Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/08/2011

La gauche milliardaire - Les Badinter, une douce retraite...

untitled.jpg

Les assassins le remercient - (Cliquez sur la photo pour la voir en totalité)

Ils forment un joli couple de retraités, Robert et Elisabeth. Lui, du barreau et de la politique ; elle, du féminisme. Presque cinquante ans de vie commune, trois enfants et ils s’aiment comme au premier jour, avec la même fraîcheur. Vie privée décente et retenue publique, charme et discrétion. Voilà qui nous éloigne du clinquant habituel des nouveaux riches du PS. L’anti-bling-bling a élu domicile chez les Badinter.

Héritière du groupe Publicis, fondé par son glorieux père, Marcel Bleustein-Blanchet – l’illustre Gaudissart des Trente Glorieuses, celui qui a vendu à des Français médusés par tant d’abondance la société de consommation –, Elisabeth se classe au 56e rang des plus grosses fortunes de France, selon le magazine « Challenges » : 652 millions d’euros, 10 % du capital de Publicis, dont elle préside le conseil de surveillance avec une mâle assurance. Question de chromosomes sûrement.

Car le féminisme d’Elisabeth est à courant alternatif. Les bimbos siliconées et les pouffes peroxydées, sévèrement bannies de sa production intellectuelle, redeviennent subitement de précieux auxiliaires publicitaires dès lors qu’il s’agit de faire grimper les ventes de déodorants et de voitures. Homo duplex, disait Buffon, l’homme est double. Les femmes aussi. Que l’homme qui est sans contradiction leur jette la première pierre !

Robert et Elisabeth, c’est comme un vélo en tandem : il y en a un qui pédale et un autre qui guide. Attention cependant, ne pas se fier aux apparences : la femme libérée ne l’est pas tant que ça. Chez les Badinter, c’est la suffragette qui trime ; et c’est le ténor du barreau qui ramasse les lauriers. Robert a beau avoir un physique de choriste fluet et longiligne, dès qu’il prend la parole, il fait jouer sa voix de bronze comme un premier prix du Conservatoire. Le résultat est impressionnant. A vous donner la chair de poule. C’est que l’ex-garde des Sceaux et président du Conseil constitutionnel est une autorité morale, héritier en filiation directe de Montesquieu et Condorcet.

Nous, malheureux que nous sommes, n’avons qu’une conscience. Celle de Robert est si grande qu’il en a fait son métier. Il est droit, les hommes sont tordus, il va les redresser –au nom du Bien, cela va sans dire (même si c’est mieux en le disant). Les Droits de l’homme sont ses tables de la Loi, dont il est le Moïse guidant l’humanité arriérée vers la Terre promise de l’Etat de droit. Tu condamneras la peine de mort, tu dépénaliseras l’homosexualité, etc. C’est beau comme un film de Cecil B. DeMille.

A travers des gens comme les Badinter, on mesure combien les socialistes ont perdu le peuple. Qu’est-ce qu’un ouvrier de chez Renault ou un maçon du Poitou-Charentes ont à faire de l’abolition de la peine de mort ? D’abord, en ces matières, ils sont généralement pour les solutions expéditives. Ensuite, ils ont d’autres soucis quotidiens que les débats oiseux qui agitent les dîners en ville.

Comment être socialiste quand on a 650 millions d’euros d’argent de poche ? Il n’y a qu’une seule réponse : transformer la gauche en un parti libéral-progressiste à l’américaine.

En réalité, la gauche parisienne ne mène plus que des combats compatibles avec son train de vie et ses réflexes culturels – hier la peine de mort, aujourd’hui l’homoparentalité. C’est le triomphe de la gauche morale, avec les Badinter ; immorale, avec les DSK et autres Julien Dray.

 Pour le social, mieux vaut s’adresser directement à Pôle emploi et à Marine Le Pen.

François-Laurent Balssa

Article paru ce mercredi dans “Minute” du 3 août. En kiosque ou sur Internet.
 
NOVOPRESS - 03/08/11

23:25 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

Toujours aucune trace du prêtre disparu dans l'Oise

Le-pretre-d-origine-indienne-vivait-en-France-depuis-des-annees_scalewidth_630.jpg

(Cliquez sur la photo)

Parti en forêt de Compiègne, Albert Marshall n'a pas donné signe de vie depuis vendredi.

Prêtre à Vieux-Moulin, dans l'Oise, Albert Marshall avait l'habitude de se promener en VTT dans la forêt de Compiègne. Mais l'homme de 38 ans, d’origine indienne, n'est jamais revenu de son excursion de vendredi matin.

La disparition est qualifiée d'inquiétante par la gendarmerie. La fuite semble exclue : le prêtre, qui habite juste à côté de la forêt, a laissé ses papiers d'identité et ses effets personnels à son domicile. Une quarantaine de gendarmes ont ratissé en vain la forêt de Compiègne avec le renfort, d'une brigade équestre, de VTT et de 4 x 4.

Un hélicoptère et une caméra thermique ont aussi été utilisés, sans succès pour l'instant. Même le vélo du prêtre n'a pas été retrouvé.

Les recherches ne sont pas aisées, indique le commandant Cédric Defrance, en charge des opérations : "le terrain est immense et la forêt est particulièrement difficile d'accès", au milieu de ces 25 km² de végétation dense. "On n'a pas encore trouvé de trace", précise-t-il.

Albert Marshall travaillait pour une association humanitaire locale, par laquelle il était logé.

Toute personne susceptible d’avoir des informations sur cette disparition est priée de contacter la gendarmerie de Lacroix-Saint-Ouen au 03.44.91.61.17.

 03/08/11

21:28 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Les émeutiers de Bari sont des "professionnels de la guérilla"

03/08/2011 – 15h00
BARI (NOVOpress) —
Bilan officiel définitif des huit heures d’émeute immigrée à Bari lundi : 98 blessés, dont 42 policiers, 40 carabiniers et 16 particuliers, caillassés dans leurs voitures ou dans l’autobus des transports en commun pris d’assaut par les Africains. Aucun clandestin, on le voit, ne semble avoir subi une égratignure. On a frôlé un vrai massacre puisque les immigrés s’apprêtaient à mettre le feu à l’autobus, où se trouvaient encore le chauffeur et trois femmes, si un policier n’était pas courageusement intervenu tout seul pour les en empêcher. Quant aux dégâts matériels, ceux du Centre d’accueil se montent à eux seuls à 200 000 euros.

La question est à présent de savoir s’il y aura des suites judiciaires ou si les clandestins vont jouir d’une impunité complète, en plus du statut de réfugié politique qu’on est parti pour leur accorder en urgence. Le parquet de Bari a retenu une série de charges qui, sur le papier, est impressionnante : violence et résistance à la force publique, avec armes (barres de fer et pierres), menaces, interruption du service public pour le blocage de la route nationale 16, dégâts volontaires suivis d’incendie, violence privée, lésions personnelles aggravées, dégâts sur automobiles et sur transports en commun, vol et blocage ferroviaire. Ce dernier délit, réprimé par une loi de 1948, est parmi les plus graves puisqu’il prévoit une peine de 2 à 12 ans de réclusion.

Les émeutiers de Bari sont « des professionnels de la guérilla »

Comme toujours s’agissant d’immigration, il y a pourtant loin de la loi à son application. Le parquet s’est mis au travail mais ne sait pas encore comment procéder. 28 clandestins (sur plusieurs centaines d’émeutiers) ont été arrêtés en flagrant délit mais il faut désormais établir avec certitude qui a fait quoi (en langage juridique, « attribuer des conduites spécifiques à chaque inculpé ») et c’est, semble-t-il, très compliqué. Comme l’ont expliqué les enquêteurs de la police judiciaire à La Gazzetta del Mezzogiorno, « celui qui a occupé la voie de chemin de fer n’a pas occupé la route nationale et vice-versa. Celui qui a cassé les dents à un policier ou rompu les côtes à un carabinier n’a peut-être allumé aucun incendie ». Pour arriver à la certitude, les enquêteurs sont en train d’analyser les photos et les films pris durant l’émeute, surtout les films pris depuis l’hélicoptère de la police. Les reportages de la télévision ont également été acquis. Rien ne sera négligé, on nous l’assure, « pour trouver de possibles éléments de preuve à l’appui de l’hypothèse des enquêteurs », à savoir que les 28 personnes arrêtées lundi (et bien sûr présumées innocentes) ont effectivement commis les délits en question.

Selon des informations confidentielles recueillies par La Gazzetta del Mezzogiorno, la police estime en tout cas avoir affaire à de vrais « professionnels de la guérilla », qui se déplacent dans les centres d’accueil de toute l’Italie pour y déchaîner la violence. Une soixantaine d’immigrés qui venaient d’arriver au Centre d’accueil de Bari avaient participé, mercredi dernier, à l’émeute de Mineo (province de Catania, en Sicile). Les clandestins avaient occupé la route nationale 417 Catania-Gela pour demander le statut de réfugiés politiques. Il y avait également eu des incendies et des dégradations, quoique moins graves que ce qui s’est passé depuis à Bari.

Les enquêteurs de Bari disent n’avoir jamais été confrontés à rien de semblable jusqu’ici. Les émeutiers ont agi selon un plan soigneusement étudié. « Leur stratégie prévoyait le déploiement de petits groupes, avec des objectifs fixés à l’avance. Un groupe sur la voie ferrée, l’autre sur la route nationale 16. Des pierres enveloppées dans des chiffons, qu’ils faisaient tournoyer et qu’ils lançaient à toute force pour avoir une plus longue portée et pour augmenter l’effet destructeur. Chaque fois que les forces de l’ordre s’approchaient d’un groupe d’immigrés, un autre groupe, moins nombreux mais toujours aguerri, surgissait d’un autre côté. Il était impossible de combattre sur deux fronts ». « Dans leurs yeux, témoigne un policier, il y avait la haine ».

[cc] Novopress.info, 2011, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d'origine

21:19 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

Ils volent le toit en cuivre d'une église

Deux-voleurs-ont-ete-arretes-alors-qu-ils-emportaient-le-cuivre-du-toit-d-une-eglise-a-Saint-Quentin-dans-l-Aisne_scalewidth_630.jpg

L'église Jean XXIII - (Cliquez sur la photo)

 Deux voleurs ont été arrêtés en flagrant délit à Saint-Quentin, dans l'Aisne.

Deux hommes de 26 ans et 37 ans ont été interpellés en flagrant délit de vol, dans la nuit de lundi à mardi, à Saint-Quentin, dans l'Aisne. Des voisins de l’église Jean XXIII, réveillés par le bruit à 3 heures du matin, ont alerté la police. Qui a pu intervenir à temps pour éviter le vol du toit du bâtiment, en cuivre.

Sur place, les fonctionnaires de la BAC ont constaté qu’une grande partie du toit de l’édifice avait été démontée. Il s’agit d’une église moderne, de forme pyramidale et dont la toiture métallique descend jusqu’au niveau du sol.

Les policiers ont découvert que les plaques de cuivre démontées avaient été soigneusement entassées sous des buissons, prêtes à être récupérées. En surveillant discrètement le secteur, ils ont pu arrêter les deux voleurs présumés qui s’apprêtaient à charger leur butin dans une camionnette.

Vol en réunion et dégradations

Les deux suspects, inconnus des services de police, ont reconnu les faits. "Ils savaient qu’ils s’attaquaient à une église mais je ne suis pas convaincu qu’ils aient assimilé l’importance du symbole de s’attaquer à un édifice religieux", précise le commissaire David Boileau, le chef de la circonscription de sécurité publique de Saint-Quentin.

A l’issue de leur garde à vue, les deux voleurs présumés ont été remis en liberté. Ils comparaîtront le 6 décembre prochain devant le tribunal correctionnel pour vol en réunion et dégradations.

Le prêtre "ne condamne pas la personne"

Les dégâts commis par ces malfaiteurs sans scrupules désolent le curé de l'église Jean XXIII, Antonio Tejado : "C’est triste. Je condamne le geste mais je ne condamne pas la personne. Il y a des choses qui sont beaucoup plus graves". Le prêtre espère simplement que les réparations se feront vite. D'ici-là, il prie pour qu'il ne pleuve pas sur son église à ciel ouvert.

Cette affaire montre à quel point les voleurs de cuivre n'ont plus de limites, tant les cours des métaux s’envolent. Mardi, à la bourse de New York, le prix de l'once d'or a atteint un pic historique, grimpant jusqu'à 1.644,38 dollars.

Source INFO E1 - 03/08/11

D'ici le 6 décembre prochain, ils seront loin!

 

21:09 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

Le dieu Soleil sur Tauroentum

Photo029.jpg Soleil Les lecques 02 08 11.jpg

Tauroentum fut le nom gréco-romain des Lecques (Var) - (Cliquez sur la photo pour l'agrandir))

Photo Gaëlle Mann

 02/08/11

12:22 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)

Le tueur d'Oslo souhaite être expertisé par un psychiatre japonais...

andersbehringbreivikoslobombenorvegeutoeya.jpg

Anders Behring Breivik, l'extrémiste de 32 ans qui a avoué le carnage du 22 juillet en Norvège (77 morts), continue de faire des siennes en prison. Il a demandé à s'exprimer en anglais devant ses juges – ce qui lui a été refusé – et souhaite être expertisé par un psychiatre japonais.

Dans le « manifeste » de 1.500 pages qu'il avait mis en ligne sur Internet avant son méfait, il se montrait déjà fasciné par la Corée et le Japon. Son avocat, Geir Lippestad, a expliqué mardi à un journal norvégien que son client « a exprimé le souhait d'un expert japonais » pour l'interroger. « Ce souhait tourne autour de son concept de l'honneur. Il considère qu'un Japonais le comprendrait bien mieux qu'un Européen ».

Pas de Bible dans sa cellule

Deux experts-psychiatres norvégiens ont déjà été nommés pour décider si Breivik – qui, selon son avocat, semble être « dément » – est pénalement responsable, et donc apte à être jugé plutôt qu'interné en hôpital psychiatrique. Il encourt 21 ans de prison pour « terrorisme », mais cela pourrait passer à 30 ans s'il était également poursuivi pour « crimes contre l'humanité ».

Breivik, qui affirme être un « chevalier templier » en croisade contre l'islam et avait été présenté par la police comme un « fondamentaliste chrétien », ne montre pas de signe de foi ou de pratique religieuse dans sa cellule où il est maintenu à l'isolement, selon son avocat. Il n'a pas, par exemple, demandé de Bible.

En anglais

Mais il a d'autres exigences: « Quand il était au tribunal, il a voulu parler anglais. Mais je n'ai pas d'information supplémentaire là-dessus », a déclaré le procureur de la police d'Oslo, Christian Hatlo. La demande a été rejetée lors de l'audience du 25 juillet, durant laquelle Behring Breivik a été placé en détention provisoire. L'extrémiste norvégien n'a pas expliqué pourquoi il voulait parler anglais, mais c'est sans doute pour avoir le plus d'audience possible dans le monde.

En tout cas, les amateurs de jeux vidéo ne lui disent pas merci. Une cinquantaine de jeux, dont les célèbres World of Warcraft et Call of Duty / Modern Warfare, deux simulations de batailles guerrières, ont été retirés de la vente par Coop Norge, la principale coopérative de magasins du pays, « par respect » pour les proches des 77 victimes. Raison invoquée: Breivink était un fan de ces jeux et avait expliqué, dans son manifeste, s'en être servi pour préparer son attentat et ses fusillades.

Source France-Soir - 02/08/11

02:21 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Nkice - Rues débaptisées: Philippe Vardon répond à Christian Estrosi

1553112_nice_640x280.jpg Nice.jpg

(Cliquez sur la photo)

2 août 2011

J’apprends aujourd’hui dans Nice Matin que le maire de Nice a décidé de porter plainte contre la très vilaine action ayant eu lieu dans le quartier Notre-Dame et ayant consisté à changer le nom des rues sur quelques plaques, de manière symbolique.

Dans son communiqué la mairie estime que « ces actes scandaleux, en plus de causer des troubles à l’ordre public, constituent des propos de provocation à la haine raciale et à la discrimination ». Rien que ça.

Alors que notre ville connaît une insécurité endémique, et que le quartier Notre-Dame est devenu une véritable zone de non-droit (à commencer par la rue de Suisse où les prières bloquant la rue ont repris), ce sont donc des feuilles de papier collées avec du scotch qui constituent pour Christian Estrosi des « troubles à l’ordre public » ?

Quant à « la haine raciale et la discrimination », nous aimerions savoir où elles se trouvent ? Les rues ont été rebaptisées rue de la Lapidation, rue de la Burqa et rue des Frères Musulmans. M. Estrosi doit certainement savoir que la lapidation est bien présente dans le Coran, pratiquée dans de très nombreux pays musulmans, et qu’il se trouve fort peu de représentants de l’islam en France pour la condamner. Tariq Ramadan lui-même ne demandant qu’un timide « moratoire » sur ce sujet… Bien entendu, j’aurais grand plaisir à voir les imams de l’Ariane, de la Madeleine ou de la rue de Suisse m’apporter un vibrant démenti en condamnant avec clarté et fermeté la pratique de la lapidation. Le port de la burqa, quant à lui, est une pratique suffisamment présente parmi les musulmanes de France pour qu’un gouvernement auquel appartenait Christian Estrosi se sente obligé de légiférer à ce propos. D’ailleurs, si le simple fait de nommer une traverse rue de la Burqa constitue une « provocation à la haine raciale et à la discrimination », que penser alors d’un gouvernement qui en interdit le port ? Enfin s’agissant des Frères Musulmans, c’est bien le Ministre Alain Juppé qui affirmait récemment que la France pouvait tout à fait discuter avec ces sympathiques islamistes en Egypte. D’ailleurs, Christian Estrosi lui-même entretient de bonnes relations avec ceux qui leur sont liés en France, à savoir les représentants de l’UOIF comme l’imam Othman (mosquée Ar-Rahma de l’Ariane).

Je ne comprends donc vraiment pas ce que l’on pourrait nous reprocher.

Hier, des voisins nous ont affirmé que les forces de police dépêchées sur place effectuaient même des relevés d’empreintes digitales sur les plaques ! On pourrait presque en rire…

Christian Estrosi utilise en fait la menace judiciaire pour tenter de faire taire ses opposants les plus déterminés. C’est une pratique scandaleuse qui n’honore pas celui qui semblait vouloir ces derniers jours se présenter en parangon de démocratie.

Si des actions telles que l’organisation d’un apéro porchetta-rosé rue de Suisse, la diffusion d’appels du muezzin dans les quartiers où sont prévus des mosquées ou des écoles islamiques (comme à la rue Saint-Joseph, berceau familial des Estrosi d’ailleurs), ou encore les changements de nom des rues du quartier Notre-Dame, ont lieu c’est en réalité parce que c’est le seul moyen pour les identitaires de percer le mur du silence. Sans notre apéro porchetta-rosé par exemple, les prières musulmanes occupant la rue de Suisse seraient restées méconnues de la majorité des Niçois. Est-ce normal ?

Nous n’organisons pas ces opérations parce que nous nous ennuyons ou pour meubler nos insomnies, mais parce qu’elles sont – malheureusement – le seul moyen de susciter le débat et d’attirer l’attention des médias sur des situations et des sujets qui préoccupent de très nombreux Niçois.

Et c’est bien le cas du quartier Notre-Dame, dont les habitants sont exaspérés et inquiets. Si le maire de Nice est si choqué par trois bouts de scotchs et des feuilles de papier qu’il ait donc le courage d’organiser un grand débat public sur le devenir du quartier. J’y participerai volontiers pour lui demander notamment pourquoi il veut ouvrir la mosquée de la rue de Suisse aux musulmans radicaux de l’UOIF, ou encore s’il compte laisser le restaurant de la place Saëtone devenir une seconde mosquée de 250m² ?!

Enfin, si Christian Estrosi veut réellement en appeler à la justice, je suis certain que les Niçois préféreraient que ce soit pour faire cesser les prières musulmanes qui occupent la rue de Suisse chaque vendredi ou bien pour expulser les musulmans qui occupent en toute illégalité (sans aucun titre et sans verser de loyer) les locaux depuis plus de ONZE ans sans que jamais la décision de justice n’ait été appliquée.

Philippe Vardon – Président de Nissa Rebela

01:51 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Libye: trois journalistes tués dans leur bureau par un bombardement de l'OTAN

http://fr.altermedia.info/international/proche-orient-int...

Les infos que l'on nous cache! 

Altermedia.info - 01/08/11

01:30 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

C'est bientôt les Journées d'été des Jeunes avec Marine


Teaser Journées d'été Les Jeunes avec Marine par polecom

 

Du 7 au 10 septembre, le Front National de la Jeunesse (FNJ) organise à Villars-sur-Var dans les Alpes-Maritimes, les Journées d’été Les Jeunes avec Marine.

 

NPI - 02/08/11

 

 

00:43 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Delanoë souhaite un joyeux ramadan aux Parisiens...

ramadan-paris.jpg

(Cliquez sur la photo)

Vu sur les panneaux d’info de la ville de Paris.
Infos Parisiennes – ON CROIT REVER ! Vive la France, ALLONS ENFANTS DE LA PATRIE, LE RAMADAN EST ARRIVE !!!

Source Altermedia.info - 02/08/11

00:33 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (13)

VIDEO - Manifestation à Paris pour l'hébergement d'urgence

http://www.dailymotion.com/video/xkb1vr_greve-dans-l-urge...

02/03/11

 

00:17 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Marseille - "J'ai plus envie" par Philippe Carrese

carrese.jpg

J'ai plus envie...… J'ai plus envie de me prendre le quart-monde dans la gueule chaque fois que je mets un pied sur la Canebière

http://www.laprovence.com/article/a-la-une/marseille-linc...

+Texte intégral de Philipe Carrese

02/08/11

00:08 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

02/08/2011

Des rues de Nice rebaptisées par Nissa Rebela

Dans la nuit de dimanche à lundi, des militants du groupuscule d’extrême droite "Nissa rebela" ont collé des affichettes sur les plaques d’identification des rues dans le secteur de l’église Notre-Dame.

La rue d’Angleterre a été rebaptisée , «rue de la lapidation», la rue de Suisse «rue des Frères Musulmans» et la rue d’Italie «rue de la Burqa».

Hier matin, les services municipaux étaient à pied d’œuvre pour retirer ces affichettes sous l’œil de policiers.

Alors que l’atmosphère est déjà tendue dans ce quartier, puisque la salle de prière de la rue de Suisse a été préemptée par la mairie, les provocations des identitaires de Nissa Rebela, le premier jour du ramadan, n’ont pas été du goût du député-maire Christian Estrosi.

La Ville a dénoncé, hier, dans un communiqué «les actes  consistant à souiller les panneaux de signalisation en changeant les noms des rues». «Ces actes scandaleux, en plus de causer des troubles à l’ordre public, constituent des propos de provocation à la haine raciale et à la discrimination.» La Ville de Nice a décidé de porter plainte et de saisir le procureur de la République.

Philippe Vardon, le président de Nissa rebela dénonce l'attitude de Christian Estrosi: «Si le simple fait de nommer une traverse rue de la Burqa constitue une " provocation à la haine raciale et à la discrimination ", que penser alors d’un gouvernement qui en interdit le port ?»

Pour le mouvement identitaire Niçois, ces «simples feuilles de papier scotchées » sont symboliques.

Source Nice-Matin - 02/08/11

23:42 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Un adolescent poignardé à mort en Espagne, quatre voyous français recherchés

Ce drame est une nouvelle illustration de ces actes violents dont souffre de plus en plus la station balnéaire de Lloret de Mar, sur la Costa Brava, située à 50 km au nord de Barcelone. Il est 4 heures du matin le 18 juillet lorsque Andrew, 15 ans, et cinq de ses amis tentent de s’interposer dans une bagarre qui oppose quatre Français.

 

Bien mal leur en prend : les jeunes touristes, d’origine maghrébine selon les témoins, se retournent contre les adolescents et les passent à tabac. Andrew reçoit un coup de couteau. Né en Espagne de parents britanniques, il meurt quelques instants plus tard à l’hôpital de Blanes.

 


« Il se trouvait au mauvais endroit au mauvais moment », déplore Jackie Milroy, sa mère, qui s’empresse de servir un des clients du Route 66, un fast-food qu’elle a ouvert avec son mari il y a trois ans, en bord de mer. « Andrew n’était pas un ado à problèmes et il n’avait pas de mauvaise fréquentation », insiste la mère de famille.
Malgré le drame, cette Ecossaise installée en Espagne depuis vingt ans a rapidement rouvert son restaurant. « Ça nous aide à tenir », soupire-t-elle. Devant les clients, elle tente de garder le sourire : « Perdre un enfant, c’est ce qu’il y a de pire. C’est dur, très dur, mais je ne veux pas me laisser aller. Avec mon mari et ma fille, nous devons aller de l’avant. » Carla, 11 ans, la petite sœur d’Andrew, dort sur une banquette de l’établissement . « Elle a encore du mal à réaliser. Heureusement, nous sommes bien entourés. »

Le crime a soulevé une vague d’indignation dans cette station balnéaire populaire et familiale. Le lendemain du drame, 300 personnes se sont réunies devant la mairie pour réclamer plus de sécurité et plus de fermeté contre une « minorité de jeunes Français » qui vient ici pour « se défouler et en découdre avec les autres touristes », comme le dit Maria del Mar, propriétaire du bar qui jouxte le lieu du drame. Dans la rue del Torento, là où le crime a été commis, des bougies, des fleurs et des centaines de messages de soutien ont été déposés. « Il y a toujours des bagarres liées à l’alcool, mais je n’ai pas souvenir d’un tel événement », souligne Maria del Mar. Son bar était fermé lorsque l’altercation a eu lieu. « Il s’agit d’un cas isolé, insiste cependant cette Catalane soucieuse de la réputation d’une ville qui ne vit que du tourisme. Lloret de Mar n’est pas une ville dangereuse! »
Pourtant, ce n’est pas la première fois que la ville est endeuillée. En 2005 déjà, un jeune Français de 19 ans avait trouvé la mort à la suite d’une bagarre entre deux bandes rivales.

L’enquête sur le meurtre d’Andrew avance lentement. La police dispose de peu d’éléments. Le juge espagnol a décidé de placer le dossier sous le secret judiciaire. Les amis de la victime ont été entendus en qualité de témoins et les enquêteurs étudient actuellement les vidéos des caméras de surveillance de la ville. « Ceux qui sont responsables de sa mort étaient peut-être déjà en France quelques heures après le drame », se lamente Jackie.

Source Le Parisien - 02/08/11

 

23:07 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

La Suède multiculturelle - L'Europe doit se transformer pour survivre

Lobby de l' immigration en suède par AlbertLAPOITE

01/08/11

02:49 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (9)

VIDEO - BHL fait de la pub pour le Talmud

http://www.dailymotion.com/video/xjvbtf_bhl-fait-de-la-pu...

01/08/11

00:08 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

VIDEO - Alain Soral fait de la pub pour le Talmud

http://www.dailymotion.com/video/xjvcpy_alain-soral-fait-...

01/08/11

00:02 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

01/08/2011

Italie - Emeutes d'immigrés à Bari: centre d'accueil incendié, routes et chemin de fer bloqués, 30 blessés

01/08/2011

BARI (NOVOpress) – Scènes d’émeute depuis ce matin à Bari, en Italie dans les Pouilles. Plusieurs centaines d’immigrés clandestins du Centre d’accueil pour les demandeurs d’asile (Cara) de la ville bloquent depuis ce matin la route nationale 16 bis ainsi que la voie de chemin de fer. Ils ont mis le feu à des bidons et à des couvertures. Ils réclament leur régularisation et le statut de réfugiés politiques.

Les forces de l’ordre sont intervenues pour tenter de rétablir la circulation. Selon les premières informations, les immigrés auraient jeté des pierres sur les policiers puis les auraient attaqués, armés de barres de fer. Plusieurs voitures de police ont été endommagées.

On dénombre une trentaine de blessés, surtout parmi les policiers mais aussi parmi des passants. Les immigrés ont en outre pris d’assaut un autobus des transports en commun, qui a été bloqué et dévasté. Une équipe de la télévision, qui voulait interviewer les clandestins pour leur faire expliquer leurs revendications, a été attaquée à coups de pierres.

La situation reste actuellement très tendue. La route est toujours coupée. La circulation ferroviaire est également interrompue sur la ligne Bari-Foggia. Dix trains régionaux ont d’ores et déjà été annulés, six trains de grande ligne subissent des retards. D’autres immigrés ont pendant ce temps mis le feu au Centre d’accueil.

[cc] Novopress.info, 2011, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d'origine

22:48 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

Norvège: Breivik dit avoir appelé la police sur l'île d'Utoeya (avocat)

20h09

 

L'auteur du double carnage du 22 juillet en Norvège, Anders Behring Breivik, a affirmé avoir appelé la police pendant le massacre de 69 personnes sur l'île d'Utoeya, a déclaré lundi son avocat à la chaîne de télévision publique norvégienne NRK.

 Au cours de son dernier interrogatoire en date, qui remonte à vendredi, "il a expliqué qu'il avait appelé la police depuis Utoeya, mais je ne sais pas si c'est le cas", a déclaré Me Geir Lippestad, choisi par le tueur norvégien de 32 ans pour le représenter.

TF1 News - 01/08/11

Pourquoi aurait-il appelé la police?

La police a mis 80 minutes pour se rendre en bateau sur l'île.

21:11 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

Hausse spectaculaire de l'amende de stationnement: indécent en pleine crise du pouvoir d'achat!

 

Communiqué de Marine Le Pen, Présidente du Front National

L’amende de stationnement passe aujourd’hui de 11 à 17 euros.

Cette augmentation de 55 % décidée par le gouvernement de Nicolas Sarkozy est très mal venue alors que le pouvoir d’achat des Français ne cesse de baisser.

Elle confirme l’acharnement du gouvernement contre les automobilistes, vaches à lait d’un pouvoir qui préfère matraquer les Français qui utilisent leur voiture plutôt que d’attaquer les vrais voyous, ceux qui pourrissent la vie de nos compatriotes.

Marine Le Pen, Présidente du Front National, demande au gouvernement de revenir immédiatement sur la hausse de 55 % de l’amende de stationnement.

Les automobilistes n’accepteront pas éternellement d’être rackettés, et de payer pour un gouvernement qui a mis le pays en faillite.

20:05 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)