Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Blog - Page 582

  • Valls: "des mesures exceptionnelles, mais jamais des mesures d'exception"

    Manuel Valls a estimé que, face au terrorisme, il fallait prendre "des mesures exceptionnelles", mais "jamais des mesures d'exception qui dérogeraient au principe du droit et des valeurs".

    Quel distinguo subtil dont ne s'embarrassent pas nos ennemis!

  • VICTOR HUGO (1802-1885)

    Je prendrai par la main les deux petits enfants

     

    Je prendrai par la main les deux petits enfants ;
    J'aime les bois où sont les chevreuils et les faons,
    Où les cerfs tachetés suivent les biches blanches
    Et se dressent dans l'ombre effrayés par les branches ;
    Car les fauves sont pleins d'une telle vapeur
    Que le frais tremblement des feuilles leur fait peur.
    Les arbres ont cela de profond qu'ils vous montrent
    Que l'éden seul est vrai, que les coeurs s'y rencontrent,
    Et que, hors les amours et les nids, tout est vain ;
    Théocrite souvent dans le hallier divin
    Crut entendre marcher doucement la ménade.
    C'est là que je ferai ma lente promenade
    Avec les deux marmots. J'entendrai tour à tour
    Ce que Georges conseille à Jeanne, doux amour,
    Et ce que Jeanne enseigne à George. En patriarche
    Que mènent les enfants, je réglerai ma marche
    Sur le temps que prendront leurs jeux et leurs repas,
    Et sur la petitesse aimable de leurs pas.
    Ils cueilleront des fleurs, ils mangeront des mûres.
    Ô vaste apaisement des forêts ! ô murmures !
    Avril vient calmer tout, venant tout embaumer.
    Je n'ai point d'autre affaire ici-bas que d'aimer.

    L'art d'être grand-père

  • Discours de Manuel Valls: " La France est en guerre contre l'islamisme radical"

    PHO9cecc4ba-9b4d-11e4-84d5-ccdc31124705-805x453.jpg

     

    Mardi, devant une Assemblée nationale qui l'a ovationné, le premier ministre a salué la mémoire des victimes des attentats et annoncé des mesures pour répondre à la nouvelle menace terroriste.Voici les principales mesures annoncées par Matignon pour répondre à la nouvelle menace terroriste.

     
     

    Quatre standing ovations pour le premier ministre, sur tous les bancs. Une séance sans précédent dans les annales de l'Assemblée nationale. Manuel Valls a enflammé mardi l'Hémicycle, en prononçant un discours qualifié d'«historique», même dans les rangs de l'opposition, en hommage aux victimes des attentats de la semaine dernière.

    Avant son intervention, le président de l'Assemblée, Claude Bartolone, a cité les noms des dix-sept victimes des attaques à Charlie Hebdo, à Montrouge et dans l'hypermarché kasher de la porte de Vincennes, soulignant que «l'unité nationale est le bouclier qui protège notre société de la division». À l'issue d'une minute de silence, les députés, exceptionnellement nombreux, se sont levés pour chanter à l'unisson La Marseillaise, ce qui n'était pas arrivé depuis le… 11 novembre 1918. Soit il y a près d'un siècle!

    Dans un silence fiévreux, Manuel Valls s'est exprimé pendant quarante minutes, pour «rendre à nouveau l'hommage de la nation à toutes les victimes». Pour la première fois, le premier ministre a lancé: «Oui, la France est en guerre contre le terrorisme, le djihadisme et l'islamisme radical (…) mais pas contre une religion.» «La France n'est pas en guerre contre l'islam et les musulmans (…) La France protégera tous ses concitoyens, ceux qui croient et ceux qui ne croient pas», a insisté Valls, sous des trombes d'applaudissements. «L'islam est la deuxième religion de France, elle a toute sa place en France», a poursuivi le premier ministre.

    «Des risques très élevés demeurent, liés à d'éventuels complices»

    Manuel Valls

    Manuel Valls a tout aussi fermement fustigé «les actes antisémites (qui) connaissent en France une progression insupportable». Face à des députés dont certains avaient du mal à réprimer des larmes d'émotion, Valls s'est exclamé: «Comment accepter qu'en France, terre d'émancipation des Juifs, il y a deux siècles, mais qui fut aussi, il y a soixante-dix ans, l'une des terres de leur martyre, comment peut-on accepter que l'on puisse entendre dans nos rues crier“Mort aux juifs”?»

    Le premier ministre a encore réaffirmé que «sans les Juifs de France, la France ne serait plus la France». Et il a appelé la justice à être «implacable à l'égard de ces prédicateurs de la haine», faisant référence, sans le nommer, au polémiste Dieudonné, soulignant que «le blasphème n'est pas dans notre droit, il ne le sera jamais». Là encore sous les applaudissements de tous les députés, y compris du Front national, Manuel Valls a rendu un hommage appuyé au ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, assis à sa droite pour la circonstance, ainsi qu'aux «forces de sécurité qui ont, au péril de leur vie, mené un travail remarquable». Il a poursuivi: «À aucun moment nous ne devons baisser la garde (…) Des risques sérieux demeurent (…) Des risques très élevés liés à d'éventuels complices.»

    Sous le signe de l'unité nationale

    «Après le temps de l'émotion et du recueillement - il n'est pas fini, vient le temps de la lucidité et de l'action», a encore déclaré Manuel Valls, qui a annoncé toute une série de mesures destinées à lutter contre le terrorisme, dont le renforcement des moyens humains et matériels des services en charge du renseignement intérieur et de la justice antiterroriste, et la généralisation de l'isolement en prison des «détenus islamistes radicaux».

    Dans les couloirs, une pluie d'éloges a accueilli ce discours «historique, empreint de l'esprit républicain», s'est félicité le radical Yves Jégo. Le patron des députés UMP, Christian Jacob, qui continue à réclamer la création d'une commission d'enquête sur les attentats de la semaine dernière, a jugé que «les intentions» de Manuel Valls «sont louables. Mais attendons le passage aux actes», a-t-il prévenu.

    En séance, Bruno Le Roux, le président du groupe PS, a invité tous les députés à «travailler ensemble pour que notre société ne fabrique pas en son sein ces “égarés de la République”, qui cèdent à la haine et à la pulsion de mort, à la barbarie et à l'antisémitisme».

    Très applaudi sur tous les bancs, Philippe Vigier, le président du groupe UDI, a mis en garde, à l'instar d'André Chassaigne, au nom du groupe communiste, contre «le repli sur soi, l'amalgame, l'engrenage de l'intolérance». Même tonalité chez Barbara Pompili, coprésidente du groupe des Verts, qui a affirmé: «Être la France dans de telles circonstances, c'est tenir bon sur le principe de laïcité.» Cette rentrée parlementaire, exceptionnelle, a été placée sous le signe de l'unité nationale. Mais pour combien de temps?


    ● Nouveau fichier pénal terroriste

    Aussi surprenant que cela puisse paraître, il faut constituer un nouveau fichier pour connaître l'ensemble des terroristes condamnés ou ayant des comptes à rendre à la justice. Justice et Intérieur vont «étudier» la question. Ce fichier ressemblerait à celui existant pour tracer les délinquants sexuels. Le suspect terroriste devrait indiquer ses changements d'adresse sous peine de poursuites. Qui vérifiera et comment? «La loi Taubira sur la probation est déjà en mal d'effectifs. Il faudra faire des choix», dit un syndicaliste policier.

    ● Loi sur le Renseignement

    Une loi encadrant toute l'activité du Renseignement, au-delà même du terrorisme, chemine. Elle sera prête «dans une poignée de mois», dit Renaud Vedel, conseiller du premier ministre. Elle était prévue. Elle ne sera pas vraiment accélérée mais suivie de près et très débattue, c'est certain.

    ● Renfort en personnels de la DGSI

    Outre le plan sur cinq ans de recrutement de 432 spécialistes lancé il y a un an, quelques dizaines d'agents vont être embauchés pour renforcer les cellules judiciaires et analyse de la Direction générale de la sécurité intérieure.

    ● Données des passagers aériens

    Pour un meilleur traçage des déplacements, une plate-forme française de centralisation des données des passagers dès la réservation des billets va être créée pour les vols au départ de la France vers les pays extérieurs à la zone Schengen. «Pas besoin d'attendre l'Europe», dit-on à Matignon. Problème: c'est d'Espagne, par exemple, qu'a décollé la compagne d'Amedy Coulibaly…

    ● Un décret sur les djihadistes

    Le décret sur la mesure d'interdiction de sortie du territoire (pour les nationaux) ou d'accès (pour les étrangers) va entrer en vigueur à la fin de la semaine. Il s'agit de faire vivre la loi Valls-Cazeneuve du 13 novembre dernier sur le terrorisme. Question: quid des binationaux qui veulent partir? «Sauf entorse au droit international, on ne peut empêcher un Marocain de partir, par exemple, ni un Français de rentrer», assure un officier de la Police aux frontières.

    ● Mesures carcérales antiradicaux

    Quatre quartiers spéciaux, en plus de celui de Fresnes, déjà en place, tenteront une politique ciblée d'isolement ou de regroupement des islamistes durs, selon les profils. La «professionnalisation» des imams et aumôniers en prison doit s'accentuer.

    ● Renseignement au sein de la PJJ

    Une formation à la détection et à la prise en charge du radicalisme sera dispensée aux services de la Protection judiciaire de la jeunesse (PJJ) et une unité de Renseignement créée pour centraliser les informations nominatives, comme cela existe déjà dans les prisons. Le gouvernement ne semble pas tenté par le retour de la double peine (expulsion des étrangers condamnés les plus dangereux) ni par les centres de rétention de sûreté pour les cas lourds qui échappent à la prison. Le débat est lancé.

    NdB: Toujours la même rengaine, toujours les mêmes incantations, et des mesures  sans efficacité, irréalistes... tandis que les Kalach et les lance-missiles s'accumulent dans les caches des cités.  

     

  • LA NOUVELLE PENSEE UNIQUE

    Les dessous de l’opération « Charlie ».

     
    Print Friendly

    Bruno Mégret

    « Jamais, en effet, on n’avait assisté à une telle opération d’endoctrinement des masses. »

    Les événements dramatiques que vient de connaître notre pays revêtent une dimension particulièrement spectaculaire. Celle-ci cependant ne résulte pas des attentats eux-mêmes mais de l’exploitation ahurissante qui en a été faite par le Système. Jamais, en effet, on n’avait assisté à une telle opération d’endoctrinement des masses. Exploitant l’émotion légitime de nos compatriotes, la classe politique et médiatique a manipulé les esprits au point d’abuser beaucoup de Français sincères. Elle a aussi instrumentalisé tous les patriotes qui s’étaient mobilisés contre l’islamisation de notre pays.


    Car les faits eux-mêmes, aussi abjects et condamnables qu’ils soient, n’ont hélas rien d’exceptionnel. Notre pays a malheureusement déjà connu de nombreux attentats, comme ceux perpétrés par Merah et, sauf à considérer les journalistes comme une caste supérieure, rien ne justifiait l’opération de propagande déclenchée par les médias et par les autorités politiques sur le thème « Je suis Charlie » : une action de lavage des cerveaux d’une ampleur encore jamais égalée et qui constitue à ce titre un événement particulièrement inquiétant. Rappelons quelques vérités.

    Comment, d’abord, ne pas être choqué d’entendre les commentateurs et les responsables politiques déclarer que la France aurait été frappée au cœur ? Cela revient à affirmer que Charlie Hebdo serait en quelque sorte le cœur de la France. Et là réside sans doute la première imposture de cette vaste opération « Je suis Charlie ». Car ce journal satirique, anarchiste et d’extrême gauche n’a cessé depuis sa création de vilipender tous les principes qui fondent notre civilisation. Comment, dès lors, prétendre défendre nos valeurs sous la bannière d’un tel drapeau ? En réalité, les idéologues de Mai-68 viennent de remporter leur ultime victoire dans l’entreprise de destruction de notre nation : réduire les valeurs de la France à celles de Charlie Hebdo.

    Autre imposture : la réaction des politiques et des médias s’est faite au nom de la défense de la liberté d’expression. Or, dans ce matraquage médiatique auquel nous avons été soumis pendant plusieurs jours, la liberté d’expression a été totalement bafouée. Le Front national a été écarté de la manifestation à laquelle il souhaitait manifestement participer et aucune voix dissonante n’a été autorisée à s’exprimer. Nous avons dû subir un unanimisme écœurant digne des régimes dictatoriaux, laissant entendre que la liberté d’expression serait menacée par des terroristes alors qu’elle est constamment mise en cause par les tenants du politiquement correct qui imposent dans notre pays une pensée unique d’essence totalitaire.

    Rappelons, par ailleurs, que Charlie Hebdo a été victime de cet odieux assaut parce qu’il avait publié des caricatures d’Allah et de Mahomet. Si donc les adeptes de Charlie Hebdo voulaient réellement défendre cette forme extrême de la liberté d’expression qui consiste à blasphémer, ils auraient dû brandir sur leur pancarte ces fameuses caricatures. Or, il n’en a rien été. On a pourtant invité les Français à se dresser contre les terroristes et à ne pas leur céder un pouce de terrain, mais ceux-ci ont d’ores et déjà gagné : personne ne publiera plus jamais de telles caricatures offensantes.

    Par ailleurs la France est sous le coup d’une attaque en règle menée par un ennemi qui, sous le nom « d’Etat islamique », est clairement identifié. Or jamais, lors des discours ou des manifestations, cet ennemi n’a été désigné, jamais aucune action n’a été annoncée pour le combattre. Quelles initiatives vont être prises pour mettre hors d’état de nuire tous les djihadistes en puissance, pour saisir tous les dépôts d’armes de guerre dans les banlieues, pour bombarder les camps d’entraînement d’Irak et de Syrie ?

    Et, surtout, rien n’est fait pour tirer les leçons de ces événements. Car ces tueries sont la conséquence directe de la politique d’immigration menée depuis des décennies par la classe politique. En faisant venir des millions de musulmans sur notre sol, on les a amenés à considérer qu’ils étaient chez eux chez nous, ce qui conduit certains à penser qu’ils peuvent nous imposer leurs normes et leurs valeurs. En important l’islam, on a importé l’islamisme. Car, si tous les musulmans présents en France ne sont évidemment pas des terroristes, en revanche, tous les terroristes sont des musulmans et tous les actes de terrorisme sont perpétrés au nom d’Allah. Sans la montée en puissance de l’islam dans notre pays, il n’y aurait pas de progression de l’antisémitisme ni de danger terroriste.

    Au lieu de cela, la classe politique et médiatique, refusant d’affronter la réalité, s’en prend de façon abstraite et théorique à tous ceux qu’elle dénonce comme extrémistes, plaçant sur le même plan les islamistes et ceux qui défendent notre identité et qui s’inquiètent de l’islamisation de notre nation. Ce faisant, elle utilise une technique classique de manipulation des masses, celle de la fausse symétrie. Demandons à notre tour que l’on évite l’amalgame car, de tous les extrémistes désignés par la classe politique, seuls les islamistes pratiquent la prise d’otages, l’égorgement, l’assassinat et l’attentat à la bombe.

    Bruno Mégret
    12/01/2015

    Correspondance Polémia – 12/01/2015

  • Mickaël, 16 ans, poignardé devant son lycée à Marseille

     

     

    Selon les informations qui nous sont parvenues, (JPEG) le jeune Mickaël (Misha) Assaturyan, 16 ans et demi, élève du Lycée professionnel Camille Jullian de Marseille, un « jeune homme bien » apprécié et aimé selon le témoignage de proches, scout apostolique arménien à la section de l’église du Prado, aurait été tué à la suite d’une violente agression à coups de barres de fer administrés par des frères de la jeune fille avec laquelle il aurait eu auparavant une altercation pour un motif banal qui concernait une des amies de cette dernière. Des témoins auraient également vu des coups de couteau.

    Les faits se seraient produits après des insultes proférées au cours d’un match de foot, en cours de sport, entre le jeune homme et une de ses camarades du même âge. Cette dernière, déjà connue pour d’autres faits, aurait alors menacé d’alerter des membres de sa famille qui se seraient présentés à la sortie de l’école, lundi 12 janvier. Elle a été interpellée à son domicile par les services de police.

    Le père de Mickaël, musicien amateur, ayant eu un malaise, a été admis à l’hôpital.

    La députée du 6ème secteur de Marseille, Valérie Boyer, se disant « épouvantée » par ce drame, entend suivre l’affaire de près.

    Si la colère gronde dans les milieux de la communauté arménienne, l’heure est à la tristesse devant ce meurtre.

    Pour lui rendre un dernier hommage, et pour sa famille, un appel au rassemblement a été lancé de se réunir Mardi à 19h30 devant l’église apostolique arménienne du Prado : 339 avenue du Prado 13008 Marseille.

    Toutes nos condoléances attristées à la famille de ce jeune garçon ainsi qu’à ses camarades et proches.

    mardi 13 janvier 2015,
    Jean Eckian ©armenews.com
  • Un jeune homme de 16 ans de la communauté arménienne de Marseille poignrdé à mort devant son lycée

    arton106946-480x480.jpg

     

    Le lycée Camille Julian de la Barasse (13011) a été le théâtre aujourd’hui lundi 12 janvier d’un drame aussi incompréhensible que violent . Un jeune français, membre des scouts apostolique, d’origine arménienne, Michael ASSATURYAN, vient de perdre la vie à 16 ans et demi, agressé sauvagement par une horde de jeunes déterminés à le tuer.

    Le CCAF Sud, Conseil de Coordination des Arméniens de France pour la région Sud, condamne ce drame, et appelle la justice à agir au plus vite. Ce meurtre prémédité, fait suite à de nombreux actes anti-arméniens, et laisse planer le doute quant à la nature de cette agression. La violence a encore frappé aveuglément avec sauvagerie.

    Alors qu’un élan de solidarité envahit la France, pour condamner la haine de l’autre, le fanatisme, et l’extrémisme, Marseille, au lendemain du grand rassemblement citoyen, est le triste exemple d’une situation délétère qui n’a que trop duré.

    Cette tragédie met en évidence un climat de tension qui règne de plus en plus dans nos quartiers, et dont nos jeunes en sont les tristes victimes.

    Ce jeune homme exemplaire par son engagement associatif ne demandait qu’à vivre une vie, paisible et servir son quartier et sa ville.

    Le CCAF, présente ses sincères condoléances attristées, aux parents et aux proches de Michael.

    Il invite, toutes les personnes désireuses de rendre hommage à ce jeune militant, à venir se rassembler ce Mardi 13 janvier à 19h30 Cathédrale apostolique arménienne de Marseille 339 avenue du Prado 13008 Marseille

    Azad BALALAS
    Co Président

    Jacques DONABEDIAN
    Co Président

    Simon AZILAZIAN
    Co Président

    mardi 13 janvier 2015,
    Ara ©armenews.com
  • Eric Zemmour sur RTL

  • Totalitarisme mou ou la mort de la Ve république. Tribune de l’universitaire Anatoly Livry

    je-suis-charlie.jpg

     

     Partager sur Facebook Tweeter

    Anatoly Livry est philosophe et homme de lettres, auteur de quatorze livres parus à Paris et à l’étranger, lauréat de trois prix internationaux, russes et américain, helléniste publié depuis 2003 par le Bulletin de l’Association « Guillaume Budé » – géré par l’actuel directeur de la faculté d’Études Grecques de Paris IV-Sorbonne, Alain Billault – et germaniste dont les découvertes ont vu le jour chez l’éditeur berlinois de Nietzsche « Walter de Gruyter ». L’œuvre d’Anatoly Livry ainsi que des évènements de sa vie sont entrés dans des programmes universitaires, analysés lors de conférences internationales et publiés par l’Académie des Sciences de Russie. Anatoly Livry, de nationalité suisse, docteur de l’Université de Nice-Sophia Antipolis et victime de l’acharnement administratif du Ministère français de l’enseignement, est par ailleurs auteur de la pétition pour la NON-reconnaissance des diplômes et titres universitaires français en Suisse.


    En 1941, lorsque les deux Reiche nationaux-socialistes germanophone et russophone se sont finalement affrontés, Staline, sur le point de perdre sa capitale, voire la guerre, a fait appel à l’Église humiliée depuis plus de deux décennies. Ce « génie du dosage » et prêtre supérieur du paganisme marxisant a ressenti que les peuples slaves avaient besoin de leur dieu ethnique (puisque c’est l’essence de l’orthodoxie russe) pour vaincre les dieux païens venus de l’Ouest. Staline n’a pas agi de façon plus calculatrice qu’un Clovis en quête d’une divinité plus puissante. Ce tyran oriental avait un but précis : la création d’une superpuissance, ce qui peut excuser les millions de victimes humaines ainsi que le recours utilitariste à l’Église. La fin justifie les moyens. Dans le cadre de cet empire national-socialiste pluriethnique que fut l’URSS, l’humanité simplifiée mais néanmoins naturelle, sans perversité aucune, pouvait poursuivre sa marche toute humaine sans perdre espoir. Or, si la Russie actuelle trouve dans les siècles à venir un équilibre avec le national-socialisme de l’empire chinois, cela n’aura lieu que grâce à l’élan de la volonté de puissance amorcé par Staline au moment de cet événement mythique fondateur que l’on appelle en Russie la « Grande Guerre Patriotique ».

    Le 8 janvier 2015, le glas de Notre-Dame a retenti. Le président de la Ve république française entouré de sa clique de fous furieux se tenait debout, profitant de l’Église de France pour ses calculs mesquins, la tyrannie francophone molle actuelle répétant logiquement la tyrannie dure soviétique – profiter de l’Église haïe. Cependant, comme il s’agit là d’un totalitarisme mou, ce réflexe parasitaire ne bénéficiera ni à la Nation (ou au moins à ce qu’il en reste) ni aux tyrans ramollis eux-mêmes.

    Cette dizaine de scribouillards parisiens sans talent aucun, pervers et saisis d’une frénésie destructrice était corps et âme liée à cette tyrannie molle de l’inversion idéologique et c’est pour cette raison que le gouvernement,  qui haït non seulement l’ancestrale France mais aussi l’humanité elle-même, a ressenti le massacre de ces journaleux subversifs dans sa propre chair. Ces médiocres, détracteurs acharnés de la liberté, pourchassant les caricatures lorsqu’une ministre y figure à côté d’un singe ou s’acharnant à proscrire des recherches lorsque les historiens aboutissent à des découvertes interdites par la loi, font ainsi taire des artistes ou des scientifiques, les condamnant même à la prison, dès lors que ces chercheurs ou créateurs œuvrent pour le maintien d’une humanité qui est insupportable à leur sinistre doctrine. Ayant acheminé en France des millions d’étrangers séparés des Européens par des siècles de civilisation, ce courant de pensée égalitariste ne pouvait pas ne pas fabriquer artificiellement une atmosphère de pré-guerre civile, affrontement auquel ils ont finalement abouti, mais qu’ils refusent de voir tout comme les tyrans mous soviétiques de la fin du régime n’osaient pas constater la faillite du système, s’occupant à afficher des slogans vétustes et discutaillant du plan quinquennal alors que l’État entier s’effondrait.

    Tout tyran qu’il serait, un Périclès contemporain doté d’une vision à long terme est capable de surmonter la guerre civile et le désastre économique dans lesquels l’Europe francophone est en train de sombrer. En revanche, les malades mentaux qui se succèdent à la tête de la république française depuis la mort de Mitterrand – cet ancien cagoulard devenu le pharaon de la destruction, et cela, en toute connaissance de cause – ne sont que l’expression psychique de la non-politique qu’ils appliquent : ils ne sont que le vomi doctrinal qui coule entre les doigts de la France. Ce qui réjouirait le gouvernement de la Ve république serait de pouvoir proclamer sur les cadavres de quelques journaleux orduriers une pseudo-unité nationale, en vue de remonter dans les sondages pendant un mois, sondages qu’ils financent d’ailleurs eux-mêmes. Cette « victoire » virtuelle ne durera que jusqu’à la prochaine explosion et précipitera la Ve république dans le désastre qu’elle n’a fait que mériter. Et quand ces apparatchiks payés à gouverner le pays s’adressent à la Nation, un analyste nuancé peut dessiner le schéma parfait du discours d’un président d’un kolkhoze soviétique, revenant du chef-lieu et transmettant les oukases à ses alcooliques fonctionnaires. Capter le sens de cette logomachie à peine humaine qu’est le charabia des socialistes actuels est une perte de temps. En revanche, c’est à nous d’élever les générations d’après la guerre civile ouest-européenne qui vient de commencer.

    Dr Anatoly Livry

    Crédit photo : Keno Photography via Flickr (cc)

    NOVOpress

  • Tweet de Jean-Marie Le Pen

    Capture.PNG JMLP.PNG

  • EN DIRECT. Allemagne: 25 000 à 40 000 manifestants anti-islamisation à Dresde et 100 000 anti-PEGIDA dans le pays

     

    Le ministre de la justice ne voulait pas d’eux dans la rue ? Ils n’en sont descendus que plus nombreux. Aux cris de « Nous sommes le peuple », plus de 25 000 personnes selon la police (de 30 000 à 40 000 manifestants selon les organisateurs) ont défilé lundi 12 janvier dans les rues de Dresde, en Allemagne, à l’appel du mouvement Pegida. En réaction, des contre-manifestations ont eu lieu dans plusieurs villes du pays, rassemblant près de 100 000 personnes.

    Les partisans de la tolérance et de l’ouverture, soutenus vigoureusement par la chancelière Angela Merkel pour qui l’« islam fait partie de l’Allemagne », étaient environ 30 000 à Leipzig (est), 20 000 à Munich (sud), 17 000 à Hanovre.

    A Dresde, pour la douzième « Montagsdemo » (« manifestation du lundi ») du mouvement des Patriotes contre l’islamisation de l’Allemagne (Pegida), l’équipe organisatrice – le mouvement n’ayant pas de dirigeants aux postes définis – avait appelé ses fidèles à rendre hommage « aux victimes des attentats de Charlie Hebdo » en arborant un brassard noir. [...] Attentats qui, selon leur page Facebook « confirment que l’islamisme n’est pas compatible avec la démocratie ».

    Le Monde

  • Propagande mondialiste tous azimuts...

    je-suis-le-syncrétisme.jpg

  • NE PAS AVOIR PEUR D’ETRE A CONTRE-COURANT

     

     

    « JE SUIS CHARLIE ? » NON MERCI  !!!

     

    Tout d’abord, je trouve ce slogan ridicule. Quand, au moment de l’érection du mur de Berlin, Kennedy déclarait : « Ich bin ein Berliner », cela avait de la gueule. Mais quand les copains de Cohn-Bendit scandaient en 1968 : « Nous sommes tous des juifs allemands », je ne me sentais pas concerné, mais alors pas du tout. Aujourd’hui, on voudrait nous faire croire que nous sommes tous des amis de Charlie Hebdo. La plupart des benêts qui « tweetent » ou braillent ce slogan n’ont jamais ouvert ce journal qui tient plus du papier hygiénique usagé que de l’hebdomadaire. Héritier  de Hara Kiri, « journal bête et méchant » comme il se qualifiait lui-même, Charlie Hebdo surfait sur la vague de l’esprit soixante-huitard et du caniveau.

     

    Les hommes de Charlie Hebdo, Wolinski, Cabu, Charb… seraient tombés au « champ d’honneur de la liberté d’expression » (sic). Disons simplement qu’ils ont eu le courage d’afficher un certain courage en face de cet islam rétrograde et assassin qui veut nous « dhimmifier ». Contrairement à l’ensemble des media français qui ont fait dans leur froc. Un point, c’est tout.

     

    Ils ont, en réalité, été pris dans un engrenage fatal. Tout commence par une blague de potache : les caricatures de Mahomet publiées dans un journal danois déchaînent dans tout le monde musulman une vague de haine anti-roumis (des centaines de chrétiens sont massacrés au Pakistan, en Indonésie et ailleurs). La plupart des rédacteurs en chef se dégonflent. Celui de France Soir a le cran de publier ces fameux dessins par solidarité avec les Danois ; il est viré. Charlie Hebdo, seul, ose les publier, en soutien à France Soir. Habitué à toutes les provocations, même les plus abjectes, il croit faire une bonne opération… médiatique et commerciale. Et ça marche, car le numéro s’arrache dans les kiosques. Mais les musulmans sont plus coriaces que les papistes. Poursuivi par « nos amis » du Conseil Français du Culte Musulman (Mosquée de paris, Dalil Boubakeur) et de l’Union des Organisations Islamiques de France (Tariq Ramadan), il est finalement relaxé par la justice française. Mais on ne vainc pas des Kalachnikov avec des Bic ! Pour conclure sur ce point, je pense que si Wolinski et Cabu avaient su ce qu’ils risquaient, ils n’auraient certainement pas pris cette décision…

     

    Mais revenons à Charlie Hebdo, qui laboure plutôt le champ du déshonneur. Au nom de la liberté d’expression, mais uniquement celle de la gauche bobo. Regardez un peu les unes de ce torchon qui circulent sur Internet. De quoi avoir la nausée. De l’humour, un peu, du très mauvais goût, partout et toujours. Rappelez-vous ce dessin représentant l’adjudant Chanal (un pervers criminel sexuel) sodomisant le Soldat inconnu ou le pape sodomisant un enfant (la sodomie semble travailler les dessinateurs de Charlie Hebdo ; est-ce sous l’influence de la chroniqueuse Caroline Fourest ?). Son terrain de jeu, c’est de vomir sur tous les corps constitués de la nation, l’armée, la police… Et les croyants, catholiques surtout, mais aussi musulmans (s’ils avaient su…), mais peu sur les juifs (on ne s’appelle pas Wolinski pour rien). Charlie Hebdo « chiait » (pour employer un de ses mots préférés) sur tout ce qui était sacré aux yeux des gens. Il haïssait la nation, la famille, l’honneur, la fidélité… Il se faisait le chantre de l’immigrationnisme et de la décadence du peuple français (comprenez « de souche »).

     

    Donc, pas une larme pour Charlie Hebdo ! L’ironie de l’histoire, c’est que cette feuille tout juste bonne à allumer (mal) le feu, qui était au bord de la faillite, va se refaire une santé financière parce que, maintenant, « Charlie ne peut pas mourir ». L’autre ironie de l’histoire, c’est d’imaginer la tête de Wolinski et des autres s’ils entendent, « là-haut » ou ailleurs, les Marseillaise entonnées en leur mémoire par des porteurs de drapeaux français : eux qui les conchiaient !

     

    UNE COMPASSION ET UNE INDIGNATION SELECTIVES

     

    « Je suis Charlie » est donc devenu, en trois jours, le slogan à la mode. Il est aujourd’hui obligatoire de s’incliner devant les dépouilles des caricaturistes de Charlie Hebdo, de se mortifier, de battre sa coulpe… Sortez vos mouchoirs. Tout le monde doit désormais aimer – et demain aider – Charlie Hebdo. Et tous les nigauds de se réunir, d’allumer leurs briquets et de « communier » ensemble. Y compris les catholiques que l’hebdomadaire salissait en permanence. Y compris les musulmans que Charlie Hebdo avait ridiculisés en insultant ce qu’ils ont de plus sacré : le Prophète. Rappelez-vous cette caricature où l’on voit Mahomet dire : « C’est dur d’être aimé par des cons ! ». Comme disent certains musulmans (peut-on les blâmer ?) : « Ils n’ont eu que ce qu’ils méritaient ! ».

     

    Et comme chantait Aznavour, « Ils sont venus, ils sont tous là… ». Cinquante chefs d’Etat et des dizaines de délégations. Tout le gratin de la planète : l’Allemande Merkel, l’Italien Renzi, l’Espagnol Rajoy, l’Anglais Cameron, tout le brain trust de l’Union européenne. Sans oublier le Secrétaire général de l’OTAN et le ministre étatsunien de la Justice. Et Netanyahou, le premier Ministre israélien qui pratique un terrorisme d’Etat contre les Palestiniens. Et aussi, Davutoglu, le premier Ministre turc, et des émirs qataris et saoudiens : ceux-là mêmes qui fourguaient de l’argent et des armes aux égorgeurs de l’Etat islamique. Quelle sollicitude ! Ou plutôt quelle hypocrisie !

     

    Gare à ceux qui n’y étaient pas ! Et en tout premier lieu ces « salauds » du Front National qui ont refusé de défiler à Paris (il faut dire qu’on les y a conviés avec des pincettes). A ce sujet, Marine le Pen a une attitude plutôt paradoxale. Elle s’est insurgée contre le fait qu’on ne l’ait pas invitée au « grand rassemblement d’unité nationale ». Mais elle n’a donc aucune mémoire. A-t-elle oublié que Charlie Hebdo a mis en une de couverture une « grosse merde » (c’est ainsi qu’on dit à Charlie Hebdo) peu ragoutante avec cette légende : « La candidate qui vous ressemble » ? A-t-elle oublié qu’elle et son père y ont toujours été caricaturés en Hitler ? A-t-elle oublié que ses électeurs y ont été traités de « gros cons » (toujours selon la terminologie de la revue) ? A-t-elle oublié cette autre une : « Que faire contre le Front National ? L’INTERDIRE ! » ?

     

    Enfin, s’il s’était agi des journalistes de Rivarol, de Minute ou de Présent, croyez-vous qu’il y aurait eu tant de compassion ? Croyez-vous que Hollande, Valls, Taubira, Juppé, Sarkozy et les autres seraient descendus dans la rue pour crier « Plus jamais ça ! » ? Media et politiques auraient pensé « Bien fait pour eux ! » tellement fort que tout le monde l’aurait entendu. Quand ces journaux ont été attaqués (au plastic ou au cocktail Molotov), qui l’a déploré ? Et quand notre ami François Duprat a été assassiné lors de l’explosion de sa voiture préalablement piégée, laissant son épouse lourdement handicapée, qui s’en est ému ? Inutile de chercher d’autres exemples.

     

    LA THEORIE DU COMPLOT ?

     

    Dans les années 1980, les Américains ont manipulé les Pachtounes d’Afghanistan pour lutter contre les Russes. On connaît le résultat : les talibans du mollah Omar et le réseau al-Qaïda de ben Laden. Celui-ci a essaimé ses « franchises » un peu partout dans le monde arabo-musulman : Maghreb, Péninsule arabique… Dans les années 1990, la guerre civile d’Algérie a engendré des milliers de tueurs au nom d’Allah. Puis les anciens des deux conflits ont participé à la guerre de Bosnie contre les Serbes (puis au Kosovo) où ils ont montré une sauvagerie épouvantable. L’invasion de l’Irak en 2003 par l’Amérique de Bush n’a fait qu’accentuer le phénomène.

     

    Plus récemment, l’assassinat de Kadhafi sur ordre de Sarkozy (je vous renvoie à l’analyse de Bernard Lugan) a détruit la Libye qui était un rempart contre l’islamisme djihadiste et l’immigration sauvage des Sahéliens et Subsahariens vers l’Europe. L’arsenal de Kadhafi n’a pas été perdu pour tout le monde : les armes de Coulibaly et Kouachi proviennent probablement de là-bas. La Libye est proche de tomber intégralement aux mains des islamistes. Pour éteindre l’incendie que nous avons allumé, nous voici impliqués dans une guerre perdue d’avance dans tout le Sahel : Mali, Niger, Tchad… En effet, comment prétendre être victorieux avec 4 000 hommes dispersés sur plusieurs centaines de milliers de km² ? Plus au sud, il a fallu mettre aussi les mains dans le cambouis en Centrafrique, où nous n’avons même pas le courage de désigner qui est le véritable ennemi : les Séléka musulmans. Encore une guerre qui nous échappe.

     

    Enfin, Qataris, Saoudiens et Turcs n’ont cessé de soutenir financièrement et militairement les fous d’Allah pour tuer Bachar el-Assad et chasser les alaouites et les chiites de Syrie. Les gouvernements français de Sarkozy et Hollande ont ouvertement appuyé l’opposition « démocratique » syrienne ; en réalité, les tombereaux d’armes que nous avons livrés à ces pseudo-résistants se sont retrouvés dans les mains de l’Etat islamique et des autres mouvements djihadistes. Ajoutez à cette mixture quelques milliers de fondus venus d’Europe pour « faire le djihad ». Lavez-leur le cerveau, formez-les au maniement des armes et des explosifs et renvoyez-les en Europe. Il n’y a plus qu’à attendre que toutes ces taupes « pètent les plombs » l’une après l’autre.

     

    On a pu lire sur Internet que certains voyaient dans cette tragédie un attentat sous fausse bannière (« false flag ») organisé par le Mossad ou je ne sais qui. Il faut savoir raison garder. Les Coulibaly et les Kouachi n’ont plus besoin d’être téléguidés ; ce sont des grenades dégoupillées qui ne demandent qu’à exploser. Ce n’est pas la peine d’imaginer qu’une « force obscure » pilote toutes ces opérations. Nous payons simplement le prix des comportements d’apprentis-sorciers des Américains et des Israéliens, mais aussi des Français, qui ont vu, tels le docteur Frankenstein, leur créature leur échapper. Et si cette force obscure existait, machiavélique et redoutable, c’est aujourd’hui qu’elle aurait dû frapper…

     

    DES PROS OU DES PEIDS-NICKELES ?

     

    Si on analyse le comportement des Kouachi, on est obligé de reconnaître que l’exécution de leur « mission » fut quasiment professionnelle. Sauf qu’ils se sont d’abord trompés d’adresse, puis qu’ils se sont trompés d’étage, que l’un d’eux a perdu une chaussure (qu’il a ensuite ramassée) et qu’ils ont « oublié » une carte d’identité dans la voiture. La suite de leur aventure confirme cette part d’amateurisme et l’absence de « réseau » pour les récupérer (et éventuellement les éliminer, si l’on retient la thèse complotiste) : leur cavale fut affligeante (pas de voitures relais, pas de planque, pas d’argent, pas de structure de recueil…). Quant à Coulibaly, qui devait « casser du flic », il n’a su que tuer une malheureuse fliquette de la même couleur que lui.

     

    Trois pauvres types qui affrontent toute une armée, c’est un peu comme le taureau face au torero : l’issue ne fait pas de doute. Le GIGN et le RAID, c’est comme Dominguez et Manolete dans l’arène, on ne fait pas mieux. Sachons ici aussi raison garder : qui veut nous faire croire que ces trois pieds-nickelés ont fait trembler la République ?

     

    C’EST QUOI, LA GUERRE ?

     

    Une autre réflexion s’impose. Nous avons été gavés par les media pendant trois jours, quasiment sans interruption : « scènes de guerre », « c’est la guerre ! »… Conditionnés par un tel matraquage, les braves gens qui étaient interrogés par les journalistes répondaient qu’ils étaient « apeurés », « terrifiés », « horrifiés », etc., même lorsqu’ils se trouvaient à des kilomètres des événements. On ne savait même plus s’ils avaient peur des terroristes ou des forces de l’ordre. Je les rassure, ce n’est pas cela la guerre.

     

    La vraie guerre urbaine, c’est connaître la vraie trouille, celle de courir sous les balles de sniper à Sarajevo, celle de fuir devant le nettoyage ethnique des musulmans en Bosnie ou au Kosovo, celle d’attendre la prochaine explosion d’une voiture piégée ou d’une bombe humaine à Bagdad ou à Beyrouth, celle de fuir l’horreur des tueurs de Boko Haram au Nigéria, des milices musulmanes des Séléka en Centrafrique ou de l’Etat islamique en Irak et en Syrie. Le reste, c’est « peanuts » !

     

    Décidément, ce bon peuple de France ne sait plus où il habite. Il s’apitoie sur un journal de « merde » (toujours dans l’esprit de Charlie Hebdo) et il confond guerre et opération de police. Un état mental plus proche de la Débâcle de 1940 que du Verdun de 1916.

     

    UNE COMPASSION BIEN RECUPEREE

     

    Comme je l’écrivais au premier jour de ce feuilleton, nous allions vivre une première phase de compassion. J’avoue en avoir sous-estimé l’ampleur. Des centaines de milliers de gens dans la rue, peut-être des millions, pour défendre la liberté d’expression et les libertés en général. Un vrai, beau sursaut, spontané et sincère pour la plupart des participants. Sauf qu’on les a manipulés ! On ne les a pas réunis pour dénoncer le « terrorisme islamique » (expression bannie de tous les discours  des hommes politiques, sauf ceux du Front national). On les a utilisés pour conforter un système qui a failli,pour promouvoir le « vivre ensemble » et pour redorer un tant soit peu la cote de popularité de Hollande et de sa clique !

     

    On veut nous faire croire que plus rien ne sera comme avant. Demain, on s’aimera tous, chrétiens, juifs, musulmans, Blancs, Noirs, Maghrébins, métis... Cela me rappelle la grande fraternisation des Pieds-noirs et des musulmans sur la place du Forum à Alger, le 13 mai 1958 ; trois ans plus tard, les premiers n’avaient plus qu’à choisir entre la valise et le cercueil ! Cela me rappelle aussi la grande fête des « Blacks, Blancs, Beurs », au soir du 12 juillet 1998, quand l’équipe de France de football devint championne du monde ; elle est où, aujourd’hui, cette France « black, blanc, beur » ? D’ailleurs, si dans toutes les manifestations de ce jour les drapeaux français fleurissaient, je n’ai vu aucun drapeau algérien, marocain, tunisien ou turc, eux qu’on voit pourtant massivement lors d’autres événements (comme au soir de l’élection de Hollande)… Et en dehors des responsables musulmans qu’on nous montrait encore et encore, je n’ai pas vu beaucoup de mahométans. Alors, tous unis, vraiment ???

     

    Demain, on nous répètera, pour être sûr qu’on ne l’a pas oublié, qu’il ne faut pas faire d’amalgame, qu’il ne faut pas stigmatiser une population, que cela n’a rien à voir avec l’islam, que l’islam de France est bon pour nous et que l’immigration est une chance pour la France, et surtout qu’il ne faut pas écouter les extrémistes (de droite)… Car comme l’a dit Manuel Valls, le véritable ennemi, c’est « le racisme et l’antisémitisme ». Faute d’appeler un chat un chat, et donc l’islam et l’immigration par leur nom, on s’en prendra aux « fachos » ; c’est tellement plus facile. Et les fachos, ce sont la Manif pour tous, les identitaires, Zemmour, Houellebecq et tous ceux qui ne sont pas dupes. Gare au retour de bâton !

     

    Et l’on prend bien soin de cacher la vérité aux Français. Par exemple, que dans certains quartiers d’Alger, on a observé les mêmes scènes de liesse qu’au moment du 11 septembre, avec des slogans comme « A bas la France ! » ou « Mort aux juifs ! ». Ou que dans certains établissements scolaires, des élèves ont refusé de respecter les minutes de silence. Ou que sur les réseaux sociaux, les « Je suis Coulibaly » et « Je suis Kouachi » sont désormais plus nombreux que les « Je suis Charlie » (le temps des soldes est venu). Bonne occasion pour le patron du CRIF, Cukierman, de demander au gouvernement un « contrôle strict » de la Toile. Sans doute au nom de la liberté d’expression pour laquelle il a défilé !

     

    LA VRAIE GUERRE DONT ON NE VEUT PAS NOUS PARLER

     

    On a liquidé trois tueurs ? Fort bien, mais ce ne sont pas quelques dizaines d’autres illuminés qui sont prêts à prendre leur place, ce sont des milliers. Pourquoi ? Simplement parce qu’il y a dans ce pays treize millions d’immigrés et de descendants d’immigrés non européens, principalement afro-maghrébins, et que plus de sept millions d’entre eux sont musulmans. Parce que l’assimilation et l’intégration ont totalement échoué. Parce que la fracture est irréversible.

     

    Les manifestants étaient un à deux millions dans la rue. Fort bien. Mais cela ne représente que 2 à 3% de la population française, ce qui relativise le discours de mobilisation unanime. Personnellement, depuis quatre jours j’ai entendu d’autres propos, ceux de braves gens exaspérés qui s’exprimaient à peu près en ces termes : « Si on nous demandait notre avis, nous dirions que nous en avons assez de tous ces « Français » multicolores qui ne parlent même pas français à la maison, qui ignorent tout de notre culture et veulent nous imposer la leur, qui nient notre histoire et exigent qu’on leur demande pardon (de quoi ?), qui transforment les « quartiers » en taudis du tiers-monde et en supermarchés de la drogue ! Nous dirions que nous en avons assez de tous ces barbus vêtus de djellabas, qui déguisent leurs femmes en draps housses et qui veulent  imposer leurs horaires dans les piscines et bénéficier de plages horaires réservées pour leurs prières et leurs ramadans, et nous forcer à manger halal ! Nous dirions que nous en avons assez de la construction de toutes ces mosquées qui se transforment en pépinières d’activistes haineux (avant le passage par la case prison, où ils seront métamorphosés en terroristes assassins) ! Si on nous demandait notre avis, c’est ce que nous dirions à ces « élites » du « politiquement correct » dont nous ne supportons plus les mensonges et la lâcheté ! ».

     

    Je vous incite à réécouter Madame Jeannette Bougrab, ancienne ministre et compagne du dessinateur Charb, qui déclarait récemment : « Notre république est agonisante » et qui avouait avoir eu la tentation de l’exil. J’ai aussi entendu un « expert » déclarer qu’il espérait qu’il n’y aurait pas trop d’actes islamophobes à la suite de ces événements. Il ajoutait qu’avec plus de cinq millions de musulmans sur notre territoire, tout était à craindre si cette population se sentait menacée ou se mettait en colère. Effarant, non ? Quand ce sont des gens comme nous qui le clamons, nous nous faisons traiter de racistes ou d’islamophobes. Mais quand ce sont d’anciens ministres ou des experts reconnus qui le disent, que faut-il en penser ?

     

    Alain CAGNAT

  • La TV vous trompe !

    10923552_401502946692599_1223396093640786542_n.jpg

    Contre-info.com

  • Charlie Hebdo: la franc-maçonnerie en deuil

     
    Pour compléter l'aperçu de la "manip" du quinquennat
     
     
    Dans la « Lettre d’information du site extranet du Grand Orient de France » datée du 9 janvier, Daniel Keller, « grand maître » du GODF, rend un hommage appuyé aux rédacteurs de Charlie Hebdo appartenant à la franc-maçonnerie.
    Mais bien sûr, ces liens des rédacteurs de Charlie Hebdo avec la franc-maçonnerie n’avaient sans doute rien à voir avec leur goût prononcé pour le blasphème et le sacrilège…
     
    Circulaire du Grand Maître du GODF du 8 janvier 2015
     
    V.’. M.’., ma T.’. C.’. S.’., mon T.’. C.’. F.’.,
     
    Le Grand Orient de France était présent hier soir Place de la République pour partager l’émotion des milliers d’anonymes venus exprimer en silence leur soutien au combat mené par Charlie Hebdo. Tous n’étaient pas des lecteurs de Charlie mais tous avaient conscience que Charlie est l’un des porte-drapeaux de la démocratie à laquelle nous sommes attachés et pour laquelle les journalistes de Charlie se sont battus au quotidien sans jamais fuir les risques qu’ils avaient pour cela accepté d’encourir. Oui, Ils étaient tous les résistants d’une guerre sans visage que le terrorisme prétend nous imposer de manière abjecte et lâche.
     
    Dans ces circonstances, je tiens tout d’abord à souligner le puissant élan de compassion exprimé par les membres de notre Obédience qui de tous horizons ont manifesté leur émotion mais aussi leur volonté de se mobiliser afin que nous, vivants, soyons dignes de ceux qui ont été les victimes de cette barbarie aveugle.
     
    Je voudrais aussi avoir en ces instants une pensée pour les Loges de notre Obédience qui viennent d’être cruellement endeuillées, à savoir la Loge Lux Perpetua à l’O.’. de Clermont-Ferrand avec le décès de notre Frère Michel Renaud, la Loge Roger Leray à l’O.’. de Paris IV avec le décès de notre Frère Bernard Maris. Je transmettrai à chacune d’entre elles ainsi qu’aux familles de nos Frères disparus l’expression de la sympathie de l’ensemble du Conseil de l’Ordre dans ces moments douloureux.
     
    Notre compassion s’adresse également au parent de Tignous, membre de la Loge Aléthéia à l’O.’. de Paris I, au Frère de la Loge Harmonie Evolution à l’O.’. de Cholet dont le fils a été blessé ainsi qu’à la veuve de Wolinski qui est membre de la G.L.F.F.
     
    Enfin, au nom du G.O.D.F., j’adresse mes condoléances les plus attristées aux familles des agents de police qui ont été tués dans l’exercice de leur mission.
     
    Dans ces instants particulièrement dramatiques, le Grand Orient de France a décidé, au-delà des témoignages de compassion, de s’engager conformément aux principes qui sont les siens de plusieurs manières.
     
    1. Le Grand Orient participera dans un esprit d’unité maçonnique aux côtés de l’ensemble des Obédiences libérales et adogmatiques, en cordons, à la manifestation républicaine qui aura lieu dimanche. Le lieu et l’heure du rassemblement vous seront communiqués dès qu’ils seront connus.
     
    2. Le Conseil de l’Ordre convie les Frères et Sœurs de l’Obédience à prendre part à une tenue spéciale
    Lundi 12 janvier à 19h au temple Arthur Groussier afin de fédérer la réflexion qui doit être la nôtre sur les valeurs que nous devons promouvoir à la lumière de la tragédie qui s’est abattue sur notre pays.
     
    3. La Fondation va faire appel dans un premier temps aux donateurs qui souhaitent manifester leur solidarité envers Charlie Hebdo en vue d’assurer la pérennité financière du journal. La Fondation restera bien entendu à l’écoute de toute autre initiative que le journal pourrait prendre dans ce sens.
     
    (merci à Dirk)
     
     
     
     




    __._,_.___
     

    Envoyé par : Macabet Jean-Pierre <jpmacabet@yahoo.fr>

  • Une provocation obscène

    Les cen­taines de mil­liers de nos conci­toyens qui mani­festent dans un calme impres­sionnant leur volonté de vivre ensemble en ces jours de deuil sont pénétrés du souci d’éviter toute pro­vo­cation des fau­teurs de haine.

    Or nous apprenons par les médias israé­liens que pour­raient prendre place au premier rang de la mani­fes­tation répu­bli­caine de dimanche à Paris Avigdor Lie­berman, Naftali Bennett ou Ben­jamin Neta­nyahou. Lie­berman qui avait naguère impli­ci­tement appelé à uti­liser la bombe ato­mique sur Gaza. Bennett qui s’est vanté d’avoir tué beaucoup d’Arabes. Neta­nyahou, le bourreau de Gaza.

    Ce serait un dévoiement insup­por­table du sursaut citoyen en cours qui remet­trait en cause la nature même de cette mani­fes­tation républicaine.

    Comment ne pas y voir une gros­sière et inac­cep­table ten­tative de récu­pé­ration de la part de diri­geants israé­liens qui n’ont de cesse d’alimenter la pré­tendue « guerre des civilisations ».

    Nous demandons à nos gou­ver­nants de ne pas accepter leur pré­sence qui revien­drait à les blanchir, alors que leur place est sur le banc des accusés de la Cour pénale inter­na­tionale (CPI).

    Le Bureau national

  • «Allah akbar» : Pompiers et policiers attaqués à Carcassonne

    Posté le 11 janvier 2015 à 21h13 | Lien permanent

     

    Lu ici :

    "[D]ans la nuit de vendredi à samedi, les sapeurs-pompiers et les policiers de Carcassonne ont été accueillis rue du Pont-Vieux sous des jets de projectiles, accompagnés de menaces racistes.

    Il est un peu plus de 2h30 du matin. D'un petit immeuble de deux étages faisant l'angle entre les rues du Pont-Vieux et des Trois-Couronnes, s'échappe une épaisse fumée du logement situé au premier étage. Arrivés quelques minutes avant les pompiers, les policiers ont déjà établi un périmètre de sécurité. C'est alors qu'à une cinquantaine de mètres de là, depuis la résidence HLM du Pont-Vieux, fusent des cris. Puis un «sale Français» suivi d'un «Allah akbar» lancé depuis un balcon avant le jet de plusieurs bouteilles de verre. L'une d'elles va même toucher un policier à la tête, le blessant légèrement. Le fonctionnaire sera directement transporté, quelques minutes plus tard, par ses collègues jusqu'à l'hôpital de Carcassonne, avant qu'une équipe de la BAC ne soit appelée en renfort. Et c'est sous la protection de leurs boucliers et de leurs armes de poing que les fonctionnaires vont investir la résidence sociale, pour interpeller, non sans mal, trois jeunes gens âgés de 18, 19 et 20 ans."

    Michel Janva

    Le Salon Beige