Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/10/2011

Elections tunisiennes - Les premières observations de l'Atide

La mission d’observation de l’Association tunisienne pour l’intégrité et la démocratie des élections (Atide) a fait un point sur le déroulement des élections de la Constituante à 13 h.


 

L’Atide, qui a déployé ses observateurs dans les bureaux de vote, et qui dispose aussi d’un système de traitement et d’analyse des données collectées basé sur une plateforme de télécommunication performante, a retenu au cours de la matinée plusieurs points positifs, notamment une grande affluence (accompagnée d'une  lenteur des opérations de vote !), l’ouverture à l’heure convenue (7h) de la grande majorité des bureaux de vote et la présence de la plupart des membres de bureau. Le nombre requis étant de 4, l’Atide a noté la présence de 4 membres dans 65% des bureaux, 3 membres dans 15% et 2 membres dans 2%.

Parmi les irrégularités, l’Atide a relevé, dans les bureaux spéciaux une «mauvaise orientation des électeurs qui sont adressés vers des bureaux éloignés.» Conséquence : «Il y a des groupes politiques qui en profitent pour organiser le transport de ceux qui comptent voter pour eux. Ce qui compromet l’équité du vote. Ceux qui n’ont pas trouvé une solution de transport ont abandonné leur droit de vote.»

Par ailleurs, l’absence de comptabilité électorale claire fait régner «un flou sur les chiffres électoraux (le nombre d’inscrits sur les listes). Ce qui compromet l’intégrité et la transparence des résultats.»

Les membres des bureaux ont refusé le vote aux électeurs pourvus de cartes d’identité nationale émises après le 14 août 2011.

Autres irrégularités soulignées :
- Peu de représentants de listes présents dans les bureaux de vote. Dans 1 bureau sur 3, le représentant a été refoulé.
- Des observateurs Atide ont été refoulés par le président de certains bureaux de vote, et n’ont pas pu observer.
- Kebili : tentatives d’achats de vote par distribution de colis alimentaire (le colis contient de l’alcool dans certains cas).
- Béja : tentatives d’achats de vote par la distribution d’argent liquide.
- Nabeul : propagande autour des centres de vote par certains partis politiques

http://www.kapitalis.com/fokus/62-national/6477-elections...

Kapitalis - 23/10/11

19:45 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Marine Le Pen Face à l'actu sur M6

23/10/11

19:33 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Eric Besson: le peuple français n'existe pas !

Vidéo du 19 janvier 2010

A revoir!

23/10/11

19:17 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Des CV vidéo pour promouvoir l'immigration

22/10/2011 – 10h00
PARIS (NOVOpress) –
Nouvelle innovation dans la promotion de l’immigration : le cabinet Mozaïk RH, situé au 3 Boulevard Saint-Martin à Paris et spécialisé dans « la promotion de la diversité et de l’égalité des chances », va mettre en ligne sur son site internet des centaine de CV vidéo de diplômés des « quartiers populaires ». Traduction non politiquement correcte : ces candidatures proviennent du vivier de l’immigration extra-européenne qui concurrence un peu plus la main d’œuvre française et européenne.

Multiculturalisme économique : des CV vidéo pour promouvoir l’immigration

Cette initiative s’accompagne d’une campagne de communication classique en faveur de « l’égalité des chances et de la diversité », contre les « discriminations ». Elle vise à valoriser le multiculturalisme économique, véhiculé également à grande échelle dans le sport, la publicité, les médias ou la politique. Une inversion des valeurs où l’identité du pays arrive au dernier rang. Dommage pour les très nombreux chômeurs de souche, qui, eux, n’ont pas le droit à tant d’égards chez eux pour retrouver un travail…

[cc] Novopress.info, 2011, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d'origine

03:00 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

Des jeunes du Renouveau Français interrompent le spectacle blasphématoire de Castellucci

Voici la video de l’action menée jeudi par des jeunes militants du Renouveau français Paris (une dizaine face à 400 bobos décadents) contre l’immonde pièce de théâtre scatologique antichrétienne.

 

Voici le communiqué du RF à ce sujet :

Jeudi 20 octobre avait lieu au Théâtre de la ville, la première représentation à Paris de la pièce « Sur le concept du visage du fils de Dieu ».
L’auteur de la pièce, Roméo Castellucci, y met en scène un vieillard déféquant sur scène et son fils venant le nettoyer, avec pour arrière-plan le portrait du Christ. Les excréments récoltés par le fils étant destinés à être lancés par des enfants sur le portrait du Christ à la fin de la pièce.

La haine antichrétienne se montre ici sous son aspect le plus primaire et le plus immonde, comme avec l’affaire du « Piss Christ » à Avignon où cette fois-ci, il était question de représenter le Christ dans de l’urine.

Pour l’auteur, interrogé lors du festival d’Avignon, il ne s’agit pas d’une œuvre christianophobe mais « d’une pièce faisant appel à l’intelligence et la sensibilité de chacun des spectateurs.
A la fin du spectacle, un voile noir d’excréments coule sur le portrait du fils de Dieu : Dieu se retire dans le brouillard du fond de la scène, depuis lequel il avait fait son apparition »

Aurait-il osé s’en prendre de la même façon à l’islam ou au judaïsme ? Certainement pas.
Dès septembre, les recours légaux avaient été utilisés pour faire interdire ce spectacle scandaleux… Sans succès.
En France, nation façonnée par le Christianisme, il est toléré de s’en prendre à cette religion de toutes les façons possibles ; c’est même encouragé par les autorités, puisque le spectacle en question a bénéficié de subventions publiques…
Mais la réaction s’est organisée.

Les militants du Renouveau français ont eu l’honneur d’inaugurer la chaîne de protestation contre ces blasphèmes !

C’est ainsi que les spectateurs outrés (et plus encore les responsables du théâtre) ont eu la mauvaise surprise de voir leur représentation interrompue durant plus d’une demi heure.

Face aux 400 bobos venus se délecter de pseudo « art » scatologique, les militants du Renouveau français sont montés sur la scène aux cris de « Christianophobie, ça suffit ! »
Avec ce slogan, parfaitement visible sur la banderole qui fut déployée, tous devraient avoir saisi la raison de notre action, mais surtout, avoir compris que les défenseurs de la Chrétienté ne tolèreront désormais plus que l’on s’en prenne ainsi à la religion, colonne vertébrale de notre civilisation.
Après une dizaine de minutes plutôt animées, nos militants ont entamé le chapelet d’abord face aux spectateurs en guise de réponse à leurs insultes, puis face à la sainte image du Christ, désarçonnant ainsi la sécurité des lieux, avant d’être finalement délogés par la police.

Ils s’en sont tirés avec près de vingt-quatre heures de garde-à-vue : une répression ahurissante et scandaleuse alors qu’aucune violence n’avait été commise.

Le Comité directeur du Renouveau français félicite la dizaine de jeunes militants qui se sont illustrés ce jeudi et sait qu’ils feront des émules, au service de la dignité, de notre civilisation et de la chrétienté.
Il invite les Français las du climat actuel à le rejoindre, ou du moins le soutenir, et à travers lui soutenir les jeunes Français qui ont sauvé l’honneur ce jeudi.

Contre-info.com - 22/10/11

02:50 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)

PARIS - Manifestation contre la christianophobie - Un militant de l'Action Française écrasé par un car de police

22/10/11 – 20h30
PARIS (NOVOpress) –
La mobilisation des milieux catholiques et de divers groupes de la droite patriote contre le spectacle blasphématoire de Roméo Castelluci, “Le concept du visage du fils de Dieu” (1) actuellement joué au Théâtre de la ville, a suscité une répression policière d’une rare violence.

Visiblement plus efficaces et moins terrorisés par la « bavure » en face des militants nationalistes que lorsqu’ils sont confrontés aux bandes ethniques de banlieues, les forces de l’ordre ont en effet réprimé de façon particulièrement « musclée » les manifestations organisées devant le théâtre parisien.

Outre une trentaine de jeunes militants du mouvement royaliste arrêtés, un jeune manifestant a eu la jambe écrasée par un car de police alors qu’il était menotté et maintenu au sol. Il a été conduit par les pompiers en urgence à l’hôtel Dieu.

On pourra s’étonner de l’assourdissant silence médiatique entourant cette bavure, alors même que les journalistes et autres associations sont d’ordinaire si prompts à dénoncer la moindre « violence policière » dès lors qu’elle touche un membre de l’un des désormais sacro-saintes « minorités ».

(1) On peut lire ici l’analyse par France Culture du spectacle quand il a été joué à Avignon.

[cc] Novopress.info, 2011, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d'origine

02:33 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

PAU - Le corps du jeune Alexandre Junca a été retrouvé: un crime satanique ?

110607sdo4075.jpg Alexandre Junca pau.jpg

Le beau-père et la mère d'Alexandre Junca, 13 ans - (Cliquez sur la photo)

La terrible confirmation est tombée hier en début d'après-midi : les ossements humains retrouvés sous la digue du canal Marsan, rue Amédée-Roussille, à Pau, sont bien ceux du corps d'Alexandre Junca, le collégien de 13 ans disparu dans la nuit du 4 au 5 juin 2011. « Les résultats des expertises ADN nous ont été communiqués à midi. Ils démontrent qu'il s'agit de l'adolescent », a indiqué le procureur de la République de Pau, Jean-Christophe Muller, lors d'une conférence de presse, précisant que « la quasi-totalité du corps » a été découverte pendant les fouilles. Elles avaient démarré mardi et se sont achevées hier en fin de matinée. De plus, des « résidus non identifiables pour l'instant » ont également été mis au jour.

Découpé puis jeté dans l'eau

Tous ces éléments ont été déterrés « dans un périmètre très réduit », dans une zone « envasée et très boueuse », sous les 700 tonnes de gravats qui constituaient la digue. Ce qui signifie que le corps a été déposé à cet endroit avant la construction du bâtardeau érigé en une journée le 15 juin dernier, soit onze jours après la disparition d'Alexandre. « Ces travaux n'étaient pas annoncés, car ils n'ont pas été réalisés sur la voie publique », a indiqué le magistrat.

L'ensemble des prélèvements a été envoyé pour analyse à l'institut médico-légal de Bordeaux, où doit être réalisée une batterie d'expertises scientifiques. Elles pourraient permettre de dater le décès d'Alexandre et de connaître les causes de sa mort. Deux questions capitales mais toujours sans réponse certaine, plus de quatre mois après la disparition de l'adolescent.

Selon les premières constatations des experts légistes, le corps aurait été découpé puis jeté dans le canal, qui était en eau avant les travaux d'érection de la digue. Les ossements découverts cette semaine auraient été découpés « dans les mêmes conditions de temps et de moyens » que le fémur retrouvé le 26 juin à une centaine de mètres de là, dans le gave de Pau, a déclaré le procureur. L'autopsie de la cuisse avait révélé qu'elle avait été tranchée post mortem. Mais comment ce membre a-t-il pu sortir du canal et se retrouver dans le gave, où un SDF l'a découvert flottant dans l'eau ? L'hypothèse la plus probable est qu'il soit parti à la dérive sous l'effet des travaux de construction de la digue, d'après le procureur.

L'enquête sort de l'impasse

« Cette découverte constitue un moment très important pour l'enquête, qui s'engage dans une nouvelle phase », estime le magistrat. Et sort de l'impasse dans laquelle elle se trouvait. Les experts disposent enfin de nombreux éléments à « faire parler ». Et les enquêteurs d'un nouveau lieu à exploiter, le quartier de la rue Amédée-Roussille, une zone non éloignée du centre-ville mais peu fréquentée la nuit, où se côtoient pavillons, immeubles modestes et anciens bâtiments industriels squattés. Mais aussi de nouvelles données à confronter avec le millier d'auditions et les centaines de perquisitions qu'ils ont déjà réalisées depuis le début de cette affaire et qui n'ont pour l'instant débouché sur aucune interpellation. Une piste pourrait enfin surgir.

« Aujourd'hui, c'est une nouvelle page qui s'ouvre dans ce dossier », reconnaît Me Emmanuelle Leverbe, l'avocate de Philippe Junca, le père de l'adolescent. « C'est également un moment extrêmement douloureux pour les parents d'Alexandre. Nous souhaitons que la justice puisse leur apporter la réponse à cette horrible question : qui a tué, découpé et jeté dans une rivière leur enfant ? »

Une quinzaine d'enquêteurs de la police judiciaire y travaillent.

Sud-Ouest - 22/10/11

 

01:40 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

La veuve de Kadhafi: " Je suis fière de lui, il a vécu en combattant et il est mort en martyr"

M6582.jpg femme de Kadhafi.jpg

Safia Ferkache, la seconde épouse de l'ex-leader libyen et mère de Moâtassim Billah, Hannibal, Saadi, Seif El Arab et Aïcha, dans une déclaration à la chaîne " Erraï", a demandé l'ouverture d'une enquête sur les conditions de la mort de son époux Mouammar Kadhafi.
Safia, qui se trouve en Algérie, s'est dite « fière du courage mon mari qui était un moudjahid, fière du courage de mes enfants qui ont affronté l'agression des forces de l'Otan pendant six mois. Ils auront leur place parmi les martyrs au Paradis », a-t-elle dit.

Par ailleurs, et selon Mohamed Saieh, membre du conseil national de transition, le corps de Mouammar Kadhafi sera enterré quelques part en Libye, sans préciser l'heure, se contentant de dire que ce serait fait dans les 24 heures. « Le CNT n'annoncera pas l'heure de l'enterrement et il n'y aura que peu de gens avec l'imam qui fera la prière », a-t-il dit, avant d'ajouter « notre devoir de musulman nous oblige à respecter le rite d'enterrement selon la charia de l'Islam ».

http://www.djazairess.com/fr/ennaharfr/8530


Kadhafi et son fils Moâtassim, torturés avant d'être exécutés

Une vidéo de trois minutes, dont Ennahar détient une copie, montre le colonel Mouammar Kadhafi et son fils Moâtassim Billah, en vie et en bonne santé lors de leur capture à Syrte. Le leader libyen et son fils ont été exécutés, contrairement aux versions de l'Otan et des combattants du CNT, selon lesquelles les deux hommes étaient morts des suites de leurs blessures. Une vidéo de trois minutes, dont Ennahar détient une copie, montre le colonel Mouammar Kadhafi et son fils Moâtassim Billah, en vie et en bonne santé lors de leur capture à Syrte. Le leader libyen et son fils ont été exécutés, contrairement aux versions de l'Otan et des combattants du CNT, selon lesquelles les deux hommes étaient morts des suites de leurs blessures.
La première vidéo de Moâtiassim Billah Kadhafi, de quelques secondes seulement, montre le jeune homme dans une salle en bonne santé, assis sur un tapis.
Il n'avait pas de blessures au cou. Il fumait une cigarette et écoutait sans montrer de signes de peur, les combattants qui scandaient des slogans et insultaient son père. D'autres criaient « Misrata..Misrata » pour l'énerver.
Les taches de sang sur les membres inférieurs de Moâtassim, plus exactement sur sa jambe gauche et sur son ventre, seraient dues aux éclats des bombardements aériens. Les blessures étaient légères, contrairement à ce qui a été montré sur les photos et vidéo lorsqu'il était mort. De profondes blessures sont apparentes sur son cou, causées par des coups de feu.

 
L'autre vidéo de trois minutes et 55 secondes, montre les premières images de la capture de Kadhafi. Ce dernier marchait au milieu des combattants, ce qui veut dire qu'il était en bonne santé. Quelques secondes plus tard, dans le désordre total après la venue d'autres combattants, la capture de Kadhafi se transforme en lynchage par des combattants ivre de vengeance. Ces derniers ont fait montre d'une sauvagerie inouïe, sans respect pour la vie ni les droits de l'homme. Kadhafi est jeté par terre avant que des combattants ne commencent à lui donner de violents coups de pieds dans la tête et sur la figure. Un autre lui tire une balle dans la tête.
Les images les plus odieuses sont celles où les combattants traînaient le corps de Kadhafi par terre pendant qu'un autre dirige son Kalachnikov et lui tire dessus.
Dans la confusion la plus totale et les cris de « Allah Akbar », on entend « laissez-le en vie », d'autres criaient « tuez-le ». Kadhafi était blessé et saignait de la tête.

La vidéo muette diffusée par les chaînes Al Arabia et Al Jazira, pour éviter d'entendre les insultes, en plus de la suppression de certains passages horribles, montre le colonel au milieu des combattants sur le capot devant d'un véhicule, puis allongé par terre entouré d'un grand nombre de combattants qui le photographiaient ou l'enregistraient sur leurs téléphones portables.
Ces vidéos montrent les violentes tortures qu'a subit le colonel Kadhafi avant de mourir des suites de ses blessures. Pendant qu'il saignait abondamment de la tête, un combattant lui assène un violent coup à la tête avant qu'un autre ne le jette par terre alors qu'il agonisait.

http://www.djazairess.com/fr/ennaharfr/8531

Farid Merrad

 
ALTER INFO.NET - 22/10/11


00:59 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Le MES, Mécanisme Européen de Stabilité

http://fr.wikipedia.org/wiki/M%C3%A9canisme_europ%C3%A9en...

22/10/11

00:32 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

22/10/2011

Mort de Kadhafi: la Russie a des questions à poser

IRIB-La mort de l'ex-leader libyen Mouammar Kadhafi soulève à Moscou nombre de questions et notamment la légalité de la frappe de l'Otan contre son convoi, a déclaré vendredi le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov.

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a souligné vendredi que le convoi de l'ex-leader libyen "ne menaçait personne" lorsqu'il a été frappé par les forces de l'Otan, dont le mandat était la défense de la zone d'exclusion aérienne. Il n'y a aucun rapport entre la zone d'exclusion aérienne et une attaque contre un objectif au sol, en l'occurence le convoi, d'autant qu'il ne peut être question de protéger des civils vu que ce convoi n'attaquait personne, on peut même dire qu'il était en fuite", a déclaré M. Lavrov à l'antenne de la radio Echo de Moscou.

http://french.irib.ir/info/moyen-orient/item/148592-le-co...

 

 
Farid Merrad
ALTER INFO - 21/10/11

23:40 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Mort de Kadhafi: la Russie a des questions à poser


http://french.irib.ir/info/moyen-orient/item/148592-le-co...
 
 
Farid Merrad
 
ALTER INFO - 21/10/11

 

 

23:36 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Contre le catho, tout est permis !

Le quotidien La Croix en a informé ses lecteurs hier, l’Alliance générale contre le racisme et pour le respect de l’identité française et chrétienne (AGRIF), a été débouté lundi  de son action en référé contre la pièce Sur le concept du visage du Fils de Dieu , qui se jouera du 20 au 30 octobre au Théâtre de la Ville de Paris.

Une pièce jugée « blasphématoire », une « salissure délibérée de la Face du Christ », notait cette association qui  tentait de faire valoir « le droit des chrétiens au respect de leur foi ». Cette pièce de Romeo Castellucci, présentée en juillet au festival d’Avignon,  montre au public des enfants  lançant  des grenades sur un grand portrait du Christ d’Antonello da Messina,  avant que le « héros » de la pièce, un  vieillard,  ne vienne y déverser ses excréments. Il s’agit bien  évidemment d’une pièce subventionnée avec l’argent des contribuables français, tout comme une autre, Golgota Picnic, de Rodrigo García.

 Un auteur, explique La Croix, « qui entend (…) ouvertement attaquer l’iconographie chrétienne, image de la  terreur et de la barbarie ». Golgota Picnic  dévoile   une scène remplie de hamburgers – « Le Christ est passé par là, il a multiplié les pains »– et dans lequel le Christ est appelé   « el puto diablo ». Il n’y a pas que les électeurs frontistes  qui ont le droit de se voir attribuer  ce type de qualificatif, n’est-ce pas Monsieur Madénian ?

La Conférence des évêques de France a exprimé sa colère à l’endroit de cette dernière  pièce,  Mgr Vingt-Trois déclarant que si  « on peut exprimer sa blessure, cela ne peut pas devenir un argument de combat organisé. » Dans le communiqué rédigé au nom des évêques de France, Mgr Bernard Podevin rappelait le   caractère « sacré » de la liberté d’expression, celle-ci n’exonérant cependant en rien de respecter  « ce qui est sacré ». Il était demandé également   « qu’aucun euro public ne finance une production qui dénigre un culte »

Dans une lettre adressée à l’institut Civitas,  très en pointe dans la mobilisation opérée contre les attaques anti-chrétiennes en question, Mgr Marc Aillet souligne que « la christianophobie ambiante, diligentée de près ou de loin par de secrètes officines, ne semble pas atteindre outre mesure le moral de nos responsables politiques. Allons-nous revenir à une période de persécution qui dirait son nom ? »

 En avril dernier,  Bruno Gollnisch avait déjà réagi à une autre provocation,  l’exposition en Avignon d’une  photo d’un crucifix plongé dans l’urine de l’ «artiste»  Andres Serrano » (« Piss christ »).

Il rappelait à cette occasion que si la  liberté d’expression existe  fort heureusement, elle vaut aussi -et surtout- pour ceux qui expriment leur légitime dégoût face à ce type d’œuvre.  Certes, les croyants ne sont pas obligés  de pousser la porte des lieux où sont exposés et/ou joués  des œuvres plastiques, cinématographiques, théâtrales  etc., qui heurtent leurs  convictions religieuses. Pour autant, par le biais du  financement public, elles  sont aussi  imposées aux croyants qui sont aussi des contribuables. Il n’est d’ailleurs même pas  nécessaire d’être   catholique  pour clamer son dégout  devant le financement  d’opérations  qui dévalorisent, rabaissent et insultent une partie de notre héritage civilisationnel.

Mais il est tellement facile de s’attaquer aux symboles des chrétiens et à leur foi !  Les professionnels de la provoc  savent que  les catholiques français  ne prennent pas  d’assaut, comme l’ont fait tout récemment les islamistes tunisiens, une chaîne de télévision diffusant un film jugé blasphématoire (Persépolis qui a eu l’audace de représenter Allah) ; qu’ils ne  dynamitent pas non plus  des (vraies) œuvres d’art  « impies »  comme des talibans afghans bas de plafond  l’ont fait avec les bouddhas géants de Bamiyan (IIè-Vè siècle ap.JC)  en 2001.  

A l’évidence   la témérité des  artistes qui pourfendent les « conformismes », « la barbarie », « la terreur »,  « l’oppression religieuse » a ses limites. Ils  se gardent bien  de heurter la sensibilité des croyants des autres religions du livre. La récente  « Enquête sur la christianophobie » (éditions Renaissance catholique)  de Michel de Jaeghere, n’a décidemment  rien perdu de sa pertinence.

Blog de Bruno Gollnisch - 20/10/11

18:44 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Marseille: la mosquée de Gaudin ne verra pas le jour

 

Stéphane Ravier

Communiqué de Stéphane Ravier, conseiller des XIIIe et XIVe arrondissements de Marseille, membre du Bureau politique du Front National, cosignataire du recours contre le projet de mosquée cathédrale de J-C Gaudin

La mosquée de Gaudin ne verra pas le jour. Stéphane Ravier et le Front National félicitent le CIQ de Saint Louis. Le CIQ de Saint Louis peut féliciter le Front National.

Le rapporteur public a demandé ce jeudi 20 octobre au Tribunal administratif de Marseille d’annuler le permis de construire de la mosquée cathédrale de Jean-Claude Gaudin reprenant les arguments défendus par une association de riverains du quartier où devait s’implanter « le village musulman » selon La Provence.

Ce qui, au-delà d’un lieu de culte, constituait le symbole d’un islam conquérant vecteur d’une influence étrangère, et financé indirectement par l’argent public, est en train de vaciller et ce, grâce à la vigilance et à la persévérance du Front National.

Car cette annulation recommandée n’aurait jamais pu voir le jour si le Front National, par la voix de Stéphane Ravier, n’avait dès 2006 déposé une première demande d’annulation de la délibération du conseil municipal. Ses arguments ont convaincu le tribunal administratif qui avait conclu à l’annulation de la délibération. Cette première victoire avait permis de geler le projet pendant plus d’une année !

Les enfants de la Bonne Mère peuvent compter sur le Front National, pour que Marseille conserve son identité provençale au sein d’une République française fière de ses racines chrétiennes.

18:05 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Que le dernier empereur de Libye repose en paix sur la terre des aïeux

mouammar-kadhafi-395199.jpg

Mouammar el-Kadhafi à 27 ans

03:20 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

VIDEO - Hillary Clinton folle de joie et hilare en apprenant la mort de Kadhafi

VIDEO  http://www.youtube.com/watch?v=mlz3-OzcExI

(le code embed a été supprimé par Youtube pour cette vidéo)

AGORA VOX - 21/10/11

02:47 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (10)

"Marseille hors de contrôle": un reportage accablant de France 24

Règlements de compte en plein jour, trafic en tous genres… À Marseille, en quelques mois, la délinquance a explosé et gangrène tous les quartiers. Face à des adolescents des cités qui font régner le désordre, la police semble dépassée. L’Etat aurait-il abandonné la ville ? Enquête au cœur de la violence marseillaise. (France 24, 21/10/11)

21/10/11

Merci à F .Desouche

02:42 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Note du Saint-Siège sur la mort de Mouammar Kadhafi

1-3214-a1812.jpg Vatican.jpg

La mort du Colonel Kadhafi met fin au sanglant processus de renversement d’un régime oppressif, qui oblige une fois encore à peser le coût humain de la libération d’une système socio-politique fondé sur un pouvoir absolu et non sur le respect de la dignité humaine. Il faut maintenant espérer que le peuple libyen ne subisse pas d’autres violences, que ses dirigeants pacifient et reconstruisent le pays dans un esprit de réconciliation, sur la base de la justice et du droit, et que la communauté internationale apporte une aide consistante à cette renaissance.

Si la petite communauté catholique locale continuera d’offrir un service social et sanitaire désintéressé, le Saint-Siège soutiendra le peuple libyen au plan international, dans un esprit constant de justice et de paix. Ne reconnaissant que les États, et conformément au droit international, le Saint-Siège n’a pas reconnu formellement de Conseil national de transition qui, désormais en place à Tripoli doit être considéré comme l’organe légitime de représentation de la Libye. Depuis les changements politiques survenus à Tripoli, le Saint-Siège a eu divers contacts avec les nouvelles autorités, mais aussi avec l’ambassade libyenne. Lors de sa récente participation à l’assemblée générale de l’ONU, Mgr.Dominique Mamberti, Secrétaire pour les rapports avec les États, s’est entretenu avec le représentant permanent de la Libye, M. Abdurraham M-Shalgham. Plus récemment encore, du 2 au 4 octobre, Mgr.Tommaso Caputo, nonce apostolique en Libye mais résident à Malte, a effectué une visite de trois jours à Tripoli, au cours de laquelle il a rencontré le premier ministre du CNT, M.Mahmoud Jibril, et s’est rendu au ministère des affaires étrangères. En l’occurrence, les parties ont réaffirmé l’importance de leurs relations diplomatiques. Le Saint-Siège a également réaffirmé son soutien au peuple libyen comme à la transition en acte, souhaitant aux nouvelles autorités de réussir à redresser leur pays. Le CNT a pour sa part dit apprécier les appels humanitaires lancés par le Pape et l’engagement de l’Église locale, principalement dans les hôpitaux et centres de soins, où agissent treize communautés religieuses, six en Tripolitaine et sept en Cyrénaïque.

http://www.voltairenet.org/

Réseau Voltaire - 21/10/11

01:53 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Le lynchage de Mouammar Kadhafi, par Thierry Meyssan

1-3212-eaa79.jpg Lynchage de Kadhafi.jpg

moton121095-61a01.jpg Réseau Voltaire.jpg

Autres articles: http://www.voltairenet.org/Le-lynchage-de-Mouammar-Kadhafi

Jeudi 20 octobre 2011, vers 13 h 30 GMT, le Conseil national de transition libyen a annoncé la mort de Mouammar el-Kadhafi. Bien que confus, les premiers éléments laissent à penser qu’un convoi de voitures a tenté de quitter Syrte assiégée et a été bloqué et partiellement détruit par un bombardement de l’OTAN. Des survivants se seraient mis à l’abri dans des canalisations. M. Kadhafi, blessé, aurait été fait prisonnier par la brigade Tigre de la tribu des Misrata qui l’aurait lynché.

Le corps du « Guide » de la Grande Jamahiriya arabe socialiste n’a pas été conservé dans sa ville natale de Syrte, ni transporté à Tripoli, mais acheminé comme trophée par les Misrata dans la ville éponyme.

La tribu des Misrata, qui a longtemps hésité à choisir son camp et est quasi absente du CNT, aura finalement investi Tripoli après son bombardement par l’OTAN, et aura lynché Mouammar el-Kadhafi après le bombardement de son convoi par l’OTAN. Elle aura même transféré son corps dans sa ville pour marquer son triomphe. En juillet, le « Guide » aura maudit les Misrata, leur enjoignant de partir à Istanbul et Tel-Aviv, faisant allusion au fait que leur tribu est issue de juifs turcs convertis à l’islam.

Un flot de commentaires préparés à l’avance a été déversé instantanément par les médias atlantistes visant à diaboliser Mouammar el-Kadhafi et, de la sorte, à faire oublier les conditions barbares de sa mort.

Les principaux dirigeants de la Coalition ont salué la mort de leur ennemi comme marquant la fin de l’opération « Protecteur unifié ». Ce faisant, ils admettent implicitement que celle-ci ne visait pas à mettre en œuvre la Résolution 1973 du Conseil de sécurité, mais à renverser un régime politique et à en tuer le leader, alors même que l’assassinat d’un chef d’État en exercice est interdit en droit états-unien et universellement condamné.

De plus, le lynchage de Mouammar el-Kadhafi montre la volonté de l’OTAN de ne pas le déférer à la Cour pénale internationale qui n’aurait pas été plus en mesure de le condamner pour crime contre l’humanité que le Tribunal pénal pour l’ex-Yougoslavie ne put prouver la culpabilité de Slobodan Milosevic malgré deux ans de procès.

Dans le torrent de boue déversé par les médias atlantistes pour salir sa mémoire, reviennent en boucle des accusations mensongères, ce qui montre a contrario que ces médias disposent de peu d’éléments authentiques utilisables à charge.

Ainsi revient l’affaire de l’attentat contre la discothèque La Belle à Berlin (5 avril 1986, 3 morts), jadis utilisée comme prétexte par l’administration Reagan pour bombarder son palais et tuer sa fille (14 avril 1986, au moins 50 morts). À l’époque, le procureur allemand Detlev Mehlis (celui qui truquera deux décennies plus tard l’enquête sur l’assassinat de Rafik el-Hariri) s’appuya sur le témoignage de Mushad Eter pour accuser un diplomate libyen et son complice Mohammed Amairi. Cependant, la télévision allemande ZDF découvrira plus tard que Mushad Eter est un faux témoin et un vrai agent de la CIA, tandis que le poseur de bombe Mahammed Aamiri est un agent du Mossad [1].

Ou encore, l’affaire de l’attentat de Lockerbie (21 décembre 1988, 270 morts) : les enquêteurs identifièrent le propriétaire de la valise contenant la bombe et son retardateur sur la foi du témoignage d’un commerçant maltais qui avait vendu un pantalon se trouvant également dans la valise piégée. La justice écossaise mit alors en accusation deux agents libyens Abdelbaset Ali Mohmed Al Megrahi et Al Amin Khalifa Fhimah et le Conseil de sécurité prit des sanctions contre la Libye. En définitive, pour obtenir la levée des sanctions, la Libye accepta d’extrader ses deux agents (le premier fut condamné à la prison à vie, le second fut innocenté) et de payer 2,7 milliards de dollars d’indemnités, tout en persistant à proclamer sa complète innocence. En définitive, en août 2005, un des chefs d’enquête écossais déclara que la pièce à conviction principale, le retardateur, avait été déposé sur les lieux par un agent de la CIA. Puis l’expert qui avait analysé le retardateur pour le tribunal admit l’avoir lui-même fabriqué avant que la CIA ne le dépose sur les lieux. Enfin, le commerçant maltais reconnu avoir été payé 2 millions de dollars pour porter un faux témoignage. Les autorités écossaises décidèrent de réviser le procès, mais l’état de santé d’Abdelbaset Ali Mohmed Al Megrahi ne le permit pas.

L’actuelle campagne de désinformation comprend aussi un volet sur le train de vie décrit comme somptueux du défunt et sur le montant pharaonique de sa fortune cachée. Or, tous ceux qui ont approché Mouammar el-Kadhafi, ou simplement ceux qui ont visité sa maison familiale et sa résidence après leur bombardement peuvent attester qu’il vivait dans un environnement comparable à celui de la bourgeoisie de son pays, bien loin du bling bling de son ministre du Plan, Mahmoud Jibril. De même, aucun des États qui traquent la fortune cachée des Kadhafi depuis des mois n’a été en mesure de la trouver. Toutes les sommes significatives saisies appartenaient à l’État libyen et non à son « Guide ».

À l’inverse, les médias atlantistes n’évoquent pas le seul mandat d’arrêt international émis par Interpol contre Mouammar el-Kadhafi avant l’offensive de l’OTAN. Il était accusé par la Justice libanaise d’avoir fait disparaître l’imam Moussa Sadr et de ses accompagnateurs (1978). Cet oubli s’explique par le fait que l’enlèvement aurait été commandité par les États-Unis qui voulaient éliminer l’imam chiite avant de laisser l’ayatollah Rouhollah Khomeiny rentrer en Iran, de peur que Sadr n’étende au Liban l’influence du révolutionnaire iranien.

Les médias atlantistes n’évoquent pas non plus les critiques que des organisations de la Résistance anti-impérialiste et nous-mêmes avions formulées contre Mouammar el-Kadhafi : ses compromis récurrents avec Israël.

Pour ma part, je peux attester que, jusqu’à la bataille de Tripoli, le « Guide » a négocié avec des émissaires israéliens, espérant parvenir à acheter la protection de Tel-Aviv. Je dois aussi attester que, malgré mes critiques sur sa politique internationale, et le dossier complet à ce sujet que la DCRI française lui a aimablement communiqué à mon sujet en juillet dans l’espoir de me faire arrêter, Mouammar el-Kadhafi m’a accordé sa confiance et m’a demandé d’aider son pays à faire valoir ses droits aux Nations Unies [2] ; un comportement bien éloigné de celui d’un tyran.

Les médias atlantistes n’ont pas non plus cité les ingérences que j’ai condamnées de la Libye dans la vie politique française, notamment le financement illégal des campagnes électorales présidentielles de Nicolas Sarkozy et de Ségolène Royal. Le « Guide » avait en effet autorisé son beau-frère Abdallah Senoussi à corrompre les deux principaux candidats en échange de la promesse de l’amnistier ou de faire pression sur la Justice française pour clore son dossier pénal [3].

Surtout, les médias atlantistes n’évoquent pas l’œuvre principale du « Guide » : le renversement de la monarchie fantoche imposée par les anglo-saxons, le renvoi des troupes étrangères, la nationalisation des hydrocarbures, la construction de la Man Made River (les plus importants travaux d’irrigation au monde), la redistribution de la rente pétrolière (il fit d’une des populations les plus pauvres du monde, la plus riche d’Afrique), l’asile généreux aux réfugiés Palestiniens et l’aide sans équivalent au développement du Tiers-monde (l’aide libyenne au développement était plus importante que celle de tous les États du G20 réunis).

La mort de Mouammar el-Kadhafi ne changera rien au plan international. L’événement important était la chute de Tripoli, bombardée et conquise par l’OTAN —certainement le pire crime de guerre de ce siècle—, suivie de l’entrée de la tribu des Misrata pour contrôler la capitale. Dans les semaines précédant la bataille de Tripoli, l’écrasante majorité des Libyens ont participé, vendredi après vendredi, à des manifestations anti-OTAN, anti-CNT et pro-Kadhafi. Désormais, leur pays est détruit et ils sont gouvernés par l’OTAN et ses fantoches du CNT.

La mort du Guide aura par contre un effet traumatique durable sur la société tribale libyenne. En faisant tuer le leader, l’OTAN a détruit l’incarnation du principe d’autorité. Il faudra des années et beaucoup de violences avant qu’un nouveau leader soit reconnu par l’ensemble des tribus, ou que le système tribal soit remplacé par un autre mode d’organisation sociale. En ce sens, la mort de Mouammar el-Kadhafi ouvre une période d’irakisation ou de somalisation de la Libye.

       

[1] Enquête du magazine Frontal, diffusée par la ZDF le 28 août 1998.

[2] Ce que j’ai fait à titre militant, sans rémunération aucune. Ndla

[3] Abdallah Senoussi avait été condamné par contumace en France pour l’attentat contre le DC-10 d’UTA (19 septembre 1989, 170 morts) durant la guerre du Tchad

21/10/11

01:38 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

L'Europe sous l'effrayante dictature du MES

Les médias n'en parlent pas!

Je poste à nouveau cette vidéo au cas où la mort du "dictateur" libyen l'aurait occultée.

21/10/11

 

00:54 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

21/10/2011

Encore un assassinat de chrétien au Kosovo!

Kosovo-Carte-situation-avec-le-nom-Kosovo1-500x250.jpg

(Cliquez sur la carte pour l'agrandir)

21/10/2011 – 17h40
KOSOVSKA MITROVICA (NOVOpress) –
Un assassinat a encore eu lieu hier, jeudi 21 octobre, dans une enclave près de Pec au Kosovo. Un Serbe a été abattu et deux autres ont été blessés  par un musulman albanais qui souhaitait prendre possession de leur maison. Les blessés ont été transportés à l’hôpital serbe de Kosovska Mitrovica où ils doivent être opérés dans la journée. Le message que souhaite faire passer le meurtrier est très clair : soit les chrétiens vendent leurs biens et fuient, soit ils doivent mourir. Cette technique destinée à terrifier la population est mise en application depuis plus de dix ans au Kosovo. Cela a provoqué le départ forcé de 250 000 chrétiens qui ont dû trouver refuge en Serbie centrale.

La répression et les agressions contre les Serbes allant en s’accentuant depuis plusieurs mois, la situation humanitaire  s’en trouve grandement aggravée. Les pillages de maisons chrétiennes s’intensifient, la pression sur les écoles et les universités serbes s’accroît, les violences physiques contre la population continuent. Face à cela, l’association « Solidarité Kosovo » a décidé de ne pas baisser les bras, bien au contraire.

Pour répondre efficacement aux besoins des familles les plus démunies « Solidarité Kosovo » a mobilisé ses bénévoles pour la préparation du traditionnel convoi de Noël. « C’est probablement le plus attendu de tous nos convois de l’année, notamment par les enfants » nous dit Marion Chevtzoff, présidente de l’association. « Les bénévoles qui nous accompagnerons dans quelques semaines au Kosovo ont reçu leurs premières consignes : vérifier la validité de leurs passeports, noter les dates des rendez-vous d’organisation, transmettre les informations nécessaires à la souscription d’une assurance… Tout doit être en ordre avant de partir ! » poursuit-elle.

Une autre équipe volontaire de l’association s’efforce depuis  le mois de septembre de démarcher des entreprises donatrices, puis de réceptionner le matériel humanitaire et de le trier. Afin d’être le plus efficace possible « Solidarité Kosovo » loue depuis peu un nouvel entrepôt d’une capacité de stockage d’environ 130m3. Cette phase préparatoire est très importante.

C’est en donnant de leur temps que ces courageux bénévoles essayent de combler à leur niveau l’injustice que subissent les familles serbes du Kosovo. Cependant leurs actions ne seraient être possibles sans l’aide financière de généreux donateurs choqués par le sort réservé aux dernières populations serbes chrétiennes du Kosovo. La complémentarité des hommes et des fonctions est l’élément fondamental d’une association humanitaire. « Solidarité Kosovo » en donne un bel exemple.

Si vous souhaitez soutenir l’association « Solidarité Kosovo » vous pouvez faire un don via Paypal ou bien par chèque.

[cc] Novopress.info, 2011, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d'origine [http://fr.novopress.info/]

23:07 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)