Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Blog - Page 1254

  • Bonne année à la diversité dans la fraternité ! par Claude Lorne

      

    Alléluia ! Toute périlleuse qu’elle s’annonce, l’année 2012 a commencé sous les meilleurs auspices. Dans son allocution de la Saint-Sylvestre, le chef de l’Etat avait promis de nous « protéger », il a tenu parole. Le réveillon, dont on redoutait feu et flammes, a été d’une sérénité irénique. Du moins à en croire le ministre de l'Intérieur selon lequel la France a « passé le cap du Nouvel An dans le calme et sans incident notoire ». Claude Guéant se rengorge donc : « Seulement 251 interpellations ont été nécessaires contre 501 en 2011, 405 en 2010 et 288 en 2009 et « seuls huit membres des forces de l'ordre ont été blessés au cours de la nuit » – et encore, rassurons-nous, « légèrement ». Une peccadille par rapport aux soixante mille policiers, CRS et gendarmes déployés. Quant aux voitures brûlées (une quarantaine recensées par la presse locale à Mulhouse et à Strasbourg, une quinzaine à Creil, autant à Montpellier, dix-sept à Nice, dix à Caen, etc.), on n’en connaîtra pas le nombre total car, comme l’a indiqué le ministre, « aucun chiffre ne sera communiqué ». Non pas, comme les mauvais esprits pourraient l’imaginer, pour empêcher le bon peuple de connaître la vérité à quelques mois de la présidentielle (et des législatives où M. Guéant sera candidat à Boulogne-Billancourt, secteur de tout repos pour l’UMP) mais pour une raison très morale : il s’agit « d’éviter toute surenchère ou compétition entre villes » : une stratégie rappelant furieusement celle du mari cocu qui, ayant surpris Madame et son amant sur le canapé du salon, choisit… de vendre le canapé !

    Cherchez l’intrus

    Dormez donc, bonnes gens, M. Sarkozy vous protège cependant que prévalent « contre la crise rire, métissage et proximité ». Tel était en effet, sur deux pages, le gros titre du Journal du dimanche qui publiait le 1er janvier son palmarès annuel des « cinquante personnalités qui comptent le plus pour les Français » et qu’ils « trouvent les plus sympathiques ». En tête de ce « Top JDD » : la pléiade Yannick Noah, Zinedine Zidane, Omar Sy (la révélation sénégalaise du film Intouchables), l’inoxydable Simone Veil, le comique et comédien judéo-marocain Gad Elmaleh, l’acteur Jean Dujardin et le guignol Jamel Debbouze. Cherchez l’intrus : Dujardin, bien sûr !

    Ce sondage a été réalisé par l’Ifop, dont la vice-présidente est toujours Mme Laurence Parisot, présidente du Medef et accessoirement signataire d’un (médiocre) pamphlet anti-Le Pen, Un piège bleu Marine (Calmann-Lévy éd.), d’ailleurs contesté par de nombreux patrons opposés au mélange des genres. Les questions ont-elles été bidonnées ou « l’échantillon représentatif de 1018 personnes âgées de 15 ans et plus » est-il en réalité fort peu représentatif du pays réel, les adolescents, qu’on sait particulièrement perméables à la propagande médiatico-scolaire, ayant été sondés de préférence afin d’obtenir le résultat voulu ? Ce résultat réjouit en tout cas le sociologue de gauche Jean Viard. Commentant dans le JDD ce « Top 50 » qui traduirait « un désir d’affection et de fraternité », il soutient qu’ « un projet politique qui s’appuierait sur ces figures symboliques pour construire un “nous” qui intègre la diversité ouvrirait des voies positives ».

    Drôles de « symboles » !

    Des figures symboliques, mais de quoi sinon de communautarismes antagonistes ? Ainsi l’octogénaire Simone Veil a-t-elle, en sa qualité de présidente honoraire de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah, obtenu le 27 décembre du premier ministre François Fillon un don de 5 millions d’euros pour la restauration du camp d’Auschwitz-Birkenau dont la préservation exigerait la création d’un « fonds permanent de 120 millions d'euros » – nos compatriotes les plus nécessiteux apprécieront, de même que les petits retraités qui renoncent à se soigner depuis les restrictions imposées par une Sécurité sociale aux abois.

    De son côté, interrogé en octobre dernier sur RTL où il se prétendait « toujours victime de racisme », Jamel Debbouze lançait un message incendiaire à destination des banlieues et des enfants d'immigrés en les incitant à « s'énerver » et à « suivre les modèles tunisien et égyptien » afin de « regagner leur liberté ». Le 22 août, le Marocain avait déjà menacé sur M6 de « changer de crèmerie » si par malheur Marine Le Pen était élue en mai prochain. Chiche !

    Noah, humaniste mais ploutocrate

    Quant à Yannick Noah, choisi comme « la personnalité préférée des Français pour la huitième fois consécutive » ainsi que s’en félicite le site communautaire plurielles.fr en précisant que « depuis la création de ce sondage biannuel en 1988, seuls l'Abbé Pierre (16 fois numéro un) et le commandant Cousteau (20 fois premier) ont réussi à faire mieux », il est le champion du double langage et du billard à trois bandes.

    Interminablement interviewé dans L’Humanité du 16 septembre 2011 à l’occasion de la Fête de L’Huma dont il était la vedette, il déclarait ainsi que cette invitation constituait « vraiment la meilleure reconnaissance, la reconnaissance du peuple » et évoquait sa proximité idéologique avec Martin Luther King, Mandela et surtout la pasionaria noire américaine Angela Davis : « Une grande sœur. Ce sont des gens qui me stimulent, que j’admire. C’est cette image de cette femme qui lève le poing et qui est prête à affronter toute l’injustice… Qu’est-ce que l’on fait face à l’injustice ? » Et l’ancien tennisman, qui vit dans le luxe et l’encens des médias depuis sa victoire de Roland-Garros en 1983, d’ajouter, grandiloquent : « Si on parle de l’immigration, je suis en souffrance. D’autant plus en souffrance que je sais que c’est une injustice, que je sais que l’Afrique a été pillée, que le Noir a été pillé par le Blanc et maintenant que le Blanc n’en a plus besoin, il le rejette »… alors que devraient se prendre la main les « gens de toutes les couleurs, de toutes les classes sociales », des prolétaires aux nababs.

    A cette dernière catégorie l’invité de L’Huma – qui, complice, n’évoquait évidemment pas cette particularité – appartient de plein droit. Quelques jours plus tôt, le Conseil constitutionnel avait en effet rejeté la Question prioritaire de constitutionnalité que Noah lui avait soumise après avoir été débouté par le tribunal administratif dans une sombre affaire d’évasion fiscale. Depuis maintenant quinze ans, Bercy poursuit en effet le Franco-Camerounais pour un redressement fiscal concernant ses seuls revenus de 1994-1995, revenus des plus confortables puisque, pour leur dissimulation, il doit régler la modique somme de 1.037.827 euros (ramenée à un peu plus de 580.000, selon son avocat) ! Mais cet homme de cœur, tout entier dévoué à l’humanité souffrante, ne s’y résigne pas. Il annonçait donc le 20 septembre vouloir se tourner vers la Cour d'appel administrative de Paris, et, si elle le déboute à son tour, vers le Conseil d’Etat. Car pour être chanteur, « le beau Yannick », qui célèbre la mémoire de Coluche et milite (sur scène et à la télévision) pour les Restos du cœur, n’en est pas moins plus fourmi que cigale. Donc très près de ses sous.

    Et voilà les « personnalités symboliques » que, selon la presse Lagardère, idolâtreraient les Français, celles auxquelles ils s’identifieraient et dont la présence « aux Affaires » en lieu et place des politiques (les seuls nommés d’entre eux, Jacques Chirac, François Hollande et Nicolas Sarkozy, ne se classent respectivement qu’en 46e, 48e et 49e position) nous garantirait un avenir radieux. Si c’est vrai, nous sommes le peuple le plus bête du monde. Si c’est faux, il s’agit d’une monstrueuse manipulation visant à accélérer encore le complexe de culpabilité des Français et, par voie de conséquence, la substitution de population.

    Claude Lorne
    02/01/2012

    Correspondance Polémia – 03/01/2012

    Image : Yannick Noah

  • Irving Kahn, 106 ans, est le plus vieux courtier du monde !

    Un article passionnant: http://fr.news.yahoo.com/ladn-vieux-juifs-révèle-secret-longévité-074725890.html

    + VIDEO

    Yahoo!Actu - 04/01/12

  • Photo mystère n° 6

    untitled.bmp 6.jpg

    (Cliquez sur la photo)

  • VIDEOS - Mofettes sur le Laacher See

    En septembre 2011

    Une mofette (de l'italien mofetta, du latin mephitis, « exhalation pestilentielle ») est par définition une fissure, un trou ou un puits de taille réduite, parfois terrestre, parfois sous une source d'eau ou de sédiments ; d'origine volcanique et émanant certains type de gaz, souvent toxiques, principalement du dioxyde de carbone, mais aussi du diazote ou du méthane. Elle s'oppose notamment au fumerolles et autres phénomènes de ce type par l'absence de soufre, et généralement par un aspect, des températures et une acidité plus conventionnelle que d'autres phénomènes paravolcaniques apparentés. Ce sont surtout les exhalations parfois pestilentielles et/ou toxiques qui s'en dégagent qui les rend uniques dans l'univers des phénomènes paravolcanique.

    Ce terme est complexe puisqu'il englobe autant les lacs limniques que des sources peu chaudes brassants des sédiments à leur surface, que des suintements froids au fond de la mer ou de simples percolations au sein de sources chaudes ou de lacs près de zones volcaniques. Plus prosaïquement, de nombreux spas sont basés sur d'anciens sites volcaniques incluant des sources d'eau riches en mofettes, notamment dans des buts thérapeutiques. Généralement la température d'une mofette varie entre 20°C et 100°C, voir 150°C dans certains cas.

    Le mot « mofette » fut un ancien nom pour désigner une fumerolle. L'on appelle aussi « mofette » des fumerolles dont la température ne dépasse pas les 150°C. (Wikipédia)

    03/01/12

  • En Allemagne, le super volcan Laacher See recommence à grogner depuis 2010...

    Il s'appelle Laacher See, se cache sous les eaux du lac du même nom, en Allemagne, et sa taille peut être comparée à celle du Mont Pinatubo qui, en 1991, a créé la plus grande éruption du XXe siècle. Ce super volcan, qui entre en éruption tous les 10 à 12 000 ans, a explosé pour la dernière fois il y a 12 900 années.

     

    .. et a recommencé à grogner en 2010, selon le Daily Mail, qui fait état d'une réelle inquiétude dans la communauté scientifique. Alors, le Laacher See va-t-il exploser en 2012 et détruire toute l'Europe ? Rien n'est moins sûr...

    Une «dévastation généralisée»

    Selon le Daily Mail, le volcan Laacher See pourrait se réveiller brusquement dans les mois qui viennent. Trois raisons à cela. Premièrement, il grogne. Une activité sismologique a débuté en 2010 et les dernières secousses remontent à février 2011, avec l'enregistrement de sept tremblements de terre allant de 2 à 4,5 de magnitude. Deuxièmement, il chauffe. Des bulles de gaz provenant du magma - dioxyde de carbone (CO2) - sont encore visibles sur la rive sud et de fortes anomalies thermiques seraient enregistrées sous le lac. Enfin, il est l'heure. Ce volcan entre en éruption tous les 12 000 ans et cela fait désormais 12900 ans qu'il dort.

    Si ces hypothèses sont exactes et qu'il venait à entrer en éruption, des milliards de tonnes de cendres et de magma pourraient être éjectés, provoquant une véritable catastrophe en Europe. Les experts prévoient ainsi une dévastation généralisée, des évacuations en masse et à plus court terme, le refroidissement global par le nuage de cendres bloquant le soleil. Le Daily Mail note que le sud de l'Angleterre serait couvert de cendres. D'où l'on peu déduire que l'Hexagone aussi serait entièrement recouvert par un voile de cendre. Sauf que...


    Agrandir le plan

    Aucune preuve scientifique d'un réveil

    ... sauf que les arguments avancés par les experts du Daily Mail sont sujets à caution. Ainsi, Maxisciences relaye ce mardi le billet d'un éminent spécialiste des volcans, Erik Klemetti, spécialiste des volcans et assistant professeur de géosciences à l'université Denison aux Etats-Unis, publié sur un blog scientifique. Pour cet expert, l'intervalle d'environ 12.000 ans ne se base sur aucune source scientifique et ne permet absolument pas d'anticiper une quelconque éruption du volcan. Les émanations de dioxyde de carbone, qu'il a lui-même observées il y a cinq ans, n'ont pas plus de sens pour lui : le volcan émet ces bulles depuis des siècles et, s'il s'agit bien d'un signe que la chambre dégaze, c'est un phénomène qui arrive continuellement. Selon le site Gizmodo, le dégazage continu du volcan est même ce qui pourrait empêcher son explosion.

    Alors certes, l'explosion du Laacher See serait une catastrophe pour l'Europe. Mais pour l'instant, aucune donnée scientifique ne permet de craindre son réveil. «Il n'y a pas de preuve scientifique attestant d'un jugement dernier pour 2012. Aucune»,  ironise même le professeur Klemetti. A bon entendeur...

    Le Parisien - 03/01/12

     

  • Aujourd'hui 1500e anniversaire de la mort de sainte Geneviève

    3 janvier 2012 - 11:35

    Inutile de demander ce que fait Delanoë, cette année, pour honorer celle qui a sauvé Paris à plusieurs reprises (en 451, mais aussi en 465) et qui est la patronne de la capitale…

    Sainte Geneviève*, née à Nanterre en 423, voue très jeune sa virginité à Dieu.
    Elle est très vite remarquée par saint Germain d’Auxerre et saint Loup de Troyes, qui passent par Nanterre en 429 (elle n’a que six ans), à l’occasion de leur voyage vers la province romaine de Bretagne (Grande-Bretagne actuelle). Elle mène une vie consacrée et ascétique, probablement dès ses seize ans.
    De son père, franc, dont elle est la fille unique, elle a une charge de membre du conseil municipal de Paris.
    Lors du siège de Paris par les Huns, en 451, elle convainc, aidée par sa grande force de caractère, les Parisiens de ne pas abandonner la ville (leur sauvant sûrement la vie car toute fuite aurait été très périlleuse) :
    « Que les hommes fuient s’ils veulent, et s’ils ne sont plus capables de se battre. Nous, les femmes, nous prierons Dieu tant et tant qu’Il entendra nos supplications. »

    De fait, Attila (pressé d’en découdre avec les Wisigoths, en Aquitaine) finit par épargner Paris.
    Lire la suite de cette entrée »

    Contre-info.com - 03/01/12

  • Au coeur de l'Histoire: le génocide vendéen (Reynald Secher)


    Au coeur de l'histoire : Le génocide Vendéen... par _romegas

    Livre en vente ici.

    Merci à Josselin

    Contre-info.com - 03/01/12

  • Quand Facebook coopère avec la justice...

    3 janvier 2012 - 12:27

    … Pour arrêter un vilain jeune « néonazi ». C’est une première en Autriche, Facebook a aidé l’Office de protection de la Constitution et de lutte antiterroriste (rien que ça) à identifier un jeune de 17 ans qui aurait publié des slogans antisémites sur le site du réseau social.

     « C’est la première fois que nous avons adressé une telle demande à Facebook, sur la base d’une requête du parquet, et après une série d’échanges, ils ont fourni l’identification de ce jeune de 17 ans » a déclaré le directeur de l’Office de l’État régional de Carinthie, Helmut Mayer.

    Merci à Tanguy

    Contre-info.com - 03/01/12

  • Vive la Hongrie, vive Orban! - par Yann Vallerie (Tribune libre)

     

    Vive la Hongrie, vive Orban ! Par Yann Vallerie
     
     
     

    La Hongrie subit depuis quelques jours une vague de critiques et d’hostilité sans précédents, venant des institutions internationales, notamment financières, mais également de la presse française, toujours en pointe pour dénoncer les “atteintes aux libertés” et pour surfer sur les “printemps à venir”. Nous avons d’ailleurs vu ce que les printemps arabes, portés par la presse occidentale et française en première ligne, ont donné en terme de démocratie, avec le retour des islamistes, les exactions, les bombardements sur la Libye, etc.

    Comme à son habitude dès lors que des dizaines de milliers de manifestants sortent dans la rue (laissant présumer que des millions d’autres sont chez eux et soutiennent peut être le gouvernement), on sent flotter les incitations à la révolution et les dénonciations pour “autoritarisme” ou pour “nationalisme” d’un régime qui n’écouterait pas les aboiements d’une petite minorité.

    Pour rappel, l’assemblée nationale hongroise (qui a donc constitué le gouvernement actuel), a été élue démocratiquement, par les électeurs, sur un programme qui annonçait en partie les réformes constitutionnelles et fondamentales à venir. C’est donc un peuple qui a décidé de porter Viktor Orban au pouvoir (Fidesz), avec une majorité de 2/3 de l’assemblée, avec le Jobbik (droite nationale, 58 députés) comme alliés. Et cela n’en déplaise aux occidentaux, qui ont manifestement (l’exemple récent de la Russie le montre encore) du mal à accepter que des peuples puissent souhaiter de l’autorité, du pouvoir étatique fort et surtout qu’ils refusent la mainmise actuelle des banques et des institutions internationales sur leur propre terre, leur propre pays.

    Les réactions de la presse internationale mais aussi et surtout des pays membres de l’UE à l’égard de la Hongrie ne sont pas sans rappeler le traitement dont avait été victime l’Autriche lorsque le FPÖ (droite nationale) de Jorg Haider était entré au gouvernement autrichien (menaces de sanction, boycott, traitement médiatique partial)

    Si des pays de l’Union Européenne se montrent de plus en plus hostiles à cette institution et à toute la bureaucratie européenne , c’est avant toute chose que l’UE, au lieu d’être une vraie force économique, identitaire et sociale totalement indépendante est en fait totalement à la botte des banques et du FMI et à l’écoute totale des USA, qui , malgré leur dette colossale et leur économie au bord du gouffre, semblent encore avoir toute autorité pour faire la pluie et le beau temps sur le sol européen . Ils viennent d’ailleurs, par le biais de la “chef de guerre” Hilary Clinton,  de condamner les réformes hongroises, comme ils condamnent la non reconnaissance du Kosovo par la Serbie, comme ils s’inquiètent de “dérives” autoritaires en Russie…

    D’où la tentation souverainiste dans plusieurs pays qui ont rêvé l’Europe mais qui n’y trouvent que des institutions arrogantes, non représentatives des peuples car pour le coup non élues et surtout soumises à des intérêts qui ne sont pas ceux des européens, mais bien ceux de lobbys, de groupes d’intérêts voire d’Etats étrangers qui souhaitent avant tout la “mondialisation heureuse” et le règne d’une hyper-classe mondiale destructrice des peuples et des identités.

    D’autre part, face à des peuples d’Europe de l’Ouest qui encensent en permanence “l’autre” et qui mettent en place des mesures permissives, en terme d’immigration, en terme de code de la nationalité, en terme d’éducation, en terme de politique familiale et sociale, il est rassurant de voir que de nombreux pays d’Europe de l’Est ne souhaitent pas que les rues de Budapest ou de Sofia se transforment et deviennent aussi “exotiques” que les rues de Paris, de Berlin ou de Londres, victimes d’un “grand remplacement”.

    C’est donc suivant la volonté populaire que le gouvernement hongrois a souhaité modifier la constitution, afin de se donner les moyens de pouvoir gouverner et mener des réformes sur un laps de temps plus long (les français ont peut être du mal à reconnaitre qu’un quinquennat, c’est relativement court voir inutile pour mener des réformes jusqu’à leurs termes et que 9 années permettent sans doute de faire plus).

     

    Voilà plusieurs réformes décidées par le gouvernement hongrois :

    - La “République de Hongrie”, vestige de la “République populaire de Hongrie” devient simplement “Hongrie” avec une inscription “Dieu bénisse les hongrois” qui marque avant toute chose l’appartenance religieuse ultra majoritaire des hongrois à la religion catholique.

    Cette réforme peut bien évidemment déplaire aux grands médias français, dont beaucoup de responsables de rédactions sont nostalgiques de l’Union Soviétique et/ou désireux d’effacer toute trace d’identité religieuse ou ethnique en rapport avec les Européens, cela sur le sol européen même.

    - La constitution hongroise rend “rétroactivement responsables des crimes communistes” les dirigeants de l’actuel parti socialiste (descendant du PC). Les hongrois, contrairement aux européens de l’Ouest qui “s’amusent” façon Jean Paul Sartre, à la révolution, ayant vécu ce qu’est réellement le communisme et ne voulant plus jamais vivre cela.

    Là encore, on comprend que cela déplaise à l’intelligentsia, nostalgique de l’URSS et qui n’a jamais accepté que l’on condamne les crimes communistes, qui ont pourtant coûté la vie à des dizaines de millions de personnes, faisant du communisme le totalitarisme le plus meurtrier.

    - La nouvelle constitution décrète que l’embryon est un être humain dès le début de la grossesse et que le mariage ne peut avoir lieu qu’entre un homme et une femme. Si on traduit littéralement, cela signifie que les hongrois sont opposés à l’avortement (c’est donc leur choix) et qu’ils souhaitent que le mariage reste une union “sacrée” et particulière.

    Difficile à comprendre dans des pays d’Europe qui incitent à pratiquer l’avortement aussi rapidement que l’on enfile un préservatif et qui réclament de toutes leurs forces (quand ça n’est pas déjà en vigueur, comme en Belgique) la possibilité de marier  deux personnes du même sexe, puis d’élever des enfants. Une société occidentale qui a fait du mariage un acte “consommateur”  et plus du tout sacré, qu’on peut annuler rapidement par le divorce simplifié (lire à ce propos le dernier livre de Guillaume Faye “Sexe et dévoiement” ), laissant sur le côté, victimes d’un système devenu fou, des enfants déboussolés, abandonnés et qui se veulent désormais rois. Le fait que la Hongrie refuse ce modèle de société, modèle qui détruit tout et qui entraine une perte totale des valeurs, ne plait pas à nos apprentis sorciers qui ne sont toujours pas sortis de leur révolution enfantine de Mai 68 (malgré les lourdes conséquences que nous subissons depuis de nombreuses années).

    - Les médias d’opposition au Fidesz ont été mis de côté, laissant effectivement auguré d’un contrôle de l’opinion à sens unique.

    Mais à la vue de la campagne anti-hongroise actuellement en vigueur en France et en Europe de l’Ouest, ne peut on pas là aussi parler de “médias à sens unique”, servant des intérêts bien définis et bien précis ? N’entend-on pas en permanence les mêmes discours, les mêmes analyses faites par les mêmes commentateurs toujours très “politiquement correct” (les déviants étant censurés, voir par exemple Bernard Lugan et Robert Ménard sur I-Télé, Eric Zemmour, etc.) ?

    - Enfin, terrible réforme, à venir puisque le gouvernement hongrois a simplement nommé des “commissaires” qui seront chargés de veiller au bon fonctionnement de la banque centrale. C’est cette réforme qui fait bondir l’UE ainsi que les institutions internationales, qui estiment anormal que les États fassent de l’ingérence dans leur propre politique monétaire. Et qui préfèrent sans doute que des agents des plus grosses banques mondiales comme Goldman Sachs contrôlent les politiques financières des pays, comme ils le font désormais en Grèce, en Italie ou en Belgique.

    Là encore, la presse internationale se précipite dans les bottes de ses maîtres et de ses patrons (vous avez dit presse “indépendante” ?).

     

    Pour conclure, il est sans doute regrettable pour les Européens convaincus comme moi de la nécessité d’une grande Europe fédérale, d’un axe Paris-Berlin-Moscou, que des peuples de l’Est forts en soient encore amenés à des sursauts nationalistes et aient souvent tendance à vouloir se protéger de l’ensemble de leurs voisins européens. Mais l’Europe esclave qui se construit (ou se déconstruit) actuellement sous nos yeux ne peut séduire aucun Identitaire censé.

    Et c’est peut être de la multiplication, dans toutes les régions d’Europe, de sursauts populaires, ethniques et volontaires forts, que prendra forme cette Europe de demain que nous appelons de nos vœux, pour que notre civilisation ne s’éteigne pas et pour qu’elle puisse encore rayonner de nombreuses années.

    Yann Vallerie pour Novopress France

    [cc] Novopress.info, 2012, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d'origine
  • Un père écroué pour avoir giflé son bébé de 4 mois

    untitled.bmp bébé gifle.jpg

    Le drame a été évité. Un homme de 30 ans a giflé son bébé de seulement quatre mois, mais les jours de l'enfant, hospitalisé depuis les faits, ne sont pas en danger. C'est la maman qui a découvert le nourrisson avec un très gros hématome sur une joue samedi soir en rentrant du travail. Effrayée, elle a aussitôt alerté sa propre mère et les secours. L'enfant présentait un hématome sous-dural important qui a inquiété les médecins du CHU de Rennes.

    Le trentenaire était déjà connu de la justice pour blessures involontaires sous l'emprise de l'alcool mais également pour des vols. Il a aussi été mis en examen pour violences habituelles sur son épouse, suite à une enquête de proximité. Le soir du 31 décembre, lorsqu'il s'en est pris à son bébé, il était en état d'ébriété. Il a été mis en examen pour «violences par ascendant sur mineur de 15 ans avec ITT de plus de huit jours » a précisé à l'AFP Alexis Bouroz, procureur de la République de Lorient.

     

    La justice s'inquiète également pour l'autre enfant du couple, une fillette de 3 ans qui aurait elle aussi pu subir les coups de son père. Pour l'heure, la mère n'a pas encore été entendue par la police.

    Actu France-Soir - 03/01/12
  • Une lame de cutter dans une conserve de boeuf bourguignon: Willliam Saurin gère la crise

    La lame de cutter de 6 x 1, 5 cm, retrouvée le 31 décembre dernier par un retraité du Maine-et-Loire dans une conserve de boeuf bourguignon de marque William Saurin, ne constitue qu’un «événement accidentel», a précisé au Parisien le service consommateur de l’entreprise ce mardi. «Il n’y a pas de risque de retrouver un tel corps étranger dans d’autres boîtes», assure la société.

     

    Aucune procédure de rappel ni de retrait n’est pour l’heure décidée, et les clients peuvent conserver leurs boîtes. On ne sait même pas si cette lame provient de chez nous», poursuit le service.

     

    A l’usine du groupe, à Lagny-sur-Marne, en Seine et Marne, la direction assure que les contrôles sont en . «On est en pleine de crise», reconnaît Murielle Hemond, attachée auprès du responsable qualité. Les investigations devront notamment établir comment la lame de cutter est passée au travers des mailles du filet, alors que les chaînes de production disposent de détecteurs de métaux qui doivent normalement signaler la présence d’un corps étranger dans la marchandise. L’avocat du retraité, Me Emmanuel Ludot, a fait convoquer ce mardi William Saurin afin d’obtenir une expertise. En octobre dernier, c’est aussi un «événement accidentel» sur le qui avait été la cause de la présence de limaille de fer dans du lait Guigoz.


    Le Parisien - 03/01/12

     

  • Intouchables...

    Gérard Courtois avait en quelque sorte ouvert le bal dans les colonnes du Monde le 12 décembre en mettant en parallèle le danger Marine Le Pen et le succès, il est vrai spectaculaire, d’un aimable navet « porté » par le duo François Cluzet-Omar Sy, «  Intouchables ». Celui-ci est  en passe d’égaler peut être le  carton  d’un autre film bien  médiocre, « Bienvenue chez les cht’is » qui le premier, signe des temps, détrôna l’indétrônable « Grande vadrouille » pourtant  autrement plus magique…. « Conte de fées de la générosité triomphant de la connerie ? Evidemment. Mais antidote efficace, on l’espère, aux peurs et aux rejets attisés par le Front National » affirmait M. Courtois à propos d’ « Intouchables ». Aussi ajoutait-il,  « face au  projet dangereux  (de Marine)  car il fait système et peut donc convaincre plus aisément tous ceux que désespèrent la crise actuelle », «face à ce mauvais augure, l’optimisme d’Intouchables est donc un remède qu’il convient d’administrer à quelques millions de Français supplémentaires. »

    Le système entend aussi administrer une piqure de rappel à nos compatriotes sur les figures tutélaires (intouchables?) vers lesquelles doivent aller leur sympathie, avec le palmarès publié par le JDD (deux fois par an) sur les « personnalités préférées des Français ».   Le mauvais  chanteur de variété, citoyen du monde et ex tennisman Yannick Noah, se hisse pour la septième  année consécutive sur la plus haute marche du podium, devant Zinedine Zidane et Omar Sy. Directeur du département Opinion de l’Ifop, Frédéric Dabi  analyse l’arrivée de M. Sy dans ce classement :  «on peut parler, à propos d’Intouchables, d’un film hors temps ou hors sol. Pendant que la crise révèle des crispations sociales et identitaires, les Français valorisent des valeurs de partage, d’entraide, de réconciliation. » Valeurs qui ne sont d’ailleurs  pas étrangères loin s’en faut, au programme de justice sociale et  de  solidarité  nationale du FN  comme Bruno Gollnisch l’a souvent expliqué et comme M. Darbi ne doit pas l’ignorer… Simone Veil pointe à la quatrième place et devient  « la femme préférée des Français » et l’une des très rares  personnalités politiques à apparaître dans le classement. Elle  détrône ainsi Mimie Mathy,  mais rassurez-vous cette dernière  figure dans le top 15 de cette liste  des  chouchous des Français tout comme  Gad Elmaleh, Jamel Debouze ou  Dany Boon . Avec un comique certainement involontaire, le quotidien La Dépêche précise aussi avec l’émotion qui convient que  Michel Drucker gagne vingt et une places et qu’«Anne Sinclair arrive également en bonne position, sa ténacité et sa dignité lui valant le respect des Français. » Sans commentaires…

     Comme nous le notions déjà il ya deux ans, cette « photographie » en dit long sur l’influence des grands médias et plus spécifiquement de la télévision, sur le goût des Français, peuple encore réputé fin  spirituel et volontiers  frondeur au tournant du siècle précédent.

    Blog de Bruno Gollnisch - 02/01/12

  • La Nouvelle Revue d'Histoire n° 58

    909814014
     
    (Cliquez sur la photo pour l'agrandir)
     
     

    La Nouvelle Revue d’Histoire est en kiosque (n°58, janvier – février 2012) mais on peut aussi se procurer la revue par Internet, par exemple :
    - feuilleter et commander la revue ici

    Le dossier central est consacré à la collaboration de la gauche et des intellectuels. On peut y lire, notamment, un entretien avec Dominique Venner et des articles de  Francis Bergeron (“Du pacifisme de gauche à la collaboration”), de Julien Hervier (“Drieu la Rochelle et l’engagement de l’écrivain”), d’Alain de Benoist (“Quand Raymond Abellio s’appelait Georges Soulès”), de Philippe d’Hugues (“La littérature de 1942″) et de Charles Vaugeois (“Otto Abetz et la collaboration politique”).

    Hors dossier, on pourra lire, en particulier, des articles de Philippe Conrad (“1912. L’apogée de la course aux pôles”), d’Aymeric Chauprade (“Mackinder, théoricien de la suprématie anglo-saxonne”), d’Yvonne Pagniez (“Hanna Reitsch, une aviatrice allemande”) et de Jean-Michel Baldassari (“Malraux : la grandeur et l’équivoque”).

     

    [cc] Novopress.info, 2012, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d'origine
  • La France maintiendra sa présence militaire en Afghanistan après 2014

    La France maintiendra sa présence militaire en Afghanistan après 2014
     
     
     

    02/01/12 – 11h00
    PARIS (NOVOpress) – Quelques jours après le décès de deux nouveaux soldats français sur le sol afghan, le ministre de la Défense Gérard Longuet a annoncé que la France maintiendra sa présence militaire en Afghanistan après 2014, date pourtant fixée par le calendrier de l’Otan pour le retrait total des forces combattantes de la coalition.

    Cette annonce a été faite à l’issue d’une rencontre avec le ministre tadjik de la Défense, Cherali Khaïroullaïev.

    Cent militaires français sont déployés dans l’aéroport de Douchanbe, capitale du Tadjikistan, qui sert de base pour le ravitaillement des troupes opérant en Afghanistan.

    Cette annonce du ministre français risque de surprendre et de décevoir aussi bien les civils que les militaires français qui peinent de plus en plus à percevoir le sens de l’engagement dans cette région et les raisons pour lesquelles des soldats continuent à y laisser leur vie.

    Crédit photo : UMP/FLickr sous licence creative common

    [cc] Novopress.info, 2012, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d'origine
  • Les prisonniers hongrois ont désormais l'obligation de travailler

    02/01/2011 – 14h00
    BUDAPEST (NOVOpress) - 
    Depuis le 1er janvier, des règles strictes s’appliquent aux prisonniers hongrois : ils sont désormais soumis à l’obligation de travailler et ils ne pourront plus recevoir d’argent pour des interviews accordées aux médias quand elles sont en lien avec l’infraction.

    L’Assemblée nationale hongroise avait en effet adoptée, le 14 novembre, un amendement à la loi pénale dont le règlement  prévoit, qu’à l’exception de ceux qui sont incapables de travailler, des jeunes en âge scolaire, des personnes en âge de la retraite, des femmes à partir du sixième mois de grossesse et des gens qui ont la responsabilité de garde d’enfants, tous les détenus purgeant une peine d’emprisonnement sont obligés de travailler dans la prison ou dans un établissement économique établi à cette fin. Les condamnés habilités à travailler à l’extérieur pourront ainsi préparer leur réinsertion et participer à des programmes de santé, la guérison et la réadaptation.

    Concernant les interviews accordées aux médias, elles ne sont plus autorisées pour les familles et les détenus concernant les affaires en cours, tous les accords en cours étant nuls et non-avenus, l’argent revenant à l’Etat hongrois.

    [cc] Novopress.info, 2012, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d'origine

  • SIDA en Belgique: " Nous recevons beaucoup de femmes africaines et musulmanesé"

    Belgique. Le sujet du Sida est perçu différemment selon les confessions et les mœurs. (…) Julie Henriet est psychologue au Centre de planning familial du midi à Anderlecht.

    Quelle est la population que vous côtoyez le plus fréquemment dans le centre pour des problèmes liés au HIV ?

    Nous recevons beaucoup de jeunes qui ont eu un rapport sexuel non protégé, mais surtout beaucoup de femmes africaines et musulmanes. Les premières se font dépister plus facilement que les secondes car elles arrivent souvent directement d’Afrique. Leur sexualité est aussi souvent plus active que celle des femmes musulmanes mariées pour qui les rapports hors mariage sont inconcevables. Il est à souligner que notre centre est essentiellement fréquenté par des femmes.

    Comment expliquez-vous cette concentration de personnes issues de l’immigration ?

    Simplement. Il y a beaucoup d’immigrés dans le quartier et un médecin africain officie dans le centre. Les patients se sentent plus en confiance avec lui. Sa clientèle est fidèle et le bouche-à-oreille fonctionne énormément. Nous avons également une assistante sociale qui parle arabe et donc apte à aider les personnes maghrébines. [...]

    Quelles sont les difficultés que vous rencontrez quand il s’agit d’aborder le sujet du Sida ?

    Certaines femmes musulmanes ne connaissent même pas le mot « Sida » et ce n’est pas évident d’en parler car la sexualité est taboue dans leur religion. Elles ne comprennent pas toujours l’intérêt de la contraception vu qu’elles n’ont qu’un seul partenaire : leur mari qu’elles supposent fidèle.

    Suite et source : La Libre.be, Merci à The Vindicator

    Défrancisation - 02/01/12

  • Faut-il sortir de l'euro ? - Jacques Sapir

    Pour la promotion de prochain livre Faut-il sortir de l’euro ?, Jacques Sapir, économiste français, est l’invité dans l’émission de ce jour « Les Matins » sur France Culture. Il défend la mise en place d’une monnaie commune en Europe comme le propose très précisément, dans son programme présidentiel, Marine Le Pen !

    « Il ne fallait pas aller vers la monnaie unique mais vers la monnaie commune ! (…) La différence dans une monnaie commune, c’est que cette monnaie organise les transferts, les transactions de marchandises et les transactions financières, ce n’est pas nécessairement une monnaie virtuelle, mais c’est une monnaie qui organise les transactions entre la zone qu’elle couvre et l’extérieur de la zone, mais à l’intérieur de la zone vous avez toujours les monnaies nationales qui continuent à fonctionner et qui, donc, peuvent réajuster leurs taux de changes par rapport évidemment à l’une à l’autre. »

    02/01/12

  • Affaire Karachi: Sarkozy savait

     L’affaire Karachi revient en pleine poire de Nicolas Sarkozy pour commencer l’année. Une révélation à la Une de Libération lundi dont se serait bien passée le président de la République.

    A quand cela remonte-t-il ?

    A 1994, alors que Nicolas Sarkozy était ministre du Budget.

    De quoi s’agit-il ?

    Selon Libération, Sarkozy aurait validé la création d’une société luxembourgeoise servant à payer des intermédiaires dans des contrats d’armement. Cette société offshore, baptisée Heine, était utilisée par la Direction des constructions navales (DCNI) pour verser des commissions à des intermédiaires dans ces fameux contrats, dont ceux des sous-marins Agosta.

    Déjà en novembre 2010, après la publication de rapports et auditions, des échanges entre la société Heine et l’actuel chef de l’Etat intriguaient. Les révélations dans Libération ce lundi ne viendraient que confirmer ces soupçons.

    Qui accuse le président ?

    Il s’agit de Gérard-Philippe Menayas, ancien haut fonctionnaire du ministère de la Défense et ex-directeur administratif et financier de la DCNI. Ses révélations proviennent en fait d’un procès-verbal d’audition datant du 2 décembre, devant le juge Renaud Van Ruymbeke. Il comparaissait ce jour-là en tant que témoin assisté.

    Sarkozy était donc bien mouillé ?

    Oui, car avec ce document, il apparaît clairement qu’il était au courant de ce montage financier. Par contre, « rien ne prouve encore qu’il était au courant du versement de rétrocommissions », écrit Le Figaro.

    Lire la suite

    NPI - 02/01/12