Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Blog - Page 421

  • Allemagne : à 91 ans, une télégraphiste d'Auschwitz devant la justice des mineurs

    http://www.leparisien.fr/faits-divers/allemagne-a-91-ans-une-telegraphiste-d-auschwitz-devant-la-justice-des-mineurs-21-09-2015-5113989.php

  • Les islamistes dévoilent leur stratégie de conquête de l’Europe par le biais de l’immigration massive

    sans-titre.png imam.png

     

    Download PDF

     

    Prêche dans la célèbre mosquée de Jérusalem Al-Aqsa. Le Sheikh Mohammed Ayed, imam très connu dans le monde musulman, a prononcé un prêche dans lequel il indique clairement la volonté des islamistes de conquérir l’Europe par le biais de l’immigration massive.

    Son discours a été prononcé dans la célèbre mosquée al-Aqsa à Jérusalem, considérée comme l’un des lieux saints de l’islam , le 11 septembre dernier, date hautement symbolique.

    Ayed affirme sans complexes que le but des musulmans est « d’écraser sous leur botte »  les « infidèles » en Europe.

    « Les mécréants veulent nous tourmenter et nous humilier. Le Coran dit « les Juifs et les chrétiens ne seront jamais contents de vous » Mais nous ne suivrons jamais leur religion. Cette obscure nuit passera bientôt. Nous les écraserons sous notre botte, comme Allah le veut ! »

    Ayed explique ensuite que les pays européens accueillent le flot de migrants musulmans non pas pour des raisons humanitaires, mais pour répondre à leurs besoins de main d’œuvre, compte tenu de la situation démographique catastrophique en Europe de l’Ouest.

    « L’Allemagne ne cherche pas à accueillir les réfugiés syriens et iraquiens par compassion. L’Europe est devenue vieille et décadente. L’Europe a besoin de renforts humains. L’Allemagne a besoin de dizaines de milliers de travailleurs pour faire tourner ses usines ».

    Et le célèbre prédicateur termine par une vision de conquête musulmane :

    « Ils souhaitent que nous mourrions. Mais ils ont perdu leur fertilité. Ils cherchent donc la fertilité auprès des musulmans. Oui, nous allons leur donner la fertilité ! Nous allons nous multiplier parce que nous allons conquérir leurs pays ! Que cela vous plaise ou pas, Allemands, Américains, Français, Italiens, et tous les autres comme vous ! Accueillez les réfugiés ! Bientôt nous allons les rassembler au nom du Califat qui est en train de venir »

    NDF

  • Diana Johnstone : «La campagne américaine de dénigrement de la France semble avoir terrifié Paris»

    55fc2aa2c4618835208b4656.jpg Clinton.jpg

     

    Source: Reuters
    Le président français François Hollande et la secrétaire d'Etat américain Hillary Clinton
     

    Universitaire, journaliste et écrivaine américaine Diana Johnstone vient de publier le livre Hillary Clinton : la reine du chaos. RT France s’est entretenu avec l’auteur au sujet du dossier syrien et le rôle que peuvent y jouer la Russie et les USA.

    RT France : Dans votre livre, vous étudiez plusieurs interventions américaines dont les guerres en Irak et en Libye. A quel point le scénario syrien ressemble-t-il aux autres guerres menées par les Etats-Unis ?

    Diana Johnstone : Depuis la guerre du Kosovo contre la Serbie en 1999, on voit des variations du même scénario : en Irak, en Libye et maintenant en Syrie. Sous un prétexte ou un autre, les faiseurs d’opinion occidentaux proclament un état d’urgence dans le pays ciblé, dû aux agissements d’un «dictateur» qui «doit partir». En Syrie, comme en Libye et au Kosovo, l’OTAN soutient militairement un groupe de rebelles sans trop se préoccuper de ses antécédents criminels ou de ses objectifs réels, en présentant ses membres comme des «victimes» qui souhaitent installer «la démocratie». Après des bombardements humanitaires, le pays ainsi «sauvé» sombre dans le chaos.

    RT France : Est-ce une guerre gagnée pour les Etats-Unis ?

    D.J. : La caractéristique principale de ces guerres menées par les Etats-Unis est qu’elles ne sont ni gagnées ni perdues, dans le sens que l’on atteint jamais «la démocratie» proclamée comme objectif. On casse une société, produisant un désordre ingérable dont l’un des résultats est de provoquer des flots de réfugiés qui déferlent aujourd’hui sur l’Europe. C’est vrai, même pour la première guerre de la série. Sait-on que le deuxième plus grand nombre de demandeurs d’asile en Europe depuis des mois sont les Albanais du Kosovo, qui fuient leur pays «libéré» par l’OTAN ?

    RT France : Quel est donc l’objectif de ces guerres ?

    D.J. : Le véritable objectif de ces guerres n’est que négatif. Il ne s’agit pas de créer des démocraties et de défendre les droits de l’homme, mais de détruire un pays qui ne correspondrait pas aux impératifs de l’hégémonie américaine.

    En 2003, la France a eu le courage, applaudie par la plupart des pays du monde, de refuser la guerre américaine qui a détruit l’Irak, guerre qui a fait le lit du soi-disant «Etat Islamique». Malheureusement, la campagne américaine de dénigrement de la France semble avoir terrifié Paris et incité les dirigeants qui ont succédé à Chirac à rentrer dans le rang.  

    RT France : Le désaccord entre la Russie et les Etats-Unis sur le dossier syrien dure depuis déjà plus de trois ans. Pourquoi est-ce que la position russe de soutenir el-Assad au nom de la lutte contre l’EI n’est pas prise en considération par l’Occident ? Est-ce que les Etats-Unis et la Russie peuvent trouver à un consensus ?

    D.J. : L’accord sur les armes chimiques syriennes a donné la preuve que la coopération entre les Etats-Unis et la Russie pourrait bien fonctionner, et qu’elle pourrait être la base d’un accord pour sauver la Syrie du chaos qui la détruit. C’est pour cela que le «Parti de la Guerre» à Washington a tout de suite mis le paquet pour diaboliser Vladimir Poutine et bloquer le chemin de la paix. Si j’ai écrit un livre sur Hillary Clinton, c’est parce qu’elle est la candidate préférée de ce Parti de la Guerre qui traverse les partis politiques Démocrate et Républicain et qui dirige en coulisses la politique étrangère américaine. Là où le Président Obama hésite parfois, Hillary Clinton se montre empressée, par exemple pour armer les rebelles syriens soi-disant «modérés» contre el-Assad. Aux Etats-Unis, on commence à reconnaître à quel point cette femme est dangereuse, mais en France, on ne le comprend pas du tout. Mon livre l’explique.

    RT France : Vous avez également écrit que les Etats-Unis exploitent la nostalgie anti-communiste et antirusse présentant Vladimir Poutine comme la «dernière incarnation du mal». Est-ce que cela fonctionne toujours ?

    D.J. : C’est moins une nostalgie qu’une habitude. On voit maintenant que le communisme a largement servi de prétexte pour être hostile à Moscou durant la Guerre froide. Le complexe militaro-industriel, dont je décris le rôle fondamental, a besoin d’ennemis pour se justifier. Il ne suffit pas de détruire de temps à autre un petit pays, il faut un adversaire de taille pour justifier les budgets faramineux du Pentagone. Puis, il y a l’objectif stratégique défini par Zbigniew Brzezinski, de tenir séparées la Russie et l’Europe occidentale, pour mieux dominer les deux.

    RT France : Est-ce que cela profite aux Etats-Unis ?

    D.J. : Demander si cela profite aux Etats-Unis suppose que la politique étrangère soit plus rationnelle qu’elle ne l’est. Regardez un peu le Congrès des Etats-Unis, où l’ignorance le dispute à la mauvaise foi. Le pouvoir de l’argent a corrompu le système politique américain, et notamment sa capacité à penser. Malheureusement, les Européens semblent toujours croire qu’il y a un bon pilote dans l’avion. 

    RT France : Selon vous Hilary Clinton personnifie «l’orgueil et l’exceptionnalisme américains». En quoi est-ce que c’est mal ?

    D.J. :  Tous les pays sont exceptionnels, et je voudrais qu’ils le restent dans un monde riche de diversité, au lieu d’être obligés de se calquer sur un seul modèle, tel que l’impose la globalisation à l’américaine. Mais l’exceptionnalisme américain est très spécial, car il ne se borne pas à la célébration des qualités du pays, qui sont réelles, mais aspire à faire la loi dans le monde entier. Il s’agit de l’idée selon laquelle les Etats-Unis sont le centre de vertu dans le monde, d’origine peut-être divine, et qui sont donc appelés à répandre cette vertu sur la planète, non pas par l’exemple, ce qui serait intéressant, mais par les armes. Cette conviction leur permet de ne voir les millions de morts, de blessés, de vies ruinées résultant de leurs guerres que comme des accidents regrettables d’une entreprise innocente et bien intentionnée. Et cet orgueil est accompagné par une peur maladive de «l’autre», que ce soient les «communistes», ou les «terroristes», vus comme les forces du Mal vouées à la destruction du centre du Bien. En cela, les Etats-Unis ressemblent beaucoup à leur protégé Israël. En passant, la candidature de Hillary Clinton est soutenue par le milliardaire israélien Haim Saban qui déclare sans gêne qu’il mettra autant de dollars qu’il le faut pour la faire élire à la présidence.

    RT France : Est-elle capable de remporter l’élection présidentielle ?

    D.J. : Elle est non seulement capable de remporter l’élection présidentielle de 2016, mais, depuis des mois elle est donnée comme la gagnante sûre et certaine. Sa campagne est très bien financée, ce qui compte avant tout dans les élections américaines. Le parti républicain en face n’offre qu’un spectacle pathétique de clowns minables. Son seul challenger démocrate jusqu’à présent, le vieux Sénateur du Vermont, Bernie Sanders, était peu connu et est considéré comme trop à gauche pour être pris au sérieux. Mais on vit dans un monde changeant et tout peut changer.

    (merci à Dirk)

  • Face à la gauche sectaire et hystérique qui demande sa révocation, je signe la pétition de soutien à Robert Ménard !

    http://www.bvoltaire.fr/petition-soutien-robert-menard?mc_cid=8aac69ad5f&mc_eid=0b0d8f3739

    Je viens de signer

  • Marseille: une association veut acheter un bateau pour sauver des clandestins

    http://www.fdesouche.com/648977-marseille-13-une-association-veut-acheter-un-bateau-pour-sauver-des-migrants

    VaC0kSD.jpg

  • IGNACE

    ignace_journees_patrimoine-mpi-710x1024.jpg

  • Grèce : Tsipras réélu, 50 % d’absention...

     

    Publié le 20 septembre 2015 - par - 11 commentaires

    A 19 heures, ce dimanche soir en Grèce, alors que les bureaux de vote viennent tout juste de fermer, voici les estimations des résultats aux élections nationales, c’est-à-dire législatives, le régime politique en Grèce étant parlementaire et non présidentiel :

    SYRIZA = 34 %

    Nouvelle Démocratie (droite) = 32,5 %

    Aube Dorée = 8 %

    PASOK (socialistes) = 7 %

    KKE (communistes) = 7 %

    TO POTAMI = 5,5 %

    ANEL(Grecs indépendants) = 4 %

    ENOSI KENTROON (union centriste) = 4 %

    LAIKI ENOTITA (dissidente de SYRIZA) = 3,5 %

    Electionsgrecques2015.jpg

    Mais… le grand parti gagnant est celui de l’ABSTENTION qui frise les 50 %.

    Tout cela n’a ni queue ni tête et il est évident que les Grecs ont compris tout ce cirque, c’est le mot le plus souvent employé. Ils se tournent résolument vers un autre mode de vie, essaient de sauver leur peau. Depuis l’année dernière sur RL, je n’ai cessé de dénoncer la politique pro-immigration d’Alexis Tsipras. Il n’a rien fait de qu’il avait promis concernant les mesures d’austérité. Il a signé le 3ème mémorandum mais, si ce n’était que cela : les hordes de clandestins qui font crouler les îles de la mer Egée depuis deux mois vont se frotter les mains (car ils savent tout). Ils n’ont plus de problèmes, ils peuvent rester en Grèce.

    A l’heure où j’écris, on apprend qu’à Salzburg a été détecté un cas de lèpre aujourd’hui chez un clandestin.

    http://linkis.com/medias-presse.info/kEL64

    Je ne souhaite qu’une chose, c’est que le premier Grec infecté par cette maladie soit le 1er Ministre Tsipras. Après tout, à lui l’honneur !

    Simone Le Baron

    RIPOSTE LAÏQUE

  • Le calvaire quotidien des Calaisiens victimes des clandestins (vidéo)

    http://ripostelaique.com/le-calvaire-quotidien-des-calaisiens-victimes-des-clandestins-video.html

     vêtements-dans-la-rue-a-calais.png

     

  • La déferlante migratoire ramène la lèpre à Salzbourg

     

     
     

    migrants-salzburg

    Allemagne – La nouvelle a fait l’effet d’une bombe dans les milieux informés. Mais la loi du silence a rapidement pris le dessus. Il est peu probable que les médias français le signalent. Et pourtant… A Salzbourg, un migrant de 33 ans a été emmené à l’hôpital vendredi et a été diagnostiqué comme… lépreux !

    « Le malade n’est pas contagieux », ont voulu rassurer les médecins. Il n’empêche que la nouvelle a de quoi faire peur.
    L’immigré clandestin malade a vécu plusieurs jours sous tente, dans le campement installé à côté du siège de la police.

    Au cours d’une inspection de routine, un officier est tombé sur des documents des demandeurs d’asile. Un médecin militaire avait noté la mention «lèpre» sur une fiche. Le malade a été transporté à l’hôpital d’Etat, où les médecins l’ont examiné de près.
    « Les médecins ont constaté que la maladie ne s’est pas encore développée. Par conséquent, il n’y a pas de danger immédiat, car il n’est pas contagieux« , ont déclaré les médecins vendredi soir.

    La lèpre est une maladie chronique contagieuse qui est causée par une bactérie appelée Mycobacterium leprae. En Europe, la maladie a sévi principalement durant le Moyen-Age.

    MPI

  • Ces maires qui disent non ! Jean-Pierre Enjalbert ; «réfugiés» : On ne réagit pas sous l’émotion d’une photo !

    Jean-Pierre_Enjalbert_DLR_dsc07942_cropped.jpg

     

     

    Source : Minute mercredi 16 septembre 2015 • n°2737 • suite du dossier « Migrants : ces maires qui disent non !»
    Jean-Pierre Enjalbert :

    Jean-Pierre Enjalbert est le maire (Debout la France), depuis 1995, de Saint-Prix, une commune du Val-d’Oise de 7 200 habitants. Aux dernières élections municipales, l’an dernier, il l’a emporté au premier tour avec 84,71 % des voix ! En 2008, il n’avait obtenu « que » 73,57 %… Peu de maires ont une telle assise populaire…

    Minute : Nicolas Dupont-Aignan, dont vous êtes proche, a déclaré : « Je refuse cette immense manipulation médiatique qui s’est abattue sur la France depuis quelques jours et qui vise à culpabiliser le peuple le plus généreux du monde. » Vous partagez son avis ?
    Jean-Pierre Enjalbert : Oui, je fais la même analyse que lui. Aujourd’hui, les bonnes consciences du VIe arrondissement tentent de culpabiliser les maires s’ils n’accueillent pas de migrants dans leur commune. On essaie de nous faire passer pour des salauds. C’est insupportable !
    Dans ma commune, j’ai au moins 100 personnes qui attendent un logement. Je me vois mal leur dire qu’ils vont passer après et devoir encore attendre.
    Par ailleurs, je ne comprends pas : ceux qui nous disent que tout va bien, qu’on peut accueillir tout le monde sont les mêmes qui se plaignaient, il y a quelques semaines, parce qu’il manquait trois millions de logements. Il faudrait savoir !

    Alors on fait quoi ?
    On ne réagit pas sous l’émotion d’une photo ! Évidemment, celle-ci est terrible. Mais, je suis inquiet de constater que nos dirigeants gouvernent un pays et même l’Europe sous le coup de l’émotion. Même un maire ne dirige pas sa ville de cette façon ! Aujourd’hui, la manière dont on nous présente les choses est juste bonne à satisfaire les bonnes consciences. Oui, il faut faire quelque chose, mais il faut aller à la racine du mal, en aidant les populations à rester chez elles, en les aidant à combattre les tyrannies là-bas, pas en accueillant tout le monde de façon massive.

  • Cuba: Le pape rend hommage au dictateur rouge

     

    Curé rouge ou homme de paix ?

    Dès son arrivée, samedi soir à Cuba, le pape a cité le rapprochement entre Cuba et les Etats-Unis où il est attendu mercredi, comme un « exemple » de dialogue à suivre pour lutter contre « la guerre », cause de la « vague migratoire »

    À peine le pape François a-t-il posé, samedi soir (22 heures européenne) le pied sur l’île de Cuba qu’il a tenu à rendre hommage à Fidel Castro. A Raul, le frère qui l’accueillait en tant que président, il a demandé – dès les premiers mots de son discours – de « transmettre mes sentiments de spécial considération et de respect à votre frère Fidel ». Comme Jean-Paul II le fit en 1998 et Benoît XVI en 2012, le pape argentin devrait rencontrer, à titre privé, ce dimanche, cette figure historique de l’aventure Cubaine, aujourd’hui âgée de 89 ans.

    En attendant, la première journée du dixième voyage de François hors d’Italie, dimanche, est dense. Avant de rencontrer les jeunes cubains, en fin d’après-midi (il sera 1h30 du matin heure de Paris quand le pape ira se coucher) François priera les vêpres dans la magnifique cathédrale baroque de la vieille ville de Cuba, construite par des Jésuites en 1748 et adressera aux prêtres, religieux et religieuses, une méditation attendue, en particulier sur la liberté de religion.

    Dans son discours d’arrivée, samedi soir, François a certes noté les « liens de coopérations et d’amitié » aujourd’hui entretenus entre l’Eglise et le gouvernement qu’il rencontre ce dimanche après-midi au Palais de la Révolution mais il a demandé un « renouvellement » de cette coopération « pour accompagner et encourager le peuple cubain » dans « ses préoccupations » mais avec « la liberté, les moyens, les espaces nécessaires pour que l’annonce du Royaume [donc l’annonce de l’Evangile , ndlr.] puisse atteindre les périphéries existentielles de la société. »

    Une façon pour François de demander davantage de liberté religieuse – même si l’étau marxiste se desserre sur ce plan au fil des années – et de pointer la misère humaine qui gangrène cette île avec une explosion de la prostitution qui permet à beaucoup de… familles de survivre. Le salaire moyen oscille entre 15 et 20 euros, l’accès à la viande et aux meilleurs fruits de mer, est réservé au tourisme, dont l’industrie et les revenus sont dans les seules mains du régime même si la libéralisation toute relative et récente de l’économie, permet une amère subsistance du petit peuple.

     

    Lire la suite de l’article sur lefigaro.fr

  • Régionales : Marine Le Pen en position de force en Nord-Pas-de-Calais-Picardie

    5108933_1_545x460_autocrop.jpg

     

    A trois mois du scrutin, la présidente du FN est favorite en région Nord-Pas-de-Calais-Picardie. Selon notre sondage Odoxa, elle l'emporterait largement au second tour.

    Didier Micoine | 20 Sept. 2015, 06h55 | MAJ : 20 Sept. 2015, 11h11

     
    1/3 réagir
    152
    Exclusif
                                                         Selon notre sondage, dans une triangulaire au second tour Marine Le Pen prendrait la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie avec 39% des suffrages, devançant Xavier Bertrand (LR) avec 32 % et Pierre de Saintignon (PS) 29%.
    EPA / MaxPPP / Laurent Dubrule

    C'est un coup de tonnerre qui pourrait marquer les élections régionales des 6 et 13 décembre et secouer une nouvelle fois la classe politique.

    Sur le même sujet

    Elections régionales : un tiers des Français ignorent qu'on vote en décembre

    Elections régionales : un tiers des Français ignorent qu'on vote en décembre

    Régionales : au sein du FN, «on sent une montée générale»

    Régionales : au sein du FN, «on sent une montée générale»

    Marion Maréchal-Le Pen à l'épreuve du terrain

    Marion Maréchal-Le Pen à l'épreuve du terrain

    Réforme territoriale : « le risque sera de conserver les doublons »

    Réforme territoriale : « le risque sera de conserver les doublons »

    Régionales : la gauche du PS ironise sur le projet de référendum pour l'unité

    Régionales : la gauche du PS ironise sur le projet de référendum pour l'unité

    A moins de trois mois du scrutin, le sondage Odoxa réalisé pour notre journal et BFMTV montre que Marine Le Pen est plus que jamais favorite pour remporter la nouvelle grande région Nord-Pas-de-Calais - Picardie. Arrivant nettement en tête au premier tour, la présidente du Front national l'emporterait ensuite largement en triangulaire au second tour. Avec 39 % des intentions de vote, elle devancerait de sept points Xavier Bertrand, son adversaire des Républicains, et de dix points la liste du socialiste Pierre de Saintignon.

    Certes, l'élection est encore loin. Mais en recueillant les intentions de vote de près d'un électeur sur quatre, Marine Le Pen progresse par rapport aux précédentes enquêtes d'opinion. Et elle améliore les scores du FN totalisés dans le périmètre de cette superrégion lors des précédents scrutins (34 % aux départementales de mars et 36 % aux européennes de 2014).

    Tremplin pour 2017

    « La campagne ne fait que commencer et les lignes vont probablement bouger, note Gaël Sliman, président d'Odoxa, mais si les rapports de force ne changent pas radicalement, la seule possibilité de priver la présidente du FN d'une victoire symbolique majeure serait que Pierre de Saintignon s'efface au profit de Xavier Bertrand. » Un cas de figure qu'on ne veut pas envisager au PS. Etant donné les reports de voix observés habituellement auprès des électeurs de gauche en cas de duel droite-FN, un tel désistement permettrait sans doute à Bertrand de l'emporter de justesse.

    Il est vrai que le contexte aujourd'hui -- la situation des migrants à Calais, les flux massifs de réfugiés qui arrivent en Europe, le débat sur le renforcement des contrôles aux frontières... -- est particulièrement propice au parti lepéniste. Et la guerre politico-familiale entre Marine Le Pen et son père, qui mine le parti depuis des mois, semble connaître une trêve. Une trêve qui pourrait aussi bénéficier à Marion Maréchal-Le Pen en Paca, région où le FN est bien implanté.

    LE PARISIEN

  • Régionales: les organisations anti-racistes sonnent l'alarme

    http://www.lemonde.fr/idees/article/2015/09/19/regionales-les-organisations-antiracistes-sonnent-l-alarme_4763689_3232.html

    Appel national du Camp des Milles

     Le monde est dangereux à vivre non pas tant à cause de ceux qui font le mal mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire ». Albert Einstein

    En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/idees/article/2015/09/19/regionales-les-organisations-antiracistes-sonnent-l-alarme_4763689_3232.html#V4ALZXWQzHGj2Ikt.99

     

  • Daily Mail : « Quatre migrants sur cinq ne viennent pas de Syrie »

     

    12h05

    Seulement un migrant sur cinq qui demande l’asile en Europe est originaire de la Syrie.

    L’UE a enregistré 213.000 arrivées en Avril, Mai et Juin, mais seulement 44 000 d’entre eux fuyaient la guerre civile syrienne.

    Les militants et les députés de gauche (au Royaume-Uni) ont suggéré que la grande majorité des migrants fuient cet l’état déchiré par la guerre, accusant le gouvernement de faire trop peu pour les aider.

    «Cela expose le mensonge colporté dans certains milieux qu’un grand nombre de ceux qui atteignent l’Europe sont originaires de la Syrie », a déclaré David Davies, député conservateur de Monmouth [...] Beaucoup de ceux qui ont choisi de risquer leur vie pour venir en Europe l’ont fait pour des raisons économiques.»

     

    Les chiffres d’Eurostat, l’organisme officiel de statistiques de l’UE, montrent que l’immigration d’Avril à Juin sont deux fois plus élevés que ceux de la même période en 2014.

    Le nombre d’Afghans qui déposent des demandes d’asile a augmenté de quatre fois, passant de 6300 à 27.000. 17.700 autres demandes ont été présentées par des Albanais, dont le pays est pourtant en paix.

    13.900 autres candidats viennent de l’Irak, qui, comme la Syrie, est actuellement ravagé par le groupe terroriste Etat islamique.

    Source ( Traduction FDS)

    Merci à Bumpernickel

  • Comment le gouvernement utilise les allocations pour envoyer les migrants en province

    axXZ1Gd.jpg

    13h17

    Le ministère de l’Intérieur refuse de mettre en place les quotas régionaux de réfugiés que réclame le maire du Blanc-Mesnil et préfère se servir des mesures plus qu’incitatives de la nouvelle loi sur le droit d’asile.

     

    [...] On pointe un dispositif central prévu à cet effet du côté de la place Beauvau : l’hébergement directif. Sur le papier, la méthode se veut simple et efficace : les demandeurs qui refuseraient les solutions d’accueil proposées perdraient l’allocation financière qu’ils touchent. Un dispositif efficace, garantit-on au ministère de l’intérieur, qui entrera en vigueur dès le 1er novembre.

    La nouvelle loi modifie aussi la nature des aides financières que reçoivent les demandeurs d’asile. Les anciennes allocations (AMS et ATA), qui s’élevaient de 91€ à 718€ par mois selon les cas, seront réunies au sein d’une aide unique : Allocation Demandeur d’Asile (ADA). Une fois que les demandeurs d’asile obtiennent le statut de réfugiés, ils bénéficient des mêmes droits que les ressortissants nationaux comme le RSA..[...]

    Pour tenter d’inciter les réfugiés à s’installer ailleurs qu’en région parisienne, les agents de l’Office français pour l’immigration et l’intégration (OFII) les préparent à s’installer en province ou en zone rurale. « On va essayer de les emmener sur place : pour reconnaître un peu les lieux, pour qu’ils voient où ils vont aller et scolariser leurs enfants », explique Yannick Imber, directeur de l’OFII.

    Pour ceux qui ne se laisseraient pas séduire, la perte potentielle de leur allocation devrait représenter un argument de poids. [...]

    Source

  • La Hongrie a terminé la pose de barbelés à sa frontière avec la Croatie

    La Hongrie a terminé la pose d'une clôture de barbelés sur 41 km de sa frontière avec la Croatie, visant à endiguer le flux de migrants voulant rejoindre l'Europe.

     

  • Immigration : François Fillon veut instaurer des statistiques ethniques

     

     20 Sept. 2015, 00h38 | MAJ : 20 Sept. 2015, 00h53

     
      Dans un entretien au JDD, l'ancien Premier ministre François Fillon appelle à «faire sauter le tabou» des statistiques ethniques en France. Dans un entretien au JDD, l'ancien Premier ministre François Fillon appelle à «faire sauter le tabou» des statistiques ethniques en France.
    LP/Olivier Corsan

    Le sujet est délicat et cette prise de position devrait faire polémique. L'ancien Premier ministre François Fillon appelle à «faire sauter le tabou» des statistiques ethniques, qui empêche de connaître «la réalité du peuplement» de la France, dans un entretien au Journal du dimanche.

     
     

    Sur le même sujet

    Fillon : «Sarkozy, un homme d'Etat vulnérable aux humeurs de l'opinion»

    Fillon : «Sarkozy, un homme d'Etat vulnérable aux humeurs de l'opinion»



    «Si on veut vraiment piloter la politique d'immigration comme je le préconise, permettre au Parlement de fixer chaque année le nombre de personnes que la France peut accueillir, ne pas subir une immigration qui ne viendrait que d'une seule région du monde, qui serait déconnectée de nos besoins économiques et nos possibilités sociales, il faut avoir la possibilité de savoir qui on accueille, ce que ces personnes deviennent, comment elles s'intègrent», déclare M. Fillon en développant une des propositions de son livre «Faire» à paraître lundi.

    Pour savoir «quelle est la réalité du peuplement de notre pays, il faut des statistiques ethniques», lance François Fillon. «C'est un tabou qu'il faut faire sauter. Sinon, on restera dans le non-dit, le refus de la réalité. C'est cela qui est en train de faire monter la colère de nos concitoyens, qui constatent un énorme décalage entre le discours sur les nécessités de l'intégration et la réalité de ce qu'ils vivent tous les jours», ajoute-t-il en assurant que ses propositions sur l'immigration sont «aujourd'hui reprises pour une large part par Les Républicains».

    Les statistiques ethniques : un concept interdit en France



    Les statistiques ethniques, qui permettent de connaître le nombre et les origines des étrangers ou des personnes d'origines étrangères résidant dans l'Hexagone, ne sont pas autorisées en France et constituent un sujet sensible depuis de nombreuses années. Le Conseil constitutionnel avait censuré en 2007 une mesure sur ces statistiques ethniques contenue dans le projet de loi sur l'immigration de Brice Hortefeux, en rappelant notamment que la Constitution établit «l'égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d'origine, de race ou de religion».

    En février dernier, le président François Hollande avait évoqué l'idée de statistiques ethniques en jugeant que ce débat «n'apporterait rien».

    LE PARISIEN