Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/10/2014

Nous y voilà: Ebola, c'est la faute aux Blancs !

ebola    

Le 14 octobre 2014
 
Pascal Adjamagbo ferait mieux de rentrer au pays aider son Afrique.
         

Jeudi, Yves Calvi consacrait son numéro de « C dans l’air » sur France 5 à la psychose Ebola. Le titre de son émission : « Ebola : pas de panique mais… » Pas de panique justifiée, mais tout ce qu’il faut pour l’organiser, notamment parce qu’elle fait vendre de l’Audimat et du papier.

Émission passionnante de bout en bout où l’on comprend que cette maladie est avant tout celle de la pauvreté et de l’ignorance, une maladie de la misère dans des pays qui, depuis les indépendances, ont été ravagés par les guerres tribales, et où les systèmes de santé sont totalement défaillants. Des pays où l’on trouve au mieux un médecin pour 100.000 habitants, et parfois aucun pour 4 millions, comme au Liberia ! Pourquoi ? Parce que les élites se forment en majorité chez les Blancs et y demeurent. Comme un certain Pascal Adjamagbo, dont on apprend au détour de l’émission qu’il a lancé une pétition pour dénoncer le plan concerté d’élimination ciblée des populations noires d’Afrique par les Blancs. Rien que ça.

M. Adjamagbo n’est pas n’importe qui : ingénieur de l’École nationale des ponts et chaussées de Paris, docteur d’État et agrégé de mathématiques, professeur à l’université de Jussieu (Paris 6), membre du « Panel de haut niveau de l’Union africaine pour la science, la technologie et l’innovation », il a lancé fin août sur Internet sa « Pétition au nom de la science à l’Union africaine pour une commission d’enquête internationale du Conseil de sécurité de l’ONU et de l’Union africaine sur l’origine du SIDA et de l’Ebola ».

Passons donc sur le fait, doublement étonnant à nos yeux, que ce monsieur qui aime tant ses frères africains préfère enseigner à Jussieu plutôt qu’à l’université de Lomé, et que la France, qui collectionne les médailles Field, trouve bon de recruter ses enseignants parmi les Togolais, et penchons-nous sur les propos dudit Pascal Adjamagbo. 
À l’en croire, c’est un programme développé par « le régime sud-africain de l’apartheid entre 1980 et 1994, consistant en la mise au point et la manipulation “d’armes biologiques de destruction massive” dirigées sélectivement contre les populations d’Afrique » qui viserait à l’éradication du continent noir. Comme les laboratoires chinois, sans doute, mirent au point la peste noire qui fit 25 millions de morts en Europe entre 1347 et 1350 ?

Bien que passé par nos grandes écoles, M. Adjamagbo est resté un enfant de sa terre. Prétendant parler au nom de la science, il participe activement à l’épidémie de fantasmes qui, en Afrique, tue autant que le virus, tenant les malades à distance des rudimentaires centres de soins « perçus comme des mouroirs », prétendant que cette maladie « est une invention de Blancs ». « Pendant 30 ans, notre emblème symbolisait le secours, la vie », disent les soignants de Médecins sans frontières, « maintenant on a une sorte de blason de mort qui nous colle à la peau ». Suspectées d’apporter la mort, des équipes chargées d’informer les populations ont même été massacrées dans des villages de brousse en Guinée.

Choléra, maladie du sommeil, fièvre jaune, paludisme, tuberculose, SIDA… il y a, en Afrique, depuis des années, des maladies qui tuent bien plus qu’Ebola et qui sont infiniment plus contagieuses, disent les virologues. Du fait des fantasmes répandus par M. Adjamagbo et ses semblables, les gens n’approchent plus des dispensaires pour se faire traiter, et la mortalité explose.

Enfin, rappelons à ce monsieur que si l’OMS n’a déclaré l’urgence sanitaire que cinq mois après le début de l’épidémie d’Ebola, l’Union africaine ne s’est réunie, elle, pour la première fois qu’en septembre dernier ! Alors plutôt que cracher sur l’Occident où il a étudié et où il vit la vie des riches Africains en diaspora, Pascal Adjamagbo ferait mieux de rentrer au pays aider son Afrique à sortir de la victimisation qui lui tient lieu d’économie et du maraboutage qui sert encore trop souvent à tout le reste.

Marie Delarue

BOULEVARD VOLTAIRE

02:04 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

Ras-le-bol à Calais : “migrants” et délinquants (Présent 8209)

Calais.jpg

 

 

14/10/2014- PARIS (NOVOpress) – Réclamer davantage de policiers face à la présence massive de “migrants” [note de Novopress = clandestins] en ville : telle était lundi matin l’objet de la manifestation organisée par le syndicat Unité SGP Police FO, qui a regroupé des policiers, des agriculteurs et des commerçants. De 200 à 500 personnes se sont rassemblées, une opération escargot a eu lieu en direction du centre-ville de Calais, mobilisant une trentaine de tracteurs, une dizaine de poids lourds et une centaine de voitures.

Ras-le-bol à Calais : "migrants" et délinquants (Présent 8209)Thierry Depuyt, responsable régional du syndicat susdit, estime qu’il y a 2 000 à 2 500 “migrants” [Ndlr = clandestins] qui traînent dans Calais (73 000 habitants). La préfecture, elle, met le curseur à 1 400-1 500 “migrants”. Rien que cela… Année faste que 2014, puisque les “migrants” qui rêvent d’Angleterre, essentiellement des Erythréens et des Soudanais, sont quatre fois plus nombreux qu’en 2013. Le hic est que l’Angleterre n’est pas pressée de s’enrichir à leur contact.

« Les fonctionnaires de police n’arrivent plus à assurer la sécurité des Calaisiens et la leur, c’est pourquoi nous demandons au ministre de l’Intérieur un renforcement des effectifs de police », a déclaré Thierry Depuyt. Notons bien : la police n’arrive même pas à assurer sa propre sécurité…

 

Pas d’amalgame !

Le syndicaliste précise que « ce rassemblement se veut pacifiste, sans aucune connotation raciste ». Des militants de « Sauvons Calais », trop à droite, ont été priés de ne pas suivre la manifestation. Le journal Nord-Littoral a bien repéré quelques néo-nazis tout de même. Les responsables syndicaux avaient leur argumentation toute prête : ce n’est pas une manifestation contre les “migrants”, c’est une manifestation contre l’afflux migratoire et le manque de moyens policiers.

Ce hiatus entre expression d’un ras-le-bol et autocensure ne contribuera pas à résoudre le problème. Si on ne voit pas le rapport entre cette manifestation et le racisme, les Calaisiens voient très clairement celui qui existe entre immigration et insécurité. Les agriculteurs déplorent le squat de leurs bâtiments agricoles, de leurs champs, quand ce n’est pas la destruction partielle des récoltes… Vols de portables, vols de marchandises dans les magasins, agressions, rixes, tentatives de viols : telle est l’apport culturel des “migrants” à la vie calaisienne.

« Cette explosion de “migrants” à Calais a des répercussions locales sur le marché de l’immobilier et pour la sécurité des biens et des personnes », résume Thierry Depuyt avec beaucoup de délicatesse à l’égard de ceux qui pourrissent la vie des Calaisiens. Le directeur départemental de la sécurité publique du département, Thierry Alonso, s’inscrit en faux. Une commerçante s’est fait voler son tiroir-caisse la semaine dernière par quatre “migrants” ? « Un fait isolé. » La sécurité des Calaisiens est dans de bonnes mains...

Samuel Martin

 

Note
Ce sont évidemment les “migrants” qui ont besoin d’être défendus, non les Calaisiens ! Cinq associations ont réagi à la manifestation : « La stigmatisation des exilés présents à Calais ne résoudra pas la situation », ont écrit Calais, ouverture et humanité, Fraternité migrants du Bassin minier 62, le Réveil voyageur, Salam et Terre d’errance. Elles prônent « une politique publique d’hospitalité respectueuse des droits humains ». L’insécurité ? Le Réveil voyageur, sur son site, déplore une « Nouvelle agression fasciste à Calais ». Que fait la police ?

01:23 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Du Grand Remplacement au Grand Retour : Assises de la Remigration le 15 novembre 2014 à Paris

flyer_assises-remigration_pt.jpg

 

14/10/2014 – PARIS (NOVOpress)
Toujours en pointe quand il s’agit d’être un éveilleur de peuple, notamment pour lutter contre le Grand Remplacement qui touche notre peuple, le Bloc identitaire organise les Assises de la Remigration le 15 novembre prochain à Paris (les noms des intervenants et le lieu des Assises seront indiqués prochainement). Le Bloc identitaire a annoncé ces Assises de la Remigration via un communiqué :

Le Bloc Identitaire a depuis longtemps fait le constat du Grand Remplacement et de ses terribles conséquences – économiques, sociales, culturelles, sanitaires, sécuritaires – pour notre pays. La lutte contre cette terrible substitution de population que subit notre pays, expression concrète de la disparition de notre identité, est même au cœur de notre engagement.

(…)

Loin des positionnements, oscillant souvent entre douce utopie et vile lâcheté, prônant l’assimilation massive comme réponse à l’immigration massive ou encore la « réconciliation » avec des immigrés ou descendants d’immigrés qui détestent la France et les Français, le Bloc Identitaire estime qu’une remigration, concertée et planifiée, c’est-à-dire le retour dans leurs pays d’origine d’une grande partie des immigrés et descendants d’immigrés, est la seule option à même de garantir un avenir pacifié à notre pays et de préserver son identité.

Que cela soit dans la rue à travers actions, manifestations, et campagnes militantes, ou sur le terrain intellectuel avec la production des « 26 mesures pour la remigration » ou encore de nombreux entretiens et interventions médiatiques, les identitaires ont largement travaillé à la conscientisation de nos compatriotes mais aussi à la popularisation de cette solution et son entrée dans le débat public. Il est désormais temps de franchir une nouvelle étape, de fédérer les énergies afin d’imposer la remigration comme le corollaire logique, évident, du refus de l’immigration.

Vous pensez que la remigration est impossible ? Vous pensez qu’il n’y a jamais eu de remigration dans l’histoire ? Vous pensez encore que les djihadistes et les 16% de « Français » qui les soutiennent ou les supporteurs violents de l’équipe d’Algérie pourront faire demain de bons citoyens ? Laissez-nous vous convaincre de l’inverse ! Vous pensez tout au contraire que les sociétés multiraciales finissent toujours en sociétés multiracistes et nous mènent à la guerre civile ? Vous pensez que la seule solution pour éviter cela est de favoriser et d’organiser le grand retour ? Alors venez renforcer vos arguments et travaillez avec nous à rendre possible ce qui vous apparaît nécessaire !

01:04 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Comment notre "exception sociale" fait le bonheur du monde entier

à nos frais ! Inimaginable, tout simplement !

A écouter attentivement !

Paula Corbulon

Le Salon Beige - 14 10 14

00:38 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

14/10/2014

VIDEO Psychose à Boulogne : « A l’école, ils me disent: Tu es Ebola »

                        

Ils ont été au cœur d’une psychose, relatée par les médias: Thierlo, Sekou, leur petite sœur et leur maman veulent désormais tourner la page de cet épisode. Tout a débuté fin septembre, lorsque l’aîné, Thierlo, scolarisé dans une école primaire de Boulogne-Billancourt, rentre d’un séjour en Guinée, son pays d’origine, qui fait également partie des terres les plus touchées par le virus Ebola.

Moqueries à l’école, peur des parents

Il ne présente aucun symptôme. Mais par précaution, la famille Traoré décide d’être suivie et soumise à des prises de température plusieurs fois par jour. C’est là que les quolibets commencent. (…)

Fatoumata, leur maman, décide dès le lendemain du retour de Thierlo d’aller discuter avec la directrice. Mais il est déjà trop tard. Trois familles ont retiré leurs enfants par peur d’une contagion, et les médias sont prévenus. La famille est pointée du doigt.

Interrogé par France Info, le professeur Jean-François Delfraissy, spécialistes des maladies infectieuses, se désole de ces amalgames:

« Il y a une série de gens qui arrivent tous les jours de Guinée, et qui ne sont pas mis en quarantaine. Il y a un affolement qui débute, et il est urgent qu’il y ait une information officielle autour de cette maladie, y compris dans le milieu scolaire ». (…)


Source

 

FDS

 

 

23:42 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

Des centaines de musulmans dans les rues du Danemark pour la “Takbeer March”

 

 

 

14/10/2014 – COPENHAGUE (NOVOpress)
Pour ceux qui affirment que l’islamisation de l’Europe est un fantasme, cette vidéo montrant des centaines de musulmans dans des rues du Danemark est une réponse adéquate pour dire que le réel est le seul élément qui compte.

Publié le 14 octobre 2014

21:20 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Strasbourg: ils s'entraînaient au jihad dans un parc, ils sont laissés libres

4184543_000-dv229878-new.jpg

                                                                                                                              

La police de Strasbourg (Bas-Rhin) a effectué un contrôle étonnant lundi dans un parc de la ville. Au moins six personnes étaient en train de «s'entraîner au jihad» avec des factices, selon des sources proches du dossier, qui confirment une information dévoilée par RTL.
 
 

Les policiers locaux avaient été appelés par des riverains assistant à des entraînements au combat de «barbus en djellaba». A leur arrivée, ils ont été accueillis par les de «mécréants» avant de pouvoir contrôler les présumés apprentis jihadistes. Selon RTL, le leader du groupe a affirmé s'entraîner pour «venger leurs frères musulmans morts sous les balles». Les hommes auraient également annoncé aux policiers qu'ils allaient «brûler en enfer». 

En l'absence de délit caractérisé, aucun d'entre eux n'a été placé en garde à vue, une source évoquant une simple «provocation». RTL précise que l'affaire a été transmise à la Direction centrale du renseignement intérieur (DGSI).

LeParisien.fr

 

20:34 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Attali au Congrès juif mondial : « Notre rôle est d’aider à la création d’une bourgeoisie musulmane »

13 octobre 2014 par Pierrot 

La pensée de beaucoup de juifs sur les musulmans de France est résumé par Jacques Attali dans cette citation. Parce que la France accueille la plus grande communauté juive et la plus grande communauté musulmane en Occident, notre pays devient un laboratoire d’expérimentation pour ces apatrides. 

« Si la France ne réussit pas à organiser une cohabitation pacifique entre juifs et musulmans, celle-ci ne réussira nulle part ailleurs dans le monde. Nous avons les plus grandes communautés juives et musulmanes dans le monde occidental.

C’est notre devoir, en Europe et principalement en France, de réussir cette coopération pacifique. Et cela peut marcher.

J’ai fondé une société de micro-finance et nous travaillons dans les banlieues où nous aidons des musulmans pauvres.

Nous y avons trouvé des gens formidables. Il y a des gens formidables dans la communauté musulmane.

Deux problèmes : premièrement, il n’y a pas de leader. Il n’y a pas de David de Rothschild, il n’y a pas de Roger Cukierman.

Je dirais, à propos, que c’est notre rôle, partout dans le monde où il y a une communauté musulmane, d’aider à la création d’une bourgeoisie musulmane.

La clé pour un monde musulman pacifique, c’est une bourgeoisie musulmane.

C’est notre rôle de les aider.

 Nous avons besoin de musulmans riches. Nous avons besoin de familles fortunées et nous avons besoin qu’elles financent leurs propres organisations. Pouvez-vous imaginer qu’il y ait un seul lycée musulman en France ? (…)

Je veux souligner ceci : il est beaucoup plus difficile aujourd’hui d’être musulman que juif en France. Si vous avez un nom juif, vous pouvez presque aller partout. Si vous avez un nom musulman, vous trouvez presque toutes les portes fermées. Et c’est aussi notre rôle de les aider, de les sortir de la frustration. »

Contre-info.com

19:16 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (10)

Mikhaïl Khodorkovski : le joker de la CIA contre la Russie – par Guillaume Faye

Mikhail_Khodorkovsky_2013-12-22_4.jpg

Partager sur Facebook Tweeter 

 

Les médias occidentaux font actuellement de ce personnage peu clair un héros, une icône virginale, symbole de la résistance contre la ”dictature” de Poutine. En réalité, c’est un pion dans la stratégie de l’administration de Washington pour affaiblir et subvertir la Russie. Retour sur le parcours d’un imposteur.

Le faux martyr

Mikhaïl Borissovitch Khodorkovski (photo) était jadis le tout puissant PDG milliardaire de la compagnie pétrolière post-soviétique Ioukos. Il fut jugé, condamné et emprisonné pour fraude fiscale. Immédiatement, tous les médias occidentaux ont raconté que c’était un procès politique et que ce nouveau Soljenitsyne avait été envoyé au « goulag » parce qu’il faisait partie de l’opposition ”libérale” à Vladimir Poutine. Argument sans preuves et ridicule, fabriqué par la propagande de la CIA : en effet, bien d’autres ”oligarques” ploutocrates corrompus et fraudeurs ont été incarcérés alors qu’ils ne faisaient pas de politique et, d’autre part, des centaines de personnalités russes, des opposants politiques à Poutine, vivent tranquillement et parlent librement sans jamais avoir étés inquiétés par la justice. De plus, en quoi, M. Poutine, qui a été élu à deux reprises par une majorité écrasante de son peuple (”par fraude !” dit, bien sûr, la propagande) aurait-il besoin de faire incarcérer ses opposants ? Si M.B. Khodorkhoski s’était présenté à la présidentielle, il n’aurait même pas obtenu 5% des voix.

M. Poutine a, par l’équivalent de notre droit de grâce présidentiel, fait libérer Khodorkovski avant les Jeux olympiques d’hiver de Sotchi. On a, bien sûr, répété partout que c’était un cynique moyen d’apparaître humain et magnanime pour éviter le boycott des Jeux. Où sont les preuves de ces allégations ? Une fois libéré, M. Khodorkovski se lance, avec l’aide de ses amis américains, dans une violente campagne internationale contre Poutine, contre son propre pays, la Russie et sa nouvelle politique de renaissance identitaire, d’indépendance et de puissance.

 

Entre-temps, la crise ukrainienne a commencé. Provoquée (voir autres article de ce blog) par Washington et une UE aux ordres, elle vise à museler la Russie en relançant la guerre froide et, à terme, à renverser le régime de Poutine – et tout autre régime patriotique et populaire qui lui succéderait – au profit d’un régime de type ”eltsinien” entièrement soumis à Washington, c’est-à-dire ”démocratique occidental”. Neutraliser la renaissance russe est l’objectif principal – et normal – des dirigeants US. On choisit donc Khodorkovski, collaborateur des intérêts américains, comme l’emblème de la ”résistance russe” à Poutine et candidat de la CIA à sa succession.

L’agitateur intrigant

M. Khodorkoski multiplie les conférences aux USA ; il est l’invité des galas de l’ONG Freedom House, filiale de la CIA, qui le payent très largement. Il a obtenu des entretiens au State Department (Ministère des Affaires étrangères), il a été reçu à la Maison-Blanche et au Congrès. Il est devenu la coqueluche de tout le lobby washingtonien anti-Poutine. Les USA seraient-il sa nouvelle patrie ?

Quelles sont les idées de M. Khodorkovski et qu’il répand dans tous les médias américains et européens, avec une extraordinaire prétention à faire parler de lui ? Tout d’abord, que le régime de Poutine est une dictature qui opprimerait le peuple russe CQFD ; ensuite qu’il menace la sécurité de l’Occident et du monde et qu’il risque de provoquer une Troisième guerre mondiale. (Au fait, M. Khodorkovski n’a pas pensé à la menace extraterrestre ?)

Outre ses conférences aux États-Unis, M. Khodorkovski se rend en Ukraine pour prêcher la bonne parole contre la Russie actuelle de Poutine. Il se présente, ne doutant pas de son génie et de sa hauteur morale, comme une alternative à Poutine, au Kremlin, à la tête d’une future Russie. Il est entouré d’un service de presse et de relations publiques international. Son organisation ”Russie ouverte” (1) – qui est une antenne de la CIA – mène en Russie une campagne de propagande pour lancer un mouvement d’opposition. Dans ses interviews (en France au Monde et au Figaro), il assène le même discours : le régime actuel, despotique, impérialiste et corrompu, va s’effondrer, donc il faut être prêt ; il qualifie ainsi la popularité de Poutine : « le pouvoir bénéficie aujourd’hui d’un soutien hystérique parce qu’il utilise la carte nationaliste en surfant sur la crise ukrainienne ».

Inversant la réalité, il prêche, se présentant comme ”patriote” alors qu’il est un agent des desseins de Washington : « rompre avec l’Ouest est un pas dangereux pour la Russie qui la couperait de son identité culturelle » : ou bien : « les vrais patriotes russes doivent dire la vérité, la guerre en Ukraine a pour seule motivation de préserver un régime moribond » ; il entend être celui qui « permettra au peuple de réaliser l’exploit nécessaire pour sauver la Russie ». Ou bien encore, cette prédiction ridicule : « ceux qui en Occident font semblant de ne pas comprendre l’enjeu de l’Ukraine ont tort. Ils ne veulent pas voir le danger de l’agressivité du régime russe. Mais si vous n’arrêtez pas Poutine, c’est votre propre sécurité qui sera en jeu, demain. » Grosse ficelle : il s’agit de relancer l’esprit de guerre froide en faisant croire à l’opinion qu’il existe une menace militaire russe contre l’Europe !

Le côté pervers (et l’esprit faux) du discours de MBK est qu’il prétend que la Russie patriote de Poutine est anti-européenne parce qu’elle serait ”anti-occidentale”, alors que c’est exactement l’inverse. Elle est ”anti-occidentale”, parce qu’elle est pro-européenne ! Ce que Khodorkovski appelle l’ ”Occident” n’a rien à voir avec l’Europe historique et enracinée, ni d’ailleurs avec la véritable Amérique profonde ; c’est tout simplement l’atlantisme, l’Union européenne vassale de l’OTAN et de Washington, la civilisation décadente que nous connaissons. La Russie de Poutine est à la fois ”anti-occidentale”, consciente de ses racines européennes et désireuse d’un partenariat global avec l’Europe.

L’objectif de la subversion

Le patriotisme russe est ce que déteste le plus M.B. Khodorkovski. On nous le fait passer pour un petit Saint alors qu’il est un joker de l’administration américaine destiné à déstabiliser le pouvoir russe actuel et le remplacer par un régime soumis. Exactement la même stratégie qu’en Ukraine et en Géorgie. Le programme de M. Khodorkovski est, sous couvert de ”démocratie”, la soumission de la Russie à l’Occident sous direction de l’OTAN. Khodorkovski est souvent considéré en Russie comme un traître à son pays, un personnage parfaitement méprisable, qui se drape dans la posture de la résistance au ”despote” Poutine et à son bellicisme.

Saint Khodorkovski est à la tête d’un lobby, piloté depuis les USA, et le but de la CIA est limpide : imposer Khodorkovski, dans les prochaines années, comme une icône, à la fois dans l’opinion russe et sur la scène internationale. Il s’agit de fabriquer un personnage qui s’imposerait comme le nouveau président russe, comme le successeur ”démocratique” de Poutine. Un proconsul, au service des intérêts US, à la tête d’une Russie décapitée. Cette stratégie a peu de chances de réussir. En effet MBK et son lobby sont complètement déconnectés du peuple russe des couches populaires, profondément patriotes et attachées à l’identité, à l’ordre et aux valeurs. MBK n’est en phase idéologique qu’avec une fraction minoritaire de l’opinion russe, une certaine petite bourgeoisie cosmopolite et occidentaliste concentrée à Moscou et dans les grandes villes. De plus, son discours de propagande sur la ”menace”, notamment militaire, que représenterait la nouvelle Russie n’est pas crédible et risque de ne pas passer dans l’opinion occidentale elle-même. Cette dernière, en effet, voit bien que la vraie menace est islamiste.

Khodorkovski espère qu’il aura un destin national en Russie parce qu’il parie sur l’échec et l’effondrement du régime de Poutine, notamment sur le plan économique. Les sanctions occidentales, voulues par Washington, vont dans ce sens : créer une crise socio-économique en Russie pour y semer le désordre. Et puis sortir le joker Khodorkovski. Cette stratégie, voulue par la CIA et certains milieux du Congrès, a peu de chances de réussir. Mais si elle réussissait, ce serait une très mauvaise nouvelle pour l’Europe.

(1) Le terme même de « Russie ouverte » est très significatif d’une certaine idéologie laxiste et décadentiste, dont souffre toute l’Union européenne : ouverture des frontières à tous les flux commerciaux et migratoires, ouverture d’esprit à toutes les doctrines délirantes, abandon de la souveraineté et de l’indépendance, renoncement à l’identité et à la puissance.

Guillaume Faye

Source : le Blog de Guillaume Faye.

Crédit photo : Митя Алешковский (Mitya Aleshkovskiy), via Wikipédia, (cc).

02:55 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)

Eric Zemmour: "La Turquie est décidément bien loin de l'Europe"


Éric Zemmour : "La Turquie est décidément bien... par rtl-fr

01:57 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Le traité transatlantique (TAFTA) expliqué en quelques minutes

01:47 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Kosovo - La menace de l’État islamique gronde aux portes du monastère de Visoki Dečani

isis_crkva.jpg

 La menace de l’Etat islamique gronde aux portes du monastère de Visoki Dečani

Lundi 13/10/2014 :: Communiqué

Belgrade, lundi 13 octobre - Les trente moines de Visoki Dečani sont sous le choc depuis la découverte hier matin de graffitis et d’inscriptions en arabe et anglais annonçant l’arrivée de l’Etat islamique et du califat au Kosovo. Depuis samedi soir, la muraille en construction destinée protéger les moines et le monastère est recouverte de plusieurs inscriptions et sigles dont celui de l’« ISIS », l'État islamique en Irak et en Syrie et de l’ « UÇK », considérée autrefois par la communauté internationale comme une organisation terroriste albanaise.

« Caliphate is coming - Le califat arrive » un graffiti devenu slogan

Dépêché sur le terrain en urgence, le Lieutenant Angelo Minelli, commandant de la KFOR locale, la force armée de l’OTAN a assisté hier à une scène troublante. Alors qu’il constatait l’infraction en compagnie de l'higoumène Sava Janjić, sa visite fut chahutée par un groupe de jeunes Albanais, ameuté par les radios locales qui relayaient en boucle le motif de sa venue au monastère de Dečani. Se positionnant à tout juste quelques mètres du religieux et du militaire, une dizaine de jeunes hommes est venue crier à visage découvert et à pleins poumons les slogans tagués la veille au soir sur les façades du monastère. Une horde de soutien confirmant un peu plus l’hypothèse d’un acte de vandalisme réfléchi et délibéré.

Achever en urgence la muraille de protection

Face à ces nouvelles menaces proférées à l’encontre de la communauté monastique de Visoki Dečani, Solidarité Kosovo alerte à nouveau avec force sur la gravité de la situation et en appelle à la générosité du plus grand nombre pour achever le chantier de la muraille de protection initiée en juin dernier.
Pour en savoir plus sur ce chantier humanitaire sans précédent initié par Solidarité Kosovo, nous vous invitons à consulter la mission explicative dédiée en cliquant ici.

Alors que les soldats de la KFOR commence à prendre congés des lieux, les moines du monastère s’affairent à poursuivre la construction de l’anneau de protection qu’ils espèrent voir les entourer d’ici la fin de l’année.

Solidarité Kosovo appelle tous ses donateurs à apposer une pierre à cet «anneau de protection » en effectuant un don :
-    Par chèque : en libellant l’ordre à Solidarité Kosovo puis en l’envoyant à : Solidarité Kosovo - BP 1777 - 38220 Vizille – France
-    Par virement Paypal : rendez-vous sur notre site en cliquant ici et suivez les instructions « Dons en ligne».
-    Par virement bancaire, contactez-nous : contact@solidarite-kosovo.org

Il y a urgence à protéger ces hommes qui ont consacré leur vie à Dieu et à leurs frères, agissez dès maintenant !

SOLIDARITE KOSOVO

Soutien aux Serbes du Kosovo

01:01 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Communiqué de Julien Rochedy : Passage de flamme

ob_00363f_398416-371791489562231-1975525906-n.jpg

Julien Rochedy et sa fille

Dimanche, 12 Octobre 2014
 
 
 
Rédaction
 
Chèr(e)s ami(e)s,



Voilà maintenant 4 ans que je suis à la tête du FNJ, d’abord dans la direction nationale, puis en tant que président des jeunes avec Marine durant la présidentielle, puis enfin directeur national du FNJ.


Il était grand temps que je passe la main pour laisser à la nouvelle génération du FNJ le soin de continuer d’avancer !


Ces 4 années avec vous ont été pour moi absolument magnifiques. Les souvenirs avec les jeunes patriotes, dans presque tous les départements de France, resteront gravés toute ma vie dans ma mémoire.


J’espère avoir fait de mon mieux toutes ces années pour représenter la plus belle des jeunesses, celle qui croit en son pays et qui veut un avenir français pour ses futurs enfants !


Je souhaite tout le meilleur à Gaëtan Dussausaye qui me succède, ainsi qu’à toute sa nouvelle équipe en qui j’ai entièrement confiance (et que je connais bien :) ).


Je suis amené à désormais travailler dans ce que je souhaitais au Front National et auprès de Marine, c'est-à-dire dans le domaine de nos idées qui, très prochainement, devront triompher.



Merci encore à Marine, notre présidente, de m’avoir fait confiance pendant toutes ces années, et merci à vous tous pour votre amitié qui m’est très chère. Jeunesse Française patriote : l’avenir, c’est vous !



Votre Julien.

 

source

Le blog de Julien Rochedy :: lien

VOXNR

00:03 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

13/10/2014

Démission collective de la JRE et de la FAPEC

 

Lancement d’un nouveau mouvement pour la protection des enfants

arton28487-16374.jpg

Par la secrétaire et le trésorier démissionnaires de la FAPEC

 

Le 11 octobre 2014

Nous,
Membres actifs, soutiens et militants des Journées de retrait de l’école (JRE) et de la Fédération autonome de parents engagés et courageux (FAPEC), avons participé activement depuis presque un an au lancement, au développement et à la bonne activité des deux mouvements.

Nous,
Représentants des Comités-JRE Lille, Paris-Ile de France, Lyon, Marseille, Militants de terrain, Parents engagés et courageux,

donnons solennellement aujourd’hui notre démission des JRE et de la FAPEC – entre autres – pour divergences d’appréciation de certains principes fondamentaux de la famille traditionnelle et pour incompatibilité de caractère.

Pour des raisons d’efficacité et pour répondre au mieux aux attentes des familles, nous proposons dès maintenant une continuité des actions sur le terrain.

Avec les familles et les réseaux déjà mobilisés, dans les quartiers populaires et résidentiels, pour les enfants des villes et des campagnes, nous annoncerons sous peu la création d’un nouveau mouvement engagé au service des familles et des enfants, décentralisé, au plus près du terrain et du peuple, ouvert à tous sans exclusive.

Nous sommes conscients que la famille est attaquée plus que jamais et l’enfance victime de nombreuses entreprises de détournement. De ce fait, notre priorité est et restera l’intérêt supérieur des familles et la protection des enfants.

Pour celles et ceux qui souhaitent poursuivre avec nous le travail initié depuis un an dans les régions, vous pouvez dès à présent nous joindre à l’adresse suivante :
pournosenfants.info@gmail.com

Dorénavant, pour toute information relative à la FAPEC, nous vous invitons à adresser vos demandes à l’équipe restée en poste.

Merci pour votre compréhension et votre soutien.

Responsables et Comités JRE-FAPEC Lille – Paris/IDF – Lyon – Marseille

E&R

23:37 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Florian Philippot: Halte au chantage de l'UE et à l'austérité !

Seul le FN ose dire la vérité haut et fort aux Français abusés !

 

21:09 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

VIDEO Marine Le Pen contre la politique mortifère de l'Union Européenne


Marine Le Pen - 12 octobre 2014 par hurraken75

Marine Le Pen vs Elkabbach et Michaël Darmon sur Europe 1 - Le Monde

A écouter absolument !

 

20:52 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Melun: nouveau-né jeté par la fenêtre, comme une ordure !

4210397_11-1-504532394_640x280.jpg

Les résultats de l’autopsie du nouveau-né retrouvé mort samedi au pied de l’immeuble du 19, rue Jean-Moulin à Melun, sont tombés ce lundi soir. «Le nourrisson est né viable, sans malformation ni problème de . <btn_noimpr>

 
 
 

La cause de sa mort est due à un traumatisme crânien compatible avec une chute de plusieurs étages, en tout cas d’une grande hauteur », indique le procureur de Melun, Bruno Dalles.

La garde à vue de la femme de 18 ans qui vit avec sa mère et son frère au 5e étage de cet immeuble, a été prolongée. L’examen médical pratiqué sur elle, dès samedi, confirme bien qu’elle avait accouché peu de temps avant.

  

LeParisien.fr

 

20:26 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Ebola: la France envisage des contrôles à l'arrivée des vols directs de Guinée... parce qu'il n'y en a aucun!

 4203891_11-1-496078287.jpg

http://www.leparisien.fr/societe/ebola-un-syndicat-d-infi...

+ VIDEO

Touraine démission!

20:13 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Bourdin direct: Eric Zemmour - 13 10 14

Une analyse implacable de la déconstruction de la France par ses élites

19:49 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Robert Paxton, la fin d’un mythe

robert-o-paxton-historien-specialiste-de-vichy-2292140_1713    

Le 13 octobre 2014
 
 
Lorsque Léa Salamé interrogea Éric Zemmour à propos de Robert Paxton, je gage que les téléspectateurs familiers de ce nom-là étaient peu nombreux.
         

Lorsque Léa Salamé interrogea Éric Zemmour à propos de Robert Paxton, je gage que les téléspectateurs familiers de ce nom-là étaient peu nombreux. Et pourtant, rares sont les historiens qui ont eu autant d’influence sur notre mémoire collective. Sans lui, Bernard-Henri Lévy n’aurait sans doute pu écrire son pamphlet L’Idéologie française (Grasset, 1981), qui a tant contribué à formater la pensée « politiquement correcte » contemporaine. Sans lui, Serge Klarsfeld ne serait probablement pas devenu ce parangon de la bien-pensance vénéré par les médias. Sans lui, Jacques Chirac n’aurait pas pu prononcer son fameux discours du Vel’ d’Hiv’ (1995) et le décret Jospin d’indemnisation des orphelins des déportés juifs (2000) n’aurait pas eu de base légale. La thèse de Paxton développée dans La France de Vichy (Seuil, 1973), vous la connaissez : il n’y a pas eu double jeu de la part de Vichy, et le régime n’a pas joué l’effet de « bouclier » en épargnant certaines souffrances aux Français.

Incomparablement plus fouillée et malgré son énorme succès auprès du public, La Grande Histoire des Français sous l’Occupation d’Henri Amouroux (Stock, 1976) fut loin d’avoir le même impact, un paradoxe qui préfigurait la fracture consacrée par la loi Gayssot entre une histoire officielle et figée et une histoire en permanente évolution.

Ni juif, ni français, Paxton présentait a priori tous les attributs du parfait historien sans parti pris. Sauf que Paxton, comme il se définissait volontiers, était un intellectuel engagé de gauche, de cette gauche iconoclaste omniprésente dans les campus américains des années 60, et notamment à Berkeley où il enseignait. Cinq ans après mai 1968, trois ans après la mort du général de Gaulle, un an après la sortie (confidentielle) du Chagrin et la Pitié, son timing était parfait ! Paxton s’insérait avec un opportunisme remarquable non seulement dans une nouvelle phase de l’histoire de l’Occupation que l’historien Henry Rousso appelle fort à propos « le miroir brisé », mais aussi au sein d’un grand courant de résurrection de la mémoire de l’Holocauste orchestré aux États-Unis à la fin des années 60 (voir Peter Novick, The Holocaust in American Life, 1999).

Nul ne saura jamais si Robert Paxton n’a fait que documenter une thèse qu’il voulait défendre a priori ou s’il est parvenu à sa conclusion de bonne foi, mais là n’est pas la question. Les archives relatives à l’histoire de la France sous l’Occupation sont inépuisables. La seule documentation léguée par Henri Amouroux représente une bibliothèque large comme un terrain de football. Pourquoi la recherche historique devrait-elle s’arrêter aux travaux vieux de plus de quarante ans, d’un seul individu ?

Alain Michel, historien israélo-français, résidant en Israël et rabbin de son état, a publié Vichy et la Shoah – Enquête sur le paradoxe français (CLD 2012). C’est à cet ouvrage qu’Éric Zemmour se réfère dans son Suicide français. Sa conclusion prend le contre-pied de la thèse de Paxton. « L’historien peut montrer les faits, l’engrenage des situations, les choix possibles, mais en tant qu’historien, il n’a aucune capacité pour juger véritablement du bien et du mal, ni de la responsabilité des hommes au regard de lois éthiques comme la définition du crime contre l’humanité… le mélange des deux points de vue, celui du professionnel de l’histoire et celui du jugement moral, entraîne une déformation de la vérité historique que l’on retrouve, finalement, à la base même de cette “doxa” que j’ai tenté de dénoncer dans cet ouvrage comme obstacle principal d’une véritable compréhension du comportement de Vichy face à l’application de la solution finale en France. »

Avant de faire d’Alain Michel un nouveau Faurisson, les inconditionnels de Paxton devraient y réfléchir à deux fois. Asher Cohen – Juifs et Français sous l’Occupation et sous Vichy (Armand Colin, 1993) – ou encore Maxime Steinberg – Le Vel’ d’Hiv’ français dans la solution finale en Europe, dans Points critiques, n° 306, mai 2010 –, eux aussi, ont défendu la thèse dite du « moindre mal ».

Christophe Servan

BOULEVARD  VOLTAIRE

19:44 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)