Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Blog - Page 184

  • Joachim Gauck (président de l’Allemagne) : « Il n’y a nullement lieu de glorifier l’Europe. Elle n’a jamais connu d’âge d’or et n’en connaîtra jamais. »

    15h39

    La scène se passe, jeudi 26 janvier, sous les lambris du Quai d’Orsay. Le ministre allemand des affaires étrangères, Frank-Walter Steinmeier, qui va devenir « le président Steinmeier » en succédant à Joachim Gauck à la tête de l’Etat en février, fait ses adieux à la diplomatie française.

    Officiellement, M. Steinmeier est là pour le lancement de la Nuit des idées, rafraîchissante initiative de la culture française pour beau temps. Ce qui devrait être un moment léger, purement formel, prend soudain un tour grave. En fait de Nuit des idées, M. Steinmeier a visiblement des idées noires. En allemand, il évoque les élections françaises à venir, souligne qu’elles seront déterminantes non seulement pour la France, mais aussi pour l’Allemagne – et pour l’Europe. Puis il passe au français pour implorer son auditoire : « S’il vous plaît, ne cédez pas aux sirènes du populisme. »

    Un peu plus tôt, à la Sorbonne, le président Gauck est lui aussi venu faire ses adieux. Il y prononce un discours émouvant ; il y est question d’amour, de littérature et puis d’Europe bien sûr, l’Europe dont il rappelle qu’elle a « engendré beaucoup d’horreurs ». « Il n’y a nullement lieu de glorifier l’Europe, poursuit-il. Elle n’a jamais connu d’âge d’or et n’en connaîtra jamais. Elle est uniquement le théâtre d’une incessante lutte pour l’humanité, la liberté et le droit, la justice et la démocratie. »

    () Le Monde

  • Comment séduire une Suédoise ? Un acteur lance des cours de drague pour mineurs migrants

     

    © Philippe Wojazer / Reuters
    Des migrants vont pouvoir apprendre à draguer des femmes locales, en Suède

    Alors que les agressions sexuelles sont en hausse à Orebro, en Suède, un professeur de théâtre a décidé d'enseigner les codes sociaux à des réfugiés, mais aussi de leur donner un coup de pouce pour devenir de meilleurs séducteurs.

    Mohammed Arvan, professeur d'art dramatique et acteur, a lancé des cours destinés à des migrants de 15 à 17 ans, en majorité afghans, de la ville d'Orebro en Suède, rapporte la chaîne télévisée nationale SVT.

    Le but ? Leur enseigner à séduire des femmes locales en organisant des mises en situation, qui reproduisent des scènes de séduction dans des bars ou des boîtes de nuit.

    «Au début, ils étaient complètement nuls pour draguer les filles. Ils s'approchaient juste puis demandaient leur numéro de téléphone. Ce qui, bien sûr, ne marchait pas», a expliqué le professeur à SVT, précisant que ses élèves avaient rapidement progressé.

    Mais ce n'est pas tout. Mohammed Arvan tente également d'inculquer aux adolescents certaines valeurs européennes basiques et les principaux code sociaux à adopter par rapport aux femmes, comme le fait qu'une fille portant une jupe n'a rien d'anormal.

    Pour ce faire, l'enseignant a mis en place des exercices reproduisant la gêne que peut ressentir une femme face à un comportement inapproprié dans les transports en commun.

    Ainsi, explique Mohammed Arvan, un garçon est chargé de jouer le rôle d'une fille assise dans un bus, qui se voit harcelée et tripotée par des hommes autour d'elle. Et les migrants auraient rapidement compris la leçon, puisqu'ils «ne restent pas assis très longtemps s'ils jouent la fille», rapporte la télévision suédoise.

    Selon le professeur, l'initiative serait un succès et aurait même reçu le soutien de plusieurs femmes qui lui auraient fait part de leur enthousiasme. «Elles disent qu'il faudrait aussi un cours comme celui-ci pour les hommes suédois, parce que beaucoup de Suédois auraient aussi apparemment besoin d'apprendre», explique-t-il.

     

    Et ce n'est pas tombé dans l'oreille d'un sourd puisque Mohammed Arvan compte bien mettre en place des cours similaires à destination des locaux, dès l'automne 2017. 

    Alors que deux migrants ont récemment été placés en garde à vue suite à un viol présumé diffusé sur Facebook en Suède, les agressions sexuelles ont connu une hausse de 70% en un an dans la ville d'Orebro, atteignant 165 cas en 2016 selon SVT, pour un peu moins de 110 000 habitants.

    Lire aussi : Agressions sexuelles en série lors de festivals musicaux en Suède : des migrants mis en cause

  • Suède: les conservateurs tendent la main à l’extrême droite

    000_dv1936559_0.jpg Suède.jpg

     

    20h17

    En Suède, les conservateurs viennent de tendre la main à l’extrême droite. Une manoeuvre qui rompt avec la tradition politique du pays de ne pas s’associer avec le parti extrémiste, les Démocrates de Suède, malgré son importance en termes de voix. Une stratégie à risque.

     


     (…) Depuis 2014 et le retour de la gauche au pouvoir, la coalition formée par l’opposition de droite ne voulait pas s’en approcher. Pourtant, les membres du parti Démocrates de Suède jubilent, et ce depuis le 19 janvier. Anna Kinberg Batra, chef de file des conservateurs, a en effet invité les élus d’extrême droite à la soutenir pour un projet de loi présenté à l’automne prochain.

    Un projet de loi crucial puisque, s’il passe, le gouvernement de gauche sera renversé, bien avant la prochaine législative de 2018. Et les Démocrates de Suède mesurent le poids qu’ils peuvent avoir. En contrepartie de son accord, le leader du parti, Jimmie Akesson, entend acquérir son mot à dire sur la composition du prochain gouvernement.

    Une alliance entre conservateurs et extrême droite pourrait en réalité avoir des conséquences désastreuses au sein de l’opposition et signer la fin de la large coalition qui s’y est formée. Car pour les centristes et les libéraux, il est hors de question d’entendre parler des Démocrates de Suède.

    Anna Kinberg Batra mène donc un jeu dangereux dans un pays où l’extrême droite progresse à chaque élection et ne peut plus être ignorée du reste de la scène politique.

    RFI

    Merci à oxoxo

  • Décret anti-immigration: Air France a refusé d'embarquer 15 personnes vers les États-Unis

     

       
  • Pour la première fois, un dirigeant du FN reçu par un ministre israélien

     

    Un ministre israélien, Yaakov Litzman, a rencontré le secrétaire général du FN, Nicolas Bay. Un responsable du gouvernement israélien a déclaré que le Premier ministre Benjamin Netanyahou n’était pas au courant d’une telle réunion.
    Yaakov Litzman

    Yaakov Litzman

    Est-ce un discret rapprochement entre Benjamin Netanyahou et Marine Le Pen ou une nouvelle opération de communication du FN ? Le chef du gouvernement israélien aurait autorisé, jeudi, l’un de ses ministres, Yaakov Litzman, à rencontrer le secrétaire général du FN, Nicolas Bay. Dans la soirée, un responsable du gouvernement israélien a déclaré à Europe 1 que le Premier ministre n’était pas au courant d’une quelconque réunion avec le FN.

    Un dirigeant du FN avec un ministre israélien, une première.

    La rencontre est intervenue à la mi-journée, au siège du gouvernement israélien à Jérusalem. Le député européen FN Nicolas Bay s’est entretenu avec le ministre de la Santé, Yaakov Litzman. Quelques heures auparavant, le cabinet du Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou, aurait autorisé cette rencontre, à condition qu’il n’y ait jamais aucune confirmation officielle et aucune photo. Car, jusqu’ici, tous les gouvernements israéliens ont boycotté le Front national. Aucun ministre n’avait jamais serré la main d’un de ses dirigeants.

    Le ministère israélien de la Santé furieux.

    Contacté par Europe 1, le ministère israélien de la Santé a le sentiment d’avoir été dupé : « Il s’agissait d’une rencontre avec une délégation italienne, en aucun cas un face à face », s’emporte une porte-parole. « Nous ne savons pas comment ce monsieur s’est retrouvé parmi eux, il n’avait rien à faire là. Dès que le ministre a su qu’il s’agissait d’un responsable du Front national, nous avons mis fin à la réunion. Jamais nous n’aurions accepté cette rencontre si nous avions su son identité à l’avance. »

    Préparer le terrain pour Marine Le Pen. 

    Cette entrevue pourrait ouvrir la voie à une visite de Marine Le Pen dans l’Etat hébreu. « C’est clairement un de nos objectifs », confie un élu frontiste. « Ce serait une formidable victoire politique ». Ce déplacement de Nicolas Bay, qui aura duré 48 heures, ressemblait bien à une visite de reconnaissance. Le député européen s’est en effet notamment rendu au mémorial de Yad Vashem, à l’hôpital français de Nazareth et sur le plateau du Golan.

    « Lever des incompréhensions et des malentendus ».

    « Dans ce pays ami, j’ai cherché à lever des incompréhensions ou des malentendus », explique pour sa part Nicolas Bay. « Le FN est le meilleur bouclier des Français juifs face à l’antisémitisme véhiculé par la montée de l’islam radical ». Objectif : faire oublier les propos de Jean-Marie Le Pen, qui a plusieurs fois qualifié de « détail de l’Histoire » les chambres à gaz durant la Seconde Guerre mondiale.

    Le FN cherche à se rapprocher de la communauté juive … et de la droite.

    Dès son arrivée à la tête du Front National, Marine Le Pen avait déclaré que « les camps ont été le summum de la barbarie ». Depuis, le parti d’extrême droite n’a de cesse d’essayer de se réconcilier avec la communauté juive, en France et à l’étranger. En pleine campagne présidentielle, il cherche à s’adresser à la « droite classique », traditionnellement pro-israélienne. En 2012, les Français basés en Israël avaient voté à 80% pour Nicolas Sarkozy, lors du premier tour de la présidentielle.

    TRIBUNE JUIVE

  • Lyon : Il se bat avec un cambrioleur et sera jugé pour violences !

     

    15h35

    Un Lyonnais a été placé en garde à vue ce jeudi pour des violences sur un cambrioleur qu’il avait surpris dans son salon de coiffure. Libre à l’issue de son audition, il sera jugé en même temps que le cambrioleur, également poursuivi pour violences.

     

    Les faits remontent au 26 décembre dernier, à Lyon (5e ). En fin d’après-midi, cet homme qui habite au-dessus de son salon de coiffure entend un bruit anormal. Le salon est fermé, il s’agit probablement d’un cambrioleur. Il prend une batte de base-ball et descend voir ce qui se passe. La porte du salon est ouverte, l’intrus a probablement dérobé les clés dans la boîte aux lettres. Il a déjà fouillé les lieux et rassemblé son butin, puisqu’un sac renfermant un sèche-cheveux, des tondeuses et des produits sera retrouvé sur place.

    Le cambrioleur surpris est bien décidé à ne pas se laisser interpeller. Une bagarre éclate entre les deux hommes, les coups sont violents de part et d’autre. Blessé à la main, le propriétaire pousse son adversaire, qui tombe lourdement dans un escalier. Sérieusement blessé dans sa chute, le cambrioleur est hospitalisé et le propriétaire doit recevoir des soins, subissant respectivement 21 et 7 jours d’incapacité.

    (…) Le Progrès

    (Merci à Bastien)

  • Affaire Penelope Fillon : la pétition qui demande au couple de «rendre les 500.000 euros»

    6631407_penelope-corsan_1000x625.jpg

     

    >Elections>Election présidentielle|A.R.|28 janvier 2017, 15h45 | MAJ : 28 janvier 2017, 15h46|86

    ARCHIVE. Une pétition sur Internet, signée par 120 000 personnes ce samedi, appelle Penelope Fillon à «rendre ces 500.000 euros» qu'elle aurait, selon le Canard enchaîné, touché dans le cadre d'un emploi supposé fictif.

    (LP / Olivier Corsan.)
     
     
    A.R.
     
    Election présidentiellePenelope FillonChristophe GrébertFrançois FillonPétitionchange.org
     

    Une pétition sur Internet appelle la femme de François Fillon à verser à l'Etat les 500 000 euros qu'elle aurait perçus comme assistante parlementaire entre 1998 et 2006. Alors que la justice a ouvert une enquête préliminaire, près de 120 000 personnes ont déjà signé le texte ce samedi.

    «Bravo pour cette mobilisation. En 24 heures, nous sommes 100 000 à avoir signé la pétition», s'est félicité ce samedi son auteur, Christophe Grébert. Vendredi, cet élu centriste de Puteaux (Hauts-de-Seine) a lancé sur la plateforme Change.org un appel à Penelope Fillon à rendre les 500.000 euros de salaires perçus comme assistante parlementaire de son mari, puis de son suppléant, alors que personne n'avait jusqu'ici entendu parler de cette activité de Mme Fillon.


    Alors qu'une enquête préliminaire est ouverte pour détournement de fonds publics et abus de biens sociaux, la pétition connaît un franc succès sur Internet. En début d'après-midi ce samedi, elle approchait même les 120 000 signatures.

     

    Fillon réfute l'accusation

     

    «Au total, 500 000 euros d'argent public ont été versés pour cet emploi. Un montant qui vous semblera sans doute très exagéré, puisque dans différentes interviews vous affirmez n'avoir "jamais été impliquée dans la vie politique" de votre mari», justifie le texte de Christophe Grébert. Depuis mercredi, plusieurs extraits de vieilles interviews de Penelope ou de François Fillon refont surface. Rare dans les médias, la femme de l'ex-député de la Sarthe a régulièrement expliqué être en retrait de la vie politique. Son mari s'est quant à lui épanché sur la reconnaissance qu'il avait pour sa femme, qui s'occupait de leurs cinq enfants pendant qu'il travaillait à l'Assemblée ou à Matignon. Ce dernier a toutefois assuré, jeudi au 20 heures de TF1, qu'elle le conseillait depuis sa première élection, en 1981. L'ancien Premier ministre affirme également avoir fourni toutes les preuves nécessaires à la justice.

    Le Parisien

  • VIDEO - Trump qualifie les jihadistes de Daech de "rats sournois et sales"

    http://www.bfmtv.com/mediaplayer/video/trump-qualifie-les-jihadistes-de-daesh-de-sales-rats-sournois-907791.html

  • Monsieur 2% fait la leçon à Donald Trump sur les "réfugiés" !

    François Hollande a demandé au président américain de respecter le principe de l'accueil des réfugiés et d'éviter le repli sur soi au cours d'un entretien téléphonique.

    Donald Trump s'est également entretenu aujourd'hui avec Angela Merkel, Vladimir Poutine et Shinzo Abe.

    Au cours de la première conversation téléphonique qu'il a eue avec le nouveau président américain Donald Trump, François Hollande lui a dit samedi «sa conviction que le combat engagé pour la défense de nos démocraties» n'était «efficace» que «dans le respect des principes qui les fondent, en particulier l'accueil des réfugiés». Une conversation qui intervient au lendemain d'un décret  du nouveau locataire de la Maison Blanche sur l'immigration et l'entrée de réfugiés visant particulièrement les ressortissants de sept pays musulmans.

     

    Le président français l'a aussi mis en garde «contre les conséquences économiques et politiques d'une approche protectionniste», en soulignant que, «face à un monde instable et incertain, le repli sur soi est une réponse sans issue». «Le président de la République a rappelé l'importance pour la planète de la mise en oeuvre de la convention de Paris sur le réchauffement climatique», a indiqué l'Elysée dans un communiqué.

    Le Parisien

  • Affaire Penelope Fillon : les enquêteurs vont éplucher les déclarations de patrimoine

    6631566_000-was1701211-1_1000x625.jpg P et F.jpg

    >Elections>Election présidentielle|28 janvier 2017, 18h07|22

     

    1/2 
     
     
    Election présidentielleFrançois FillonPenelope FillonDéclaration de patrimoineHATVPHaute autorité pour la transparence de la vie publique
     

    Les enquêteurs saisis de l'affaire Penelope Fillon vont  prochainement éplucher les déclarations de patrimoine et d'intérêts de François Fillon, transmises par la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP).

    L'enquête sur le «Penelopegate» se poursuit, les enquêteurs s'apprêtent à éplucher les déclarations de patrimoine et d'intérêts de François Fillon. Des documents que la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) assure avoir transmis samedi aux enquêteurs saisis de l'affaire Penelope Fillon. La Haute Autorité, contactée à la suite d'une information d'Europe 1, a par ailleurs confirmé avoir reçu une réquisition judiciaire lui enjoignant de transmettre le dossier mais elle n'a pas souhaité donner davantage d'informations sur la démarche des enquêteurs.

     

    Penelope Fillon est visée par des accusations d'emplois fictifs lancées par Le Canard enchaîné. En cause : 500 000 euros de salaires perçus comme assistante parlementaire de son mari, puis de son suppléant, alors que personne n'avait jusqu'ici entendu parler de cette activité de Penelope Fillon. L'enquête vise aussi des soupçons d'abus de biens sociaux : Madame Fillon aurait été salariée de 2012 à 2013 de la Revue des Deux Mondes pour environ 5 000 euros brut par mois.

       

    >>>A LIRE AUSSI : Madame Fillon, employée par son mari

     

    Le parquet national financier a ouvert une enquête préliminaire, notamment sur des soupçons de «détournement de fonds publics» et d'«abus de biens sociaux», et lancé ses investigations. Une perquisition a été menée jeudi à la Revue des Deux Mondes, propriété de Marc Ladreit de Lacharrière, PDG de Fimalac et ami de François Fillon.

     

    >>>A LIRE AUSSI : Penelope, la très discrète épouse de François Fillon

     

    Pas de mise en examen avant l'élection présidentielle

     

    Au terme de l'enquête, le parquet peut classer sans suite le dossier ou, s'il estime avoir réuni des charges suffisantes, citer directement le ou les mis en cause devant le tribunal pour un procès, sans passer par une mise en examen. Si l'affaire requiert des investigations complexes, ou pour éloigner toute suspicion de manipulation politique, le parquet peut aussi saisir un juge d'instruction. Difficile alors d'imaginer que des mises en examen interviennent avant l'ouverture de la campagne présidentielle, le 10 avril. D'autant que la justice a pour pratique de s'abstenir de prononcer des mises en examen avant un scrutin.

     

    Les dégâts risquent d'être très lourds dans l'opinion pour celui qui avait fait de «la probité» son credo. «On ne peut pas diriger la France si on n'est pas irréprochable», clamait en novembre François Fillon. Aujourd'hui, seuls 32% des Français le jugent «honnête», selon un sondage Odoxa. Ébranlés, François Fillon et son entourage ont montré un certain flottement, avec des explications parfois contradictoires. Semblant anticiper d'autres «boules puantes», François Fillon a confié jeudi avoir, quand il était sénateur de 2005 à 2007, «rémunéré pour des missions précises deux de (ses) enfants qui étaient avocats, en raison de leurs compétences». Problème : ni sa fille, ni son fils n'étaient alors officiellement avocats. «Imprécision de langage», a tenté de minorer son entourage.

    Le Parisien

  • Décret Trump : des ressortissants de pays musulmans interdits d'embarquer pour les Etats-Unis

     

    >International 28 janvier 2017, 11h40 | MAJ : 28 janvier 2017, 20h25|22

      

     
     
    InternationalOrganisation internationale pour les migrationsEtats-UnisDonald TrumpHaut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiésréfugiés
     

    Donald Trump a interdit par décret l'arrivée de ressortissants de sept pays musulmans. Une décision déjà appliquée, notamment par KLM, qui suscite des critiques de toute part. Téhéran a décidé de faire de même avec les Américains.

    La décision prise vendredi par Donald Trump d'interdire pendant trois mois l'entrée de ressortissants de sept pays musulmans (Iran, Irak, de Libye, Somalie, Soudan, Syrie et Yémen aux Etats-Unis, a déjà été suivie d'effets. Même les détenteurs de la «Green card», qui permet non-Américains de s'installer et de travailler légalement, sont concernés. Des ressortissants irakiens mais aussi iraniens détenteurs de visa n'ont pas pu embarquer samedi pour les Etats-Unis. Par mesure de rétorsion, Téhéran a aussitôt décidé d'appliquer la réciprocité aux citoyens américains.

     

    Le «décret Trump», visant à lutter contre les «terroristes islamistes radicaux», a suscité immédiatement l'inquiétude de l'ONU qui a demandé aux Etats-Unis de conserver leur tradition d'accueil. Plusieurs associations de défense des droits civiques ont décidé d'attaquer cette mesure en justice, alors que deux Irakiens ont été interpellés à l'aéroport JFK de New York.

     

    KLM refuse d'embarquer sept personnes vers les Etats-Unis. La société aérienne néerlandaise KLM a refusé d'embarquer sept personnes. «Nous aurions bien aimé les faire voyager avec nous mais cela n'a pas beaucoup de sens, l'entrée du pays leur aurait été refusée», a affirmé une porte-parole de KLM, Manel Vrijenhoek pour justifier sa décision. Sur les sept personnes, cinq ont pu être prévenues avant leur embarquement, a-t-elle ajouté, refusant de donner des détails sur la nationalité de ces voyageurs, leur aéroport d'origine ou leurs destinations. Deux personnes ont été informées lors d'une escale et KLM leur a offert le voyage de retour. «Il y a une semaine, ils auraient pu voyager sans problèmes, ils avaient les papiers nécessaires mais aujourd'hui, ils n'auraient pas pu entrer dans le pays», a souligné la porte-parole.

     

      

    Emirates, Turkish Airlines et Etihad Airways n'acceptent pas les Iraniens. Concrètement ce samedi, des responsables de deux agences de voyage ont affirmé avoir reçu des instructions de la part des compagnies Emirates, Turkish Airlines et Etihad Airways, de ne plus vendre de billet à des Iraniens ayant un visa américain car ces dernières refusent de les embarquer à bord. Une Iranienne, étudiante en gestion en Californie, devait retourner le 4 février aux Etats-Unis. «J'avais un billet sur Turkish (Airlines) le 4 février, mais il a été annulé», a-t-elle déclaré sous couvert de l'anonymat. L'Iran et les Etats-Unis n'ont plus de relations diplomatiques depuis plus de 37 ans, mais environ un million d'Iraniens vivent aux Etats-Unis.

     

    Téhéran prend une mesure similaire. «La République islamique d'Iran (...), tout en respectant le peuple américain et pour défendre les droits de ses citoyens, a décidé d'appliquer la réciprocité après la décision insultante des Etats-Unis concernant les ressortissants iraniens et tant que cette mesure n'aura pas été levée», a indiqué le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué repris par la télévision d'Etat. Le ministère iranien a également ordonné aux ambassades et consulats iraniens de prendre des mesures pour aider les ressortissants iraniens qui sont «empêchés de rentrer à leur domicile, sur leurs lieux de travail et d'études» aux Etats-Unis.

     

    Une famille irakienne bloquée en Egypte. Au Caire (Egypte), un couple irakien et leurs deux enfants qui avaient réservé des billets sur un vol de la compagnie EgyptAir ont été informés qu'ils ne pouvaient pas embarquer en raison des nouvelles règles, ont indiqué ces responsables. Selon eux, cette famille disposait cependant de visas pour les Etats-Unis.

     

    Une action en justice. Plusieurs associations de défense des droits civiques américaines ont attaqué samedi en justice ce décret. La plainte contre le président Trump et le ministère de la Sécurité intérieure a été déposée samedi matin devant un tribunal fédéral de New York par l'American Civil Liberties Union et d'autres associations de défense des droits et des immigrés, qui exigent notamment la libération de deux citoyens irakiens interpellés vendredi soir à l'aéroport JF Kennedy sur la base du décret qui venait à peine d'être promulgué.

    Les associations ont demandé à ce qu'ils soient relâchés et qu'ils puissent au moins exercer leur droit à déposer une demande d'asile aux Etats-Unis pour éviter d'être renvoyés en Irak, où ils ont de bonnes raisons de craindre pour leur sécurité. L'un des deux Irakiens, un interprète qui avait travaillé au nom du gouvernement des États-Unis en Irak, a été relâché au bout de dix-neuf heures, selon le «New York Times». Les associations souhaitent que cette plainte concerne toutes les personnes dans le même cas qui pourraient se voir bloquées dans les aéroports.

     

    Une manifestation a lieu au terminal 4 de l'aéroport new-yorkais (tweet ci-dessous)

    Capture.GIF Amérique terre de migrants.GIF

     

     

          Des soldats irakiens dénoncent le décret Trump. A Mossoul, des soldats irakiens pestent contre le décret du président américain Donald Trump, ne comprenant pas pourquoi ils seraient empêchés d'aller aux Etats-Unis alors qu'eux mêmes luttent contre un groupe terroriste. «Ce n'est pas juste! (...) Je devrais avoir le droit de visiter ma famille», plaide Assem Ayad, un soldat de 23 ans déployé dans la grande cité septentrionale qui dit avoir trois cousins vivant au Texas, dans le sud des Etats-Unis.

       

    L'appel de l'ONU pour l'accueil des réfugiés

     

    L'ONU a appelé samedi le président américain Donald Trump à poursuivre la longue tradition d'accueil des réfugiés aux Etats-Unis et à ne pas faire de distinction de race, de nationalité ou de religion. Dans une déclaration conjointe, l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) et le Haut-Commissariat aux réfugiés (HCR) ont rappelé que «le programme américain de réinsertion est l'un des plus importants dans le monde».

     

    «Les places de réinsertion offertes par chaque pays sont vitales. L'OIM et le HCR espèrent que les Etats-Unis vont continuer à jouer leur rôle important de leader et poursuivre leur longue tradition de protection de ceux qui fuient les conflits et les persécutions», ajoute leur déclaration.

     

    Washington a annoncé arrêter pendant quatre mois le programme fédéral d'admission et de réinstallation de réfugiés de pays en guerre, toutes nationalités confondues y compris les Syriens.

    Le Parisien

  • Journée de l'Holocause: Trump ne mentionne pas les Juifs

    Le président américain Donald Trump a promis ce vendredi « la tolérance partout dans le monde » à l’occasion de la journée mondiale à la mémoire des victimes de l’Holocauste, sans évoquer spécifiquement les Juifs. Dans ce communiqué, il rend hommage aux « victimes, survivants et héros » de l’Holocauste sans citer nommément les Juifs.

    L’association Anti-Defamation League, qui recense les actes d’antisémitisme, a jugé cet oubli étrange. « C’est déconcertant et inquiétant que le communiqué de la Maison Blanche ne fasse pas mention des Juifs. Les présidents républicains et démocrates l’ont fait dans le passé », a tweeté le directeur de l’ADL Jonathan Greenblatt.

    En 2016, l’ex-président Barack Obama avait salué la mémoire des « six millions de Juifs et des millions d’autres (personnes) assassinés par les Nazis pendant l’Holocauste ». Quand le président George W. Bush avait commémoré le 60e anniversaire de la libération du camp d’Auschwitz en 2005, il avait déclaré: c’est un « rappel que lorsque nous rencontrons de l’antisémitisme, nous devons nous rassembler pour le combattre ».

    BV

  • Trump : « Madonna est dégoûtante et fait honte au pays »

     

    10h24

    Donald Trump a déclaré lors d’une interview à Fox News le 26 janvier 2017 que Madonna était dégoûtante et que ses propos faisaient honte aux Etats-Unis. La star américaine avait déclaré vouloir faire exploser la Maison Blanche lors de la « Marche Pour Les Femmes » du week-end dernier.

    Sean Hannity : « Quand vous avez vu la Marche Pour Les Femmes ce week-end et entendu Madonna dire : « J’ai très fortement pensé à faire exploser la Maison Blanche. », imaginez si j’avais dit ça quand Barack Obama était ici … »

    Donald Trump : « Honnêtement, elle est dégoûtante. Elle fait beaucoup de mal à elle-même et à toute sa … cause. C’est valable pour elle et beaucoup d’autres, mais pour elle tout particulièrement. Ses propos font honte à notre pays. »

  • Justice. La langue française devient un motif de discrimination!

     

     

    27/01/2017 – 19H00 Paris  (Breizh-info.com) – Il est désormais interdit de pratiquer la discrimination vis à vis d’un individu sur la base de critères linguistiques.  C’est ce que préconise la loi de modernisation de la justice. Le changement, discret, de l’article 225 du code pénal introduit la notion de discrimination linguistique en faveur des étrangers ne parlant pas français.

    La loi dite de “modernisation de la justice” instaure une véritable préférence étrangère en France. Pour la première fois en France, il est en effet établi comme discriminatoire d’opérer «toute distinction entre les personnes morales sur le fondement […] de la capacité à s’exprimer dans une langue autre que le français». Comprenez langue étrangère et/ou langue régionale.

    Concrètement il est désormais interdit de refuser la vente d’un bien ou la location d’un appartement à un individu sous prétexte qu’il ne parle pas français. Le Français, vendeur, employé ou fonctionnaire doit désormais s’adapter et être en mesure de communiquer avec l’étranger, et, le cas échéant se payer les services d’un traducteur en bambara, en zulu ou en afghan pour pouvoir conclure un contrat. En cas d’infraction au texte les Français encourent 3 ans d’emprisonnement et 45 000 € d’amende.

     

    Avec cet article, c’est un outil supplémentaire qui est offert aux officines dites “anti racistes” contre les citoyens français. Loin d’être anecdotique le texte s’inscrit dans un mouvement de fonds.

    Depuis plusieurs années, le législateur quelle que soit la coloration politique de la majorité, n’a de cesse de créer des textes d’exceptions au profit de minorités. Sont ainsi créées des circonstances aggravantes au nom du racisme, de l’antisémitisme, de l’orientation sexuelle ou du sexisme. Se détachant progressivement de la loi comme texte à portée impersonnelle et générale, le droit français est de plus en plus soumis aux exigences idéologiques et communautaristes et cela toujours au détriment de la majorité.

    En plus d’être nuisible au justiciable français, ce texte sera très difficile à appliquer et risque d’être coûteux puisqu’il induit le recours systématique à des traducteurs devant un appareil judiciaire déjà en manque de moyens.

    Seule exception :  le champ professionnel. La loi prévoit en effet un aménagement possible s’il est, dans le cadre de l’entreprise, «une exigence essentielle et déterminante» obligeant les employés à manier le français et une langue étrangère.

    Question qui intéressera la Bretagne, : les locuteurs bretons refusant de louer un appartenant à un individu ne parlant que le swahili seront ils eux aussi condamnés ?

    Crédit photo : DR
    [cc] Breizh-info.com, 2017 Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

  • Pénélopegate: on est mal, on est mal!

    http://www.causeur.fr/francois-penelope-fillon-sarkozy-macron-42378.html

    Une analyse juridique de l'affaire