Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Blog - Page 351

  • Ni pardon, ni oubli, ni preuves

     

    La justice allemande échoue à envoyer une ex-SS grabataire en prison

    Hilde Michnia, une Allemande de 93 ans, qui était affectée aux cuisines dans le camp de Bergen-Belsen, est persécutée depuis un an pour avoir, dit-on, participé, en tant que gardienne SS, à la marche de la mort menant les détenues de Gross-Rosen au camp de travail de Guben, une marche au cours de laquelle 1.400 femmes sur 2.000 seraient mortes.

    Un témoin avait pu confirmer la méchanceté de cette femme : il a affirmé l’avoir vue administrer des coups de trique et de pied à deux hommes qui avaient volé deux navets dans la cuisine...

    Un an plus tard, le ministère public de Hambourg avoue qu’après douze mois d’enquête, il a fallu arrêter la procédure, le 24 février 2016, pour « manque de preuves ». Si Hilde Michnia, 94 ans désormais, reconnaît bien avoir participé, en janvier 1945, à l’évacuation du camp de Gross Rosen, en revanche elle n’aurait pas dépassé les 60 premiers kilomètres et aurait retrouvé là une parente tandis que, après 5 jours de pause, la colonne repartait pour Bergen-Belsen, camp qu’elle allait rejoindre un peu plus tard.

    Le tribunal a donc estimé que, faute de preuves, il n’était pas possible de lui imputer la mort des détenues qui avaient succombé à cette marche.

  • Pape François : « On peut parler aujourd’hui d’invasion arabe. C’est un fait social »

     

    16h11

    Mardi 1er mars le pape François a reçu à Rome, en audience privée, une délégation d’acteurs du christianisme social. Une rencontre organisée à l’initiative des Poissons roses et à laquelle Jean-Pierre Denis, directeur de la rédaction de La Vie, participait. Récit.

     

    (…) L’Europe, un lieu devenu vide ? L’expression est forte. Elle vise juste et fait mal. Elle est aussi angoissante. Car dans l’histoire des civilisations le vide appelle toujours le plein. D’ailleurs, le pape se fait clinique. « On peut parler aujourd’hui d’invasion arabe. C’est un fait social », affirme-t-il froidement, comme on relèverait que le fond de l’air est frais. Mais il enchaîne très vite, et les théoriciens du « grand remplacement » cher à l’extrême-droite en seront cette fois pour leurs frais : « Combien d’invasions l’Europe a connu tout au long de son histoire ! Elle a toujours su se surmonter elle-même, aller de l’avant pour se trouver ensuite comme agrandie par l’échange entre les cultures. » Quel homme d’Etat portera un tel renouveau ? « Parfois je me demande où vous trouverez un Schuman ou un Adenauer, ces grands fondateurs de l’union européenne », soupire le pape. Et d’enchaîner sur la crise de l’Europe, minée par les égoïsmes nationaux, les petits marchandages et les jeux à courte vue. « On confond la politique avec des arrangements de circonstance. Bien sûr il faut aller à la table de négociation, mais seulement si l’on est conscient qu’il faut perdre quelque chose pour que tout le monde gagne. »

    (…) La Vie

    Bergoglio devrait recevoir le prix Coudenhove-Kalergi !

     

  • La Grande Trahison. Par Antonin Campana

    ob_0e4a9c_la-trahison-des-elites-europeennes-o.jpg

     

    Publié par Antonin Campana sur 1 Mars 2016, 15:19pm

    Catégories : #Perspectives Autochtones

    [Les « élites » ne sont pas au service du peuple : elles servent avec cynisme le mondialisme qui détruit les peuples. Ce ne fut pas toujours le cas : voici une petite histoire d’une grande trahison.]

     

    Jusqu’en 1789, les élites françaises s’organisent principalement autour d’une aristocratie héréditaire qui se veut la fine fleur du peuple de France. Ces élites conçoivent le peuple comme un ordre vital et hiérarchique dont elles occupent le sommet : autrement dit, elles ne se pensent pas extérieures au peuple. Le pouvoir qu’elles exercent repose sur la Tradition. Il a donc une assise sacrée liée à une histoire, une culture et une religion spécifiques. Toutes proportions gardées, ce pouvoir est ethnologiquement de même nature que celui des chefferies africaines ou amérindiennes : c’est un « pouvoir traditionnel » organique indissociable du « peuple ».

    A partir de 1789, ces élites traditionnelles vont être décimées. La violence et le meurtre vont imposer  artificiellement de nouvelles élites. Le réfractaire ne peut comprendre ce qu’il se passe aujourd’hui, le Grand remplacement par exemple, s’il n’a pas compris que ces élites nouvelles sont d’une toute autre nature. Alors que les anciennes élites se voulaient liées par l’histoire, la culture, la religion, les coutumes… à un peuple particulier et comparable à nul autre, les nouvelles élites ne jureront que par « l’Homme ». Alors que les anciennes élites se justifiaient par une Tradition enracinée, les nouvelles s’imposeront par le « Droit universel ». En 1789, pour la première fois dans notre histoire, une « aristocratie » justifiée par une idéologie s’empare du pouvoir politique par un coup d’Etat. Cette aristocratie ne raisonne plus selon les normes traditionnelles du système Westphalien ou en fonction des seuls intérêts nationaux mais selon les critères d’une idéologie à prétention universelle : une idéologie mondialiste. Pour cette aristocratie républicaine mondialiste, la France est un moyen, un laboratoire, une étape nécessaire qui doit mener à un monde organisé selon le système républicain. Dans ce contexte, le recours à une « patrie » assimilée à la République,  apparaît comme une technique de manipulation qui entraînera le pauvre peuple de France dans des conquêtes sans utilité autre qu’idéologique : abattre des « tyrans » pour installer des « républiques sœurs ».

    Cette nouvelle aristocratie républicaine se veut « française », mais cela est strictement juridique. Elle appartient au genre humain et prétend représenter l’humanité globale. Elle ne s’adresse pas à des « Français », mais à l’Homme en général. Elle se veut universelle par ses principes, ses aspirations, ses lois, son droit, son esprit. Elle transcende la francité : tous les hommes, sans distinctions, peuvent et doivent reconnaître la prééminence de ses valeurs. Autrement dit, pour la première fois dans notre histoire, les élites font sécession du peuple pour rejoindre l’Universel. Pour la première fois dans notre histoire, notre peuple est dissocié de ses élites et trahi par celles-ci.

    Entre 1799 et 1875 auront lieu plusieurs tentatives pour installer ou restaurer des élites nationales (nouvelle noblesse militaire de Napoléon Ier, Contre-révolution, Ordre moral mais aussi, un peu plus tard, syndicalisme révolutionnaire…).

    A partir de 1875, les mondialistes républicains reprennent définitivement le pouvoir. Leur stratégie politique va s’exercer dans deux directions complémentaires.

    D’une part identifier la République à la France et la France à la République de manière à manipuler le sentiment d’appartenance et le patriotisme (enseignement scolaire d’un « roman national » dont la République est l’aboutissement lumineux, le 14 juillet devient « fête nationale » (1880), le drapeau tricolore s’impose comme le « drapeau français », Marianne symbolise la France (1877), la Marseillaise devient le chant national français (1879), la République se dit « française », la devise républicaine devient celle de la France (1880)…).

    D’autre part reprendre la stratégie de conquête territoriale afin de mondialiser le républicanisme. Le patriotisme dévoyé est alors utilisé pour coloniser des continents et les « civiliser » selon les principes républicains. Il est aussi le vecteur principal, par le culte de la revanche et d’une germanophobie militante, d’une guerre pour le « droit » et la « liberté » (commencée en 1914 et terminée en 1945) qui va définitivement éliminer les aristocraties traditionnelles européennes. 

    A partir de 1945, deux faits historiques bouleversent les rapports de force. D’une part le mondialisme l’a définitivement emporté dans le monde occidental : la conquête idéologique commencée avec les guerres de la  Révolution se termine avec la guerre mondiale. D’autre part, la bombe atomique et la dissuasion nucléaire rendent inutile le « peuple en arme ».  Autrement dit, le discours patriotique des républicains, qui jurait avec le mondialisme affiché, n’a plus lieu d’être.

    Commencent alors à fleurir les propos antimilitaristes, l’objection de conscience, la redutio ad hitlerum du patriotisme, du drapeau, de l’armée, des CRS ou de la Police. La « France » doit rendre compte jusque dans la loi de son histoire, de ses colonies, de la traite négrière, de Vichy… Or, tous ces gens, sans exception, qui vomissent notre pays sont des républicains. Le contexte est désormais favorable à un mondialisme intégral et non pollué par un discours patriotique nauséabond. Ils ne s’en privent pas. On parle de la fin des Nations, on parle « Europe » ou union transatlantique. C’est l’époque du mondialisme triomphant, des sociétés ouvertes, de la fin de l’histoire, de la Trilatérale, du groupe de Bilderberg et du Siècle (cf. notre article). Les élites républicaines tombent les masques !

    Les élites tombent les masques, mais trop vite et trop tôt ! A peine le temps de souffler que déjà émerge Al-Qaïda et Daesh, que surviennent le 07 janvier 2015 et les attentats : retour de l’histoire, retour des identités, remise en cause radicale du mondialisme occidental. Fin de la dissuasion nucléaire aussi : que peut faire une bombe face à une foi ? Brutalement, notre apprenons que « nous sommes en guerre », nous basculons en 1914, si ce n’est en 1900 au temps de la laïcité militante. Et que voyons-nous ? Les élites mondialistes qui salissaient notre pays il y a peu, se mettent soudain  à parler de la France avec des trémolos dans la voix, réhabilitent le patriotisme, en appellent au peuple pour sauver la République, c’est-à-dire leur rêve de société mondiale. 

    Ces « élites » qui se sont installées par la violence en 1789, qui nous gouvernent depuis les années 1880, ont fait sécession de notre peuple, l’ont trahi et n’ont cessé de le manipuler pour servir les intérêts mondialistes. Ne soyons pas dupes de ces discours patriotiques dépoussiérés dans l’urgence. Ne soyons pas dupes des identifications de la République à la France ou de la réduction de notre identité enracinée à de dérisoires « valeurs universelles ».  Trop des nôtres, déjà, sont morts pour le mondialisme en croyant mourir pour la Patrie. Notre peuple a été victime d’une grande trahison. Il faudra que cela se paie.

    Antonin Campana

  • D'où viens-tu ?

    791296DE30.jpg

    DélitD'images

  • AUDIO - Entretien avec Marion Maréchal-Le Pen

    http://fr.novopress.info/198963/entretien-marion-marechal-pen/?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+novopressfrance+%28%3A%3A+Novopress.info+%7C+Agence+de+presse+ind%C3%A9pendante%29

    marion_marechal_le_pen_regionales_2015.jpg

  • TVL - JOURNAL DU MERCREDI 2 MARS 2016 : SOCIÉTÉ / MARINE LE PEN AU SECOURS DES AGRICULTEURS

    https://youtu.be/cHTt7Bzl5K0

    1) Société / M. Le Pen au secours des agriculteurs
    2) Politique / A quoi joue Martine Aubry ?
    3) Société / Le charbon : l’ennemi n°1 du climat
    4) International / Le super mardi pour Trump et Clinton
    5) L’actualité en bref

  • L’oscar de la diversité pour nos césars

    thumb.jpg

     

     

    Jean Ansar

    A-t-on le droit de préférer le « Revenant » à « Fatima » ?

    Notre presse idéologique est contente. Elle a pu nous donner de césars en oscars des leçons d’antiracisme pendant trois jours entre deux informations sur les pauvres migrants bloqués en Grèce.

    Tout d’abord un immense sujet de satisfaction

    Le cinéma français l’est de moins en moins. C’est un cinéma qui s’inscrit fièrement dans la préférence étrangère. Que d’Algériens, de Turcs et autres talents de la diversité pour bien démontrer combien notre courageux monde du cinéma résiste avec courage à la lepénisation des esprits. Rien à voir avec ces balourds d’américains qui en sont encore à récompenser du cinéma spectacle, incapables même d’établir des quotas en attendant la parité pour les talents noirs.

    Et notre belle presse de dénoncer le Hollywood des blancs. Tout cela sans dire vraiment qui a fait Hollywood, qui le domine, qui le finance et s en sert depuis toujours comme d’une formidable fabrique des esprits.

    La ségrégation serait elle de retour ?

    Difficile à croire dans un cinéma où les noirs sont toujours innocents et persécutés, les femmes admirables, les gros des génies de l’informatique et les homosexuels attendrissants. Le problème ce n’est pas le contenu, c’est la récompense. S’il y a un problème de suprématisme blanc ce n’est certes pas le cas chez nous. C’est pourquoi on ose à peine écrire qu’on ira voir Le Revenant et pas Fatima.

    Nos critiques n’ont que mépris pour cette aventure dans le grand nord glacé d’un Edmond Dantès des grands espaces entre ours et indiens survivant dans les tempêtes pour revenir se venger. Ils n’ont qu’admiration pour la femme de ménage voilée d’origine algérienne dont la banalité de vie est forcément une épopée sociale qui a du sens. C’est facile d’écrire comme eux.

    Peu importe si seules Fatima, sa famille, sans doute nombreuse cependant, et quelques amis iront voir ce film qui parait-il est bon. Il ne manquerait plus que le cinéma français attire le grand public, ce ramassis de populistes. On est pas mieux entre nous ?
    Des césars de la diversité et féministes comme le note Le Figaro. Il faudra bien sûr un quota mais pour les hommes et les indigènes.

    On laissera donc le césar de l’antiracisme ridicule de cette chronique à Adèle Haenel, qui a estimé, le cinéma français, «blanc et masculin» lors d’une interview pour Télérama, dont elle fait la Une. Franchement c’est difficile à défendre. Elle aurait sans doute donné les oscars à Star Wars qui n’a rien obtenu, à son acteur noir insipide et à la nouvelle héroïne peu convaincante.

    Hollywood a toujours fait de l’idéologie. Le classique Spotlight mettant en valeur un journalisme d’investigation dénonçant la connivence de l’église catholique pour ses pédophiles en soutane en est une preuve. L’anti-catholicisme est assez bien vu à Hollywood, mais il faut dire que le sujet s’y prête vraiment.

    Le meilleur film étranger aussi qui a tant déçu nos critiques. Ils auraient bien vu un film très turc sur les femmes récompenser la France. Méconnaissance complète d’Hollywood, car là aussi on a eu du classique avec Le fils de SaulLe film montre, début octobre 1944, deux journées de la vie de Saul Ausländer, prisonnier juif hongrois à Auschwitz. Il fait partie du Sonderkommando de l’un des fours crématoires, groupe d’ouvriers strictement séparé du reste du camp et qui, tout en attendant leur propre exécution à tout moment, est forcé de participer à la crémation et à la dispersion des cendres des victimes de l’extermination massive. Saul croit reconnaître son fils dans un enfant mort, et décide de tenter de le sauver de l’incinération et d’entrer en contact avec un rabbin, avec qui il l’enterrera selon le rite approprié.

    Á Hollywood le palmarès très politiquement correct aime les films qui ont du souffle. En France le palmarès encore plus politiquement correct préfère les films à prétentions intellectuelles.

    On se mord la queue en se scrutant le nombril et c’est au niveau des scénarios, à l’exception notable de Jean-Jacques Annaud, que la diversité nous manque.

    METAMAG

    (merci à Dirk)

  • Marine Le Pen aux éleveurs: Si on attend que Bruxelles ... (VIDEO)

    http://www.ndf.fr/nos-breves/01-03-2016/marine-le-pen-si-on-attend-que-bruxelles-donne-son-autorisation-les-eleveurs-vont-mourir#.VtZSBZX2aM8

  • Donald Trump : Super Tuesday

    Capture.PNG Columbus.PNG

    Capture.PNG Trump 2.PNG

    Capture.PNG Trump 1.PNG

     

  • Londres : Ni femmes ni Noël dans les livres de deux écoles juives

    144730londjew.jpg

    "Les femmes sont priées de marcher seulement le long de ce côté de la route"

     

    23h59

    Elles étaient rhabillées ou tout simplement supprimées. Les femmes n’étaient pas les bienvenues dans les livres de ces deux écoles juives ultra-orthodoxes de Londres. L’inspection académique s’est saisie de l’affaire.

     Ce n’est pas en Arabie Saoudite que cela se passe, mais au Royaume-Uni. Les ultra-orthodoxes juifs ont récidivé. L’année dernière, ils avaient interdit aux femmes de conduire leurs enfants à l’école en voiture, précisant que dans une telle situation, « aucun écolier ne serait admis » au sein de l’établissement. Cette année, ils ont tout simplement effacé les femmes qui apparaissaient dans les livres scolaires, rapporte The Guardian.

    [...]

    Les deux écoles ne se sont pas contentées de faire disparaître les femmes, elles ont également barré le mot « Noël » à chaque fois qu’il apparaissait dans un livre de lecture pour CE2.

    BFMTV.

     

  • Toulouse : violées par une dizaine d’hommes sur le parking d’une discothèque

     

    04/02

    Deux jeunes filles âgées de 19 ans et 20 ans ont été agressées et violées, dans la nuit du 23 au 24 janvier, sur le parking d’une discothèque toulousaine. Une dizaine de suspects a été appréhendée hier par les enquêteurs de la sûreté départementale (…)

     

    C’est à ce moment que les choses ont basculé. Alors que les deux jeunes filles voulaient simplement faire connaissance, elles ont été amenées par les deux hommes auprès d’autres garçons, dans un véhicule, sur le parking de la discothèque. Sans ménagement, l’une d’entre elles a été contrainte à de nombreux rapports sexuels avec plusieurs partenaires. Son amie, elle aussi, a subi des viols. La scène d’horreur aurait duré plusieurs heures avant que leurs bourreaux ne les laissent repartir.Il s’agit d’hommes âgés, pour la plupart, de 18 ans à 27 ans, tous membres de la communauté des gens du voyage.

    La Dépêche

    Merci à T M

  • Ardennes: une sexagénaire handicapée frappée de 8 coups de couteau

     

       
  • VIDEO - Trump peut-il être élu président des Etats-Unis ?

    http://www.leparisien.fr/international/video-trump-l-ovni-qui-fascine-l-amerique-01-03-2016-5589001.php

  • États-Unis : Une policière blanche abattue par un afro-américain lors de sa première patrouille

    476882USA.jpg policière abattue par afro-américain.jpg

     

    22h50

    Une policière américaine n’a pas pu terminer sa première journée de travail, puisqu’elle a été tuée par balle après être intervenue dans une dispute familiale. Ashley Guindon a été abattue samedi après-midi par Ronald Hamilton, qui a également blessé deux autres de ses collègues policiers, a rapporté le «Washington Post».

     

    Ashley Guindon, 28 ans, a perdu la vie samedi à Woodbridge (Virginie). La jeune femme, membre de la police du comté de Prince William, était intervenue pour mettre fin à une dispute conjugale opposant un sergent de l’armée à son épouse. Une fois les forces de l’ordre arrivées sur place, il était trop tard: Ronald Hamilton avait déjà abattu sa femme.

    En voyant les agents arriver, l’homme a ouvert le feu, tuant Ashley. Les collègues de la jeune femme sont sous le choc, et pour cause: l’Américaine venait de prêter serment. Elle l’avait fait vendredi, avant de prendre officiellement ses fonctions le lendemain, rapporte USA Today. C’est donc lors de sa première journée de travail qu’Ashley a trouvé la mort.

    20 Minutes

    Merci à Jesse James

  • Le sordide « attentat » d’une nounou voilée à Moscou

    allah-akbar.jpg

    On sentait, confusément, qu’un jour cela arriverait. Parce qu’à chaque fois - c’est l’implacable logique islamiste - il faut bien gravir une marche.

    On sentait, confusément, qu’un jour cela arriverait. Parce qu’à chaque fois – c’est l’implacable logique islamiste -, il faut bien gravir une marche. Sinon, n’est-ce pas, tout le monde finirait par être blasé, habitué, blindé. En France, il y avait eu un « homme fait », Hervé Cornara. Il y aurait un jour, ici ou sur une autre terre « chrétienne », c’était écrit, un enfant. Et c’est à Moscou que cela s’est passé : une fillette de 4 ans a été décapitée. Par sa nounou, qui a ensuite incendié l’appartement, laissant le petit corps derrière elle pour gagner le centre-ville, couverte d’un hijab noir, et brandir la tête en criant « Allahu Akbar », « je suis une terroriste » et en menaçant de tout faire sauter.

    On lit que la femme – originaire d’Ouzbékistan, à majorité musulmane – était sous l’empire de stupéfiants et que son mari venait de la quitter. On lit aussi qu’elle va subir un « examen psychiatrique ». On peut imaginer, en effet, qu’elle n’est pas parfaitement équilibrée… Peut-être entendra-t-on demain qu’elle s’est « autoradicalisée », puisque cette pauvre parade-là, usée jusqu’au trognon, parvient encore à nous rasséréner ?

    Qu’elle soit dingue et droguée n’y change rien. Qu’elle n’ait pas été expressément téléguidée par tel commando organisé non plus. C’est le rituel morbide qui signe l’acte. Que Daech soit une armée constituée de soldats identifiés, d’un ramassis d’électrons libres fous furieux et dispersés ou bien des deux à la fois ne fait, in fine, pas grande différence : sa force de frappe est redoutable.

    On sentait, confusément, qu’un jour cela arriverait. Et c’est arrivé – si tout cela est confirmé – de la pire des façons.

    Parce que même si Moscou est loin, on se projette. La victime aurait pu être un enfant de 12 ans à bicyclette, assassiné par un barbu au coin d’une rue. Il aurait suffi, alors, de dire au nôtre de n’emprunter que les boulevards éclairés. Ou de prendre le bus. Et de faire gaffe aux barbus le regardant de travers. Mais dit-on à une fillette de 4 ans de se méfier de sa nounou ? Pourquoi pas, aussi, de son doudou ?

    Parce que la charge symbolique de cet assassinat est frappante. Comme l’écrit Caroline Ibos dans son livre Qui gardera nos enfants ? (Flammarion) : « À qui les couples de bobos hyperactifs confient-ils le plus souvent leurs enfants et leur appartement ? La réponse est la même à Paris qu’à Londres ou à New York : des femmes migrantes, originaires du monde pauvre, laissant leurs propres enfants au pays pour venir prendre soin de ceux de la bourgeoisie occidentale. » Des femmes majoritairement musulmanes. Souvent voilées.

    Une chose est de voir le terrorisme rentrer dans son pays. Une autre de l’imaginer dans son foyer. Et dans ce que l’on a de plus intime et de plus cher à l’intérieur de celui-ci : la chambre du bébé.

    « Chers parents, je suis une babysitteuse voilée, et alors ? », écrivait, en septembre 2012, une contributrice de L’Obs.

    Et alors, voilà.

    Toutes les « babysitteuses voilées », bien sûr, ne sont pas des terroristes, mais puisque le principe de précaution, chez nous, a force de loi, comment empêcherait-on les parents de l’appliquer, secrètement, dans un domaine aussi précieux que celui-là ? Un degré de plus dans la suspicion a été franchi. Et pas seulement à Moscou.

     
    BOULEVARD VOLTAIRE
  • "La conquête de l'espace"

    LP_dessin_La_conqu_-te_de_l_espace-7eac4-8b492.jpg Dessin.jpg