Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/01/2011

Le Journal de bord de Jean-Marie Le Pen - n°213


Emissions FN : Le Journal de Bord de Jean-Marie Le Pen n°213
envoyé par polecom. - L'actualité du moment en vidéo.

NPI - 21/01/11

23:30 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

L.F. Céline: le scandale de la censure

2742-medium.jpg

Le ministre de la Culture donne raison à Serge Klarsfeld, en retirant l'auteur controversé des «célébrations nationales». L'universitaire Henri Godard parle d'«une forme de censure». 

Au nom de l'Association des fils et des filles de déportés juifs de France, Serge Klarsfeld a obtenu rapidement gain de cause. Il y a quarante-huit heures, il demandait le retrait du nom de Louis-Ferdinand Céline, mort il y a cinquante ans, du recueil «Célébrations nationales 2011».

La raison invoquée était simple : «l'antisémitisme virulent» de l'écrivain, auteur de pamphlets ignobles. «Son talent ne doit pas faire oublier l'homme qui lançait des appels au meurtre des Juifs sous l'Occupation. Que la République le célèbre, c'est indigne», expliquait Serge Klarsfeld. Une vive polémique s'est ensuivie.

Vendredi soir, il a été entendu : le ministre de la Culture, Frédéric Mitterrand, a affirmé : «Après mûre réflexion, et non sous le coup de l'émotion, j'ai décidé de ne pas faire figurer Céline dans les célébrations nationales.» Il a ajouté que ce retrait n'était pas un désaveu du haut comité chargé de sélectionner les 500 personnalités et événements à célébrer cette année. Serge Klarsfeld s'est dit heureux de la nouvelle.

 

«On ne peut pas distinguer les deux Céline»

 

De son côté, Henri Godard, professeur émérite à la Sorbonne, grand spécialiste de Céline, et auteur de la notice contestée, s'est indigné : «C'est une forme de censure.» Présent au moment où le ministre de la Culture annonçait la nouvelle, Henri Godard ajoute : «Je me sens piégé, j'ai appris le retrait en même temps que tous les journalistes. Pourtant, j'avais bien souligné dans la notice que l'on ne pouvait pas distinguer les deux Céline : le grand écrivain et l'antisémite.»

Pour Frédéric Vitoux, de l'Académie française et biographe de Céline, «retirer le nom d'un catalogue, c'est aussi vain que Staline faisant effacer les photos des dirigeants communistes qu'il n'aimait pas. Ça n'empêchera pas que Céline a écrit des horreurs et qu'il est l'un des plus grands écrivains français. Nier que Céline est traduit dans le monde entier et même en hébreu, c'est ridicule. Faut-il retirer la traduction en hébreu de Voyage au bout de la nuit Et d'enfoncer le clou : «Je serais Serge Klarsfeld, je voudrais, au contraire, qu'on multiplie les études sur Céline pour comprendre comment il a pu écrire Bagatelles pour un massacre

Le Figaro - 21/01/11

23:25 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Hommage à Louis XVI

Communiqué d’Alexandre Simonnot

Rendons hommage à notre Roi Louis, seizième du nom, assassiné il y a aujourd’hui 218 années par la vermine révolutionnaire.

Homme, Roi et Père, Louis XVI est lâchement exécuté après un procès en sorcellerie dont s’inspireront directement les réquisitoires staliniens.

Roi de tous les Français, et non « citoyen Capet », Louis XVI meurt en martyr tel un très grand Saint. Séparé de tous les siens et emprisonné au cachot, il refusera de recevoir les derniers sacrements des mains d’un prêtre jureur et apostat.

Parfaitement innocent des crimes dont on l’accuse et ayant toujours refusé de faire couler le sang français, Louis XVI est froidement guillotiné et rend sa belle âme à Dieu le 21 janvier 1793.

Plus qu’un Roi, la France perd ce jour-là son cœur et son âme.

Orchestrée par la franc-maçonnerie, la Révolution française restera l’un des pires bains de sang de tous les temps et de toute l’Histoire.

Demeurant un chef-d’œuvre poignant d’amour de la France, d’émotion et de Vérité, le Testament de Louis XVI s’achève par cette édifiante phrase :

« Je déclare devant Dieu, et prêt à paraître devant Lui, que je ne me reproche aucun des crimes qui sont avancés contre moi ! »

NPI - 21/01/11

21:22 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (9)

Trois hommes jugés à Bobigny pour vols, viol et meurtre d'une nonagénaire

Palais de justice de Bobigny.jpg

Palais de justice de Bobigny - (Cliquez sur la photo pour l'agrandir)

Le procès de trois hommes jugés à Bobigny pour des vols commis l'été 2007 à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis), au cours desquels une femme de 96 ans avait été tuée de 62 coups de couteau et une autre femme violée, a débuté jeudi.

Ensuite, une femme qui a été violée et dont l'appartement a été incendié a été la victime du deuxième vol, qui aurait été commis lui aussi par deux des accusés.

Enfin, une femme de 96 ans a été tuée chez elle de 62 coups de couteau lors du dernier vol. Pour celui-ci, Aziz Fathi, le principal accusé, poursuivi notamment pour vol, viol et meurtre, aurait été seul. Il encourt la perpétuité.

Parmi les témoins entendus jeudi, se trouvait le chef de la police municipale de Saint-Ouen au moment des faits, Maurice Toboul. Il a participé à l'identification des trois accusés.

"Des jeunes du quartier, entre 17 et 25 ans, sont venus me voir. Et dans ces trois affaires, un nom revenait toujours", celui de Aziz Fathi, a-t-il raconté. "Il se vantait de ces faits à des personnes horrifiées, et certains avaient vu du sang sur ses mains", a raconté M. Toboul.

Le mot "sauvagerie" est revenu à plusieurs reprises dans la bouche des témoins.

Lors de l'enquête, Aziz Fathi a reconnu les faits, expliquant qu'il avait "un côté obscur", à qui il a donné un nom: "Max". Il a assuré avoir agi sous l'effet de la drogue et de l'alcool.

Vendredi, la cour se penchera sur le viol dont il est accusé, après l'audition de la victime jeudi soir. Aziz Fathi lui imposait une fellation pendant que son complice, Ali Bifrgane, fouillait son appartement, a-t-elle relaté. Ce dernier a également tenté de la violer. Aziz Fathi a mis le feu à son appartement avant de s'enfuir.

Le meurtre de la victime du troisième vol sera étudié lundi. Le procès doit s'achever le 28 janvier.

AFP. 21/01/11

20:05 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Le ministre de la Culture s'incline devant Klarsfeld et retire Céline des célébrations nationales

VIDEO http://www.2424actu.fr/actualite-culturelle/polemique-aut...

Le ministre de la Culture Frédéric Mitterrand a annoncé vendredi le retrait du recueil des célébrations nationales 2011 de Louis-Ferdinand Céline après la polémique suscitée par la présence dans cette liste de l'écrivain auteur de textes antisémites.

"Après mûre réflexion, et non sous le coup de l'émotion, j'ai décidé de ne pas faire figurer Céline dans les célébrations nationales", a dit M. Mitterrand vendredi soir.

"Ce n'est en aucun cas un désaveu à l'égard du Haut comité (chargé d'établir la liste des personnalités) mais une inflexion que j'assume pleinement", a ajouté le ministre de la Culture.

Auteur du "Voyage au bout de la nuit" ou encore de "Mort à crédit", Louis-Ferdinand Céline a également rédigé quatre pamphlets violemment antisémites.

AFP. 21/01/11

19:41 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

Ce cher Céline, par Marc Knobel

bageo 1937.jpg

L’anniversaire de la mort de l'écrivain Louis-Ferdinand Céline, décédé il y a 50 ans et connu pour son antisémitisme délirant est inscrit dans le recueil des célébrations nationales de 2011 publié par le ministère de la Culture. Serge Klarsfeld a demandé au ministre de la Culture d'enlever Céline de ce recueil.
 
Il est vrai que ce cher docteur Destouches plaît toujours. Pourtant, l’homme paradait avec les Nazis et les formules de Céline ont été maintes et maintes fois récupérées et exploitées par la propagande nazie et vichyste. Céline, l’écrivain ou/et le collabo ? Quel Céline la République va-t-elle donc honorer?
 
Alors de mes lectures, je veux extraire ces quatre citations qui doivent tant plaire à Rivarol, aux petits fachos et aux autres Faurisson…
 
« Je le dis tout franc, comme je le pense, je préférerais douze Hitler plutôt qu'un Blum omnipotent » (Bagatelles pour un massacre, 1937).
 
« Nous nous débarrasserons des Juifs, ou bien nous crèverons des juifs, par guerres, hybridations burlesques, négrifications mortelles. Le problème racial domine, efface et oblitère tous les autres. » (L'École des cadavres, 1938)
 
« Ce sont les pervers qui rendent la vie insupportable. Ils trouvent des intentions partout. Moi, je me sens devenir si pervers que ça me tourne en folie raciste. Et pas qu'un petit peu ! Raciste 100 pour 100 ! Autant que communiste, sans les Juifs ! » (L'École des cadavres, 1938)
 
«Vinaigre ! Luxez le juif au poteau ! Y a plus une seconde à perdre» «Bouffer du juif, ça suffit pas, je le dis bien, ça tourne en rond, en rigolade, une façon de battre du tambour si on saisit pas leurs ficelles, qu'on les étrangle pas avec. Voilà le travail, voilà l'homme. Tout le reste c'est du rabâchis, ça vous écœure tous les journaux dits farouchement antisémites» «Volatiliser sa juiverie serait l'affaire d'une semaine pour une nation bien décidée.» (Les Beaux Draps, 1941)
 
Sont-ce ces mots ? Ces appels constants au meurtre ? Cette folie raciste ? Ce verbiage ? Est-cela que l’on veut honorer ?
 
CRIF - 21/01/11
 

Jean-Marie Le Pen: " Vous savez que Céline, que je suis allé voir plusieurs fois à Meudon, que j'ai connu râleur et vieux bougon, est mort en murmurant ces mots : " Ils sont lourds, ah ! qu'ils sont lourds !" Je suis comme lui, j'aime une certaine légèreté."

Télérama, 15 mars 1995. (Blog "Entre guillemets...")

19:35 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

MAM huée à Gaza

VIDEO http://www.2424actu.fr/actualite-internationale/gaza-jet-...

La ministre française des Affaires étrangères Michèle Alliot-Marie a été chahutée vendredi par quelques dizaines de manifestants palestiniens à son arrivée à l'hôpital Al-Quds à Gaza.

Ces propos tenus en sa présence jeudi par le père du soldat israélo-français enlevé Gilad Shalit, Noam Shalit, qualifiaient sa détention au secret de "crime de guerre".

Arrivés par bus devant l'hôpital, ils l'ont poursuivie jusqu'à l'entrée de l'établissement, où ils ont été maintenus à l'extérieur par le service d'ordre.

Au milieu de la cohue, à l'entrée et à la sortie de l'hôpital, dont le service des urgences a été réhabilité en décembre grâce à l'aide de la France, la chef de la diplomatie française est restée souriante et imperturbable.

Lors de sa rencontre avec Noam Shalit, Mme Alliot-Marie s'était engagée à intervenir auprès de l'Union européenne et "à faire passer le message pour que le prisonnier reçoive des visites de la Croix-Rouge".

AFP. 21/01/11

17:00 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

21 janvier 1793

LouisXVI guillotine.jpg

471px-Louis16-1775.jpg

Louis XVI  (1754-1793) - Portrait par Duplessis en 1776

Louis XVIné Louis Auguste de France le 23 août 1754 à Versailles et mort le 21 janvier 1793, guillotiné sur la place de la Révolution à Paris — est roi de France et de Navarre (1774-1791), puis roi des Français (1791-1792).

Louis XVI est le fils de Louis de France et le petit-fils de Louis XV auquel il succède en 1774. Il est le frère aîné des futurs rois Louis XVIII et Charles X.

Le règne de Louis XVI est marqué par des réformes importantes concernant le droit des personnes : abolition de la torture en 1781 et 1788, abolition du servage dans le domaine royal en 1779, abolition du péage corporel des juifs d'Alsace en 1784, édit de tolérance des protestants en 1787. Il est aussi marqué par quatre tentatives de réformes profondes du royaume (1774-1776, 1781, 1787 par deux fois) passant par l'instauration d'un impôt direct égalitaire (en remplacement de la taille inégalitaire) et d'assemblées provinciales élues destinées à contrôler cet impôt. Ces dernières réformes butèrent sur l'hostilité des privilégiés, en particulier celle de la noblesse de robe, celle du Parlement de Paris et celle de la Cour de Versailles. Louis XVI tenta alors de passer outre leur opposition en présentant ses réformes devant une assemblée de notables (1787) puis devant les états généraux (1789).

Les dernières années du règne de Louis XVI sont marquées par la Révolution française qui, tout en reprenant certaines des réformes soutenues par le roi avant 1789, transforment le rôle politique du roi et le système de gouvernement de la France en mettant fin à la monarchie absolue de droit divin. Dans un premier temps, le roi Louis XVI devient un monarque constitutionnel en butte à une convention nationale hostile. Dans un second temps, le roi est renversé le 10 août 1792 par les sections républicaines, la monarchie abolie puis la République proclamée. Dès lors surnommé Louis le Dernier ou Louis Capet par les Révolutionnaires, Louis XVI est inculpé pour trahison par ces derniers sur l'accusation de ne pas avoir respecté son rôle constitutionnel, d'avoir manœuvré secrètement contre la Révolution et d'avoir tenté de fuir la France (arrestation de Varennes en 1791). Jugé coupable par la Convention nationale, il est condamné à mort et guillotiné le 21 janvier 1793 sur la place de la Révolution à Paris.

15:00 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

20/01/2011

"Saucissonnés", ils échappent aux flammes

Deux septuagénaires, séquestrés par des malfaiteurs, ont failli périr dans l’incendie de leur ferme dans la nuit de mercredi à jeudi, à Maisse (Essonne).

Selon les informations recueillies par Europe 1, le retraité de 76 ans et son épousé âgée de 71 ans ont été brutalement tirés de leur sommeil vers 3h30 du matin par un groupe de cinq malfaiteurs qui se sont introduits chez eux. Les victimes ont été ligotées et ont subi des violences de la part des gangsters qui voulaient leur extorquer de l’argent. Vers 5h00, après avoir mis la main sur quelques centaines d’euros en liquide, les malfaiteurs ont séparé les victimes et les ont enfermées chacune de leur côté.

 Ils ont alors mis le feu à la ferme du couple. Pendant ce temps, l’épouse est parvenue à se défaire de ses liens. Elle a tout juste eu le temps de libérer son mari et de quitter leur maison, qui a été ravagée par les flammes.

Très choqués, mais indemnes, les deux septuagénaires ont été longuement entendus par les gendarmes de la section de recherches de Paris et de la brigade de recherches d’Evry, chargés de l’enquête.

EUROPE 1 - 20/01/11 

23:13 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Pèlerinage à la synagogue de La Ghriba en Tunisie

Reportage: texte et photos de Jean-Luc Nabet

http://www.flashleman.ch/page.php?titre=P%E8lerinage%20de...

Sous la présidence de M. Zine el abidine Ben Ali, président de la république de Tunisie, a été organisé par M. Pérez Trabelsi, le président de la synagogue et de la communauté juive de Djerba, le pèlerinage annuel de la Ghriba le 22 et 23 mai 2008 dans le village d' Erriadh sur l’île de Djerba en Tunisie.

Plus de 6000 pèlerins juifs sont venus se recueillir sur l’île de Djerba, à 500 km au sud de Tunis dans la plus ancienne synagogue d Afrique (qui est la synagogue de la Ghriba,) essentiellement de France, d’Israël (500), d’Espagne et pour la première fois des dizaines du Canada.
La tradition se répète depuis 180 ans, toujours 33 jours après la Pâque juive (Pessah). La synagogue de Ghriba (l’Exilée ou l’Etrangère) est réputée avoir été érigée par la diaspora juive exilée après la destruction du temple de Jérusalem en 586 av. J.-C. par Nabuchodonosor.
Les pèlerins défilent autour d’une pyramide hexagonale en argent (la Ménorah) où sont inscrits les noms des 12 tribus d’Israël et les noms des rabbins connus de Tunisie. En procession ils se dirigent au fond du village pour ensuite retourner à la synagogue afin d’entendre la cérémonie de clôture. Le soir un concert a réuni des chanteurs vedettes judo-arabes Moshe Giat et Youval Taieb au Casino Partouche de Djerba.

Le pèlerinage s’est terminé par la cérémonie officielle à la synagogue en présence du ministre de tourisme, Khalil Laâjimi et de M. Pérez Trabelsi, ainsi que les grands rabbins de Tunisie Haim Bitane et de Berlin Abraham Haus. Le grand rabbin de Berlin est venu se recueillir dans le lieu où le 11 avril 2002 un attentat avait tué 22 touristes, dont 14 allemands quelques jours avant le pélerinage. Ca fait seulement 2 ans que les pèlerins juifs reviennent à la Ghriba. Le souhait de l’organisateur est de dépasser les 8000 pèlerins de l’an 2000. Du fait que Nicolas Sarkozy a invité le grand rabbin de France Joseph Sitruk et que le président tunisien Ben Ali l’ait salué publiquement pour avoir contribué à dynamiser cette année ce pèlerinage. La Tunisie comptait 750 juifs en 1984, ils sont aujourd’hui 1050. La seule communauté juive en terre d’Islam où le nombre augmente se trouve à Djerba. La Tunisie est une terre de tolérance où la liberté de culte est autorisée. C’est le seul pays arabe à organiser un pèlerinage juif.

Léman.ch - 2008 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

22:59 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

En Seine-Saint-Denis, la courbe inversement proportionnelle des gardes à vue et des incarcérations!

7645056508_la-porte-d-une-cellule-de-garde-a-vue.jpg

Selon une note de la Préfecture de police en date de vendredi dernier (14 janvier 2011) - que RTL s'est procurée -, le nombre de personnes gardées à vue, ces quinze dernières années, a augmenté de 79%. Dans le même temps, celui des personnes placées sous écrou a chuté de 61%.

Le parquet de Bobigny a indiqué qu'il "ne pouvait pas en l'état commenter des chiffres dont il ne sait quelles données statistiques ils recouvrent". C'est en tout cas une nouvelle illustration de la guerre que se livrent policiers et magistrats dans ce département sensible d'Ile-de-France.

Selon la note de la Préfecture de police, il y a eu plus de 30.000 gardes à vue en 2010 dans ce département sensible de la région Ile-de-France, et plus de 41.000 personnes ont été "mises en cause" dans des affaires de délinquance traitées par la police. Le nombre de personnes incarcérées, après déférement devant la justice, est de 962 en 2010, contre 1.300 en 2009. La note précise qu'"en passant de 2.476 écroués en 1996 à 962 au cours de l'année 2010, la baisse est de -61,15% avec une progression observée en 2003 et  2004 de +45,86%".
"L'augmentation des gardés à vue" durant la période 1996-2010 est "encore plus notable" que celle des mis en cause par la police, fortement à la hausse, ajoute cette note, "avec +79,72% (30.123 en 2010 contre 16.761 en 1996, soit +13.362 gardés à vue)". La Seine-Saint-Denis est le seul département du Grand Paris à connaître une telle évolution, selon une source policière.

"Je commente des chiffres quand je sais comment ils ont été produits, car les chiffres, c'est la chose la plus manipulable", a réagi auprès de l'AFP Mathieu Bonduelle, secrétaire général du Syndicat de la magistrature (SM, deuxième syndicat, gauche) et juge d'instruction à Bobigny. "Par ailleurs, sur le fond, le but est-il d'envoyer le plus de gens possible en prison ou bien d'avoir une réponse adaptée à chaque dossier ?", a-t-il interrogé.

RTL. fr - 20/01/11

20:32 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Débat- Julien Sanchez invité de Michel Field sur LCI

NPI - 20/01/11

19:40 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Hausse de la natalité "française", vraiment?

Famille_nombreuse-300x224.jpg

Comme en 2009 et 2010, les sociologues se pâment en ce début d’année sur « l’exception démographique française », allant jusqu’à employer l’expression « Baby-boom anticrise »* pour définir la hausse continue du taux de fécondité national.

Alors que d’autres pays européens (Italie, Allemagne) n’assurent plus depuis des lustres le renouvellement de leur population, la France fait figure de bonne élève avec un chiffre de 2,01 enfant par femme… tout juste suffisant pour assurer ledit renouvellement.

Que possède donc notre pays, que les autres n’ont pas ? A ceux qui se fient à l’expérience quotidienne, la réponse apparaît clairement : une masse exponentielle d’immigrés. Et pas n’importe lesquels : des individus et familles venus d’Afrique sub-saharienne, issus de pays à la vitalité démographique galopante (de 5 enfants par femme au Sénégal, à 7 au Niger, par exemple)**. Autant de mains pour travailler la terre ou mener les troupeaux, certes, mais trop de bouches à nourrir au sein de sociétés pour l’heure inaptes à s’auto-suffire…

En France, la crise ne frappe guère ces groupes, souvent abreuvés d’aides sociales en tous genres, avantages « acquis » et intouchables grâce à la force d’inertie des syndicats. Quand bien même les frapperait-elle, que la multiplication du nombre d’enfants pour une famille offre à celle-ci de confortables revenus en allocations familiales ou aides au logement…
De fait, la peur de l’avenir ne saurait constituer un sentiment partagé avec les familles françaises aux prises avec la précarité, puisque ces dernières ne peuvent compter que sur elles-mêmes pour assurer l’avenir de leurs enfants.

Qui peut sérieusement croire qu’un pays sacrifiant chaque année 220.000 êtres humains potentiels soit en mesure d’apparaître comme un champion de la natalité ? Le refus obstiné de nos gouvernants à dresser des statistiques ethniques n’a pas d’autre fonction que celle-ci : cacher encore et toujours la réalité d’une dépopulation française, faite au profit d’une immigration de peuplement.

« La France deviendra la colonie de ses colonies » a prophétisé Vladimir Poutine, homme fort d’un pays – la Russie – qui sait encore ce que « l’âme d’une nation » signifie.

Pour éviter cette catastrophe humaine, le temps nous est compté, alors… Luttons !

* Direct Matin du 19/01/11
** Source : Institut national d’études démographiques,
http://www.ined.fr/fr/pop_chiffres/pays_du_monde/

Nations Presse Info - 20/01/11

19:36 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

L'ombre de Marine Le Pen


L'ombre de Marine Le Pen
envoyé par BFMTV. - Regardez les dernières vidéos d'actu.

Selon Ruth Elkrief, c'est Marine Le Pen qui dirige actuellement la diplomatie française

NPI - 20/01/11

19:14 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Jacqueline de Romilly et la bonne Grèce

Assurément, il n’est guère correct de s’en prendre à une défunte et à son œuvre. La seule excuse à donner est que l’académicienne n’aurait pas pris la peine de réfuter ce qui suit. Cependant, le ton dithyrambique et l’encens qui ont accompagné les obsèques de l’illustre helléniste avait de quoi irriter, non seulement parce que la flagornerie, même quand il s’agit d’un mort, horripile, comme si ce supplément d’âme eût l’heur de faire oublier la catastrophe annoncée qui ruine l’enseignement du latin et du grec en France, mais on ne s’est guère demandé, et pour cause, si la bonne dame du Collège de France avait fait tout ce qu’il fallait pour qu’une telle tragédie fût devenue impensable. Il y eut bien des pétitions, des murmures de couloir, mais Jacqueline de Romilly était bien trop intégrée pour ruer comme une bacchante ou poursuivre les assassins du grec comme une Erinye assoiffée de sang.

A vrai dire, je n’ai jamais essayé de lire un de ses ouvrages sans que le livre me tombe des mains, tellement il est farci de bons sentiments, et de cette manie anachronique de démontrer l’impossible, à savoir que les Grecs, c’était nous, les modernes de 1789, de la République etc. Le paradigme politique a radicalement changé, tant le christianisme a bouleversé notre manière de voir le monde et les hommes, l’individualisme, la marchandisation, la coupure avec un ordre holiste du monde ont contribué à broyer ce qui demeurait de l’Antiquité. Au demeurant, Walter Friedrich Otto le dit très bien dans Les dieux de la Grèce : comme le souligne Détienne dans la préface de cet ouvrage fondamental : « Il faut […] prendre la mesure de ce qui nous sépare, de ce qui nous rend étrangers à l’esprit grec ; et en conséquence dénoncer les préjugés [positiviste et chrétien] qui nous empêchent de comprendre « les dieux de la Grèce ». »

Et si, bien sûr, la Grèce est à l’origine de l’Europe, ce n’est pas dans le sens où les héritiers de la troisième République l’entendent. D’une certaine manière, même si je me retrouve dans cette époque, en en partageant tous les fondements, y compris les plus scandaleux pour un moderne, et qui sont très éloignés de l’idéologie néochrétienne des droits de l’homme, la Grèce antique est complètement différente du monde contemporain. A son contact, on est en présence avec la véritable altérité (en fait notre identité). Hegel disait que pour un moderne, un Grec est aussi bizarre et étrange qu’un chien.
Voilà ce qu'écrivait Hegel de l’Africain dans “La Raison dans l’Histoire” : “C’est précisément pour cette raison que nous ne pouvons vraiment nous identifier, par le sentiment, à sa nature, de la même façon que nous ne pouvons nous identifier à celle d’un chien, ou à celle d’un Grec qui s’agenouillait devant l’image de Zeus. Ce n’est que par la pensée que nous pouvons parvenir à cette compréhension de sa nature ; nous ne pouvons en effet sentir que ce qui est semblable à nos sentiments.”

Le fondement de la pensée véritable, c’est ce sentiment d’étrangeté, un arrachement aux certitudes les plus convenues, pour parvenir à notre vérité profonde.

Un Grec est plus proche du Sioux, d’une certaine façon, que du kantien.

Maintenant, avec un effort d’imagination et beaucoup de caractère, on peut se sentir plus proche du Sioux que du kantien.

Jacqueline de Romilly n’a eu donc de cesse d’invoquer la Grèce antique pour louer les vertus supposées de la modernité : la démocratie, dont chacun sait qu’elle est une « invention des Grecs », l’égalité, notamment entre hommes et femmes, les droits de l’homme etc. La presse ne s’est pas fait faute de le rappeler à satiété, comme si le retour à l’hellénisme ne pouvait que passer par les fourches caudines du politiquement correct.

La source des confusions, lorsqu’on s’avise de s’inspirer des théories politiques de l’antiquité pour définir les modèles organisationnels de la meilleure société possible, est que nous avons affaire à deux mondes différents, et l’erreur de perspective conduit à des décalages conceptuels et symboliques, à des malentendus. Les notions qui font l’objet d’un glissement suprahistorique fallacieux, confinant à l’anachronisme, sont aisément repérables dans cette phrase, tout à fait représentative du style qu’on trouve chez nos universitaires : “Un sens de l’humanité sorti de l’histoire dont les valeurs et les idées sont toujours dans l’actualité, surtout si on a à l’esprit les remises en cause actuelles des valeurs républicaines de liberté, d’égalité et de fraternité, au nom du droit à la différence confinant à la différence des droits, du communautarisme encouragé par le clientélisme politique, d’un retour radical du religieux et du patriarcat déniant aux femmes qu’elles puissent être les égales de l’homme ! (” Guylain Chevrier, Docteur en histoire. http://www.agoravox.fr)

Tout y est, avec même le ton déclamatoire.

La réduction, dans les classes de collège et de lycée, de l’apport hellénique à la démocratie a de quoi irriter. Luciano Canfora , pour ne parler que du terme « démocratie », a démontré que, dans le préambule à la Constitution européenne de 2003, ses concepteurs, par « « bassesse » philologique », ont falsifié les « propos que Thucydide prête à Périclès » (qui était, de facto, prince – prôtos anêr, dixit Thucydide – d’Athènes) en assimilant démocratie et liberté . La « gaffe » provient de leur formation scolaire, qui leur a révélé que « la Grèce a inventé la démocratie » (« formule facile, tellement simplificatrice qu’elle se révèle fausse », écrit Canfora), sans entrevoir qu’ « aucun texte écrit par un auteur athénien ne célèbre la démocratie » ! Celle-là, dans l’histoire des Grecs antiques, a été un régime minoritaire, ramassé dans le temps, qu’il n’a pas été si démocratique que cela (au sens moderne), et qu’il a été méprisé par pratiquement tous les penseurs, à commencer par le premier, Platon, qui lui reprocha d’avoir assassiné Socrate. Il faudrait analyser de plus près ce que dit Aristote, qui est plutôt pour le gouvernement des meilleurs.
D’autre part, la notion d’égalité est aussi un piège : Agamemnon par exemple est le primus inter pares. Il n’est pas question d’égalité entre êtres humains, mais entre aristocrates, entre rois. Thersite en sait quelque chose, qui reçoit de la part d’Ulysse un coup de sceptre pour avoir prôné le défaitisme, et, avant tout, pour avoir pris la parole.

Pratiquement personne n’a remis en cause l’esclavage.

Ce que l’on omet de dire, c’est que, si l’on survole l’histoire hellénique jusqu’à Rome et au-delà, le régime qui s’impose et qui, justifié par les stoïciens, les platoniciens et d’autres, semble le plus légitime, surtout après Alexandre, c’est la monarchie. L’Empire romain est fondé sur cette idéologie, comme l’a montré Jerphagnon.

Qu’en est-il de l’égalité entre l’homme et la femme ? Ce n’est pas à un Grec qu’on va faire passer cette baliverne ! Il en aurait bien ri, lui qui, sur cette question, ressemble beaucoup à un musulman, en remisant son épouse dans le gynécée. Lysistrata est une COMEDIE, destinée à FAIRE RIRE ! Autant dire que l’idée d’égalité entre hommes et femmes était présentée comme une bouffonnerie.

Je renvoie à Vernant pour ce qui est du “mythe d’Oedipe”, qu’il dénonce savamment en montrant que Freud s’était trompé sur toute la ligne.

Loin de moi l’idée de démolir la statue funèbre de Jacqueline de Romilly, mais j’avoue que les éloges actuels m’énervent un peu.

Pour apprécier en profondeur la pensée grecque (et subsidiairement romaine), autant lire Vernant, Jerphagnon (l’exquis !), Friedrich Otto, Paul Veyne, qui me semblent plus incisifs que la bonne dame pour classes terminales…
Claude Bourrinet
VOXNR - 18/01/11

18:56 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Klarsfeld en appellera à Sarkozy si la célébration de Céline est maintenue

celine.jpg

CELINE jeune.jpg

(1894-1961)

Serge Klarsfeld, président de l'association des fils et filles de déportés juifs de France (FFDJF), a déclaré jeudi à l'AFP qu'il se tournerait vers Nicolas Sarkozy afin qu'il prenne position si la célébration nationale de Louis-Ferdinand Céline était maintenue.

"Ce serait un acte de courage de la part du ministre de la Culture Frédéric Mitterrand d'enlever Céline de ce recueil, comme nous le réclamons", a souligné M. Klarsfeld.

"S'il ne désavoue pas la décision de le faire figurer dans les célébrations nationales, nous attendrons que le Premier ministre François Fillon et le président de la République prennent position", a-t-il annoncé, ajoutant "notre réaction va être dure".

Nicolas Sarkozy doit participer le 9 février au dîner du Crif (Conseil représentatif des institutions juives de France), a-t-il rappelé.

"Notre exigence me paraît tout à fait naturelle vu les écrits antisémites de Céline. Son talent d'écrivain ne doit pas faire oublier l'homme qui lançait des appels aux meurtres des juifs sous l'Occupation. Que la République le célèbre, c'est indigne", estime Serge Klarsfeld.

Sollicité par l'AFP, le ministère de la Culture, qui organise vendredi la présentation de ce recueil, n'avait pas réagi jeudi après-midi.

AFP. 20/01/11

 

 

17:49 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

"Cachez ce chrétien que je ne saurais voir..." - Le scandale des agendas de l'UE

Après Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy a  refusé que la mention des « racines chrétiennes »  figure dans la Constitution européenne élaborée par Giscard d’Estaing,   et dans son avatar,  le traité de Lisbonne. Qu’à cela ne tienne,  des sarkozystes sont tout de même montés au créneau pour s’offusquer de l’agenda diffusé à plus de trois millions d’exemplaires,  à l’usage des établissements scolaires de l’Union européenne. Celui-ci réalise en effet le « tour de force »  d’occulter toute  référence aux fêtes chrétiennes, y compris  Noël et  Pâques,  mais recense scrupuleusement  les fêtes musulmanes, hindoues, sikhs ou juives.  

Le ministre français aux Affaires européennes, Laurent Wauquiez,  s’est indigné :   « Dans cet agenda, on parle de Ghandi, de la découverte de la tomate au Pérou ou de l’Antarctique, mais on ne parle pas de ce qu’est l’identité européenne (…).  L’Europe, ce n’est pas une coquille creuse, c’est une communauté de valeurs, de grands personnages de l’Histoire, de grandes dates. Assumons cette identité».  «On a honte de notre identité chrétienne? On a honte que l’Europe des clochers a été constitutive de notre identité européenne?».

«Si j’ai voulu pousser ce coup de gueule, c’est parce que cet agenda reflète une incapacité de l’Europe à assumer son identité profonde », a-t-il expliqué…devant le tollé suscité par cet oubli, non seulement en France mais dans d’autres pays européens.

A Bruxelles, un porte-parole de la Commission européenne, Frédéric Vincent, et le commissaire européen chargé des consommateurs John Dalli, ont promis  l’envoi d’une « lettre d’excuses » et d’un correctif aux 21000 collèges qui ont reçu cet agenda…qui a coûté cinq millions d’euros aux contribuables.

 L’hebdomadaire Minute qui consacre un article cette semaine à ce scandale précise à ses lecteurs  que la solution trouvée par les crânes d’œufs bruxellois pour éviter à l’avenir ce type d’omission consistera… à ne plus mentionner aucune fête religieuse dans  « les prochaines éditions »!

 Minute donne la parole à l’une de ses « sources » : «Ce ne sont pas des bénévoles ou des débutants qui conçoivent cet agenda. Ce sont des professionnels. Ils sont tous salariés de Generation Europe Foundation (…),   l’une de ces multiples structures privées qui gravitent autour de la Commission et qui en vivent. C’est elle qui assure depuis 1995 la conception, la fabrication et la diffusion de l’agenda, produit phare de cette officine. La volonté de rayer les fêtes religieuses chrétiennes du calendrier n’est donc pas un oubli d’amateurs, elle a été pensée (…). »

 « Un autre fonctionnaire européen  explique encore sous le sceau de l’anonymat :   « Le schéma mental ici est le suivant: l’Europe doit s’extraire du passé, il faut voir l’avenir. […] L’Europe que nous réalisons doit rassembler du monde, beaucoup plus de monde; des mondes différents. Alors il ne faut pas trop qu’elle parle du passé parce que le passé ça divise.» Il ajoute: «Et puis enfin, toutes ces fêtes chrétiennes sont bien connues. Et notre priorité dans l’Europe de demain, c’est d’ouvrir nos jeunes à d’autres cultures.» Et de préciser: «Car demain, ne l’oubliez pas, le tiers de la population de l’Union sera sans aucun lien avec cette Europe des clochers dont parle votre M. Wauquiez. »

 D’autant qu’il ne faudra pas compter sur l’UMP pour nous protéger d’une immigration planétaire  dite « légale »,  en augmentation constante depuis 2002, en plein accord avec les officines « humanistes » qui donnent  le ton à Bruxelles.

Gollnisch.com - 19/01/11

02:20 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Démographie "française" et immigration

bebe.jpg

Dans l’entreprise de sidération des esprits à laquelle se livre la médiacratie au pouvoir, l’annonce rituelle et annuelle des « bons chiffres de la démographie française » fait figure d’exercice incontournable. Rebelote donc  cette année avec les commentaires enthousiastes sur « l’exception française » dans  ce domaine, le passage de la population française au dessus de la barre symbolique des 65 millions (358 000 personnes de plus qu’en 2009). Et ce,   malgré « la crise économique, les 200 000 IVG pratiquées chaque année,   l’absence d’une réelle politique nataliste et de soutien aux familles françaises…un vrai miracle ?

 Le quotidien La Croix, à l’instar de ses confrères, note qu’une « bonne fée (sic) semble s’être penchée sur (les)  berceaux (de notre pays) ». « Alors que le  Vieux Continent  est touché par le recul des naissances (1,6 enfant par femme en moyenne), la France affiche une fécondité exceptionnelle : 2,01 enfants par femme, un record depuis la fin du  baby-boom, au milieu des années 1970. En 2010, 828 000 bébés sont nés sur le territoire, dont 797 000 en métropole. La France se rapproche ainsi de l’Irlande, l’autre championne de la natalité, qui atteignait une moyenne de 2,07 enfants par femme en 2009. »

 « Le pays a gagné 10 millions d’habitants en trente ans » que l’on doit certes à l’allongement de la durée de la vie, mais aussi et surtout au solde positif des naissances rapporte l’Insee. Lequel  pointe également  l’augmentation très sensible de «  l’âge moyen à l’accouchement en France (qui) a ainsi atteint pour la première fois 30 ans en 2010 », celle de «  la part des naissances hors mariage : 54,8 % en 2010 contre 53,7 % en 2009 et 43,6 % il y a dix ans ».  Quant au  «  nombre de pactes civils de solidarité (pacs), il  se rapproche de celui des mariages. L’an dernier, 195 000 pacs ont été signés, tandis que 249 000 mariages ont été célébrés (contre 251 478 il y a deux ans) ».

 C’est à croire que tous les faiseurs d’opinion se sont donnés le mot, chacun a pu remarquer que pas une seule fois le mot « immigration » n’a été prononcé dans le décryptage journalistique des chiffres de l’INSEE, Le Figaro illustrant significativement   en « une » cette étude  par six  photos de  bébés blancs comme neige…

 A rebours du discours dominant, ce maintien de la démographie française dans les hautes eaux de l’Union européenne s’explique principalement par une colonisation de peuplement non européenne.  Les tendances dégagées par l’étude  du  démographe Philippe Bourcier de Carbon publiée en  2004 restent vraies. Il expliquait ainsi à titre d’exemple,     que si   la population née étrangère de nationalité africaine ou turque  était estimée à   3,7 millions il y a sept ans, soit 6 % de la population,  celle-ci   fournirait de l’ordre de 96 000 naissances en métropole, soit 13 % des naissances métropolitaines totales.

A la même date,  la population née d’au moins un parent étranger de nationalité africaine ou turque,  était selon ses calculs  de plus de 4 millions, soit 7 % de la population et  près de 14 % des naissances ;   la population des ménages immigrés originaires d’Afrique et de Turquie  de 5 millions environ, soit 9 % de la population, près de 16 % des naissances .Aussi,  cette population  pourrait approcher, en 2030, 9,6 millions, soit 15 % de la population métropolitaine totale et donner le jour à 200 000 enfants, soit 30 % des naissances métropolitaines. A cela deux causes principales expliquait M.  Bourcier de Carbon : l’accélération des flux migratoires  et  le maintien  d’un taux de fécondité élevé pour les femmes étrangères musulmanes arrivées en France.

En décembre dernier, nous rapportions sur notre blog  les propos de la démographe Michèle Tribalat, directrice de recherche à l’Institut national des études démographiques (Ined) au sujet des flux migratoires qui relevait « entre 1982 et 2006 » une augmentation, de 25% de ceux-ci, «  presque entièrement sur la dernière période ». «  L’indicateur de fécondité (des immigrés), qui est passé de 1,66 en 1993 à 2,0 aujourd’hui, d’après les chiffres publiés par l’Insee, s’est accru de 20 % »…

Et Mme Tribalat d’ajouter que  « la vérité » consiste à dire «  que l’on a renoué, depuis le milieu des années 1990, avec un régime migratoire qui, en termes quantitatifs, a plus à voir avec le pic 1968-75 qu’avec les années précédentes. Entre 1999 et 2005, le nombre d’immigrés d’Algérie au augmenté de 105 000 personnes, soit un accroissement de 18 %.

Immigration  qui ne saurait être de toute façon la  recette miracle du redressement démographique indiquait  Bruno Gollnisch lors de son  intervention à l’occasion du dernier  colloque de Conseil scientifique du FN sur « les retraites ».  

Il s’appuyait notamment  sur les analyses   du dernier ouvrage de Mme Tribalat, laquelle démontrait  que l’immigration ne peut gommer les déséquilibres de la pyramide des âges…à moins que ladite immigration soit torrentielle et perpétuelle. Mais peut-on alors encore parler dans ces conditions de « démographie française » …et de « France » tout court ?

Gollnisch.com - 19/01/11

02:00 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

19/01/2011

Marseille: le lycéen qui a tenté de s'immobler était racketté

Maxence, ce lycéen de 17 ans qui a tenté de s'immoler par le feu mardi dans les toilettes de son lycée à Marseille, était victime de racket. C'est ce qu'a révélé une source proche de l'enquête au lendemain du drame.

  Les policiers de la Sûreté départementale ont réussi à dresser le profil de cet élève de 1e ES au lycée privé Saint-Joseph-Les-Maristes, le décrivant comme un ado à la dérive depuis plus d'un an. Le jeune homme était confronté à de gros problèmes personnels : des résultats scolaires en chute libre, le divorce de ses parents et une rupture sentimentale. Mais les enquêteurs ont surtout pointé du doigt les vols à répétition dont Maxence était victime. Parmi les nombreux objets rackettés, son scooter notamment lui avait été dérobé. C'est peut-être cette accumulation d'événements qui l'ont poussé à commettre ce geste désespéré.

  «J'en ai marre»

Mercredi, Maxence est toujours dans un état critique. Il avait été admis la veille au service des grands brûlés de l'hôpital de La Conception.

Il s'était aspergé d'un liquide - «vraisemblablement de l'essence», selon le parquet - dans les toilettes de son lycée, où il suivait ses études depuis le collège. Le jeune homme en feu s'était précipité dans la cour, avant de s'effondrer sous les yeux de plusieurs camarades, en lâchant ces mots : «J'en ai marre». Des membres du personnel du collège l'avaient immédiatement pris en charge, en attendant l'arrivée des secours.

Le Parisien - 19/01/11

20:15 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

La vie de palace de Ben Ali à Djeddah

Djeddah.jpg

(Cliquez sur la photo)

Le président tunisien déchu a été accueilli dans la plus grande discrétion dans cette ville côtière d'Arabie saoudite, qui a déjà reçu plusieurs dirigeants en exil. Une étape avant un probable départ pour la Libye.

On le croyait en France, à Malte ou encore à Dubaï. Mais c'est à Djeddah, en Arabie saoudite, que Zine El Abidine Ben Ali a posé ses valises, dans la nuit de vendredi à samedi dernier, à l'issue d'une errance aérienne de plusieurs heures. Le Falcon du président tunisien déchu s'est posé aux alentours de 1h, heure française - 3h dans la péninsule arabique - à l'aéroport de cette ville de plus de trois millions d'habitants située sur les côtes de la mer Rouge, à l'ouest du pays. L'ex-dirigeant tunisien, accompagné de six membres de sa famille, aurait passé sa première nuit dans le palais du prince Sultan. Avant de prendre ses quartiers dans un ancien palais royal qui sert désormais de résidence officielle pour les invités du royaume.

Derrière un haut mur d'enceinte et sept portails, gardés en permanence par des soldats, Ben Ali et sa famille profitent du palais de marbre blanc, entouré de palmiers et de verdure. Ils disposent du personnel et des gardes du corps mis à disposition par le royaume. En échange de ces largesses, le président déchu, considéré comme un réfugié politique de luxe, mais pas comme un chef d'Etat en visite, doit rester discret. «L'Arabie saoudite ne l'autorisera pas à faire des déclarations politiques ou à s'adonner à une quelconque activité politique, ni à mener des contacts avec la Tunisie», a prévenu sur al-Arabiya Jamal Khashoqgi, un analyste proche des autorités saoudiennes.

 

«Un havre de paix pour dictateurs»

 

Une retenue qu'ont dû respecter tous les chefs d'Etats en exil accueillis par l'Arabie saoudite. A l'instar de l'ancien premier ministre pakistanais Nawaz Sharif, qui s'est réfugié pendant huit ans au royaume après le coup d'Etat du général Pervez Musharraf, en 2000. Arrivé à Djeddah en 1979, l'ancien dictateur ougandais Idi Amin Dada a vécu jusqu'à sa mort, en 2003, dans une villa mise à sa disposition par les autorités, mais devait lui aussi faire profil bas. Avec ses cinq femmes et ses nombreux enfants, la présence du tyran africain était encombrante pour le royaume. Mais «par charité islamique et en remerciement pour son rôle dans la diffusion de l'islam», les autorités saoudiennes ont toléré sa présence.

Pour justifier l'accueil de Ben Ali, le cabinet royal saoudien assure officiellement avoir pris «en considération les circonstances exceptionnelles que traverse le peuple tunisien». En réalité, Ben Ali entretient de bonnes relations avec les membres de la famille royale saoudienne. Il connaît particulièrement bien le prince Nayef Ben Abdel Aziz, ministre de l'Intérieur depuis les années 1980, époque à laquelle Ben Ali occupait le même poste. L'héritier du trône participait notamment aux chasses organisées par Ben Ali.

Malgré cette proximité avec les autorités de Riyad, il paraît peu probable que Ben Ali prolonge son séjour en Arabie saoudite. D'abord parce que la population apprécie moyennement la présence de personnalités contestées sur son sol. Pour Mohammed al-Kahtani, un opposant à la famille royale interrogé par l'agence Reuters, l'exil de Ben Ali à Djeddah «donne un mauvais signal et accrédite l'idée que l'Arabie saoudite est un havre pour dictateurs».

D'autres commentateurs laissent entendre que la famille de Ben Ali ne réussira pas à s'adapter au rigorisme religieux en vigueur dans le royaume. A commencer par la femme du président déchu, Leïla Trabelsi, une ancienne coiffeuse habituée aux tailleurs de haute couture et qui n'a jamais porté le voile. Selon RTL, la famille Ben Ali pourrait donc rapidement quitter Djeddah pour rejoindre la Libye du colonel Kadhafi, qui s'est déjà dit prêt à l'accueillir.

Le Figaro - 18/01/11

20:08 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)