Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/10/2011

La Libye sous le pouvoir des milices islamistes - Point de la situation par Bernard Lugan

 

Analyse de Bernard Lugan

Les nouvelles images du lynchage du colonel Kadhafi qui commencent à être diffusées sur le net annoncent un « hiver libyen » plein de douceurs et de mièvreries… Mais au-delà de la mort atroce de l’ancien chef de l’Etat libyen, quelle est la situation sur le terrain au moment où ces lignes sont écrites ?

Plus que jamais, le CNT ne représente que lui-même et c’est d’ailleurs pourquoi il demanda avec une grande insistance, mais en vain, que l’Otan maintienne sa présence. Ce pseudo gouvernement sait en effet qu’il porte un péché originel : celui d’avoir été mis en place par l’Otan, donc par les « impérialistes » et les « mécréants ». Ses lendemains vont donc être difficiles. D’autant que ses principaux dirigeants, tous d’anciens très hauts responsables de l’ancien régime et donc des « résistants de la dernière heure », commencent à être mis en accusation par certains de ces chefs de guerre qui détiennent désormais les vrais pouvoirs.

Le président du CNT, Mustapha Abd el Jalil, a déclaré que la charia serait désormais la base de la Constitution ainsi que du droit, que la polygamie, interdite sous Kadhafi, serait rétablie et que le divorce, autorisé sous l’ancien régime, était désormais illégal. Enfermé dans leur européocentrisme, les Occidentaux ont considéré que ces déclarations étaient « maladroites ». Leur erreur d’analyse était une fois de plus totale car ces propos à but interne étaient destinés à amadouer les milices islamistes auxquelles le pouvoir du CNT est suspendu. Pour mémoire, Mustapha Abd el Jalil, l’ami de BHL, était le président de la Cour d’appel de Tripoli qui, par deux fois, confirma la condamnation à mort des infirmières bulgares et en 2007, le colonel Kadhafi le nomma ministre de la Justice. En dépit de son passé kadhafiste, Abd el Jalid est pourtant respecté par certains islamistes car il est proche des Frères musulmans, mais son pouvoir ne dépasse pas son tapis de prière.

 

La Libye est en effet éclatée entre plusieurs zones contrôlées par des chefs de guerre jaloux de leur autonomie et prêts à s’entre-déchirer, comme en Somalie. Ces territoires ont tous une ouverture sur la mer et une profondeur vers l’intérieur pétrolier ou gazier, ce qui fait que, comme je le disais il y a déjà plusieurs semaines déjà, le pays est aujourd’hui découpé en « touches de piano ».

Benghazi est sous le contrôle de plusieurs milices islamistes, elles-mêmes éclatées en un grand nombre de petits groupes plus ou moins autonomes, mais c’est à Tripoli que se joue l’unité de la Libye.
Dans la capitale, le chef du CNT, Mustapha Abd el Jalil s’appuie sur le TMC (Tripoli Military Council) qui engerbe plusieurs milices islamistes pouvant mobiliser entre 8000 et 10 000 combattants. Le chef du TMC, originaire de Tripoli, est Abd el-Hakim Belhaj dit Abu Abdullah Assadaq. Ayant combattu en Afghanistan, ce partisan du califat supra frontalier fonda le Libyan Islamic Fighting Group dans les années 1990. Ayant fui la répression anti islamique du régime Kadhafi, il retourna en Afghanistan où il fut arrêté en 2004 puis remis à la police libyenne avant d’être libéré au mois de mars 2010, à la veille de l’insurrection de Benghazi.
Durant la guerre civile, le TMC fut armé et encadré par les services spéciaux du Qatar et il reçut une aide « substantielle » de la part de certaines unités « spécialisées » de l’Otan. Ce fut lui qui prit d’assaut le réduit de Bab al-Aziya à Tripoli. Plusieurs autres milices islamistes se partagent la ville et n’acceptent pas le leadership reconnu au TMC par Mustapha Abd el Jalil. Pour encore compliquer l’embrouille locale, le 2 octobre, fut fondé le Tripoli Revolutionists Council ou TRC, par Addallah Ahmed Naker al-Zentani, originaire de Zentan mais indépendant des milices berbères de cette dernière ville.

A Misrata, les milices se considèrent comme l’élite des révolutionnaires et leur prestige est immense depuis qu’elles ont capturé le colonel Kadhafi. Ce furent certains de leurs hommes, gentils démocrates si chers aux médias français, qui lynchèrent et sodomisèrent vivant l’ancien guide et qui, comme « trophée », emportèrent son corps dans leur ville.
Misrata est sous le contrôle du Misurata Military Council (MSR), qui engerbe plusieurs milices dont la principale est la Misurata Brigade. La situation est cependant confuse car les combattants sont divisés en plusieurs dizaines de groupes commandés par des chefs indépendants rassemblant au total plusieurs milliers d’hommes. A la différence du TMC, le MSR n’a pas besoin d’aide étrangère car il dispose d’énormes quantités d’armes pillées dans les arsenaux de l’ancienne armée.
Les miliciens de Misrata ont une forte tendance à l’autonomie et ils ne semblent pas vouloir accepter de se soumettre au CNT. De plus, ils se méfient des originaires de Benghazi. Pour pouvoir espérer prendre le contrôle de la ville, le CNT devra donc, comme à Tripoli, s’appuyer sur certaines milices contre les autres, ce qui promet bien des « incidents ». Des tentatives de rapprochement ont été faites en direction de Salim Joha, chef de l’Union on Libya’s Revolutionary Brigades, mais rien de concret ne s’est produit pour le moment. Le CNT pourrait également tenter d’amadouer Misrata en nommant Abdul Rahman Swehli Premier ministre, ce qui lui permettrait du même coup d’échapper à la main-mise des clans de Benghazi.

Autre zone ayant échappé au contrôle du CNT, le pays berbère de Zentan avec sa puissante milice ancrée sur djebel Nefuza. Ce furent les Berbères qui permirent l’assaut sur Tripoli en prenant à revers les forces de Kadhafi, opération préparée par les forces spéciales de l’Otan.
Zentan est contrôlée par le Zentan Military Council (ZMC), dont les milices arborent le drapeau amazigh. Militairement, les milices berbères sont les mieux formées de toute la Libye, leurs cadres étant d’anciens officiers libyens. Les deux principales unités berbères sont la Zentan Brigade commandée par Muktar al-Akdhar et la Kekaa Brigade, chacune forte d’environ 1000 combattants. Ces milices ont refusé de quitter Tripoli en dépit des ordres du CNT, ce qui provoqua de graves tensions. Le 3 octobre, après un ultimatum du CNT, la Brigade Kekaa se livra même à une véritable tentative d’intimidation, paradant dans Tripoli et attirant la réplique des islamistes. La guerre civile fut alors évitée de justesse, mais ce n’est que partie remise…

Ceux qui, poussés par BHL, décidèrent d’intervenir en Libye et de s’immiscer dans une guerre civile qui ne concernait en rien la France, vont désormais porter la très lourde responsabilité des événements dramatiques qui s’annoncent et qui vont se dérouler à quelques heures de navigation de nos côtes.

NPI

20:38 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Assad menace et promet "un séisme" en cas d'intervention occidentale

article_elassad.jpg syrie.jpg

Alors que la répression s'intensifie en Syrie - au moins 50 civils ont été tués au cours des dernières 48 heures et des déserteurs ont tué au moins 30 soldats dans des affrontements à Homs et dans la province de d'Idlib samedi, le président Bachar al Assad maintient sa ligne de défense et menace les Occidentaux, déjà accusés par l'un de ses ministres d'"attiser la violence en Syrie" (Lire notre article : Syrie : la communauté internationale demande le départ d'Assad). L'insurrection qui secoue le pays depuis sept mois peut-elle aboutir au renversement de son gouvernement, comme en Tunisie ou en Egypte? La situation est "complètement différente", affirme le président syrien dans un entretien accordé dimanche au journal britannique The Sunday Telegraph. "L'histoire est différente et la politique est différente", précise Bachar al Assad qui reconnaît que les pays occidentaux "vont faire monter la pression".

Mais selon lui, le Syrie est "un élément clé central désormais dans la région". Et la déstabiliser reviendrait à déstabiliser tout le Proche-Orient. "Il existe une ligne de faille et si vous jouez avec la Terre vous risquez de provoquer un séisme", affirme-t-il avant de devenir plus menaçant : "Voulez-vous connaître un nouvel Afghanistan ou même des dizaines d'Afghanistan? La Syrie n'hésitera pas à embraser  toute la région." Il estime que les réformes entreprises depuis le début des manifestations ont fait "décroître" les problèmes. "La vague a commencé à refluer. Les gens ont commencé à soutenir le gouvernement."

Une nouvelle provocation qui intervient avant une rencontre entre les ministres de la Ligue arabe et des dirigeants syriens à Doha, au Qatar, dimanche. Objectif? Instaurer un début de dialogue entre le gouvernement Assad et les opposants. Selon le quotidien koweïtien Al-Qabas, la Ligue arabe a d'ores et déjà averti Bachar al Assad qu'une intervention internationale serait inévitable "si une solution arabe échouait". "La Syrie devrait s'attendre à une intervention étrangère et à un embargo économique", ajoute le journal.

Assad "compte sur le soutien de la Russie" 

Dans une interview diffusée dimanche à la télévision russe, le président syrien a réaffirmé ses relations d'amitié avec la Russie, l'un des rares pays à le soutenir. "Depuis les premiers jours de la crise, nous sommes restés en contact permanent avec le gouvernement russe. Nous tenons nos amis russes au courant de tous les détails de l'évolution des événements", a-t-il déclaré. "Nous comptons sur le soutien de la Russie, un pays auquel nous sommes liés par des liens solides (...). Le rôle de la Russie est extrêmement important". Car la Russie, membre permanent du Conseil de sécurité de l'Onu, pourrait poser son droit de veto, bloquant ainsi le vote d'une possible résolution du Conseil. Le mois dernier, Dmitri Medvedev avait appelé pour la première fois le président syrien à accepter des réformes ou bien à démissionner. Ce qui pourrait expliquer ce soudain appel du pied d'Assad à son homologue russe.

TF1 News - 30/10/11

19:38 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Un Israélien de 60 ans a plaidé coupable devant un tribunal américain pour trafic d'organes humains

Peut-être ses clients essayaient-ils de contourner la filière officielle, contrôlée, des greffes d’organes. Pour cela, d’après ses aveux, ceux-ci, tous originaires de l’Etat américain du New Jersey, étaient prêts à payer des reins sains de 120.000 à 150.000 $.

 Tout cela resterait inconnu du grand public si la justice américaine n’avait mis son nez dans les affaires juteuses de Levy Izhak Rosenbaum, un ressortissant israélien âgé de 60 ans qui vient de reconnaître l’acquisition, le recel et la tentative de trafic d’organes humains.

Arrêté en flagrant délit alors qu’il négociait la vente d’un rein avec un enquêteur se faisant passer pour un acheteur potentiel, il a plaidé coupable devant un tribunal du New Jersey (sur la côte est américaine, dans les environs de New York). Chacun des quatre chefs d’accusation retenus contre lui pourrait lui valoir au minimum 250.000 $ par délit, et au maximum cinq années d’emprisonnement. Soit beaucoup plus, même, que les centaines de milliers de dollars qu’il amassait en vendant des organes humains.

L’accusé a été placé en résidence surveillée en attendant la fixation de sa peine en février prochain.

France-Soir - 29/10/11

18:54 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Eric Zemmour: "l'euro made in China"

30/10/11

18:09 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Raid israélien sur Gaza: 7 morts - Pour empêcher la libération des 550 détenus palestiniens ?

La trêve conclue fébrilement entre Gaza et Israël en août dernier ne tient plus qu'à un fil. Peut-être est-elle déjà définitivement rompue... Car depuis samedi, les affrontements entre l'Etat hébreu et le territoire palestinien ont repris. Dans la soirée, des roquettes ont été tirées depuis le territoire palestinien (faisant deux blessés) en réponse à un raid aérien israélien mené quelques heures plus tôt contre Gaza.

 

Lors d'un premier raid en début d'après-midi, cinq Palestiniens faisant partie des Brigades al-Qods, la branche militaire du Jihad islamique, dont un commandant local, Ahmed Cheikh Khalil, ont trouvé la mort dans un camp d'entraînement près de Rafah. Trois autres combattants palestiniens ont été grièvement blessés.

 L'armée israélienne, qui confirme cette première offensive, explique avoir voulu désarmer un «groupe de terroristes qui se préparait à tirer des roquettes à longue portée» vers l'Etat hébreu.

Dans la soirée, deux autres combattants, qui s'apprêtaient apparemment à lancer une roquette, ont été tués à Rafah, et deux autres blessés, au cours de nouvelles frappes israéliennes. Un autre raid a visé l'est de la ville de Gaza et à Khan Younès, mais sans faire de victime.

Pas de victime, ni de dégâts majeurs côté israélien
 
Le Jihad islamique, qui s'était pourtant rallié à la trêve d'août dernier, n'a pas tardé à répliquer à l'Etat Hébreu «pour venger la mort de ses hommes». En milieu de soirée, 21 projectiles avaient été tirés sur le sud d'Israël, où l'alerte rouge a été déclenchée. Deux personnes ont été légèrement blessées, selon la police. Plusieurs personnes en état de choc ont été prises en charge.

Des roquettes sont notamment tombées à Ashdod, à quelque 35 km de la bande de Gaza, où un immeuble d'habitation a été touché, de même qu'à Gan Yavneh, à Ashkelon et près de la frontière, selon la police israélienne... 

Le porte-parole des Brigades al-Qods, Abou Ahmad, accuse Israël d'avoir délibérément lancé ce premier raid pour provoquer un regain de tension entre les deux territoires, dans le seul et unique but d'empêcher la libération des 550 détenus palestiniens prévue d'ici la fin de l'année. Cette remise en liberté fait partie de l'accord conclu entre l'Etat hébreu et le mouvement islamiste du Hamas à Gaza, et qui a permis la libération du soldat israélien Gilad Shalit le 18 octobre, en échange d'un premier contingent de 477 prisonniers palestiniens.

Le Parisien - 29/10/11

01:46 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Hommage à Kadhafi au coeur de Paris

28/10/11

01:34 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Chasse à l'homme dans le désert libyen pour assassiner le fils de Kadhafi, Seïf al-Islam

IRIB – Voici une analyse établie par Gilles Munier, publiée par le site Palestine Solidarité : Le 20 octobre dernier, un groupe d’avocats étatsuniens a informé la Maison Blanche, le Département d’Etat et le Sénat américain qu’ils défendront Seïf al-islam Kadhafi, au cas où il serait arrêté, ou s’il se livrait à la Cour Pénale Internationale (1).

Ils exigent que leur « client ne soit ni interrogé ni questionné par des représentants de l’actuel gouvernement libyen, ni par des enquêteurs de la Cour Pénale Internationale, avant qu’il ait pu rencontrer ses avocats, ou avant d’être remis d’éventuelles blessures ».

Ils affirment que « le CNT et les dirigeants de l’OTAN avaient l’intention d’assassiner Seïf al- Islam, pour l’empêcher de parler aux médias internationaux et à ceux qui le soutiennent depuis que son père lui a transmis le pouvoir en août 2011 ».

Selon le Daily Mail du 27 octobre, des SAS britanniques – les fameux « Rats du désert » - assistés par des avions-espions de l’OTAN, seraient à sa recherche aux confins du Sahel libyen (2). Le « service de renseignement du CNT » le situe près de la frontière nigérienne. D’autres sources assurent qu’il se dirige plutôt vers le Darfour. Il y bénéficierait du soutien du Mouvement Justice et Égalité (JEM), principal groupe d’opposants soudanais au président Omar el-Béchir. Le 26 octobre, dans un discours télévisé, ce dernier - qui fait l'objet d'un mandat d'arrêt de la Cour Pénale Internationale depuis 2009 ! - a déclaré avoir approvisionné les rebelles libyens de Misrata, du Djebel Nefoussa, et de Zawiyah, en armes et munitions (3).

Les avocats étatsuniens ont « l’intention de démontrer à la Cour, que depuis le passage de la Résolution, votée par le Conseil de Sécurité de l’ONU le 17 mars 2011, l’OTAN a ciblé de manière répétée des objectifs civils au cours de 9.000 bombardements de la Libye, dans le but d’assassiner le leader libyen, le colonel Kadhafi, ses conseillers et ses assistants les plus proches » et de « démontrer à la Cour que l’OTAN a, de manière répétée, causé des dommages à d’autres personnes pour aboutir à l’assassinat de Mouammar Kadhafi et que ses meurtriers savaient qu’ils recevraient de grosses sommes d’argent s’ils tuaient Kadhafi pour, l’empêcher de témoigner contre les officiels de l’OTAN et les leaders occidentaux qui ont dirigé les huit mois de destruction de la Libye.»

 Le groupe d’avocats affirme que Seïf al-islam « projette d’annoncer sa candidature aux prochaines élections ». Des sondages effectués en Libye montreraient «qu’il récolterait près de 70% des voix si on l’autorisait à se présenter dans le pays désormais contrôlé par l’OTAN ».

(1) Texte original : Will Seïf al Islam Gaddafi Survive To Have His Day In Court? par Franklin Lamb (21/10/11) - Extraits traduits par Mai68.org.

http://countercurrents.org/lamb211011.htm


(2) Gaddafi's son Saif offers to 'hand himself in' to International Criminal Court (Daily Mail – 27/10/11) http://www.dailymail.co.uk/news/article-2053467/Gaddafis-son-Saif-al-Islam-offers-hand-International-Criminal-Court.html

(3) Libye : Omar el-Béchir confesse son soutien militaire au CNT

http://www.afriscoop.net/journal/spip.php?article4554


© G. Munier/X.Jardez

Publié le 28 octobre 2011 par le site Palestine Solidarité, avec l'aimable autorisation de Gilles Munier

http://french.irib.ir/info/afrique/item/149980-chasse-%C3...

Farid Merrad

ALTER INFO - 29/10/11

 

01:04 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Israël empêche les experts internationaux d'inspecter ses réacteurs nucléaires

Le vice- ministre de la santé palestinien, Annan Masri, a appelé tous les Palestiniens qui sont victimes des maladies chroniques suite à la radioactivité émanant du réacteur nucléaire israélien Dimona de subir un suivi médical et de documenter toutes les informations pour présenter leur à des institutions et des forums internationaux.

Il a souligné au cours d’une interview à la chaîne satellitaire alAlam que l'occupation israélienne empêche les experts nucléaires internationaux et les médecins de venir en Palestine pour poursuivre cette question.

« Tous les médecins et les experts qui ont traité des cas de maladies incurables et inhabituelles sont tenus de présenter leurs cas au Ministère palestinien et déterminer les causes de ces maladies » a-t-il ajouté.

Il a précisé :"Nous travaillons en pleine coordination avec l'Organisation mondiale de la santé sur les questions dans lesquelles nous avons une expérience limitée et la propagation de maladies incurables chez les Palestiniens à cause des réacteurs nucléaires israéliens de Dimona est l'une de ces questions".

En réponse à une question sur la raison de l'inaction de l'Autorité palestinienne sur ce qui se passe dans les villages et les zones palestiniennes exposées aux radiations de Dimona, Masri a répondu : « L’Autorité a, à plusieurs reprises, soulevé cette question dans des conférences internationaux à Genève. Le ministère de la Santé a appelé l'Organisation mondiale de la santé à agir contre les agissements illégaux de l’entité sioniste, notamment contre le fait d’enterrer les déchets nucléaires dans les territoires palestiniens. L’OMS a dénoncé l’occupation israélienne et a envoyé des délégués internationaux pour suivre l'affaire, mais malheureusement, les Israéliens ont empêché ces experts de venir en Palestine pour enquêter sur la question ».

http://www.almanar.com.lb/french/adetails.php?eid=36126&a...

 

Farid Merrad

ALTER INFO - 29/10/11

 

00:54 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

VIDEO - Mgr Vingt-Trois condamne sans appel les manifestations contre la pièce blasphématoire

http://www.fdesouche.com/253155-christianophobie-au-theat...

29/10/11

00:18 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

29/10/2011

Théâtre de la Ville - Mgr Vingt-Trois condamne les manifestants catholiques


Entretien du Cardinal - Radio Notre Dame -... par radio_notre_dame

29/10/11

23:34 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (11)

VIDEO - Un gecko sauve son ami attaqué par un serpent

21:16 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (15)

Roms et demandeurs d'asile: le grand écart d'Arno Klarsfeld

29/10/2011 – 16h00
TOURCOING (NOVOpress) –
En matière d’immigration, Arno Klarsfeld , le président de l’office français pour l’intégration et l’immigration (OFII), ne craint pas le grand écart. Vendredi, sur le site internet de La Voix du Nord, le médiatique avocat n’a pas hésité à déclarer que le « renvoi de Roms » dans leur pays est « un mal nécessaire ».

Mais la veille, dans une interview accordée au même média, Arno Klarsfeld confiait qu’il a « proposé au ministre de l’Intérieur que l’État puisse orienter les demandeurs d’asile où il y a de la place, dans l’Yonne ou la Creuse ». Comme si étendre les maux de l’immigration massive à l’ensemble de l’Hexagone était la solution ! Le protégé de Nicolas Sarkozy dit tout et son contraire pour lutter efficacement contre les invasions migratoires. Au détriment de l’avenir du peuple français…

[cc] Novopress.info, 2011, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d'origine [http

20:40 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Grande mosquée - Stéphane Ravier (FN) invité par La Chaîne Marseille

 

Stéphane Ravier, conseiller régional de Provence Alpes Côte d’Azur et membre du Bureau politique du Front National, est interrogé sur la chaîne de télévision locale LC à Marseille, au sujet de l’annulation par le tribunal administratif de Marseille du permis de construire de la future grande mosquée de soutenue par le maire UMP Jean-Claude Gaudin.

NPI - 29/10/11

20:16 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Communiqué de Civitas - Paris, le 29 octobre 2011

Espoir-et-salut-de-le-France.jpg

Halte aux mensonges et à la désinformation
Contrairement aux bruits malveillants qui courent aucun des manifestants interpelés place du Châtelet à Paris n’a été condamné à quoi que ce soit.

Essayer d’apeurer les « indignés » catholiques ne prendra pas : ce sont là des méthodes de barbouzes qui ont fait leur temps et qui retombent toujours sur leurs auteurs.

Civitas a une dizaine d’avocats qui se sont volontairement portés au secours des jeunes qui ont été placés en garde à vue comme s’il s’agissait de terribles terroristes qui avaient commis d’horribles actes de violence.

Cette soi-disant violence est un mensonge montée de toutes pièces par le système qui commence à paniquer. Le premier à tomber dans le panneau a été Mgr Vingt-Trois dont la référence suprême semble être le journal Le Monde ou son autre avatar La croix.

Il devrait plutôt prendre conseil auprès de ses pairs, entre autres Mgr Centène, évêque de Vannes, qui a déclaré :

« Je félicite et j’encourage tous ceux qui, en cohérence avec leur foi, n’hésitent pas à agir publiquement, et qui, bien que n’usant pas de violence, aussi bien verbale que physique, sont emmenés par les forces de police et placés en garde à vue, alors qu’ils manifestent, en toute justice, leur désapprobation face à des spectacles dont l’ignominie dépasse l’entendement même.»

Alain Escada, secrétaire Général de Civitas

Contre-info.com - 29/10/11

19:42 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Neuf ans de prison pour avoir transmis le sida à sa compagne

1691706_726dcc3a-01ad-11e1-9365-00151780182c.jpg Hicheim G sida.jpg

Impassible dans son jogging bleu et rouge, l’accusé écoute le verdict sans sourciller. « De toute façon, dans un an et demi je suis dehors », murmure-t-il, l’air détaché. Hier, la cour d’assises de Paris a condamné Hicheim Garshallah à neuf ans de réclusion criminelle pour avoir transmis le virus du sida à son ancienne compagne alors qu’il se savait malade.



Entre 2000 et 2008, l’homme âgé de 34 ans — en détention depuis trois ans — a reconnu avoir eu des rapports sexuels non protégés avec au moins trois jeunes femmes. Deux d’entre elles, parties civiles lors de ce procès, n’ont pas été contaminées.

La troisième, Agnès, n’a pas eu cette chance. « C’est une peine assez lourde, mais je ne peux pas dire que je suis heureuse. On ne me rendra jamais ma vie d’avant », a commenté la victime meurtrie.

En 2000, après une vie d’errance et de toxicomanie, Hicheim, sur le point de trouver un travail stable, décide de passer le test de dépistage du VIH. Diagnostiqué séropositif, il ne prend pas la peine de se soigner. « Je me disais que j’allais mourir, quoi qu’il arrive », a soufflé l’accusé, qui assure qu’on ne l’avait « pas informé » des modalités de transmission du virus.

Quatre ans plus tard, après différentes relations sans lendemain, il rencontre Agnès dans un cybercafé. Comme avec ses autres partenaires, le malade n’utilise pas de préservatif. « Ça m’empêche d’avoir des sensations », a-t-il justifié avec un cynisme hors norme devant un auditoire médusé.

Sur la brèche, à la limite de l’agressivité lorsqu’il est pris en défaut, l’accusé finira par bredouiller quelques mots d’excuses à ses trois anciennes conquêtes. « C’était du bidon. Il n’en croyait rien », a réagi Agnès à l’issue du verdict. « L’accusé a bouleversé, fracassé les règles du vivre ensemble », a tonné l’avocat général dans son réquisitoire, évoquant des débats « lourds émotionnellement, comme une apnée au cœur d’un salaud ordinaire ». De fait, Hicheim Garshallah n’apparaît absolument pas bouleversé par le destin brisé de son ex-concubine. Le malade multiplie réponses lapidaires et provocations, allant jusqu’à arracher des soupirs dépités à son propre avocat.

Malgré la lourdeur de la peine, le condamné ne sera astreint à aucune obligation de soins. « Ce n’est pas prévu par la loi pour ce type de faits, il y a un vide juridique à combler d’urgence », a déploré Me Morain, l’avocat d’Agnès.

L’argument avait été repris par le conseil de l’accusé, Me Garbarini, qui avait demandé une requalification des faits en délit, ouvrant la voie à une prise en charge thérapeutique. « C’est un homme qui doit être soigné », a-t-il répété après le verdict, assurant que la possibilité d’un appel « mérite réflexion ».

Quant aux motivations profondes du condamné, elles resteront sans réponse. « Il voulait se venger, estime pour sa part Agnès. Lorsque je lui ai appris qu’il m’avait inoculé le sida, il m’a répondu : Et alors? Moi aussi on m’a baisé. »

Le Parisien - 29/10/11


19:18 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

Révélations du Canard Enchaîné: Kadhafi condamné à mort"par Washington et Paris

Lire l'article: http://www.agoravox.tv/actualites/international/article/r...

 

Obama et Sarkozy ne voulaient pas qu’il s’en sorte vivant. De crainte qu’il ne parle trop lors de son procès devant la Cour pénale internationale.

+ VIDEO

Agora Vox - 28/10/11

01:55 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Qui est-ce ? n° 47

n° 47.jpg

(Cliquez sur la photo)

01:34 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Coulées de boue en Italie, les islamistes exultent: " O Allah, détruis la maison des in fidèles!"

28/10/2011 – 16h30
ROME (NOVOpress) —
7 morts et 7 disparus, d’après le dernier bilan officiel, des centaines de personnes évacuées qui viennent de passer leur troisième nuit à la belle étoile – il faut croire que tous les centres d’accueil sont occupés par les immigrés clandestins –, des dégâts matériels considérables : les pluies diluviennes de mardi, devenues torrents de boue, ont semé la désolation en Toscane et en Ligurie.

Sur les forums islamistes, selon une dépêche de l’agence Adnkronos reprise par de nombreux sites italiens, c’est une explosion de joie. Mercredi soir, sur le forum « al-Shumukh », bien connu pour transmettre en avant-première les vidéos du chef d’al-Qaeda, Ayman al-Zawahiri, un certain Hafid al-Hussein a annoncé la nouvelle en arabe : « Il y a trois morts et on parle de cinq disparus à cause des fortes pluies qui ont frappé la Ligurie, une zone qui se trouve dans le nord de l’Italie. capture-al-shumukh-500x250.jpg

Les intempéries continuent et, pour cette raison, les autorités locales ont invité la population à ne pas sortir de chez elle ».

Une dizaine d’islamistes ont immédiatement commenté la nouvelle en exultant et en lançant des prières et invocations en arabe pour que la catastrophe fasse le plus de dégâts et de victimes possible. « Ô Allah, détruis la maison des infidèles », écris Abu Musab al-Maqdisi, tandis que Bin Mahran ajoute : « Voilà la malédiction pour la guerre mondiale qu’ils conduisent contre l’Islam et les musulmans. La religion d’Allah l’emporte et Allah est le plus grand champion de l’Islam et des moudjahidin ». Saqr al-Jarih écrit sur le même ton : « Allah, frappe les croisés ! », tandis que d’autres remercient al-Hussein pour avoir traduit l’information en arabe. Le dernier islamiste à intervenir, Saif al-Khilafa, écrit : « Allah ajoutera d’autres morts à vos morts ».

[cc] Novopress.info, 2011, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d'origine [http://fr.novopress.info/]

01:26 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

La défense de notre identité passe aussi par nos assiettes

Défenseur de notre identité et de nos traditions, il est dans l’ordre des choses que le Front National se soucie  du maintien de notre gastronomie et de notre art de vivre culinaire,  qui passent aussi par la défense de nos produits au nom d’un sain « nationalisme de la fourchette ». Et ce, non seulement par volonté de maintenir  ce patrimoine là au nom de considérations culturelles et économiques, mais aussi pour des raisons de santé publique.  Nous évoquions à ce sujet le 9 septembre  la responsabilité de la déferlante de la junk food, de la mauvaise pitance mondialisée  dans l’augmentation de l’obésité. Phénomène du surpoids qui touche surtout les plus modestes, ceux qui fréquentent, par nécessité, les enseignes discount et low cost, qui écoulent principalement des denrées  et des plats souvent enrichis en  graisse saturée, eau gélifiée, édulcorants et  autres émulsifiants. Dans le même ordre d’idée, nous ne nous félicitons pas de   l’invasion de nos communes  par des gargotes de restauration rapide américanomorphe ou d’inspiration  turco-maghrébine,  asiatique, dont l’expansion a suivi assez logiquement l’explosion de l’immigration. Une réalité  qui pose les mêmes problèmes de santé, de  salubrité publique, au sens large du terme.

Il ne s’agit pas bien  évidemment dans notre esprit de mettre sur le même pied l’ensemble des établissements proposant à leur clientèle une nourriture « exotique » qui a aussi ses charmes, souvent saine et  savoureuse quand elle  est de qualité.

Mais  nous comprenons pleinement les mesures prises dans un certain nombre de municipalités italiennes visant à lutter contre la prolifération des lieux de restauration étrangers aux traditions locales. Le journal transalpin La Repubblica (article repris dans le dernier numéro de Courrier international)  évoque cette question.

 En Italie, pays soit dit au passage,  où les chaînes de restauration rapide made in USA sont beaucoup moins implantées qu’en France,  il y aurait aussi  à l’évidence  sensiblement moins d’enseignes qui proposent  « de l’ethnofood » (2500), parmi  lesquels 75% sont  chinoises ». Elles  génèrent un chiffre d’affaires de « 200 millions d’euros par an, dont 80 millions rien qu’à Milan, la capitale du Kébab (et de l’immigration arabo-musulmane en Italie, NDLR) : environ 400 restos de kébab sur 1200 enseignes étrangères »…

 Il est rappelé que la première  mesure visant à limiter le nombre  des gargotes étrangères a été prise dans une commune de Toscane à Pistoia en 2007, dont le maire, Renzo Berti, a souhaité interdire le centre-ville à ce type d’établissements, notamment pour des raisons esthétiques. « Nous avons ainsi redonné  du souffle à l’économie locale explique-t-il. Un fast food ou un restaurant chinois dans cette zone là, cela aurait vraiment été comme un coup de poing dans l’œil ». Il  se défend  d’avoir agi « pour des raisons idéologiques ou de sécurité »,  de faire de la « discrimination »…

 Autre exemple, à  Forte dei Marmi (Toscane), « Umberto Buratti, élu de centre gauche, a décrété l’interdiction absolue d’ouvrir quelque restaurant que ce soit, ne proposant pas de cuisine italienne traditionnelle dans le centre historique et sur le bord de mer de la commune (…). » « Il faut retrouver notre spécificité, le genius loci (l’esprit du lieu) » explique M.Buratti. Notre décision, qui a été prise à l’unanimité en conseil municipal, a pour but de protéger les produits gastronomiques locaux. Pourquoi un touriste viendrait-il à Forte dei Marmi pour manger de la paella ou un kébab ?»

 Logiquement la Ligue du Nord mène aussi ce combat de réenracinement culinaire est-il encore indiqué,  « au nom de  la défense de l’ordre public et de la lutte contre les dégradations, à Pavie, Bergame (Lombardie), Cittadella (Vénétie) et autres forteresses léguistes. » « A chaque fois les maires ont été taxés de xénophobie et accusés d’agir illégalement », même si comme nous l’avons vu, « des dispositions similaires ont été adoptées par des équipes municipales de centre gauche. » A l’évidence plus insensibles au politiquement correct  que leurs homologues français, ces élus  italiens (non sans hypocrisie ?)  « insistent  bien sur le distinguo » à opérer tout de même entre eux et les « extrémistes » : « nous le faisons pour protéger la beauté et les produits typiques de nos villes ».Préoccupations  qui   sont pourtant  elles aussi bien  présentes au sein dela Ligue du Nord !

 Plus drôle encore, « les accusations de racisme » émanant  « des associations de défense des immigrées » et « la perplexité des commerçants (étrangers qui) posent une question redoutable » estime La Repubblica : « Si New York ou Londres avaient imposé des interdictions du même genre, que serait-il advenu des immigrés italiens et leurs milliards de pizzas à emporter ? » Nation créée de toute pièce  par l’immigration de peuplement, cette interrogation  est totalement non fondée concernant les Etats-Unis et a fortiori la ville de New York. Quant à comparer l’implantation des restaurants de nos cousins  italiens en Europe  avec la déferlante des établissements hallal ou asiatiques dans les communes britanniques ou françaises, c’est une manière assez piteuse  d’esquiver le fond du problème.

 « En matière de repli autarcique (sic), le flamboyant maire de Florence, Matteo Renzi (Parti démocrate, gauche), a placé la barre encore plus haut » s’inquiète ( ?) l’auteur de l’article. « Après avoir bloqué la demande de licence des fast-foods (…) dans le centre-ville, il imposera bientôt aux petites échoppes touristiques de retirer de leurs vitrines les gadgets et souvenirs de fabrication chinoise et coréenne. A l’avenir les touristes ne pourront acheter le fameux tablier I love Florence –produit phare de l’inépuisable fabrication chinoise à bas coût -uniquement s’il a été cousu par une entreprise italienne. »

 Un bon début  qui montre à l’évidence une certaine cohérence de la part du maire de Florence dans sa lutte contre les effets pervers de la mondialisation.  Comme le note Bruno Gollnisch, ceux-ci  ne peuvent être efficacement combattus qu’en se réappropriant non seulement le genius loci mais plus largement notre génie national.  C’est-à-dire  en rejetant l’idéologie mondialiste du tout vaut tout, du laisser-faire laisser-passer, qui s’impose aussi dans  nos assiettes et sur les enseignes des restaurants de nos villes.

00:27 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Parricide et cannibalisme en Haute-Marne dans l'indifférence médiatique générale

Article du Bien Public :

13 octobre 2011 : (…) Ils y ont découvert le père du jeune homme lardé d’une cinquantaine de coups de couteau. Vincent Windholtz, 59 ans, portait des traces de coups d’arme blanche sur tout le corps.

Son fils Driss Habbout, 21 ans, se trouvait dans un état de prostration. L’enquête a permis de déterminer que le fils avait pu rester avec son père décédé 48 heures.

La mère du jeune homme et épouse de la victime se trouvait alors en voyage au Maroc…

La version de L’Union Presse :

Driss/Brice Habbout

18 octobre 2011 : Le village de Noidant-Chatenoy, en Haute-Marne, a été le théâtre d’un crime effroyable. (…) Vincent Windholtz n’a pas seulement été tué à l’arme blanche par son propre fils. Il a été massacré. Selon une source proche de l’enquête, les gendarmes l’ont en effet découvert le sexe tranché au ras du ventre, enfoui dans sa propre bouche, une vision barbare qui ne manque pas de rappeler les sombres heures de la guerre d’Algérie. Ses testicules ont également été coupés. Brice Habbout les aurait ensuite mangés. Probablement même les a-t-il fait cuire auparavant. (Source)

Merci à Miserecord

Défrancisation - 26/10/11

00:17 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)