Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Blog - Page 513

  • Cuba : derrière la fascination de François Hollande, la réalité d'une dictature

    XVMf39a7638-f802-11e4-864f-554de7028f42.jpg cuba.jpg

      Home FIGARO VOX Vox Monde

     

    FIGAROVOX/ENTRETIEN - Le chef de l'Etat, en visite à Cuba, a confié la «fascination» de sa génération pour le régime castriste. L'historien Pierre Rigoulot rappelle que derrière la mythologie de la révolution se cache un système totalitaire. 

     
     

    Pierre Rigoulot est le Directeur de la revue «Histoire & Liberté». Il est l'auteur de Coucher de soleil sur la Havane, la Cuba de Castro 1959 - 2007 aux éditions Flammarion.


    Le déplacement de François Hollande à Cube suscite un certain enthousiasme en France, avec notamment la une de Libération qui mélange le portrait du président de la République à celui du Che. Existe-t-il encore en France une fascination pour le régime cubain?

    Che Guevara est mort il y a quarante-huit ans et Libération s'est amusé, plutôt qu'autre chose, à faire un montage entre sa figure et celle d'Hollande. Ceci rappelle une fascination et un enthousiasme qu'avait suscités la révolution cubaine. Mais on ne peut pas dire aujourd'hui que les touristes français qui y ont séjourné sont satisfaits de la situation économique de la population cubaine ainsi que de ses positions diplomatiques pro-russes.

    Le mythe cubain a effectivement existé en France: les intellectuels de gauche avaient l'impression que Cuba offrait une solution à l'épineuse équation entre le socialisme et la liberté.

    Le mythe cubain a effectivement existé en France: les intellectuels de gauche avaient l'impression que Cuba offrait une solution à l'épineuse équation entre le socialisme et la liberté. La fascination exercée par ce régime en France a duré jusqu'à 68 et, au-delà de la gauche, a également touché une partie de la droite. Celle-ci avait trouvé son compte en applaudissant un chef révolutionnaire, Fidel Castro qui faisait un pied de nez aux Etats-Unis, une attitude qui a toujours plu en France.

    Mais l'enthousiasme a fini par retomber, notamment face au soutien de Fidel Castro envers l'invasion de la Tchécoslovaquie par les troupes soviétiques en 1968 et à la répression menée contre les intellectuels et les homosexuels cubains. Le chef révolutionnaire a également envoyé des dizaines de milliers de soldats combattre en Afrique pour soutenir des guérillas favorables au socialisme soviétique, ce qui a incité la gauche à abandonner cette idée de rapprochement du socialisme et de la liberté.

    La fascination envers ce régime n'est donc plus de mise depuis un certain temps. Le rêve de révolution qui ferait changer l'Amérique latine par la lutte armée n'est désormais plus partagé par grand monde: on s'est rendu compte dans ce continent qu'un certain nombre de pays qui ont une politique un peu plus nationaliste et plus ferme vis-à-vis des compagnies pétrolières, ainsi que des réformes, ont gagné bien plus que ce qu'elles ne pouvaient espérer obtenir via une révolution armée.

    La visite de François Hollande à Cuba rappelle très certainement leur jeunesse à une partie de ceux qui font l'actualité. Plus que d'enthousiasme ou de fascination, on peut parler de nostalgie.

    Derrière les icônes, les chansons, le mythe, quelle fut la réalité du régime cubain? Peut-on parler de dictature?

    Je parlerais de dictature totalitaire. Il ne s'agit pas simplement d'un dictateur de pays du Tiers-Monde qui s'enrichit et combat ses opposants mais d'un véritable projet totalitaire d'ordre communiste: collectivisation des biens, parti unique avec un chef unique et incontesté ainsi qu'une idéologie unique et obligatoire. Dans les années 70-80, les Cubains n'avaient pas intérêt à dévier de la ligne officielle.

    Il ne s'agit pas simplement d'un dictateur de pays du Tiers-Monde qui s'enrichit et combat ses opposants mais d'un véritable projet totalitaire d'ordre communiste.

    Ce caractère totalitaire s'illustre particulièrement bien dans le domaine de l'éducation. Les jeunes Cubains n'ont pas été élevés de façon neutre: ils ont été formés pour être de bons révolutionnaires. Tous les matins, devant le drapeau national, ils déclaraient ainsi: «nous serons comme le Che». Dans les années 80, outre les notes en mathématiques ou en physique, une attention particulière était portée aux «performances idéologiques». Un cubain n'avait pas intérêt à manquer une seule manifestation dans la rue sous peine de voir sa carrière stagner.

    Il y a donc eu la mise en place d'un système totalitaire dans lequel les opposants sont envoyés en prison ou dans des camps -créés dans les années 60, ces camps ont disparu aux débuts des années 80.

    Quel est l'état actuel du régime cubain? Le totalitarisme s'y est-il essoufflé?

    Le régime cubain est épuisé et à genoux. Il a pu survivre ces dernières années grâce aux pétrodollars du Venezuela, sans lesquels l'économie cubaine ne s'en serait probablement pas sorti. Les régimes cubains et vénézuéliens sont, en effet, très proches: ils se réclament tous deux d'un socialisme qui ne ressemblent pas au socialisme européen mais se rapproche de ce qu'était nos partis communistes il y a quelques années.

    Si Raul Castro ouvre actuellement son pays, c'est qu'il sent bien que les mois du Venezuela sont comptés, à cause de la baisse des prix du pétrole et d'une absence totale de réussite économique de ce pays d'Amérique latine. Cuba a donc besoin d'investissements, en particulier occidentaux, pour se sortir de cette mauvaise passe. Cette ouverture ne signifie cependant pas que les dirigeants cubains vont lâcher le pouvoir, bien au contraire. Ils estiment en effet que s'ils parviennent à redresser la situation économique -un petit peu comme à la chinoise- ils en seront remerciés et pourront par conséquent renforcer la direction du pays par le parti communiste. Raul Castro fait ainsi un pari. Je ne pense pas qu'il se soit converti lorsqu'il est allé voir le Pape! Cette visite était un message pour les Occidentaux afin de leur montrer qu'il avait changé.

    Si Raul Castro ouvre actuellement son pays, c'est qu'il sent bien que les mois du Venezuela sont comptés.

    Est-ce vraiment le cas? Il faut noter qu'il a pris un certain nombre de mesures. Cette situation rappelle le passage de Staline à Khrouchtchev. Celui-ci, en reniant Staline, voulait à la fois renforcer l'URSS et se rapprocher de l'Occident. D'une part l'URSS changeait -l'état était moins policier- mais de l'autre son parti communiste ne voulait nullement abandonner le pouvoir. De la même façon, Raul Castro a fait évoluer un certain de choses à Cuba ces derniers temps: il avait notamment le projet de pousser deux millions (sur treize millions d'habitants) de fonctionnaires dans le secteur privé. Et il est évident que si les Occidentaux investissent, il y aura davantage de travail dans le secteur privé. Cuba n'est d'ailleurs pas la Corée du Nord: il y a la possibilité d'avoir quelques idées sur ce qui se passe à l'extérieur, même si la presse est extrêmement limitée.

    Cependant, je ne pense pas que la visite de François Hollande soit d'un grand poids. Les pays occidentaux ne peuvent taper du poing sur la table en exigeant que Cuba devienne une démocratie libérale. Ce qui semble compter c'est d'être «bien placé» au cas où Cuba, un peu à la manière de la Chine ou du Vietnam, se transforme en un état au régime fort dirigé par un parti communiste avec, dans le même temps, une plus grande liberté pour la population.

  • Esclaves de la repentance (Présent 8352)

    Chard.jpg

     

     

    11/05/2015 – FRANCE (NOVOpress)
    La loi de 2001 reconnaissant l’esclavage comme un crime contre l’humanité et la responsabilité de la France dans la traite négrière n’y suffisait donc pas. Venu inaugurer dimanche, à Pointe-à-Pitre, le « Mémorial ACTe », un « centre caribéen d’expressions et de mémoire de la traite et de l’esclavage » qui aura coûté aux contribuables la bagatelle de 83 millions d’euros, François Hollande, invoquant les mémoires d’Aimé Césaire, de Toussaint Louverture et autres indépendantistes voire racistes anti-Blancs, s’est répandu lamentablement en excuses devant les Antillais.

    Un discours inspiré par Taubira

    Une de Présent 8352

    Une de Présent 8352

    S’exprimant devant le bâtiment composé d’un enchevêtrement d’aluminium censé symboliser les âmes des esclaves morts, Hollande, accompagné du gratin indépendantiste et notamment des incontournables Taubira et Thuram, a d’abord retracé « l’histoire » de la traite et du combat pour l’abolition de l’esclavage. Une histoire à sa sauce. Ou plus exactement à la sauce Taubira, puisque celle-ci avait tracé les grandes lignes du discours présidentiel. C’est dire l’honnêteté du propos… A ce sujet et la place nous manquant pour rétablir un certain nombre de vérités historiques, nous ne saurions trop conseiller aux lecteurs de se plonger dans l’excellent ouvrage publié en 2006 par Arnaud Raffard de Brienne (1).

    Repentance à tout va, donc, qui devait bien sûr s’accompagner du traditionnel petit couplet sur l’indispensable lutte contre le « poison du racisme », « grande cause nationale » en 2015.

    Des sous, des sous !

    Mais, même ainsi, Hollande n’en a pas fait assez. Car ce qu’attendaient surtout les enragés de la repentance et autres indépendantistes, c’est que la France passe à la caisse. Or, sur ce point, Hollande a déçu. Ecartant indirectement les réparations financières, le Président a en effet expliqué : « Le débat sur les réparations, je le sais, n’est pas épuisé. Je reprends à mon compte les mots d’Aimé Césaire quant à la nature irréparable du crime. Cependant, en lui donnant un nom et un statut en 2001, le Parlement français accomplissait un acte de vérité, de courage et de justice, indispensable, la première des réparations. »

    Franck Delétraz

    (1) La désinformation autour de l’esclavage, par Arnaud Raffard de Brienne, aux éditions Atelier Fol’fer, 2006

  • Le tribunal administratif de Montpellier rejette la demande de la CRI contre Robert Ménard (Màj : sa réaction)

    13h44

    Réaction de Robert Ménard – RTL Soir – 11 mai 2015

     

    La CRI avait demandé l’interdiction du fichage des enfants musulmans de Béziers. Le tribunal considère, lui, que l’existence d’un tel fichage n’a pas été démontrée.

    Le tribunal administratif de Montpellier avait été saisi en urgence, vendredi 8 mai, par la Coordination contre le racisme et l’islamophobie (CRI) pour interdire le fichage des enfants musulmans de la commune de Béziers (Hérault). [...] Le tribunal administratif de Montpellier, tout en rappelant le droit pour toute personne de ne faire l’objet d’aucun recueil d’information fondé sur l’appartenance religieuse, a rejeté la demande de la CRI. Il a en effet constaté que l’existence sous forme matérielle ou informatique de ces fichiers n’était pas démontrée. Par ailleurs, l’enquête préliminaire ouverte par le parquet de Béziers est toujours en cours. [...]

    La mairie de Béziers profite de ce jugement pour appeler les parlementaires à proposer et voter une nouvelle loi concernant les statistiques ethniques « pour permettre de connaître l’exacte réalité ».

    RTL

  • Villers-Cotterêts : l'élection du maire FN ne sera pas annulée

    4626401_c28a8575_545x460_autocrop.jpg maire FN.jpg

     Le Conseil d'État s'est prononcé ce lundi contre l'annulation de l'élection en mars 2014 du maire FN de Villers-Cotterêts (Aisne), Franck Briffaut, demandée par deux habitants de la commune. L'intéressé, lui, s'est dit «satisfait» et «soulagé».

    Pauline Théveniaud | 11 Mai 2015, 14h56 | MAJ : 11 Mai 2015, 17h17

            
     
     
    réagir
    37
                                                         Franck Briffaut (FN) restera maire de Villers-Cotterêts (Aisne).
    LP / Guillaume Georges

    Franck Briffaut est «satisfait, content et soulagé». Ce lundi, le Conseil d'État s'est finalement prononcé contre l'annulation de l'élection, en mars 2014, du maire FN de Villers-Cotterêts (Aisne).

    Le Parisien

  • Jean-Marie Le Pen veut créer une «nouvelle formation»

    XVM13c547d0-f7fe-11e4-9bf0-56683ba7481d.jpg

      Home LE SCAN Les coulisses

     

    Crédits photo : François BOUCHON/Le Figaro

    LE SCAN POLITIQUE - Le père de Marine Le Pen jure que son mouvement «ne sera pas concurrent» du Front national.

     

    Mis au ban du Front national, Jean-Marie Le Pen, son fondateur, va s'investir dans la création d'une nouvelle «formation». «Je ne vais pas créer un autre parti, je vais créer une formation qui ne sera pas concurrente du Front national», a annoncé l'eurodéputé, invité lundi de Radio Courtoisie.

    «Je suis un poisson japonais combattant, je me battrai tant que j'en ai la force», a précisé l'octogénaire. Jean-Marie Le Pen assure que sa nouvelle formation servira de «parachute contre le désastre» et «recueillera ceux qui sont indignés par la ligne» actuelle du FN dans le but de «peser et de la faire changer». Avec qui le «Menhir» pourra-t-il lancer son nouveau mouvement? Contactés la semaine dernière par Le Scan, plusieurs cadres de mouvements d'extrême droite, comme le patron du Parti de la France Carl Lang ou le responsable du mouvement dissout l'Œuvre Française, Yvan Benedetti, s'étaient dits prêts à le rejoindre à condition que son projet politique soit différent de celui du FN.

    Un ennemi désigné, Florian Philippot

    En lançant sa propre formation, l'ancien candidat à l'élection présidentielle pense pouvoir «libérer Marine» qui serait devenue «l'otage» de Florian Philippot, le vice-président du Front national. «Un haut fonctionnaire, ancien socialiste-chevènementisme, provocateur, pas l'espèce la plus aimable», tacle le cofondateur du FN. Un «gaulliste» qui «l'affiche partout dans son bureau», défend «le colbertisme et l'interventionisme de l'État» et s'entoure «d'hétérophobes qui se multiplient», donnant ainsi «une coloration différente» au Front national. Le jeune entourage de Florian Philippot est sorti «des pourrissoirs de la République comme Sciences-po» et ont été «placés au Parlement européen», s'indigne enore Jean-Marie Le Pen, référence à l'enquête ouverte sur les collaborateurs parlementaires frontistes.

    Celui qui dit avoir l'impression d'être devenu «un bouc émissaire» se dit «fidèle à ceux qui ont fait confiance au Front national» et leur demande «de se faire entendre». «Je ne veux pas que le Front national devienne l'aile droite (d'une) majorité pour que Florian Philippot devienne ministre», tacle encore l'élu.

  • Les faux-culs se déchaînent contre Ménard

    | 233 Commentaires

     
     
    Taisez-vous, Robert Ménard ! Voilà ce que répètent, depuis mardi, les dénégationnistes dont j’évoquais ici les méthodes lundi, ignorant cette apothéose dans la dissimulation des faits. Pour ces faussaires, la réalité ne doit pas apparaître si elle doit faire le jeu du FN. C’est ainsi qu’un voile pudique recouvre depuis toujours les chiffres de l’immigration, qui déséquilibre pourtant la cohésion nationale. Pour avoir violé cette omerta, le maire de Béziers, orfèvre en provocations il est vrai, a déclenché l’hystérie des faux-culs. De droite et de gauche, ceux-là trouvent insupportable sa déclaration, lundi soir sur France 2 : "Dans ma ville, il y a 64,6% des enfants qui sont musulmans dans les écoles primaires et maternelles (…) Je trouve que c’est trop car on n’assimilera personne". Comment en est-il venu à ce pourcentage ?  "Ce sont les chiffres de ma mairie. Pardons de vous dire que le maire a les noms classe par classe des enfants. Je sais que je n’ai pas le droit, mais on le fait. Les prénoms disent les confessions. Dire l’inverse, c’est nier une évidence". François Hollande, depuis Riyad (Arabie saoudite), a rappelé que "le fichage d’élèves" était "contraire à toutes les valeurs de la République". "Honte au maire, la République ne fait aucune distinction parmi ses enfants", a tweeté Manuel Valls. "Ficher des enfants c’est renvoyer aux heures les plus sombres de notre histoire", a commenté Bernard Cazeneuve. Ménard, qui s’est défendu ensuite d’avoir établi un "fichier" (il laisse comprendre qu’il a eu accès aux listes des établissements scolaires), doit être entendu ce mercredi par la police  pour "tenue illégale de fichiers en raison de l’origine ethnique". Une perquisition à la mairie a préalablement été menée dès mardi par quatre policiers. Au nom de l’UMP, Gérald Darmanin a invité le premier ministre à suspendre Ménard si le fichage était avéré.
     
    Mais au nom de quoi serait-il illégal de connaître la nouvelle composition ethnique et religieuse de la société ? Rien de s’y oppose, hormis en effet le préambule de la Constitution qui interdit "toute distinction de race, de religion ou de croyance". C’est pourtant Valls lui-même qui s’est dit, dès 2009, favorable aux statistiques ethniques. C’est lui qui, récemment, à parlé d’"apartheid", en avalisant une séparation raciale. Quand les sondeurs ont indiqué que 86% des musulmans avaient voté Hollande en 2012 , personne ne s’est indigné. Lorsque les plus radicaux d’entre ces derniers réclament leur "visibilité" dans l’espace public, ils trouvent d’ardents défenseurs chez les procureurs de Ménard. Oui, cette polémique est malhonnête : elle tend à faire croire que l’assimilation serait généralisée, alors que tout le monde admet qu’elle est un désastre. Le maire de Béziers a donc raison de mettre les pieds dans le plat, même si sa méthode d’évaluation est empirique. Le scandale est d’interdire politiquement que des vérités soient dites, de peur de donner raison à ceux qui alertent sur la fracture identitaire. D’autant que, contrairement à ce qu'assurent depuis hier les perroquets, les statistiques ethniques ne sont pas interdites. C’est ce qu’écrivent la démographe Michèle Tribalat et le statisticien Bernard Aubry, dans la dernière livraison de la revue Futuribles. Selon eux, la loi du 6 août 2004 "a autorisé la collecte de données très personnelles, dont celles faisant apparaître les origines ethniques et les opinions religieuses, par la statistique publique", c’est à dire notamment par l’INSEE (Institut national de la statistique et des études économiques). La question est de savoir pourquoi cet institut met tant de mauvaise volonté, voire de blocage, à utiliser ces instruments de mesure de "ségrégation de voisinage". La réponse se devine : il reste préférable d’alimenter le flou...

  • 0 x 3 = 0

    timthumb.jpg Hollande 3 ans.jpg

  • En Guadeloupe, François Hollande exalte le « vivre-ensemble » et les « identités multiples »

     

    timthumb.jpg Hollande 3 ans.jpg

    23h20

    Sous un soleil écrasant et en présence d’élus, d’intellectuels, d’artistes, mais aussi de chefs d’État africains et caribéens, François Hollande a inauguré dimanche à Pointe-à-Pitre le Mémorial ACTe, centre caribéen d’expression et de mémoire de la traite et de l’esclavage, le plus important au monde.

    «La France est capable de regarder son histoire en face», a-t-il déclaré lors d’un discours écrit en partie par la garde des Sceaux Christiane Taubira. Et a rendu hommage à la «force d’âme» de ces hommes et femmes, «réduits à l’état de marchandises et promis à un labeur épuisant, en vertu de lois et de codes que la justice faisait implacablement respecter». [...]

    Critiqué par des associations comme le Cran, qui souhaite que la France aille plus loin avec des «réparations collectives», Hollande a brandi la loi de 2001 qui donne un nom et un statut à l’esclavage et à la traite. «La seule dette qui doit être réglée» aux descendants d’esclaves est de «faire avancer l’humanité», a-t-il ajouté, sans dévier de son refus d’indemnisation financière. [...]

    Mais le chef de l’État, qui terminait dimanche une tournée très politique aux Antilles, aux allures de campagne électorale, en a profité aussi pour délivrer un plaidoyer pour le vivre-ensemble et la République, au lendemain des événements de janvier et en pleine montée en puissance du FN.

    «Les outre-mer nous donnent l’exemple de destins partagés, d’identités multiples, qui enrichissent la nation, a-t-il dit. En ces temps troublés, où ceux qui ne voient pas l’avenir veulent trouver refuge dans le repli, le rejet, la haine de l’autre.»

    Hollande a dénoncé le racisme, un «poison mortel», et rappelé les mesures prises par le gouvernement pour lutter contre le racisme et l’antisémitisme. [...]

    WbKjk0B.jpg

    Le Figaro

  • Grèce : Le Parthénon, un temple aux proportions parfaites


    Monuments éternels par ARTEplus7

    17h56

    Pillé, incendié, détruit, le Parthénon entreprend de se refaire une beauté. Plongeant au cœur de ce chantier titanesque, cette foisonnante enquête éclaircit le mystère qui entoure la construction de ce temple aux proportions parfaites.

    A voir absolument !

     

     

  • Les Africains ont une responsabilité dans la traite des Noirs (rediff)

    18h19

    16/02/2012

    L’écrivain congolais Alain Mabanckou s’attaque à un tabou de l’Afrique contemporaine concernant l’esclavage et la traite négrière.

    (…) La traite des Noirs est une honte pour l’humanité. Un crime contre l’humanité. Qu’elle soit le fait des Européens, via l’Atlantique. Ou des Arabes, via le Sahara ou Zanzibar.

    «Pourtant, il serait inexact d’affirmer que le Blanc capturait tout seul le Noir pour le réduire en esclavage. La part de responsabilité des Noirs dans la traite négrière reste un tabou parmi les Africains, qui refusent d’ordinaire de se regarder dans un miroir», assure Mabanckou.

    Ce passage, extrait du chapitre «Le devoir de violence», constitue un des piliers de l’ouvrage. Il a pourtant été peu remarqué par les commentateurs à l’heure pourtant où l’Histoire (avec un grand H) des Noirs de France s’écrit, où les ouvrages et les articles se http://img96.imageshack.us/img96/5663/esclavage.gif

    multiplient sur l’esclavage et la traite. A l’heure où la nouvelle Afrique émergente est moins encline à jouer le rôle de victime (de la traite, de la colonisation ou du capitalisme occidental) pour devenir un acteur incontournable dans le monde.

    L’Afrique compte un milliard d’habitants aujourd’hui et en aura deux milliards en 2050. Que le monde le veuille ou non, il faudra compter avec le continent. Jamais l’humanité n’aura connu une telle explosion démographique dans un laps de temps aussi court.

    Avec un habitant sur deux ayant moins de 20 ans, l’Afrique doit-elle toujours ressasser le passé de la traite et de l’esclavage? Ou mettre l’accent sur des figures plus positives, de résistants à la traite, aux colonisateurs (européens) et aux dictateurs (africains)?

    L’Afrique peut-elle également  accepter avoir eu en son sein des «négriers» ? Mabanckou pose la question:

    «Faut-il sans cesse nier que pendant ce trafic les esclaves noirs étaient rassemblés puis conduits vers les côtes par d’autres Noirs ou par des Arabes?».

    L’écrivain congolais, qui vit entre la France et les Etats-Unis, où il est professeur, n’est pas le premier à pointer du doigt la responsabilité africaine dans l’horreur de la traite.

    Le Malien Yambo Ouologuen avait en 1968 revisité l’histoire africaine, soulignant que les horreurs de l’esclavage existaient sur le continent bien avant l’arrivée des Blancs.

    Et Mabanckou s’inscrit dans sa lignée, reprenant même le titre de son ouvrage «le devoir de mémoire» dans ce chapitre essentiel. Mais aujourd’hui, en France comme en Afrique, qui connaît Ouologuen? Qui le lit encore? (…)

    Slate Afrique

  • Roubaix : une famille française raconte son calvaire (Màj: leur voiture incendiée cette nuit en représailles; ils doivent fuir)

    6xRwwWq.jpg Roubaix.jpg

    19h54

    10/05/2015

    Une famille de Roubaix est la cible depuis un an du harcèlement d’une bande de délinquants mineurs. Après avoir médiatisé son affaire, leur voiture a été encore brûlée, dans la nuit de samedi à dimanche. Il vont être relogés en urgence dans un hôtel par la ville. [...]

    Alertés par du bruit, des voisins ont pu empêcher les flammes de se déclarer. « On est cloîtrés chez nous, on ne sort plus », a déclaré, terrorisée, la mère de famille sur France 3 NPDC. N’ayant pas les moyens de déménager, ils craignent en effet un nouveau cambriolage. La police leur a conseillé de fuir.

    Selon La Voix du Nord, l’adjointe au maire chargée du logement leur a proposé, ce dimanche, de financer un hébergement d’urgence en hôtel, en attendant une solution à long terme. Ils doivent être reçus, ce mardi, par le maire (UMP) Guillaume Delbar. La commission d’attribution des logements de Roubaix doit se tenir dans un mois.

    Source


    06/05/2015

    Ils sont venus pour camper dans le hall de la mairie de Roubaix. Pancartes à l’appui, cette famille est venue dénoncer les incivilités, violences, cambriolages dont elle est victime depuis un an. Quatre plaintes et une main courante ont été déposées. Ils veulent, disent-ils, briser l’omerta.

     

    « On n’avait déjà pas grand chose. Alors là, on n’a vraiment plus rien. Ma mère nous a prêté une télé qui a plus de 30 ans. C’est tout ce qu’il reste dans la maison ! ». Une pancarte de revendications autour du cou, Philippe Godefroy a les larmes aux yeux. Le timbre pincé de ceux qui se retiennent de pleurer. La présence de ses enfants y joue beaucoup. La pudeur également. Car rien ne les prédestinait à s’exhiber ainsi dans le hall de la mairie de Roubaix.

    Ce que ce couple de Roubaisiens décrit ressemble à un véritable calvaire. « Nous avons emménagé rue Desaix, dans le quartier du Pile, début avril 2014, explique ce père de famille. Les ennuis ont commencé immédiatement ». Quelques jours à peine après leur installation, deux pneus de leur AX sont crevés par une main anonyme et noctambule. Rebelote quelques jours plus tard. Les quatre pneus, cette fois-ci. « À peine le temps de les changer qu’ils étaient déjà crevés. Comme je me lève de bonne heure pour aller travailler, j’ai pris la décision de garer ma voiture un peu plus loin dans la rue. Le 29 avril, vers 4h15, en sortant de chez moi, j’ai tout de suite compris ». L’odeur caractéristique qui flotte dans l’air ne lui laisse guère de doutes. Sa petite Citroën, la seule de la famille, a été incendiée. Une plainte a été déposée. L’enquête est toujours en cours au sein de la sûreté urbaine de Roubaix.

    Pneus crevés, voiture incendiée, porte défoncée, deux cambriolages

    La suite, c’est une triste litanie d’incivilités, d’insultes ou de moqueries difficiles à expliquer. [...] Un soir, quelqu’un a donné un violent coup de pied dans ma porte d’entrée. Ça a créé un énorme trou. Ils ont cassé les fenêtres. On se fait insulter. On nous a même jeté des œufs pourris sur notre devanture. Et quand je suis sorti pour voir d’où venait cette odeur, on se foutait de notre gu… ».

    Le pire, selon eux, c’est que des incivilités, à Roubaix, on s’en accommode. « On vit avec, reconnaît Vanessa, sa compagne. Le pire, c’est pour les enfants. Ils s’inquiètent pour nous. Quand ils partent à l’école, ils se demandent ce qui peut encore nous arriver. Mais ils sont compréhensifs. C’est une force d’avoir des enfants comme ça. On leur a tout volé mais ils ne réclament rien ».

    La situation a dérapé une première fois, le 8 mars. « Nous avons été cambriolés par des individus qui sont entrés par l’arrière de la maison. Ils ont volé une télé et les consoles de jeux des enfants. Dans l’après-midi du 1er mai, nouveau cambriolage. Ils ont défoncé la porte de devant. Là, en notre absence, ils nous ont littéralement pillés. C’est clair, on n’a plus rien. Ils ont été jusqu’à voler les jouets des enfants, notre box internet ou une télécommande qui ne fonctionne plus ».

    Philippe n’accuse personne. Mais il pointe du doigt, ces attroupements répétés devant son domicile. Ces scènes de deal où on exhibe des billets de 500 euros. « Alors que je bosse pour 1200 euros par mois, comment faire comprendre la valeur travail à mes enfants ? »

    Pour le commissariat de Roubaix, si la rue Desaix est dans le collimateur « comme d’autres rues de Roubaix », impossible néanmoins de relier ces vols par effraction à certains « jeunes » du quartier « qui peuvent potentiellement poser problème ». « Ce serait un peu simpliste de leur faire porter systématiquement le chapeau », glisse un enquêteur. [...]

    Au total, quatre plaintes et une main courante ont été déposées en moins d’un an. « À chaque fois, les policiers nous expliquent que la seule solution, pour nous, serait de déménager, car nous ne sommes pas en sécurité. Ceux qui nous ont fait ça devraient être en prison. Et c’est nous qui sommes obligés de partir comme des moins-que-rien. Quand on sort, on est obligé de laisser un adulte dans la maison par peur d’un nouveau cambriolage ».

    Source

  • Les Balkans en état d’alerte

     

    Des policiers macédoniens tués par un groupe armé en provenance du Kosovo

    Un accrochage sanglant a eu lieu samedi entre la police macédonienne et des assaillants retranchés dans un quartier musulman. La Macédoine évoque une attaque terroriste pilotée depuis le Kosovo voisin. L’inquiétude est à son comble dans les Balkans.

    Nouvelle tension dans les Balkans. Cinq policiers de Macédoine, une des républiques issues de l’éclatement de l’ex-Yougoslavie, ont été tués et une trentaine de policiers ont été blessées samedi dans des accrochages avec un « groupe armé venu d’un pays voisin », qui pourrait être le Kosovo, même si ce pays n’est pas officiellement nommé.

    Les affrontements auraient également fait un nombre indéterminé de victimes du côté des « terroristes », selon la terminologie macédonienne. La presse locale parle de cinq morts.

    « Cinq policiers ont été tués dans des échanges de tirs avec des terroristes », a ainsi déclaré la ministre macédonienne de l’Intérieur, Gordana Jankuloska.

    Les accrochages ont eu lieu dans un quartier albanais musulman de la ville de Kumanovo, située au nord du pays, à la frontière avec le Kosovo, pays dont l’écrasante majorité de la population est musulmane albanaise alors que l’ex-république yougoslave de Macédoine compte 2,1 millions d’habitants à majorité slave orthodoxe.

    Lire la suite de l’article sur leparisien.fr

     

    E&R

  • Violents combats au nord de la Macédoine

    http://www.lefigaro.fr/international/2015/05/10/01003-20150510ARTFIG00147-violents-combats-dans-le-nord-de-la-macedoine.php

  • Etats-Unis : deux suspects arrêtés après le meurtre de deux policiers

    4760073_suspects_545x460_autocrop.jpg

    Deux policiers ont été tués par balle samedi dans le Mississippi, où deux suspects ont été arrêtés dimanche au terme d'une chasse à l'homme.

     

    10 Mai 2015, 08h55 | MAJ : 10 Mai 2015, 14h18

     

  • L’Europe rappelle à Cameron qu’elle est anti-démocratique

    cameron.jpg

    Partager sur Facebook Tweeter 

     

    10/05/2015 – EUROPE (NOVOpress)
    Au lendemain de la victoire des conservateurs aux législatives Britanniques, Hollande « rappelle » à Cameron qu’il y a des « règles en Europe ».

    Le Premier ministre britannique a réaffirmé sa volonté d’organiser un référendum pour ou contre la sortie de la Grande-Bretagne de l’Union Européenne d’ici à 2017. Une volonté démocratique inacceptable pour les européistes, qui a aussitôt suscité la réaction du président français.
    Diplomatiquement, François Hollande a parlé de « concertation » et de « dialogue », mais le rappel à l’ordre de Hollande évoque celui de Junkers à l’encontre de la Grèce :

    Il ne peut y avoir de choix démocratique contre les traités européens

    Cela se confirme, la seule évocation d’un appel au peuple rend aussitôt nerveux nos chers eurocrates…