Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Blog - Page 350

  • Notre industrie de l’armement : une chance pour la France !

    46.jpg Thibaut de la Tocnaye.jpg

         Communiqués / 11 février 2016 / Étiquettes : /

    Facebook Twitter Email
     

    Communiqué de Thibaut de La Tocnaye, Ingénieur centralien, dirigeant-fondateur d’entreprises industrielles, Membre du Bureau Politique du FN

    Avec environ 16 milliards d’euros de commandes en 2015, les exportations de notre industrie d’armement ont atteint des records, permettant à la France de se placer juste derrière les Etats-Unis. Un succès qui matérialise l’excellence de notre savoir-faire technologique, dans un domaine qui représente 160 000 emplois, pratiquement non délocalisables. De plus la Recherche et Développement effectuée dans le cadre de notre industrie de défense, génère aussi des avancées et des retombées extrêmement importantes dans le domaine civil. Nous l’avons notamment constaté ces dernières années dans le domaine des télécoms, de la thermographie, de l’imagerie médicale, de la maintenance, de la cyber-sécurité, de l’aéronautique civile …

    Or, au moment même où notre pays est confronté à une menace terroriste multiforme, à la fois intérieure et extérieure, le budget de notre défense n’a jamais été aussi bas ! La paupérisation de notre outil militaire vient d’être pointée du doigt par la toute récente mission conjointe de l’inspection générale des finances et du contrôleur général des armées. Elle fait état d’une perte de 1 milliard d’euros sur la rallonge budgétaire de 3,8 milliards décidée l’été dernier, déjà insuffisante.

    Le FN entend, lui, redonner les moyens nécessaires à nos forces armées. Aussi, est-il vital non seulement de porter le budget de nos armées à 3% du PIB, afin que celles-ci soient équipées à la hauteur des missions qu’elles doivent relever, mais aussi de renforcer notre industrie de défense. Un jalon indispensable, à la nécessaire la ré-industrialisation de la France que Marine Le Pen et le FN appellent de leurs vœux.

    NPI

  • La peur s’est installée sur Calais… Témoignages

     




    11
     
    Download PDF

    La peur régne sur la ville. Ce n’est pas le très bon film d’Henri Verneuil, mais bien la réalité quotidienne de Calais, devenue depuis le camp de Sangatte, la ville maudite. Les témoignages des Calaisiens, si peu relayés par les médias aux ordres d’un pouvoir mollasson, sont éloquents. Additionnés les uns aux autres, ils nous font frémir de honte. Comment peut-on laisser une ville française mourir à petits feux ? Mourir de peur ?

    Ecouter ce marin-pêcheur sur la vidéo de Charlotte d’Ornenas déclarer : « On a peur, peur de sortir. Peur d’être volé. » « Mon radeau de survie a disparu une nuit, et je ne peux plus sortir en mer ». Laissez votre vélo 5 minutes, et vous le retrouverez dans la « jeuneguelle ». Sur la rocade, malgré la présence de mille policiers, CRS et gendarmes, qu’un camion ralentisse, et il est aussitôt pris d’assaut, ses cartons dévalisées, son chauffeur parfois frappé. « Le trafic des transporteurs a d’ailleurs fortement ralenti, affirme un habitant. Leurs patrons préfèrent les faire passer par la Belgique ».

    La page facebook de Kevin R. est éloquente. C’est un jeune homme de 22 ans, né et vivant à Calais qui n’a pas hésité à participer à la manifestation du 6 février. Il voulait écouter ce que le général Piquemal avait à leur dire. Mal lui en a pris : il s’est retrouvé gazé par des policiers sans état d’âme, puis interpellé et relâché après avoir décliné son identité. « Le général a été arrêté alors qu’il venait de nous demander de nous disperser dans le calme. Ce sont les policiers qui ont provoqué la bousculade ». Nombre de ses camarades commentent eux aussi sur sa page la situation de leur ville, hier prospère, véritable grenier des Anglais qui traversaient la Manche pour repartir avec des caisses de vins, de fromages, de denrées typiquement françaises.

    Certains, comme Damien, écrivent : « J’en ai marre de cette ville. Je cherche à partir ». Zoe est plus radicale : « Ca va mal finir, tout ça ! »

    NDF

  • EN IMAGES. Voici les 38 ministres et secrétaires d'Etat du gouvernement Valls

    http://www.leparisien.fr/politique/la-composition-integrale-du-nouveau-gouvernement-valls-11-02-2016-5536015.php

  • Robert Ménard tweete:

    Capture.PNG   Robert.PNG

  • Affaire Piquemal

    chevaliers-ordre-de-malte.jpg

    Chevaliers de l'Ordre de Malte

    Le général Christian Piquemal est, entre titres et distinctions, Commandeur de l'Ordre souverain de Malte.

    Se renseigner sur l'Ordre de Malte, qui est un ordre humanitaire fondé à Jérusalem en 1080.

     

  • Carnaval en Bavière : la réplique d’un tank nazi avec l’inscription « forces de défense de l’asile » fait scandale

    1602081424370088.jpg

     

    J-2

     

    Le défilé des chars est le moment-clé des carnavals. Mais en raison de la tempête qui menace, beaucoup ont été annulé, notamment celui de Düsseldorf ce matin. A Cologne, guère éloignée pourtant, le défilé est maintenu. Toujours sous haute surveillance policière, après les agressions du 31 décembre.
    Mais c’est un autre carnaval, bien moins connu, qui fait aujourd’hui la une: celui de Fasching, en Bavière. Dans la parade est apparu un char de bien mauvais goût, la réplique d’un tank nazi avec dette inscription: « forces de défense de l’asile ». L’association locale qui a organisé la parade s’est défendue, plaidant l’humour et précisant qu’aucun de ses membres ne sont des sympathisants d’extrême-droite, et que des réfugiés en font même partie. Mais le parquet local a ouvert une enquête

    France TV

  • Urgent : la Russie propose un cessez-le-feu en Syrie pour le 1er mars

    sans-titre.png

    Mariage d’un soldat syrien, dans les ruines de Homs

     

     

    « La Russie a proposé d’observer un cessez-le-feu à partir du 1er mars en Syrie, mais son offre n’a pas encore été acceptée, a annoncé mercredi un responsable occidental, faisant état de réserves américaines. » Source : Reuters

    N’oublions jamais qui sont les responsables des 260 000 morts, des millions de réfugiés et du pays ravagé par la guerre.

     

  • Islande à 1,9% de chômage : « nous n’aurions pas pu sortir de la crise si nous avions été membre de l’UE »

     

    L’information n’a pas fait la Une : «L’Islande a retrouvé son niveau de chômage d’avant la crise.» Un résultat impressionnant pour la petite île indépendante qui a connu l’une des pires crises économiques d’Europe. Depuis sa faillite retentissante en 2008, l’Islande et ses quelque 320.000 habitants ont réussi un retournement économique impressionnant. Avec quelles recettes?

    Le chômage en Islande est désormais de 1,9%, selon les chiffres officiels, le taux le plus bas depuis 2007. En 2007, le taux de chômage était de 1,3%…  Au plus fort de la crise, survenue en 2008, le chômage avait dépassé les 10% (avec des pointes à 12%).

    Pourtant, la crise islandaise a été un vrai tsunami pour cette île. « Peu de pays, voire aucun, avaient vécu une débâcle économique aussi catastrophique », notait le FMI à son propos.

    Ce petit miracle à l’islandaise s’explique. Selon le Premier ministre, «nous n’aurions pu sortir de la crise si nous avions été membre de l’Union européenne», avait-il dit en novembre 2015. Sigmundur Davíð Gunnlaugsson avait même été plus loin en affirmant que ne pas être membre de la zone euro avait été une chance pour l’Islande: «Si toutes ces dettes avaient été en euros, et si nous avions été obligés de faire la même chose que l’Irlande ou la Grèce et de prendre la responsabilité des dettes des banques en faillite, cela aurait été catastrophique pour nous sur le plan économique.

    Lire la suite

  • VIDEO - Des internes formés à l’étranger exclus d’hôpitaux français pour incompétence (Màj)

    http://www.allodocteurs.fr/embed/media/40188?autoplay=0

     

    18h32

    Plusieurs internes ont été exclus d’hôpitaux français pour cause d’incompétence. La plupart avaient effectué la première partie de leurs études en Roumanie, et grâce à l’équivalence des diplômes européens, étaient revenus en France pour leur stage d’internat. Mais après quelques semaines, ils ont été sortis des services et priés de suivre un stage (rémunéré) de remise à niveau de six mois.

     

    A priori, il n’y a pas eu d’accident car on les a retirés assez vite des services…

    Six d’entre eux étaient affectés à l’hôpital de Villeneuve-Saint-Georges, dans le Val-de-Marne. Cette exclusion est une première en France.

     

    Encore marginal, le phénomène n’en est pas moins inquiétant. Huit internes en médecine générale, tous formés à l’étranger, ont été exclus de leurs services pour cause d’incompétence. Six d’entre eux – trois Français ayant fait leurs études en Roumanie et trois Roumains ayant commencé leur cursus dans leur pays – étaient affectés à l’hôpital de Villeneuve-Saint-Georges, dans le Val-de-Marne, pour leur premier stage de six mois. « Un danger pour la santé ». En novembre, trois avaient été affectés en pneumologie, les trois autres en gastro-entérologie. Mais très vite, leurs tuteurs s’étaient rendus compte qu’ils n’avaient pas le niveau. Ils avaient alors averti le professeur Philippe Jaury, coordonnateur des internes, qui décida de les renvoyer de leurs services. « Ils ne connaissent pas la sémiologie, les signes cliniques. Ils n’ont pas du tout les compétences pour être mis en autonomie comme nos internes qui sont formés en France », explique Philippe Jaury. « Ils ne peuvent pas être de garde dans les hôpitaux, il faut tout vérifier. Je trouve que c’est un danger pour la santé. Vous vous rendez compte que l’interne qui vous soigne, il a eu trois examens classants de fin d’étude. Est-ce que vous pensez que c’est un bon médecin ? », continue le docteur.

    Formés dans d’autres hôpitaux. Renvoyés, les internes ont été placés dans d’autres hôpitaux pour y être formés pendant six mois, afin d’acquérir des compétences médicales, et pour certains, d’apprendre le français. Mais ils continueront à être payés, précise Jean-François Bergmann, qui accueille l’un de ces étudiants roumains, à Lariboisière, à Paris. « On l’a mis un peu dans un statut intermédiaire où il n’a pas la responsabilité de prescrire ou de faire des comptes rendus », explique-t-il. « Il voit les malades, fait des observations, nous les montre. Il essaye d’apprendre à tous les niveaux mais aujourd’hui, il a le niveau d’un étudiant en milieu de cursus de médecine. » Pour lui, cet étudiant ne sera jamais au niveau dans six mois.

    Europe 1

    Merci à Stormisbrewing

  • George Soros : "L’Union européenne est au bord de l’effondrement"

    http://www.egaliteetreconciliation.fr/George-Soros-L-Union-europeenne-est-au-bord-de-l-effondrement-37721.html

  • Donald Trump : «Si j'avais été au Bataclan j'aurais tiré»

    Ca2VsadXIAAp2iT.jpg Trump.jpg

     

    Dans une interview au magazine Valeurs actuelles, en kiosque jeudi 11 février, le candidat à la primaire républicaine, Donald Trump, évoque, en vrac, l'islam, l'immigration et les attentats de Paris du 13 novembre 2015.

     
    Advertisement
     
    C'est sa première interview à un média européen et Donald Trump a choisi le magazine français de droite Valeurs actuelles. Dans son édition à paraitre jeudi 11 février, le candidat à l'investiture du Parti républicain pour l'élection présidentielle américaine évoque en vrac l'islam, l'immigration et les attentats de Paris du 13 novembre 2015.

    «Vous pensez vraiment que, s’il y avait eu dans l’assistance quelques personnes armées et entraînées, cela se serait passé de la même façon ? Je ne le crois pas. Ils auraient tué les terroristes», commente-t-il. «C’est du bon sens. Je possède en permanence une arme sur moi. Je peux vous dire que si j’avais été au Bataclan ou dans un des cafés, j’aurais tiré. Je serais mort peut-être, mais j’aurais dégainé.»

    Il poursuit : «Malheureusement, la France n’est plus ce qu’elle était, et Paris non plus. Il y a des quartiers dont on a l’impression qu’ils sont devenus hors la loi, qu’ils sont, comme certains de vos essayistes l’ont écrit, des territoires perdus de la République. Des amis français me disent qu’ils ont parfois le sentiment de n’être plus vraiment chez eux quand ils se promènent çà et là dans leur pays.»
     

    Donald Trump, met également en garde l'Europe contre le risque de «révolutions» à venir sous l'impact d'une immigration incontrôlée. Il estime que la chancelière allemande Angela Merkel a commis une «terrible erreur» en ouvrant les frontières de l'Allemagne aux migrants syriens et irakiens fuyant la guerre dans leur pays. «Ce qui se passe en ce moment en Europe peut conduire à l'effondrement de celle-ci», dit-il. «Regardez ce qui se passe à Bruxelles (...) Elle est devenue aujourd'hui un camp retranché et armé, un bouillon de culture du terrorisme.»

    «Si on ne traite pas la situation avec compétence et fermeté, oui, c'est la fin de l'Europe. Et vous allez au-devant de véritables révolutions», ajoute le milliardaire, réputé pour ses déclarations à l'emporte-pièce, notamment contre l'islam. «Je pense que vous allez au-devant de bouleversements dont vous ne mesurez pas l'ampleur, si vos dirigeants politiques n'agissent pas de façon intelligente, rapide et énergique.»

    Donald Trump, qui avoue ne pas connaître personnellement d'hommes politiques français, dit en revanche avoir de très bonnes relations avec le président russe, Vladimir Poutine. «Il a dit que j'étais brillant. Cela prouve chez lui une certaine lucidité», ajoute-t-il.
  • VIDEO - Marion Maréchal-Le Pen invitée chez Jean-Jacques Bourdin

    https://youtu.be/Wp7e5peq1wo 

    Marion Maréchal-Le Pen votera contre la révision constitutionnelle
    09/02/2016 – POLITIQUE (NOVOpress)
    Au micro de Jean-Jacques Bourdin, Marion Maréchal-Le Pen a prévenu qu’elle voterait contre la révision constitutionnelle. « Je ne vois pas l’intérêt de cette constitutionnalisation de l’état d’urgence », a-t-elle expliqué, déplorant surtout que le texte en arrive à l’effet contraire de celui annoncé par le « président ».
    ». « L’objectif était d’élargir le périmètre de la déchéance de nationalité », tandis qu’aujourd’hui « la rédaction est faite de telle manière que nous arrivons à une restriction du droit existant », a-t-elle estimé. Un juste diagnostic du hollandisme : beaucoup de bruit pour rien, quand ce n’est pas beaucoup de bruit pour un désastre.

  • «Détail» des chambre à gaz : 30000 € requis contre Le Pen

    http://www.leparisien.fr/faits-divers/detail-des-chambre-a-gaz-30000-eur-requis-contre-le-pen-10-02-2016-5532907.php

    5532895_4f193b0ef4a08d2683d178203a8c2fbe56264060_545x460_autocrop.jpg

     

  • Etats-Unis: Trump et Sanders gagnent le New Hampshire, défaite cuisante pour Clinton

    http://www.bvoltaire.fr/breves/etats-unis-trump-et-sanders-gagnent-le-new-hampshire-defaite-cuisante-pour-clinton,237647?utm_source=La+Gazette+de+Boulevard+Voltaire&utm_campaign=5d61f47e59-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email&utm_term=0_71d6b02183-5d61f47e59-24089849&mc_cid=5d61f47e59&mc_eid=0b0d8f3739

  • Vers une prochaine aurore ? Le parasitisme des envahisseurs détruira l’Europe

    http://metamag.fr/2016/02/09/vers-une-prochaine-aurore-le-parasitisme-des-envahisseurs-detruira-leurope/

    thumb.jpg

     

  • Tous les crocodiles ont pleuré l’« église » des « migrants »

    temple_detruit_dans_la_jungle_de_calais.jpg

     

    Partager sur Facebook Tweeter

     

    09/02/2016 – FRANCE (NOVOpress)

    Jamais une église n’avait tenu tant de place dans les gros médias. Pas un journal n’a manqué, la semaine dernière, de titrer sur « la destruction d’une église et d’une mosquée » dans la jungle de Calais, par ordre de la préfecture : et c’est immanquablement, de l’Humanité au Figaro la photo de ladite église, une grande croix au-dessus des décombres, qui a été choisie pour illustrer l’article.

    Il fallait lire de très près pour découvrir, au détour d’une phrase, qu’il s’agissait d’une « église évangélique ». Or une « église évangélique », en français, cela s’appelle un temple. Le nom d’église est réservé aux lieux de culte catholiques ou orthodoxes, c’est-à-dire à des édifices consacrés, avec un autel sur lequel se célèbre le sacrifice. Ce n’est pas une chicane de théologie, c’est la définition du dictionnaire. Voyez le Trésor de la langue française : « église : édifice où les fidèles de la religion catholique ou orthodoxe se réunissent pour l’exercice du culte public ».

    Un temple protestant, spécialement dans la tradition réformée à laquelle se rattachent les évangéliques, n’est en aucune manière un espace sacré, mais un simple lieu de réunion, au même titre qu’une salle de spectacle. « Il nous faut donner garde, avertit Calvin dans l’Institution de la religion chrétienne (livre III, chapitre 20), d’estimer les temples propres habitacles de Dieu (comme on a fait par longues années) et dont notre Seigneur nous prête l’oreille de plus près : ou que nous leur attribuions quelque sainteté secrète, laquelle rende notre oraison meilleure devant Dieu ». On a démoli dans la jungle de Calais, pour des raisons de sécurité, un baraquement où les clandestins se réunissaient pour pratiquer le culte évangélique : ils se réuniront ailleurs, voilà tout.

    Présentée de cette manière, qui est la vraie, l’information, bien sûr, était moins susceptible de faire pleurer le bourgeois catholique. « Une mosquée et un temple », ça faisait moins d’effet. « Les défenseurs des migrants », complaisamment cités par les médias, ont donc pris soin de toujours parler d’« église ». Christian Salomé, « président de l’association l’Auberge des migrants », est allé jusqu’à prétendre en gémissant dans le Figaro qu’« il y avait encore une messe dans l’église hier ». Comme si les protestants évangéliques disaient la messe, qu’ils regardent comme une abomination !

     Que cette manipulation grossière ait fonctionné et que bon nombre de bourgeois catholiques aient dûment versé leurs larmes sur « l’église des réfugiés », à Radio Notre-Dame, dans les magazines pour chaisières et sur les réseaux sociaux, voilà qui n’étonnera pas ceux qui connaissent la jobardise de ce milieu, son inculture, y compris et d’abord religieuse, et aussi son snobisme : car manquer à pleurer sur les migrants, n’est-ce pas, ça fait peuple, ça fait vulgaire, ça fait beauf qui vote FN. Certains n’ont pas même craint de dénoncer un acte de « christianophobie » – selon le terme que ces gens ont cru subtil de forger, en s’imaginant qu’il aurait le même succès qu’« islamophobie » et qu’il les rendrait, eux aussi, intouchables.

     L’un d’entre eux – le même qui s’en était naguère pris à la crèche de Béziers comme une « provocation » au motif qu’elle n’était pas « traditionnelle » –, a recouru au procédé rhétorique toujours cher aux bourgeois qui veulent paraître pondérés, la fausse symétrie. Ceux qui s’indignent à « chaque dégradation d’église » auraient, à l’en croire, obligation de dénoncer « aussi celle-là ».
    tweet_temple_calais_03
    Comme s’il y avait quelque parallèle à faire entre les profanations routinières de nos églises – qui sont, du point de vue catholique, un sacrilège et, du point de vue français, un saccage de ce que Barrès appelait « la physionomie architecturale, la figure physique et morale de la terre française » – et la démolition administrative d’un lieu de culte étranger non-autorisé. Et de quel culte ! On n’ira pas jusqu’à reprendre le mot de Joseph de Maistre : l’islam et le paganisme « sont des religions, et le protestantisme n’en est point une ». Il est du moins évident que le protestantisme évangélique, répandu à travers le monde à force de dollars par des réseaux américains, est absolument étranger à la tradition française. Le véritable scandale, c’est de voir les médias du Système se préoccuper tout à coup de la destruction d’une « église », au seul motif que cette prétendue église est celle des soi-disant réfugiés, et que cette pseudo-information – tout comme à l’inverse le silence de principe sur les dévastations que subissent tous les jours les sanctuaires de notre terre et les monuments de nos morts –, peut servir la propagande immigrationniste. Tout est sacré chez les envahisseurs, rien ne l’est chez les autochtones.

    Flavien Blanchon

  • A la petite fille allemande violée par un migrant

    ob_d7a266_rduction-petite-marie-2.jpg

     Download PDF

    Il y a un mois, une petite fille Allemande de sept ans a été violée à Chemnitz (Saxe) par un migrant. Sa maman l’avait laissé jouer dans un parc dédié à la mémoire des victimes des fascismes, comme il y en a beaucoup en Allemagne. L’information n’a pas fait grand bruit, et ce n’est qu’un mois après que nous en prenons connaissance. J’ai eu envie de lui écrire.

    A la petite fille allemande violée par un migrant
    Ma chère petite européenne,
    Ma petite sœur,

    Tu ne sais pas, toi.

    Mon petit ange, tu ne dois pas comprendre ce qu’il t’est arrivé. Alors, pour plus tard sans doute, permets moi de t’expliquer.

    Pour que tu comprennes, il va d’abord falloir que je te raconte un peu d’Histoire. Vois-tu, au siècle dernier, il y a eu deux grandes guerres qui ont traumatisé les européens. La seconde, qui est le fruit de la première, a particulièrement choqué les consciences. Un homme a voulu redresser son pays et porter l’Europe et ses peuples au firmament de leur puissance, au mépris de tous les autres hommes et de tous les autres peuples. Il a commis beaucoup de crimes. Oh ! Ce n’était pas le seul, mais les gens n’ont retenu que les siens. Ils ont appelé cela « le fascisme ».

    Puis, cet homme, qui était Allemand comme toi, a perdu la guerre. Les Etats-Unis ont pris pied en Europe et pris en charge, pour beaucoup, la politique et la culture des pays de l’Europe. Quant aux européens, ils sont entrés peu à peu dans un immense sentiment de contrition à l’égard du passé. Ils se sont mis à se détester. A penser qu’ils étaient des méchants. Et tu sais ma chérie, quand on se déteste, on a envie de mourir, c’est tout simple. Quand tu t’intéresseras à la philosophie ma belle, tu pourras comprendre un peu ce qui s’appelle « le nihilisme européen » ou « la crise européenne » vu par des grands messieurs comme Husserl ou Nietzsche. Mais en attendant, tout ce que tu dois savoir est que tu es née à un moment où les grandes personnes autour de toi vivent dans la culpabilité et dans un état de ce que l’on appelle « schizophrénie », c’est à dire qu’ils sont à la fois contents de vivre dans des sociétés évoluées, mais à la fois un peu honteux d’être ce qu’ils sont. Et puis aussi ils pensent que leur passé, et leur identité qui en découle, ne donnent pas de quoi être fiers.

    C’est pour ça ma chérie qu’ils font des parcs comme dans lequel tu jouais. Des parcs pour leur rappeler à quel point ils ont été méchants, à quel point ce sont des mauvaises personnes. Ils sont même contents de se détester, ils sont fiers de s’en vouloir à ce point. Quand tu feras un peu de psychologie à la faculté, tu sauras que c’est ce que l’on appelle un état pervers, une fierté morbide. Il faut que tu saches que cet état est celui de beaucoup d’européens.

    A cause de cet état qui les pousse à se suicider, figures toi que les grandes personnes ont décidé de faire venir des millions et des millions de gens d’autres pays dans le tien. Pourquoi vas-tu me demander ? Eh bien parce qu’ils ont envie de se mélanger avec des gens vraiment différents pour disparaître, et aussi parce que ça sert les intérêts de gros puissants qui manipulent les peuples. Je ne vais pas entrer dans ces explications, tu te renseigneras un peu plus tard et tu comprendras vite.

    Au milieu de tout cela, ma chérie, il y a des petites filles comme toi. Des petits anges européens, porteur de plein de promesses comme tes ancêtres qui ont à peu près tout inventé sur cette planète. Mais je dois être honnête avec toi ma petite chérie : à cause de tout ce que je viens de te raconter, les grandes personnes se moquent un peu de toi. Tu passes après les gens qui viennent par millions d’Afrique, tu passes après l’intérêt qu’ils portent à des gens comme celui qui t’a fait du mal. D’ailleurs, on cache des tragédies comme celle que tu as vécue. On ne le fait pas savoir aux gens. En revanche si ton grand frère avait fait du mal à quelqu’un comme le migrant qui t’a agressée,sache que cela aurait fait la une de partout. On aurait incriminé « le fascisme ». C’est comme ça mon ange.

    En somme, cette histoire se résume ainsi : pendant que les grandes personnes pleurent sur les « méchancetés » de leurs ancêtres, leur petite fille se fait violer par un étranger.

    Tu ne savais pas tout cela petite chérie, tu n’y es pour rien, tu n’es fautive ni des actes de tes ancêtres ni de la bêtise des adultes. Mais, en grandissant, tu comprendras. Tu verras un peu tout le mal que les grandes personnes ont fait, en pensant parfois bien agir, mais en prenant souvent l’étiolement de leur âme pour de l’humanisme et de la générosité, comme disait Stendhal, un autre grand monsieur qui compte parmi tes ancêtres européens.

    Ma chérie, en revanche, je veux te dire une dernière chose : malgré les apparences et le monde horrible dans lequel tu es née, tu n’es pas seule. Il y a de plus en plus de gens pour qui tu comptes, et qui seraient prêts à mourir pour une petite européenne comme toi. Et ces gens n’oublieront pas ce qui t’est arrivé.

    Je t’embrasse ma petite sœur en Europe.

    Julien Rochedy

    DélitD'images

    NdB: Un très beau texte, à lire ou à relire. Merci à Julien Rochedy.

  • Lettre ouverte au général Piquemal

     
    Général, vous vous êtes conformé, par votre désobéissance passagère, à la Constitution qui précise que le peuple a le droit de destituer ceux qui le trahissent.

    Lorsque le président Reagan, décidé d’en finir avec la guerre froide, entama la « course aux étoiles » que les Soviétiques ne pouvaient suivre financièrement, le communisme s’effondra. Cependant, simultanément, les Allemands de l’Est, chaque lundi, marchaient pacifiquement pour contribuer à faire tomber le mur de Berlin. Ces marches de résistance au communisme sont donc une tradition de l’Est que n’arrive pas à comprendre l’Ouest.

    Votre déclaration sur RTL, taxant PEGIDA de mouvement « raciste, xénophobe et fasciste », ces mots de mépris sont le fruit de l’ignorance de ce qu’est PEGIDA. Ignorance entretenue par les médias aux ordres des pouvoirs outre-Rhin comme français, qui ne cessent de désigner ce mouvement comme « nazi, xénophobe, raciste, extrême droite », bref, toutes les insultes qui conviennent à l’intimidation et destinées à manipuler l’opinion publique, qui ne s’y trompe pourtant pas. La presse ment, ici comme en Allemagne.

    Nous avons été un grand nombre à avoir admiré votre intervention courageuse à Calais et à nous dire : « Enfin, quelque chose va bouger, un général s’exprime à nos côtés. » Puis votre arrestation arbitraire, ensuite votre hospitalisation, qui éveillèrent l’indignation générale. Vous l’aurez constaté sur les réseaux sociaux. Des pages de soutien se sont spontanément ouvertes, qui ont recueilli des dizaines de milliers de likes.

    Des politiques, seuls les gens du FN prirent votre défense. Le député Mariani, toutefois, a exprimé son dégoût face au traitement qui vous fut infligé. Là fut le crime. L’horreur absolue. Les médias sautèrent sur l’occasion pour mettre tout le monde dans le même sac. Tous vos soutiens appartiendraient donc, selon ces médias manipulateurs, au FN, parti honni devenu, dit-on, premier parti de France. Le parti « des frustrés ». Et d’en rajouter dans l’intimidation du public, de la manipulation contre PEGIDA, ce mouvement de « fachos patentés ».

    Pourtant, général, vous voyez les mêmes choses que nous, dissidents au régime, lanceurs d’alertes. Sinon, pourquoi auriez-vous fait ce déplacement à Calais ? Nous, dissidents, ne sommes ni racistes, ni fascistes, ni nazis ; nous acceptons le droit d’asile pour les vrais persécutés. Ce que nous n’acceptons pas, ce sont les mensonges, les trahisons et l’injustice faite à nos compatriotes en faveur de l’invasion islamisée.

    Jusqu’au week-end dernier, vous étiez inconnu du grand public. J’ignorais moi-même votre existence. J’ai donc appris que vous aviez servi la France, certes, mais les socialistes en particulier. Ces mêmes socialistes au bout du rouleau, sans légitimité aucune, qui viennent de vous rappeler à l’ordre de manière odieuse et dictatoriale, comme vous l’avez vous-même exprimé. Ces socialistes qui représentaient 80 % de la collaboration aux nazis.

    Quelle ne fut pas notre déception en écoutant vos derniers propos sur RTL ! L’abattement s’est emparé de moi, qui avais espéré qu’à travers vous, le régime retrouverait enfin la raison pour entendre le peuple que nous sommes.

    Général, vous vous êtes conformé, par votre désobéissance passagère, à la Constitution qui précise que le peuple a le droit de destituer ceux qui le trahissent. Nous sommes trahis depuis Giscard, premier responsable de nos maux, pour avoir permis le regroupement familial qui a contribué à créer une société parallèle musulmane, laquelle, de plus en plus, impose ses valeurs, ses coutumes, sans oublier les nombreuses conversions à leur religion drapée en idéologie politique.

    J’en termine pour vous dire que vous vous trompez sur PEGIDA, que vous êtes tout autant manipulé sur le sujet que le grand public. Puissiez-vous revenir à la raison et vous pencher avec attention sur ce mouvement d’origine d’Allemagne de l’Est qui se propage en Europe et qui, désormais, s’internationalise jusqu’en Australie.

     
    BOULEVARD VOLTAIRE
  • MIEGE

    z4001-1-770x733.jpg