattage rituel (juif et musulman) reste une exception. Mais selon les défenseurs de la cause animale, elle tend à devenir une règle, pour des motifs économiques. C'est ce que dénonce depuis longtemps Brigitte Bardot, auprès des autorités publiques, sous l'égide de sa fondation.

    En 2008, l'ancienne actrice avait été condamnée pour "provocation et incitation à la haine raciale" pour des propos tenus en 2006 dans une lettre envoyée à Nicolas Sarkozy, ministre de l'Intérieur de l'époque faisant référence à la pratique musulmane de l'Aid-el-Kébir et aux pratiques d'abattage des moutons.

    Le Nouvel Observateur - 26/10/12

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     
     
     
  • Discours de Bruno Gollnish au rassemblement du Jobbik le 23 octobre 2012

    Bruno Gollnisch était la semaine dernière en Hongrie à l’occasion du congrès de l’Alliance Européenne des Mouvements Nationaux (AEMN) qu’il préside -voir les articles publiés sur notre blog. Le 23 octobre, le député européen frontiste était par ailleurs l’invité d’honneur du rassemblement organisé par le mouvement Jobbik à l’occasion de la fête nationale hongroise. Nous publions ici la vidéo du passage de Bruno Gollnisch à la tribune.

     

    Retrouvez le discours de Bruno Gollnisch en français et en langue hongroise ici.

     

  • Quand M6 promeut le « mariage » homosexuel

     

    C’est aujourd’hui que débute la saison 1 de la série « Modern Family » sur M6. Une série tout à fait d’actualité à en juger par la bande-annonce diffusée sur la chaîne, faisant la promotion d’un couple gay très sympathique ayant adopté une petite vietnamienne.

    Evidemment, y voir de la grossière propagande dans le but de manipuler l’opinion publique en plein débat sur la loi pour le « mariage » gay serait pour le moins paranoïaque ! Ceux qui prétendraient pareille ineptie sombreraient vite dans la ridicule théorie de la conspiration anti-chrétienne (ah ah ah !)…

    Présentation des personnages sur le site officiel : Mitchell et Cameron Tucker sont ensemble depuis cinq ans. Ils viennent juste de sauter le pas en adoptant une petite fille de nationalité vietnamienne, Lily. Cameron a une sacrée personnalité et s’emballe très vite alors que Mitchell, lui, est le plus sérieux des deux. Chacun apporte quelque chose à l’autre et ils sont déjà des pères très doués…!

    On notera – pur hasard bien sûr – que les créateurs de la série sont Steven Levitan et Christopher Lloyd II, marié à une certaine Arleen Sorkin. Rappelons au passage que M6 appartient à la Fondation Bertelsmann, pour laquelle Pierre Hillard prétend – de manière absurde, of course ! – qu’elle aurait vendu son âme au Nouvel Ordre Mondial !! Vraiment n’importe quoi…

    source : Bibliothèque de Combat

    Contre-info.com

  • Egypte - La révélation des pyramides

     

    E&R - 29/10/12

  • Syrie : Les Etats-Unis veulent « avant tout » la tête d’Assad

     sans-titre.png Assad.png

      

    30/10/12 – 14h00
    ROME (NOVOpress)
    – « La situation en Syrie est très complexe mais pour les Etats-Unis, la chose la plus importante est que Bachar El Assad quitte le pouvoir pour donner une chance à quelque chose de nouveau. » C’est en ces termes sans ambiguïté que l’ambassadeur des Etats-Unis à Rome, David Thorne, a résumé la position de son pays vis-à-vis des événements tragiques de Syrie. Cette déclaration avait pour cadre un débat organisé par l’agence de presse italienne « Adnkronos ».

     

    Pour certains observateurs, cette déclaration confirme que les Etats-Unis se préoccupent davantage de la chute d’Assad que de l’existence du peuple syrien, passant volontairement sous silence les exactions commises par les « rebelles » faussement présentés comme les champions de la démocratie.

    Crédit photo : Ammar Abd Rabbot via Flickr (cc).

    [cc] Novopress.info, 2012. Les dépêches de Novopress sont libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d'origine. La licence creative commons ne s'applique pas aux articles repris depuis d'autres sites [http://fr.novopress.info/]

  • Saint-Cyr: décès d'un élève-officier au cours de la traversée de nuit d'un étang

    sans-titre.png saint-cyr.png

     

    Un élève-officier de 24 ans est décédé lors d'un exercice de nuit dans un étang à Saint-Cyr Coëtquidan (Morbihan), probablement de noyade accidentelle, et deux enquêtes ont été ouvertes, l'une par la justice, l'autre par le ministère de la Défense.

    Une association de défense des militaires, l'Adefdromil, a estimé que l'exercice dans lequel l'élève-officier avait trouvé la mort était "ni plus, ni moins qu'un bizutage".

    Le sous-lieutenant Jallal Hami, de l'École spéciale militaire de Saint-Cyr Coëtquidan (qui compte trois bataillons d'environ 145 élèves chacun), avait intégré l'école directement en 3e année "sur titre" en raison de son niveau d'études.

    Comme il est de coutume pour les élèves dans son cas, le jeune homme, originaire de la région parisienne, participait lundi à une soirée dans le cadre du cursus de transmission des traditions avec les élèves de première année, avec un programme validé par les autorités militaires, a-t-on appris auprès du procureur de la République de Vannes, Thierry Phelippeau.

    La soirée, la deuxième du genre depuis la rentrée, portait sur le thème de la Seconde guerre mondiale, et "sur la base du volontariat", 12 élèves ont ensuite participé à une épreuve physique vers minuit, la traversée d'un étang sur environ 50 mètres, encadrée par des élèves de deuxième année, a expliqué le procureur.

    Lors de l'exercice, pour lequel des projecteurs éclairaient l'étang, une coupure de courant a eu lieu pendant "quelques minutes". Après cette coupure, des recherches ont été lancées pour retrouver le jeune sous-lieutenant qui manquait à l'appel et dont le corps sans vie a finalement été découvert.

    "On privilégie la thèse d'un décès accidentel, vraisemblablement par noyade", a expliqué M. Phelippeau. Comme pour tout décès, une enquête a été ouverte pour rechercher les causes de la mort, confiée à la section de recherches de la gendarmerie de Vannes, et une autopsie devait avoir lieu mardi après-midi.

    Dans un communiqué, une association de défense des militaires, l'Adefdromil, a affirmé que "cette activité programmée n'était ni plus, ni moins qu'un bizutage, appelé "bahutage" à Saint-Cyr et transformée en "transmission de traditions" pour camoufler une activité interdite, sous une appellation relevant de la langue de bois".

    "Enquête de commandement"

    Outre l'enquête en cours, le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian, informé du "tragique décès" de l'élève-officier survenu dans le camp de Coëtquidan, a ordonné "une enquête de commandement visant à déterminer dans les plus brefs délais les circonstances" du drame "et les responsabilités éventuelles".

    Selon ce communiqué, Jallal Hami "avait démontré un rare sens du collectif et de grandes qualités intellectuelles et morales. Il parachevait à l'Ecole de Saint-Cyr une scolarité déjà brillante".

    Les écoles de Saint-Cyr Coëtquidan ont été marquées par le décès de deux élèves officiers dans la nuit du 12 au 13 janvier 2004, lors d'un exercice en montagne.

    Les deux élèves, un Nigérian et un Togolais, participaient à un exercice d'aguerrissement en Haute-Ubaye et étaient morts de froid. Deux officiers avaient été condamnés à des peines de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Marseille en 2007 pour avoir involontairement causé la mort des deux élèves.

    L'accusation reprochait aux officiers d'avoir voulu rejoindre un objectif en une journée alors qu'il était prévu en deux jours, entraînant l'épuisement des stagiaires qui se sont retrouvés piégés dans des conditions décrites par certains comme apocalyptiques.

    Saint-Cyr Coëtquidan forme les futurs officiers de l'armée de Terre dans quatre écoles différentes: l'Ecole spéciale militaire (200 officiers issus du recrutement externe, formés en un ou trois ans), l'Ecole militaire inter-armes (recrutement interne, 100 officiers formés en deux ans), l'Ecole d'administration militaire et le 4e bataillon de l'Ecole spéciale militaire (stages courts d'une semaine à six mois pour 1.200 stagiaires par an).

    Libération - 30/10/12

  • Répression politique en Union Soviétique: des images d'archives

    VIDEO: http://fr.rian.ru/video/20121030/196469306.html

    Tous les ans, le 30 octobre est célébré en Russie comme le Jour de commémoration des victimes de répressions politiques. Une vidéo composée d'images d'archives montrant les conséquences de la Grande Terreur en Union Soviétique.

    RIA Novosti

  • Mariages maghrébins : « Qu’ils retournent dans le pays de leurs ancêtres »

    sans-titre.png mariage arabe.png

     

    30/10/2012 – 10h00
    LYON (NOVOpress) – Philippe Meunier, député UMP du Rhône, s’indigne contre les mariages maghrébins qui empêchent ou bloquent la circulation routière, conseillant à leurs participants « de retourner dans le pays de leurs ancêtres pour vivre en fonction de leurs traditions qui ne sont pas les nôtres ». Ajoutant : « Ici, nous sommes en France ! »

     

    Représentant de la Droite populaire au sein de l’UMP, le député cible les mariages « de la communauté turque ou maghrébine ». Des personnes « qui fêtent leur mariage sur nos routes et autoroutes en bloquant les voies de circulation ». Fin juin, des centaines d’automobilistes avaient été bloqués sur le périphérique parisien (photo), alors que plusieurs invités à un mariage extra-européen dansaient sur le bitume… Des cérémonies qui dégénèrent souvent en émeutes comme à Brest, Orléans ou au Vésinet et à Trappes dans les Yvelines.

    Crédit photo : DR.

    [cc] Novopress.info, 2012. Les dépêches de Novopress sont libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d'origine. La licence creative commons ne s'applique pas aux articles repris depuis d'autres sites [http://fr.novopress.info/]

  • Stéphane Ravier (FN) interrogé sur la Métropole marseillaise dénonce un projet mondialiste


    Métropole marseillaise: un projet mondialiste? par LCM

  • Orange: ils ont dit non à la venue des Identitaires

    Lire l'article: http://www.ledauphine.com/vaucluse/2012/10/29/ils-ont-dit-non-a-la-venue-des-identitaires#jimage=53E74ED7-AAC8-462B-9F6C-D406299B0F07

  • La coupe de la repentance déborde, par Bernard Lugan


    La coupe de la repentance déborde par BernardLugan

    30/10/2012 — 12h00

     

    PARIS (NOVOpress) — Dans une intervention audiovisuelle, Bernard Lugan explique pourquoi, en tant qu’historien, il s’insurge contre les deux derniers actes de repentances de François Hollande : l’île de Gorée et la répression de la manifestation du 17 octobre 1961.

    [cc] Novopress.info, 2012. Les dépêches de Novopress sont libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d'origine. La licence creative commons ne s'applique pas aux articles repris depuis d'autres sites [http://fr.novopress.info/]

  • New York ce matin avant le cyclone Sandy

    photo.TIF NY avant le cyclone.png

    (DR)

  • Bachar Assad : facteurs de survie

    sans-titre.png Bachar.png

     

    29.10.2012, 17:34
     

     

     
    Photo : EPA

     

    Le nouveau train de sanctions adopté par l’UE contre l’Iran rendra encore plus difficile la situation de ce dernier qui est le principal appui économique du régime actuellement en place en Syrie. L’Iran devra probablement réduire ses aides destinées au régime de Bachar Assad, font remarquer les experts. Celui-ci a pourtant plus d’un tour dans son sac, les aides iraniennes n’étant pas déterminantes pour la survie du régime.

     

    Téhéran, allié stratégique de Damas de longue date, fournit en Syrie le carburant, les équipements militaires et apporte une aide financière. Une partie de cet argent sert à payer le salaire des soldats et officiers syriens. Les sanctions européennes risquent de faire diminuer cette aide et ce de façon considérable, explique le directeur du Centre russe des études sociales et politiques Vladimir Evseïev.

    « Il existe des circuits indirects du mouvement des fonds de l’Iran vers la Syrie. Bien évidemment, ces circuits seront moins utilisés. Et dans ces conditions, lorsque les exportations du pétrole iranien se sont largement diminuées, l’Iran va apparemment diminuer ses aides directs ce qui va affaiblir le pouvoir de Bachar Assad ».

    Ce dernier dispose cependant d’un « airbag » financier et a un plan d’actions au cas où les aides iraniennes cesseront. Il pourrait chercher d’autres sources en demander de l’aide, par exemple, à Moscou ou à Pékin. La Russie aide déjà la Syrie par le biais de la Croix Rouge et en lui apportant son soutien au Conseil de sécurité de l’ONU, dit Sergueï Serguetchev de l’Institut russe du Proche-Orient.

    « On comprend pourquoi les Syriens ne demandent pas d’importantes aides à Pékin ou à Moscou. Ce serait comme si une personne en péril criait : « Faites quelque chose pour m’aider ! » Mais Damas veut montrer qu’il a la situation sous contrôle. Et si la Syrie demande de l’aide, il sera clair que tout va très mal ».

    Il ne faut pas oublier non plus la frontière irano-syrienne qui est relativement transparente ce qui peut être utilisé par le régime syrien pour s’approvisionner. Par ailleurs, les forces gouvernementales peuvent emprunter des chemins de contrebande comme le font les rebelles, admet Sergueï Serguetchev. Et s’il y a des provocations, par exemple, de la part de la Turquie, les Syriens ne feront que serrer les rangs autour de Bachar Assad, disent les experts. Une intervention militaire en Syrie est pourtant peu probable. Selon les observateurs, les tensions subsisteront dans la région sans toutefois se transformer en une vraie guerre. Sergueï Serguetchev est convaincu que les Turcs n’ont pas besoin d’une guerre.

    La Voix de la  Russie

  • Le Journal de Syrie 29 octobre 2012

  • Elections en Ukraine : percée historique des nationalistes

     

    Oleg Tyahnybok, président de Svoboda

    [MAJ des résultats, 14h30]

    Ce dimanche 28 octobre avaient lieu les élections législatives en Ukraine.
    Le gâteau était à partager entre le « Parti des régions » (pro-russe) au pouvoir, et l’opposition pro-occidentale incarnée par Ioulia Timochenko, ancienne premier ministre actuellement emprisonnée.

    Dans un contexte de fortes suspicions de fraudes électorales, le parti au pouvoir, dirigé par Viktor Ianoukovitch, raflerait (le dépouillement n’est pas fini) 37% des voix, contre 21% pour le bloc de Timochenko.

    Les communistes, alliés de Ianoukovtich, obtiendraient 15 % des voix et un candidat indépendant, l’ancien champion du monde de boxe Vitali Klitschko, 12 %

    La surprise vient de la progression remarquable du parti nationaliste Svoboda (« liberté »), qui atteint 8,5 % (contre 0,76 % en 2007) !
    Le parti (dont les Français ont pu rencontrer le président Oleg Tyahnybok à plusieurs reprises aux « Congrès nationalistes » organisés par le Renouveau français) a toujours été, jusqu’ici, handicapé lors des scrutins nationaux par le fait que l’Ukraine est comme scindée en deux, entre un Ouest ukrainophone et patriote, et un Est russophone.
    Svoboda fait des scores parfois très importants dans l’Ouest du pays, sur lesquels nous reviendrons, mais parvient cette fois-ci à élargir son électorat au centre de l’Ukraine, en ayant réussi à se présenter comme à la pointe du patriotisme et de la lutte contre un régime corrompu.
    Les nationalistes font ainsi leur entrée au parlement national pour la première fois, avec une trentaine de députés sur 450, ayant passé la barre des 3% requis.

    Contre-info.com

  • Marion Maréchal-Le Pen décline l’invitation à la Convention identitaire : “Nous n’avons pas de grandes affinités avec les Identitaires, qui sont européistes et régionalistes”

    sans-titre.png  MMLP.png

     

    29/10/2012 — 23h45
    PARIS (NOVOpress) —
    C’est une dépêche de l’AFP (consacrée à la réponse de Gilbert Collard sur la défense des 4 de Poitiers) qui nous l’apprend : la députée du FN Marion Maréchal-Le Pen a refusé l’invitation des Identitaires à s’exprimer lors de la Convention Identitaire se tenant à Orange les 3 et 4 novembre prochains.

     

    Celle-ci a déclaré qu’elle refusait « d’abord pour des raisons d’agenda et ensuite parce que nous n’avons pas de grandes affinités avec les Identitaires, qui sont européistes et régionalistes », poursuivant : « Jusqu’ici le Bloc identitaire nous a été plutôt hostile, même si j’ai bien compris que Fabrice Robert n’était pas contre un dialogue avec nous ». Une hostilité très relative, si l’on se rappelle qu’en juin dernier les jeunes Identitaires (alors encore réunis au sein du réseau Une Autre Jeunesse, devenu depuis Génération Identitaire) avaient salué dans un communiqué l’élection de Marion Maréchal-Le Pen. Hostilité très relative encore, si l’on considère que les Identitaires l’avaient donc invitée à participer à leur principal rassemblement.

    Ces déclarations peuvent étonner de la part de la jeune députée qui jusqu’alors s’était plutôt montrée ouverte au dialogue, notamment dans ses relations avec la Ligue du Sud et Jacques Bompard, pourtant réputés proches des Identitaires (ils avaient mené ensemble une liste aux dernières élections régionales).

    Premier à réagir sur les réseaux sociaux à cette annonce, Philippe Vardon a été joint par téléphone par NOVOpress ce soir : « Nous avions effectivement invité Marion Maréchal-Le Pen à participer à notre Convention à Orange, un peu en voisine. Nous avons souhaité cette Convention plus ouverte sur l’extérieur que les précédentes (que l’on parle de forces politiques ou du monde associatif). Il aurait semblé incongru que nous n’invitions personne du FN ou du Rassemblement Bleu Marine à venir s’y exprimer, fut-ce pour souligner des désaccords. Nous regrettons donc bien évidemment ce refus…

    A titre personnel, je regrette aussi la manière dont il est exprimé. Si Marion Maréchal-Le Pen déclare ne pas avoir “de grandes affinités avec les Identitaires”, elle doit pourtant savoir que de nombreux Identitaires ont plutôt de la sympathie pour elle (comme de très nombreux Français) et méritent certainement un peu mieux que ce commentaire tranchant. Je pense notamment aux jeunes militants qui avaient salué son élection en juin dernier dans un communiqué, et auraient peut-être attendu de la part de celle que tous les jeunes patriotes de ce pays considèrent un peu comme “leur” députée un petit mot de soutien face à l’hystérie politico-médiatique de la semaine écoulée. Cette compassion est finalement venue de Marine et de Me Collard. Quant à savoir si nous sommes “européistes” et “régionalistes”, il faudrait peut-être en finir avec les mots épouvantails et les caricatures…

    Marion Maréchal-Le Pen aurait pu se faire une idée plus juste des positions des identitaires (sur l’Europe, les régions, et tout le reste) si justement elle était venue participer et assister à notre Convention ce week-end, c’est donc une occasion manquée. J’espère pouvoir la rencontrer dans les prochaines semaines pour mieux l’éclairer à notre sujet. »

    Crédit photo : DR

    [cc] Novopress.info, 2012. Les dépêches de Novopress sont libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d'origine. La licence creative commons ne s'applique pas aux articles repris depuis d'autres sites [http://fr.novopress.info/]