Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/06/2011

La fille de Kadhafi porte plainte pour "crimes de guerre" contre l'OTAN

fille de Khadafi.jpg

Aïcha Kadhafi - (Cliquez sur la photo)

Aïcha Kadhafi, fille du dirigeant libyen Mouammar Kadhafi, a porté plainte mardi devant la justice belge pour "crimes de guerre" contre l'Otan, ont indiqué ses avocats, qui vont par ailleurs tenter de faire annuler le gel des avoirs du régime libyen décidé par l'UE.

"La décision de l'Otan de prendre pour cible une habitation civile à Tripoli constitue un crime de guerre", a déclaré l'un de ses avocats, le Français Luc Brossollet, peu après avoir déposé la plainte au nom d'Aïcha Kadhafi devant le parquet de Bruxelles et devant le parquet fédéral belge.

La plainte concerne le raid effectué par l'Alliance atlantique le 30 avril dernier au cours duquel le plus jeune fils du colonel Kadhafi, Seif al-Arab, 29 ans, et trois des petits-enfants du dirigeant libyen, Seif (2 ans), Carthage (2 ans) et Mastoura (4 mois), ainsi que des amis et voisins, ont été tués.

La résolution 1973 du Conseil de Sécurité de l'ONU autorise l'Otan à agir militairement pour protéger les populations libyenne, mais "même en cas de guerre, il ne faut pas s'en prendre aux civils", souligne un autre avocat de la fille de Mouammar Kadhafi, Jean-Charles Tchikaya.

"Or, en l'espèce, la cible était une construction civile, habitée par des civils et n'était ni un poste de commandement ni de contrôle militaire" du régime libyen, indique le texte de la plainte.

"Mme Aïcha Kadhafi, en sa qualité de mère de Mastoura, de tante de Seif et de Carthage et de soeur de Seif al-Arab, a subi un préjudice considérable, incontestablement liés aux faits dénoncés", ajoute le texte.

Pour les avocats, les responsables de l'Otan planifient avec un tel soin leurs opérations qu'il n'est pas permis de parler de "bavure" et il faut bien qualifier ce raid d'un acte délibéré constituant un "crime de guerre".

Techniquement, la plainte a été déposée "contre x", mais elle vise bien l'Otan, dont le siège est à Bruxelles, ce qui selon les avocats rend compétentes les juridictions belges. (belga)

 
 
Source 7sur7 -  07/06/11 18h28

19:47 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

DSK conspué à son arrivée au tribunal

06/06/11

00:37 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

06/06/2011

Les avocats de DSK veulent semer le doute

19:46 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

La déclaration de l'avocat de Nafissatou Diallo

06/06/11

19:35 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

DSK: prochaine audience le 18 juillet

06/06/11

19:24 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

DSK plaide non-coupable: la vidéo de l'audience

06/06/11

19:19 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Luc Chatel sèche sur un problème de CM2

18:54 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

Insécurité à Marseille: le FN dénonce au conseil municipal l'inaction de l'UMPS

 

Intervention sur la sécurité de Bernard Marandat, conseiller municipal de Marseille, au conseil municipal du 30 mai 2011

Il était temps que les partis de gouvernement, que ce soit la gauche ou la droite, prennent conscience qu’en effet il y a un problème de sécurité qui augmente de plus en plus, d’année en année et qui va ne faire que s’accroître si on continue la même politique.

Car l’insécurité dans notre ville et dans nos quartiers, n’est pas arrivée par hasard, ce n’est pas un cataclysme qui nous est tombé sur la tête sans que nous ne puissions rien faire ni rien prévoir.

C’est le résultat d’une politique suicidaire et criminelle, que le Front National a décrypté depuis des années et dont les responsables directs, car ils sont aux affaires depuis des décennies, sont ceux qui UMP ou PS aujourd’hui, poussent des cris d’orfraie pour mieux cacher la faillite de leur système, se renvoyant la responsabilité de ce qu’ils ont fait les uns, les autres.

Car vous êtes les responsables directs de ce qui arrive et vous ne voulez pas en assumer les conséquences, si ce n’est en demandant toujours un peu plus d’argent et un peu plus de moyens (comme à chaque fois qu’il y a un problème). Mais cet argent et ces moyens, il faut savoir quoi en faire et c’est là le problème !

On entend à droite et à gauche : il faut plus de policiers municipaux. Pour quoi faire ? Continuer ce qu’ils font essentiellement : mettre des PV aux automobilistes ?

 

Et s’en tenir là ?

Non, car c’est là, en effet, où intervient la notion de volonté politique et de détermination où il faudra essayer d’oublier les tabous et les interdits au nom du politiquement correct que jusqu’à présent vous avez mis en place et dont vous recueillez les fruits aujourd’hui, avec … étonnement ! semble-t-il ?

Car en effet, à ces moyens, il va falloir donner des rôles et des missions, mais surtout réaliser un changement de mentalité au niveau des décideurs et des autorités en charge de ce dossier, avec des préceptes intangibles que vous vous devez d’assumer :

  • Il ne faut plus accepter qu’il y ait des zones de non droit où les autorités demandent aux forces de l’ordre de ne pas intervenir pour ne pas risquer de créer des troubles.
  • Arrêter l’immigration massive incontrôlée et illégale, de gens qui vont grossir les rangs de miséreux et des bandes de quartiers qui ne vivent souvent que de trafics et d’aides sociales, et qui transforme complètement la nature même de la délinquance, que la gauche, et la droite continuent à alimenter avec subventions et aides diverses, construction de logements sociaux à tout va, et toute une série de mesures sociales qui sont de véritables pompes aspirantes.

Cet afflux migratoire révolutionnant complètent notre socle culturel et social avec l’apparition de nouveaux comportements, qui ne sont pas le fait d’une génération spontanée chez nos jeunes, mais la preuve de notre dénuement face à ces nouveaux délinquants, que l’on appelle à combattre avec des solutions du passé qui ne sont en rien adaptées à ces nouvelles populations « barbares ou plus courtoisement jeunes ».

  • Il faut aussi vouloir une réforme de la justice, pour que cesse l’impunité dont jouissent certains, le travail de la Police ne servant à rien puisqu’ils sont relâchés aussitôt, et le rétablissement de la double peine.
  • Supprimer les sujets tabous défendus bec et ongle par les responsables politiques, interdisant de parler de certains sujets car il ne faut surtout pas stigmatiser.
  • Faire cesser la diffusion sur les chaînes publiques audiovisuelles, de ces émissions qui portent au pinacle la violence, les trafics, la drogue, la diffusion d’éructations de rappeurs qui hurlent que la France est une « Pute » dont il faut se servir.

En bref, arrêter de ne vouloir traiter que les effets sans vouloir s’attaquer aux causes.

Car l’on sait que quand vous voulez vous pouvez. Il n’y a qu’à voir l’efficacité et l’acharnement de la répression contre les nouveaux délinquants désignés que sont les automobilistes.

Par exemple, la surveillance des horodateurs, en centre-ville, où là, la tolérance zéro est de fait et la moindre sollicitude écartée !

Ou l’implantation de radars à tout va en faisant croire que c’est pour la sécurité, grâce à une campagne de propagande préalable ou on invente des motifs louables.

Vous n’avez qu’à faire pareil dans les autres domaines si vous en avez vraiment la volonté, parce ce que ce qui est sûr, c’est que les Marseillais sont excédés par ce mal vivre qui devient une des caractéristiques de notre ville où l’on ne peut plus se déplacer et quand on le fait, sans savoir ce qui va se passer sur soi ou chez soi !

En conclusion, cessons l’hypocrisie de nos dirigeants politiques tous bords confondus qui font semblant de s’offusquer d’une situation qu’il ont sciemment créée et qui ne va faire que s’accroître.

Et quant à moi, je voudrais pouvoir vivre dans une ville où l’éducation civique a été redonné à des gens qui se sentent et se veulent Marseillais, part active de notre cité, sans être obligé de vivre avec un flic attaché à « mes basques » et sous la surveillance continue de caméras, tout ça parce que nos responsables sont, droite et gauche, incapables d’avoir le courage de prendre des décisions, de réelle prévention.

18:22 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (9)

EN DIRECT - Nafissatou Diallo affrontera DSK au procès: il plaide non coupable des crimes sexuels dont il est accusé

1482951_dsk%20infog%20scenario%20defense%20lp.png

(Cliquez sur l'infographie)

Lire l'article: http://www.leparisien.fr/dsk-la-chute/en-direct-nafissato...

( + photos et vidéos)

Source Le Parisien - 06/06/11

 

17:40 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Fantastique Carélie

Carélie.jpg

(Cliquez sur la photo)

01:01 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)

Accrochages meurtriers aux abords du plateau du Golan occupé par Israël

 


Accrochages meurtriers aux abords du plateau du... par euronews-fr

05/06/11

00:59 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)

05/06/2011

Affaire Tron: le témoignage à charge d'un ex-directeur de cabinet

C’est la première fois qu’il parle depuis que l’affaire a éclaté. François-Joseph Roux est un ancien collaborateur de cabinet de Georges Tron, le maire UMP de Draveil (Essonne), contre lequel deux ex-employées municipales ont porté plainte pour « harcèlement sexuel », des faits présumés qu’elles situent entre 2007 et 2010.


« Oui, Eloïse (NDLR : une des deux plaignantes, dont le prénom a été changé) est venue me voir à l’époque, confie François-Joseph Roux. Elle m’a tout raconté à propos du harcèlement sexuel qu’elle subissait. Eloïse était ravagée par cette histoire avec Georges Tron. Je l’ai vue vrillée, anéantie. » Ce récit, l’ex-bras droit de Georges Tron l’a relaté aux enquêteurs de la police judiciaire de Versailles (Yvelines) auxquels le parquet d’Evry a confié l’enquête préliminaire ouverte le 25 mai. Il a été entendu comme témoin à deux reprises cette semaine. Sa première audition a duré six heures et a donné lieu à une déposition de sept pages.

Agé de 55 ans, cet ex-rédacteur à la mairie de Paris, actuellement conseiller municipal à Courcouronnes (Essonne), a rejoint la mairie de Draveil en 2001. Il sera l’un des proches collaborateurs de Georges Tron pendant huit ans, jusqu’en 2009, sans le titre de directeur de cabinet, mais officiellement coordinateur des services.

A Draveil, il se murmure que François-Joseph Roux « sait tout » et « a tout vu ». Aujourd’hui, le même homme confie : « Georges Tron convoquait Eloïse le soir, à n’importe quelle heure, et il s’enfermait avec elle dans son bureau. »
S’il admet qu’il n’a pas été le témoin direct des agressions sexuelles dénoncées par la jeune femme, Roux commente néanmoins les relations entre l’édile et l’ancienne employée communale. « Eloïse était sous l’emprise de Georges Tron », affirme François-Joseph Roux, en précisant que la jeune femme lui a parlé du rôle de l’adjointe au maire de Draveil, également visée par la plainte.

Témoin important dans cette affaire sensible, François-Joseph Roux ne cache pas sa proximité avec Eloïse. Passionné de littérature et d’histoire, il appréciait cette collègue, également bibliophile, en charge du Salon du premier roman de Draveil et d’un projet de pavillon du livre. « Elle m’avait raconté que Georges Tron avait créé ce poste pour elle, pour l’avoir à ses côtés », dit-il. Informé des problèmes de harcèlement sexuel allégués par l’employée, il assure lui avoir conseillé de se tourner vers la police.

« La seule manière de mettre fin à ça, c’était de porter plainte », relate François-Joseph Roux. A l’époque, Eloïse n’en fera rien. « Elle avait besoin de ce travail en mairie et avait un enfant à charge. Elle était vulnérable », explique-t-il. En revanche, l’ancien directeur de cabinet confirme que la jeune femme « est allée voir un avocat » auquel elle a tout raconté au printemps 2009. Selon François-Joseph Roux, sa proximité avec Eloïse lui a valu son éviction de la mairie de Draveil en 2009. « Je suis parti à cause de ça, assure-t-il. Georges Tron savait que je savais. Il m’a demandé de quitter la mairie, disant ne plus avoir confiance en moi. »

Aujourd’hui, François-Joseph Roux est directeur des ressources humaines à la mairie de Vigneux (Essonne), dont le maire UMP, Serge Poinsot, est en froid avec Georges Tron. Soulagé d’avoir témoigné, il affirme que d’autres cadres de la mairie ne « pouvaient pas ne pas être au courant ». Contactés hier, ni Georges Tron — qui nie l’intégralité des faits dénoncés par les plaignantes — ni son avocat n’ont souhaité réagir aux déclarations faites à notre journal par François-Joseph Roux.
 
Source Le Parisien 05/06/11

23:35 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Sevran: "les voyous partiront"' selon Claude Guéant


Guéant promet le retour de la sécurité à Sevran par BFMTV

05/06/11

23:04 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

Bactérie tueuse: le soja allemand mis en cause

 

Sojasprossen_fcm.jpg

Pousses de haricot mungo - (Cliquez sur la photo)

HAMBOURG (Reuters) - Des germes de soja allemands sont peut-être à la source de l'épidémie d'E. coli qui a fait 22 morts et touché plus de 2.000 personnes en trois semaines en Europe, principalement dans le nord de l'Allemagne.

Le ministre de l'Agriculture de Basse-Saxe a annoncé dimanche que les enquêteurs avaient découvert la trace de la bactérie dans une exploitation située dans la ville de Bienenbuettel, à 70km au sud de Hambourg, l'épicentre de l'épidémie.

Après trois semaines d'interrogations autour de la mort inexpliquée d'une vingtaine de personnes vivant ou ayant voyagé dans le nord de l'Allemagne, Gert Lindemann a fait état de liens évidents entre les légumes de l'exploitation et la nourriture consommée par certaines des victimes.

"Nous avons une piste très sérieuse", a déclaré Lindemann lors d'une conférence de presse, estimant qu'il s'agissait de la piste "la plus convaincante" dans l'enquête visant à déterminer la source de l'épidémie.

Outre les germes de soja, ceux de luzerne, de haricots mungo, de radis et de roquette provenant de l'exploitation pourraient également être liées à la contamination, a-t-il ajouté.

L'exploitation de Bienenbuettel a été fermée et les résultats des tests pratiqués devraient être connus lundi, a indiqué Lindemann, exhortant les consommateurs du nord de l'Allemagne à ne pas consommer ce genre de germes.

Dans un communiqué, le ministère précise que les germes de soja de l'entreprise en question étaient vendus à des restaurants dans cinq Länder du nord du pays : Hambourg, Mecklembourg-Poméranie Occidentale, Schleswig-Holstein, Hesse et Basse-Saxe.

L'exploitation pourrait ne pas être la seule source de l'épidémie, ont toutefois souligné des responsables.

SATURATION DANS LES HÔPITAUX

Dans les hôpitaux de Hambourg, débordés par l'afflux de victimes de l'E. coli, les médecins se concentrent désormais sur les malades qui ont contracté la bactérie et repoussent à plus tard les opérations non urgentes.

"Nous faisons face à une situation délicate", reconnaît le ministre allemand de la Santé Daniel Bahr dans le Bild am Sonntag. Devant l'importance du nombre de malades dans la seconde ville d'Allemagne, des hôpitaux situés hors de la cité hanséatique pourraient être amenés à accueillir des patients, a-t-il ajouté.

Lors d'une conférence de presse, la ministre de la Santé de Hambourg, Cornelia Prüfer-Storcks, a fait savoir que les autorités locales s'efforçaient de pallier le manque d'effectifs au sein des hôpitaux.

"Nous voulons voir avec les médecins qui sont partis récemment en retraite s'ils peuvent reprendre provisoirement leur activité", a-t-elle dit, ajoutant que le personnel médical de Hambourg était épuisé.

Les scientifiques imputent la contamination au non respect des règles d'hygiène dans la chaîne de commercialisation des légumes frais.

La bactérie incriminée produit des shigatoxines pouvant entraîner des diarrhées banales ou sanglantes qui peuvent évoluer vers une complication grave. Le syndrome hémolytique et urémique (SHU) a déjà été diagnostiqué chez plusieurs centaines de patients.

L'épidémie a provoqué une passe d'armes entre l'Union européenne et la Russie après la décision de Moscou cette semaine d'imposer un embargo sur l'importation des légumes et fruits frais en provenance de l'UE.

Les autorités allemandes avaient dans un premier temps incriminé des concombres espagnols avant de se rétracter. Les producteurs de fruits et de légumes espagnols évaluent leurs pertes à 200 millions d'euros par semaine.

Avec Brian Rohan; Marine Pennetier pour le service français

Yahoo!Actualités - 05/06/11

 

21:13 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (11)

Exécution des peines: un rapport choc remis à Sarkozy - Manoeuvre électoraliste?

050611-chocdet-mini.jpg aménagement des peines.jpg

(Cliquez sur l'infographie pour l'agrandir))

INFO LE FIGARO - Le Figaro révèle les mesures présentées mardi par le député UMP Éric Ciotti pour «redonner du sens» à la sanction pénale.

«Cinquante propositions pour une meilleure efficacité de l'exécution des peines.» Le rapport Ciotti, auquel Le Figaro a eu accès, a tout d'une bombe. Le député UMP des Alpes-Maritimes, Éric Ciotti, y remet à plat tout ce qui fait qu'un délinquant condamné pour des faits graves ne purge guère plus de la moitié de sa peine aujourd'hui.

Tout ce qui a contribué également à ce que plus de 80.000 peines de ­prison prononcées par les tribunaux attendent toujours d'être appliquées, alimentant un fort sentiment d'impunité qui choque les victimes et démoralise la police.

Ce travail, qui doit être remis officiellement mardi à Nicolas Sarkozy, pourrait bien nourrir le projet présidentiel, tant le chef de l'État a la conviction qu'à la grande réforme sécuritaire qui a marqué la première phase de son mandat doit succéder une véritable révolution judiciaire, pour rendre la sanction effective, notamment envers ces «5% de voyous qui, selon lui, commettent 50% des délits.» Voici les points clés de ce rapport choc.

 
• Abandon des aménagements de peines systématiques

Éric Ciotti propose, ni plus ni moins, de revenir sur le système adopté sous Rachida Dati, qui, sous couvert de désengorger le système carcéral, rendait automatiques les aménagements de peine pour toute personne condamnée jusqu'à 2 ans de prison en correctionnelle. Selon le député, ces affaires visent souvent des faits graves et «les victimes ont beaucoup de mal à comprendre que le juge d'application des peines puisse, dans le secret de son cabinet, défaire des ­peines prononcées publiquement au nom du peuple français». Sa solution: abaisser à un an de prison le seuil de condamnation ouvrant droit à cette «faveur». Seuls les prévenus présents à l'audience pourraient, en outre, en bénéficier, «pour les inciter à comparaître».

• Suppression des crédits automatiques de réduction de peine

«Parce qu'il est difficile à comprendre, voire à admettre, qu'une personne condamnée pour des faits criminels à la réclusion à perpétuité ne purge que 18, 20 ou 22 ans en moyenne», l'auteur du rapport propose de supprimer le système des crédits de réduction de peine octroyés dès l'entrée en prison (actuellement, 3 mois d'incarcération en moins la première année, puis deux mois les années suivantes).

• Instauration d'une période intangible

Pour bien marquer le poids de la sanction, Éric Ciotti propose d'instaurer une période de «placement sous main de justice». «Une durée intangible durant laquelle la personne condamnée à une peine d'emprisonnement» doit, dit-il, «rendre des comptes à l'institution judiciaire et à la société. Ici 2 ans signifient 2 ans, 20 ans signifient 20 ans, perpétuité signifie perpétuité.»

Cette période se diviserait en deux temps: la sanction, puis la mise à l'épreuve. Cela ne signifie pas que le condamné à 20 ans de prison resterait pendant 20 ans derrière les barreaux. Il pourrait très bien sortir avant, mais durant vingt ans, il serait suivi, évalué, accompagné dans sa réinsertion.

• Le parquet érigé en patron de l'exécution des peines

«Les juges de l'application des peines (JAP) n'exerceraient plus que la fonction juridictionnelle de trancher les différends entre le parquet et le condamné. Ils se recentreraient sur leur cœur de métier, qui consiste à juger des mesures intervenant en cours d'exécution de leur peine par les condamnés. Le parquet deviendrait donc réellement comptable de l'exécution des peines et de la gestion des incidents.» Ses moyens seraient renforcés.

• Service civique obligatoire pour les mineurs récidivistes les plus durs

Au-delà des centres éducatifs renforcés (CER) ou éducatifs fermés (CEF, 500 places tout au plus, à ce jour), Éric Ciotti propose pour «les mineurs les plus difficiles», récidivistes ou «multiréitérants», une formule consistant «à effectuer une forme de service civique», sous «encadrement militaire» notamment. En s'inspirant des Epide, établissements d'insertion des jeunes gérés par la Défense nationale.

Source Le Figaro - 05/06/11

20:46 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Le massacre de Jénine en Palestine (3 au 11 avril 2002)

20:10 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Tourisme sexuel: quand Frédéric Mitterrand évoquait "la solution Maghreb"...

Lire cet article: http://oumma.com/Tourisme-sexuel-quand-Frederic?utm_sourc...

(+ vidéos)

04/06/11

19:41 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Mariage de deux lesbiennes à Nancy

19:30 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Nouvelles frappes d'hélicoptères en Libye (samedi 04/06)


Nouvelles frappes d’hélicoptères en Libye par BFMTV

05/06/11

18:24 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Me Brafman prédit la relaxe de DSK

Un des avocats français de l'ancien directeur du FMI estime que «l'accusation doit être assez fragile». A New York, Benjamin Brafman prédit la relaxe de son client.

À la veille de l'audience de Dominique Strauss-Kahn devant le juge Michael Obus, les proches de l'ancien directeur du Fonds monétaire international affichent ouvertement leur confiance. Interrogé dimanche sur France Info, l'avocat français Léon-Lef Forster, un proche de DSK depuis quarante ans qui avait obtenu sa relaxe dans l'affaire de la Mnef, prédit ainsi des rebondissements en faveur de l'accusé.

«On a essayé de créer une atmosphère de présomption de culpabilité par les images, par les informations initiales, laissant croire que [Dominique Strauss-Kahn] était en fuite», dénonce Léon-Lef Forster, qui s'est entretenu il y a quelques jours avec l'ancien ministre des Finances. «Cela m'amène à me dire que l'accusation doit être assez fragile pour avoir à utiliser ce genre de subterfuges», poursuit-il.

En creux, Léon-Lef Forster admet que Dominique Strauss-Kahn, accusé de crimes sexuels, pouvait se montrer «séducteur» avec les femmes qui l'entouraient. Mais «un séducteur ne contraint jamais», martèle-t-il. «C'est donc avec une certaine sérénité, un certain courage qu'il doit être amené à affronter cette situation. Je ne pense pas que l'on soit à l'abri d'un coup de théâtre qui lui serait favorable», avance l'avocat.

«Je peux vous prédire qu'il sera relaxé»

L'assurance de l'avocat français est partagée aux États-Unis. Dans un portrait diffusé dimanche soir sur M6, l'avocat new-yorkais Benjamin Brafman assure que son client sera «relaxé». «Je ne veux pas rentrer pour l'instant dans le détail de cette affaire mais je suis confiant, je ne pense pas du tout que M. Strauss-Kahn soit coupable des faits qu'on lui reproche, et je peux vous prédire qu'il sera relaxé», déclare-t-il.

Lundi, Dominique Strauss-Kahn devrait pour la première fois prendre la parole au tribunal pour annoncer qu'il plaidera non coupable des accusations qui pèsent contre lui, comme ces avocats le répètent depuis le début de l'affaire.

 L'ancien directeur général du FMI est notamment poursuivi pour tentative de viol, agression sexuelle, acte sexuel criminel, séquestration et attouchement forcés. S'il est reconnu coupable, ces chefs d'accusation sont en théorie passibles de plus de 70 ans de prison...

Source Le Figaro - 05.06/11

18:07 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)