Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/04/2012

Restos du Coeur: la gabegie !

 

Témoignage d’une bénévole

« Est-ce possible ?

Je viens de faire deux semaines de bénévolat au Resto du Cœur de D….

Je sors totalement écœurée et scandalisée par cette expérience. Je suis notamment dégoûtée de la manière dont se conduisent les Noirs, les Nord-Africains, et aussi les armadas de Kosovars, Tchéchènes, Turcs et autres migrants venus de l’Est, ils se ruent sur la nourriture sans rien respecter. Ils trafiquent les cartes qui leur donnent droit à tel ou tel avantage, exigent qu’on les réserve certains produits, prennent souvent de force de la nourriture ou des vêtements dont ils se vantent de faire le trafic en les revendant à l’extérieur.

Ils sont à l’affût de tout, au courant de leurs moindres droits et de toutes les opportunités. Ce sont de véritables roublards qui n’hésitent pas à nous déclarer sans vergogne qu’ils vont aussi au Secours Populaire, au Secours Catholique, à l’Armée du Salut, etc..

J’ai aussi passé du temps au rayon ” bébés “… et distribué entre autres des petits pots à des mères, pour la plupart des Noires, engrossées à longueur d’années avec, au minimum quatre enfants en bas âge qui braillent. Ces femmes ont l’audace de “gueuler” (il n’y a pas d’autre mot) lorsque les petits pots qu’on leur donne ne correspondent pas aux marques qu’elles souhaitent et, souvent, de rage, elles les rejettent …

Un bébé peut avoir jusqu’à trois pères qui viennent chacun réclamer leur dû. Ils viennent dévaliser les stands, se disputent entre eux, s’arrachent leurs sacs. Un exemple entre autres : on leur donne 1 pack de 8 yaourts, ils en mangent un, entament ou crachent dans les 7 autres et les jettent sous le nez des bénévoles ! C’est intenable.

Si, par malheur, vous essayez de mettre le holà et d’exiger un peu de discipline et de respect,  l’on se fait littéralement insulter. C’est invraisemblable.

Je sors de cette expérience terrifiée avec la certitude que l’on court au devant de troubles très graves. Il ne peut en être autrement. Ils nous détestent, ils nous crachent à la figure.

Ils viennent profiter de façon inouïe d’un système à bout de souffle à cause d’eux et à cause de nous qui sommes totalement aveugles face à une telle situation.

Voilà la situation. Je voulais vous faire part de mon dégoût, de ma désillusion, de mon immense tristesse face à une situation que nous ne maîtrisons plus du tout et qui empire de jour en jour.

Dans ma naïveté, je pensais offrir un peu de mon temps et de ma personne pour soulager la misère de gens dans le besoin mais respectueux et reconnaissant du bien qui leur est fait, je me suis retrouvée face à 90 % d’étrangers venus exiger ce qu’ils appellent “leur dû” .En guise de remerciement, ils nous insultent. La Direction adopte le profil bas car on a tôt fait de passer pour racistes.

Ces dérives pénalisent effroyablement ceux de nos compatriotes qui ont vraiment besoin d’aide et qui n’osent même plus venir parce qu’ils ont peur.

J’ai découvert dans mon pays un autre monde que je n’imaginais pas.

Je veux témoigner car j’ai entendu qu’il allait manquer 5 millions d’ euros aux Restos du Cœur.

Je pense qu’il faut arrêter cette gabegie?

Catherine »

Source

Contre-info.com - 31/03/12

 

20:58 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

DSK, reflet des moeurs politiciennes d'aujourd'hui ?

 

DSK
 
 
31/03/2012 – 08h00
LILLE (NOVOpress) –
Chaque jour qui passe apporte son lot de révélations plus fracassantes les unes que les autres sur la vie de Dominique Strauss-Kahn, mis en examen lundi pour « proxénétisme aggravé en bande organisée » dans le cadre des parties fines à l’hôtel Carlton de Lille. Pourtant, la classe politique française ne semble pas s’en émouvoir plus que ça. Comme s’il s’agissait d’une gêne coupable.

Rappel des faits : l’ancien directeur du Fonds monétaire international (FMI) est soupçonné d’avoir participé à l’organisation de parties fines, d’avoir sollicité les services de « fournisseurs » de call-girls pour en faire bénéficier des amis. De plus, les juges lui reprochent d’avoir utilisé un appartement parisien, proche de la tour Eiffel, pour y organiser des rencontres tarifées.

Nouveautés du dossier : Le Parisien a révélé le 29 mars que Titouan Lamazou aurait reçu un « cadeau » de DSK . Traduction : une jeune femme. Le Monde a également publié les procès verbaux des auditions de l’ex-patron du FMI, des 21 février et 26 mars. On y apprend que l’ancien espoir socialiste aux élections présidentielles françaises de 2012, traite les femmes comme du « matériel ». Il écrit notamment dans l’un de ses SMS : « Veux-tu (peux-tu) venir découvrir une magnifique boîte coquine à Madrid avec moi (et du matériel) le 4 juillet ? ».

Le Parisien relate certains souvenirs de ce « matériel » : « c’était de l’abattage », témoigne une « amie ». Ou de la « pure consommation sexuelle », estime une escort-girl. Les deux décrivent des scènes « bestiales » ou violentes. Bien avant la révélation de ces scandales, Dominique Strauss-Kahn visait les sommets de l’Etat. Peu de voix s’élèvent à gauche comme à droite pour condamner ce symbole de décadence morale. Un signe qui ne trompe pas sur l’état des mœurs politiciennes en France ?

Crédit photo : International Monetary Fund, via Flickr. License CC.

[cc] Novopress.info, 2012, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d'origine

20:28 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Frégate Chevalier-Paul : la Ville de Nantes rend hommage à un grand marin qui lutta sans merci contre les Barbaresques

 

Parrainage de la frégate Chevalier-Paul : la Ville de Nantes rend hommage à un grand marin qui lutta sans merci contre les Barbaresques
 
 

01/04/2012 – 12h15
NANTES (NOVOpress Breizh) – Le commandant de la frégate de défense aérienne Chevalier-Paul et Jean-Marc Ayrault, député-maire de Nantes, ont signé le 17 mars dernier la charte de parrainage du dernier-né des bâtiments de la Marine nationale par la Ville de Nantes. En honorant ainsi un grand marin qui s’illustra au XVIIème siècle par une guerre sans merci contre l’Empire ottoman, le maire de Nantes a pris le risque de heurter la sensibilité de certains « Nantais venus d’ailleurs ».

Qui était donc ce Chevalier Paul ? Né à Marseille en 1598, Jean-Paul de Saumeur, dit le Chevalier Paul, s’est illustré d’abord en Méditerranée, comme corsaire au service de l’Ordre de Malte. Bien que n’étant pas noble, ses nombreux faits d’armes contre les Turcs lui valurent d’être nommé, en 1637, chevalier de l’Ordre.

A la demande de Richelieu il intégra la Marine royale et combattit pendant toute la guerre franco-espagnole (1635-1659). Ses nombreuses victoires lui valurent d’être nommé lieutenant-général et vice-amiral du Levant. En 1660 et 1661 il commandera des croisières de protection du commerce devant Tripoli, Alger et Tunis. En février 1661 il réussira à s’emparer de deux navires corsaires algériens. Deux ans plus tard Chevalier Paul lança une opération audacieuse sur la Goulette (Tunisie), au cours de laquelle il captura le navire-amiral algérien et repoussa les attaques d’une escadre tunisienne.

En 1664, il participe activement à une campagne sur les côtes d’Algérie au cours de laquelle une escadre algérienne fut pratiquement détruite. Il meurt à Toulon le 20 décembre 1667. Laissant le souvenir d’un marin d’une audace et d’une maîtrise exceptionnelles, Chevalier Paul s’est notamment illustré en libérant de très nombreux esclaves français des pachas turcs d’Alger, de Tunis ou de Tripoli, alors colonies de l’Empire ottoman.

Sans faire la moindre allusion à la carrière du Chevalier Paul, dont il semble – ou fait semblant – de tout ignorer, Jean-Marc Ayrault s’est félicité sur son blog de ce parrainage, estimant que ce dernier « constitue un moyen privilégié de maintenir et d’approfondir le lien qui doit unir l’armée à la nation. C’est la conscience que nous devons avoir des intérêts maritimes de la France, d’une ambition maritime partagée. »

Le conseiller spécial de François Hollande va jusqu’à suggérer « qu’un travail particulier pourra s’effectuer avec les écoles nantaises. Une école pourrait ainsi devenir partenaire de la frégate Chevalier Paul. Les élèves en suivraient les missions à distance, pourraient rejoindre la Frégate lorsqu’elle serait à quai à Toulon. Nous pouvons imaginer de multiples formes d’échanges qui viendraient régénérer ce lien entre les jeunes générations et la marine, car nous n’oublions pas le rôle de la défense comme élément de notre cohésion nationale. »

Enseigner dans les écoles nantaises les exploits de Monsieur de Saumeur, dit le Chevalier Paul, contre les Barbaresques ? Rappeler qu’il a contribué à tirer de leurs griffes des esclaves européens ? Voilà bien une heureuse initiative qui, malheureusement, risque fort de demeurer lettre morte. Elle pourrait en effet heurter les élèves issus de la « diversité » et donc compromettre le sacro-saint « vivre ensemble ». Un risque que le maire de Nantes, en bon oligarque mondialiste, n’est certainement pas prêt d’assumer.

Crédit photo : Michael Davies via flickr licence cc.

[cc] Novopress.info, 2012, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d'origine

20:19 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Islamistes arrêtés: et maintenant ? - Forsane Alizza : ce drapeau sera bientôt à l’Élysée !

 

Islamistes arrêtés : et maintenant ?
 
 
 
Le Bloc Identitaire a réagi dès vendredi 30 mars à l’interpellation le même jour de 17 personnes dans le cadre de l’islamisme radical :

Ce matin, 17 personnes liées aux milieux islamistes et notamment à l’organisation Forsane Alizza, ont été interpelées dans toute la France.

Lors de l’arrestation du leader de ce groupuscule salafiste, Mohammed Achamlane, trois fusils d’assaut, un pistolet automatique et une grenade ont été découverts.

Achamlane et Forsane Alizza ne sont pas des inconnus pour les identitaires. Ils nous avaient souvent pris pour cibles et en décembre 2010 ils s’en étaient pris aux Assises sur l’islamisation co-organisées par le Bloc Identitaire à Paris.

Ils n’étaient pas non plus des inconnus pour le gouvernement : Claude Guéant avait prononcé la dissolution de Forsane Alizza en février dernier. Une dissolution sans grandes conséquences, puisqu’au moment où le RAID donnait l’assaut sur l’appartement de Mohamed Merah, le site internet de Forsane Alizza était encore en ligne… [NDLR : le site est toujours en ligne aujourd’hui 1er avril)

Pourquoi avoir attendu l’affaire Merah pour ce coup de filet ? Quel est le degré de dangerosité de ces groupes ? Combien d’autres terroristes islamistes potentiels sur le territoire ?

Et que va-t-on faire de ces 17 personnes ?

Pour protéger notre peuple, il est désormais temps d’envisager une réforme profonde de notre Code de la nationalité, permettant la déchéance rétroactive de la nationalité française. Nous ne voulons plus de ces gens qui haïssent la France et la combattent chez nous !

Et le Bloc Identitaire de conclure :

Parce que les drames de Toulouse et Montauban ne doivent pas rester un fait divers mais marquer le début d’une véritable prise de conscience populaire, soutenez les Identitaires et la campagne “Mohamed Merah, chance pour la France ?”

Image : manifestation de Forsane Alizza à Paris. Copie d’écran d’une vidéo publiée par Forsane Alizza sur le web.

 

[cc] Novopress.info, 2012, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d'origine

19:51 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Un gang de pédophiles pakistanais arrêté à Oxford

 

Un gang de pédophiles pakistanais arrêté à Oxford
 
 
 

01/04/2012 – 08h30
OXFORD (NOVOpress) —
Des gangs de pédophiles sont régulièrement découverts en Grande-Bretagne. À chaque fois, les gros médias, et au premier chef la BBC, en parlent le moins possible. Étonnant ? Pas vraiment.

À la fin de 2010, après la mise au jour d’une affaire particulièrement atroce, une journaliste du Daily Mail avait osé rompre le silence : «C’est un sujet qui, dans la Grande-Bretagne politiquement correcte d’aujourd’hui est pratiquement tabou – un sujet rarement évoqué par la police, les tribunaux et même les agences de soutien psychologique aux victimes. La réalité est que les perpétrateurs sont presque tous des Asiatiques (Pakistanais) et que leurs victimes sont blanches ». Un peu plus tard, le Times et le Daily Telegraph avaient dénombré 17 procès depuis 1997, où des groupes d’hommes avaient été jugés pour exploitation sexuelle de filles âgées de 11 à 16 ans : 53 condamnés sur 56 étaient d’origine pakistanaise, 50 d’entre eux musulmans. Les agences et associations censées aider les victimes d’abus sexuels avaient alors « été accusées de dissimuler le rôle des musulmans pakistanais de Grande-Bretagne dans l’exploitation sexuelle de petites filles blanches». Des policiers avaient confié, sous le voile de l’anonymat, que les condamnations ne représentaient qu’une petite partie des crimes. « Ces filles, avait avoué un policier haut gradé, sont passées de main en main et traitées comme de la viande. Pour arrêter ce genre de crimes, il faut en parler, mais tout le monde a été dans la terreur d’aborder le facteur ethnique ».

Dix-huit mois plus tard, rien n’a changé. La police a annoncé il y a quelques jours qu’un groupe d’hommes avait été arrêté à Oxford dans une affaire d’exploitation sexuelle de 24 filles âgées de 11 à 16 ans. « Nous pensons avoir découvert un groupe criminel qui vendait des jeunes filles pour des rapports sexuels ». Les chefs d’accusation incluent la prostitution de mineures, l’administration de drogues pour perpétrer des viols, le proxénétisme et le dressage sexuel. Selon la police, « nous considérons les petites filles comme très, très vulnérables et c’est la raison pour laquelle elles ont été prises pour cibles ». Il s’agirait en particulier d’enfants ayant fait une fugue. La police « a refusé de donner des indications sur la nationalité des suspects ».

Sheila Taylor, directrice du National Working Group for Sexually Exploited Children and Young People, s’est précipitée dans la presse pour assurer que les victimes seraient prises en charge. Elle a tenu à ajouter (tiens donc !) : « L’expérience des membres de notre réseau est que tant les victimes que les criminels sont issus d’une gamme variée de milieux culturels et sociaux ».

La presse locale a ensuite donné les noms des six hommes qui ont comparu devant le tribunal d’Oxford et ont été placés en détention provisoire :

Akhtar Dogar est inculpé pour trois viols, un viol d’enfants, trois affaires de prostitution d’enfants, une menace de mort, et pour proxénétisme.
Son frère Anjun Dogar est inculpé pour viol d’enfant, prostitution d’enfant, et proxénétisme.
Kamar Jamil est inculpé pour quatre viols, deux affaires de prostitution d’enfants, une menace de mort, possession de cocaïne avec intention d’en fournir à quelqu’un.
Zeshan Ahmed est inculpé pour dix rapports sexuels avec enfant.
Bassan Karrar est inculpé pour avoir violé une petite fille.
Son frère Mohammed Karrar est inculpé de deux viols d’enfants et de fourniture de cocaïne à un enfant.

Sept autres hommes dont les noms n’ont pas été révélés ont été remis en liberté sous caution.

Le nombre des victimes identifiées s’élève désormais à 38, âgées de 11 à 16 ans.

[cc] Novopress.info, 2012, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d'origine

19:36 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

A Avallon: "Notre mosquée, je la voudrais en pierre du Morvan !"

Lire l'article: http://avallon.blog.lemonde.fr/2012/03/31/notre-mosquee-j...  

 

La France profonde se couvre de mosquées... Demain la charia et la djihad !

Demain, ils seront les maîtres, ils détruiront les cimetières de nos ancêtres comme ils l'ont fait en Algérie... 

Demain  l'horreur de la dhimmitude si nous ne réagissons pas dès aujourd'hui !

 

 

 

 

19:05 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Marine Le Pen répond à Anne-Sophie Lapix - 01/04/12

 

Posté par le 1er avril 2012

 

Invitée de « Dimanche Plus » sur Canal Plus, Marine Le Pen, candidate pour la défense de la France et de tous les Français à l’élection présidentielle de 2012, a répondu aux questions d’Anne-Sophie Lapix, notamment sur le pouvoir d’achat, le chômage, les conséquences d’une immigration incontrôlée depuis 30 ans en France.

« Je suis très différente des autres (candidats) sur ce sujet-là aussi, je montre ma différence. » Marine Le Pen précise que, dans son projet, « tous les traités européens ne pourront pas être modifiés sans un référendum » ; il en va de même pour l’euro où elle observe le « terrorisme intellectuel [...] auquel participe l’ensemble des médias qui consiste à faire peur aux Français ».

18:30 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

STATS MARS 2012

Visiteurs uniques:   27 587

Visites:       48 274

Pages:      195 484

Pages par jour  (Moy/Max):   6305 / 8052

Visites par jour (Moy/Max):   1557 / 3082

15:37 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Marine Le Pen: "Je suis la voix de l'exception française"

En meeting vendredi soir à Nice, Marine Le Pen a fustigé « l'islamisation rampante » et estimé que Nicolas Sarkozy avait « blâmé l'œuvre de la France en Algérie ».

 
Marine Le Pen s'est violemment attaquée à "l'immigration" à laquelle elle a lié "l'islamisation rampante"
 

« Je suis la seule candidate de la Nation ». En meeting vendredi soir à Nice (Alpes-Maritimes) devant 3.000 personnes, Marine Le Pen s'est présentée comme la défenseure de la France face à « l'étranger ». « Plus les jours passent, plus nous apparaissons comme le parti de la vérité face aux partis du cynisme », a estimé la candidate du Front national qui l'assure : « Je n'ai pas honte de dire que je suis une candidate nationale, que j'aime mon pays et que j'aime son drapeau ».

Cliquez ici !

Sans les citer, la leader frontiste a, pour commencer, fustigé un à un ses principaux adversaires dans la course à l'Élysée. « Nous avons un président sortant au bilan catastrophique qui s'accroche désespérément au pouvoir. Il n'a toujours pas de programme. Il nous le promet pour Pâques, nous l'aurons peut-être pour la Trinité », a-t-elle déclaré en évoquant Nicolas Sarkozy. Pour Marine Le Pen, « le candidat socialiste (François Hollande, ndlr) ne fait pas campagne lui non plus. Son ambition : faire moins pire que le président sortant ». Et de détourner et railler son slogan : « le changement, c'est comme avant ». Quand à François Bayrou, sa « famille politique assume le néant de son projet pour la France ».

"La voix de la survie de la France"

« Heureusement que nous sommes là », a estimé la candidate du FN. « J'ai soulevé les problèmes, mais en face de moi j'ai des anguilles qui esquivent ». Face à la réalité de leurs bilans, « la première réaction est : "c'est pas vrai", la deuxième réaction est : "c'est pas nous", puis la troisième réaction, en désespoir de cause, "c'est pas grave" ». D'ailleurs Marine Le Pen promet n'avoir « pas trouvé de différence entre le programme de Hollande et de Sarkozy ».

Se plaçant au-dessus des joutes politiques, la patronne du FN a assuré qu'elle se battait pour « vraiment changer les choses » : « Dans cette élection, ma candidature est unique. Unique, mais pas seule, parce que vous êtes là ». Sombrant alors dans un nationalisme romantique, elle a estimé être « la voix de l'exception française qui veut mettre à bas les élites ». Elle serait même « la voix de la survie de la France ». Et tandis qu'elle se présentait comme la « candidate de la Nation face à la gauche mondialiste » et « la droite du mensonge », Marine Le Pen a violemment et longuement dénoncé « l'immigration » à laquelle elle a directement lié « l'islamisation rampante ». Une diatribe particulièrement agressive mais massivement soutenue par les très nombreux hués qu'a laissé échapper son auditoire à chaque fois qu'elle a prononcé ces deux termes.

"En 130 ans, les Pieds-noirs ont fait un travail admirable"

Sans revenir sur l'affaire Merah, la chef du Front national a déploré la « ghettoïsation de la société » et énuméré certaines de ses propositions : suppression des aides sociales aux délinquants d'origine étrangère, expulsion des sans-papiers (« je mettrai les clandestins dehors, qu'ils aient un travail ou non »), ou encore rétablissement d'un service militaire d'un mois pour tous.

Profitant de la présence dans la salle de nombreux Pieds-noirs et descendants de Français d'Algérie, Marine Le Pen a également fustigé l'attitude du président sortant, accusé de s'être repenti devant le Premier ministre turc et « islamiste » Recep Tayyip Erdogan pour l'occupation de ce territoire par la France : « Nicolas Sarkozy a blâmé l'œuvre de la France en Algérie », a-t-elle estimé, jugeant qu'« en 130 ans, les Pieds-noirs ont fait un travail admirable. La France doit le reconnaître, la France ne doit pas l'oublier ».

La candidate frontiste a également déclaré que « nous ne devons pas oublier les Harkis, honteusement abandonnés par les pouvoirs publics ». « Si la France a une dette envers les Musulmans, c'est bien vis-à-vis des seuls Harkis qui ont versé leur sang pour la France », a-t-elle affirmé.

 

Par Philippe Peter
 
France-Soir - 31/03/12

03:41 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

FLN et collabos à Marseille: le FN dit non !

 

Le théatre de La Criée à Marseille a accueilli durant trois jours, tout le gratin du FLN et de ses porteurs de valises "français" autour d'un colloque traitant des 50 ans de la fin de la guerre d'Algérie.

Trois jours de haine anti-française en général, anti-pieds noirs et anti-harkis en particulier.

Les élus et les militants du Front National se sont joints au rassemblement organisé par des associations d'anciens combattants et de pieds-noirs pour accueillir les participants à cette provocation aux cris de COLLABOS et FLN ASSASSIN.

Plus que jamais, Pieds-Noirs doit rimer avec mémoire et histoire, la grande et glorieuse Histoire de France !

S.R.

photo (23).jpg

Devant La Criée ce vendredi 30 mars avant de revenir le lendemain, samedi 31 mars.

Entourés des militants marseillais, les élus frontistes Stéphane Ravier, Elisabeth Philippe et Laurent Comas sont venus défendre l'honneur de l'Algérie française et répéter que les assassins du FLN n'avaient pas leur place à Marseille.

 

Blog de Stéphane Ravier pour Marseille - 01/04/12

 

02:18 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Bruno Gollnisch: "Affaire Merah - La question qui n'est pas posée"

 

31 mars 2012

AFFAIRE MERAH : LA QUESTION QUI N’EST PAS POSEE

par Bruno Gollnisch, Député européen

La plupart des commentaires sur l’affaire Merah demandent de ne pas stigmatiser tous les Musulmans. Ils ont raison. Il n’y a pas dans notre culture occidentale, et il ne saurait y avoir, de responsabilité collective. En revanche, on voudrait être plus certain que l’Islam est bien pour tous les Musulmans cette religion de paix et d’amour que l’on nous vante dans autant de discours lénifiants. Poser la question, c’est hélas y répondre.

Un responsable de l’enquête a exposé que la date choisie par Merah pour ses crimes n’était pas choisie au hasard. Et notamment celle du 19 mars, jour anniversaire de l’entrée en vigueur des accords d’Evian. Puisque l’on nous y « invite » donc, rappelons que l’ islamisme fanatique et l’anti-occidentalisme furent parmi les principaux ressorts de l’action du F.L.N. algérien, aujourd’hui encensé de façon indécente, qui pratiqua systématiquement les assassinats de civils, y compris les assassinats d’enfants européens, (enfants de deux et trois ans égorgés, crucifiés sous les yeux de leurs parents) mais aussi musulmans, comme l’entière population du village de Melouza, les familles des malheureux harkis abandonnés par la France, etc.

Pas plus tard que cette semaine, dans Marianne, Zohra Drif, Sénatrice algérienne, revendique fièrement d’avoir contribué à l’attentat du « Milk Bar » et justifie ses assassinats. Mme Danielle Michel-Chich, qui avait alors 5 ans, y perdit une jambe, et sa grand-mère, qui l’y avait emmenée pour manger une glace. Elle lui répond de façon digne mais ferme. Les morts, eux, ne sont plus là pour répondre à la sénatrice meurtrière.

Mais revenons à Merah. Je laisserai de côté les aspects seconds, voire secondaires, comme les discussions pour savoir s’il aurait dû être neutralisé dès que la DCRI avait eu connaissance de son séjour au Pakistan. La gauche, qui a voté contre tous les systèmes de collecte d’information, paraît s’indigner de la carence des autorités. Que n’aurait-elle pas dit si l’on avait inculpé ou inquiété ce bon jeune homme au seul motif de cette ballade « touristique ».

Il est tout de même étrange, avouons-le, qu’on ait laissé prospérer ce réseau salafiste que la Dépêche du Midi qualifiait de « Bureau de recrutement pour le Djihad », et dont onze membres avaient été arrêtés…dès le 14 février 2007 ! Quant à la « neutralisation » de Mohammed Merah, il est vrai qu’il eut bien mieux valu le prendre vivant, afin d’en tirer plus d’informations. Mais c’est facile à dire pour des commentateurs qui écrivent tranquillement leur « papier » dans leur bureau, et qui n’ont jamais entendu siffler que des balles de tennis. Moins facile pour des policiers en situation dont la vie est directement menacée.

Ce qui m’intéresse ici se situe en amont de tout cela : que faisait ce garçon dans un pays –le nôtre- qu’il haïssait, comme d’autres membres de sa famille ? Comment d’ailleurs, et pourquoi, cette famille est-elle arrivée-là, dans un pays où théoriquement l’immigration de travail a cessé depuis 1975 ? A quelle rationalité obéissait cette présence ? Quel profit la communauté nationale a-t-elle retiré de cet « apport » au regard des coûts ? Je ne parle pas des coûts consécutifs au drame : humains-ils sont irréparables- ou matériels : les pensions dues aux veuves, aux orphelins, etc. Non, je parle de ce qu’il y a eu avant, et que l’on n’évoque pas, ou si peu, ou par bribes, et pour cause :

Combien donc a coûté la famille Merah à la France ? le Père, Mohammed Melal Merah, qui nous a légué ses rejetons et s’en est si peu ou mal occupé, incarcéré ici quatre années pour trafic de drogue, et qui a eu le bon goût de retourner en Algérie. La mère, les deux frères, les deux sœurs, M. Essid le beau-père, et Sabri Essid, le fils de ce dernier, autre militant salafiste, arrêté les armes à la main, fin 2006 en Syrie, près de la frontière avec l’Irak, condamné et incarcéré en France !

- Quelle partie des dépenses de la collectivité a été couverte par leur travail ?

Et en particulier pour feu Mohammed Merah : combien a –t-il coûté à ce pays, qu’il a remercié par ces actes affreux, en allocations pré- et post- natales, en scolarisation gratuite (avec bourses ?), en allocations familiales, en soins gratuits remboursés par la sécurité sociale, y compris l’hépatite A contractée au Pakistan, en formation professionnelle (C.A.P. Carrossier), en Aide Personnalisée au Logement, en R.S.A. ? Combien ont coûté ses méfaits précédents, ses 18 arrestations, ses 15 condamnations, en dommages, déprédations, temps passé de policiers, de magistrats, de greffiers, d’éducateurs, etc. ? et ses 21 mois d’incarcération ?

Oui, combien tout cela a-t-il coûté ? 200.000, 300.000, 400.000 € ? moins ? plus ?

Et ceci induit bien sûr une deuxième question. LA question. Question taboue pour le « politiquement correct ». Question qui NE DOIT pas être posée selon, entre autres, le journal Libération. Et qui de fait ne l’a pas été. La question de la Nationalité. Il paraît qu’à l’UMP Jacques Myard, député, l’a soulevée avec trois autres parlementaires du même bord. Ils demandent que désormais l’octroi de la nationalité française à des étrangers nés en France n’ait plus de caractère automatique.

Dans Libé, journal passé du maoïsme à Rothschild, aujourd’hui son principal actionnaire, devenu gazette officielle de la bien-pensance, et arbitre des élégances morales, M. François Sergent, éditorialiste, s’en indigne. Il stigmatise le « Propos ignoble et hystérisé » (sic). Il s’écrie : « Merah est aussi français que Jacques Myard ». Il martèle « Merah est certainement un monstre, mais un monstre français ». Nous y voilà. Il faut que Merah soit de chez nous. Bien de chez nous. Rien que de chez nous. Parce qu’il faut que quelque part la France soit coupable. Et personne d’autre.

Coupable, la France, de n’avoir pas été assez gentille avec celui que son ex-avocate, dans le même journal, nous présente comme « Gentiment crâneur, attachant, maladroit » (pas dans le maniement des armes, semble-t-il), car « Son rapport aux adultes était marqué par une grande politesse, une certaine délicatesse. Il était attentif à ses interlocuteurs » (les victimes apprécieront). Elle gardera donc l’ « image de ce gosse souriant, nuque courte, jean taille basse, polo « Ralph Lauren » (sic). Comme tout cela est touchant ! D’autant plus que Libé prend bien soin de ne pas nous dire un mot des raisons qui ont valu à Merah ses déboires judiciaires. Et de conclure :

« Jusqu’à quelle génération un enfant né français sera-t-il renvoyé à son origine algérienne, pour combien de générations son ascendance le fera-t-il éternellement étranger au pays qui est le sien ? ». Voilà, M. Sergent, un noble et beau discours, que beaucoup d’enfants d’origine européenne eussent aimé entendre lors de l’indépendance algérienne, eux dont les familles étaient en Algérie depuis parfois six générations, au lieu de se voir proposer le « choix » entre la valise ou le cercueil !

Mais il n’est pas besoin de remonter si loin ! Mohammed Merah est de la première génération à être francisée, et il l’a été, sans perdre sa nationalité d’origine, par l’effet quasi-automatique d’un Code de la Nationalité qui distribue la qualité de Français aussi bien à ceux qui l’on méritée qu’à ceux qui ne la méritent pas, à ceux qui la désirent comme à ceux qui la méprisent, à ceux qui aiment la France comme à ceux qui la haïssent. Et c’est là tout le problème ! Un problème tabou, mais un vrai, un grave, un très grave problème !

En réalité, comme je l’ai dit dès le début de cette affaire, et comme presque tous les media l’ont occulté, le plus longtemps possible, Merah, né le 10 octobre 1988 de parents algériens, avait la double nationalité. C’était d’ailleurs une évidence. Croyez-vous un seul instant que la France ne revendiquerait pas comme l’un des siens, par exemple, un enfant né de père français et de mère française au Guatemala, et ce au seul motif que sa naissance dans ce pays lui vaudrait la nationalité guatemaltèque ?

A ce compte-là, Valéry Giscard d’Estaing serait allemand ; Jean-Luc Mélenchon, Elisabeth Guigou et Dominique de Villepin marocains ; Edouard Balladur, turc ; Bertrand Delanoë, tunisien ; puisqu’ils sont nés respectivement à Coblence, à Tanger, à Marrakech, à Rabat, à Smyrne, à Tunis ! Absurde ? Oui, absurde, en effet ! C’est donc que la filiation, est un critère a priori bien plus fort que le lieu de naissance dans l’attribution de la nationalité. Et voila justifié ce fameux droit du sang, ius sanguinis, que d’incultes crétins font remonter à Adolf Hitler, alors que ce concept de droit romain, le plus important dans les droits de la nationalité de tous les pays du monde, se trouve depuis toujours dans tous les manuels de droit international privé des facultés de droit, sans exception. Concept si peu « racial » qu’il englobe aussi l’attribution de la nationalité de l’adoptant à l’adopté, du moins dans l’adoption plénière.

Eh bien si nous considérons qu’un enfant né de parents français, même à l’étranger, est français, l’Algérie, très légitimement, fait de même pour les siens. Merah était donc algérien, et son père vient de vendre la mèche en révélant qu’il avait toujours eu un passeport algérien.

Et j’en viens à ma conclusion : si le Code de la Nationalité était ce qu’il devrait être, comme ce qu’il est dans la plupart des pays du monde, la naissance sur le sol français ne lui aurait conféré aucun droit automatique. Elle eût été un simple élément à l’appui d’une éventuelle demande de naturalisation. Naturalisation accordée à ceux qui s’en sont montré dignes-(il y en a, bien sûr !), et refusée aux autres, comme ç’eût été le cas en l’espèce, compte tenu de ses multiples méfaits. Mieux : les méfaits des rejetons –et du père- auraient conduit dans n’importe quel pays à la résiliation des autorisations de séjour de cette famille étrangère.

Car le séjour en France n’est pas un droit. C’est une faveur. Les parents Merah qui, contrairement aux exigences de la loi, ne se sont pas présentés lors des comparutions de leur rejeton, n’auraient pas pour autant été condamnés. Mais il leur aurait été enjoint de retourner dans leur pays avec leur descendance, puisque certains de leurs enfants troublaient gravement l’ordre public français. C’est ce qui arrive en pareil cas dans la plupart des pays du monde.

C’est certainement ce qui arriverait à une famille française dont les enfants commettraient des méfaits en Algérie. C’est conforme au droit international public. Et c’est le bon sens. Et cela aurait très certainement sauvé six vies, sans compter celle de Merah lui-même qui aurait eu cependant intérêt à filer doux : la police et la justice algérienne sont moins compréhensives que les nôtres.

Un dernier mot. Je connais M. Myard depuis 26 ans. C’est un collègue aimable. Quand j’étais député en 1986 à l’Assemblée Nationale, membre de la commission des Affaires Etrangères, il était Conseiller de M. Michel Aurillac, ministre de la Coopération dans le gouvernement Chirac. J’avais été élu sur le programme du Front National ; la majorité chiraquienne avait été élue sur un pâle décalque de ce programme FN, qui s’appelait « la plate-forme commune RPR-UDF » (on dirait aujourd’hui : « la plate-forme UMP »). Dans ce document, RPR et UDF s’engageaient solennellement à changer le Code de la Nationalité pour faire disparaître les cas de « naturalisation automatique ». Il fallait empêcher les électeurs d’aller massivement vers le Front

Quand la mandature s’est terminée, RPR et UDF avaient renoncé à changer quoi que ce soit. Ils n’ont pas changé un seul mot des lois sur la nationalité. 26 ans après, ils en sont toujours aux promesses électorales. Votez Marine Le Pen.

 

P.S. Cet article me vaudra, c’est sûr, comme d’habitude, des accusations de dureté de cœur, d’incitation à la haine, de récupération politique, et tout le bazar habituel de la rhétorique des bien-pensant. Je m’en contrefiche. Comme l’écrivait Chateaubriand, il est des temps où il faut être économe de son mépris, à cause du grand nombre de nécessiteux. Je réserve ma compassion aux victimes : aux soldats français, aux enfants et à leur maître assassinés d’aussi ignoble façon.

Et aussi aux victimes d’avant le crime : à Bitru, figure du français de souche –du « souchien », comme ils disent- qui part au boulot tous les matins, qui n’emmerde personne, qui élève ses gosses, qui n’aura jamais de quoi se payer le pavillon de ses rêves, qui vivra ses dernières années avec 750€ de retraite, et qui, sans le savoir-et sans qu’on lui ait jamais demandé son avis- a entretenu Merah par son travail, ses cotisations et ses impôts…

Quant à ceux qui m’accuseront d’écrire par détestation de l’Algérie ou des Arabes, ils ont aussi tout faux : je n’ai rien contre les Algériens ; je souhaite des relations apaisées et mutuellement profitables avec l’Algérie. La famille Merah aurait pu venir d’Argentine, d’Albanie, du Kirghizistan ou du Zimbabwé, mon raisonnement serait le même.

 

02:02 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Rhône: un élu de gauche, François Desbois, condamné pour agression sexuelle sur mineur

Ce scandale politique fera-t-il autant de bruit qu’un bal à Vienne ? Notez que cet article du Progrès tait l’appartenance politique de François Desbois…

François Desbois apparaît dans la liste unique de la gauche comme « un nouveau souffle pour Neuville ».

François Desbois

François Desbois, 58 ans, ancien cadre à La Poste, a été condamné par le tribunal correctionnel de Lyon pour agression sexuelle sur mineur, à quinze mois de prison avec sursis et mise à l’épreuve et obligation de soins.

En tant que conseiller municipal à Neuville-sur-Saône, il avait eu l’occasion de siéger au conseil local de prévention de la délinquance (sic). Mercredi, il s’est retrouvé de l’autre côté de la barre, inscrit au fichier des délinquants sexuels.

L’homme était poursuivi pour avoir pris, en 2008, des photos d’une adolescente âgée de 13 ans, posant nue dans sa salle de bain. Selon le récit de la victime, il en avait profité pour se livrer à des attouchements. (…)

Pour le procureur, il avait profité de l’isolement d’une adolescente en rupture familiale. Un homme décrit en pervers par une expertise, en manipulateur par sa propre fille, a ajouté le procureur Jean Varaldi. « Attention au mauvais portrait », a répondu Flavien Barioz, avocat de la défense, qui a bataillé les versions accablantes des parties civiles.

 

François Desbois avec Jack Lang au salon européen
de l’art contemporain en avril 2010

Source : Le Progrès, Merci à Miserecord

Défrancisation 

01:30 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Nicolas Sarkozy invoque l'Histoire pour mobiliser les jeunes...

PARIS (Reuters) - Nicolas Sarkozy a invité samedi la jeunesse à s'inspirer des valeurs de la génération de la Résistance pour oser, créer et tirer un trait sur 30 années de pensée unique et de dérives qui ont plongé le monde dans la crise, afin de l'aider à construire "une France forte dans une Europe forte".

Le président candidat s'exprimait devant plusieurs milliers de jeunes rassemblés dans un hall du parc des Expositions de la porte de Versailles à Paris, à trois semaines du premier tour de la présidentielle.

Pour cet exercice obligé de toute campagne électorale, le meeting avec les jeunes, il a eu recours au lyrisme dans un discours aux allures de leçon d'histoire et de morale qui portait la marque de sa plume habituelle, son conseiller spécial Henri Guaino.

Il a invoqué aussi bien le général de Gaulle, le pape Jean-Paul II, les mots d'une rescapée d'Auschwitz que Rimbaud et le révolutionnaire Saint Just pour inviter la jeunesse à l'action et à ne laisser "personne écrire votre Histoire à votre place".

Il a pris comme modèle la génération de la guerre, "transcendée par l'épreuve", qui a su faire la paix, construire l'Europe, permettre les "Trente glorieuses", créer la sécurité sociale et donner le droit de vote aux femmes, avant d'invoquer comme repoussoir la période qui a suivi mai 1968.

"Ont suivi 30 années de pensée unique, d'aveuglement, de désordre monétaire, de mondialisation sans règle, de spéculation, de laxisme financier, de dévalorisation systématique du travail, de dépréciation du mérite, d'affaiblissement de l'autorité, de relâchement", le tout générant des "crises sans précédent qui ont fait passer le monde au bord du gouffre".

UNE BANQUE DE LA JEUNESSE

A partir de là, il a défendu plusieurs des mesures qu'il propose depuis le début de la campagne pour une France et une Europe qui protège ses entreprises et contrôle son immigration.

Il n'a fait aucune allusion directe au chômage des jeunes, réaffirmant seulement sa volonté de généraliser l'apprentissage, y compris dans l'administration, et indiqué sans autre précision son intention de doubler les effectifs du service civique.

Ceux-ci s'élèvent pour l'instant à plus de 22.000 et le gouvernement avait pour ambition de signer 25.000 contrats en 2012 et 75.000 à partir de 2014. Le candidat socialiste François Hollande a retenu pour sa part un objectif de 100.000 contrats.

La seule véritable annonce du discours de Nicolas Sarkozy a été celle de la création d'une "banque de la jeunesse" qui permettrait de financer, sous forme de caution, des projets d'étude, de formation ou d'entreprises.

Bernadette Chirac, l'épouse de l'ancien président de la République, et l'ex-ministre de l'Ecologie Jean-Louis Borloo étaient au premier rang des invités pour cette intervention au cours de laquelle il n'a pas fait preuve de la même virulence vis-à-vis de l'opposition que lors de ses sorties précédentes.

Sans les nommer, il a néanmoins stigmatisé les socialistes, quand il a dénoncé dans les opposants à Hadopi, la loi qui protège la création sur internet, des "démagogues", des "apôtres du jeunisme (...) tous ceux qui n'ont que la lâcheté en eux".

Edité par Marine Pennetier

Yahoo! Actu

01:24 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Coran ou l'incitation à la haine sans complexe

Je suis surpris de constater la violence de certains musulmans en France (affaires Youssouf FOFANA, Mohamed MERAH et leurs émules...), ainsi que dans le monde où 99% des gens qui meurent au nom d'un dieu meurent en fait au nom d'Allah.
J'ai donc décidé de lire le Coran pour voir si ce texte présentait un lien avec cette violence. Ce que j'y ai découvert est effrayant et susceptible de vous intéresser.

J'y ai trouvé des versets d'une violence inouïe.
Non pas des histoires à lire comme des romans d'aventure, à l'instar de l'Ancien Testament, qui nous conte les démêlés du peuple juif avec ses voisins aujourd'hui disparus.
Mais des textes mettant directement en cause nos concitoyens, chrétiens, juifs, ou athées... voire même musulmans jugés trop "modérés".
Des textes appelant sans ambiguïté à la haine, à la discrimination, et au meurtre des Français.
Non pas 2 ou 3 mais des centaines (!) d'articles aussi allégoriques que le code Napoléon, qui stigmatisent, insultent, condamnent parfois à mort nos concitoyens en raison de leurs croyances religieuses (ou de leur absence de croyance).
Des textes contrevenant sans aucun doute à la loi du 29 juillet 1881 modifiée en 2004.

Jugez plutôt avec ce petit échantillon :

sourate 9 v29 : "Combattez ceux qui ne croient pas en Allah, qui ne considèrent pas comme illicite ce qu'Allah et son prophète ont déclaré illicite (...) jusqu'à ce qu'ils paient, humiliés et de leurs propres mains le tribut."

sourate 2 v216 : "Le combat vous est prescrit et pourtant vous l'avez en aversion. Peut-être avez-vous de l'aversion pour ce qui est un bien et de l'attirance pour ce qui est un mal. Allah sait et vous ne savez pas"

sourate 9 v5 : "lorsque les mois sacrés seront expirés, tuez les infidèles partout où vous les trouverez. (...)"

sourate 8 v17 : "Vous ne les avez pas tué (vos ennemis). C'est Allah qui les a tués. Lorsque tu portes un coup, ce n'est pas toi qui le porte mais Allah qui éprouve ainsi les croyants par une belle épreuve"

sourate 47 v35 : "Ne faiblissez pas et ne demandes pas la paix quand vous êtes les plus forts et qu'Allah est avec vous ! (...)"

- Concernant l'incitation à la torture (oui, dans un texte religieux de référence !) :
sourate 5 verset 33 : "la récompense de ceux qui font la guerre à Allah (...) c'est qu'ils soient tués ou crucifiés, ou que soient coupés leurs mains ou leurs pieds (...)"

- Concernant la provocation à la discrimination et à la haine des non-musulmans (athées ou membres des autres confessions) :
sourate 9 verset 28 : "les infidèles ne sont que souillure"
sourate 9 verset 30 : (les juifs et les chrétiens) "Qu'Allah les maudissent(...)"
(Remarque : dans l'Islam, maudire quelqu'un ou l'accuser d'être impur sont ce qu'on peut porter de pire comme attaque verbale ; un peu l'équivalent de notre moderne "fils de pute")

Les juifs sont décrits comme des êtres injustes, des pervers sans foi ni loi (sourate 2 verset 89/95, sourate 2 verset 79/85, sourate 2 verset 73/79, sourate 5 verset 41)
La sourate 4 est un torrent de colère et de haine contre les juifs (versets 154, 155, 156, 157) tandis que la sourate 62 verset 5 les compare à des ânes...

- Concernant la liberté de culte :
sourate 4 verset 89 : "(ceux qui quittent l'Islam) saisissez-les alors, et tuez-les où que vous vous trouviez."
- Concernant la liberté de disposer de son corps :
sourate 4 verset 19 (ou 15) : (les lesbiennes) "Retenez ces femmes dans vos demeures jusqu'à ce que la mort les rappelle (...)"
etc...etc...J'arrête-là la litanie pour ne pas lasser...

Ces quelques exemples suffisent amplement à justifier les actes de Mohamed MERAH et de tous ses partisans actuels...et futurs !
Il me semble qu'ils amènent tout citoyen à se poser les questions suivantes :

- Comment, en France, les maires peuvent-ils subventionner une religion s'appuyant sur de tels textes (en contournant les loi sur la laïcité !), sans au moins exiger en contre-partie la suppression des versets illégaux ? Simple ignorance, ou préoccupations clientélistes ?
- Comment dans notre République laïque, les pouvoirs publics peuvent-ils puiser leur inspiration dans ce même texte scélérat pour les guider dans la gestion de notre société (prescription de repas sans porc, ou de viande hallal dans les cantines scolaires ou militaires, autorisation du voile islamique...) sans s'intéresser à l'ensemble du message véhiculé ?
- Est-ce qu'un texte, sous prétexte qu'il sert de référence religieuse, a le droit de véhiculer les idées les plus abjectes et les plus contraires à notre démocratie ?

(...)

Par Cassandre - 31/03/12

AGORAVOX

01:09 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

A Nice, Jean-Marie Le Pen explique comment Sarkozy "gonfle" les sondages de Mélenchon !


Marine Le Pen en meeting vendredi à Nice pour... par BFMTV

00:14 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Marine Le Pen et les Français entonnent la Marseillaise à Nice !

30/03/12

00:03 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

31/03/2012

"Si Sarkozy était réélu, la France serait en voie de disparition" - Interview de Marine Le Pen dans Nice-Matin

Posté par le 31 mars 2012

 

Marine Le Pen, candidate à l’élection présidentielle de 2012, a accordé un entretien à la rédaction du journal Nice Matin. La candidate qui se qualifie d’« exception française » aborde plusieurs sujets dont le déficit, la dette de la France, le statut d’autoentrepreneur, la moralisation de la vie politique, l’affaire Bettencourt.

Vous réjouissez-vous du recul du déficit public à 5,2 % du PIB en 2011 ?
Ce chiffre est une vaste escroquerie. Il n’intègre pas les plans de renflouement des différents pays, ni l’augmentation du Mécanisme européen de stabilité que Sarkozy veut monter à 1.000 milliards. C’est aussi une vaste escroquerie parce que la dette continue à s’enfoncer.

Lire l’intégralité de l’interview

23:53 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Marine Le Pen en meeting à Nice - 30.03.12

23:35 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Essonne: des policiers pris pour cible dans la cité des Tarterêts

                      

Archives - Un véhicule de la brigade anti-criminalité (BAC) circulait aux alentours de 19 heures dans cette cité réputée sensible quand il a été «chargé» par une trentaine d'individus qui ont lancé divers projectiles dont des parpaings, selon une source policière.

 Un véhicule de la brigade anti-criminalité (BAC) circulait aux alentours de 19 heures dans cette cité réputée sensible quand il a été «chargé» par une trentaine d'individus qui ont lancé divers projectiles dont des parpaings, selon une source policière.
 

 

Une voiture de police banalisée a été prise pour cible par une «trentaine» de personnes vendredi dans la cité des Tarterêts à Corbeil-Essonnes (Essonne). Le véhicule de la brigade anti-criminalité (BAC) circulait aux alentours de 19H00 dans cette cité réputée sensible quand il a été «chargé» par une trentaine d'individus qui ont lancé divers projectiles dont des parpaings, selon une source policière.
 

Un fonctionnaire de police a été «légèrement blessé» par des éclats de verre, qu'il a reçu dans les yeux. Des renforts ont été aussitôt envoyés sur place pour sécuriser les lieux et ont procédé à l'interpellation d'un suspect, vers 20 heures. Celui-ci qui est soupçonné d'être l'auteur principal des faits était en garde à vue samedi dans la matinée, a indiqué la source policière.

LeParisien.fr   - 31/03/12

23:10 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Hollande et Sarkozy dans le même panier pour The Economist

François Hollande et Nicolas Sarkozy ne sont pas les hommes de la situation selon The Economist. L'influent hebdomadaire britannique du monde des affaires, estime que l'élection du candidat PS pourrait avoir des "conséquences dramatiques". La réélection du président présenterait elle aussi des "risques"

 
Nicolas Sarkozy et François Hollande
 

Pas sûr que François Hollande et Nicolas Sarkozy vont acheter The Economist cette semaine. Car l'hebdo n'est pas tendre avec les deux candidats à l'élection présidentielle. Pour lui, il n'y a pas de vainqueur entre les deux hommes. Il estime en effet que l'élection de François Hollande à la présidence pourrait avoir des « conséquences dramatiques », sans épargner Nicolas Sarkozy dont la réélection présenterait aussi des « risques », selon lui.

Sous le titre « La France dans le déni », l'éditorial du numéro à paraître vendredi juge qu'il y a « plus inquiétant encore que la mauvaise foi » de l'un ou l'autre des candidats: « la possibilité qu'ils pensent vraiment ce qu'ils disent » dans leurs programmes. A l'attentisme prêté aux deux candidats face à la situation économique de la France qu'il juge « particulièrement sombre », The Economist oppose « la rafale de réformes » conduites en Italie, en Espagne ou en Grèce. « Une France léthargique et non réformée pourrait bien se retrouver au centre de la prochaine crise de l'euro », met-il en garde.

"La France insouciante est sur le point d'être rattrapée par la dure réalité"

« Il n'est pas inhabituel que des responsables politiques ignorent des vérités dérangeantes pendant les campagnes électorales mais il est inhabituel, ses derniers temps en Europe, qu'ils les ignorent aussi totalement que le font les hommes politiques français », assène le journal. « Et avec M. Hollande, qui, après tout, est encore le vainqueur le plus probable, cela pourrait avoir des conséquences dramatiques », assure-t-il. Si le « protégé » de François Mitterrand (en français dans le texte) était élu, il « pourrait s'apercevoir après quelques semaines, et pas des années, que les investisseurs fuient le marché obligataire » français, prévient The Economist.

Quant au « nombre de gens aisés et de jeunes Français qui rejoignent la Grande-Bretagne (et son impôt sur le revenu à 45% maximum), il pourrait grimper rapidement », met-il encore en garde. Pour autant, The Economist n'épargne par le chef de l'Etat sortant. « Même si c'est Nicolas Sarkozy qui est réélu, les risques ne disparaîtront pas », poursuit son éditorial. « Il n'ira pas jusqu'à proposer quelque chose d'aussi stupide que de taxer à 75% (les revenus supérieurs à un million d'euros, comme François Hollande, NDLR) mais il n'envisage ni les réformes radicales ni la réduction structurelle des dépenses publiques dont la France aurait besoin », déplore le journal. Conclusion amère de The Economist: « La France insouciante est sur le point d'être rattrapée par la dure réalité, quel que soit le président ». Pas très encourageant...

Actu France-Soir

02:54 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)