Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Blog - Page 421

  • Missouri : l’auteur des incendies d’églises à répétition est un Afro-Américain

    sans-titre.png afro-américain.png

     


    14464713952188

    La police de Saint-Louis (Missouri) vient d’arrêter et d’inculper un Afro-Américain pour les sept incendies criminels qui ont touché des églises de la ville en octobre dernier (voir ici et ). Immédiatement, les médias avaient pointé du doigt des racistes puisque la plupart des églises attaquées, mais pas toutes – ce qui avait mis en éveil ma suspicion –, étaient fréquentées par des communautés de croyants afro-américains. La réalité était donc tout autre… On ignore toujours les motivations de l’incendiaire, mais David Lopez Jackson, 35 ans, vient d’être inculpé pour l’incendie criminel de la New Life Missionary Baptist Church et de la Ebenezer Lutheran Church. De lourds soupçons pèsent sur lui quant à l’incendie des cinq autres églises. L’inculpé est sous les verrous et ne pourrait être mis en liberté provisoire dans l’attente de son procès que contre une caution de 75 000 US$, somme qu’il semble difficile pour lui de rassembler…

    Source : NewsOne, 2 novembre 2015

    L'Obs

  • Sauver la Suisse ou pour l’attribution post-mortem du Prix Nobel de la Paix à Mouammar Kadhafi

    mouammar_kadhafi.jpg

    Partager sur Facebook Tweeter

     

    09/11/2015 – MONDE (Tribune libre du Dr Anatoly Livry)
    Avant que de prétendus démocrates ne renversent ces régimes, la Libye, l’Irak et la Syrie constituaient des verrous face au déferlement migratoire et contribuaient ainsi à la stabilité, donc la paix mondiale. Maintenant qu’ils ont sauté, la survie de l’Europe et de la Suisse sont menacées. Si pour le moment, le minima sociaux achètent une certaine paix sociale, la situation ne saurait perdurer.

    Mettons les choses au clair : il n’y a pas de cadre civique qui soit plus immonde et plus nuisible aux peuples boréaux que la démocratie. Cela est le plus visible chez nous, en Suisse, où ce système abject – porte ouverte à une tyrannie déjà largement installée en Occident – se heurte constamment au rarissime trésor social issu des tréfonds de notre civilisation indo-européenne qu’est la politie : la cité qui s’exprime via « initiatives » et « référendums », autrement dit la voix du pays réel, est détestable au pays légal, cette tyrannie cosmopolito-médiatique, ultra-minoritaire, souvent allochtone, haïssant tant sa terre que son peuple et qui continue à se nommer, dans sa stupide arrogance, « démocratie ». En somme, nous avons dans les poumons alpins du continent l’illustration de ce qu’a théorisé Aristote durant ses promenades lycéennes.

    En effet, les gouvernants avaient laissé, durant les dernières décennies, cette politie à la Suisse étant donné que ce pays servait de refuge utile aux « démocrates » du monde entier qui s’évertuaient à piller, chacun selon ses coutumes, leur État. Semblables à ces familles mafieuses qui s’engraissent du racket, de la prostitution et de la drogue, ils préféraient ces quartiers tranquilles de l’Europe pour élever leur progéniture dans le cadre de la préférence nationale, du patriotisme glorifié, du service militaire obligatoire via des milices populaires ayant leurs armes à domicile, du franc qui avait naguère glorieusement résisté à la monnaie unique et du secret bancaire tant qu’il existait. Désormais, la mondialisation permet à ces pseudo-élites de s’installer confortablement parmi des peuplades moins élevées et donc moins fières. Ils abandonnent par conséquent la Suisse, laquelle sera dès lors perdue en quelques décennies par son ancestral respect de la personnalité humaine, tout comme le continent qui l’entoure.

    Lorsque, Juif, j’étais en Union soviétique, il fut dit à la synagogue de Moscou que Bush et Gorbatchev s’étaient rencontrés, qu’un accord avait été passé et que leurs conseillers avaient fixé le nombre de Juifs soviétiques auquel il était permis de quitter l’URSS à 50 000 personnes. C’était clair. Le nombre ainsi que l’ethnie des émigrés ont été strictement respectés, tout comme ceux des vagues suivantes. Il était certes toujours possible à une personne, voire à une famille, de fuir à l’improviste l’URSS. En revanche, même en l’absence des caméras actuelles (omniprésentes), les populations restaient clouées sur place jusqu’à ce que l’agrément de l’autorité ne leur soit accordé.

    Car jamais – même dans l’Antiquité ! – le pouvoir authentique, à présent supra-étatique et qui depuis a prodigieusement renforcé ses dispositifs de surveillance, n’a permis de larges déplacements de groupes humains sans au préalable les autoriser. Ceux qui proclament que des millions de personnes peuvent fuir d’un continent à l’autre sans qu’on ne puisse les arrêter vous prennent pour des intelligences sous-humaines ou, excusez-moi de ce terme non-académique, pour de vrais tarés !

    L’exemple parfait est cette Australie de 2015 qui, par la voix de sa marine, a opposé un « No Way ! » à ces milliards d’Asiatiques toujours friands de ses espaces. Eh bien, pas un criminel – puisqu’une personne pénétrant sans autorisation sur un sol étranger est un criminel, et non un « migrant », un « Flüchtige » – n’a mis le pied sur le sol australien, détourné par une marine militaire qui ne sert pas à accueillir les délinquants, mais qui s’acquitte des missions qui sont les siennes : repousser l’envahisseur, qu’il soit guerrier ou qu’il arrive sous le masque du pacifisme. Quant à ceux qui parviennent à demander l’asile politique sur le territoire australien, ils sont envoyés attendre la décision légale dans des camps installés en Asie, dans les États avec lesquels l’Australie a passé des accords à cette fin.

    Ce que je viens de décrire fonctionnait parfaitement dans ce triangle des trois continents Europe – Asie – Afrique. Il y avait, chez nos voisins, trois verrous forts, à savoir Saddam Hussein, père et fils Assad et le grand génie africain Mouammar Kadhafi qui n’était pas seulement le supra-protecteur de l’Europe, mais aussi le bienfaiteur du peuple libyen, quelle que soit l’ethnie, la race ou la religion du citoyen. Nous vivons dans un monde attaché au momentané. L’Histoire, autrement dit ce parcours de l’esprit vers le passé nécessitant la révision permanente, n’est plus enseignée et n’est donc pas connue.

    Par conséquent, nos véritables gouvernants, ces journaleux stupides, ne font plus de lien entre le passé – même de quelques années – et le présent. Ces créatures malfaisantes sont les authentiques héritiers de l’immonde putsch de 1789, car ils s’adonnent quasi quotidiennement à refaire une tabula rasa. Pourtant, un nouveau procès de Nuremberg s’impose. Tous ceux qui ont fait assassiner Saddam Hussein et Mouammar Kadhafi ainsi que ceux qui ont affaibli notre allié – compte tenu de la Realpolitik – syrien sont toujours en bonne santé et omnipotents. Ils se déclarent même fiers de leur folie démocratique et droit-de-l’hommiste.

    Il est donc nécessaire de commettre tout d’abord un authentique « devoir de mémoire », non pas envers des événements fabuleux ou semi-mythiques qui peuvent remonter à plus de 70 ans, mais de ce qu’il s’est passé à Bagdad ou dans le désert libyen au cours du XXIe siècle. Il faut juger ces charlatans américains ou français. Il faut les exécuter publiquement et, surtout, éviter aux peuples de l’Asie, de l’Afrique et, si possible de l’Europe, ce cadre civique ordurier que l’on appelle « démocratie ».
    Il faut réinstaurer à Bagdad et à Tripoli des dictateurs théocratiques liés par des intérêts financiers et privés au monde boréal. C’est ainsi seulement que l’on pourra préserver l’humanité, par essence inégale et non métissée, et donc censée, pour sa survie, rester dans son cadre originel.

    Même les pays européens qui ont l’expérience centenaire de la gestion de l’Afrique et de l’Asie (ainsi la France ou la Grande-Bretagne) ne parviennent plus à administrer leur folie communautariste ! Pour éviter des clashs, autrement dit de véritables guerres civiles interethniques et interreligieuses, ils sont obligés de dissimuler toute tension pré-insurrectionnelle, voire étouffer les crimes les plus atroces comme des viols de masse d’enfants. En revanche, des pays comme la Suisse, qui n’ont pas l’habitude de gérer des populations africaines ou asiatiques sur leur territoire, sombreront plus vite que les anciens empires.

    Depuis quelques années, l’opinion helvétique s’habitue à subir cette invasion, car il est dit, par des manipulateurs : « Regardez ces Albanais, regardez ces Turcs. On les a intégrés et cela n’a pas posé de problème ». C’est la « tactique du voleur chinois » : le criminel entre dans votre boutique et déplace par des mouvements imperceptibles l’objet convoité vers la sortie ; une fois près de la porte, il s’en saisit et se sauve. Or la Suisse a accepté, voire partiellement assimilé sur son sol, des populations issues de pays dépendant depuis des siècles de la culture européenne et germanique.

    Avec l’Afrique et l’Asie qui s’abattent actuellement sur elle, elle sera désarmée, car elle n’aura aucun moyen pour communiquer avec ces allogènes que les journaux helvétiques du système montrent, dans un effort de manipulation, nettoyer les chemins suisses avec des râteaux. Quelle image d’Épinal ! Certes, les envahisseurs se tiennent calmes pour l’instant, car, réfugiés statutaires, ils perçoivent le minima social suisse.

    Il faut qu’en Suisse, l’on soit conscient que ce minima social helvétique surpasse le traitement officiel du chef d’État-major éthiopien ou du président du Mali ! Tant que la Suisse aura la possibilité d’injecter ces sommes monstrueuses – qui, par ailleurs, créent un appel d’air pour des tribus d’Érythrée –, elle connaîtra une certaine paix civile, qui ressemble cependant plus à une anesthésie temporaire. Mais dès que l’argent manquera (car les élites ne font plus confiance aux banques suisses qui ont perdu la guerre financière face aux États-Unis) ou dès que se formeront différentes communautés allogènes sur le sol helvétique lesquelles pourront dès lors faire chanter le pouvoir fédéral (regardez les crimes raciaux en France commis quotidiennement dans les zones de non-droit où la police n’ose se rendre), ce sera la fin de la Confédération helvétique !

    J’entends les voix des politiques suisses criminels qui appellent à « réformer le droit d’asile » et qui clament être « réalistes ». Alors, soyons réalistes ! Laissons la Suisse tenir son rôle ancestral de médiateur international dans lequel elle a naguère excellé. Réunissons les belligérants afin de réinstaurer des théocraties naturelles en Irak et en Libye, des théocraties tenues par des despotes pécuniairement, et donc charnellement, liés à la puissance européenne, laquelle pourra se reconstituer comme telle exclusivement en dressant un nouveau mur entre elle et des sauvages qui n’ont rien à faire au nord de la Méditerranée.

    En France, l’on pleurniche hypocritement, depuis des décennies, sur une occupation allemande qui a amené sur son sol quelque 40 000 conquérants – c’est le nombre des clandestins-délinquants qui est amené, sur le sol de l’Europe, chaque semaine ! Vous voulez à cette fin commettre un éclat médiatique qui marquera un tournant spirituel ? Alors, modifions, pour une fois, à Oslo, les statuts du Prix Nobel de la Paix afin de l’attribuer exceptionnellement post-mortem au meilleur défenseur de facto de la paix, de la civilisation et de l’humanité que fut Mouammar Kadhafi.

    Dr Anatoly Livry, Université d’État de Russie, Moscou-Lomonossov

    Crédit photo : thierry ehrmann via Flickr (CC) = Muammar al Gaddafi R.I.P. Mouammar Kadhafi Colonel Quaddafi painted portrait

  • Dieudonné débouté devant la Cour européenne des droits de l'Homme

    1777201.jpg dieudonné.jpg

     

    10/11/15 à 10:51 - Mise à jour à 13:51

     

    Le polémiste français Dieudonné, qui contestait devant la Cour européenne des droits de l'Homme sa condamnation pour avoir fait monter sur scène un négationniste, a été débouté mardi par la CEDH au motif qu'elle ne protégeait pas "les spectacles négationnistes et antisémites".

     

    La Cour, dont la décision est définitive, a estimé qu'en faisant monter sur scène le négationniste Robert Faurisson, Dieudonné ne s'était pas livré à "un spectacle (...), même satirique ou provocateur" mais à "une démonstration de haine et d'antisémitisme", ainsi qu'à une "remise en cause de l'Holocauste".

    Dieudonné M'Bala M'Bala avait saisi les juges européens en faisant valoir une atteinte à sa liberté d'expression, en raison d'une amende de 10.000 euros qui lui avait été infligée par la justice française pour "injure" à caractère racial.

    Le polémiste avait été condamné pour son spectacle du 26 décembre 2008 au Zénith de Paris. Ce soir-là, il avait convié sur scène Robert Faurisson, l'avait fait applaudir par le public et lui avait fait remettre un "prix de l'infréquentabilité" par un comparse déguisé en déporté juif.

     

    "Travestie sous l'apparence d'une production artistique", la démonstration de haine à laquelle s'est livrée le polémiste "est aussi dangereuse qu'une attaque frontale et abrupte" contre l'Holocauste et les juifs, a tranché la CEDH.

  • VIDEO - Marine Le Pen sur le "grand remplacement"

    Question non programmée de l'interview de Marine Le Pen

    (merci à Dirk)

  • Aymeric Chauprade quitte le FN pour des raisons "morales et idéologiques" mais reste député européen

    NdB: Pourquoi Chauprade n'a-t-il pas démissionné plus tôt, avant la troublante affaire d'Air Cocaïne? On remarque qu'il se met à parler de la "mondialisation"  rejetée par Marine Le Pen...  Sa violente charge contre Marine Le Pen et Florian Philippot ne relève pas de la droiture, de la "verticalité", mais bien davantage du coup de pied de l'âne.

     

  • Jacques Sapir: Si la France revenait au Franc, « une baisse du chômage des 2/3 constitue une prévision robuste et crédible. »

     Vu sur : News360X, écrit par : Mickael

     
    L’un des rares économistes français à l’esprit indépendant, passe en revue la situation financière et économique de la France pour le cas où celle-ci quitterait l’eurozone. Les mensonges des europhiles adeptes d’une France vassale du Nouvel Ordre Mondial, tels Sarkozy ou Hollande, qui hurlent en coeur pour prédire la catastrophe pour le cas où la France reviendrait au Franc, sont mis à nu.

     

    eurob

    La question des dettes ne pose pas de problèmes

    Pour ce qui est des dettes, on sait aussi que la dette souveraine de nombreux pays, dont la France à 97%, est émise dans le droit de ce pays. Or, la règle, établie par la cour d’arbitrage internationale depuis la fin des années 1920, est que tout titre émis dans le droit du pays « x » doit être payé dans la monnaie du pays « x », quel que soit le nom de cette monnaie. C’est ce que l’on appelle la lex monetae. Cela veut dire que si la France décide de quitter l’euro et de revenir au franc, 97% de notre dette publique sera immédiatement et sans contestation possible, re-dénomminée en franc. De ce point de vue, le seul pays qui serait obligé de faire défaut sur sa dette souveraine serait la Grèce car plus des deux-tiers de sa dette sont émis en droit étranger. Parler soit d’une multiplication importante pour la dette française comme le font Nicolas Sarkozy et les dirigeants de l’ex-UMP, ou au contraire parler d’un possible défaut, comme le fait J-L Mélenchon, n’a aucun sens. Pour les uns, cela relève du mensonge pur et simple, et pour Mélenchon de son incompréhension du mécanisme des dettes publiques.

     

    En ce qui concerne les dettes privées, une grande part de ces dernières est placée auprès d’acteurs français. Il n’y aura aucun problème en cas de sortie de l’euro. Pour les entreprises multinationales françaises, une large part de leur endettement est souscrite par des non-résidents. Mais, ces entreprises font aussi une large part de leur chiffre d’affaires hors de France. Dès lors, en cas de sortie de l’euro accompagnée d’une dépréciation du « nouveau » Franc, les dettes seraient réévaluées mais le chiffre d’affaires (et les profits) aussi! Les calculs qui ont été fait par diverses banques indiquent que les deux mécanismes s’équilibrent.
    La question des flux financiers ne pose pas davantage de problèmes

    Il reste le problème des flux financiers entre pays, qu’ils soient dans la zone euro ou hors de la zone euro. Techniquement, les grandes banques internationales se sont déjà préparées à la perspective d’une dissolution de l’euro. Il conviendrait de suspendre les transactions financières pour une durée de 24 à 72 heures, puis de limiter les mouvements à très court terme (qui relèvent essentiellement de la spéculation) pour une période d’environ six mois.

     

    L’image d’une sortie de l’euro provoquant un « désastre » relève donc de la fiction. C’est une fiction dont les partisans de l’euro se servent pour alimenter des peurs au sein des populations. Il faut remarquer que ce sont les mêmes qui accusent Marine le Pen et le Front National de jouer sur la peur qui, en réalité, tiennent un véritable discours de peur et cherchent à provoquer une réaction de panique chez les électeurs. Ce point est important. En fait, la peur semble bien devoir être le seul argument que les partisans de l’euro peuvent encore utiliser devant la faillite complète de l’Union économique et monétaire.
    Les nombreux avantages d’une sortie de l’euro

    Maintenant, il faut être aussi conscient que les avantages d’une sortie de l’euro, et ces avantages sont nombreux que ce soit dans le domaine de la croissance, de l’emploi, mais aussi du rétablissement des comptes publics, seront affectés par les conditions dans lesquelles se fera cette sortie et par la politique qui sera conduite une fois la question de l’euro résolue. L’euro peut disparaître par une décision concertée, commune à l’ensemble des pays de la zone, comme il peut disparaître par une succession de crises donnant lieu à des sorties, chacune aggravant la crise et conduisant un nouveau pays à sortir à son tour. Cette hypothèse est la plus défavorable.
    Mais, même dans cette hypothèse, et en supposant que la France soit l’un des derniers pays à sortir de l’euro, notre situation serait meilleure que la situation actuelle. Ensuite, un point important sera celui des politiques à mettre en place une fois la sortie de l’euro effectuée. Il est clair que si le gouvernement alors en place donnait la priorité au désendettement de la France, et cherchait à maintenir le taux de change à un niveau surévalué, les avantages de la sortie de l’euro seraient très faibles. Mais ils ne seraient pas nuls. Par contre, avec une politique rompant de manière décisive avec les politiques menées depuis ces 25 dernières années et donnant une priorité à l’investissement, les avantages d’une sortie de l’euro seraient impressionnants. C’est pourquoi j’ai toujours dit que la sortie de l’euro était une condition nécessaire, c’est à dire que tant que nous restons dans l’euro rien n’est possible, mais nullement une condition suffisante. Ce point est important car, trop souvent, nombre des adversaires de l’euro présentent la sortie de la monnaie unique comme une panacée, ce qu’elle n’est pas.

     

    Quand fut rédigée la brochure pour la fondation ResPublica ou ont été estimées les conséquences possibles d’une sortie de l’euro, une bonne part des discussions qui se sont déroulées avec Cédric Durand et Philippe Murer, les deux autres co-auteurs de cette dite brochure, portaient justement sur l’ampleur des gains que l’on pouvait attendre d’une telle sortie. Les premiers résultats donnés automatiquement par le modèle nous avaient semblé fantastiques, au point que nous avons délibérément corrigé à la baisse certains de ces résultats. Même ainsi, une sortie de l’euro conduirait à près de 2 millions de créations d’emplois supplémentaires à court terme, rien que pour la catégorie « A » de la DARES. Avec les effets induits (plus d’emplois implique plus de cotisation, donc un retour à l’équilibre des régimes retraites et santé, donc la possibilité de baisser les cotisations individuelles, etc…), on arriverait en cinq ans à près de 3,5 millions de créations d’emplois, c’est à dire à un retour au plein emploi. Il faut avouer que l’on peut avoir des doutes sur de tels chiffres, parce que les changements d’échelle impliquent des changements dans les relations économiques.Mais, on peut considérer qu’une baisse du chômage des deux tiers constitue une prévision robuste et crédible. (Source:Sputnik)

     

    Jacques Sapir s’en tient aux avantages économiques et financiers d’un rétablissement du Franc. Ce constat ne tient donc pas compte du retour à la fierté nationale que serait cette libération de la France. D’un point-de-vue politique, cela décupleraient les résultats, parce qu’il restituerait à la France son indépendance, le libre-choix de ses alliances, le retour au contrôle de ses frontières, en un mot la France retrouverait sa souveraineté, vis-à-vis de l’Union européenne, vassale de l’ordre unipolaire apatride sous égide US.

     

    Il suffit de constater l’explosion de la place prise par la Russie dans le monde depuis qu’elle a secoué le joug de sa vassalité vis-à-vis de l’ordre mondial unipolaire américain. Et ceci en dépit du blocus économique que les banksters lui ont opposé. C’est une question de volonté politique, comme la Russie le démontre chaque jour.

    Extrait d’image

    Le Réveil français

  • Du Captagon pour les islamistes ? La drogue, arme de guerre

     


    Selon toute probabilité, les destinataires principaux sont les combattants de l'Etat Islamique et des divers groupes islamiques plus  ou moins "radicaux" ou "modérés", qui en ont bien besoin en ce moment. 
     
    On sait qu'ils fonctionnent au Captagon. Ce qui n'exclut pas évidemment les recrues de Tsahal, qui peuvent avoir besoin d'un petit coup de pouce bienvenu quand il s'agit de tirer des enfants comme des lapins ou de bombarder écoles et hôpitaux. 
     
    C'est une erreur de penser la drogue uniquement en termes de trafic et d'argent. La drogue est une arme, elle l'a quasiment toujours été. Il faut se rappeler que le nom "assassin" est la traduction de "haschischin", fumeur de haschich, le Captagon de l'époque.
     
     Ce qui peut prêter à confusion est qu'il y a eu deux vagues distinctes dans l'utilisation de cette arme :
    -  La première, celle initiée par Sassoon & Rothschild et supportée par la reine Victoria et l'Angleterre, est la drogue destructrice, opium-héroïne, imposée à la Chine;
     
    -  La seconde est celle de la drogue de l'efficacité et de la violence, cocaïne ou amphétamines comme le Captagon.
     
     Si la CIA et l'armée US (en réalité, le National Security Council qui les chapeaute)  ont, dans les années 80, pris (temporairement) le contrôle du marché de la cocaïne nord-américain en s'alliant avec les trafiquants nicaraguayens et en détruisant les Cartels colombiens, ce n'est pas uniquement pour des motifs financiers, quoique importants. 
     
    Il y avait également un intérêt stratégique. Il serait évidemment scandaleux que la drogue soit officiellement considérée comme "stratégique", parce que le public pourrait se poser quelques questions gênantes sur les manipulations mentales etc. 
     
    Dans l'affaire de la cocaïne dominicaine,  il est clair que les pilotes sont d'anciens (?) officiers, que Chauprade a longtemps été à l'Ecole Militaire, et que la CIA était impliquée dans le "tuyau".
     
     
  • "Goldman Sachs et la finance internationale pilotent l'invasion migratoire de l'Europe"

    https://www.facebook.com/403505586497759/videos/478928262288824/

    La dernière vidéo de Boris Le Lay

    (merci à Dirk)

  • Quand les clandestins chargent la police à Calais

    XVMdaf6516c-8707-11e5-b528-ec00c552b8ad.jpg migrants.jpg

     

     

     

    Des heurts entre clandestins et forces de l'ordre ont fait 16 blessés côté policier. Le blocage des accès au tunnel de l'Eurostar conduit les migrants à se reporter par centaines sur le port, où ils mènent de véritables raids.

     
    Advertisement
     

    «240 grenades lacrymogènes tirées pour se désengager, cela commence à chauffer sérieusement!» Robert Bourdelle, le secrétaire zonal Nord-Pas-de-Calais-Picardie du syndicat de police Synergie-Officiers, s'inquiète des dernières échauffourées entre migrants et forces de l'ordre aux abords de la «Jungle» de Calais. Elles ont fait 16 blessés dans les rangs policiers, dans la nuit de dimanche à lundi.

    La cause de cet accès de violences? «Les migrants se rebiffent contre la police: voilà ce qui se passe!», déplore le capitaine Bourdelle. Selon lui, «les candidats au passage vers l'Angleterre sont tellement bloqués sur le tunnel depuis quelques jours, avec le blocus plutôt efficace mis en place par les autorités, qu'ils se reportent sur le port et tentent d'investir les camions.»

    Tout a commencé dimanche, vers 23 heures. Un premier véhicule a été pris d'assaut par une trentaine de migrants. La police est aussitôt intervenue en tirant au flashball. Mais elle a été prise à partie par plusieurs groupes de 20 à 30 clandestins. Des renforts de CRS sont alors arrivés. Ils ont dû tirer des dizaines de grenades lacrymogènes, au moyen de lanceurs Cougar, utilisés pour intervenir de 5 à 30 mètres de distance, dans les cas de montée en tension.

    De «véritables raids nocturnes»

    «De leur côté, les migrants jetaient des projectiles sur les forces de l'ordre, ce qui n'a rien d'habituel. Le plus surprenant, c'est que, lorsque les CRS en renfort ont mis pied à terre, ce sont les migrants qui ont chargé! Et ça, c'est totalement inédit à Calais», assure un policier qui a vécu cette nuit mouvementée. Les autorités se demandent aujourd'hui si ces heurts n'ont pas été provoqués par des passeurs pour faire diversion et permettre des incursions ailleurs sur le site.

    Un CRS raconte: «C'était très chaud! Les migrants jetaient sur la rocade des panneaux de signalisation qu'ils avaient arrachés pour stopper les poids lourds». Déjà, la semaine dernière, un premier assaut avait obligé les forces mobiles à tirer 60 à 70 grenades pour ramener le calme dans la zone. Était-ce une sorte de test des migrants? «Tout cela se passe à deux pas du centre Jules-Ferry et du camp de la Lande (la Jungle)», rappelle le capitaine Bourdelle.

    Pour la police, ce sont de «véritables raids» qui sont menés la nuit désormais. Des centaines de clandestins font masse et n'hésitent plus à «aller au contact» avec les policiers et les gendarmes. «Ils nous canardent maintenant!», proteste un officier d'une unité de CRS mobilisée sur place. «À ce rythme-là, nous ne tarderons pas à connaître des attaques en règle de nos positions, comme les collègues grecs ont pu les endurer.»

    300 assaillants, selon la police

    Le capitaine Bourdelle, pour sa part, s'interroge: «On peut se demander si les personnes qui se livrent à ces débordements ne sont pas des clandestins qui ont déjà vécu ce type d'échauffourées en Grèce ou ailleurs et qui transposent ces comportements en France.» À l'entendre, ils se lâchent d'autant plus facilement qu'ils savent que la police française n'est pas une police de brutes.

    La préfecture locale concède que le climat se tend. «Vers 23 heures hier soir, plusieurs groupes de migrants, jusqu'à 200 personnes (NDLR: les syndicats de police parlent, quant à eux, de 300 clandestins) ont tenté de ralentir, voire de bloquer le trafic sur la rocade portuaire de Calais», a indiqué un porte-parole de la préfecture. «Ces tentatives se sont poursuivies jusqu'à 1 heure du matin, nécessitant l'adaptation d'un dispositif de sécurité, avec des migrants qui ont jeté divers objets sur la rocade», ont confirmé les services du préfet.

    «C'est la première fois que c'est aussi violent et qu'on a malheureusement autant de collègues blessés», indique, de son côté, Gilles Debove, responsable du syndicat Unité SGP Police-Force Ouvrière dans le Calaisis. «On est inquiet, si un jour on a une révolte au sein du camp, ça va être la folie», redoute-t-il.

    LE FIGARO

  • Forte hausse de la criminalité : après le déni du gouvernement, les aveux officiels

     

    Le service statistique ministériel de la sécurité intérieure révèle une augmentation importante entre le mois d’août et d’octobre de la criminalité. Une hausse qui traduit une tendance de fond fortifiée par l’absence de réponse pénale.

    Un conte de l’ancienne Chine évoque ce paysan niais qui soulève un rocher – et le laisse retomber sur son pied. C’est l’inconfortable situation du ministre de l’Intérieur, qui a voulu un outil de comptage plus professionnel du crime (comme d’usage baptisé « délinquance » pour endormir l’électeur) – et voit ce « Service statistique ministériel de la sécurité intérieure » (SSMSI) confirmer les alertes répétées de l’auteur qui depuis 2014, dans Atlantico notamment, signale qu’enfle en France une grosse vague criminelle. Eh bien, cette vague, la voilà.

    Avant d’en venir aux chiffres, signalons une première tricherie officielle, évoquant la « stagnation » de certaines infractions.

    Car en France, parfois oui cela stagne, mais au plus haut (en regard des pays voisins de taille analogue). Imaginons une vallée montagnarde menacée d’inondation. Si l’eau y stagne tout en bas, les locaux ont juste les pieds mouillés. Mais si l’eau stagne en haut des monts voisins – et stagnation il y a dans les deux cas – ils sont tous noyés. Or récemment, le niveau français des vols violents, cambriolages etc. est fort élevé : cela, nos officiels le cachent ; pas plus qu’ils ne comparent les chiffres français à ceux de nos voisins. Les chiffres du SSMSI maintenant :

    - D’août à octobre 2015, les cambriolages ont (encore) augmenté de 3,1% ; les vols dans les véhicules, de 6% (au plus haut depuis 5 ans !).
    - Au dernier semestre, les vols « avec violence » ont augmenté de 5,2% ; ceux « avec armes à feu ou couteau », de 10,7 %.

    Cet automne 2015, on compte en France 1 700 (bien mille sept cents) vols à la tire (par des pickpockets) par jour, 140 par heure diurne. Encore ne s’agit-il que de ceux connus de la police ! De constantes évaluations montrent que seuls 20% de ces vols à la tire donnent lieu à plainte, ce qui situe sans doute leur nombre réel vers les 8 000 par jour .

    Ainsi, comme l’affirme de longue date l’auteur, la France est-elle bien au pillage – et la violence criminelle y est-elle toujours plus préoccupante.

    Seconde tricherie sur les vols « avec armes à feu ou couteau » (naguère « vols à main armée »). Désormais, ce sont d’usage de peu risqués « braquages de proximité », plus que des attaques de banques, chambres fortes, etc. L’Intérieur dit que ces micro-braquages baissent – affirmation risible : nos outils scientifiques constatent qu’au contraire, ils sont plus nombreux, plus violents et diversifiés que par le passé. Quand donc :
    - les magasins déjà braqués (Tabacs, etc.) le sont plus souvent encore,
    - la prédation gagne de nouveaux territoires, jadis épargnés par les braqueurs,
    - de nouveaux types de commerces sont ciblés par ces bandits,
    - les braquages commis par des jeunes, ou des mineurs, explosent, ce qui signale qu’émerge une nouvelle génération criminelle,
    ... une vague criminelle s’amorce bien.

    Or ce phénomène en aggravation, la police et la justice le maquillent. Toujours plus, ces vols à main armée (crime passible de la cour d’assises) sont correctionnalisés en « Vols-violence avec armes » ou « violences en réunion avec la menace d’une arme » (simples délits). Niveau justice, un braquage arrive au Parquet selon sa « nature d’affaire » (NATAF). Mais à la sortie, maquillage aidant, sa « nature d’infraction » (NATIF) escamote le braquage. Ce bonneteau judiciaire opère à un rythme tel que finissent par statistiquement baisser des crimes qui, dans les rues, augmentent encore et toujours.

    Lire la suite de l’article sur atlantico.fr

  • Air Cocaïne : Marine Le Pen "désapprouve l’initiative personnelle" d’Aymeric Chauprade

     

    La présidente du FN désapprouve « l’initiative personnelle » de son eurodéputé Aymeric Chauprade et affirme que son parti n’a rien à voir dans cette affaire.

    La présidente du Front national, Marine Le Pen, a dit mercredi « désapprouver l’initiative personnelle » de son eurodéputé Aymeric Chauprade dans l’affaire Air cocaïne et a indiqué que le bureau exécutif du FN allait « probablement évoquer ce sujet ». « Je désapprouve qu’il prenne une initiative personnelle qui engage, au moins dans l’image que ça donne, le FN », a déclaré Marine Le Pen, lors de l’émission Questions d’info LCP-France Info-Le Monde-AFP, au sujet de la participation active d’Aymeric Chauprade à l’exfiltration des deux pilotes qui ont fui fin octobre la République dominicaine.

    « Le bureau exécutif (la plus haute instance du FN, NDLR) se réunira et probablement évoquera ce sujet. Les membres du bureau exécutif demanderont que ce sujet soit abordé », a poursuivi la patronne du parti d’extrême droite. « Sur le fond, il est sûr que je préfère des Français jugés en France plutôt que là-bas (en République dominicaine) », a dit Marine Le Pen. Mais « le FN n’a strictement rien à voir dans cette affaire. Ce n’est pas une secte : on ne gère ni les nuits, ni les week-ends, ni les vacances, ni le temps privé des élus qui sont FN. »

    Lire la suite de l’article sur lepoint.fr

  • La France inculpe le chef d'état major des armées de Défense d'Israël pour trafic de drogues

    http://fr.awdnews.com/soci%C3%A9t%C3%A9/la-france-inculpe-le-chef-d-%C3%A9tat-major-des-arm%C3%A9es-de-d%C3%A9fense-d-isra%C3%ABl-pour-trafic-de-drogues

     

    Gadi Eizenkot,le chef d'état major des armées ,qui a été arrêté avec deux tonnes d'amphétamines à Paris, a été accusé de trafic de drogue, selon une source judiciaire.

    La source judiciaire a déclaré à l'AFP, samedi, que les autorités françaises ont inculpé "8 personnes, dont cinq personnes arrêtées - Gadi Eizenkot et trois ressortissants israéliens ... pour contrebande et vente de la drogue Captagon."

    La source a également noté que les quatre autres personnes sont du Maroc et de l'Israël et sont toujours en liberté.

    Gadi Eizenkot a été arrêté avec quatre autres personnes à l'aéroport de Paris-Charles-de-Gaulle à Paris, après que des responsables de la sécurité ont trouvé deux tonnes de pilules de Captagon, qui devaient être chargées sur un jet privé.

    Les médicaments ont été emballés dans 40 valises et l'avion devait se rendre dans la capitale israëlienne, Tel Aviv.

    144659690654854570421492490490no.jpg

    AWD News.com

     

  • Comment abattre le FN ?

    Est-il nécessaire de hurler sur les toits qu’offrir le pouvoir au FN serait une catastrophe nationale ? Voire européenne, voire mondiale ?

    La priorité des priorités, actuellement, pour les prochaines élections de décembre et jusqu’en 2017, aussi bien pour le Parti socialiste au pouvoir que pour les Républicains dans l’opposition, est d’éliminer totalement le Front national, d’une manière ou d’une autre, même au prix d’un front républicain au second tour entre les deux partis complices.

    Est-il nécessaire, pour atteindre ce but, de faire peur aux Français ? De faire peur à la France ? Et de mépriser ainsi 30 % d’électeurs qui ont l’imbécillité de voter FN et Marine Le Pen ?

    Est-il nécessaire de hurler sur les toits qu’offrir le pouvoir au FN serait une catastrophe nationale ? Voire européenne, voire mondiale ? Que ce serait l’effondrement de toutes les valeurs républicaines (si bien préservées jusqu’à présent, n’est-ce-pas ?), de notre monnaie, de notre épargne, de nos entreprises, de notre agriculture, de notre culture, de nos exportations, de nos importations et, surtout, de voir tarir les arrivées de toutes les chances que sont pour la France les migrants, ou les réfugiés, au choix ?

    Cette tactique n’est pas la bonne, messieurs les chefs de partis socialiste et républicains et apparentés. Vous le constatez à chaque nouvelle élection et vous en périssez.

    Il n’y a qu’une seule tactique pour « abattre » le Front national, pour éliminer définitivement Marine Le Pen, et je vais vous la dévoiler, au risque de me faire haïr par tous mes amis.

    Vous voulez abattre le FN, discréditer Marine, voici l’unique moyen : laissez-lui prendre enfin le pouvoir, laissez le FN gagner quelques régions, le Nord-Pas-de-Calais-Picardie, la PACA et pourquoi pas l’Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine et, demain, en 2017, laissez Marine Le Pen entrer à l’Élysée.

    Alors là, vous l’aurez, votre revanche, vous serez heureux d’assister à sa déconfiture. Vous aurez enfin gagné !

    À cause de tous ces malheurs qui nous frapperont, le FN sera enfin éradiqué, Marine renvoyée dans ses foyers, Marion à ses études et Philippot entièrement à de Gaulle.

    Vous pourrez poursuivre en toute impunité vos petites magouilles : un tour le PS, un tour les Républicains, et les autres… quels autres ?

    Oui, mais voilà, il y a peut-être un risque ? Même un gros risque ?

    Supposons qu’une fois au pouvoir le FN et Marine Le Pen réussissent à nous sortir de la mélasse dans laquelle nous nous trouvons. Supposons que tout ce que vous prédisiez ne se réalise pas, bien au contraire. Qu’en récupérant notre souveraineté totale (comme c’est le cas de la Suisse, par exemple), et cela sans être devant l’obligation de construire des « murs », la croissance revienne, les exportations s’amplifient, les importations diminuent, les entreprises remplissent leurs carnets de bons de commande, les agriculteurs puissent vendre à des prix convenables, que notre épargne ne soit pas amputée, que notre immigration stoppe et qu’elle devienne « choisie », même si nous avons moins de « chances » pour le pays et un peu plus pour nous, pour notre ethnie (sic).

    Supposons, donc – mais vous ne pouvez pas le supposer -, alors c’est vous, les socialistes, les Républicains, qui seriez dans la mélasse jusqu’au cou, et pour longtemps.

    C’est un pari.

    Aurez-vous le courage de le tenter ?

     
    BdV
  • Bart De Wever s'en prend vivement à Angela Merkel

    2505889.jpg Bart de wever.jpg

     

    09/11/15 à 10:50 - Mise à jour à 10:49

    Source : Belga

    Après avoir adressé une lettre ouverte aux partis de centre droit de Belgique et d'Europe pour exiger une réaction forte face à l'afflux de demandeurs d'asile actuellement constaté sur le continent, le président de la N-VA Bart De Wever s'en est pris vivement à l'Allemagne et à sa chancelière Angela Merkel sur la chaîne de télévision VTM.

    Bart De Wever © BELGA

    De Wever admet que c'est la frustration et l'impuissance qui lui ont dicté l'écriture de sa lettre ouverte dans laquelle il cherche des soutiens pour décider de mesures drastiques destinées à mettre un terme à l'arrivée des migrants. "C'est certainement le cas. L'Allemagne nous a précipités dans cette situation, en disant que tous sont les bienvenus. On croyait que l'afflux cesserait d'ici l'hiver. Mais il ne cesse pas. Madame Merkel doit revenir sur ses pas" explique De Wever. "On ne pourra fermer les frontières que si l'Allemagne bascule."

    Cette semaine, l'hebdomadaire flamand Humo publiera une interview de Guy Verhofstad, dans laquelle le libéral affirme que l'Europe est responsable de la crise des réfugiés. "C'est un pont trop loin" réplique De Wever. "Lui porte peut-être une responsabilité, il a finalement encouragé le printemps arabe, avec toutes les instabilités qui ont suivi. Mais ce n'est pas de notre faute."

    De Wever n'hésite pas non plus à remettre en cause le plan de répartition des réfugiés. "Les réfugiés continuent à venir et qu'est-ce qu'on voit : ce sont surtout des hommes célibataires qui viennent chercher leur bonheur. Pas de familles syriennes. Ici, c'est saturé. On ne peut plus maintenir la politique de frontières ouvertes ou on aura une nouvelle sous-classe sociale que personne n'attend" déclare-t-il.

  • L'UE paiera les pays d'Afrique désireux d’accueillir des migrants

    http://fr.sputniknews.com/international/20151108/1019377482/ue-migrants-afrique-retour-repartition.html

  • Migrants : Cazeneuve accusé de vider la « jungle de Calais » avant les régionales (Màj)

    http://www.fdesouche.com/666465-le-plan-secret-de-cazeneuve-pour-vider-calais-de-ses-migrants-le-temps-des-elections

  • Délestage de la jungle de Calais : les petits maires pris au dépourvu

     

    20h43

    France 3 – 19/20 –  8/11/2015